Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

3. Defòre, les femmes et le « dehors »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les villages lotois, en milieu agricole, on désignait les abords de la maison par le terme de sol (aire pour battre le blé). Ce mot étant tombé en désuétude, aucun terme générique n’est venu le remplacer, si ce n’est, à l’occasion, ceux de defòre (« dehors ») ou, plus rarement, de « cour ». Quant au « jardin », il désigne exclusivement la partie potagère située le plus souvent à l’arrière ou sur le côté de la maison et parfois, faute d’espace, en bordure d’un champ à quelques centaines de mètres de là. Alors qu’il est courant dans les Pyrénées (Bruneton & Luxereau 1987 : 7), le terme ort qui désigne le jardin en occitan ne semble pas en usage en Quercy, du moins récemment car un de nos interlocuteurs se souvient de son emploi par sa grand-mère. Les autres sous-espaces des abords de la maison portent, au gré des spécialisations, différents noms, comme celui des « fleurs » qu’ils abritent parfois.

Des femmes et des fleurs

Avec le temps de la retraite, les potagers lotois deviennent...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540