Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologies en miroir

 | 
Isac Chiva
, 
Utz Jeggle

I. Ethnologie de la France

Nouveaux terrains, nouveaux problèmes

Alain Morel

Texte intégral

1Nouveaux terrains, nouveaux problèmes ! Y aurait-il, après la nouvelle cuisine et les nouveaux philosophes, une nouvelle ethnologie ? Des ethnologues se déclareraient-ils en rupture avec leurs confrères ou leurs prédécesseurs ? C’est plutôt l’inverse que l’on constate. Les spécialistes de ces nouveaux terrains prennent soin de souligner l’unicité de l’ethnologie et la nécessité de maintenir l’esprit de sa démarche scientifique tel qu’il s’est affirmé sur les terrains non européens. Qu’ils aient jugé utile une telle prise de position est révélateur d’un décalage par rapport aux ruralistes, tant il paraissait à ceux-ci qu’ils étaient ethnologues à part entière ; d’un décalage, sinon d’un malaise, sans doute relatif à la nécessité d’adapter les méthodes et les problématiques aux nouveaux terrains que sont pour les ethnologues les sociétés urbaines hypercomplexes.

  • 1 Les noms cités entre parenthèses renvoient à la bibliographie générale de la première partie – « E (...)

2Si l’ethnologie doit rendre compte, comme le propose Cl. Lévi-Strauss, de la diversité des expériences humaines, celle du citadin ne se laisse pas facilement appréhender, tant elle est multiforme et changeante. La ville n’est-elle pas le lieu de la diversité, du foisonnement, de l’imprévu, de la discontinuité culturelle et du cosmopolitisme éprouvé dans « l’opacité bouillonnante des foules » (Sansot)1 ? On l’a comparée à un transformateur électrique : elle augmente les tensions, elle précipite les échanges, elle brasse sans fin la vie des hommes (Braudel). Pour une discipline accoutumée à des sociétés « froides », prédisposées au maintien de leurs traditions, il y a là une sorte de défi.

3Nouveaux terrains qui ne sont pourtant plus à explorer : les sociologues les ont déjà parcourus et ont contribué à les défricher. Cependant leur approche s’est faite à distance : celle qui convient pour observer les tendances lourdes, relatives à l’organisation de l’espace, à l’évolution des modes de vie et d’une façon générale à l’édification d’une nouvelle citoyenneté en rupture avec les anciennes solidarités.

  • 2 L’attachement, sur une longue durée, à des activités économiques est souvent donné comme explicati (...)

4D’autres approches et d’autres développements de la problématique étaient nécessaires. Il s’agissait de parvenir à une meilleure compréhension de la dynamique des enjeux définis et vécus au niveau local, entre les personnes, et à une appréhension plus fine de la diversité des univers urbains : pourquoi La Rochelle est-elle toujours La Rochelle ? Pourquoi, malgré une mobilité résidentielle très importante qui, jointe à la croissance démographique, peut entraîner en dix ans le renouvellement des deux tiers de la population active d’une ville moyenne, le tiers restant parvient-il à maintenir la personnalité de la ville et son atmosphère, en dépit de la tendance à l’homogénéisation générale des modes de vie (Kayser et Ledrut)2.

  • 3 Dans la problématique définie par P. Bourdieu, le local joue aussi un rôle déterminant : l’analyse (...)

5Force était d’admettre que le local a des propriétés qui infléchissent les processus d’industrialisation et d’urbanisation, qu’il a une certaine autonomie. Le « territoire » est alors apparu comme le lieu d’inscription de rapports sociaux, tout aussi important pour les acteurs que ceux imposés par la société globale. Les stratégies sociales qui résultent de la confrontation des groupes à l’échelon national peuvent être infléchies et modifiées lorsqu’elles trouvent des applications concrètes au niveau local, là où les forces sociales doivent composer les unes avec les autres3.

6Il était souhaitable de prendre davantage en considération les effets de contextes propres au territoire. Contextes sociaux : composition de la population, configurations particulières de rapports sociaux qui donnent un sens aux appartenances individuelles (être ouvrier dans une petite ville de province ou dans la banlieue rouge) et à la position relative des groupes sociaux (appartenir à la classe moyenne sur un plan national mais localement supérieure). Contextes culturels : les populations des villes ne sont pas interchangeables ; en leur sein, voire pour les plus grandes dans les quartiers qui les composent, existe un noyau porteur d’une culture locale, foyer qui permet le développement de phénomènes de résistance, générateurs de particularismes. Lorsque ce noyau est marginalisé, à la suite d’une opération de rénovation par exemple, la physionomie du quartier change.

7Pour être locales, ces cultures n’en sont pas moins complexes et difficiles à saisir, car le plus souvent elles s’éprouvent plus qu’elles ne se racontent. A partir de processus d’accumulation, de fixation et d’enracinement – ayant pour fondement essentiel la durée – elles proposent un syncrétisme entre les modes de vie liés à des activités traditionnelles et une histoire particulière, celle relative aux évènements locaux. Elles sont inscrites dans des mémoires collectives où fusionnent le passé et le présent dans une temporalité indéfiniment continuée (Barel). Réalisant, avec le temps, l’imbrication des codes propres aux différents groupes en présence et le mélange des stratifications socioculturelles, elles constituent un facteur remarquable de recomposition sociale (Abélès).

8Le local est ainsi apparu comme le niveau vers lequel il fallait orienter la recherche si l’on souhaitait saisir les processus concrets, actifs, et non pas seulement les effets résultants révélés par les enquêtes statistiques qui ne considèrent que des catégories translocales (classes sociales, etc.). Les sociologues ont ressenti le besoin de réaliser, à la manière des ethnologues, des monographies où les situations seraient analysées à partir du sens qu’elles ont pour les acteurs sociaux. En 1976, une importante action thématique programmée (ATP), organisée par le CNRS sur le thème de « l’Observation continue du changement social », réunissait de nombreuses équipes de recherche. Le programme mettait l’accent sur l’importance de la vie locale et notamment sur le caractère déterminant de la composition sociale des quartiers urbains, qui leur donne une image et un caractère propres (Lautman et Ratier-Coutrot).

