Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 2. Essai de situation botanique et pharmacologique des plantes dépuratives de la Haute-Provence occidentale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dépuratives et usage du milieu

La distribution des plantes dépuratives par milieux n’est pas sans analogies avec celle qui a été établie pour les 159 plantes de l’enquête. A une exception importante près : la part des plantes cultivées, 4 sur 31 (12,8 %), est très faible. Et encore intègre-t-elle deux arbres (Noyer, Olivier) prescrits pour leurs feuilles, partie étrangère aux emplois « domestiques » courants. La Garance, jadis cultivée, n’existe plus qu’à l’état naturalisé, dans les haies. La Grande Camomille est la seule cultivée-médicinale à part entière. C’est donc essentiellement le domaine « sauvage » qui alimente la pharmacopée ici étudiée. Il se décompose ainsi, dans l’ordre adopté plus haut, qui va de l’espace habité à la montagne :

  • Plantes cultivées : 4

  • Camomille, Garance, Noyer, Olivier

  • Lieux habités ; plantes rudérales, nitrophiles : 5

Absinthe, Bardane, Marrube, Ortie, Pariétaire

  • Haies, chemins, talus : 5

Aigremoine, Chicorée sauvage, Morelle Douce-amère, Saponaire, Sureau

  • Plant...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540