Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologies en miroir

 | 
Isac Chiva
, 
Utz Jeggle

I. Ethnologie de la France

Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France1

Christian Bromberger

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Isac Chiva qui a bien voulu discuter avec moi des principales orientations de (...)

1Un trait marquant, dans l’évolution récente de l’ethnologie de la France, est la modification des échelles – spatiale et temporelle – de collecte et d’analyse des faits. Aux grandes enquêtes ayant pour cadre la totalité du territoire national et pour horizon la longue durée pluriséculaire ont succédé, depuis les années cinquante, des études ponctuelles centrées sur le fonctionnement de microsociétés (communautés villageoises, groupes de familles, entreprises artisanales...), voire sur la biographie d’individus. Il faut voir dans ce passage d’une ethnologie macroscopique à une ethnologie microscopique l’effet d’un changement radical dans la pratique et les objets de la recherche ; alors que les créateurs de l’ethnologie de la France (et notamment A. Van Gennep) puisaient l’essentiel de leur matériel dans les travaux d’érudits locaux ou les résultats d’enquêtes par questionnaires effectuées par des tiers, les chercheurs, depuis une trentaine d’années, pratiquent une ethnologie artisanale, collectant leurs informations au cours de séjours prolongés sur le terrain et opérant eux-mêmes, au moins dans la plupart des cas, la synthèse de leurs travaux. Ce rétrécissement du champ de l’observation et de l’analyse ne tient pas seulement à cette révolution dans la pratique de la recherche ; il tient aussi à une réévaluation des objets mêmes de la discipline. Aux grandes questions sous-jacentes de naguère : « Comment et pourquoi ce phénomène varie-t-il ? Quelles en sont les origines dans l’espace et le temps ? » – voire à l’absence totale de question : de la collecte avant toute chose ? –, s’est progressivement substituée une interrogation a priori plus modeste : « Comment cela fonctionne-t-il ici et maintenant ? » Une question pourtant – celle de la signification des phénomènes étudiés (« Qu’est-ce que tout cela peut-il donc bien vouloir dire ? ») – réunit ces deux courants mais est traitée, nous y reviendrons, selon des modes bien différents d’une tradition à l’autre.

2Changement d’échelle, changement d’optique. Passage du grand, du long, du large au petit, au court et à l’étroit, d’une ethnologie extensive, savante, cumulative, constituant des inventaires, dégageant des types, cernant des aires à une ethnologie intensive, soucieuse de saisir, dans toute leur complexité, des configurations singulières, et, partant, souvent délibérément inculte. L’ethnologue travaillant sur la France se définit fréquemment de nos jours comme l’homme – ou la femme – d’un petit terrain et, éventuellement, d’un petit thème. Mais quel petit terrain ? Un consensus solidement établi assigne à l’ethnologue des unités territoriales et sociales de dimensions restreintes (quartier de ville, hameau, commune, « pays », etc.) qui semblent aller d’elles-mêmes. Sous ce consensus scalaire – qu’on peut remettre en cause, certains s’y sont employés – se logent pourtant des comportements de recherche nettement différenciés ; certains braquent le microscope sur l’infiniment petit, d’autres, pour en comprendre le fonctionnement, chaussent, de leur poste d’observation, les lunettes de l’astronome, selon que le terrain est considéré comme l’objet ou comme un simple cadre de la recherche (on peut parler, dans le premier cas, d’étude monographique, d’approche locale, dans le second, d’approche localisée).

3Le but de ce bref article est d’analyser la transformation des objets et des unités de recherche, dans le domaine de l’ethnologie de la France, depuis une quarantaine d’années. Quels bénéfices heuristiques notre discipline a-t-elle tirés de cette réduction des échelles d’analyse ? Qu’a-t-elle raté en se polarisant sur le local ? L’histoire de cette transition – du grand au petit – n’est pas facile à écrire, car si les chercheurs sont souvent prolixes sur les raisons – affectives, intellectuelles, conjoncturelles – qui les ont guidés dans le choix d’un terrain, ils ne justifient à peu près jamais la délimitation de l’espace qu’ils étudient (Pingaud 1981 : 23) et encore moins l’articulation entre leur thème de recherche et les dimensions de leur terrain d’enquête. Pour tracer les grandes lignes de cette évolution, je ne retiendrai que quelques jalons (livres, articles, programmes de recherche...) ; ce choix ne vise nullement à établir un palmarès ne mentionnant que le fleuron de la production ethnologique sur la France ; il enregistre seulement des travaux, parmi d’autres, qui, par la singularité des approches et des méthodes mises en oeuvre, symbolisent des étapes dans le trajet contemporain de l’ethnologie de la France.

Le temps des grandes enquêtes

  • 1 On trouvera un aperçu de ces recherches extensives menées concouramment, dans l’entre-deux-guerres (...)

4De 1931 à 1945, furent lancées plusieurs grandes enquêtes ethnographiques d’ampleur nationale ; à l’initiative de ces recherches extensives, portant essentiellement sur le folklore et la culture matérielle, on trouve les principales figures de l’ethnologie, de l’histoire et de l’anthropogéographie de l’entre-deux-guerres : A. Dauzat, R. Maunier, A. Van Gennep, A. Varagnac, L. Febvre, C. Parain, P. Deffontaines, J. Brunhes, F. Vidal de la Blache1. Ce mouvement, dont les préoccupations (inventaire systématique de données, analyse des variations dans le temps et dans l’espace...) recoupaient celles de la Volkskunde allemande, trouva un point fixe d’ancrage institutionnel et orga-nisationnel lors de la création du musée national des Arts et Traditions populaires en 1937, qui désormais coiffa la plupart des grands chantiers de recherche collective.

  • 2 Pour un exposé synthétique des conditions de mise en oeuvre et des finalités originelles de ces de (...)
  • 3 A. Van Gennep expose ses méthodes de collecte dans le premier volume du t.l de son Manuel (1943 : (...)

5Parmi ces entreprises, dont beaucoup restèrent sans lendemain, on peut citer les enquêtes sur le folklore enfantin (1931-33), sur l’ancienne agriculture (1937), celles sur les feux, les moissons, la forge, l’alimentation, les moyens de transport traditionnels, lancées à l’initiative de L. Febvre, le projet d’Atlas folklorique en 1942, les deux grands chantiers du musée des Arts et Traditions populaires sur l’architecture rurale et le mobilier régional (1941-45)2, enfin 1’oeuvre monumentale de Van Gennep, le seul à avoir exploité immédiatement le fruit des enquêtes qu’il avait diligentées3.

6Toutes ces initiatives, malgré leur diversité, s’organisaient selon des méthodes, des postulats, des convictions – implicites ou explicites – globalement similaires.

7Tout d’abord elles se fondaient, partiellement ou totalement, sur des enquêtes indirectes (érudits locaux, instituteurs pour l’enquête sur le folklore enfantin, directions départementales des services agricoles pour l’inventaire sur l’ancienne agriculture...) ; les échelles de référence de collecte des matériaux reproduisaient les grandes divisions politico-administratives du pays (commune, département ou « province », où des comités de folklore, les inspections de l’enseignement public, les directions de divers services drainaient le matériel de base avant de le transmettre aux institutions nationales qui donnaient les directives et exploitaient les résultats) ; bref les territoires de la recherche étaient découpés selon un principe d’emboîtement pyramidal à l’image des circonscriptions de l’Etat, même si certains chercheurs, comme A. Van Gennep, étaient conscients de l’impertinence anthropologique de tels découpages – pour lui c’était le « pays », héritier du pagus gallo-romain, qui formait « l’unité psychologique et sociale de base » (Van Gennep 1943 : 3-4).

  • 4 C’est un des leitmotive de l’introduction et de la conclusion de l’ouvrage d’A. Varagnac, Civilisa (...)

8Toutes ces entreprises, mues par le souci de l’inventaire, se caractérisent, par ailleurs, par leurs tendances boulimiques : rassembler le maximum de matériaux en un maximum de lieux ; Van Gennep, dans la préface de son Manuel, regrette de n’avoir pu recueillir des informations que sur 1/20 du territoire français (soit environ 2 000 communes) pour une période qui court de 1600 à 1940 ; les enquêtes sur l’architecture rurale et sur le mobilier régional, entreprises pourtant dans les conditions précaires de la guerre, ont fourni respectivement 1 759 et environ 14 000 monographies... Dans ce désir d’exhaustivité, il faut lire le sentiment d’une urgence de la collecte (ce leitmotiv pernicieux de justification de notre discipline) dans un monde ébranlé où s’accélère la déruralisation (cette tendance est nette chez A. Varagnac qui voit s’effondrer des « traditions millénaires »4) et, par ailleurs, le souci d’apprécier la diversité régionale.

  • 5 Sur la notion de « zone folklorique » chez A. Van Gennep, voir N. Belmont (1981 : 21-22).

9Une préoccupation quasi constante des initiateurs de ces grandes enquêtes est, en effet, d’ordre aréologique : cerner des aires et éventuellement en expliquer la formation. Les seuls résultats de certains de ces grands chantiers de recherche sont, au demeurant, des cartes : carte des fonds de cuisine, élaborée par M. Maget et L. Febvre à la suite de l’enquête de 1935, carte des procédés de battage et de dépiquage établie par Ch. Parain en 1937 dans le cadre des recherches sur l’ancienne agriculture... Tous ces documents cartographiques épars sont regroupés dans l’ouvrage de Kriiger (1950), dernier vestige de cet engouement pour les études aréologiques qui eurent le mérite de faire apparaître de grandes lignes de rupture dans le paysage culturel de la France (opposition nord/sud notamment). Mais c’est encore Van Gennep, auteur de cent six cartes dans son Manuel, qui a poussé le plus loin, à cette époque, la réflexion sur l’existence de régions culturelles, montrant, contre les anthropogéographes, leur autonomie – pour souligner cette indépendance relative de la distribution des croyances et des coutumes Van Gennep invente la notion de « zone folklorique »5.

10Toutes ces démarches se caractérisent, par ailleurs – les méthodes d’enquête suffisent à l’expliquer —, par leur « substantivisme » ; elles visent à établir, série par série, des faits dans leur matérialité (déroulement d’une cérémonie, textes, morphologie des objets etc.), peu soucieuses de l’insertion de ces faits dans leur contexte local, des endosignifications qu’on leur attribue. Il s’agit, le plus souvent, d’une ethnologie du « on ».

