Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des hommes de Devoir

 | 
Nicolas Adell-Gombert

2. Archéologie d’un lieu de mémoire : le Tour de France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’évocation du mot « compagnonnage », l’imaginaire commun associe volontiers l’expression « Tour de France ». Il n’est pas rare en effet qu’une pratique soit si profondément attachée à une institution qu’elle lui confère l’essentiel de sa notoriété. Et son enracinement dans le groupe tend à rigidifier la pratique au point qu’elle atteint un degré de pétrification digne d’un lieu de mémoire. Patrimoine immatériel du compagnonnage, le Tour de France dit quelque chose d’une identité collective qu’il faut s’appliquer ici à déterminer en détail.

« Une seule issue… partir ! Partir où ? Pour faire quoi ?… Jamais de réponse !… Simplement partir pour partir… », écrit Albert Sorbier, compagnon charpentier, au début de son roman qui met en scène le compagnonnage contemporain (Sorbier 1995 : 22). Si le Tour de France s’est imposé, c’est pour beaucoup parce que le voyage est vécu comme une nécessité, objet d’une contrainte diffuse. Les propos tenus par un compagnon maçon, Carcassonne la Sérénit...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540