Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologies en miroir

 | 
Isac Chiva
, 
Utz Jeggle

Face à face. Un avant-propos

Isac Chiva

Texte intégral

1Rares sont les aires culturelles dans lesquelles, comme en Europe, les travaux ethnologiques – qu’ils relèvent du folklore ou de la Volkskunde, des arts et traditions populaires ou de l’anthropologie sociale et culturelle – offrent l’image d’un champ aussi morcelé qu’incohérent, véritable défi à toute préoccupation ou perspective synthétiques. Les innombrables langues de publication, les enracinements idéologiques, les utilisations politiques qu’on a, depuis toujours, faites des recherches sur les cultures populaires, les frontières politiques, mais aussi l’incertaine ligne de partage entre l’érudition et l’analyse sont les causes principales, mais non les seules, de cette impossible prise de vue, de cette accumulation sans cumulation.

2Aujourd’hui plus que jamais et un peu partout à travers notre continent, l’ethnologie européenne, celle des pays européens, est dans une situation inconfortable : elle est à la fois marginale dans tous les systèmes universitaires et sollicitée par tous les appareils culturels ; on lui demande ici d’aider à mettre à jour les « racines historiques et patrimoines culturels des civilisations européennes » et là de légitimer des revendications ethniques ou de contribuer à attirer les touristes par l’authentification de reliques ou de créations folkloriques et à améliorer ainsi les balances nationales des paiements.

3Sur le plan scientifique, on ne peut qu’être frappé par l’ignorance dont témoigne l’ethnologie d’expression anglaise, aujourd’hui incontestablement dominante, envers les publications scientifiques européennes qui paraissent, il est vrai, dans de très nombreuses langues, parfois d’accès difficile.

4Bien d’autres problèmes sérieux apparaissent lorsqu’on prend une vue de notre discipline à l’échelle européenne, aussi bien en matière d’orientation intellectuelle que de rupture entre générations, de publications insuffisantes, de circulation trop limitée des idées et des hommes, ou encore d’organisation scientifique presque inexistante. Ce sont là des préoccupations générales qui poursuivent depuis de longues années le signataire de ces lignes.

5Mais par dessus le marché, un fait lui apparaissait particulièrement préjudiciable : le véritable mur de non-communication séparant les deux domaines linguistiques – le francophone et le germanophone – qui proposent en Europe, aujourd’hui, ce qui apparaît comme les formulations et interrogations les plus proches de notre temps et – en toute immodestie – les plus marquantes.

6Des rencontres avec Utz Jeggle, à Paris, en 1982 et 1983, rendues possibles par la Fondation de la Maison des sciences de l’homme, toujours soucieuse d’élargir les échanges intellectuels, nous ont conduit à prendre la mesure de cette coupure nette entre l’Europe ethnologique germanophone, au réseau puissant de communications intellectuelles et sociales, et le domaine français qui se prolonge tant soit peu vers la Suisse, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. C’est dans ce véritable mur d’ignorance réciproque auquel nous sommes nombreux à nous être heurtés, qu’il nous est apparu nécessaire de tenter d’ouvrir une brèche. Mais tant qu’à faire, il fallait que la percée soit durable, systématique et pour cela, bien méditée.

7Aussi avons-nous convenu, pour rendre possible et fertile une rencontre entre ethnologues germanophones et francophones, de préparer les discussions par la rédaction d’une série d’essais destinés à fournir une information synthétique et critique sur les développements récents de nos écoles, tout en éclairant le contexte d’émergence et l’arrière-plan historique, social et idéologique.

8Il ne pouvait être question de tenter une présentation encyclopédique de toutes les recherches conduites dans les deux domaines linguistiques depuis la Seconde Guerre mondiale. Un repérage rapide, dans la phase préparatoire m’a montré que pour rendre justice à l’état de la discipline en France, il aurait fallu établir plus d’une trentaine de rapports thématiques ou chapitres d’un manuel. Il ne nous paraissait pas souhaitable, non plus, de nous en tenir, pour susciter la confrontation, à la seule présentation d’une série de travaux monographiques originaux, caractéristiques de chaque aire linguistique.

9Aussi avons-nous imaginé de proposer, si possible, une image de ce qui, ici et là, constitue l’originalité de la recherche ethnologique métropolitaine, en termes d’objets et thèmes d’étude, de méthodes, d’organisation du travail scientifique, de tendances et avancées théoriques, d’orientations nouvelles et souhaitables. Chacune de ces synthèses, dont la volonté d’objectivité devait s’accomoder des jugements critiques et évaluations subjectives jugés opportuns par chaque auteur, est complétée de bibliographies plus ou moins substantielles ; celles-ci, réunies respectivement à la fin de chacune des deux premières parties du volume, lui conféreront – c’est notre espoir – un caractère d’outil de travail et d’orientation encore plus marqué.