  • 6 J’emprunte cette formulation à N. Belmont (1974 : 117) qui tente d’élucider (ibid. : 100-120) le p (...)
  • 7 Van Gennep trouve les ressorts des mécanismes du folklore dans un mode de pensée prélogique où dom (...)
  • 8 A. Varagnac (1948 : 366). Pour cet auteur, ces « croyances » et ces « pratiques » n’avaient « d’au (...)

11Sous cette ethnologie en grand, procédant par inventaires, se logent pourtant des projets de recherche sensiblement différents ; dans les années trente, les explications par la survivance et la dégénérescence ne subsistent plus qu’à titre de vestiges, alors qu’elles formaient l’essentiel de l’arsenal théorique à la fin du xixe et au début du xxe siècle (dans les oeuvres d’un Sébillot ou d’un Saintyves, par exemple Saintyves 1907, 1923, 1930 et Sébillot 1906, 1908 [1968]). Dans le domaine du folklore, outre la conservation d’un patrimoine menacé, l’étude de sa distribution dans l’espace, ce sont plutôt les significations générales que l’on cherche : s’il fallait résumer d’une phrase le projet de Van Gennep, bien opaque au demeurant, on pourrait dire qu’il vise à dégager l’homologie entre rythmes vitaux (saisons, âges...) et rythmes sociaux (cérémonies calendaires, rites de passage)6, bref à édifier une théorie générale de la signification et des mécanismes7 du folklore. Tel est aussi, sur un autre mode, le projet de Varagnac qui tente d’éclairer le fonctionnement de la « mentalité archaïque » à l’oeuvre dans le folklore défini par lui comme des « croyances collectives sans doctrine, des pratiques collectives sans théorie »8. Chez ces deux maîtres des études folkloriques – et singulièrement chez le second – nul souci donc de prendre en compte comme objets de recherche les dimensions spécifiques de localités ou de pays : le terrain s’efface sous le projet de reconstruire ou de comprendre la « civilisation traditionnelle ».

  • 9 Ch. Parain, Les anciens procédés de battage et de dépiquage en France, in : Travaux du premier con (...)

12L’angle d’attaque des ethnohistoriens de l’époque est, à coup sûr, bien différent : la question que pose, par exemple, Ch. Parain, dans son célèbre article de 19379, porte sur la variation dans le temps et dans l’espace : à quoi rime la diversité des procédés de battage et de dépiquage en France, l’évolution de ces techniques dans la longue durée ? L’examen de ces discontinuités amène Parain à dégager des corrélations entre procédés d’égrenage, types et usages des céréales et, sur cette base, des différences de rythme d’évolution de ces techniques d’une zone de la France à l’autre.

13Ainsi l’ethnologie des grands espaces s’oriente-t-elle simultanément, selon ses thèmes d’investigation, vers la recherche de continuités (la « civilisation traditionnelle ») ou de discontinuités (analyse des processus de différenciation).

14« Alors qu’aucune enquête ethnographique d’ampleur nationale n’a pu être lancée en France depuis 1941-1945 » (Cuisenier 1982-83 : 215), peut-on dire, pour autant, que la recherche extensive a complètement disparu de la scène contemporaire de l’ethnologie ? A coup sûr, non.

  • 10 La publication de ces deux « corpus » est en cours.
    Ont paru, dans la série « L’Architecture rurale (...)

15Les grandes enquêtes sur l’architecture et le mobilier, demeurées longtemps en hibernation, ont été actualisées et exploitées systématiquement depuis 1965 dans l’optique de la publication d’« un corpus de spécimens représentant des types et leurs variantes significatives » (ibid. : 220). Le but poursuivi n’est pas tant de cerner des configurations régionales spécifiques que de dégager des types (de maisons rurales, de meubles...) définis par la combinaison de traits élémentaires et, à terme, de mettre en évidence les lois de cette grammaire, aujourd’hui encore nébuleuse10.

  • 11 Entrepris par P. Delarue (1957a) et poursuivi par M.L. Tenèze (1964, 1976).
  • 12 Le fonds Coirault demeure inédit et est conservé à la Bibliothèque nationale. P. Coirault a consac (...)

16On trouve ce même souci d’inventaire systématique et d’organisation typologique en matière de littérature orale : tel est le but du Catalogue raisonné des contes populaires français11, réalisé selon les principes classificatoires d’Aarne et Thompson, ou encore des travaux de G. Delarue sur les chansons populaires, qui pourrait fournir un cadre typologique adéquat à l’immense recension – non publiée – entreprise par P. Coirault12.

  • 13 Ainsi les ouvrages parus, chez Gallimard, dans la collection « Les Provinces françaises », ceux éd (...)
  • 14 Pour un bilan des atlas linguistiques et ethnographiques de la France, voir J.C. Bouvier 1982-83 : (...)
  • 15 L’ouvrage de J. Yver marque une date importante dans les études sur la parenté dans le domaine fra (...)

17Mais toutes ces initiatives visent à systématiser des collectes déjà anciennes ; après-guerre les inventaires à vocation conservatoire n’ont jamais dépassé le cadre des anciennes provinces : collectes de contes (Massignon 1953, 1963 ; de Felice 1954 ; Joisten 1965, 1971 ; Fabre et Lacroix 1973-74), enquêtes sur le costume (Creston 1978 [1953-61]) ou la danse (Guilcher 1981, 1984), synthèses régionales des traditions et des coutumes organisées selon un plan invariable13. Les seules initiatives à caractère ethnologique d’ampleur nationale ont été l’oeuvre des dialectologues14 pratiquant l’atlantographie, des sociologues à la recherche de corrélations significatives entre des comportements, des institutions, des pratiques (mise en correspondance, par exemple, de la pratique religieuse et des comportements politiques [Isambert et Terrenoire 1980 ; Vergneault, Bertrand et J. Bertrand 1982]) ou encore des historiens – tel J. Yver traçant la répartition en France des différents types de coutumes successorales sous l’Ancien Régime15.

18On voit sans peine les limites des grandes enquêtes de naguère : limites thématiques confinant l’ethnologie à l’étude du folklore et de la culture matérielle ; limites méthodologiques : empirisme, conception atomistique des faits, absence de réflexion sur les échelles pertinentes d’analyse.

  • 16 La plupart de ces analyses exploitent, soulignons-le à nouveau, un matériel d’enquête préconstitué (...)
  • 17 On peut grossissimo modo opposer deux Europe ethnologiques : une Europe septentrionale, centrale e (...)

19Elles offrent pourtant une masse de documents de qualité inégale mais dans l’ensemble comparables en raison même de l’homogénéité des conditions de collecte (ainsi, par exemple, les monographies sur les maisons rurales et le mobilier régional...) ; elles présentent un caractère de systématicité (établissement de corpus de maisons, de contes, de danses etc.) permettant l’intégration de nouveaux matériaux d’enquête (dimension cumulative) ; elles fournissent matière à réflexion sur les discontinuités spatiales et temporelles à grande échelle (spécificités régionales, opposition France du Nord/France du Sud [Parain 1951, Delarue 1957b]), évolution des phénomènes dans la moyenne durée), réflexion qui n’a été reprise récemment que par les auteurs ou les analystes de grandes enquêtes, directes ou indirectes (Tenèze 1982-83, Guilcher 1982, Delarue 1981, Sigaut 1976...)16 ou encore le moyen de cerner des corrélations mécaniques entre phénomènes relevant de séries analytiques différentes. Mais l’analyse à grande échelle de ces corrélations a surtout été l’oeuvre de sociologues et d’historiens : E. Le Roy Ladurie (1972) et H. Mendras (1976), montrant, dans la foulée de J. Yver, les relations entre types de filiation, formes successorales et modèles d’autorité, Isambert et Terrenoire (1980), Vergneault et Bertrand (1982) analysant sur un mode pluridimensionnel des comportements religieux, etc. Un des traits originaux de la situation de l’ethnologie en France est d’avoir renoncé à ces grands programmes documentaires, tels qu’ils sont pratiqués dans la plupart des pays européens17. On peut légitimement se demander quels ont été les bénéfices de ce renoncement.

La fascination pour le local et le culte de la monographie

20L’ethnologue, avons-nous dit, se définit aujourd’hui par un petit terrain ; dans les années 1950-60, il était convenu que ce fût une commune qui devait faire l’objet d’une étude monographique. Ce changement radical de perspectives tient à plusieurs facteurs – pratiques et théoriques – dont l’importance respective est difficile à évaluer. La pratique directe et prolongée du terrain, nouveauté de l’après-guerre, limitait naturellement le champ de l’observation :

Le village, écrivait en 1955 Marcel Maget, est un lieu de prédilection pour l’enquête monographique. Il n’a pas, en effet, un volume tel qu’il dépasse les capacités d’absorption d’un seul chercheur qui même en cas de spécialisation peut tenir une vue synoptique individualisante de l’ensemble du groupe. La faible différenciation culturelle permet de saisir l’ensemble des significations ayant valeur collective actuelle (1955 : 380).

  • 18 Et tout particulièrement M. Bloch (1955-56), A. Soboul (1947), Ch. Parain (1970, [1979] 1971). I. (...)

21La commune offrait, semblait-il, par sa cohérence, l’interconnaissance qui y règne, sa relative simplicité organisationnelle, le seul champ possible d’investigation dans une société dont la complexité désarmait l’ethnologue, une fois qu’il avait renoncé à la collecte extensive de ces objets qui lui semblaient facilement isolables : les croyances, les coutumes, les techniques. Elle formait – disait-on et pas seulement à tort – l’unité d’insertion spatiale et territoriale majeure ; de nombreuses disciplines et théories venaient en renfort pour confirmer la pertinence de ce cadre d’étude : la démographie apportait la notion d’isolat (Sutter et Tabah 1951) ; l’histoire insistait sur les anciens découpages paroissiaux dont les communes ont héritières et sur la permanence des traditions et usages collectifs (terres communales, coopération...), fondements sociaux et économiques de la communauté (voir, entre autres, les travaux de M. Bloch, A. Soboul, Ch. Parain18) ; la psychosociologie, influencée par les community studios de l’école de Chicago (importance des face to face relations), la dialectologie, découvrant la notion de parler local, apportaient aussi de l’eau au moulin communal.

