Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

Conclusion

Texte intégral

1Le procédé utilisé dans cette recherche est analogue à une technique de fonte, la cire perdue : se servir de l’enveloppe extérieure pour façonner en creux les contours de l’objet à reproduire. La parole des mineurs faisant défaut sur le déroulement et le sens de la bataille du charbon, nous en avons recherché les traces auprès de ceux qui les encadraient alors. Leurs témoignages ainsi que les archives dessinent un paysage social discordant. D’un côté les responsables politiques et les cadres de l’industrie minière s’accordent pour mener une politique productiviste. En face, ceux qui doivent produire réclament l’épuration, pour être enfin débarrassés de la hiérarchie des compagnies minières, et l’abolition du salaire à la tâche pour échapper à la contrainte du rendement. Deux positions en tous points incompatibles qui pouvaient déboucher sur l’affrontement. Le syndicat ouvrier le plus puissant défend les objectifs gouvernementaux et obtient de participer réellement à la direction de l’entreprise. Des ouvriers mineurs à la tête des Houillères ! Dorénavant des deux côtés de la barrière et seul fondé à apprécier et à défendre les intérêts ouvriers, le syndicat des mineurs CGT le fait très efficacement sauf pour ce qui concerne les deux revendications devenues inopportunes dans la mesure où elles mettent en péril la production charbonnière.

2Espoirs collectifs déçus et besoins individuels satisfaits. Les mémoires ont plutôt retenu les seconds et refoulé les premiers.

3Quarante années sont passées depuis cette bataille du charbon : quarante années, c’est plus long qu’une carrière à la mine. Sur l’échelle de vie d’un mineur, la période qui suit est celle de la pension. Pas la retraite, mais la pension comme pour les invalides avec, en prime, les trois prérogatives — déjà concédées par les compagnies — érigées à la faveur de la bataille en droits inaliénables : médecin, charbon et logement gratuit. De quoi mourir en sécurité. Les mineurs s’émerveillent encore aujourd’hui de leur chance et plaignent sincèrement ceux qui ne l’ont pas, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas pu accomplir leurs trente-deux ans au fond. Que le médecin soit imposé et le logement pauvre, que le charbon soit de mauvaise qualité et déversé en vrac devant leur porte, ne compte pas. Que la silicose les rende invalides, non plus, c’est le métier qui veut ça. Ce qui compte en revanche, c’est d’avoir enfin échappé au cauchemar de la grande misère qui pouvait toujours surgir dès l’accident, dès la maladie et s’installer définitivement à la mort du chef de famille. Le mot précarité est trop faible pour exprimer la crainte lancinante des femmes, depuis deux ou trois générations, de se voir du jour au lendemain jetées à la rue avec leurs enfants, sans ressources. Ce sentiment a été transmis — à défaut de biens — en même temps que le métier. Un métier « de chien », et une vie contrôlée par les compagnies minières. Le statut du mineur et la nationalisation des mines n’affranchissent pas les mineurs mais garantissent plutôt la perpétuation de leur dépendance à l’égard de l’entreprise. En contrepartie, le nouvel employeur, l’État, réévalue les gages dus à cette population laissée pour compte depuis des décennies.

39. Manifestation, 1975 à Douai (archives HBNPC)

4Le pacte conclu entre le syndicat et le gouvernement accordait aux mineurs le maximum qui pouvait être donné à une catégorie socio-professionnelle en échange de l’augmentation d’une production jugée essentielle pour le pays. Les mineurs n’ont pas signé ce pacte. Sans autre qualification que celle de mineur, le marché du travail ne leur offrait rien de plus avantageux et ne les incitait pas à changer de condition. La corbeille de mariée obtenue par le syndicat était plutôt alléchante. C’était le prix du renoncement aux deux revendications de la corporation. Les mineurs se sacrifieraient donc mais avec des droits à la réparation matérielle et symbolique.

5Niés dans leur volonté, ils furent exaltés dans l’accomplissement de leur tâche et promus citoyens modèles. Lorsque l’on a connu le mépris ou le paternalisme, une soudaine réhabilitation désarme la vigilance. Les mineurs, même s’ils s’en défendaient ont pris goût à cette respectabilité toute neuve, édifiée en hâte pour la circonstance, tels ces légionnaires qui le temps d’une campagne ne sont plus considérés comme les rebuts du pays mais comme des héros.

6Ces images très valorisantes de « sauveurs de la nation » que l’État et les media leur renvoyaient, les mineurs les ont conservées pieusement et s’en parent encore à l’occasion. Ils ont cru — car on le leur fit croire — qu’ils étaient à l’honneur ; mais c’était le charbon qui l’était, non ses servants. Des réalisations ponctuelles et fortement symboliques donnaient corps à ces nouvelles représentations : logements modernes, zones de loisirs, équipements sportifs et pour couronner le tout, un château sur la côte d’Azur pour les vacances. A n’en point douter, la condition du mineur se métamorphosait. De hauts salaires (en comparaison de ceux pratiqués dans les autres secteurs de l’industrie) et un système de protection sociale d’avant-garde constituaient les signes irréfutables de l’ascension collective dans la hiérarchie ouvrière. La situation était devenue scabreuse ; les mineurs ne pouvaient à la fois accepter les privilèges — ces satisfactions substitutives — et freiner la production pour exiger une évaluation différente de leur travail. Les frustrations individuelles ne s’exprimèrent librement qu’une fois les ministres communistes sortis du gouvernement. Avec les grèves de 1947 et 1948, les mineurs réendossèrent leur rôle traditionnel d’éléments anti-sociaux.

7Les belles images ont fait long feu. Restaient les compensations offertes aux mineurs en échange de leur soumission, celles qui les distinguaient des autres ouvriers. A cet égard la grève de 1963 marque la fin des illusions ; les mineurs réalisent que leurs avantages disparaissent, notamment la « majoration » de leur salaire garantie par le statut de 1946. Ce mois de grève générale est le dernier mouvement de masse de la corporation. Après l’échec de cette grève, les mineurs sont réduits à mener des combats d’arrière-garde contre la politique de fermeture des mines.

8Dès 1950, le traité de la CECA (Communauté européenne du Charbon et de l’Acier) prévoyait une répartition européenne de la production d’énergie et une rationalisation de l’extraction charbonnière qui condamnait déjà un certain nombre de puits du Nord. A Auchel, près de Bruay-en-Artois, les mineurs occupent en août 1950 le fond de leur mine promise à la fermeture. En vain. Les effectifs commencent à être comprimés, les avantages acquis rognés. La fin des années soixante voit apparaître le premier plan de fermeture du bassin, progressif mais définitif, appliqué inexorablement en dépit de manifestations épisodiques ou de grèves plus symboliques qu’efficaces. L’extraction charbonnière à l’ouest du bassin cesse dès le début des années soixante-dix. L’embauche est arrêtée, les mineurs sont âgés, quarante-trois ans de moyenne d’âge. Les luttes les plus dures qui agitent le bassin dans la décennie soixante-dix, sont le fait de la main-d’œuvre marocaine embauchée par contrat, qui revendique l’égalité des droits et des conditions décentes de logement.

9En mai 1981, la gauche parvenue au pouvoir laisse entendre qu’une relance du charbon pourrait intervenir, repoussant ainsi les échéances de fermeture. Mais « le réalisme » et la « rigueur » ont rendu vaine, dès 1984, l’esquisse d’une nouvelle politique. Le terme final de l’extraction dans le Nord, fixé en 1990, provoque d’ultimes soubresauts comme cette grève d’une semaine en avril 1985 à la fosse 9 de l’Escarpelle près de Douai.

10Cette fermeture rampante, puis résolue, engagée depuis trente-cinq ans, ne s’est pas accompagnée d’une véritable reconversion économique. Impulsée par la création de deux grands établissements de l’industrie automobile — Renault à Douai et la Française de mécanique à Douvrin —, la reconversion de la région ne s’est pas réalisée. Et la crise de l’automobile constitue aujourd’hui un facteur supplémentaire d’inquiétude pour les mineurs qui s’étaient reconvertis, pour leurs fils ou parents qui s’étaient embauchés. A l’ouest, la crise de la sidérurgie fragilise la reconversion des mineurs à l’acier, commencée à Usinor-Dunkerque en 1970. A l’est du bassin l’industrie de l’acier achève son parcours à l’entrée des années quatre-vingt, ne laissant à Valenciennes et à Denain, que ruines et friches industrielles.

11Si une réflexion régionale et des moyens non négligeables commencent à être mis en œuvre depuis quatre ans pour la reconversion du bassin minier, l’immense retard social et culturel de la région « mine » les intentions du présent. La mono-industrie charbonnière a entretenu une sous-scolarisation et une sous-qualification qui empêchent l’accès aux nouveaux emplois proposés sur place, tandis qu’un long passé de sédentarité rend difficile et angoissante la mobilité géographique.

12Aujourd’hui l’ère du charbon s’achève et la corporation minière n’a plus de raison d’être. Il ne s’agit pas seulement de la perte d’un emploi ou de l’obsolescence d’une qualification, c’est tout l’univers du mineur qui est touché : travail, habitat, famille, réseau associatif, région. Dans ce système où tout était fait pour lier le mineur à la mine, l’arrêt de l’exploitation laisse sur le « carreau » des hommes démunis de tout repère social actuel.

13Le conditionnement au travail s’opère certes sur tous les individus dans notre société, mais le dispositif mis en place lors de la bataille du charbon, par l’ampleur de la population touchée, la diversité des moyens mis en œuvre et la rémanence chez les mineurs des images de cette époque, constitue un exemple remarquable de ce que peut engendrer une politique productiviste.

14Captifs d’une identité posthume, avec pour seuls viatiques le regret d’un passé récent, transformé par les appareils politiques en un mélange d’histoire pieuse et d’épopée et les pauvres rentes qu’ils en retirent encore, les mineurs partagent jusqu’au bout le sort de leur mine.

40. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

15Cette affiche des Houillères ornait les murs des corons en 1946 ; elle était censée culpabiliser un mineur sur quatre.

Table des illustrations

Légende 39. Manifestation, 1975 à Douai (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 40. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540