10Les thèmes choisis pour chacune des deux parties, ne sont pas les mêmes et ils sont à peine symétriques. Ce choix correspond à la volonté de permettre à la fois une information réciproque sélective et synthétique, mais aussi une mise en évidence – et un début d’explication – des profondes différences dans le développement des ethnologies germanophone et francophone.

11La conception de ce volume, comme l’organisation du colloque dont la composition et le déroulement sont sommairement récapitulés plus loin, ont été assurées, à l’initiative d’Utz Jeggle et à la mienne, par le Ludwig-Uhland Institut fur empirische Kultur-wissenschaft de l’université de Tübingen, et par le Laboratoire d’anthropologie sociale, qui relève à la fois du Collège de France, du Centre national de la recherche scientifique et de l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

12Au sein de ce laboratoire, mes collègues Françoise Zonabend, Pierre Lamaison et Gérard Lenclud ont contribué, à mes côtés, à définir la physionomie intellectuelle et la composition de la participation française et francophone à ce volume et à la rencontre ; le même rôle a été rempli par Utz Jeggle et ses collègues de l’Institut Ludwig-Uhland pour le volet de langue allemande.

13Notre effort visait, comme je l’ai indiqué ci-dessus, à présenter un aperçu critique de ce qu’il y a d’original, de ce qui appartient en propre à la recherche ethnologique française sur la France. Car si nous avons retenu l’expression d’« ethnologie française » en vertu d’une certaine légitimité d’usage, nous entendions nous limiter aux acquis et tendances que propose uniquement l’ethnologie française métropolitaine : inséparable certes des travaux menés par des Français ailleurs, comme nous le verrons, celle-ci seule nous paraissait devoir servir de support à cette première confrontation que nous souhaitions approfondie.

14Notre choix s’est exprimé autant dans les intitulés et le découpage des bilans proposés, qu’en termes de générations. Nous pensons en effet qu’il y a un phénomène de classe d’âge qui marque l’ethnologie moderne de la France, celle qui se fait sous nos yeux, et qui connaît force succès mais aussi difficultés.

15C’est ensemble que nous avons imaginé de proposer une image – que nous avons voulue aussi synthétique et objective que possible mais qui est naturellement aussi subjective que lacunaire – de ce que l’ethnologie de la France, si peu, trop peu pratiquée par d’autres que les Français, présente de plus original en termes d’objets d’étude, d’acquis et de tendances, d’avancées théoriques et d’orientations souhaitables. Et c’est délibérément que nous avons laissé de côté l’histoire plus ancienne de notre discipline, comme ce qui a trait à l’organisation des recherches, aux enseignements, aux institutions muséales et de recherche, ou encore aux formes prises par l’action publique dans ce domaine au cours des six dernières années. Les quelques articles récents consacrés par Mme Wassilia von Hinten à ces aspects comblent, me semble-t-il, pour les lecteurs allemands, cette lacune.

16Le lecteur dégagera, par lui-même, de la juxtaposition de ces essais, bon nombre de problèmes à la fois présents dans tout le champ ethnologique européen et en même temps au coeur d’évolutions divergentes, quand ils ne sont pas évalués selon des critères aussi disparates qu’hétérogènes, liés, il faut bien le dire, à des traditions intellectuelles radicalement étrangères les unes aux autres.

17Parmi ces innombrables problèmes, quatre me paraissent cruciaux, que l’on me permettra de mentionner ici :

  • les rapports, importants partout, mais si différenciés d’un pays à l’autre, entre anthropologie et histoire ;
  • le caractère idéologique, patent ou latent, des ethnologies des pays européens ;
  • l’absence d’une réflexion approfondie, d’une école sérieuse, critique, d’histoire des ethnologies, qui transgresserait frontières, écoles, orientations idéologiques et politiques ;
  • la quasi-absence, enfin, de travaux croisés, conduits dans un pays autre que le leur, en Europe, par des ethnologues européens.

18C’est dans une avancée sur les deux derniers points que me semble résider la possibilité de voir se constituer une vraie communauté scientifique, dotée d’une culture, d’une conscience collective, d’une éthique communes, à l’échelle européenne ; ainsi seulement finira-t-on par lever cette double malédiction que relève Arnold Niederer, à juste titre, dans le domaine de l’ethnologie européenne : « limitation et isolement d’un côté », réduction de la Volkskunde à une « science nationale » de l’autre.