  • 19 C’est un des leitmotive dans la justification des études monographiques (voir, entre autres, Leroi (...)

22Parallèlement, sous l’influence de l’anthropologie américaine et anglo-saxonne et par un rapprochement des perspectives de l’ethnologie exotique et de l’ethnologie de la France, les thèmes de recherche et les intérêts théoriques se déplaçaient : l’organisation économique, sociale et familiale, les institutions politiques... faisaient irruption sur le devant de la scène ethnologique et l’on voyait mal où les saisir sinon à travers des études de cas approfondies ; par ailleurs, le structuralisme et le fonctionnalisme ambiants postulaient non plus des inventaires par séries analytiques mais une approche holistique, totalisante – la fameuse « community as a whole » de R. Redfield (1960 : 149-168) – faisant ressortir les interactions entre les éléments constitutifs d’une société19 ; où donc mieux saisir ces interactions que dans l’ensemble « clos » de la communauté locale ?

  • 20 H. Balfet (1969) donne un aperçu et une justification — à la fois pédagogique et scientifique — de (...)

23L’étude monographique se trouva rapidement légitimée par des théoriciens et des pédagogues. A. Soboul (1947) et M. Maget (1962) fournissaient des plans d’études. I. Chiva faisait une recension des définitions et des approches de ce qui devait désormais être le pain quotidien de la recherche ethnologique. Au demeurant, il était inconcevable qu’un étudiant n’eût pas tâté de la monographie avant d’entrer dans la carrière20.

  • 21 La notion d’ethnie (et ses avatars : micro-ethnie, macro-ethnie) conçue comme un ensemble de diffé (...)
  • 22 Voir le texte d’A. Morel dans ce même volume et pour une discussion de la pertinence du quartier c (...)

24Cette fascination pour la communauté rurale – comme cadre et objet de la recherche – aboutit à la production de plusieurs ouvrages monographiques qui constituent des jalons importants dans l’histoire de la discipline : à l’essai pionnier, mais teinté d’amateurisme, de R. Thabaut (1944) sur Mazières-en-Gâtine succédèrent les études de L. Bernot et R. Blancard, Nouville un village français (1953) et de L. Wylie, Un village du Vaucluse (1957), toutes deux soucieuses de fournir une image synthétique, pluridimensionnelle de ces collectivités, et toutes deux plus ou moins influencées par l’école de la « culture » et de « la personnalité » (R. Blancard est psychologue, L. Wylie s’intéresse surtout aux comportements, ce qui l’amène à négliger l’infrastructure techno-économique de la vie locale). C’est dans cette lignée, le culturalisme en moins, et la volonté de cerner les particularismes micro-ethniques en plus21, que s’inscrivent plusieurs travaux approfondis tant en milieu rural qu’urbain, où certains quartiers – par la densité des échanges dont ils sont le cadre – peuvent s’apparenter à des communautés22 ; citons, parmi les oeuvres individuelles les plus saillantes, les études de C. Pelras (1966) sur Goulien, commune du Finistère, de C. Pétonnet (1968) sur des quartiers comportant une forte population d’immigrés, de J. Gutwirth (1970) sur une communauté hassidique anversoise, de G. Ravis-Giordani sur les communautés pastorales du Niolu (Corse) [1983]...

  • 23 Pour une synthèse des travaux menés sur Plozévet, voir surtout A. Burguière (1975).

25D’objet de recherches individuelles la communauté devint rapidement le théâtre de chantiers collectifs ; il apparaissait, d’une part, qu’un seul chercheur ne pouvait appréhender toutes les dimensions constitutives de la vie locale ; on vantait, d’autre part, les mérites de la pluridisciplinarité qui semblait être la condition de toute recherche novatrice. Plozévet, une commune bretonne, fournit, en 1961, le premier terrain de ces grandes explorations collectives23 : on avait décelé dans la population un fort taux d’endogamie et un particularisme génétique (une luxation congénitale de la hanche) qui offrait aux anthropobiologistes comme aux ethnologues matière à réflexion et à analyse sur la notion d’isolat et de communauté. Des sociologues vinrent se greffer sur l’entreprise pour étudier les transformations sociales et économiques récentes dans une région traversée par une crise structurelle profonde. Un des intérêts de cette analyse fut de montrer que la commune ne formait pas – loin de là – un espace homogène mais que les unités majeures d’affiliation sociale et territoriale se trouvaient en deçà de cette échelle de référence (en l’occurence, les plou ou quartiers). Le travail de terrain – et c’était là la preuve de son efficacité heuristique – apportait un démenti au choix d’une unité d’étude qui semblait aller de soi.

  • 24 L’Aubrac, étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. P (...)
  • 25 Voir notamment les contributions de Ch. Parain (1971, t. 2 : 25-116), de C. Guy, J.D. Lajoux, F. M (...)

26Plus ambitieuse, dans sa volonté d’exhaustivité, fut la recherche consacrée à l’Aubrac24 entreprise en 1964. Le cadre déborde ici les limites d’une commune et englobe toute une microrégion caractérisée par une même activité dominante : le pastoralisme sur une montagne déboisée. La recherche qui associa agronomes, sociologues, économistes, linguistes, ethnologues... aboutit à un inventaire extraordinairement détaillé, la somme la plus complète sur une microrégion française, fournissant sur des domaines aussi variés que l’écologie, l’économie, la langue, les contes, les danses, etc., une série d’études exhaustives, mais, les conditions et le cadre de l’enquête suffisent à l’expliquer, la perspective totalisante qui insufflait les études locales disparut sous l’amas des données. Plusieurs monographies de communes25 réunies dans ces volumes compensent cependant cette impression d’éclatement.

  • 26 Par exemple, chez G. Berthoud (1982) et B. Delfendhal (1973), qui se révoltent l’un et l’autre con (...)
  • 27 Selon l’expression d’A.M. Cirese ([1971] 1980).

27Les études locales trouvèrent par ailleurs, à partir des années soixante dix, un contexte idéologique particulièrement favorable à leur épanouissement : la valorisation du « pays », les aspirations à la convivialité, la nostalgie... donnaient à tout témoignage sur la vie locale autrefois un prix – affectif et commercial – particulier. Ces aspirations convergeant avec les revendications de certains mouvements régionalistes ou d’associations locales, se traduisirent non seulement par une fringale ethnographique mais aussi par l’émergence de l’endo-ethnologie (do it yourself !), tendance qui trouva des échos favorables chez certains professionnels26, sensibles à cette « rébellion des objets ethnologiques »27. La fortune considérable que connut l’ouvrage de P.J. Hélias, Le Cheval d’orgueil (1975), est sans doute l’exemple le plus marquant de cet engouement pour cette forme d’« ethnologie », privilégiant le témoignage vécu au détriment de l’analyse.

28Ces études locales, menées en ordre dispersé, ont-elles profondément renouvelé la connaissance de ce qu’il convient d’entendre par communauté ? On ne peut en dresser qu’un bilan global mitigé.

  • 28 A l’initiative de D. Gusti.
  • 29 Sur la critique des monographies à tiroirs, voir supra, note 19.
  • 30 Ch. Parain participa à la recherche collective sur l’Aubrac (voir supra, note 25) où la propriété (...)

29D’une part, ces monographies n’ont pas été entreprises selon un plan concerté, comme ce fut le cas, par exemple, en Roumanie28 ; ce fut, en un sens, une chance, chaque cas ne se pliant pas, par sa singularité, à un même type d’organisation et de présentation des matériaux29 ; ce fut aussi une limite, la diversité des approches rendant aléatoires les possibilités de comparaison. Seul Ch. Parain (1970), que nous retrouvons à chaque grand tournant de l’histoire récente de la discipline, entreprit de synthétiser les résultats de ces recherches. Il montra notamment que la tendance à assimiler commune (unité administrative) et communauté (unité sociale de base) gomme la variété des situations réelles ; dans de nombreuses régions de France, et notamment dans le Massif central30, les hameaux constituent des unités territoriales fondamentales, disposant d’une propriété commune (biens sectionnaires ou sectionnaux).

  • 31 Voir, entre autres, H. Lefèbvre (1970), N. Eizner (1974), M. Dion (1974), H. Mendras (1976) qui to (...)
  • 32 Sur l’intérêt heuristique de l’anthroponymie pour l’ethnologie des sociétés complexes, voir C. Bro (...)

30D’autre part, en prenant la commune comme cadre d’analyse et en postulant par là même que celle-ci formait l’échelon majeur d’insertion des individus, on masquait la diversité des appartenances sociales et territoriales, la complexité des contextes englobants, dans une société où les communes rurales ne forment pas – faut-il le dire ? – des ensembles clos et discontinus. L’offensive critique sur ce point vint des sociologues qui regardaient, tantôt avec commisération, tantôt avec amusement, la ténuité de ces objets d’étude. Au plus, pouvait-on, selon eux, étudier ces groupes locaux – que, de façon significative, ils appelaient « collectivités », récusant le concept de « communauté »31 – comme des échantillons de la société rurale française (ils faisaient leur le fameux « community as a sample » d’Arensberg [Arensberg 1961]). Ceux qui adoptaient ce point de vue tombaient, d’ailleurs, dans le même travers que les ethnologues qui fixaient pour limites de leur analyse celles de la localité : une unidimensionnalité illusoire caractérisait ces deux démarches. Or, ce que faisaient apparaître – implicitement ou explicitement – les monographies communales c’était, au contraire, la variété et la complexité des insertions des individus, le feuilletage de la notion d’identité, la diversité des réseaux intra et extra-communaux, mais tout cela n’apparaissait le plus souvent qu’en filigrane tant était forte la focalisation sur la communauté locale. Au mieux, chaque monographie s’achevait par un chapitre sur « Les relations de la commune avec l’extérieur », mais elle n’appréhendait ces relations qu’à travers la médiation communale, négligeant – optique oblige – les réseaux sociaux, économiques, politiques... qui échappaient au truchement communautaire. Plusieurs études récentes ont, dans la foulée des travaux sur Plozévet et l’Aubrac (voir supra), fait ressortir la variété des insertions spatiales en deçà ou au-delà de la commune, chacune de ces insertions étant, dans la pratique, symbolisée par une ou des classes d’appellatifs distincts (nom de famille ou de maison, sobriquets de quartier, de commune, de « pays » ou de vallée ; termes d’adresse variant selon la position de l’interlocuteur dans l’espace social)32.

  • 33 Sur les sociétés à « maison », voir, entre autres, P. Bourdieu (1962), G. Augustins et R. Bonnain (...)
  • 34 Il y a pour ainsi dire solution de continuité des travaux de F. Le Play à l’article de P. Bourdieu (...)
  • 35 Cette tendance est nette dans les travaux qu’a consacrés H. Lefèbvre aux sociétés pyrénéennes (196 (...)

31En deçà de la commune, la maison est, dans certaines sociétés (Pyrénées, Massif central...), l’unité majeure d’affiliation sociale et territoriale, « où se noue tout le vécu social, s’ordonnent les discours et les comportements, s’affinent les stratégies » (Claverie et Lamaison 1982 : 36) ; elle n’est pas ici un simple bâtiment, siège d’un groupe familial mais un ensemble de biens matériels et fonciers, une instance médiatrice pour l’exercice des droits d’usage, un patrimoine symbolique dont la transmission peut être disjointe de la filiation33 ; c’est le pôle majeur autour duquel s’organisent ces sociétés et, partant, l’unité pertinente d’analyse par excellence. Paradoxalement, cette forme originale d’organisation sociale qui avait attiré, dès la fin du xixe siècle, l’attention de Frédéric Le Play (1857, t. 1 : 107-160) n’a été redécouverte par les ethnologues que très récemment34 ; entretemps, la fascination pour la communauté avait détourné l’intérêt des analystes de cette institution clef35. Ici ou ailleurs, cette même fascination avait amené à négliger l’importance déterminante des relations de voisinage (Augustins et Bonnain 1981) ou encore du quartier, unité spatiale, cadre des travaux coopératifs et des échanges quotidiens, aire préférentielle de choix du conjoint, segment minimum de la vie collective... dans de nombreuses régions de France (Balfet et Bromberger 1976)

  • 36 Voir Etudes rurales, n ° 78-79-80, 1980 (n° spécial « Foires et marchés ruraux en France »).
  • 37 Les travaux menés dans cette optique sont encore rares en France, alors qu’ils ont connu un dévelo (...)
  • 38 M. Abélès dans un texte non publié « Pour une anthropologie politique des réseaux intercommunaux » (...)

32A s’enfermer dans la commune, on ratait aussi une gamme d’insertions supralocales (microrégionales, régionales...) que désignait pourtant toute une série de pratiques : les foires et les marchés de « pays »36, les pèlerinages, les aires matrimoniales, les aires subjectives d’appartenance dialectale37 ou encore certains mouvements nationalitaires... ; mais surtout on se privait des moyens de comprendre des processus ou des institutions. La faiblesse de cette approche communale est particulièrement frappante quand il s’agit d’analyser les phénomènes politiques ; d’abord parce que plusieurs institutions économiques importantes – dont le contrôle est un enjeu politique – ont une compétence territoriale qui déborde très largement le cadre communal (coopératives cantonales par exemple)38 ; ensuite – et surtout – parce qu’on aura beau décrire sans fin – et à bon droit – les conflits sociaux et familiaux pour la maîtrise des pouvoirs locaux, on ne comprendra guère les comportements politiques et électoraux de telle population communale si on les isole des stratégies des notables qui articulent enjeux locaux et grands mouvements nationaux. Et où saisir ces notables, personnages clefs de la vie politique, sinon à la jointure entre l’en-groupe et l’hors-groupe, entre la « bassa pulitica » et 1’« alta pulitica » comme diraient les Corses (Ravis-Giordani 1976), dans ce jeu complexe du double sens (local et national) ? Si les ethnologues redressaient, à juste titre, l’image moyenne d’un citoyen réduit, par les sociologues et les politologues, à voter selon sa position socioprofessionnelle, ils s’arrêtaient cependant, en se repliant sur la dimension communale, au milieu du chemin ; au bout de celui-ci plusieurs travaux s’efforcent aujourd’hui de montrer les articulations complexes, dans les phénomènes politiques, entre le « petit » et le « grand ».

  • 39 L’ouvrage de G. Ravis-Giordani, Bergers corses (1983), est un bon exemple d’analyse menée à échell (...)

33Le repérage de ces insertions emboîtées – dont l’affirmation et l’extension varient selon les régions, les périodes et le statut des individus – aboutit à des analyses à échelles multiples, faisant ressortir la hiérarchie des appartenances sociales et territoriales39. Peu de travaux cependant ont pris pour objets l’interférence et l’enchevêtrement de ces différentes appartenances. Les noms propres, avons-nous dit, fournissent un matériel de choix pour saisir ce feuilletage de l’identité ; le fonctionnement de la mémoire est un autre terrain privilégié pour ce type d’investigation. L’ouvrage de F. Zonabend, La mémoire longue (1980), fait ainsi clairement ressortir l’imbrication des différentes mémoires qui rythment le temps au village : mémoire familiale, « repérée à partir des généalogies, ponctuée par les événements qui jalonnent une vie », mémoire collective de l’histoire de la communauté, filtrant l’une et l’autre la mémoire de la grande Histoire ; ainsi « les événements qu’ils soient nationaux ou locaux : les guerres, le Front populaire, Mai 68, l’adduction d’eau ou le branchement sont mémorisés à partir ces dates qui jalonnent le cycle familial » ou encore : « quand ’ai fait ma première communion, c’était la guerre » (Zonabend 1980 : 302).

  • 40 Voir, par exemple, les contributions réunies dans le volume Pastoral Production and Society / Prod (...)
  • 41 Selon l’expression de M. Maget (1955 : 379).

34Un principe d’analyse et d’organisation des matériaux prévaut dans les études menées à échelles multiples : celui de l’emboîtement les unes dans les autres d’unités de différentes extensions (maison, quartier, village, « pays », région etc.). C’est en effet l’image qu’ont souvent les individus de leur condition, même quand interfèrent les appartenances locales, professionnelles, voire ethniques. L’analyse d’une société complexe interdit cependant que l’on suive ce seul fil d’Ariane pour rendre compte des insertions collectives. Il serait au demeurant paradoxal de retenir ce modèle d’organisation de type segmentaire, alors même que beaucoup de chercheurs remettent en cause sa pertinence heuristique pour étudier des sociétés apparemment simples et explicitement régies sur ce mode40. Tout autant qu’une « étoile d’interconnaissance »41 au sein d’un quartier ou d’un village, l’individu apparaît, dans une société complexe, inséré dans plusieurs réseaux sociaux (souvent translocaux), fondés sur une communauté d’intérêts, qui éclipsent partiellement dans la pratique les ancrages familiaux ou locaux. Cette importance des réseaux – supplantant les relations locales – est particulièrement nette dans le monde urbain. Ce sont aujourd’hui ces réseaux ramifiés, complexes, recouvrant des phénomènes de solidarité « plus ou moins entremêlés – rapports de voisinage, d’entraide, d’amitié, de patron à client, d’interconnaissance – » (Gutwirth, 1982 : 13), qui forment le cadre analytique de plusieurs études menées sur les sociétés urbaines mais aussi rurales (Forsé 1981). Coexistant avec ou supplantant, selon les cas, les unités « traditionnelles » d’appartenance collective ; le réseau social est un objet adéquat à la démarche et aux voies de l’ethnologie : en saisir la structure permet de cerner le fonctionnement, dans ses particularités, d’un groupe restreint à l’échelle du quotidien. L’ethnologie aurait-elle choisi pour horizon de ses recherches les catégories prédécoupées que lui offre notre société (catégories d’âge, catégories socioprofessionnelles...), elle aurait renoncé à ce qui fait l’originalité de ses analyses en substituant à une approche particularisante et totalisante une macrosociologie faisant fi des insertions concrètes des individus.

  • 42 Voir plusieurs articles, réunis dans le n° spécial d’Etudes rurales « La chasse et la cueillette a (...)
  • 43 Par la Mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.
  • 44 D. Chevallier, Approches de l’identité culturelle à travers les projets présentés au Conseil du Pa (...)

35La diversité des échelles d’analyse que nous venons d’évoquer reflète la complexité des appartenances collectives – enchevêtrées plutôt qu’emboîtées – dans nos sociétés. L’enjeu de ces querelles d’échelle – à savoir la notion d’identité collective dans une société complexe – n’a guère fait l’objet de réflexion approfondie dans l’histoire récente de notre discipline. Dans le champ social et politique pourtant, l’identité est souvent le paravent de diverses actions revendicatives : droit à la différence, mouvements nationalitaires, droit de vivre au « pays », défense d’entreprises menacées d’éclatement, protection de micro-univers – pratiques locales de chasse et de cueillette, par exemple42, corrodées par la législation. C’est pour prendre la mesure heuristique de cette notion et, partant, pour repenser le problème des échelles de l’analyse ethnologique qu’a récemment été lancé un vaste programme de recherche43. Les questions posées, à la façon dont procédaient les Académies au xviiie siècle, ne manquent pas d’ambition : « Quels sont les critères des entités (...), correspondant ou non aux découpages administratifs, auxquels on dit appartenir ? Comment s’expriment, et éventuellement s’inscrivent dans l’espace, les processus de différenciation et d’identification culturelles ? »44 Les analyses entreprises sur différents thèmes et dans différentes régions tentent d’échapper au piège d’un substantivisme statique, d’une part, en menant conjointement l’étude d’indicateurs (traits objectifs dont l’extension et la superposition permettent de délimiter des unités d’appartenance) et de marqueurs (traits reconnus et retenus par les usagers comme porteurs d’identité), de l’autre, en mettant en évidence les variations contextuelles des insertions collectives dont les individus se réclament. De ces questions névralgiques, comme de celle posée en 1753 par l’Académie de Dijon sur l’origine de l’inégalité, on risque de débattre encore longtemps.

Approche locale et approche localisée

36En se repliant sur des micro-univers, l’ethnologie contemporaine n’a pas seulement changé d’échelle, elle a changé d’optique. Même sur des thèmes qui sont, depuis des lustres, des objets de la recherche ethnographique (techniques, coutumes, croyances...), les perspectives se sont radicalement transformées. Soit l’horizon des travaux s’est limité au fonctionnement (local) d’une institution ou d’une pratique, soit des études minutieuses de terrain ont été le prétexte à des divagations (au sens propre) anthropologiques, appelant en renfort le comparatisme pour mieux appréhender le sens des phénomènes. On peut ainsi opposer approche locale et approche localisée.

37L’ouvrage de L. Dumont, La Tarasque, essai de description

38L’ouvrage de L. Dumont, La Tarasque, essai de description d’un fait local d’un point de vue ethnographique (1951a), marque un tournant épistémologique important dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France. L’auteur s’y attaque à un morceau de choix, réservé jusqu’alors aux folkloristes : rien moins qu’un rite et une légende mettant en scène un dragon dompté par une sainte ! On imagine sans peine quelles délices, voire quels délires, interprétatifs ce corps de traditions a pu susciter tout au long du xixe siècle et pendant la première moitié du xxe. La légende ou le rite ont été présentés tantôt comme la réminiscence imagée de la victoire d’un saint personnage sur le paganisme et l’idolâtrie (explication liturgico-symbolique), tantôt comme la survivance de croyances païennes, tantôt comme le souvenir symbolisé de l’écrasement des barbares déferlant sur la Provence, tantôt enfin on a vu dans la Tarasque la figuration d’une espèce animale fossile qui hantait le Rhône dans un lointain passé préhistorique (explication naturaliste). L. Dumont récuse ces différentes interprétations qui ne retiennent qu’une partie des faits, en gomment les contradictions et s’appuient toutes, pour convaincre, sur des éléments extérieurs au corps des traditions locales (comparaison avec d’autres cérémonies, évocation de faits historiques ou préhistoriques, etc.). A l’opposé de ces démarches, il se propose d’analyser – et non d’expliquer – le corpus des faits dont il dispose (rite, légendes, représentations iconographiques) comme un ensemble clos. « L’objet de l’étude, déclare-t-il, est un ensemble local, particularisé, spécifique » (Dumont 1951a : 15). L’examen extraordinairement détaillé des faits amène l’auteur à constater une dissonance fondamentale, en apparence au moins, entre le rite et la légende : dans le rite, où la sainte dompteuse n’intervient pas, le monstre apparaît à la fois maléfique et bénéfique ; dans la légende, il est au contraire, le symbole du mal que domine sainte Marthe, détentrice du bien. Dumont peut, sur cette base, poser l’équation suivante : « Tarasque rituelle = Tarasque légendaire + sainte légendaire » et dégager le schéma structural à l’oeuvre dans le rite comme dans la légende, l’ambivalence du sacré, aboutissant, dans les deux cas, à la substitution des « tendances positives aux tendances négatives » (ibid. : 223). On sera peut-être désarmé par la rusticité de ces conclusions au terme d’une description serrée de quelque deux cents pages. Celles-ci marquent pourtant une évolution décisive : le souci d’analyser des mécanismes structuraux (internes) prime désormais sur les explications (externes) par raccroc.

  • 45 J. Favret-Saada (1977 : 287-294) démonte les mécanismes et démontre les insuffisances de ces appro (...)

39C’est dans cette perspective – « Comment cela fonctionne-t-il ici et maintenant ? » – que s’inscrivent la plupart des travaux aujourd’hui, renouvelant profondément la connaissance de domaines que les enquêtes extensives et folkloristiques de naguère n’avaient pu qu’effleurer en raison de leurs méthodes de collecte et de leurs présupposés d’analyse. Ainsi de la magie et de la sorcellerie, ces pans secrets ou tus de l’expérience. Les folkloristes ne pouvaient rassembler, au terme de leurs enquêtes rapides ou indirectes, que des pratiques, des croyances, des formules, bref des fragments d’un système dont le fonctionnement leur échappait45 ; celui-ci leur échappait d’autant plus qu’ils voyaient dans ces phénomènes l’expression d’une mentalité prélogique, d’une atmosphère « beaucoup plus ressentie et imaginée que logiquement pensée et construite » (Van Gennep 1938-58, 1 : 105). L. Lévy-Bruhl, dont les vues étaient alors à la mode, fournissait à ces idées un fondement théorique. L’observation participante – poussée jusqu’à l’implication directe dans le processus – a permis à un auteur comme J. Favret-Saada de dégager la rationalité du système de la sorcellerie, phénomène que les folkloristes considéraient comme un ensemble confus, invertébré, résiduel. Aux questions de naguère (d’où cela vient-il ? quelle mentalité radicalement différente de la nôtre cela reflète-t-il ?), J. Favret a eu le mérite de substituer des questions simples mais essentielles : « Qu’est-ce que les intéressés cherchent à mettre en forme à l’occasion d’une crise de sorcellerie ? » (Favret-Saada 1977 : 14) ou encore : comment s’organise « l’ensemble conceptuel qui sous-tend (...) la représentation bocagère de la sorcellerie, celle, du moins, des ensorcelés ? » (ibid. : 250). L’ensemble de l’ouvrage tente ainsi d’appréhender les mécanismes de la sorcellerie et du désenvoûtement, en analysant les transferts et les accaparements de force vitale qui forment l’enjeu, et l’armature conceptuelle, du combat que se livrent sorcier et désorceleur. Sous la diversité des expériences, apparaît, au total, un système cohérent en lui-même, qu’une analyse superficielle ou fragmentaire n’aurait jamais pu mettre au jour.

40Ce déplacement des perspectives est aussi particulièrement net dans les études récentes sur la tradition orale et sur les techniques, domaines d’analyse dont l’horizon se limitait le plus souvent à la distribution dans l’espace de types (de contes, d’outils par exemple).

  • 46 C’est l’optique adoptée notamment par D. Fabre et J. Lacroix (1974 : 109-163 et 1981), qui ne pous (...)
  • 47 Les recherches de V. Propp ne furent connues en Occident qu’à la suite de la traduction américaine (...)

41Ainsi, les recherches actuelles sur la littérature orale visent tout autant à établir des répertoires raisonnés qu’à cerner, dans le cadre local, les règles de fonctionnement de la production et de la transmission des textes. Beaucoup d’analyses s’attachent aujourd’hui à repérer les circonstances sociales d’énonciation des récits (ce que L. Marin appelle les « institutions de transfert » [Marin 1964]), expression qui, malgré sa lourdeur et son caractère un peu militaire, a fait fortune) et proposent, sur cette base, une nouvelle forme de classification des genres narratifs ; ceux-ci ne sont plus seulement regroupés selon leurs propriétés intrinsèques (organisation narrative, sujet de l’intrigue) mais d’après les circonstances qui en gouvernent la transmission (typologie situationnelle)46 . Parallèlement, le resserrement du cadre de l’analyse a permis de mettre en évidence les variantes d’un même type de récit à l’échelle locale, alors que les folkloristes se contentaient le plus souvent d’une version de référence par point d’enquête. A l’analyse de l’ossature narrative – démarche indispensable pour l’établissement d’un corpus et la réalisation d’un catalogue, que confortaient d’ailleurs les recherches des formalistes47 – s’est substituée celle des variations textuelles selon le contexte de la communication. Cette approche pragmatique de l’oralité vise notamment à cerner les facteurs situationnels de différenciation des performances narratives et stylistiques d’un même conteur (Fabre et Lacroix 1970). Bref, au lieu de se borner à isoler des types, on s’efforce aujourd’hui d’analyser l’environnement du texte et la diversité de ses manifestations.

42La recherche technologique s’est, de la même façon – mais très récemment (Lemonnier 1980 : 8-16) – orientée vers l’étude des processus, ce qu’A. Leroi-Gourhan appelle les « chaînes opératoires », à petite échelle (Leroi-Gourhan 1965 : 35-62, Cresswell 1983 : 147-156).

  • 48 Voir notamment les travaux de M. Bloch et Ch. Parain.

43Jusqu’alors on s’était surtout préoccupé des types d’objets produits (et non des conditions de leur production) [optique muséographique] ou de leur distribution dans l’espace et dans le temps (phénomènes d’évolution, d’emprunt et d’invention techniques) [optiques ethno-aréologique et historique] et l’on voyait mal l’intérêt que pouvaient présenter en elles-mêmes des analyses locales. Il est vrai que les études les plus suggestives, celles des ethnohistoriens de l’école des Annales48, embrassaient de vastes espaces dans la longue durée : n’était-ce pas là la condition pour saisir les effets réciproques des transformations techniques et des transformations sociales, bref pour donner à la technologie son champ d’application optimal ? M. Bloch et Ch. Parain ne nous en avaient-ils pas apporté la preuve éloquente, dans une série d’articles célèbres (Bloch 1935a, 1935b ; Parain 1965, 1977), où ils montraient l’enchevêtrement des facteurs techniques et sociaux qui retardèrent – dans l’Empire romain – puis favorisèrent – au début du Moyen Age – l’expansion du moulin à eau ? Leurs successeurs – A. Casanova, par exemple (1975, 1978) – avaient bien quelque peu réduit le cadre – chronologique et spatial – de leur analyse mais celui-ci englobait encore quelques siècles et au moins une grande région : il semblait qu’on ne pût faire parler pleinement les faits techniques qu’en saisissant de grandes ruptures significatives dans l’espace et dans le temps.

  • 49 Sur le concept de variantes dans les analyses technologiques, voir P. Lemonnier (1980 : 9) et C. B (...)
  • 50 P. Lemonnier (1980 : 9) définit ainsi cette notion : « [elle] désigne certains moments des process (...)
  • 51 P. Lemonnier y analyse les quinze systèmes de production de sel marin qui s’échelonnent (ou s’éche (...)
  • 52 On ne peut que constater avec Lemonnier (1980 : 12) la rareté des études sur les gestes techniques (...)
  • 53 Voir, sur la division sexuelle des tâches dans les processus de production, l’article fondamental (...)
  • 54 Soulignant tantôt les effets des transformations sociales sur les transformations techniques tantô (...)

44Des travaux récents, rompant avec « l’époque des grandes fresques historiques » (Lemonnier 1980 : 4), ont montré que l’ethnotechnologie pouvait aussi donner toute sa mesure dans un cadre d’analyse plus restreint, sans sombrer dans le simple inventaire descriptif. L’étude des variantes49 locales et des tâches stratégiques50 dans le procès de travail y relaie celle des variations en grand des moyens (outils) et des résultats (produits, objets) du travail. Les finalités de la recherche demeurent globalement identiques : cerner les « liens nécessaires » ou les « incompatibilités » (ibid. : 9) entre système technique et système social, mais, cette fois-ci, c’est au coeur même des processus que l’on tente de saisir ces relations positives et négatives. Ainsi P. Lemonnier, dans son ouvrage sur les salines de l’Ouest51, isole les variantes techniques dans la production de sel et montre que celles-ci sont liées à l’organisation globale du travail dans les différentes communautés paludières (l’exploitation salinière est tantôt exclusive, tantôt se combine avec des activités agricoles), met en évidence les opérations stratégiques dont le contrôle social est un enjeu majeur. On voit sans peine ce que l’on peut glaner au passage dans ce resserrement de l’analyse : une connaissance plus fine des gestes techniques52, des savoirs mis en oeuvre, cette « part idéelle » du travail (Godelier 1978 : 170-171), de la division des tâches par sexe, par âge, etc., dans les processus de production53. C’est au bout du compte une « logique technique complexe » – et non plus à sens unique ou, au mieux, à double sens54 —, « faite de multiples compatibilités et incompatibilités entre les aspects les plus matériels de l’activité humaine et divers traits des organisations sociales » (ibid. : 187) qui peut être mise en lumière.

  • 55 C’est la leçon que l’on peut tirer de la lecture de ces ouvrages et les intentions que l’on peut p (...)
  • 56 Il faudrait citer dans cette lignée beaucoup d’autres travaux dont ceux de D. Fabre sur le message (...)

45Partant également de l’examen approfondi de faits singuliers, l’approche localisée tente d’en cerner les sens, non par simple référence au contexte structural et fonctionnel où ceux-ci s’intègrent, mais par de longs détours comparatifs. La méthode qui n’est, au demeurant, à peu près jamais explicitée, s’apparente, à quelques variantes près, à celle de la grammaire comparée des langues indo-européennes, telle que l’enseignèrent à des générations d’étudiants A. Meillet, J. Vendryes (1960, rééd.) et leurs disciples. Les matériaux de terrain sont traités comme les bribes d’une langue dont les structures profondes – enfouies par le travail des ans ou de l’inconscient – nous échapperaient. Il convient donc, par le jeu des comparaisons à l’échelle de la France, de l’Europe et parfois d’ailleurs, de reconstruire cette langue primordiale dont nous saisissons, ici et là, des traces et des vestiges. A. Meillet ne procédait pas autrement quand il nous proposait de reconstituer l’indo-européen commun – prototype idéal et virtuel – à partir des faits linguistiques latins, grecs, sanskrits... ou tokhariens. C’est la même méthode qui inspire encore G. Dumézil dans sa recherche sur les structures communes des mythes et des légendes des peuples indo-européens (Dumézil 1941, 1949, 1968). Soulignons d’emblée quelles sont les incidences d’une telle approche : on nous y restitue les formes, les significations, les registres d’une langue ou d’une culture, dans leur complétude, telles que jamais personne, à l’exception du grammairien, n’a pu les maîtriser. Sous des fragments de paroles est dévoilée l’armature de la langue, sous le vocabulaire la totalité du lexique, sous des performances erratiques la compétence idéale, sous des propos discontinus le grand transistor, comme dirait Arrabal, qui aurait tout enregistré. Démarche ambitieuse qui rejoint par certains de ses objectifs – et par son caractère savant – celle des folkloristes de naguère mais en renouvelle considérablement les méthodes ; alors que ceux-ci comparaient, au mieux, des faits relevant d’une ou deux séries (fêtes et légendes, par exemple), les travaux récents établissent des comparaisons transversales entre divers ordres de la réalité : paroles quotidiennes, métaphores usuelles, rites, représentations du cosmos, textes de faits divers, de légendes ou de contes populaires... Alors que les folkloristes de jadis recherchaient une origine commune à des phénomènes dispersés dans l’espace et dans le temps, les recherches actuelles s’inscrivent dans un courant plus génératif que génétique55. Quelques exemples donneront la mesure de ce renouvellement56.

  • 57 Analysés, pour l’Italie du Sud, par E. de Martino (1966).

46En Corse, quand un individu avait été piqué par une araignée, on avait coutume de l’enfermer dans un four tiède pour combattre son mal. Médecins et folkloristes avaient rapporté cette pratique de l’enfournement thérapeutique, tantôt avec compassion, tantôt avec une indulgence amusée. M. Caisson (1976), se fondant tout à la fois sur des entretiens de terrain, sur la comparaison avec des faits analogues attestés dans d’autres régions de la Méditerranée nord-occidentale57, sur les textes des philosophes grecs et des psychanalystes d’aujourd’hui, sur une série de proverbes, d’étymologies et de métaphores populaires, ramassés ici ou là, montre, de façon convaincante, comment l’araignée et le four connotent deux aspects contradictoires de la figure de la mère ; la première symbolise la mère ogresse, castratrice (on compare parfois, en Corse, une de ces araignées venimeuses à un petit sécateur), avortante, menstruante ; le second la mère fécondante, régénératrice et revirilisante, l’épouse « culturalisée ». A travers l’analyse d’un rituel localisé, l’auteur restitue ainsi une des dimensions symboliques les plus complexes, les plus prégnantes et les plus enfouies des civilisations méditerranéennes.

  • 58 Les conclusions auxquelles parvient B. Bettelheim (1976) par un tout autre parcours sont voisines (...)
  • 59 Selon l’heureuse expression de D. Fabre (1980), qui consacre une note critique intéressante à l’ou (...)
  • 60 Point de vue repris par l’historien M. Soriano (1968 : 157).
  • 61 Pour mieux asseoir le symbolisme de l’aiguille et du chas, l’auteur aurait pu prendre en compte le (...)
  • 62 On trouvera une bonne présentation synthétique des recherches menées sur le conte populaire frança (...)

47C’est au même genre d’exploration – sémantique et symbolique – reliant des faits en apparence disjoints, que nous convie Y. Verdier (1979). La démarche est délibérément plus rustique (ni les philosophes grecs ni les psychanalystes ne sont appelés en renfort ; ils pourraient l’être sans dommage58), mais tout aussi convaincante. Trois figures féminines, la laveuse, la couturière, la cuisinière, sont au centre de l’enquête qu’a menée l’auteur à Minot, une commune de Bourgogne ; toutes trois sont « passeuses aux gués du destin »59 : la première « aide » à l’accouchement et lave les morts, la deuxième initie les jeunes filles, à travers la couture, à la culture féminine, la troisième façonne le repas de noces, riche en détails symboliques. Voilà, dira-t-on, une analyse classique des rites de passage, vus, il est vrai, et c’est une nouveauté, d’« un point de vue proprement féminin » comme le souligne D. Fabre (1980 : 1077). L’intérêt de la démarche repose surtout sur la mise en évidence des relations symboliques qui unissent gestes, techniques, traditions orales et comportements sociaux et qui se nouent, ici et ailleurs, autour de ces trois personnages. Arrêtons-nous un instant sur le jeu complexe qui se trame sous la couture. Y. Verdier montre le caractère initiatique de l’apprentissage de cette pratique : dès l’âge de douze ans les jeunes filles apprennent à « marquer » leur linge au fil rouge ; « marquer » signifie aussi métaphoriquement avoir ses règles (Verdier 1979 : 177-195). A quinze ans elles passeront un hiver chez la couturière où elles n’apprendront rien en matière de couture mais beaucoup sur leur futur destin de femme : les couturières sont réputées légères (ibid. : 216-236) et initieront les jeunes paysannes aux sens symboliques du maniement des épingles, du fil et des aiguilles, objets qui encombrent les pratiques folkloriques de séduction ou de divination amoureuse et les contes populaires. A la lumière de ces considérations sur la culture par la couture, le sens des textes – sur lesquels s’étaient échinés les folkloristes – devient clair ; il en est ainsi du fameux épisode du Petit Chaperon rouge (type Aarne-Thompson n° 333) où le loup demande à la jeune fille quel chemin elle va prendre pour se rendre chez sa grand-mère : « celui des épingles ou celui des aiguilles ». La plupart des folkloristes – et les historiens qui leur avaient emboîté le pas – avaient conclu au non-sens : « Ces absurdes chemins qui surprennent l’adulte et ont intrigué les chercheurs ravissent par contre les enfants qui trouvent toute naturelle leur existence au pays de la féerie, et qui leur trouvent toutes sortes de justifications » (Delarue 1957a : 383)60. Y. Verdier (1979, 1980) restitue à ces symboles leur dimension initiatique : épingles et aiguilles percées d’un chas (Verdier 1979 : 236-245)61 connotent deux étapes sur le chemin de la féminité adulte, les premières la puberté et les intrigues amoureuses, les secondes la sexualité et la féminité achevée. On voit dès lors quels sont les enjeux initiatiques du conte, que les folkloristes réduisaient à un Warnmärchen (conte d’avertissement destiné à faire peur aux enfants). Partant d’un horizon radicalement différent, la psychanalyse, B. Bettelheim (1976) parvient à des conclusions voisines de celles d’Y. Verdier sur le sens de ce texte ; l’un et l’autre restituent à ce genre narratif la plénitude de ses significations qu’avaient quelque peu gommées ou escamotées les entreprises formalistes ou typologiques62.

48Il nous plaît d’achever ce rapide aperçu d’approches localisées – où l’on consolide le sens des matériaux collectés grâce à des comparaisons tous azimuts – par l’évocation d’un sujet lent et inoffensif : l’escargot. Voilà un singulier animal tout aussi « bon à manger » qu’« à penser », si l’on suit Cl. Fabre-Vassas (1982) dans son exploration minutieuse de la collecte, des préparations culinaires, du statut symbolique du limaçon en pays languedocien mais aussi dans une large frange de l’Europe. Gestes, pratiques, vocabulaire, rituels... désignent 1’« ambiguïté classificatoire » et la « position intermédiaire » que l’on assigne, dans nos cultures, à cet étrange animal : il est des modèles masculins et féminins de collecter et de consommer l’escargot, des façons bien différentes de le préparer (tantôt gras, tantôt maigre : « Il vaut donc aussi bien pour le temps d’abstinence, pour le temps d’abondance et, surtout, pour le délicat "temps entre deux temps" qui ouvre et ferme la longue période d’hiver », [ibid. : 79]) ; on lui assigne dans le blason populaire le rôle symbolique de tracer le frontière entre nous et les autres et, dans les rituels, celui de médiateur entre les vivants et les morts (il incarne les esprits errants ou les âmes du Purgatoire...).

  • 63 Cet « oubli » peut tenir, selon les auteurs de ce type d’analyses, soit à une dégénérescence des f (...)

49Sommes-nous encore dans le petit ? Oui, si l’on considère le cadre de la collecte de départ, la minutie des enquêtes de terrain et la ténuité des sujets d’étude (à dessein, pour mieux faire ressortir le paradoxe de ces approches localisées, j’ai choisi, pour exemples, des variations ethnologiques sur des objets et des animaux minuscules : l’aiguille et le fil de la couturière de Minot, les araignées corses, les escargots de la garrigue languedocienne...). Non, bien sûr, si l’on considère l’horizon de ces travaux qui visent à reconstituer la totalité des formes et des significations d’un langage primordial oublié..., dont il ne reste plus que des fragments éclatés dans le temps et dans l’espace63.

  • 64 Les recherches entreprises sous l’égide de la Mission du Patrimoine ethnologique (voir supra notes (...)

50Ainsi la boucle serait-elle bouclée... Du grand on serait passé au petit, pour mieux appréhender le grand à travers de nouvelles procédures. Ne nous arrêtons pas à ce paradoxe séduisant. En fait, la recherche extensive, l’approche locale et l’approche localisée forment trois démarches, trois projets différents mais qu’il serait grand temps de réunir et de conjoindre. Peut-on comprendre, par exemple, les significations d’un vêtement par simple référence au contexte régional où celui-ci s’insère, ou en analysant seulement les manipulations dont il est l’objet dans un contexte local, les sens qu’on lui prête au sein d’un groupe de pairs, ou encore en ne prenant en compte que les affinités symboliques qu’on lui reconnaît avec d’autres vêtements attestés dans des communautés proches ou lointaines ? A coup sûr une anthropologie qui privilégierait un seul de ces points de vue, une seule de ces échelles raterait sa mission. Dans les dernières décennies c’est, sans doute, la recherche extensive des discontinuités qui a le plus pâti du renouvellement des méthodes dans notre discipline. Que sait-on de plus aujourd’hui par rapport à hier sur le partage culturel entre la France du Nord et la France du Sud, sur les spécificités régionales et microrégionales ? Armés de nouvelles méthodes, il serait sans doute bon que l’on repose et repense ces vieux problèmes64.

  • 65 J’emprunte le mot et l’idée à J.C. Milner (1984) dans son excellent livre consacré à l’école (De l (...)

51Si l’on voit bien, par ailleurs, tout ce que l’on a gagné en se repliant sur le local – une large partie de ce texte visait à le montrer —, on perçoit peut-être plus mal ce que l’on a raté. La fascination pour le local a détourné l’attention des ethnologues des phénomènes de masse, chargés de sens, qui forment les rumeurs fondamentales de la vie contemporaine : l’ambiance passionnée des matches de football (Augé 1982), les départs en vacances, l’autoroute, l’atmosphère du supermarché, les manifestations de rue, etc. Cette même tendance, renforcée par la piété65, voire par la culpabilité qu’expriment ou ressentent confusément de nombreux ethnologues, a abouti à privilégier l’analyse des pratiques locales des « couches subalternes », pour reprendre une expression gramscienne. L’ethnologie des milieux commerçants, des modes de vie des cadres, de la haute bourgeoisie (Le Wita 1984), du monde des cols blancs est encore balbutiante. Ce sont là de nouveaux objets d’étude, de nouveaux cadres d’analyse que devra prendre en compte l’ethnologie de la France dans son programme pour demain.

Notes

1 On trouvera un aperçu de ces recherches extensives menées concouramment, dans l’entre-deux-guerres, par les historiens, les anthropogéographes et les ethnologues, dans C. Bromberger, D. Dossetto, T.K. Schippers (1982-83 : 17-21).

2 Pour un exposé synthétique des conditions de mise en oeuvre et des finalités originelles de ces deux grands chantiers, voir J. Cuisenier (1982-83 : 212 et 218-222). Pour plus de détails on pourra se reporter, pour l’architecture rurale, aux articles de H. Raulin (1964) et de G.H. Rivière (1973) et, pour le mobilier régional, aux indications fournies par U. Cassan, P.L. Duchartre et G.H. Rivière (1941).

3 A. Van Gennep expose ses méthodes de collecte dans le premier volume du t.l de son Manuel (1943 : 58-73) et donne dans le t. 3 (1937) les questionnaires qui ont formé l’ossature de ses enquêtes.

4 C’est un des leitmotive de l’introduction et de la conclusion de l’ouvrage d’A. Varagnac, Civilisation traditionnelle et genres de vie (1948).

5 Sur la notion de « zone folklorique » chez A. Van Gennep, voir N. Belmont (1981 : 21-22).

6 J’emprunte cette formulation à N. Belmont (1974 : 117) qui tente d’élucider (ibid. : 100-120) le projet théorique de Van Gennep.

7 Van Gennep trouve les ressorts des mécanismes du folklore dans un mode de pensée prélogique où dominent les raisonnements par association et par participation : « La mentalité populaire, écrit-il (1943 : 15), n’évolue pas dans le même plan que la mentalité scientifique parce qu’elle utilise en majeure partie le raisonnement analogique et le raisonnement par participation qui sont à la base des symboles, des croyances et des rites, comme l’a bien montré Lucien Lévy-Bruhl. » Pour une critique (féroce !) de cette conception du folklore, voir J. Favret-Saada (1977 : 287-294).

8 A. Varagnac (1948 : 366). Pour cet auteur, ces « croyances » et ces « pratiques » n’avaient « d’autre cohérence que celle du genre de vie » (loc. cit.) qui en formait le support. On retrouve là une conception déniant au folklore toute armature logique.

9 Ch. Parain, Les anciens procédés de battage et de dépiquage en France, in : Travaux du premier congrès international de folklore, Paris (23-28 août 1937), Tours, Arrault et Cie, 1938 : 84-91. Les principaux articles de Ch. Parain ont été regroupés dans un volume, paru en 1979 (Parain 1979).

10 La publication de ces deux « corpus » est en cours.
Ont paru, dans la série « L’Architecture rurale française », les volumes consacrés à la Savoie (1977), au Dauphiné (1977), à la Franche-Comté, à la Corse (1978), à l’Alsace (1978), au Midi toulousain et pyrénéen (1979), au Lyonnais (1979), à la Bourgogne (1980), à la Provence (1980), à la Lorraine (1981), au Poitou et aux Pays charentais (1981), au Berry (1982), au Bourbonnais et au Nivernais (1982), au Comté de Nice (1982), à la Normandie et au Perche (1984), aux Pays aquitains (1984), Paris, musée national des Arts et Traditions populaires, Berger-Levrault.
Ont paru dans la série « Le mobilier régional français » : Normandie (1980), Bourgogne, Bresse. Franche-Comté (1981) ; Lyonnais. Forez. Vallée du Rhône (1983) Savoie, Dauphiné (1983).
Au terme de la publication des volumes de ces deux corpus sera entreprise une exploitation informatique de cet immense matériel visant à faire ressortir les systèmes de types et les variantes significatives.

11 Entrepris par P. Delarue (1957a) et poursuivi par M.L. Tenèze (1964, 1976).

12 Le fonds Coirault demeure inédit et est conservé à la Bibliothèque nationale. P. Coirault a consacré trois gros ouvrages à la chanson folklorique française (Coirault 1927-32, 1941, 1953-63). G. Delarue (1977) a entrepris le classement typologique et la publication de la collecte effectuée par A. Millien dans la Nièvre à la fin du xixe siècle. Les principes classificatoires adoptés par G. Delarue pourraient être retenus pour l’édition du fonds Coirault.

13 Ainsi les ouvrages parus, chez Gallimard, dans la collection « Les Provinces françaises », ceux édités par Hachette dans la collection « La vie quotidienne » ou encore ceux publiés dans la série, trop vite interrompue, « Les sources régionales » chez Fayard (voir, par exemple, C. Abry, R. Devos, H. Raulin 1979).

14 Pour un bilan des atlas linguistiques et ethnographiques de la France, voir J.C. Bouvier 1982-83 : 227-242.

15 L’ouvrage de J. Yver marque une date importante dans les études sur la parenté dans le domaine français. Jamais une telle somme, dans les conditions actuelles de la recherche anthropologique où l’on privilégie l’analyse ponctuelle des phénomènes, n’aurait pu être l’oeuvre d’un ethnologue. Il faut constater qu’en se repliant sur le local ou le petit les ethnologues se sont condamnés à demander à d’autres disciplines un cadre de référence comparatif à leurs travaux. Cette situation de dépendance heuristique est, à mon sens, le signe d’une insuffisance structurelle de l’ethnologie de la France aujourd’hui. Quelques travaux très récents (Augustins 1982, Goy et Lamaison sous presse) présagent, fort heureusement, un retournement de cette situation pour les années à venir.

16 La plupart de ces analyses exploitent, soulignons-le à nouveau, un matériel d’enquête préconstitué (collectes anciennes, matériaux réunis par les folkloristes, etc.).

17 On peut grossissimo modo opposer deux Europe ethnologiques : une Europe septentrionale, centrale et orientale qui s’est dotée de grands programmes documentaires (à ancrage muséographique ou atlantographique), et une Europe occidentale et méridionale qui a renoncé aux projets à grande échelle. Sur les origines et les conséquences de ce partage, voir R. Wildhaber (1972), E. Delitala (1976), C. Bromberger, D. Dossetto, T.K. Schippers (1982-83). Parmi les conséquences de ce « grand partage », notons, par exemple, l’absence de contribution française à l’Atlas ethnologique de l’Europe ou encore la spécialisation d’Ethnologia Europaea dans l’ethnologie des pays d’Europe septentrionale, centrale ou orientale.

18 Et tout particulièrement M. Bloch (1955-56), A. Soboul (1947), Ch. Parain (1970, [1979] 1971). I. Chiva donne une importante bibliographie des travaux définissant la communauté par ses caractères socio-économiques (Chiva, 1958 : 15-22)

19 C’est un des leitmotive dans la justification des études monographiques (voir, entre autres, Leroi-Gourhan 1968 : 1820-21) mais aussi un argument critique adressé au genre quand la monographie se réduit à un pur inventaire (voir Leroi-Gourhan, loc. cit., Jaulin 1974 : 82, qui compare les études locales organisées selon un plan invariable à un « discours de bègue »). Leroi-Gourhan (1965 : 89-90) fustige de la même façon ces « monographies à tiroirs » quand il évoque 1’« inventaire de marmites et de cases », la « banale énumération de haches et de soufflets » qui forment l’ossature de certains travaux.

20 H. Balfet (1969) donne un aperçu et une justification — à la fois pédagogique et scientifique — des études de communauté menées dans le cadre du Centre de formation à la recherche ethnologique (CFRE), centre de formation par où passèrent bon nombre des ethnologues travaillant aujourd’hui sur la France.

21 La notion d’ethnie (et ses avatars : micro-ethnie, macro-ethnie) conçue comme un ensemble de différences ou d’écarts significatifs (voir Granai 1952, Leroi-Gourhan 1968 : 1819-22 et Lévi-Strauss 1958 : 325-351) devint centrale, dans la discipline, dans l’immédiat après-guerre. Auparavant elle avait surtout été utilisée par les diffusionnistes (qui expliquaient les migrations d’objets et de coutumes par l’histoire du peuplement) ou par les anthropologues physiques (pour caractériser une population ayant des caractères anatomiques communs).

22 Voir le texte d’A. Morel dans ce même volume et pour une discussion de la pertinence du quartier comme cadre de l’analyse anthropologique, B. Wellman et B. Leighton (1981)

23 Pour une synthèse des travaux menés sur Plozévet, voir surtout A. Burguière (1975).

24 L’Aubrac, étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Paris, CNRS, 1970-82 (6 t.).

25 Voir notamment les contributions de Ch. Parain (1971, t. 2 : 25-116), de C. Guy, J.D. Lajoux, F. Moniot, G. Ravis (1972, t. 3) et l’étude synthétique de C. Royer sur « L’homme des burons » (1973, t. 4 : 65-122).

26 Par exemple, chez G. Berthoud (1982) et B. Delfendhal (1973), qui se révoltent l’un et l’autre contre « la triste insuffisance de l’intelligible face à la somptuosité débordante du "fait brut" » , pour reprendre les termes de M. Panoff (1977 : 143). Dans le même sens, J. Copans (1974 : 36) plaide pour « la réappropriation de l’analyse sociale par les acteurs sociaux eux-mêmes ». Un certain nombre d’anthropologues régionalistes revendiquent aujourd’hui cette ethnologie de soi par soi, contestant à autrui la possibilité de comprendre.

27 Selon l’expression d’A.M. Cirese ([1971] 1980).

28 A l’initiative de D. Gusti.

29 Sur la critique des monographies à tiroirs, voir supra, note 19.

30 Ch. Parain participa à la recherche collective sur l’Aubrac (voir supra, note 25) où la propriété collective s’organise à l’échelle du hameau dans plusieurs communes.

31 Voir, entre autres, H. Lefèbvre (1970), N. Eizner (1974), M. Dion (1974), H. Mendras (1976) qui tous remettent en cause le concept de communauté. Pour un bilan critique des études de communauté en milieu urbain voir S. Tiévant (1983).

32 Sur l’intérêt heuristique de l’anthroponymie pour l’ethnologie des sociétés complexes, voir C. Bromberger (1976, 1982), F. Zonabend (1977, 1979) et les contributions réunies dans L’Homme (1980, t. 20, n ° 4) et L’Uomo (vol. 8, 1-2, 1983)

33 Sur les sociétés à « maison », voir, entre autres, P. Bourdieu (1962), G. Augustins et R. Bonnain (1981), E. Claverie et P. Lamaison (1982).

34 Il y a pour ainsi dire solution de continuité des travaux de F. Le Play à l’article de P. Bourdieu (1962).

35 Cette tendance est nette dans les travaux qu’a consacrés H. Lefèbvre aux sociétés pyrénéennes (1963), comme le souligne justement I. Chiva dans l’introduction à l’ouvrage de G. Augustins et R. Bonnain (1981)

36 Voir Etudes rurales, n ° 78-79-80, 1980 (n° spécial « Foires et marchés ruraux en France »).

37 Les travaux menés dans cette optique sont encore rares en France, alors qu’ils ont connu un développement prometteur au Japon (voir Grootaers et Mase 1964). Sous l’impulsion de J. Séguy, la dialectologie française s’est plutôt orientée vers l’appréciation quantitative des différences linguistiques (voir Séguy 1973).

38 M. Abélès dans un texte non publié « Pour une anthropologie politique des réseaux intercommunaux » souligne l’inadéquation du cadre local pour l’analyse des phénomènes politiques.

39 L’ouvrage de G. Ravis-Giordani, Bergers corses (1983), est un bon exemple d’analyse menée à échelles multiples (des groupes familiaux à la Corse tout entière).

40 Voir, par exemple, les contributions réunies dans le volume Pastoral Production and Society / Production pastorale et société, Londres et Paris, Cambridge University Press et Maison des sciences de l’homme, 1979. Pour une critique d’une conception segmentaire des insertions dans nos sociétés, voir R. Ledrut (1980).

41 Selon l’expression de M. Maget (1955 : 379).

42 Voir plusieurs articles, réunis dans le n° spécial d’Etudes rurales « La chasse et la cueillette aujourd’hui » (n° 87-88, 1982), qui analysent les enjeux identitaires de ces pratiques dans diverses régions (et en particulier, les contributions de J. Jamin, B. Traimond, G.R. Larrère, B. Bucher, V. Pelosse et A. Vourc’h).

43 Par la Mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.

44 D. Chevallier, Approches de l’identité culturelle à travers les projets présentés au Conseil du Patrimoine ethnologique, document ronéo. : 1.

45 J. Favret-Saada (1977 : 287-294) démonte les mécanismes et démontre les insuffisances de ces approches.

46 C’est l’optique adoptée notamment par D. Fabre et J. Lacroix (1974 : 109-163 et 1981), qui ne poussent cependant pas à son terme l’analyse des règles de covariance entre institutions de transfert et genres narratifs (voir C. Bromberger, 1979b).

47 Les recherches de V. Propp ne furent connues en Occident qu’à la suite de la traduction américaine de son ouvrage en 1958. Beaucoup d’auteurs (Cl. Brémond [1966], A.J. Greimas [1966]) s’intéressèrent dès lors exclusivement à la logique narrative du récit.

48 Voir notamment les travaux de M. Bloch et Ch. Parain.

49 Sur le concept de variantes dans les analyses technologiques, voir P. Lemonnier (1980 : 9) et C. Bromberger (1979a).

50 P. Lemonnier (1980 : 9) définit ainsi cette notion : « [elle] désigne certains moments des processus techniques — opérations ou chaînes opératoires — dont la réalisation met en jeu tout ou partie de l’action engagée. Sera "stratégique" une tâche dont l’accomplissement est nécessaire à la poursuite des processus, c’est-à-dire qui ne peut être différée, annulée, remplacée sans le perturber gravement. »

51 P. Lemonnier y analyse les quinze systèmes de production de sel marin qui s’échelonnent (ou s’échelonnaient naguère) entre l’île d’Oléron et le golfe du Morbihan.

52 On ne peut que constater avec Lemonnier (1980 : 12) la rareté des études sur les gestes techniques, surtout dans le domaine français.

53 Voir, sur la division sexuelle des tâches dans les processus de production, l’article fondamental de P. Tabet (1980).

54 Soulignant tantôt les effets des transformations sociales sur les transformations techniques tantôt, au mieux, les effets réciproques (sur ce vieux débat, voir Digard 1979).

55 C’est la leçon que l’on peut tirer de la lecture de ces ouvrages et les intentions que l’on peut prêter à leurs auteurs. Mais — soulignons-le une fois de plus — la méthode, les échelles d’analyse retenues ne sont à peu près jamais explicitées.

56 Il faudrait citer dans cette lignée beaucoup d’autres travaux dont ceux de D. Fabre sur le messager des âmes (1982), sur le roi des oiseaux et les rituels de la jeunesse (en cours).

57 Analysés, pour l’Italie du Sud, par E. de Martino (1966).

58 Les conclusions auxquelles parvient B. Bettelheim (1976) par un tout autre parcours sont voisines de celles d’Y. Verdier : voir nos remarques infra sur les interprétations convergentes de ces deux auteurs sur le sens du Petit Chaperon rouge.

59 Selon l’heureuse expression de D. Fabre (1980), qui consacre une note critique intéressante à l’ouvrage d’Y. Verdier.

60 Point de vue repris par l’historien M. Soriano (1968 : 157).

61 Pour mieux asseoir le symbolisme de l’aiguille et du chas, l’auteur aurait pu prendre en compte les jeux paronymiques sur chas = chat = sexe féminin, mis en évidence par P.Guiraud (1965).

62 On trouvera une bonne présentation synthétique des recherches menées sur le conte populaire français dans l’ouvrage de M. Simonsen (1981).

63 Cet « oubli » peut tenir, selon les auteurs de ce type d’analyses, soit à une dégénérescence des formes et des significations (point de vue rarement soutenu avec conviction mais parfois implicite) soit au jeu de l’inconscient soit à celui du subconscient (nous nous refusons dans le quotidien à trouver du sens à des pratiques qui nous paraissent banales mais qui sont, en fait, tout autant justiciables d’investigations symboliques que les grands rituels qui affichent hautement leurs significations).

64 Les recherches entreprises sous l’égide de la Mission du Patrimoine ethnologique (voir supra notes 43 et 44) devraient permettre d’éclairer ces questions d’un jour nouveau. Mais la plupart des projets retenus tentent de cerner les phénomènes d’identité collective dans un cadre local restreint.

65 J’emprunte le mot et l’idée à J.C. Milner (1984) dans son excellent livre consacré à l’école (De l’école, Paris, Le Seuil). Milner montre que plusieurs courants visent à remettre en cause la production et la transmission autonomes du savoir, substituant à ces missions fondamentales de la recherche et de l’enseignement un discours pieux, privilégiant, par exemple, l’animation, les aspirations à la convivialité par rapport à la formation et à la recherche fondamentales.

Notes de fin

1 Je remercie vivement Isac Chiva qui a bien voulu discuter avec moi des principales orientations de ce texte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540