Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologies en miroir

 | 
Isac Chiva
, 
Utz Jeggle

II. Volkskunde, folklore, ethnologie des pays de langue allemande

Tendances actuelles de la recherche sur la littérature orale dans les régions de langue allemande

Rudolf Schenda

Texte intégral

Avant-propos

1Il serait osé de vouloir présenter, en une demi-heure, de façon valable et fiable le sujet de mon exposé. A cela s’ajoute une autre difficulté due aux circonstances : ici, à Bad Homburg, je me trouve face aux collègues français, ethnologues et historiens dans leur majorité, à qui je dois expliquer l’état des recherches en folklore réalisées en langue allemande et qui sont, en général, d’orientation germanistique. Cela m’obligera à faire des comparaisons, à désigner les avantages des recherches en littérature orale au-delà du Rhin et à dégager les particularités de nos recherches en ce domaine. A part certains points apparemment communs, il y a de toute évidence beaucoup de différences concernant le contenu et la structure. Plutôt que de faire les louanges d’une série de performances allemandes, c’est la connaissance de ces évolutions divergentes qui favorisera une compréhension réciproque. S’ajoute à ceci le fait que les recherches des deux pays ne sont pas indépendantes de celles réalisées en d’autres pays, par exemple en Scandinavie, aux Etats-Unis ou en Hongrie. Parfois je serai obligé de citer des noms qui ne sont ni français ni allemands – mais, en fin de compte, nous habitons une Europe plus ou moins liée d’amitié.

Les conditions institutionnelles

  • 1 Chaires de Volkskunde : Bâle, Bonn, Frankfurt, Fribourg-en-Brisgau, Göttingen, Hamburg, München, M (...)
  • 2 Voir l'article « Deutschland » (« Allemagne »), section 2. 19 : Wissenschaftsorganisation und Fors (...)
  • 3 Cette chaire, tout d'abord poste de maître de conférences, fut créée pour Max Lüthi en 1968 à la f (...)

2Les particularités de la recherche allemande en littérature orale sont dues au fait que ces recherches partent de l’Université et donc sont intégrées dans un système reposant sur l’administration, l’enseignement, l’orientation des étudiants et seulement en dernier lieu sur la recherche. Il n’existe pas une institution qui, appuyée par un centre national de recherche comme le CNRS, la Deutsche Forschungsgemeinschaft ou le Fonds national suisse, pourrait se dédier exclusivement à la-dite recherche. Dans l’aire germanophone il y a bien une douzaine de chaires pour la Volkskunde1, mais il n’y a que trois universités où les recherches en littérature orale constituent un centre de gravité au sein de la Volkskunde (Freiburg, Göttingen, Würzburg)2. Aux universités de Marburg, Munich et Vienne, ces recherches se font occasionnellement ; et il n’y a qu’une seule chaire spécifiquement désignée de « Littérature populaire d’Europe », qui est à Zürich3. La capacité de recherche des titulaires d’une chaire est très limitée à cause de leurs charges multiples. Par conséquent, les travaux les plus importants ne sont pas de la plume des professeurs mais viennent des étudiants en thèse ou en doctorat d’Etat.

  • 4 Exemple positif d'édition commentée de textes anciens : Petzoldt (ed.) 1976-77.

3A propos des institutions de recherche, il y a pourtant une exception : on pourrait citer la Arbeitsstelle Enzyklopädie des Märchens à Göttingen (Uther 1974 : 250-255, Wehse 1978-79 : 272-283), un centre scientifique qui a son équipe de chercheurs et qui dépend de l’Académie des sciences. Ce que produit ce centre, l’Encyclopédie du conte populaire, constitue sans doute le résultat majeur de la recherche en littérature orale actuelle. Mais la tâche principale de cette équipe n’est pas la recherche elle-même : au contraire, elle consiste à organiser, à pourvoir et à publier les quelque cent articles qui paraissent annuellement. Cela est également valable pour les archives de contes et légendes bénéficiant d’une aide publique – soit à Marburg (Gottfried-Henssen-Archiv), soit à Rostock (RDA). Ici et là – mais particulièrement aux archives Wossidlo à Rostock – paraît un recueil de textes nouveaux (Wossidlo, Neumann [eds] 1963, Neumann [ed.] 1983), mais cela n’est pas véritablement le point de départ de recherches nouvelles4.

4En dehors des instituts et des archives folkloriques il y a, bien entendu, également des recherches en littérature orale. Selon sa tradition scientifique, la Volkskunde allemande entretient des rapports étroits avec le domaine germaniste, mais depuis les années soixante il y a également d’importants contacts avec les sciences sociales et enfin, depuis les années soixante-dix, une forte tendance à l’historiographie. Des impulsions fondamentales pour des recherches en littérature orale vinrent autant des disciplines voisines que des folkloristes qui se sont tournés vers celle-ci.

