Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Être rugby »

 | 
Anne Saouter

3. Faire corps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On l’a déjà noté, l’image de l’équipe unie est une des plus fortes que suggère le simple fait d’assister à un match de rugby. La constitution de ce corps collectif est, en vérité, l’un des premiers enjeux du discours et des rites qui entourent la pratique sportive. Mais cette figure de la communauté soudée s’étend également dans deux directions : vers la collectivité idéale des rugbymen, toujours soucieux de vérifier leur commune appartenance et d’en réaffirmer les contours en produisant une mythologie partagée ; vers une prise en charge globale des individus par une « société du rugby » dont les interférences avec l’existence des joueurs dépassent de très loin les seuls aspects sportifs. Ce chapitre présentera ainsi les différentes expressions de ce besoin de « faire corps ».

Les rites du « collectif »

Lorsque les joueurs s’acheminent vers le stade, ils sont bien évidemment déjà membres d’une équipe : celle-ci a une existence administrative dans l’organigramme du championnat, elle a ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540