19A cet égard la diversité, difficile à réduire par la traduction, de la désignation de nos disciplines, ne constitue pas le moindre obstacle : Volkskunde d’un côté, ethnologie de l’autre, pour n’en retenir que les termes qui nous concernent directement. Du premier, plutôt qu’une traduction imparfaite, discutable, on a préféré garder la forme originale, irréductible aussi bien au folklore, qu’à l’anthropologie sociale et culturelle, forme qui s’est imposée à nos collègues allemands pour désigner l’ensemble des contributions sur la recherche germanophone. On trouvera dans les textes d’A. Niederer et de W. Brückner tous les éclaircissements conceptuels, historiques, contextuels qui permettront au lecteur français peu familier avec la Volkskunde, de situer cette discipline et d’opérer les rapprochements qui s’imposent, comme de repérer les différences significatives aussi bien d’avec le folklore que d’avec l’ethnologie ou l’anthropologie sociale à la française. Au lecteur de reconstituer les constellations sémantiques différentielles qui entourent et sous-tendent, dans les grandes aires linguistiques de notre discipline, les termes clés ! A chacun d’entre nous de réfléchir aux conséquences de l’histoire plurielle de nos recherches, des polysémies et des divergences idéologiques, qui les ont marquées, ici et là, comme aux conditions de possibilité d’une ethnologie de l’Europe.

20La dernière partie de ce volume, la plus réduite, est consacrée à rendre compte de la réunion en vue de laquelle les essais qui composent les deux premières parties ont été préparés. Quelle qu’ait été la richesse des échanges qui ont suivi la présentation des communications préalablement traduites, on a choisi de n’en donner ici qu’un aperçu aussi raccourci qu’incomplet : ceux qui ont vécu cette rencontre voudront bien nous pardonner d’avoir privilégié l’écrit par rapport à l’oral, qui, plus que le premier, franchit difficilement les barrières linguistiques comme les contraintes d’un compte rendu.

  • 1 Cette dernière est sous presse aux Editions Campus de Frankfurt-am-Main sous le titre : Deutsche V (...)

21Présentés simultanément en éditions française et allemande1, les textes des essais ont été traduits par Mmes Ulrike Bokel-mann, Edith Campi, Ute von Halasz, Irma Schuh, Chantai Creusot et M. Ulrich Christian. C’est Mme Creusot qui a assuré la mise au point de la version française des textes allemands, ainsi que la préparation rédactionnelle du manuscrit.

22L’aventure qu’ont représentée l’organisation de la rencontre de Bad Homburg, puis la publication de ces essais, doit beaucoup à un certain nombre d’institutions et de personnes qui ont réagi avec attention et générosité à notre initiative et contribué à la rendre possible. Que soient chaleureusement remerciés :

  • la Fondation de la Maison des sciences de l’homme et son administrateur et animateur, M. Clemens Heller à qui l’intensification des échanges intellectuels franco-allemands doit tant ;
  • la Mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture et son chef, Mme Elisabeth Fleury ;
  • la Fondation Werner-Reimers (Bad Homburg) et son directeur M. Konrad von Krosigk, grâce à qui le colloque a pu se tenir dans les conditions les plus satisfaisantes ;
  • le Centre national de la recherche scientifique et son directeur scientifique pour l’ethnologie, M. le professeur Armand Frémont (appelé depuis à d’autres fonctions).

23Enfin notre gratitude va tout particulièrement aux responsables des deux centres scientifiques qui se sont associés pour promouvoir cette initiative : Mme Françoise Héritier-Augé, professeur au Collège de France, directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale, et M. Hermann Bausinger, professeur à l’université de Tübingen, directeur de l’Institut Ludwig-Uhland.

24Grâce à eux, comme grâce à ceux qui ont fourni la matière de ce volume, et aussi aux collègues qui, à Bad Homburg, ont enrichi de leurs discussions, réactions et commentaires nos intentions, il nous semble qu’une voie nouvelle s’ouvre, dont il reste à éprouver les résonnances, comme à explorer les bifurcations et éclairages possibles, une voie pour une ethnologie de l’Europe.

Notes

1 Cette dernière est sous presse aux Editions Campus de Frankfurt-am-Main sous le titre : Deutsche Volkskunde-Französische Ethnologie. Zwei Standort-bestimungen. Isac Chiva, Utz Jeggle (Hg).

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable