Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologies en miroir

 | 
Isac Chiva
, 
Utz Jeggle

II. Volkskunde, folklore, ethnologie des pays de langue allemande

Tendances de la recherche folklorique dans les pays de langue allemande

Arnold Niederer

Texte intégral

  • 1 Pour la commodité de la rédaction française, comme pour éviter des répétitions d'explications, le (...)

1Le terme Volkskunde1, utilisé dans le programme de ce colloque pour désigner notre discipline, fut l’objet, au début des années soixante-dix, de discussions véhémentes parmi les spécialistes de la République fédérale allemande. On critiquait le fait qu’il connote un intérêt pour la vie rurale et ses reliques archaïques ; de plus, le préfixe Volk (peuple) constituait un concept équivoque, à connotation idéologique. A la suite de ce débat, certains instituts universitaires allemands se donnèrent une dénomination nouvelle qui devait mieux rendre compte de leur activité scientifique : « Institut für Kulturanthropologie und europäische Ethnologie » (Institut d’anthropologie culturelle et d’ethnologie européenne) à Francfort, « Ethnologie européenne » (comprenant plusieurs départements) à Marburg, « Institut für empirische Kulturwissenschaft » (Institut des sciences empiriques de la culture) à Tübingen (Wiegelmann, Zender, Heilfurth 1977 :9). La plupart des instituts universitaires en pays de langue allemande demeurent toutefois fidèles au terme de « Volkskunde ». Il existe un département de « Volkskunde allemande et comparative » à Munich ; à Innsbruck et à Vienne, on complète l’appellation Volkskunde du terme « Ethnologie européenne ». « L’Institut de folklore » de Zurich comporte un département indépendant de « Littérature populaire européenne ».

2Alors même qu’au niveau international le terme « ethnologie » fut très vite accepté dans le titre des revues professionnelles (Ethnologie française, Ethnologia Scandinavica, Etimologia Slavica, Ethnologia Europaea, etc.), les associations professionnelles et les musées des pays de langue allemande (et de Hollande) conservèrent le terme Volkskunde en tant que dénominateur commun. Ils se justifièrent en disant que ce qu’une science accomplit ne dépend pas de sa dénomination, mais bien de la qualité de ses travaux et que le nom de Volkskunde servait à maintenir l’identité historique de la discipline.

3Il serait tout à fait possible de désigner notre discipline du terme ethnologie régionale, proche de l’usage accepté au plan international. Cette appellation a été proposée au Congrès international d’ethnologie régionale d’Arnhem (1955), pour remplacer des termes tels que Volkskunde, folklore, Storia delle tradizioni popolari, Folklivsforskning, Laographia, etc., (Actes du Congrès international d’ethnologie régionale 1956). Elle me semble assez adéquate, dans la mesure où, dans la majorité des cas, les travaux effectués par les différents instituts se concentrent sur la région dans laquelle ils sont situés. En ce qui concerne les instituts qui élargissent le champ de leurs recherches à l’Europe centrale orientale (Marburg), à l’Europe du Sud-Est (Munich), aux pays nordiques (Munster et Kiel), il me semble que la désignation « Ethnologie européenne » soit pertinente.

4Dans le cadre du présent article, et pour me conformer en partie à l’usage encore répandu – en dépit de son caractère un peu désuet – dans les pays de langue allemande, j’utiliserai le terme « folklore » pour traduire Volkskunde, suivant en ceci A. Van Gennep (dans le sens de « étude, connaissance, science du peuple » et en tant qu’« équivalent approximatif » de la terminologie allemande [Van Gennep 1943, t. 1 : 7]). Ce terme a l’avantage de permettre la formulation de dérivés comme « folkloriste », « folkloristique », « folklorisme ».

5Ce qui suit tente d’esquisser certaines tendances ayant eu une influence sur la recherche ethnologique dans les pays germanophones au cours de ces dernières décennies. Pendant longtemps, l’évolution moderne de la « vie du peuple » et de la « culture populaire » avait été qualifiée de symptôme de crise ou de signe de décadence par les folkloristes, et la recherche avait choisi de l’ignorer (Wiegelmann, Zender, Heilfurth, op. cit. : 38 et Bausinger 1969a : 232-250). Ce n’est qu’au début des années soixante que le folklore s’engagea résolument dans une tentative de devenir science du présent. Il n’en renia pas pour autant ses prémisses historiques, mais celles-ci devinrent moins importantes. Il s’avéra rapidement qu’il n’était pas possible de classer les manifestations populaires de la société moderne selon les schémas traditionnels de « tradition », « communauté », « moeurs », etc. Dans la société moderne, le caractère distinctif des cultures populaires régionales tend à perdre de son importance par rapport à une différenciation au niveau social ; on s’interroge sur des différences d’ordre social, sur les rapports entre le pouvoir et ses subordonnés. Dans ces conditions, le folklore ne peut plus négliger de mettre à profit les connaissances méthodiques et théoriques acquises par les sciences sociales (sociologie et psychologie sociale en particulier [Bausinger 1971 : 224, Kramer 1970 : 1 sq.]). En 1961 parut à Stuttgart l’ouvrage d’Hermann Bausinger, Volks-kultur in der technischen Welt (La culture populaire dans le monde technique). Il s’agit d’une présentation de l’évolution de la culture populaire au moment même où la technique moderne commençait à constituer l’environnement familier, presque naturel, des couches populaires. L’auteur expose la manière dont les limites traditionnelles de la vie populaire subissent des mutations. La perception de l’espace est modifiée par une mobilité accrue, le lieu de naissance, la commune cessent en partie d’influencer le comportement individuel. La perception du social subit elle aussi des modifications, dans la mesure où toutes les couches sociales ont, en principe, accès aux acquis culturels autrefois réservés aux élites. On constate une évolution de la perception de la dimension historique au moment où des coutumes, pratiquées jusque-là de manière « naïve », deviennent fait historique et tradition maintenue de manière consciente. Dans la mesure où il présentait des faits très nombreux et développait des concepts nouveaux, l’ouvrage de Bausinger a constitué une base sur laquelle l’étude folklorique de la société moderne et complexe pouvait se fonder.

6Une autre recherche de type socio-ethnologique représenta un jalon important dans le développement d’une science du folklore contemporain, effectuée par des chercheurs de l’université de Tübingen auprès de plusieurs groupes de réfugiés d’origines diverses (Bausinger, Braun, Schwedt 1959). Les autorités responsables avaient alloué à ces réfugiés des logis dans des immeubles récents auxquels ils avaient peine à s’adapter. La description des réactions des personnes concernées à leur environnement, ainsi que divers types de comportement manifestés, entraînent un rapprochement des démarches ethnologique et sociologique.

7L’étude est marquée par la conviction que la science, analysant le développement et la structure d’un groupe, devrait viser à proposer des solutions aux problèmes perçus par le groupe comme les plus urgents. De nombreux ethnologues ont exprimé par la suite cette préoccupation caractéristique : leurs travaux tentent de s’orienter étroitement vers la praxis.

8La recherche effectuée par A. Lehmann dans un village de Basse-Saxe (Lehmann 1976) constitue également l’exemple d’une association réussie entre la sociologie et le folklore. L’auteur, un sociologue devenu plus tard folkloriste, décrit et analyse minutieusement le quotidien, vie de famille, habitat, formes et fonctions de la communication journalière dans les différents groupes alliés ou opposants. Il traite également des rapports de ces groupes avec les travailleurs étrangers. A. Lehmann parvient à la conclusion qu’après deux guerres mondiales et sous l’effet de l’influence des mass media, ainsi que d’un monde du travail de plus en plus technique, les traditions autochtones ayant dicté le comportement quotidien ou festif ne constituent plus qu’une part mineure du vécu, cela étant valable pour les membres d’une petite commune également. Le conscient de l’homme moderne subit, maintenant plus que par le passé, l’emprise de données économiques, politiques ou culturelles ayant nature immanente. La commune étudiée par Lehmann sur la base de l’observation participante constitue un système social ouvert, et non une « communauté » (Gemeinschaft) dans le sens traditionnellement accepté par les folkloristes allemands ; elle en est en fait l’opposé.

9Les travaux effectués sur le terrain d’une commune ou d’un village ne représentent pas, en soi, une innovation dans le domaine du folklore. Mais des recherches telles que celle de Lehmann manifestent une approche différente, dans le sens qu’elles portent une attention soutenue à la structure sociale, aux fondements économiques et aux formes de l’interaction dans les groupes. Les travaux les ayant précédées n’avaient utilisé en fait de théorie au niveau social que la notion vague de Gemeinschaft, ignorant en conséquence les réalités sociales. Lehmann - et ceux qui le suivirent - innove en outre dans la mesure où il s’intéresse à une commune ayant une structure complexe, allant au-delà de l’étude d’une communauté rurale « intacte ».

10Alors que les monographies locales traditionnelles présupposaient la « communauté » (Gemeinschaft [Bausinger 1971 : 88 sq.]) en tant que forme d’intégration sociale impliquant l’harmonie, les travaux plus récents placent l’accent sur le conflit social. Les chercheurs en question prennent comme point de départ la notion que la réalité ne peut être harmonique, mais que les membres du groupe la présentent volontiers comme telle à celui qui vient de l’extérieur. C’est par le biais de l’étude des conflits et des réactions les accompagnant que l’enquêteur est en mesure de percevoir la réalité sociale et la dynamique propre au groupe. Dans le conflit, certaines attitudes et préjugés collectifs deviennent manifestes ; ces éléments ne pourraient être saisis par le simple questionnaire. De telles études se concentrent également sur la manière dont les conflits sont vécus (affrontement physique ou verbal, diffusion de racontars, pamphlets, etc.), ainsi que sur la manière dont ils sont résolus (compromis, « cessez-le-feu » temporaire, etc.).

11Une étude récente de l’Institut de sciences empiriques de la culture (Tübingen) sur une commune rurale (Ilien, Jeggle 1978) comprend une enquête sur le processus de la socialisation de l’enfant, sur la base de théories psychanalytiques et dans le but d’expliquer la structure des valeurs et du comportement typique d’un lieu donné. Cette approche est peu usuelle en folklore, mais les possibilités qu’elle ouvre sont thème de discussion.

  • 1 Les changements économiques et sociaux dans les régions de montagne sont l'objet de plusieurs mono (...)

12En Suisse, un groupe de sociologues et folkloristes a été chargé de faire une enquête sur le degré auquel les projets officiels de développement des régions alpines concordaient avec la manière dont les populations concernées envisageaient leur futur. Sur la base de recherches sur le terrain et des analyses qui les suivirent, les chercheurs constatèrent des différences importantes entre les projets officiels – tout fondés sur des théories scientifiques dans les domaines de l’économie et de la technique qu’ils soient – et la manière dont les populations en question percevaient la réalité et leur avenir (Anderegg et al. 1981).1

13Des recherches orientées vers une praxis sociale sont également effectuées à l’Institut d’anthropologie culturelle et d’ethnologie de Francfort. Ce sont surtout les rapports de l’homme avec son espace vécu qui sont soumis à l’analyse. L’homme moderne, ses besoins spécifiquement culturels, ses aspirations et les valeurs qui le guident constituent l’objet central des enquêtes (Greverus 1972, 1978b, 1979 et Haindl 1983). L’institut collabore sur une base interdisciplinaire (avec des architectes, des historiens de l’art, des restaurateurs de monuments, etc.) à des projets de planification sociale dans des quartiers ou des villages. On a toujours porté grande attention au fait qu’il fallait que la population participe au processus de décision, afin qu’elle soit renforcée dans son identité. Le même institut a publié des analyses critiques du phénomène de l’offre dans le domaine du tourisme et du comportement de l’individu-touriste (Greverus 1978a, Bentel et al. 1978, Wahrlich 1984). On espère à Francfort que l’orientation de l’institut vers la pratique permettra à ses diplômés de trouver plus facilement du travail.

14Il peut sembler évident que l’on devrait faire appel à des folkloristes au moment de toute tentative de résoudre les problèmes résultant de rapports et de conflits entre cultures. Ce genre de problèmes se rencontre partout où se trouvent travailleurs étrangers ou réfugiés. Le Fonds national suisse pour la recherche scientifique a chargé une ethnologue d’entreprendre une enquête sur les difficultés rencontrées par les réfugiés thibétains dans leurs rapports avec la population autochtone (Ott-Marti 1976 : 43-52, 1980). L’utilisation de méthodes telles que l’observation participante et l’interview en profondeur, lui permirent de mieux percevoir les problèmes liés à l’intégration des deux cultures, compte tenu des possibilités économiques limitées offertes aux réfugiés ; le niveau de vie relativement bas influençait la structuration de nombreux domaines du quotidien et rendait plus difficile la recherche d’une identité. L’ouvrage contient, conformément au désir de l’auteur, certaines suggestions quant à la manière dont il faudrait approcher les réfugiés et leurs problèmes.

15Des recherches empiriques se sont occupées du phénomène de « l’acculturation temporaire », (manifestée par les immigrés orientés vers un retour dans leur pays d’origine). Elles concernent entre autres les « travailleurs turcs à Münster » (Narman 1978), les « Coréennes en Allemagne » (Yoo 1981) et se donnent également pour but explicite l’élimination de préjugés et l’incitation à la rencontre ouverte.

16Un folklore du présent peut être pratiqué de plusieurs manières, en tant par exemple que description empirique des faits et des causes dans un sens positivo-pragmatique, ou bien comme une analyse critique de la culture selon la théorie de la société formulée par l’école de Francfort (Horkheimer, Adorno, Habermas, voir Lazarsfeld in Tendances principales, 1970 : 131 – 136). La réflexion critique sur certains manques, ou insuffisances fondamentales, résultant de contradictions sociétales, est essentielle à cette approche. La critique se fonde sur le modèle d’une société « réussie » et gouvernée par la raison. Dans ce sens, elle attaque surtout les « idéologies », considérées comme outils servant à justifier des rapports de domination dans les domaines politique et social et à les stabiliser.

17Une série de travaux inspirés par cette approche ont examiné - dans le sens d’une analyse critique de la culture - l’industrie moderne de consommation culturelle. Les chansons à succès (Mezger 1975), les romans populaires sur le Far West (Davids 1975), des ouvrages de science fiction (Nagl 1972) ont été soumis à des analyses de contenu ; les travaux publiés ne contiennent malheureusement pas toujours des informations sur les consommateurs de ces produits de l’industrie culturelle. Par contre, une analyse très détaillée du contenu, de la fonction et de l’influence de romans populaires consacrés au thème de la guerre (Geiger 1974) - et achetés surtout par des adolescents - a été en mesure de réfuter l’argument souvent utilisé par les éditeurs et selon lequel ce type de littérature sert à prévenir les guerres véritables en inspirant la peur. L’auteur démontre au contraire qu’il s’agit d’une banalisation de l’horreur.

18Après s’être concentrés pendant longtemps sur l’origine, la description et l’interprétation des images religieuses et profanes anciennes, les chercheurs s’intéressent maintenant aux rapports entre homme et images et décrivent les fonctions acquises par ces images dans le quotidien (facteurs de socialisation des posters dans la chambre des enfants, fonction de représentation des tableaux dans le living, etc. [Scharfe 1970 : 87-98 et 99-109, Sturzenegger 1970, Schilling 1971]). Dans la même optique, les jouets d’enfants servent à transmettre les valeurs sociales pendant le processus éducatif (Juergensen 1981, Weber-Keller-mann 1979 : 192 sq.).

19Au cours de ces dernières décennies, les folkloristes allemands se sont beaucoup intéressés à l’usage (datant du xixe siècle déjà) selon lequel certains éléments de la culture populaire (la musique, les danses, les jeux, les coutumes et les costumes folkloriques) sont souvent intégrés à des spectacles n’ayant plus de rapport direct avec leur environnement fonctionnel, géographique ou temporel original. Ce furent d’abord les porteurs de la culture locale en question qui donnaient des représentations, pour plus tard céder le pas à des sociétés folkloriques, puis à des groupes professionnels et semi-professionnels travaillant contre rémunération. Au début, de nombreux folkloristes adoptèrent une attitude plutôt négative par rapport à ce qu’ils considéraient comme un abus du patrimoine populaire, encouragé sur le plan commercial par le tourisme de masse. On a choisi le terme de « folklorisme » pour ce phénomène (Moser 1962 : 177-209, 1964 : 9-57, Bausinger 1967 : 61-75, 1969 : 1-55, Haevernick 1971 : 11-30, Bausinger 1971 : 159-195, Korff in Koestlin, Bausinger [eds] 1980 : 39-49, Hoerander, Lunzer [eds] 1982 ; Strobach 1982 : 9-52 ; Niederer 1983 : 175-186) ; il ne se limite pas à l’organisation de spectacles folkloriques, et inclut la fabrication d’objets traditionnels (rouets, plats et bols de bois, etc.) ou d’objets autrefois utilisés dans les coutumes (masques, etc.). Ces objets sont produits soit en grandeur naturelle, soit en miniature, et ne sont vendus que comme décoration. Une discussion entre folkloristes quant aux dimensions « authentiques » ou « falsifiées » de ce phénomène aboutit à la conclusion qu’il serait faux de considérer l’utilisation de manifestions populaires symboliques dans des spectacles et sous des formes synthétiques comme une falsification de leur fonction d’origine. On ne peut placer sur un même plan l’authenticité de la forme et la dimension historique de l’objet ; il s’agit bien plutôt de mutations du même type que l’attribution de nouvelles fonctions à des éléments de la culture, phénomène ayant toujours pris place au cours des siècles.

20Depuis le début des années soixante, les folkloristes de langue allemande débattent pour savoir si leur discipline relève du domaine de l’histoire ou des sciences sociales. Une nouvelle génération de chercheurs a commencé à utiliser, au moins en partie, les méthodes et l’approche, basée sur la quantification, de la sociologie empirique, ainsi qu’une approche analytique impliquant un fonctionnalisme historique pour lequel la question centrale est celle des rapports entre phénomènes et processus culturels et leur environnement social et économique. Il s’avéra toutefois que les schémas d’enquête standardisés utilisés en sociologie ne convenaient qu’en partie à l’objet étudié par le folkloriste (Bausinger 1977b : 1-8, 1980b : 1-21, Gerndt 1980b : 22-36, Nixdorff, Hauschild [eds] 1982 : 91 sq.). On se tourna alors vers les méthodes qualitatives de l’anthropologie sociale, vers l’observation participante et les interviews en profondeur, méthodes qui permettent de réorienter l’enquête de manière continuelle sur le terrain et de tenir compte des problèmes rencontrés. Cette manière de procéder correspond en fait à la tradition intuitivo-herméneutique pratiquée depuis longtemps par les folkloristes.

21Les chercheurs orientés essentiellement vers les dimensions historiques de la culture considéraient toute tentative de faire du folklore une analyse idéologico-critique de la culture ou une praxis à fonction émancipatrice, comme peu souhaitable. En ce qui concerne l’approche anthropologique prônée par l’Institut d’anthropologie culturelle de Francfort, la critique s’adressa surtout à la manière dont elle négligeait la dimension historique et recourait à des théories basées sur l’abstraction, à partir de matériel anthropologique trop hétéroclite.

22Il faut toutefois constater que les folkloristes ayant conservé une orientation historique ont renoncé de manière décisive aux interprétations à tendances mythologisantes – au niveau du sens, comme de l’origine – qu’ils avaient longtemps favorisées. On est passé à une approche dans laquelle les manifestations de la culture populaire, les coutumes et les cérémonies en particulier, sont analysées en fonction de leur contexte historique (Mose 1954 : 221, Wiegelmann et al. 1977 : 35, 133, Bausinger in Geiger et al. [eds] 1970 : 155-172). Le fait que de nombreuses coutumes du cycle annuel ou existentiel aient originairement été fondées sur des croyances de type magique ou mythique n’est pas contesté. Mais il est difficile d’en retrouver les origines, faute de documents permettant de reconstituer celles-ci de manière fiable. On n’aurait alors à disposition que des hypothèses plus ou moins fantaisistes, incluant en général les notions de rites de fertilité ou de protection contre les démons.

23Au cours des dernières décennies et sous l’influence de Hans Moser, de Karl Sigismund Kramer ainsi que de Friedrich Sieber (RDA), les chercheurs ont repris intérêt à une analyse précise du quotidien comme des festivités. L’attention se porte essentiellement sur une tentative de reconstituer de manière irréfutable les développements subis par la culture du Moyen Age aux temps modernes. Les manifestations culturelles sont alors perçues dans leur environnement social et culturel. On utilise comme sources les documents que constituent par exemple décrets et lois contrôlant divers domaines de la vie du peuple (décrets sur l’habillement, lois somptuaires sur les baptêmes, les mariages et les enterrements, écrits visant à éduquer le peuple et à combattre croyances et superstitions sans oublier les listes d’héritage, les actes des tribunaux, etc. [Moser 1954 : 221]).

24Que l’on nous permette de donner un exemple illustrant le contraste entre une analyse mythologisante et un travail visant à se fonder sur des documents solides.

25L’érudit allemand Wilhelm Mannhardt (1831-1880), bien connu, comme l’anthropologue britannique James Frazer (1854-1941) dans le domaine de la recherche en mythologie, avait envoyé en 1865 un grand nombre de questionnaires sur les coutumes accompagnant les récoltes en Allemagne et dans plusieurs pays européens. Il avait l’intention d’utiliser les résultats dans le contexte de ses recherches mythologiques sur les cultes agraires. Il reçut environ 2500 questionnaires remplis, dont la plupart existaient encore après la Seconde Guerre mondiale. Ce matériel fut réexaminé au début des années soixante par Ingeborg Weber-Kellermann qui constata que les réponses ne concernaient pas que les coutumes de la récolte, la « dernière gerbe » ou les démons du blé. Elles fournissaient également des informations sur les règlements, la division du travail entre sexes, les conditions sociales et légales. Mme Weber-Kellermann utilisa alors ce matériel pour une étude sur la fonction des coutumes accompagnant les récoltes, par rapport aux conditions socio-économiques dans diverses régions de l’Allemagne. Le fait de postuler une relation entre les coutumes agraires et le contexte existentiel des groupes sociaux les pratiquant (les ouvriers agricoles) constitue une sorte d’inversion des théories de Mannhardt et de Frazer (où l’homme était absent) et représente un progrès important dans les recherches sur les coutumes agraires en montrant leur fonction de compensation symbolique entre partenaires sociaux (Weber-Kellermann 1965).

26Les sources exploitées par les folkloristes se trouvent dans les archives, publiques ou privées. Le chercheur sera contraint de trouver lui-même les sources requises pour son travail, puisqu’il n’existe aucun registre qui permettrait au folkloriste de repérer ce dont il a besoin parmi l’amoncellement considérable de documents (Wiegelmann et al. 1977 : 65 et 80). On avait commencé à certains endroits (Munich, Kiel, Bâle) à établir des fichiers contenant des extraits d’actes utiles à la recherche dans le domaine du folklore. Mais l’entreprise dut être abandonnée au bout de quelques temps, faute de collaborateurs et de moyens financiers.

27Les folkloristes travaillant sur les xixe et xxe siècles ont également à leur disposition les matériaux collectés au moyen d’enquêtes sur le terrain, ainsi que les données accumulées de manière systématique (par le biais de questionnaires écrits ou par l’intermédiaire d’explorateurs) pour l’établissement des atlas nationaux de folklore (Wiegelmann op. cit. : 70).

28Les dictionnaires des dialectes régionaux ou nationaux contiennent eux aussi des sources importantes sous forme d’explications ethnographiques compétentes des termes présentés (Staub, Tobler et al. 1981 sq.)

29D’autres documents pertinents peuvent servir de sources, les documents biographiques en particulier. Il peut s’agir soit de textes rédigés par l’individu lui-même, soit de protocoles d’interviews. Il est parfois possible d’accéder au sujet avant qu’il ne rédige le document ou d’orienter l’interview selon les points d’intérêt spécifiques à la recherche en demandant que ces points soient traités plus particulièrement (Wiegelmann op.cit. : 69).

30Au cours des dernières décennies, des archives ont été établies par certains instituts (Vienne, Tübingen, Bâle, Zurich, etc.), rassemblant les articles de journaux pertinents ; ce genre d’archives est indispensable à un véritable « folklore du présent ». Notons qu’en 1973 un Institut de documentation et de recherche du folklore du présent en pays de langue allemande fut créé à Mattersburg (Burgenland, Autriche) [Schmidt 1976].

31La plupart des instituts possèdent en outre des collections de documents par l’image et de films documentaires. La Société suisse des Traditions populaires possède, par exemple, plus de cinquante films tournés par des spécialistes et accompagnés de commentaires écrits. Ils ont pour thème des méthodes de travail en voie de disparition, dans le domaine de l’artisanat, de l’économie domestique et de l’agriculture (le travail du coutelier par exemple, du charron, du sabotier, du peignier, du fromager d’alpage, du flotteur, etc. [Hugger ed. 1967 sq.]).

  • 2 Communication orale de M. Wolfgang Jacobeit (Berlin).

32La recherche pratiquée dans le domaine du folklore en Allemagne de l’Est (RDA) est caractérisée par une orientation strictement historique et qui utilise les méthodes du matérialisme historique à tendance marxiste-léniniste. On commença à travailler après la Seconde Guerre mondiale à la collection et à la publication de chants populaires, de dictons et de légendes traitant de la lutte des classes (Steinitz 1979). Ce fut plus tard - de la même manière que dans d’autres pays de l’Est - une recherche à orientation historique intéressée avant tout à la culture matérielle qui prit le plus d’importance. Elle se consacra en particulier à des thèmes relatifs au travail et à l’économie ; une collaboration étroite s’établit entre folkloristes, historiens de l’économie et musées (Wiegelmann op. cit. : 33 sq., 91 sq.). Les directeurs de musées dans tout le pays furent invités à suivre des cours par correspondance d’une durée de cinq ans. On leur y enseigna à percevoir le caractère de processus de l’histoire de « la culture et du mode de vie » des classes laborieuses à l’époque du féoda-lisme, du capitalisme et du socialisme2. Au niveau théorique, les folkloristes est-allemands distinguent le « mode de vie » du prolétariat de sa « culture ». Par « mode de vie », les chercheurs marxistes entendent les conditions existentielles accordées aux travailleurs par les classes dominantes pour la reproduction de leur force de travail, ainsi que l’acceptation, passive ou active, par les travailleurs et leur famille de ces conditions. Par « culture » des classes laborieuses, les historiens de l’Allemagne de l’Est entendent les associations créées par les travailleurs en vue de la formation politique, de la transmission de connaissances, de l’exercice du sport, etc., ainsi que les activités créatives comme le chant et la musique, le théâtre d’agitation, la presse ouvrière, etc.

  • 3 Communication orale de M. Wolfgang Jacobeit (Berlin).

33Ce n’est que récemment que l’on a commencé en RDA à collectionner des objets dans le domaine des outils (agricoles surtout) et des méthodes de production, pour les exposer dans des musées locaux. C’est un intérêt au niveau sociohistorique plus qu’esthétique qui pousse à l’entreprise et l’on tente actuellement d’y faire participer la population à travers l’école surtout3.

34Mentionnons que l’Allemagne de l’Est accorde un soutien particulier à la minorité slave des Sorabes de la région de Lusace, peuple autonome depuis 1945 (population : environ 150 000) Ceux-ci ont leurs propres écoles, ainsi qu’un institut culturel.

35Il faut signaler l’importance, en Allemagne fédérale en particulier, des recherches spatio-temporelles et plus spécifiquement des recherches dans le domaine de la diffusion et de l’innovation. Ce sont Bonn - où se trouve le bureau de 1’« Atlas du folklore allemand » (Atlas der deutschen Volkskunde, Harmjanz et Rôhr 1937-39 et Zender et al. 1958-79) - et Munster - avec ses recherches historiques dans le domaine de l’innovation – qui représentent le mieux cette approche. La perspective spatiotemporelle utilisant les moyens techniques de la cartographie permet certaines conclusions sur les conditions historiques ou écologiques à la source de la diffusion ou de la disparition de biens culturels donnés.

36Quelle est l’importance de la méthode cartographique en folklore ? Elle offre une image diversifiée, mais statique de la répartition régionale d’éléments culturels, tels que les objets agricoles et domestiques, les mets et la manière de manger, l’habillement, les coutumes des cycles de l’année et de la vie, les jeux populaires, les pratiques médicinales, etc. On espérait parvenir à démontrer l’origine et la diffusion des phénomènes culturels anciens pour lesquels on ne disposait d’aucun document (charrues, outils de récolte, méthodes de battage, moyens de transport, éléments de construction, etc.), en établissant des comparaisons entre régions, sur la base de cartes représentant la situation en 1930. Cet effort se fondait sur la notion d’une continuité temporelle allant du Moyen Age au début de l’industrialisation. On commença à critiquer la méthode spatio-temporelle au moment où la notion de continuité elle-même devint objet de discussion dans les années soixante en Allemagne. On critiqua surtout le fait que les chercheurs soutenant la thèse de la continuité fondent leur argument sur la continuité de la forme, négligeant à la fois la fonction et la signification des objets. Les régions de diffusion, les frontières, les espaces vides tels qu’ils apparaissent sur les cartes, disait-on, ne peuvent être expliqués de manière convaincante que sur la base de méthodes historiques exactes (Moser 1954 : 219, 1959 : 89, Schenda 1982-83 : 105-116, 124-154, Voskuil et Cox in L’ethnocartographie en Europe 1982-83 : 263-282).

37Les folkloristes ayant une orientation plus sociologique regrettent surtout que les atlas ethnographiques ne tiennent pas compte des variations dues à des différences d’ordre social et présupposent un type traditionnel essentiellement homogène. Ils considèrent en outre que, trop souvent, ce sont les « fossiles » de la culture populaire qui sont cartographiés, des éléments ayant perdu toute signification dans le quotidien.

38En dépit de tous ces manques, les atlas folkloriques demeurent importants. Ils représentent une œuvre collective, poursuivie avec patience pendant des décennies. Ils servent en outre de contrepartie aux nombreux travaux monographiques, privilégiés par les chercheurs en fonction de leur carrière académique. En plus, du fait qu’ils présentent de manière claire un matériel considérable, ce à quoi aucun livre ne peut parvenir, ils ont valeur heuristique puisqu’ils soulèvent de nombreuses questions, telle par exemple celle de la correspondance ou des différences entre régions culturelles et linguistiques, confessionnelles et politiques, ou celle des raisons de ce que l’on a appelé « retards culturels ». Les cartes de diffusion thématiques offrent de plus, combinées à des croquis ou à des documents photographiques, des informations de base au chercheur qui ne comprend pas la langue du pays qui l’intéresse.

39Au début des années soixante-dix, le folkloriste Günter Wiegelmann (Münster) s’inspira de collègues suédois pour étudier théoriquement et empiriquement le processus culturel de l’introduction de nouveautés (innovations) [Wiegelmann op. cit. : 51 sq.]. Il formula un certain nombre d’hypothèses, fondées sur l’étude historique de l’habillement, de la nourriture et du mobilier, hypothèses que nous résumons ci-dessous.

40Il s’est avéré que les innovations impliquant des objets rares et coûteux ont, depuis le Moyen Age, toujours été introduites d’abord par les classes sociales situées au haut de l’échelle, avec une tendance à utiliser ces objets comme marque distinctive, du moins tant qu’ils demeuraient exclusifs à ces classes. Les classes inférieures de la population ne sont en mesure d’acquérir les objets culturels en question qu’à partir du moment où leur prix devient abordable ou lorsque leur niveau de vie s’améliore. Tant que les bases économiques des classes inférieures demeurent limitées, des succédanés tendent à remplacer les biens inaccessibles (la margarine au lieu du beurre, la chicorée au lieu de café) [Wiegelmann op. cit. : 56 sq.]. Dès que les classes supérieures perdent le monopole de certains objets de prestige – dans la mesure où ils deviennent accessibles à tous -, elles font tout pour en trouver d’autres, afin que se maintienne la distance sociale entre riches et pauvres. Le phénomène inverse, le passage de biens culturels dans la direction du bas de l’échelle vers le haut de l’échelle, est relativement plus rare. Wiegelmann en donne un exemple, celui des meubles rustiques anciens introduits dans les demeures des classes supérieures par le biais du marché des antiquités (Wiegelmann op.cit. : 58 sq.)

41Ce sont en fait les mouvements d’alternance entre économie de haute conjoncture et périodes de dépression économique qui constituent le fondement de la théorie formulée par Wiegelmann. On a observé qu’aux époques mêmes où la situation économique empire, certains groupes conservent des formes particulières d’objets de prestige, alors même que, dans le courant d’une évolution générale de la culture, l’environnement de ces groupes a renoncé à ces formes et que le passage à de nouvelles formes serait tout à fait possible. Le folkloriste suédois Sigurd Erixon a employé le terme de « fixation culturelle » pour désigner ce phénomène, qui n’est pas identique au « conservatisme forcé », mais qui peut avoir des raisons esthétiques ou servir de marque d’identité (costumes, détails architecturaux remarquables, etc.) (Wiegelmann op.cit. : 39 sq. et 59-62).

42L’Institut de folklore de Munster – institut qui mérite le titre de centre allemand de la recherche dans le domaine de la culture matérielle – conduit actuellement un projet concerné par la diffusion de la culture urbaine bourgeoise dans le domaine de l’habitat et de l’ameublement, du xviie au xixe siècle. Les chercheurs enquêtent surtout sur l’ameublement, sur la base des méthodes explicitement quantitatives d’évaluation de documents d’archives. En ceci, ils prennent pour modèle l’école française des Annales et de l’histoire sérielle (Roth 1980 : 37-57 et Wiegelmann 1981-82 : 236-246) qui permet une périodisation de la culture populaire. Cette approche jouit depuis quelques années d’une certaine réputation en Allemagne.

43Les recherches entreprises en Allemagne sur les phases de l’évolution dans le domaine du mobilier ont pour pendant, en France, les travaux de Suzanne Tardieu sur les meubles anciens de diverses régions.

44Il n’est pas surprenant que, compte tenu de l’importance de la religion dans la vie populaire, les manifestations de la religion populaire aient été depuis toujours étudiées de manière intensive par les folkloristes. Ce sont actuellement Würzburg, Munich et Vienne qui constituent les centres de la recherche dans le domaine de la piété populaire catholique (vénération des saints, pèlerinages, images votives) [Kriss-Rettenbeck 1963, Brückner 1958, Beitl 1973 et Gerndt 1973]. En Suisse, des études ont été entreprises en dehors des universités, dans le domaine des pèlerinages en particulier. Alors qu’autrefois c’était surtout les ex-voto qui intéressaient les chercheurs, ceux-ci tendent maintenant à entreprendre des travaux sur les pèlerinages. Les ouvrages les plus récents ne s’intéressent plus beaucoup à des questions d’origine, mais traitent des aspects structurels (Baumer 1977) et symboliques du pèlerinage, ainsi que des fonctions qu’il a acquises hors du religieux, fonction récréative, sportive, mais aussi politique (Baumer 1976, 1984, in Wiegelmann [ed.] 1973 : 88-101 et 102-111) au niveau national ou social.

45Il n’existe que peu de recherches sur l’évolution de la piété populaire depuis la Seconde Guerre mondiale et surtout après les réformes introduites par le Concile Vatican II (Heim 1983).

46Sont également rares les recherches s’étant intéressées à la piété religieuse des protestants. Elles se concentrent en général sur l’exercice de rites de passage (baptême, confirmation et funérailles) [Welti 1967, Burckhardt-Seebass 1975, Encyclopédie illustrée du pays de Vaud 1982, vol. 10 : 195 sq. et Preiswerk 1983]. La problématique des relations confessionnelles entre protestants et catholiques a suscité une enquête à orientation historique sur la minorité catholique de la ville de Bâle. Elle décrit cette minorité comme un groupe situé au niveau inférieur de l’échelle sociale et allogène (Gantner 1970). Un autre travail a traité des préjugés et des conflits à base confessionnelle dans le Württemberg des xixe et xxe siècles. On y démontre que l’identification à une appartenance confessionnelle demeure présente de nos jours au niveau des couches sous-jacentes du conscient, et se manifeste par le biais d’attitudes et de stéréotypes ayant survécu à toute tendance à quitter l’Eglise en tant qu’institution et à toute indifférence religieuse (Koehle-Hezinger 1976).

47C’est à Marburg que l’on se consacre le plus à l’étude des domaines traditionnels du folklore : les coutumes, les cérémonies et les fêtes. On a toutefois abandonné toute tentative d’interprétation basée sur le mythologisant et le magique, pour s’intéresser aux codes de conduite de certains groupes sociaux, en tenant compte en particulier du rôle de la famille transmettant les coutumes du cycle de vie et de travail (Brauch und seine Rolle in Verhaltenscode sozialer Gruppen 1973). Cela est d’autant plus remarquable que la recherche s’était longtemps concentrée sur la tradition coutumière dans les communes, la ville, le quartier, les sociétés. Un travail récent sur les anniversaires d’enfants peut être cité comme exemple caractéristique de la recherche en question. En dehors des coutumes familiales, ce sont aussi la famille (Falkenberg 1984, Weber-Kellermann 1974, « Sozialkultur der Familie » 1982, Bimmer 1983 : 126-135 et Moeller 1973), et l’enfance (Weber-Kellermann 1979) en soi qui intéressent les chercheurs de Marburg. Une tendance dans cette direction semble également s’ébaucher en Allemagne de l’Est : on a commencé à y effectuer des recherches sur les coutumes familiales et les fêtes de famille au sein du socialisme.

48Les folkloristes allemands ont, en général, eu peine à s’intéresser à l’ethnologie urbaine. Alors que de nombreux travaux existent qui traitent des manifestations de la culture rurale, rares sont ceux qui concernent la ville ; cela, en dépit du fait que l’on a longtemps cherché à encourager ce genre de recherches. Et, dans les rares cas où la ville fut terrain d’enquête, il s’agit de sujets peu typiques de l’urbain, les associations par exemple, ou les cultures de quartier (« le village dans la ville »), le « folklore urbain », etc. Un récent congrès de folklore en Allemagne (automne 1983 à Berlin) a eu pour thème « Grossstadt. Aspekte empirischer Kulturforschung » (Agglomération urbaine. Aspects de la recherche culturelle empirique [Grossstadt 1983 et 1984]). Il a montré clairement que la recherche en milieu urbain doit aller au-delà du niveau de l’étude d’éléments culturels traditionnels et de leur maintien ou développement dans les villes.

49On pourrait, pour saisir ce qui constitue l’essence de l’agglomération urbaine et des sous-cultures qui lui sont spécifiques, prendre comme point de départ les lieux où ses habitants se rencontrent de manière anonyme, les gares, les squares, les cimetières, etc. Ce genre de rencontre est éphémère et les sujets de conversation « convenables » entre anonymes sont définis par les conventions. C’est dans cette « fluidité urbaine » (Colette Pétonnet) que pourrait se situer l’étude de l’ethnologie ou du folklore de l’agglomération urbaine.

50L’un de mes étudiants a fait un travail sur le quotidien en gare centrale de Zurich. Il avait appris – par l’observation, comme au travers d’entretiens avec des personnes rencontrées au hasard -, à différencier les groupes sociaux qui se trouvent, à un moment donné, à un endroit donné et dans un but donné, à la gare : les travailleurs étrangers se rencontrant après le travail, les solitaires cherchant le contact au bar-sandwich, les asociaux et les clochards des salles d’attente, les personnes âgées en route pour une sortie du troisième âge, les fans de football célébrant leur club avec des chants et des drapeaux, les habitués pour lesquels les divers restaurants sont devenus une seconde patrie. Il chercha alors à décrire d’un point de vue ethnologique les formes d’interaction et les rôles à l’intérieur de ces groupes et se servit comme modèle des études d’agglomérations urbaines effectuées aux Etats-Unis (Urban life and culture, a quaterly journal 1972 sq. ; Goffmann 1959).

51Ce n’est qu’au cours de ces dernières années que les folklo-ristes allemands ont pris intérêt à l’étude de la culture des travailleurs. Cela peut sembler surprenant, dans la mesure où le folklore, en tant que science, prétend étudier la culture populaire dans son ensemble. Ce n’est pas que manquent les ouvrages de caractère historique et politique sur les mouvements ouvriers, ses partis, ses leaders, ses associations, manifestations et grèves. Mais ces travaux ne se fondent pas sur une approche qui se situerait au niveau du folklore. Ils présentent, au contraire, un point de vue « d’en haut », alors que le regard du folkloriste devrait être orienté vers le quotidien des diverses couches du prolétariat (travailleurs ruraux, mineurs, travailleurs du bâtiment, ouvriers de fabrique, etc.). Les historiens français regroupés autour de la revue Annales ont bien su inspirer une histoire du quotidien qui viserait à une coopération interdisciplinaire.

52Les folkloristes s’occupant de l’histoire de la culture des classes laborieuses tentent de partir de la base. Il s’agit d’abord de retracer la manière dont le travailleur vivait au xixe siècle, comment il mangeait, comment il élevait ses enfants, ce que c’était que d’être malade, ce que devenaient les personnes âgées, etc. Il est également important de savoir comment les classes laborieuses percevaient leur situation, comment elles se solidarisaient et s’organisaient, ce qui les poussait à descendre dans la rue, à protester ou à se mettre en grève, etc. Tous ces aspects devraient être étudiés, du point de vue de la fonction comme de la forme, par le folklore historique (Fielhauer et Bockhorn [eds] 1982 et Bausinger, Jeggle et al. 1978 : 183 sq.).

53Plusieurs expositions ont été organisées, en Allemagne fédérale comme en Allemagne de l’Est, avec pour thème la manière de vivre du prolétariat. Il faut citer par exemple l’exposition sur les jouets de l’époque bourgeoise (« Spielzeug der bürgerlichen Zeit »), à Marburg. Ne se contentant pas de présenter les jouets des enfants bourgeois, cette exposition montrait ceux qui avaient fabriqué ces jouets : des enfants qui travaillaient à domicile pendant dix à quatorze heures par jour. Monde ludique des enfants de bourgeois, monde laborieux d’enfants auxquels on ne permettait pas de jouer : tel était le contraste présenté par les organisateurs avec une conviction qui ne fut pas du goût du public des habitués (Weber-Kellermann 1974a et 1974b : 194-209).

54Les musées de folklore, ainsi que les départements d’ethnologie à l’intérieur des musées d’histoire ou d’art, furent également touchés par les discussions passionnées engagées au sujet de l’objet de notre discipline vers la fin des années soixante. Une nouvelle génération de folkloristes progressistes reprocha aux musées de fournir l’image d’un monde intact et d’une harmonie entre classes sociales n’ayant jamais existé au sein des sociétés antagonistes. En choisissant des objets beaux sur le plan esthétique, on fournissait une image donnée de la culture populaire rurale. Cette image ne pouvait correspondre à la réalité, puisque la majorité des objets en question provenaient des milieux de la riche paysannerie du xixe siècle, ce que le visiteur du musée, en général, ne pouvait pas savoir. Dans l’opinion des chercheurs progressistes, les objets présentés dans un musée devraient être témoins de la culture et du mode de vie de certaines couches sociales à une époque donnée : il faudrait les présenter comme tels au visiteur. A l’époque, cela, soit ne correspondait pas aux intentions des responsables de musées, soit n’était pas possible, faute de témoins matériels provenant de la « culture des petites gens ». Des folkloristes travaillant à Tübingen et à Marburg organisèrent alors, avec les moyens dont ils disposaient, des expositions didactiques. Le but explicite de ces expositions était de faire comprendre au visiteur, à l’aide de textes formulés de manière précise, où se situent les processus de manipulation des masses. Cela impliquait d’ailleurs un engagement partisan. C’est ainsi qu’une exposition d’images des guerres que l’Allemagne avait menées en 1870-71, 1914-18 et 1939-45 a montré clairement la manière dont, au cours de ces trois conflits, on avait tenté d’influencer l’opinion publique en faveur de la guerre. Une autre exposition a eu pour thème « les images pieuses » et cherchait à montrer que ces produits de masse ne visaient pas seulement à la popularisation de notions religieuses, mais servaient également à voiler les antagonismes sociaux et à faire oublier leur misère aux pauvres, en leur promettant un paradis (Jacobeit 1976 : 250).

