Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 6. Heurs et malheurs d’un néologisme. Ou deux cents ans de l’histoire savante et populaire des dépuratifs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

... il me semble que l’on doit laisser la liberté à un chacun de se faire traiter de la manière et par qui lui plaît (...) ; il n’y a que l’expérience qui puisse les détromper.
(Pierre Garidel, médecin, 1715 : XIV)

     

Passées au crible de la biochimie, de la pharmacologie et de l’observation clinique, devenues médicaments sous forme de principes actifs ou de plantes médicinales (sic), les plantes ne peuvent pas, ne doivent pas être laissées entre toutes les mains.
(A.L. Girre, pharmacologiste, 1982, 2 : 8)

1. Du côté des médecins

La fortune d’un néologisme, c’est de rencontrer le public détenteur, depuis longtemps, d’un concept à sa juste mesure et auquel il manquait simplement la parole.

« Dépurer », du latin depurare (de purus, « pur »), est connu dès le xiiie siècle, tout comme « dépuration », qui en dérive. Il faut attendre la fin du xviiie siècle pour qu’un substantif-adjectif vienne qualifier le remède.

C’est en particulier chez les sudorifiques qu’on rencontrait auparavant les sub...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540