5Par contre, les rapports avec l’ethnologie, et par conséquent avec les recherches empiriques en littérature orale – c’est-à-dire avec le « terrain », d’un côté, et avec le structuralisme de Lévi-Strauss, de l’autre – ont de plus en plus régressé. De notre côté, il n’y a rien qui puisse égaler les efforts et les recherches des collègues français comme Charles Joisten, Daniel Fabre ou Jean-Noël Pelen ou même de l’école africaniste de Paris. Toutefois, il faut citer l’important recueil Erzählgut der Gegenwart (Patrimoine de la littérature orale du présent) de Helmut Fischer (1978) qui, dans la région de la Sieg, a enregistré des milliers de mémorats (Erlebniserzählung), et ensuite le recueil effectué par Emily Gerstner-Hirzel (1979) qui provient du village frontalier suisse-italien de Bosco Gurin et qui est basé sur des recherches dialectales. A citer également, comme homme de terrain, mais extérieur à la vie universitaire, Alfred Cammann, qui s’occupe notamment des réfugiés de l’Est et qui a publié plusieurs volumes de leurs récits (Cammann et Karasek 1976-78 et 1981).

Réduction des ambitions

  • 5 Nous citerons surtout : Beit 1952-57. On consultera, également, en plus des articles correspondant (...)

6Mais que penser des prémisses théoriques de ces recherches ? Sans doute, la méthode historico-géographique de l’école finlandaise (Anderson 1934 : 508-522) a-t-elle toujours une influence importante ; des thèses, traitant de la naissance et de la diffusion de certains motifs et certains types de contes de fées, sont toujours publiées (Belgrader 1980). Aucun doute également que cette méthode a donné lieu à des résultats plus solides que ceux de l’école psychanalytique. Celle-ci a, surtout en Suisse, de nombreux partisans attachés aux théories du conte de fées dispersées dans l’oeuvre de Carl Gustav Jung ou Sigmund Freud5.

  • 6 Un recueil de légendes qui a fait école : l'édition commentée de Dünninger (1963). Exemplaire auss (...)

7Cependant, l’école finlandaise a subi un changement important. Je désigne par là moins le « changement de paradigme » dont parle Lauri Honko (1983 : 13-22) qu’une réduction et une précision des ambitions ; il s’agit donc d’une transformation de l’ancienne méthode et non pas d’une rupture avec celle-ci. D’une part, les chercheurs sont devenus plus modestes en ce qui concerne leurs domaines géographiques et évitent ce parfum de colonialisme qu’ils répandaient parfois quand leurs ambitions étaient plus globales. Ils se réfèrent à des espaces limités – l’Europe occidentale ou même une seule province allemande6 – ou encore ils s’attachent à suivre un certain type de conte non pas à l’échelle mondiale mais seulement dans une aire culturelle limitée (Moser 1982 : 92-113).

Précision de l’aspect historique

  • 7 Voir l'article de Lixfeld dans Enzyklopädie des Märchens 2 (1979) col.603-605.
  • 8 L'influence du germaniste zurichois Emil Staiger fut particulièrement importante.
  • 9 Il est étonnant qu'un conteur important comme Philippe le Picard (1983) ait été seulement redécouv (...)

8C’est la réduction des ambitions mondialisantes, manifestes surtout dans les index des types et motifs des contes et parfois dans l’Encyclopédie du conte de fées, qui a amené, pendant les vingt dernières années, à préciser les données historiques. Certes, les anciens maîtres de la méthode comparative – Reinhold Köhler (1898-1900), Johannes Boite7 ou Albert Wesselski (Kiefer 1947) par exemple – avaient déjà repris la méthode de l’historisme bourgeois, ce qui ouvrit la voie à une recherche historique plus rigoureuse. Cependant, cette tradition scientifique fut interrompue, d’une part, par l’émergence en lettres modernes, d’écoles d’orientation esthético-herméneutique8, d’autre part par l’influence de l’idéologie nationaliste pangermanique (Emmerich 1968). La mise au point historique a dû être relancée dans les années soixante. Il s’agissait alors – comme Brückner le souligna à plusieurs reprises (Brückner [ed.] 1974) – non seulement de travailler les sources narratives de l’époque de la Réforme et de la Contre-Réforme (Rehermann 1977, Schenda 1961 et 1962 : 637-710), mais également de mettre l’accent sur les influences des traditions chrétiennes qui, du fait de la sécularisation de la science, étaient complètement sorties du champ de recherche. Curieusement, ces approches importantes n’ont pas encore trouvé de partisans dans les pays à majorité catholique comme la France et l’Italie9, mais elles furent suivies surtout à l’université de Würzbourg (Metzger 1982, Schneider 1982 et Daxelmuller 1979) et c’est notamment Dietz-Rüdiger Moser qui a pratiqué cette méthode de la façon la plus rigoureuse (1979 : col. 1385-1400, 1981 et 1979-80 : 28-35). Ces études ont permis de découvrir des milliers de références concernant des récits du xvie au xviiie siècle transmis par écrit.

Nouvelles perspectives du genre

  • 10 Voir l'article de Hermann Bausinger dans Enzyklopädie des Märchens 3 : 1981, col. 1211-1226.
  • 11 Bausinger, in Stuttgarter Zeitung, 13. September 1966, 23. Ce néologisme signifie que « le type id (...)
  • 12 On consultera, également, pour l'approche linguistique : Rehbein (in Lämmert 1982 : 51-73).

9La précision de telles excursions dans le xvie et xviie siècle devait nécessairement faire tomber de son piédestal le conte de fées qui avait joué un rôle trop prépondérant dans la tradition germanistique (Schenda in Doderer [ed.] 1983c : 25-43) et remettre en cause le découpage des genres fait par les germanistes (Schenda 1976 : 27-29) et qui était dû, en grande partie, à l’influence des « Einfache Formen » d’un André Jolies10. Dans ce « crépuscule du genre » – le mot est de Hermann Bausinger11, apparurent des formes narratives jusqu’alors peu remarquées : tout d’abord dans la tradition imprimée, Yexemplum (Schenda 1969 : 69-85, Berlioz 1980 : 113-146), le Predigtmärchlein (conte de prédication) [Moser-Rath 1964], les récits exemplaires de la littérature baroque du xviie siècle allemand (Beispielerzählungen der Kuriositàtenliteratur des Barockzeitalters) [Daxelmuller 1979]. Ensuite, dans la mouvance de la thèse de H. Bausinger (1958 : 239-254 et EM 1 1977 : col. 323-330) et sous l’influence des Anglo-Saxons (Dorson [ed.] Handbook of American Folklore), on s’intéressa aux récits de la vie quotidienne, en particulier aux souvenirs de la vie professionnelle (Arbeitserinnerungen) [Neumann 1966 : 177-190], aux souvenirs de famille (Familiene-rinnerungsgeschichten) [Schenda 1981 : 67-87] et aux récits autobiographiques (Lehmann 1978 : 198-215, 1980 : 56-69, 1983).12

  • 13 L'école linguistique eut un rôle dynamisant (Ehlich 1980 et 1984).

10C’est sans doute la légende (Sage), genre narratif traditionnel, qui continue à susciter le plus grand intérêt scientifique notamment sous l’influence de Lutz Röhrich et de son école (1979). Mais ces recherches permettent également aux chercheurs d’aujourd’hui de se pencher davantage sur le mémorat, récits de la vie quotidienne qui s’apparentent à la légende, c’est-à-dire à des récits d’expérience vécue (Erfahrungserzählung) [G.R. Schroubek 1974 : 27-50]. Mais ces études sont encore bien loin d’atteindre l’ampleur et le niveau des études américaines sur les urban legends (L. Dégh 1973 : 34-51, Barnes 1985). Il est également regrettable que dans les pays de langue allemande, il n’y ait d’études concernant des récits d’aventures de voyage, le vécu de maladies ou les ennuis de la vie au bureau13. Malgré ces insuffisances, c’est le déplacement des limites du genre qui a enrichi les recherches en littérature orale en les dotant d’actualité, de précision, en les rapprochant de l’homme et en les chargeant davantage de responsabilité sociale.

Dévaluation de la « tradition anonyme »

  • 14 Une tentative dans cette direction est due à Mauritz 1974. Consulter aussi Völker (1972) et Gerndt (...)

11Par l’effet de ce changement de perspective, par la prise en compte de la réalité historique et sociale, deux prémisses de l’histoire de la Volkskunde traditionnellement respectées, ont été profondément remises en cause : l’oralité, sanctifiée par l’église depuis le Moyen Age (Moser 1976 : 209-221) et qui servait aux romantiques à expliquer la survivance de croyances païennes, et notamment du trésor de contes et légendes allemands (Bausinger 1980a : 11-30, Schenda 1983b : 26-48, en particulier : 34-37), a perdu, à la lumière des recherches récentes beaucoup de son exclusivité. Personne ne mettrait en cause, toutefois, le rôle important que tient l’oralité dans la transmission du patrimoine culturel au sein des sociétés non alphabétisées. Mais il ne faut pas négliger que nombre de récits dits populaires – du conte au dicton – relèvent de sources littéraires remontant parfois à l’antiquité gréco-romaine (Fehling 1977 et 1984 : 79-92). Il est évident que, dans une société alphabétisée, en partie du moins, depuis le xvie siècle, une continuité de la transmission orale au-delà de trois générations n’est pas concevable sans l’intervention de chaînons intermédiaires. Or ce qui fait la liaison d’une famille de traditions, d’un corpus traditionnel, ou Cluster de traditions, à l’autre, ce sont des processus semi-littéraires, c’est-à-dire des voies de communication allant d’une personne lettrée ou connaissant la littérature, à un groupe d’illettrés (Schenda 1982 : 49-61, Schenda in Hermann [ed.] 1981 : 154-168). Nombreux sont encore les chaînons littéraires que nous ignorons, comme par exemple une grande partie des motifs de mythes et de contes des épopées du Moyen Age14, les lectures populaires du xviiie et du xixe siècle et enfin les almanachs et les livres de lecture (Karlinger 1982 : 38-42, Brunold-Bigler 1982, Eder 1982 et Zender 1979 : 265-276). Il n’y a donc pas de récit populaire anonyme, étant donné les intrications multiples de la tradition littéraire.

12Cela dit, on s’étonne qu’un chercheur comme Marc Soriano, s’appuyant sur les théories de la tradition orale – depuis longtemps douteuses – de Paul Delarue, maintienne toujours que Ch. Perrault a puisé ses Contes de ma Mère l’Oye dans le trésor anonyme de la tradition populaire française. A l’appui de telles hypothèses est cité un matériel datant du xixe siècle et provenant d’une prétendue « tradition orale » (Soriano 1977 : 75-213). A mon avis il faut être plus prudent face à ce genre d’affirmations. Or, les chercheurs en la matière devraient se limiter à dire : tant que nous n’avons pas étudié les précurseurs littéraires possibles des contes de Perrault, la transmission orale de ceux-ci n’est pas certifiée.

  • 15 Ibid. 41-55 : folklore et dégradation de l'héritage culturel. Nous compléterons les indications bi (...)

13Mais si la tradition populaire ou, du moins, une grande partie de celle-ci est liée à des modèles littéraires, si la tradition – comme il ressort de plus en plus historiquement (Hobsbawm et Ranger, [eds] 1983, 1984) – relève d’une invention de la bourgeoisie (Bausinger 1980a : 11-19), l’hypothèse « dévolutionnaire » – désignée en Allemagne par les termes de Gesunkenes Kulturgut (dégradation de l’héritage culturel, ibid. : 44-45)15 – ne serait-elle pas de nouveau valable ? Récemment, cette théorie a été contestée par les marxistes, puisqu’elle contredit « la théorie de la production », à savoir l’idée que le folklore est issu du peuple même (Strobach 1979 : 5-28). Il me semble important de rendre, historiquement parlant, justice tout à la fois à la conception « dégénérative » et à la conception « générative ». A l’appui de la théorie de la « déchéance » de Hans Naumann, il y a des centaines et des milliers de preuves, et justement dans le domaine de la littérature orale. D’autre part, dans les recherches récentes, on observe une tendance à valoriser davantage le caractère individuel et la créativité des conteurs et des communautés de conteurs (Levin 1977).

Réévaluation de la créativité individuelle

  • 16 L'étude de J. Pentikäinen (1978) nous a ouvert des horizons nouveaux.

14C’est depuis la présentation d’une « narratrice sibérienne » par Mark Azadovskij (Dégh 1979 : 386-406), qui fit ainsi ressortir l’importance d’une « biologie de la narration », que la personnalité des conteurs attira l’attention des chercheurs de la Volkskunde. Les études effectuées par la suite par Linda Dégh (Voigt 1981 : col. 375-377) sur les « Contes merveilleux, conteurs et communautés de conteurs16 » ont eu une influence durable sur les recherches récentes en littérature orale dans les pays germanophones. C’est ainsi que le suisse Leza Uffer, dans son ouvrage sur les contes de fées rhéto-romans (Uffer 1945 : 62-93 et in Wehse [ed.] 1983 : 21-29, Détraz et Grand [eds] 1982) a fait une présentation détaillée de ces personnes de référence – sept hommes et trois femmes – opposant, de façon très détaillée, la personnalité du conteur de légendes Flori-Aloïsi Zarn à celle du narrateur de contes de fées Plasch Spinas. Depuis les années soixante-dix, il y a même des chercheurs qui osent consacrer, ici et là, à un seul conteur toute une monographie. Deux travaux de ce genre sont dus au folkloriste Siegfried Neumann (Neumann 1969 : 31-49) de Rostock : le premier présente Mme Berta Peters, née en 1892, fille d’instituteur, devenue institutrice elle-même, qui savait raconter un grand nombre de contes et de facéties (Schwänke) venant de sa famille (Neumann 1974) ; l’autre traite de August Rust, né en 1890, fils d’un journalier, ayant gagné sa vie comme manoeuvre (Neumann 1968). Ulrich Tolksdorf alla plus loin avec son livre sur Trude Janz, paysanne de la Prusse orientale, née en 1901 (Tolksdorf 1980) : il enregistra non seulement son répertoire complet mais aussi sa biographie et publia ce texte dans son dialecte d’origine. Après la lecture de telles études, il convient de préciser que les conteurs importants ont ceci en commun : ils sont nés environ au début de ce siècle, sont originaires de régions agraires, ils sont alphabétisés et ont donc accès à la lecture ; ce sont des personnes mobiles horizontalement qui vivent dans un réseau de relations sociales dense.

  • 17 Pour la méthode biographique en Volkskunde de langue allemande, on consultera Brednich (ed.) 1982.

15Il est évident que les recherches récentes se sont libérées de cette gêne typique du xixe siècle bourgeois qui répugnait au contact avec les classes populaires. Et c’est sans doute sous l’influence des études anglo-américaines de l’oral history que les folkloristes en Allemagne, Suisse et Autriche (Niethammer [ed.] 1980, Botz et Weidenholzer [eds] 1984) ont cherché le contact direct avec le peuple, se faisant raconter (Sauermann 1980) ou écrire (Schenda, Bôckli [eds] 1983) la vie de certains individus17.

16Les résultats de ces recherches « sur le terrain » permettent d’affiner l’hypothèse « dévolutionnaire ». Il ne serait assurément pas difficile de démontrer à chacun des conteurs que ses récits relèvent d’une tradition plus ou moins longue ou que sa biographie contient bien des aspects généraux. Mais ce serait négliger que la façon de narrer de chacun est hautement individualisée, le fait que les modèles subissent l’élaboration par l’imaginaire de chacun et que le conteur sait captiver des publics différents selon le milieu social dans lequel il agit. Le conteur, et chacun de ses actes narratifs, ainsi que le public, sont des faits socio-historiques et par conséquent ils doivent être – telle est la conception de la recherche récente – interprétés comme tels.

Problématique sociale dans et autour du récit populaire

17Supposant que chaque acte narratif et chacun de ses éléments communicatifs sont des faits historiques, on est nécessairement amené à se poser la question de savoir si le contenu, lui aussi, est historiquement intelligible (Schenda 1982 : 185-188).

  • 18 Traduction anglaise The European Folktale: Form and Nature (1982). Voir Lüthi 1975, mais aussi le (...)
  • 19 Il semble paradoxal que le célèbre ouvrage de Propp sur les racines « historiques » du conte soit, (...)
  • 20 Du côté américain, cf. Weber (1981 : 93-113).

18Cette question ne va pas de soi. Que ce soit la théorie romantique de la poésie de la nature (Naturpoesie), les conceptions sur l’origine indienne du conte merveilleux de la fin du xixe siècle ou sur sa polygénèse, la théorie psychanalytique de l’ubiquité du rêve et de l’inconscient collectif ou l’idée, largement admise, de Max Lüthi sur la similitude morphologique des contes (Lüthi 1981)18, ou encore le système fonctionnel de Vladimir Propp, quelles que soient les approches du conte, elles reposent toutes sur des prémisses anhistoriques (Korff 1977 : col. 228-331)19, et s’opposent à une analyse strictement historique du texte des récits populaires. Cependant, dans les recherches récentes de langue allemande, les tentatives ne manquent pas pour situer le récit populaire dans son contexte sociohistorique20. Ces efforts se concrétisent autour de trois problématiques en postulant : 1) Quelles sont les conditions dans lesquelles ce qu’on appelle « récits populaires » du xixe et xxe siècle ont été produits par ceux qui les recueillirent et les publièrent ? 2) Quels énoncés historiques valables contiennent ces contes, légendes, facéties, etc. ? 3) Quel est le rôle sociohistorique de ces récits populaires traditionnels dans la société actuelle ? Ces trois questions sont étroitement liées, mais je tenterai d’y répondre séparément.

La production des récits populaires

19Au cours du xixe siècle, on constate avec étonnement l’augmentation continue de la production de recueils de contes de fées et de légendes, production qui va en augmentant durant le xxe siècle. Des recherches plus détaillées ont mis à jour qu’à partir de 1830, pour la seule Allemagne parurent de dix à douze ouvrages par an portant le mot « légende » dans le titre (Schenda 1984 et 1983b : 26-48). La production de livres de contes a continué à augmenter de la même façon. De plus, il y eut environ vingt articles de périodiques par an traitant de ce sujet. En fait, nous nous trouvons face à cinq cents recueils de contes et de légendes pour le xixe siècle, ce qui s’élèverait à environ dix à vingt mille textes individuels. Cependant, cette masse de textes a été produite par un nombre restreint d’environ cent littérateurs dont la plupart appartenaient à la classe bourgeoise, avaient un titre universitaire et travaillaient devant un bureau et non pas en milieu rural, au contact du peuple. La majorité des soi-disant contes populaires de cette époque provient de sources écrites ou imprimées du xve au xviiie siècle, et c’est seulement une partie très limitée qui est issue du « bouche-à-oreille » populaire.

  • 21 Voir aussi Oberfeld et Biemer (eds) 1984.

20Cette production abondante de contes populaires avait commencé bien avant les frères Grimm qui ne furent pas les premiers à publier des recueils de contes et de légendes, comme l’a souligné dernièrement Helge Gerndt (in Gerndt et al. 1983 : 251-266). Les recherches de Heinz Rôlleke (1975 : 74-86 et 1977 : col. 380-382)21 montrent notamment que les frères Grimm ne travaillaient pas sur le terrain au contact de la population rurale mais qu’ils rencontraient surtout – quand il leur arrivait d’entrer en contact avec des narrateurs vivants – des narratrices alphabétisées d’origine huguenote, s’inscrivant donc dans un horizon culturel français et dont le milieu social habituel était la bourgeoisie intellectuelle ou artisanale. Nous regrettons qu’il n’y ait, aujourd’hui encore, aucune étude sur l’influence de la « Bibliothèque bleue » de Troyes (Schenda 1968 : col. 779-952) ou, plus près de nous, sur celle de Montbéliard : dans quelle mesure leurs différentes éditions de Perrault ont-elles influencé la transmission de contes en langue allemande ? Ludwig Bechstein, par exemple, qui fut au xixe siècle l’exemple même du producteur de contes et légendes, est toujours resté à sa table de travail (Schneider 1980).

21L’impact de cette énorme production littéraire sur la narration vivante en ville et à la campagne n’a pas encore fait l’objet d’analyses ; on connaît toutefois quelques cas de feed-back. Au xxe siècle, il n’y a pratiquement plus de récit populaire qui n’ait son modèle dans un des livres ou cahiers du xixe siècle. Aujourd’hui enfin, les contes et légendes sont définitivement devenus une marchandise bradée de cent façons par des éditeurs rusés (Schenda 1978 : 25-29). Les recherches récentes suivent avec intérêt cette évolution et l’on y constate encore une fois que ce sont les nouveaux re-producteurs de contes et de légendes qui perpétuent le postulat du conte populaire « authentique », « oral », « le plus beau », « le plus ancien ».

22Il nous semble donc difficile de comparer les textes de contes et de légendes du début et de la fin du xixe siècle avec ceux des recueils récents de notre époque. La fonction-communication d’un récit populaire change lorsqu’il sort des variations de l’espace oral et se trouve transposé en écriture qui fige le langage ; cette fonction change également selon les raisons qui président à la reproduction : patriotisme local, nationalisme, ou encore, profit de l’industrie culturelle – toutes questions qui restent encore à étudier. Il suffit ici peut-être de citer les sujets suivants : « Contes et légendes d’Alsace » ou « Contes populaires de Lorraine » pour montrer dans quelle mesure les contes peuvent être des textes politiques.

Le contenu sociohistorique des contes populaires

  • 22 Pour toute cette question, voir Röhrich 1974
  • 23 Voir aussi le volume 74 (1978) de la Zeitschrift für Volkskunde (avec des contributions aux études (...)
  • 24 Voir Strobach 1979, ainsi que son compte rendu par Sunda in Fabula 1983, 23 : 161-164.
  • 25 A propos de Bloch, voir aussi l'article du même nom, fait par Bausinger dans EM 2 (1979 : col. 479 (...)

23Pendant longtemps, la recherche de langue allemande fut convaincue que les récits populaires ne traitaient que de contenus d’une portée humaine générale, le conte de fées parlerait du manque et de la façon de le pallier et la légende d’infractions et de leur punition, les farces (Schwänke) de la ruse et de la façon de la contrer ; ils exprimeraient également les besoins fondamentaux comme la faim, l’amour, le combat et la mort. Et qu’en dehors de cela ils ne donneraient aucune information historique concrète puisqu’ils émanent de la seule imagination, hors du temps et de l’espace. Or, vus de plus près et surtout lorsque leur contexte est connu, les contes se révèlent être des sources très utiles pour connaître l’histoire sociale des couches inférieures. Ces informations ne peuvent assurément servir de base à une évaluation statistique détaillée, mais elles donnent une idée des conflits sociaux en général ou des phénomènes sociopsychologiques (Nôrtersheuser 1977 : col. 789-794, Schenda 1979 : col. 243-258 et Geiger 1977 : col. 169-172 et 545-549) ; elles font entrevoir les opinions et prises de position de larges couches de population (Schenda 1977 : col. 373-380) ou donnent une idée des comportements quotidiens du peuple22. Ces années dernières, les blagues (Witze) furent le genre narratif le plus répandu, indicateur des préjugés, des angoisses et des conflits (Rôhrich 1977)23. Pourrait-on dire la même chose des contes, des légendes et des farces ?24 C’est la recherche en littérature orale de RDA qui s’est attachée à mettre en relief le caractère anti-féodal des légendes (Schneidewind 1960) et des chansons populaires (Strobach 1964). Le philosophe marxiste Ernst Bloch, attribua une charge révolutionnaire et émancipatrice aux contes de fées (Bloch 1977 : 168-187)25. Christa Bürger, chercheur ouest-allemand en lettres modernes, considère que la légende entérine plutôt un état de fait, tandis que le conte merveilleux serait l’expression d’aspirations libératrices (Bürger 1973 : 26-56 et 1976 : 102-107). Le caractère contradictoire de ces énoncés est dû au fait que tous ces auteurs se sont servis des seuls textes qui pouvaient confirmer leurs opinions préconçues. Les légendes peuvent aussi bien exprimer un contenu révolutionnaire que réactionnaire, ce qui est également valable pour le conte, la facétie ou le dicton. Il est impossible de trancher globalement puisque les conditions de production des récits populaires varient, empêchant toute généralisation (Schenda 1976 : 185-191).

  • 26 Voir aussi Weber (1981). A vrai dire, Weber ne connaît pas les travaux faits en Allemagne.

24Mais les contes et légendes ne se réduisent pas à des énoncés sur l’émancipation ou l’asservissement. Ils sont riches d’informations sur la culture matérielle du xviiie et xixe siècle. Ils rendent compte des conditions de travail, de la pauvreté et de la faim, des structures familiales, du manger et du boire, de la criminalité et de la juridiction, des temps de guerre et des tourments révolutionnaires (Zender 1973 : 1 14-169)26. L’analyse précise de contes recueillis uniformément dans une région donnée est à même de fournir des énoncés concrets sur la condition féminine, la charge de travail de la femme, ses désirs et la façon dont elle s’évade par la voie de l’imagination (Schenda R. et S. 1980 : 457-464). E. Moser-Rath a montré dans son dernier livre sur la farce combien ce genre peut renseigner sur les conditions professionnelles et les conflits d’états sous l’Ancien Régime (Moser-Rath 1984).

  • 27 Dans le nouveau recueil sur les recherches françaises en littérature orale (Calame-Griaule, Görög- (...)

25Il va de soi que toutes ces études sont interdisciplinaires, dans ce sens qu’elles s’appuient sur des recherches en histoire sociale et qu’elles y cherchent l’affirmation ou la réfutation des résultats obtenus à partir des récits populaires. Il est étonnant de voir que ces tentatives se développent davantage en Allemagne qu’en France, pays classique de l’histoire sociale27.

Les contes populaires traditionnels dans la société actuelle

  • 28 Stein, Helga : Einige Bemerkungen über die Märchengärten. Folk Narrative Congress Helsinki 1974 (d (...)
  • 29 A propos de l'utilisation de contes dans les médias voir Rogge, Jensen 1980.
  • 30 The Uses of Enchantment arriva en Allemagne sous le titre péremptoire de Kinder brauchen Märchen ((...)

26Reste la question de savoir si l’on peut attribuer aux contes et légendes une signification quelconque dans la société contemporaine. On sait qu’en tant que littérature orale, ils existent seulement en marge des sociétés industrielles ; en général, ils ont été remplacés par le récit quotidien (Alltagsbericht), le récit de faits vécus (Erlebnisbericht) et les mémorats ou par la blague. Or, comme je l’ai déjà mentionné, les anciens genres – conte et légende – continuent à représenter, dans le cadre de la production éditoriale un certain poids économique. C’est là probablement une particularité allemande, à savoir que les agences de loisirs s’intéressent aux parcs d’attraction utilisant les contes28 ou que la conviction persiste, qu’à Noël, les théâtres ne peuvent se passer de représentations de contes pour les enfants29. Il est du plus haut intérêt de savoir si les contes intéressent aujourd’hui encore les enfants (Dehn 1981 : 7-15, Castrup 1981 : 18-21 et Mallet in Doderer 1983 : 181-192), si les légendes se prêtent réellement à transmettre les normes, les valeurs et les lois en vigueur aujourd’hui. Ce genre de discussion existe aussi en France (Péju 1981) ; dans les pays germanophones, toutefois, on discute moins les thèses de Bettelheim30 que, encore une fois, le contenu social des récits populaires. On a demandé ainsi de décourroucer (entgrimmen) les contes des Grimm, de bannir la brutalité des contes populaires allemands, de favoriser l’imagination pure des enfants (Richter, Merkel 1974), de mettre l’accent sur les contes qui enseignent l’apprentissage social et une conscience sociale (Wandrey, [ed.] 1972 : 119-124 et Dolle et al. 1983). Il m’est impossible de présenter la vaste discussion qui a eu lieu à ce propos dans les revues pédagogiques (Schenda 1976) ; il faut noter cependant que les raisons de cette discussion sont spécifiquement allemandes, dans la mesure où une place importante est faite à la littérature populaire dans les livres de lecture, et ce depuis le xixe siècle (Trümpy 1971 : 62-83). Et ce sujet continuera à animer les débats tant que les pédagogues prétendront que les récits populaires ont été conçus pour les enfants, qu’ils sont politiquement anodins, moralement édifiants et valables au niveau de l’hygiène mentale (Scherf 1982).

27J’en viens à la conclusion. En résumant les tendances actuelles dans la recherche en littérature orale, j’ai essayé d’examiner environ cent travaux scientifiques parus au cours des vingt dernières années, selon leurs méthodes et résultats ; j’ai fait ceci à l’intention des collègues français, pour lesquels je voulais dégager certains parallèles mais aussi des différences essentielles. Si je voulais réduire au même dénominateur les différences institutionnelles, méthodologiques, idéologiques et personnelles, je serais amené à constater que le folklore germanophone reste essentiellement attaché à un patrimoine aussi riche que pesant, celui que les frères Grimm ont commencé à rassembler à l’époque des guerres napoléoniennes et qui, durant les cent cinquante années suivantes, a énormément augmenté en volume. Trop souvent ce patrimoine foisonnant a été vénéré par les représentants de la mentalité romantique ou patriotique qui en ont fait la montagne sacrée de leur pangermanisme ; on a fréquemment abusé politiquement du matériel mythique et légendaire, sous l’Empire bismarckien, comme sous le IIIe Reich (Hess 1981 : 112-144). C’est cet héritage, tant négatif que positif, qui nous impose, plus qu’à d’autres nations, une tradition scientifique d’orientation historique plus que formaliste, s’attachant davantage au contexte social concret qu’aux structures générales.

28Que ce mode d’appréhension historique refuse aujourd’hui l’admiration aveugle au profit d’une attitude critique – j’espère l’avoir montré suffisamment. D’autre part, on constate une forte tendance aux recherches sur le présent, ce qui montre qu’il existe aussi certains chercheurs qui s’attachent à accorder les questions scientifiques abstraites aux problèmes urgents de notre époque.

Notes

1 Chaires de Volkskunde : Bâle, Bonn, Frankfurt, Fribourg-en-Brisgau, Göttingen, Hamburg, München, Münster, Regensburg, Tübingen, Würzburg, Zürich, Vienne. On trouve des enseignements en Volkskunde dans les universités dAugsbourg, Bamberg, Bayreuth, Erlangen-Nuremberg et Passau (toutes en Bavière).

2 Voir l'article « Deutschland » (« Allemagne »), section 2. 19 : Wissenschaftsorganisation und Forschungszentren (organisation des sciences et centres de recherche). Enzyklopädie des Märchens 3, 1981 col. 561-569 (Elfriede Moser-Rath) ; Bausinger : « Erzählforschung » (« Recherches en littérature orale »), ibid 4 1984 : 342-348 ; on trouvera également des informations utiles dans les chapitres rédigés par Lutz Röhrich pour : Current Trends in Folk Narrative Theory. A report (Bauman et alii. 1980 : 25-55).

3 Cette chaire, tout d'abord poste de maître de conférences, fut créée pour Max Lüthi en 1968 à la faculté de philosophie I de l'université de Zürich. Lors de son admission à la retraite, l'auteur de ces lignes reprit cette chaire comme professeur titulaire en octobre 1979.

4 Exemple positif d'édition commentée de textes anciens : Petzoldt (ed.) 1976-77.

5 Nous citerons surtout : Beit 1952-57. On consultera, également, en plus des articles correspondants de l'Enzyklopädie des Märchens (archétypes ; Beit ; Biihler ; Franz ; Freud, etc.), Lüthi 1979 : 935-947. Une étude de l'école jungienne qui eut une large audience : Isler 1971 et également : Isler 1984 : 1-26.

6 Un recueil de légendes qui a fait école : l'édition commentée de Dünninger (1963). Exemplaire aussi, le recueil de Zender (1966). Remarquable, quoique travaillant sur d'autres matériaux et avec d'autres objectifs, le recueil de Wolfram et Fielhauer (1975) ; et celui de Senti (1974).

7 Voir l'article de Lixfeld dans Enzyklopädie des Märchens 2 (1979) col.603-605.

8 L'influence du germaniste zurichois Emil Staiger fut particulièrement importante.

9 Il est étonnant qu'un conteur important comme Philippe le Picard (1983) ait été seulement redécouvert par R. Schenda (1958 : 43-61), avant d'être analysé en détail par le canadien Gerald Thomas (1977) et faire l'objet tout récemment d'une édition critique due à F. Joukovsky. On consultera à nouveau les articles correspondants de l'Enzyklopädie des Märchens : Averoult, Bagatta, Boaistuau, Belleforest, Bourdigné, Christoforo Armeno, Coccio, Domenichi, Doni, Du Fail, Etienne de Bourbon, etc. Autre ouvrage sur les novellistes : Wetzel 1974.

10 Voir l'article de Hermann Bausinger dans Enzyklopädie des Märchens 3 : 1981, col. 1211-1226.

11 Bausinger, in Stuttgarter Zeitung, 13. September 1966, 23. Ce néologisme signifie que « le type idéal que constitue un genre donné n'est ni purement réalisable, ni non plus suffisant pour décrire l'ensemble de la littérature orale ».

12 On consultera, également, pour l'approche linguistique : Rehbein (in Lämmert 1982 : 51-73).

13 L'école linguistique eut un rôle dynamisant (Ehlich 1980 et 1984).

14 Une tentative dans cette direction est due à Mauritz 1974. Consulter aussi Völker (1972) et Gerndt (in Mohrmann [ed.] 1980a : 440-465).

15 Ibid. 41-55 : folklore et dégradation de l'héritage culturel. Nous compléterons les indications bibliographiques précédentes par : Ranke 1936-37 (in Ranke 1971 : 365-375).

16 L'étude de J. Pentikäinen (1978) nous a ouvert des horizons nouveaux.

17 Pour la méthode biographique en Volkskunde de langue allemande, on consultera Brednich (ed.) 1982.

18 Traduction anglaise The European Folktale: Form and Nature (1982). Voir Lüthi 1975, mais aussi le chapitre « Le conte, support de réalité et œuvre poétique » (Lüthi 1979 : 117-122).

19 Il semble paradoxal que le célèbre ouvrage de Propp sur les racines « historiques » du conte soit, finalement, un ouvrage anhistorique, qu'il élude toute analyse historique concrète. Cf. la préface de Daniel Fabre et Jean-Claude Schmitt à l'édition française (Propp 1983 : 7-22). Nous ferons de semblables réserves pour Nitschke (1982 : 114-129).

20 Du côté américain, cf. Weber (1981 : 93-113).

21 Voir aussi Oberfeld et Biemer (eds) 1984.

22 Pour toute cette question, voir Röhrich 1974

23 Voir aussi le volume 74 (1978) de la Zeitschrift für Volkskunde (avec des contributions aux études sur les blagues de Lixfeld, E. Moser-Rath, R. Schenda et B.J. Warneken).

24 Voir Strobach 1979, ainsi que son compte rendu par Sunda in Fabula 1983, 23 : 161-164.

25 A propos de Bloch, voir aussi l'article du même nom, fait par Bausinger dans EM 2 (1979 : col. 479-483). La thèse du conte comme utopie capable de changer le monde fut exposée la première fois de façon globale par Woeller (1961-62 : 395-459, 281-307). Voir aussi Wollenweber (1974 : 12-92).

26 Voir aussi Weber (1981). A vrai dire, Weber ne connaît pas les travaux faits en Allemagne.

27 Dans le nouveau recueil sur les recherches françaises en littérature orale (Calame-Griaule, Görög-Karady [eds] 1984), je ne trouve aucun travail qui s'apparentât de quelque façon à une histoire sociale des récits populaires. Bien évidemment, je ne désire étendre cette généralisation à des chercheurs comme Daniel Fabre ou Jean Noël Pelen.

28 Stein, Helga : Einige Bemerkungen über die Märchengärten. Folk Narrative Congress Helsinki 1974 (documents du congrès). Les résultats de l'enquête de Mme Stein se trouvent aux archives de l'Enzyklopädie des Märchens, à Göttingen.

29 A propos de l'utilisation de contes dans les médias voir Rogge, Jensen 1980.

30 The Uses of Enchantment arriva en Allemagne sous le titre péremptoire de Kinder brauchen Märchen (Les enfants ont besoin de contes) et fut accueilli par le public dans cet esprit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540