55Le musée d’ethnographie de Kittsee (situé au nord du Burgenland, près de la frontière tchécoslovaque) s’est fixé des buts très différents. Il se situe en tant que « fenêtre vers l’est et le sud-est de l’Europe » et présente régulièrement des expositions sur le folklore des pays ayant appartenu à la monarchie austro-hongroise. En automne 1984, par exemple, une exposition fut consacrée à la culture populaire de l’Albanie, avec des objets provenant en partie du musée autrichien de folklore (Oester-reichisches Museum für Volkskunde) de Vienne, en partie de l’Institut de culture populaire de l’Académie des sciences de Tirana. Des expositions ayant pour thème les cultures populaires bulgare, slovène et hongroise l’avaient précédée. Signalons à propos du folklore autrichien la Bibliographie folklorique autrichienne (Oesterreichische volkskundliche Bibliographie, Beiti [ed.]) qui paraît depuis 1969.

56Au moment d’arriver à la fin de cet aperçu, je ne peux que regretter qu’il ne m’ait pas été possible de présenter d’autres domaines de recherche, celui de l’alimentation populaire par exemple, dont les méthodes se situent au niveau socio-historique et structuraliste (Wiegelmann 1967 et Tolksdorf 1975 et 1976 : 64-122). La recherche dans le domaine des constructions rurales qui occupent dans tous les pays de langue allemande une place privilégiée, n’a pas pu être présentée. Il ne m’a pas été possible non plus de discuter le travail d’une commission chargée par la « Deutsche Gesellschaft für Volkskunde » d’étudier la vie populaire dans les régions de l’est et du sud-est de l’Europe, autrefois germanophones, ainsi que l’intégration des réfugiés provenant de ces régions.

57Il faut mentionner encore une particularité propre au folklore en Allemagne fédérale. Une part importante des publications se consacre à des prises de position théoriques et à des déclarations de principes, ou approche de manière critique l’histoire de la discipline. Pourtant, pour des étrangers comme moi, l’intérêt pour le folklore allemand ne peut se situer au niveau des confrontations théoriques et idéologiques, confrontations dont la violence ne peut parfois manquer de surprendre. Ce sont les études concrètes, parfois effectuées dans des conditions difficiles et basées sur des sources historiques ou des enquêtes sur le terrain (ou sur les deux) qui l’intéresseront, dans la mesure où elles présentent des faits et des résultats concrets. L’expérience montre que les théories sont relativement vite dépassées et que seul l’historien des sciences continue à s’y intéresser une fois qu’elles sont passées de mode. Par contre, on réouvrira toujours un ouvrage traitant de faits réels.

58Au niveau de la documentation internationale, il faut mentionner la Bibliographie internationale du folklore, publiée à intervalles réguliers depuis 1917. Elle se nomme depuis 1949 Bibliographie internationale des arts et traditions populaires et, après avoir été rédigée à Bâle jusqu’en 1974, elle l’est maintenant à Göttingen. Le journal Demos est publié une fois par trimestre à Berlin-Est (Akademie-Verlag) ; il rend compte, depuis 1960, en langue allemande, des publications scientifiques en folklore dans les pays socialistes de l’est et du sud-est de l’Europe. Ethnologia Europaea, fondé en 1967, contient des articles en anglais, en français et en allemand ; récemment encore c’était Günter Wiegelmann (Münster) qui se chargeait de l’éditer. Il faut mentionner également qu’Arnold Van Gennep avait proposé autrefois à la Commission internationale des arts et traditions populaires (CIAP) d’entreprendre la publication d’un dictionnaire des termes utilisés par les folkloristes européens. L’ouvrage ne fut publié qu’en 1960, après le décès de Van Gennep, par les folkloristes suédois sous le titre de International Dictionary of Regional European Ethnology and Folklore (Copenhagen, Rosen-kilde and Bagger).

59Le journal officiel de la « Deutsche Gesellschaft für Volks-kunde » discute parfois les recherches entreprises à l’étranger. C’est ainsi que parut, en 1982, un article de Mme von Hinten, présentant un aperçu des recherches folkloriques en France (les travaux à Plozévet, Aubrac, Chardonneret et Minot en particulier) et passant en revue les principales institutions et leurs activités (von Hinten 1982a : 246-256, 1982b : 70-76). L’année 1981 des Bayerische Blätter für Volkskunde contient un rapport - du même auteur - sur l’Année du patrimoine (von Hinten 1981a : 3-12), ainsi qu’une discussion des travaux effectués en France sur l’homme et son corps (von Hinten 1981b : 155-163). Le même journal a publié en 1984 un rapport sur les recherches en thanatologie en France (Griebel-Kruip 1984 : 97-106), et dans les volumes de 1983 et 1984 du Jahrbuch für Volkskunde, Mme T. Griebel-Kruip présente les recherches faites en France sur la pratique populaire de l’ex-voto (Griebel-Kruip 1983 : 208-229 et 1984 : 159-178).

60Les auteurs français ne sont souvent mentionnés dans les publications allemandes que lorsque leur oeuvre a été traduite ; c’est le cas de Claude Lévi-Strauss, Pierre Bourdieu, Roger Caillois, Emanuel Le Roy Ladurie, Henri Lefebvre, etc. En Suisse alémanique, où la connaissance du français est plus répandue qu’en Allemagne, on connaît mieux la littérature ethnologique française et on entretient des rapports plus soutenus avec les instituts et les chercheurs français ou de Suisse romande.

61Il me reste à conclure, en exprimant ma conviction que notr discipline ne peut se satisfaire d’une approche se concentrant essentiellement sur le national.

Notes

1 Les changements économiques et sociaux dans les régions de montagne sont l'objet de plusieurs monographies locales et régionales faites par des ethnologues suisses : Berthoud 1967, Anderegg 1973, Hugger 1975, Messmer 1974, Niederer 1979 : 233-255, O'Kane 1982, Maeder et Kruker 1983, Kruker 1984.

2 Communication orale de M. Wolfgang Jacobeit (Berlin).

3 Communication orale de M. Wolfgang Jacobeit (Berlin).

Notes de fin

1 Pour la commodité de la rédaction française, comme pour éviter des répétitions d'explications, le terme Volkskunde a été conservé dans tous les textes traduits de l'allemand.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540