9Cette orientation de recherche a ouvert la voie de l’urbain aux ethnologues, voués à l’appréhension des cultures, et prédisposés, par leur méthode, à l’analyse des champs microsociaux et des microstratégies, dont la compréhension est indispensable à l’élucidation des phénomènes urbains qui résultent souvent de l’addition d’une multitude d’initiatives individuelles. Mais cette voie est quelque peu problématique. En effet, au lieu d’une population relativement stable et homogène, composée d’individus qui se connaissent mutuellement et participent d’une même tradition, l’ethnologue va rencontrer des gens singuliers, habitués à vivre dans différents espaces, des voisins qui semblent étrangers les uns aux autres. Ne doit-il pas construire autrement son objet, lorsque le tissu social est constitué de toutes sortes de populations, venues à des périodes différentes, lorsque la multiplication des contacts et des interactions produisent des flux d’échanges matériels et symboliques qui s’enchevêtrent, lorsque les relations sont « actualisées par intermittence » (Gutwirth 1982) et le plus souvent par téléphone ? Il semble difficile d’appliquer à ces nouveaux terrains la démarche empirique habituelle qui admet que l’objet ne soit pas construit à partir d’une hypothèse, mais donné dans les faits et, où l’observateur ne sait pas a priori quel niveau de la vie sociale, qu’il soit politique, économique, familial ou religieux, lui apparaîtra peu à peu comme susceptible de lui permettre d’organiser l’ensemble en système (Siran). La visée globalisante elle-même semble devoir être ramenée à de plus modestes totalisations ponctuelles, intégrant l’influence des phénomènes conjoncturels.

La démarche ethnologique en milieu urbain

10Dans quelle mesure les ethnologues ont-ils modifié leur façon de travailler ? N’était-il pas imprudent d’abandonner tout empirisme dans l’approche du terrain par crainte de ne pouvoir appréhender des objets homogènes ? N’attend-on pas justement de l’ethnologie qu’elle garde un caractère exploratoire, qu’elle pénètre des univers sociaux mal connus ? Pour cette raison, l’observation participante est restée pour les anthropologues urbains une nécessité. Mais est-elle praticable ? Si, comme l’affirme M. Segalen, au fond, l’ethnologue s’y prend toujours de la même façon, qu’il travaille en milieu urbain ou rural, on ne peut pas ignorer qu’en ville il se heurte à des résistances difficiles à contourner. Les gens y sont peu accessibles : il est malaisé sinon impossible de partager leur vie et tout simplement de prétendre pénétrer chez eux. De plus, ne pouvant plus être identifié, le chercheur est lui-même renvoyé à l’anonymat ; il lui faut à chaque fois se faire connaître et accepter, et donc payer de sa personne, pour établir la relation de confiance indispensable avec les enquêtés. Dans ces conditions l’observation et la participation de l’ethnologue deviennent relativement secondaires (quand elles ne sont pas tout simplement inexistantes) par rapport à la collecte d’informations par entretiens, seul mode de relation possible avec la population.

  • 4 Ces documents, très hétéroclites – cartes postales, photos de famille, lettres de licenciement, tr (...)

11Pour compenser ce déséquilibre qui rend l’ethnologue par trop dépendant des discours qui lui sont tenus, la plupart des chercheurs estiment nécessaire d’approfondir la recherche historique, de rassembler une documentation relative à la vie des familles et à la localité4, et enfin de procéder à des enquêtes par questionnaires pour confronter les représentations avec des données statistiques plus objectives.

12Le choix des unités d’enquête est en tout cas déterminant, puisque la composition sociale en ville peut être très variable d’un immeuble à l’autre. Pour constituer un objet cohérent, il faut donc le faire en liaison avec la problématique retenue et non pas à partir de critères objectifs a priori. Quoi qu’il en soit, il est notable que la plupart des études menées en milieu urbain définissent leur objet en relation avec une inscription territoriale. Que l’attention se porte sur les réseaux de relations, qui, tout en étant déterritorialisés, auraient des centres de gravité et des pesanteurs spécifiques (Joseph), ou que l’accent soit mis sur les pratiques et les valeurs culturelles, celles des rockers, de la petite bourgeoisie nouvelle ou des pauvres gens, l’investigation s’appuie sur un territoire. Cette base permet, en effet, de considérer les individus en relation avec les groupes primaires auxquels ils appartiennent et qui leur confèrent une certaine identité sociale, et non pas seulement à partir de leur statut socioprofessionnel.

13Au-delà de la diversité des approches, une même interrogation se retrouve dans la plupart des études : comment les milieux urbains se structurent-ils, sur quelles bases s’établissent les relations sociales (sociabilité), les discriminations (identification), et comment se développent les stratégies personnelles et collectives (investissement matériel et symbolique) ?

14Ce type de questions correspond de fait aux phénomènes que peut appréhender l’ethnologue qui est contraint, pour ne pas se priver du contact direct avec son terrain, de travailler sur des unités sociales de faible ampleur, des champs microsociaux, localisés ou non, ceux-ci n’incluant qu’une partie de l’existence et des activités des individus. Ils ne sont pas, comme le note G. Althabe, des microsociétés, à la différence des sociétés rurales.

  • 5 J.C. Chamboredon et M. Lemaire ont montré, il y a déjà quinze ans, que les conflits entre les loca (...)

15Même si l’analyse ne s’y limite pas, la réduction de l’objet à un champ microsocial crée un problème : peut-on saisir le sens des comportements des individus en n’étudiant qu’un des compartiments de leur existence ? Les anthropologues urbains, de fait, accordent une autonomie relative aux espaces d’interaction qu’ils étudient par rapport au niveau macrosociologique et aux autres espaces sociaux entre lesquels les individus sont conduits à se partager. L’hypothèse qui veut que les processus constitutifs de ces champs microsociaux aient une logique propre légitime la limitation de l’investigation à un seul des différents domaines d’action. Ainsi, les rapports sociaux dans l’espace de cohabitation participeraient d’une autre logique que celle qui domine dans le domaine du travail. Non pas que le travail soit ignoré dans le lieu de résidence, et, à cet égard, le statut défini par la place dans la division du travail marque les limites de l’autonomie des différents domaines comme champ de différenciation sociale. Mais le caractère dominant du statut professionnel n’empêche pas les individus de mettre en oeuvre dans le domaine de la cohabitation des stratégies promotionnelles, par l’adoption de pratiques et l’établissement de relations qui relèvent d’une autre logique, celle, par exemple, des rapports sociaux de consommation (Bonneville), au principe d’autres différenciations sociales. Les cloisonnements du monde urbain facilitent ces jeux de classements. Si, au sein d’un domaine, la logique générale est souvent la même, en revanche la dynamique des processus varie avec la composition sociale des unités d’interaction concrètes, en évolution permanente, et avec la trajectoire des individus5. Aux ethnologues, en étant présents sur le terrain à l’écoute des acteurs, et notamment en participant aux interactions, de déceler les enjeux sociaux majeurs et de montrer comment des équilibres précaires se sont instaurés au sein de champs microsociaux appréhendés comme des « touts » qui ont leur propre cohérence interne.

  • 6 Hannerz distingue cinq domaines de relations selon le type de rapport dominant entre les individus (...)

16En l’absence d’une théorie de l’articulation des différentes composantes de la vie urbaine – y aurait-il entre elles des dénominateurs communs (Mendras 1979) ? Comment les individus s’y retrouvent-ils et comment en jouent-ils pour se forger une identité qui leur convienne ? -, l’ambition des chercheurs doit se limiter à la compréhension des phénomènes propres à chacune de ces composantes : la famille, le travail, la résidence et les loisirs. L’étude des rapports de « trafic » (Hannerz)6, spécificité urbaine s’il en est, n’est encore en France qu’au stade de l’élaboration de méthodes appropriées. Les chercheurs qui ont commencé à défricher ce domaine, font ressortir le caractère fonctionnel des rapports établis pendant les trajets entre le domicile et le lieu de travail. L’anonymat, l’isolement, mal moderne des mégalopoles, n’ont pas que des caractères négatifs. Les trajets domicile/travail, archétype de l’aliénation urbaine, parce qu’ils sont aussi des espaces d’isolement relatif et des temps de passage, joueraient un rôle important dans la vie du citadin. Vécus tels des séparations entre les différents moments du contrôle social, ils permettraient à l’usager de s’épargner affectivement d’une certaine manière et de se préparer à un nouvel investissement socio-affectif accompagnant son changement de rôle social (Bonnet). Enfin l’importance pour les citadins des rapports de trajet, en ce qu’ils symbolisent l’espace des brassages sociaux et de la rencontre, est bien mise en évidence par le fait que certains lieux ne trouvent leur vérité que par les masses qui les parcourent ou s’y attardent (Sansot). Au contraire les espaces périphériques sont dévalués parce qu’ils symbolisent, le vide, l’isolement, l’ennui.

La problématique de l’identité

17Si pour une génération d’ethnologues la notion de mode de vie a semblé commode pour caractériser le type de relations qu’ils avaient pu établir entre un ensemble de phénomènes, elle s’applique mal au champ urbain, qui, comme on vient de le voir, est segmenté et appréhendé comme tel. On lui préfère aujourd’hui la notion d’identité, tout aussi imprécise et générale, à qui ont fait jouer le rôle de principe unificateur, mais qui apparaît plus adéquate pour établir une liaison entre des pratiques et des rapports sociaux qui semblent hétérogènes a priori. Des pratiques – qu’il s’agisse du choix de la résidence, des investissements matériels et symboliques, de l’établissement d’un réseau de relations, etc. – dont les rapports ne sont pas évidents, acquièrent un sens lorsqu’elles sont rapportées aux stratégies que les acteurs mettent en oeuvre pour être reconnus et manifester des appartenances.

18Derrière cette conception, une constatation : plus la dilution sociale et le rythme des changements sociaux s’accélèrent, plus les individus éprouvent le besoin de se raccrocher à des appartenances, de les manifester par différents moyens. Alors que certains – hostiles au changement – ne demandent qu’à maintenir les appartenances telles qu’elles se sont établies, d’autres manoeuvrent pour être identifiés plus favorablement : ils forment des projets et mobilisent des ressources pour se hausser dans leur hiérarchie sociale. Ces comportements ne sont pas nécessairement conscients et volontaires, leur cohérence est reconstruite par l’analyse.

19La place prise par les phénomènes d’identification dans les travaux sur la ville doit être aussi mise en relation avec les caractères de ce milieu, marqué par l’hétérogénéité et la segmentation. En conséquence, il n’y est pas facile de situer les individus, ni de s’y faire connaître.

20Les identités mal définies y sont même escamotables, et les individus ont la faculté de réaliser des représentations, soit dans les interactions avec autrui (Goffman), soit dans un grand nombre de domaines, où les choix effectués symbolisent des appartenances. Cette tentation, pourrait-on dire, est facilitée par le fait qu’il n’y a pas corrélation parfaite entre les catégories socioprofessionnelles (CSP). et les attitudes et comportements, qu’il y a une liberté de manoeuvre, et donc place pour une différenciation plus fine (Benoit-Guilbot).

21Etant donné ces possibilités, les identités des citadins se révèlent composites, fragmentées, évolutives et particulièrement différenciées. On emprunte, en fonction des circonstances et de ses moyens, à plusieurs groupes, à plusieurs cultures. Ainsi des rockers qui bricolent leur apparence (Roué), ainsi des migrants qui, tout en adoptant les modèles urbains, se réinventent une identité en maintenant des pratiques (alimentation, musique, meubles, prénoms) tirés de leur patrimoine culturel d’origine. Cela est facilité par le fait que certains individus peuvent changer de groupe et qu’il y a plusieurs stades dans l’identification à une culture (Delaporte). Ces phénomènes de double (ou de multiple ?) appartenance et leurs conséquences sont encore mal connus. Une équipe de Lyon mène une recherche sur l’identité de la seconde génération d’immigrés venant du Maghreb. Il semblerait que les sentiments d’appartenance soient très nuancés, évolutifs, et variables au sein d’une même famille. Le passage d’une culture à l’autre est analysé en terme de confrontation de codes qu’il faut apprendre à maîtriser, savoir utiliser au bon moment, en termes de maîtrise des interactions dans des territoires différenciés, en termes de traduction, dans la ligne des travaux de J. Gumperz. L’identité, dans cette perspective est « négociée », d’une part, en fonction des limites imposées par autrui, d’autre part, des situations.

22Des études effectuées à partir des réseaux de relations, lesquels franchissent les bornages entre groupes et les démarcations culturelles, devraient permettre de prolonger ces réflexions et de les appliquer à d’autres catégories de citadins que celle définie par l’ethnicité. Mais de telles recherches nécessitent qu’on ait préalablement mis au point une méthode qui permettrait d’analyser les réseaux de l’intérieur, du point de vue de l’acteur et du type de relation qu’il noue et des emprunts qu’il fait.

23Qu’en est-il, selon différentes situations, des formes symboliques que peuvent adopter les processus d’identification ? Commençons par celles où les individus souhaitent le maintien de leur identité, qu’ils se proposent de « défendre », car celle-ci peut être « menacée » du fait des restructurations économiques et des restructurations de l’espace urbain. Lorsque, par suite de reconversions, se produit une dissociation des espaces de travail et de résidence, il y a, en même temps, une remise en cause des référents sociaux à partir desquels s’étaient élaborées des identités collectives. Comme des recherches récentes l’ont montré, la culture professionnelle tend à structurer la culture locale. Ce que des activités productives laissent derrière elles, ce ne sont pas seulement des savoir-faire techniques, mais aussi des formes de vie sociale, des solidarités, qui ont marqué des villes ou des quartiers de grandes cités. Il s’agit le plus souvent de productions dites traditionnelles ancrées suffisamment longtemps dans un lieu pour avoir fabriqué de l’intégration sociale en dépit des brassages sociaux et des flux de l’immigration. Le travail comparatif réalisé par F. Portet sur deux villes industrielles voisines de Bourgogne, Le Creusot et Montceau-les-Mines, l’une sidérurgique, l’autre minière, montre l’influence de l’organisation sociale de la production sur la construction de l’identité et sur l’évolution des formes de sociabilité. Il oppose deux sociétés locales, l’une qu’il qualifie de « communauté intégratrice » où le statut social est négocié au niveau du quartier (Montceau-les-Mines), l’autre qu’il perçoit comme une « société classificatoire », où le statut est assigné par la position dans la hiérarchie professionnelle (Le Creusot). Ces contrastes ont été également mis en évidence au sein d’une même ville lorsque celle-ci connaît plusieurs activités, comme le montre l’étude de B. Ganne sur Annonay. Gens du papier et gens du cuir voisinent, mais ne se confondent pas. Ils forment des milieux différents, ayant des pratiques distinctes, ce qui a pu être mis en évidence dans un domaine inattendu : l’étude des mariages fait ressortir qu’on divorce dans le cuir et pas dans le papier. Poussant plus loin l’investigation, B. Ganne s’aperçoit que la société des gens du cuir, divisée en mégissiers et tanneurs, n’est pas non plus homogène ; les premiers se recrutent en milieu urbain, alors que la main-d’oeuvre des tanneries suit une filière rurale. Son travail devrait établir quels en sont les effets sur l’organisation sociale de ces groupes, et notamment sur leur sociabilité.

24C’est le changement qui révèle la force de l’attachement à des modes de vie, la force du sentiment d’appartenance sociale à ces villes fabricantes.

  • 7 Les petites villes notamment connaissent des activités qui exigent moins de qualifications que cel (...)

25Les recherches s’accordent sur ce point et montrent comment les habitants de ces villes petites et moyennes, souvent vouées à une spécialisation dans la production et la division du travail7, confondent dans un même récit, où l’affectivité tient une grande place, histoire du lieu et histoire industrielle, histoire personnelle et histoire de la ville. Ce qui est dit de la collectivité industrielle devient partie prenante de ce qui est dit sur soi-même ; il y a structuration de l’identité sociale, à partir d’une expérience collective associée à un lieu/activité. Cette expérience collective passe par les familles. Une grande partie d’entre elles ont au moins un actif dans les activités dominantes de la ville. Et c’est en leur sein que s’effectue un croisement des relations sociales d’appartenance professionnelle et des relations de proximité sociale (Garnier). Cette interconnaissance, étendue par un fonctionnement en réseaux qui s’entrecroisent dans une trame serrée centrée sur la localité, fait naître un sentiment d’appartenance à une entité qui n’est pas seulement une entreprise mais une collectivité urbaine. Lorsque le « cocon de résistance », qu’une population a tissé sur une situation ancienne, au travail, au sein du groupe familial, dans le quartier, dans son existence quotidienne (Lequin), se défait, l’identité se recompose et se reconstruit, par-delà des clivages internes et des hiérarchies très marquées, en référence à une communauté imaginaire soudée et vivante, dont on cherche à fixer l’histoire, dans une mémoire collective. Cette culture-histoire est constituée en patrimoine, alors même qu’elle a cessé de « produire » au niveau de la vie quotidienne.

26Des phénomènes analogues apparaissent avec le bouleversement des quartiers anciens à la suite d’opérations de rénovation. Les associations de défense en appellent à la survivance d’une certaine communauté sociale, à base d’identité et de solidarité. Derrière les discours nostalgiques se manifeste la volonté de préserver la relation entre un territoire et des pratiques, sorte de rapport symbolique qui unit l’individu à son espace (Bonneville).

  • 8 Il ne s’agit pas seulement du dosage entre les diverses catégories socioprofessionnelles (CSP), ma (...)

27Dans les grandes villes les appartenances se définissent différemment, elles sont plus segmentées. Les ethnologues se sont particulièrement intéressés à la construction de l’identité dans les rapports réels ou potentiels avec les voisins dans un espace de cohabitation. L’activité professionnelle n’est plus directement prise en compte, elle est en dehors du champ. Il n’est donc pas étonnant que les travaux réalisés dans cette perspective l’aient surtout été dans les banlieues où la séparation résidence-travail est généralisée. Ils ont montré que ces banlieues n’étaient pas seulement des « dortoirs », mais des espaces de vie sociale où les habitants investissent plus qu’il n’y paraît à première vue. Souvent perçues comme anomiques, elles constituent des milieux différenciés, à composition sociale variable8, et sont le lieu de classements tout aussi subtils que précaires.

28Des recherches menées sur ces terrains, utilisant une problématique axée sur la construction de l’image de soi dans des situations d’interaction, on peut dégager quelques points de convergence. On le fera tout d’abord pour les études portant sur les cités ouvrières, puis pour celles qui traitent des couches moyennes.

  • 9 Le relogement serait humiliant et porterait atteinte à l’identité ; les appartements des gens relo (...)

29L’identification au quartier ouvrier traditionnel allait de soi, tant il était le cadre d’une forte intégration des résidents, réunis par le travail, les loisirs, la parenté et le voisinage. Des échanges multiples et une sociabilité étendue en faisaient un monde soudé et solidaire. De tels espaces sont perçus comme espaces de relégation : seconde zone où habitent, notamment, les populations, relogées autoritairement9 – et souvent aussi les familles dites « assistées », placées sous tutelle administrative —, les grands ensembles font figure « d’espace disciplinaire où chacun est surveillant de l’autre » (Pétonnet 1982). La construction de l’image de soi y est conflictuelle et se fait dans un climat de « procès permanent » (Althabe). La plupart des habitants, en effet, refusent l’égalisation des positions qu’institue dans leur esprit la cohabitation avec les familles infériorisées, auxquelles ils ne veulent pas être assimilés. L’homogénéité est même perçue de façon traumatisante et suscite des réactions d’isolement vis-à-vis du monde extérieur.

  • 10 Avec le temps, la coexistence produit sa norme et la norme sa dominance (Verret 1979). La « social (...)

30Pourtant, constate C. Pétonnet, un certain ordre existe, dérobé aux regards et dont l’évidence n’apparaît souvent que lors de sa suppression. Lorsqu’il y a de nouveaux brassages de population, la violence renaît immédiatement, preuve qu’un certain ordre a été déréglé. En attendant que l’organisation des différences ait eu le temps10 de se rétablir, règne un climat de sourde rivalité, qui conduit à l’exacerbation des nuances (Metton et Bertrand). Pour que la paix revienne il faut réinstaurer un ordre hiérarchique qui s’imbrique, non sans contradictions, avec les hiérarchies extérieures, essentiellement celles imposées par le travail. Ces infra-hiérarchies seraient aussi complexes que difficiles à saisir, n’étant souvent perceptibles que par les intéressés eux-mêmes.

31Le besoin de se différencier des voisins, sans moyens réels, et, au-delà, la tentative d’imposer un rapport hiérarchique favorable entraînent la critique permanente des autres pour les rabaisser. Les points sensibles sont notamment le comportement des enfants, la façon dont la mère les élève et tient son ménage et la capacité du chef de famille à faire vivre sa famille. De ce point de vue, les familles assistées se rendent coupables de la trahison maximale. La construction de l’identité implique donc de rattacher ces familles à un pôle de référence négatif. Dans cette élaboration, la représentation des acteurs est essentielle : ils s’efforcent d’édifier par leur comportement un dispositif imaginaire qui facilite, en opposition aux familles stigmatisées, l’identification aux couches moyennes placées au pôle de référence positif (Althabe).

32De l’écart entre les appartenances recherchées et la réalité objective, vécu comme un échec, naît un sentiment de culpabilité qui renforce la préoccupation constante de se défendre vis-à-vis d’éventuelles accusations, d’autant que tout concourt à amoindrir l’image de soi (et notamment la condition ouvrière), et que la HLM est, en elle-même, le rappel quotidien de la place inférieure occupée dans la société, place qu’il n’est pas possible d’oublier dans la scène privée (Sélim 1979).

  • 11 L’installation dans la cité a pu, en effet, être vécue à l’origine comme une promotion par rapport (...)

33La dévalorisation est renforcée par une forte présence de populations immigrées, qui symbolisent l’exclusion sociale et contredisent tous les espoirs de promotion et de conformité inscrits dans le projet d’aménagement initial11. Lorsque, dans la composition sociale des grands ensembles, ces populations tiennent une place importante, la différence ethnique tend à être transformée en différence sociale. Les pratiques culturelles des « étrangers » sont rejetées et ils se voient l’objet d’accusations permanentes qui trouvent leur ancrage dans les plus petits faits quotidiens (Sélim 1979). Intégrées de force à cette compétition, les populations immigrées, dans un mouvement de défense, sont conduites à caractériser sur le même mode les autres groupes. L’ensemble de cette situation est d’autant plus dramatique que pour les classes populaires les rapports sociaux dans la quotidienneté constitueraient une nécessité sociale et culturelle fondamentale.

  • 12 N’est-ce pas désormais la vie hors travail qui d’une certaine façon détermine le sens donné au tra (...)
  • 13 Ce goût pour l’histoire va de pair avec la volonté de renouer avec des pratiques sociales ancienne (...)

34Avec une problématique voisine, un assez grand nombre de travaux ont été réalisés sur les classes moyennes. A la différence des catégories sociales précédentes, elles disposent de moyens, ce qui leur permet de faire des projets et notamment de choisir leur implantation. Aussi a-t-on parlé à leur sujet de stratégie résidentielle. Etant donnée l’évolution générale vers une délocalisation des rapports sociaux, l’intérêt manifesté par ces catégories sociales pour l’espace résidentiel a surpris. On l’a mis en relation avec la crise économique persistante, qui décourage l’espérance d’une promotion sociale par la profession, avec la dévalorisation des investissements placés dans le travail12. Cet intérêt pour le local s’explique aussi par le fait que leur identité repose d’abord sur une culture scolaire et non sur une culture héritée. Elles cherchent dans le local le capital de représentations, ancrées dans une matérialité qui leur manque. De là, la préférence marquée pour des lieux qui ont une histoire, un passé, qu’il soit rural ou ouvrier, qu’on puisse se réapproprier13. B. Le Wita montre chez les familles parisiennes un autre aspect de cette recherche d’enracinement. L’intérêt pour la généalogie et la recherche d’un passé familial suscite un « amour de l’histoire » allant jusqu’à la passion ethnographique pour les objets et coutumes traditionnels, et notamment les vieilles pierres. Les préoccupations relatives aux origines sont d’autant plus sensibles qu’il ne suffit pas d’avoir réussi pour être accepté socialement. Pour aller au-delà d’une invitation à prendre l’apéritif, pour être invité à dîner, être reçu à la maison, il faut que la réussite s’inscrive dans une histoire, qu’une mémoire et une généalogie viennent fonder le nouveau (de Aragão). Dans cette perspective, les échanges entre voisins répondent moins à une nécessité qu’à une affirmation symbolique de proximité sociale (Tiévant 1982).

  • 14 Comme par exemple transformer le jardin d’agrément d’une maison située dans un des « nouveaux vill (...)

35Pour être reconnu, il faut d’abord être connu. Plusieurs études insistent sur le fait que les classes moyennes fuient l’anonymat des quartiers du centre des grandes villes, pour des quartiers périphériques, réputés plus humains, espaces villageois dans la ville, ou encore pour des banlieues où il est à la fois possible d’accéder à une maison individuelle et de trouver des relations valorisantes dans le voisinage. Si les voisins, par leur comportement et leur style14, ne rappellent pas les milieux dont on cherche à se distancer – quand une trop grande différence de statut et d’identification se fait jour, apparaît un processus d’exclusion du voisin qui « n’est pas tout à fait à sa place » (Siran) -, un processus de co-identification entre les résidents, qui se renvoient mutuellement des images similaires, permet une promotion de l’image de soi.

  • 15 Lorsque la scène locale est petite et les rencontres fréquentes, on se préoccuperait plus encore d (...)

36Comment ces classes moyennes manifestent-elles leur appartenance ? On ne détaillera pas ici les pratiques classantes qui peuvent appartenir à différents domaines, aussi bien la maison et son installation que le rapport aux enfants et le rapport au temps. L’usage de l’espace, par exemple aller au centre et en utiliser les services commerciaux et culturels et, de façon plus générale, l’appropriation des lieux publics, marque la différence avec les classes populaires qui vivent davantage à l’échelle du quartier. Il s’agit d’affirmer un style de vie et de faire preuve de sa légitimité15. La sociabilité offre les plus larges possibilités de se situer les uns par rapport aux autres et elle est appréhendée par certains chercheurs comme un champ de manoeuvres stratégiques. La participation aux associations est, de ce point de vue, un bon indicateur.

La sociabilité et les relations primaires

37L’interaction quotidienne avec d’autres individus est un autre aspect essentiel de l’insertion sociale en milieu urbain. Qu’est-ce qui favorise le développement de relations sociales ou au contraire le repli sur soi-même ? En ville, les possibilités d’établir des relations sociales sont potentiellement nombreuses ; en réalité, seule une minorité participe aux multiples groupes qu’elle engendre. A l’extrême opposé une autre minorité, les isolés, ne participent à rien. Entre les deux, selon le milieu et la génération auxquels ils appartiennent, la durée de leur insertion résidentielle, la composition sociale du quartier, la structure de l’emploi et le contexte culturel local, les individus ont une vie de relation plus ou moins intense. Ce sont les principales variables ayant une influence sur la sociabilité, recensées par O. Benoit-Guilbot. Mais pour rendre compte de la vie de relation dans tel ou tel espace de la cité, il faudrait pouvoir tenir compte de leurs multiples combinaisons. Il en existerait autant qu’il y a de situations particulières, de groupes différents et, à la limite, d’individus, d’autant que l’histoire personnelle de chacun joue de ce point de vue un grand rôle. Cela explique peut-être les difficultés rencontrées pour élaborer des problématiques qui permettraient d’appréhender la sociabilité comme un processus dynamique et de comprendre pourquoi l’absence de vie sociale dans tel quartier ouvrier fait place à une grande solidarité dans un autre.

38A la lecture d’un grand nombre d’études, on serait tenté de conclure que la classe ouvrière dans la société contemporaine est peu ouverte sur l’extérieur, qu’elle limite ses relations à l’espace immédiat et étroit du voisinage. Mais, à l’examen des situations concrètes, cette constatation générale doit être nuancée, voire contredite. En effet, bridée dans les grands ensembles, où, comme on l’a vu, domine l’hostilité génératrice de repli sur la famille, la sociabilité ouvrière se développe davantage dans d’autres quartiers, et notamment lorsque les ouvriers sont en position dominante vis-à-vis de la classe moyenne. Il y aurait des formes de sociabilité propres à chaque zone urbaine (Deloménie et Maurice). Si on tient compte du facteur temps, le grand ensemble lui-même ne serait plus un obstacle au développement de la sociabilité. Le temps exercerait une action plus décisive que la nature de l’habitat sur la formation des relations sociales (Ledrut).

39Les plus défavorisés eux-mêmes, qui sont souvent les plus isolés socialement, lorsqu’ils réunissent leur misère et parviennent à créer dans la ville des micromilieux retranchés, tissent des relations sociales où la solidarité tient une grande place, comme le travail de C. Pétonnet sur les bidonvilles et celui de M. Sélim sur un vieux quartier d’Amiens l’ont montré.

40Si, précisant les choses, on prend en compte la trajectoire sociale des individus, on s’aperçoit que les ouvriers migrants d’origine rurale, tout en ayant des relations sociales de voisinage, préservent des liens avec le milieu d’origine, alors que les ouvriers migrants d’origine urbaine subissent une « pénurie relationnelle » (Barbichon et Prado). Ces auteurs ont aussi montré que l’évolution des conditions d’habitat (passage du pavillon au grand ensemble par exemple) pouvait avoir une influence décisive sur l’établissement des relations sociales.

41Si, enfin, le quartier est aussi un espace de production, si les voisins sont aussi des collègues, il y a alors, de fortes chances pour que la sociabilité s’étende à tout le quartier. On s’éloigne donc de la proposition de départ (peu ou pas de relations sociales), pour se rapprocher du modèle de vie sociale à partir duquel nombre de chercheurs imaginent le quartier populaire d’autrefois : les habitants implantés depuis longtemps ont des relations nombreuses, informelles, multifonctionnelles, donnant lieu à des échanges et à une forte solidarité (entraide et camaraderie) ; elles sont de plus extériorisées et la rue s’en fait l’écho ; enfin elles se fondent sur une mémoire collective, utilisée comme un potentiel inépuisable de communication. Ce modèle sert, a contrario, à caractériser les relations sociales contemporaines où la sociabilité de quartier semble réduite aux femmes au foyer et aux vieux. A l’ancienne intégration, on oppose l’hétérogénéité des habitants, le resserrement autour de la résidence, l’espoir de promotion individuelle, la généralisation des rapports marchands, la diminution du contrôle social et la présence des médias, symbole d’une « sociabilité de l’absence » (Le Wita). Il semble que les choses ne sont pas aussi tranchées. Si les liens de solidarité se sont affaiblis, celle-ci n’a pas totalement disparu, comme le montre par exemple l’étude de S. Rosenberg sur le XIIIe arrondissement de Paris. Il existe un réseau de « coveillance », peu visible parce que silencieux et discret, qui assure une entraide de voisinage efficace envers les femmes seules et les personnes âgées.

  • 16 La recherche menée actuellement par B. Le Wita sur la bourgeoisie parisienne, montre l’importance (...)
  • 17 D. Deloménie et M. Maurice ont constaté qu’en milieu ouvrier marseillais les femmes voient leurs p (...)

42On noue aussi des relations primaires dans les grandes villes, mais celles-ci peuvent s’organiser sur d’autres bases que celles du quartier. Les réseaux de relations « délocalisés » commencent à peine à être étudiés. Les liens familiaux constituent un premier fil conducteur et les travaux s’accordent sur leur importance, et ce, quelles que soient les catégories sociales concernées16. Ils joueraient un rôle essentiel pour les milieux ouvriers. Cette importance se justifie de multiples manières. Dans une société où la mobilité s’accroît, il est nécessaire de savoir entrer en contact avec des inconnus ; or, cela demande certaines dispositions que les ouvriers n’ont pas acquises. D’où le repli sur la famille17, espace par excellence des relations informelles, celles intériorisées dans le savoir-vivre de la classe ouvrière. Dans un milieu où les relations sociales sont segmentées au sein même du groupe domestique et centrées sur le voisinage, la famille c’est aussi la possibilité de sortir du quartier. Elle assure, en effet, une fonction de connexion entre différents réseaux auxquels sont reliés les membres de la famille étendue. L’analyse des pratiques ouvrières sur le marché du travail montre que les réseaux familiaux structurent une mobilité constante (Collin et Baudoin). On a recours à la parentèle pour obtenir des informations sur les emplois vacants, sur la définition concrète du travail et le climat dans l’entreprise, et surtout pour être embauché. La famille, c’est enfin et encore, pour un milieu défavorisé, la possibilité d’aides et de soutiens qui participent pour beaucoup de l’économie souterraine. On y a recours, notamment pour ce qui dépasse les faibles moyens investis dans la vie quotidienne : mobilisations de ressources, hébergement de vacances, mise à disposition de lieux où se réunir, où faire la fête. En ville donc, les relations avec la fratrie ne sont pas rompues, notamment du vivant des parents par qui passe la relation potentielle.

43Si la famille reste le recours privilégié des ouvriers, elle est loin d’être négligée par les classes moyennes. Le travail de B. Le Wita sur le XIIIe arrondissement de Paris, déjà cité, montre que la vie de relations d’un bon nombre de ménages étudiés se limite à la parenté ; là encore, celle-ci apporte un soutien économique apprécié, surtout pour des mises de fonds importantes. C’est le « coup de pouce initial » qui permet de constituer un patrimoine (Bertaux).

  • 18 Pour la petite bourgeoisie nouvelle il s’agissait de réaliser un nouveau mode de vie, fondé sur un (...)

44Mais pour les classes moyennes, notamment les couches dites en promotion, le réseau de relations tend à sortir du cadre de la famille. Il se construit sur d’autres bases que la proximité spatiale, il y a une ouverture vers les « bons » collègues de travail, et les intimes, le plus souvent, n’habitent pas le voisinage. Plus on s’élèverait dans la hiérarchie sociale et plus les relations tendraient à se diversifier, participant de plusieurs réseaux. En même temps la sociabilité, pour ces couches sociales, se transforme : les relations sociales assurent accessoirement le lien avec une collectivité, elles deviennent essentiellement un moyen utilisé par l’individu pour se réaliser. C’est dans cette perspective qu’a surtout été étudiée la sociabilité des classes moyennes. L’établissement de relations sociales s’intègre à une stratégie d’élévation du statut et s’effectue sur la base de communauté d’idées et de valeurs18. Il s’agit le plus souvent d’avoir accès à des réseaux. La participation à des associations en est un des aspects les plus étudiés. Formant une trame plus ou moins serrée, les associations facilitent l’intégration sociale (Gutwirth 1972). Mais celle-ci peut n’être que superficielle, car les relations personnelles ne se greffent pas automatiquement sur la vie associative dans des environnements sociaux souvent ségrégationnistes. Lorsque les activités associatives n’apportent pas les introductions ou la reconnaissance espérées, c’est le repli sur soi ou le départ. Ce comportement des classes moyennes serait plus particulièrement caractéristique des villes petites et moyennes. Les observations effectuées à Paris révèlent des attitudes très différentes. Dans un quartier du XIVe arrondissement étudié par E. Claverie et S. Chalvon, la plupart des Parisiens déclarent ne fréquenter personne. L’absence de relations ne signifie pas là vide social mais, bien davantage, protection et privatisation de l’existence, vécues comme un art à cultiver. Le sentiment d’appartenir à ce que ces auteurs appellent une « communauté émotionnelle » (« Nous, du XIVe ») n’est pas incompatible avec la volonté de n’être pas confondu avec ses voisins et donc de ne pas les fréquenter. On se satisfait d’un rapport social élémentaire établi à partir d’échanges de banalités et prolongé dans le cadre d’une sociabilité de bistrot ; pour le reste, on choisit ses relations sur d’autres critères que ceux de la proximité spatiale. Les relations sociales dans le quartier doivent être entretenues sur un mode rituel, mais elles ne dépassent pas un certain registre, celui d’une convivialité minimale. Cette étude décrit aussi le face à face de groupes différents au sein d’un quartier. Les deux populations étudiées, celle anciennement implantée et la récente, appartenant à la nouvelle petite bourgeoisie, ne se rencontrent guère. Elles vivent côte à côte dans un jeux de regards, chacune servant de faire-valoir à l’autre, dans un climat de tolérance mutuelle.

Le quartier : cadre de vie et espace mental

45Un nombre important d’études prennent encore pour cadre de travail un quartier comme s’il s’agissait d’une entité sociale pertinente ayant quelque autonomie. On a annoncé sa mort et affirmé qu’entre la ville et le logement il n’y avait plus rien dans les grandes cités d’aujourd’hui. Pourtant, la réaction des habitants lorsqu’on bouleverse leur quartier montre que cet espace, qui semble se fondre dans la ville et dont on ne sait pas très bien s’il constitue une formation sociale, a un sens pour ceux qui l’habitent.

46De fait, l’espace urbain est différencié. Tout d’abord la densité des immeubles construits à chaque époque individualise des quartiers distincts dont la matérialité originale est souvent accentuée par l’occupation sociale (Garden). Si celle-ci est presque toujours composite – les quartiers riches par exemple peuvent abriter jusqu’à 15 % d’ouvriers (Debonneuil et Gollac) -, l’image du lieu est surtout marquée par le groupe dominant et le mode de vie qui est le sien. Il ne s’agit pas forcément du groupe numériquement le plus nombreux. Ce peut être un noyau composé de familles plus stables que les autres, ou anciennement installées. Les quartiers ont donc une image, on sait que celle-ci attire ou repousse et que cela contribue à modifier leur composition sociale, ce qui à son tour en modifie l’image. De là, les successions de populations dans un même espace urbain. Cette évolution permanente ne facilite pas l’identification des différents quartiers.

47Les différents espaces de la ville sont aussi différenciés par l’importance et la diversification des équipements, ce qui se traduit concrètement pour la population par un ensemble de contraintes et de ressources, auxquelles les individus adaptent leurs activités (Caussade, Curie, et Hajjar). Cette base de différenciation se répercute sur le mode de vie, et le rythme des pratiques répétitives de la quotidienneté.

48Le quartier trouve encore une certaine réalité dans le fait que la coexistence dans la proximité a des effets propres : avec la durée, elle produit de l’intégration sociale (Ferrand) ; cela se traduit par une solidarité potentielle et, de façon peut-être plus immédiate, par des liens émotionnels. Ces liens, en effet, correspondent davantage à un vécu qu’à l’existence de relations sociales effectives. Des confrontations quotidiennes dans l’espace du quartier résultent des façons de faire et de dire, ainsi que la conscience d’un certain savoir-vivre auquel ceux qui continuent à habiter le quartier finissent par adhérer. Ils y trouvent un sentiment d’appartenance à un groupe qui, dans une aire déterminée, affirme sa prépondérance à travers une manière d’être. Le marquage ainsi opéré permet de constituer l’espace en territoire (Mayol) et de se sentir chez soi quelque part dans la ville.

49Enfin, toute une partie de la vie ne s’expérimente que dans l’espace de résidence (Michel, Bassand et Lehmann). Il s’agit notamment des pratiques culturelles relatives à la vie quotidienne des ménages. Cette expérience, inséparable du lieu où elle s’inscrit, contribue, elle aussi, à faire du quartier quelque chose de plus qu’un point d’ancrage dans la cité, à le constituer en cadre de vie ; c’est à ce niveau que l’espace et le temps des citadins prennent sens (Le Wita).

50Mais cadre de vie ne signifie pas cadre de relations, et vouloir faire du quartier une unité sociale tient de la fiction. Les temps forts des échanges sociaux ne se laissent pas enfermer dans les limites du quartier (Bertherat). Il y aurait autant de découpages de la ville que de réseaux de relations retenus. De ce point de vue, le quartier est à « géométrie variable » (Lacave). Quartier et sociabilité ne se conjuguent plus que par intermittence. Le faible niveau d’insertion sociale des populations dans les quartiers des grandes villes est aussi une constatation qui s’impose. Si le quartier n’a pas d’unité réelle, au-delà d’une différenciation du tissu urbain et de l’appropriation de l’espace environnant, qu’est-il ?

51Les études qui traitent du quartier en tant que tel en font essentiellement l’objet de représentations et considèrent la « parole habitante » comme un récit mythique (Chalas et Torgue). L’espace, dans cette perspective, sert à signifier quelque chose. Mais le tissu urbain n’ayant pas de solution de continuité naturelle, il importe de se représenter certains espaces comme finis et délimités à partir d’oppositions simples relevant de divers champs sémantiques. Les fragments de la ville ne se rassemblent en une unité que dans l’imagination (Sansot). « Les objets sociaux ainsi constitués sont mi-réels, mi-imaginaires, bizarres ! », dit Y. Barel.

52La représentation du territoire sous forme d’entités délimitées est la plus fréquente mais elle n’est pas générale. Les migrants, par exemple, constitueraient des territoires sur d’autres bases que celles des quartiers urbains pour faire la jonction avec leur milieu d’origine. On retrouve ici l’idée de « région de significations » (Joseph) qui associe territoire et réseaux de relations.

53Le quartier est d’abord un espace mental (Vant). Il n’est donc pas étonnant qu’il soit aussi l’objet d’utopie. Dans l’espace de la dilution sociale, se font jour des aspirations à une « vraie vie » de quartier. Les travaux réalisés par S. Chalvon et E. Claverie à Paris, B. Bensoussan et J. Bonniel à Lyon et M. Lacave à Montpellier montrent que ces aspirations conduisent à se représenter certains secteurs de la ville, où le prix des logements est plus abordable, comme des espaces d’interconnaissance et de convivialité villageoise. Le quartier se referme sur lui-même et devient un village en opposition à la « ville panique », celle de l’anonymat et des brassages sociaux. Objet d’utopie, mais aussi support de légendes, « le quartier n’est plus ce qu’il était ». Il sert de point d’ancrage à la nostalgie des générations vieillissantes. Le quartier devient alors un récit, où se mêlent des éléments d’histoire sociale, des souvenirs personnels et un discours sur le temps présent.

Notes

1 Les noms cités entre parenthèses renvoient à la bibliographie générale de la première partie – « Ethnologie de la France » – de ce volume. Signalons que nombre de titres cités figurent en particulier dans les fascicules spéciaux consacrés à l’ethnologie urbaine, au cours des années récentes, par les périodiques suivants :
« Anthropologie culturelle dans le champ urbain », Ethnologie française, XII, 2.
« Etudes d’anthropologie urbaine » L’Homme, XXII, 4.
« Ethnologie urbaine », Terrain, 3.
« Vivre la ville. Approche régionale du champ urbain », Le monde alpin et rhodanien, XII, 3-4.

2 L’attachement, sur une longue durée, à des activités économiques est souvent donné comme explication de cette permanence. Les choses, en fait, paraissent plus compliquées. Si les cités sont des espaces de transit, des « plaques tournantes », les flux qui les traversent sont orientés. Ils amènent des populations d’origines géographiques diverses, dispersées en apparence, mais réunies par des capacités technologiques, des savoir-faire et des habitudes de travail communs, acquis dans des espaces d’activités similaires (Lequin 1979).

3 Dans la problématique définie par P. Bourdieu, le local joue aussi un rôle déterminant : l’analyse des pratiques doit être effectuée à partir des territoires, car celles-ci ne sont pas engendrées mécaniquement par les « dispositions », quelles que soient les conditions sociales du moment et du lieu.

4 Ces documents, très hétéroclites – cartes postales, photos de famille, lettres de licenciement, tracts, etc. —, outre le témoignage direct qu’ils apportent, ont l’intérêt de stimuler la mémoire des enquêtes.

5 J.C. Chamboredon et M. Lemaire ont montré, il y a déjà quinze ans, que les conflits entre les locataires d’habitations populaires (HLM) pouvaient s’expliquer par la rencontre de trajectoires différentes. Plus que le niveau des revenus, c’est l’évolution du revenu du ménage qui compte dans l’établissement de relations.

6 Hannerz distingue cinq domaines de relations selon le type de rapport dominant entre les individus dans une situation d’interactions : foyer et parenté, approvisionnement, loisirs, voisinage, trafic. Dans la société urbaine ces domaines sont relativement différenciés. Les rapports de trafic se caractérisent par une interaction minimale et sont à la limite des rapports sociaux. Il s’agit d’organiser les relations entre des personnes qui ne se connaissent pas et qui sont dans un rapport de proximité physique : « On maîtrise un rapport de trafic en évitant les collisions sur un trottoir ; en respectant les règles des files d’attente... en évitant les croisements de regards, sauf lorsqu’ils sont momentanément nécessaires pour savoir comment maîtriser des formes de contacts plus intensifs. » (Hannerz 1983 : 140).

7 Les petites villes notamment connaissent des activités qui exigent moins de qualifications que celles des établissements de la même branche industrielle installés dans les grandes villes. Il s’opère donc une sorte de tri qui influe sur la composition de la population (Laborie).

8 Il ne s’agit pas seulement du dosage entre les diverses catégories socioprofessionnelles (CSP), mais aussi du rapport entre autochtones et nouveaux résidents. C. Bidou et Y. Lebot, qui ont effectué une étude comparative sur six communes de banlieue, voient dans chacune d’elles un monde en soi, une identité complexe (Bidou et Lebot 1980).

9 Le relogement serait humiliant et porterait atteinte à l’identité ; les appartements des gens relogés contre leur gré portent tous la même marque, celle d’un désert signifiant, qui indique que l’individu ne se projette pas dans l’espace assigné (Pétonnet 1982).

10 Avec le temps, la coexistence produit sa norme et la norme sa dominance (Verret 1979). La « socialisation forcée », si elle n’aboutit pas à la désagrégation sociale, conduit à une homogénéisation des modes de vie ressentie comme une nécessité par les locataires (Kaufmann et al. 1982). Il y aurait imposition d’un modèle composé d’attitudes moyennes acceptées par tous.

11 L’installation dans la cité a pu, en effet, être vécue à l’origine comme une promotion par rapport aux conditions d’habitat antérieur.

12 N’est-ce pas désormais la vie hors travail qui d’une certaine façon détermine le sens donné au travail ? La petite bourgeoisie nouvelle, notamment, refuse les jeux traditionnels de la promotion sociale. Cette classe en voie de constitution se caractériserait par sa fonction d’expertise intellectuelle due à son passage par l’Université, sa dépendance à l’égard de l’institution publique et sa référence à une configuration de valeurs, de représentations et de styles de vie (Chalvon 1982).

13 Ce goût pour l’histoire va de pair avec la volonté de renouer avec des pratiques sociales anciennes : fêtes et occupations de l’espace public. Le quartier redevient un village où il faut réanimer ou recréer une sociabilité communautaire.

14 Comme par exemple transformer le jardin d’agrément d’une maison située dans un des « nouveaux villages » périurbains en potager, avec édification d’une cabane à outils.

15 Lorsque la scène locale est petite et les rencontres fréquentes, on se préoccuperait plus encore de ne pas être pris pour ce qu’on n’est pas. De là, des conduites ostentatoires pour manifester sans équivoque son appartenance sociale réelle ou désirée (Bozon 1979).

16 La recherche menée actuellement par B. Le Wita sur la bourgeoisie parisienne, montre l’importance de la famille pour cette classe sociale : c’est la famille – et son capital historique – qui fait le bourgeois. Celle-ci compte très fréquemment jusqu’à trois cents personnes et plus.

17 D. Deloménie et M. Maurice ont constaté qu’en milieu ouvrier marseillais les femmes voient leurs parents au moins une fois par semaine.

18 Pour la petite bourgeoisie nouvelle il s’agissait de réaliser un nouveau mode de vie, fondé sur un modèle d’optimisation et de régénération de la vie sociale. Il fallait donc développer les relations sociales franchissant les bornages habituels et faire du quartier un espace de sociabilité idéal. Des objectifs voisins animaient les militants des villes nouvelles.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540