Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

II. Strates. Production, poumons, corons

Le logement et son mineur

Yves Jeanneau

Texte intégral

Un fil à la patte

1Madame Élisabeth Etienne habite à Noyelles-sous-Lens depuis 1941. Femme de mineur, d’origine belge, elle a toujours gardé une certaine distance par rapport à la vie des cités. Elle a eu du mal à s’y faire, du mal à se faire accepter, et elle garde la dent dure pour ces femmes qui poussaient leurs maris à rester à la fosse de peur de perdre les avantages en nature complémentaires du salaire du mineur.

2Son mari, Voltaire Étienne, était pâtissier avant guerre. Il avait été galibot quelque temps avant d’apprendre le métier de pâtissier, et son père, mineur, l’avait fait sortir de la mine. La nécessité, en 40, l’avait amené à se réembaucher à la mine. La nécessité, et aussi une attirance certaine.

3Leur cas est typique. Intelligents et lucides sur les risques encourus, ils sont néanmoins restés. Voltaire est devenu délégué mineur. Leurs enfants sont partis vivre et travailler ailleurs qu’aux mines et ils en sont fiers. Aujourd’hui à la retraite, Voltaire est adjoint au maire de Noyelles, militant du PCF et silicose à 80 %.

4Le logement gratuit qui leur était proposé en 1941 était le seul abri possible pour eux et leur petite fille. Maubeuge, où ils vivaient avant guerre, avait été rasée. C’était aussi le seul travail possible pour échapper au STO.

5On ne peut bien entendu pas réduire l’analyse de leur fixation à la simple attraction du logement gratuit. C’est un tissu serré et élastique de liens affectifs, mythologiques, matériels, qui arrime le mineur à la fosse. Le chevalement borne son horizon, attire son regard, obsède ses pensées, et les rues ne mènent qu’à lui. Mais il est clair que la cité joue, dans ce dispositif subtil, un rôle central. Elle sépare la corporation du reste de la société, elle la constitue en quelque sorte par son exclusion et sa localisation particulière. Elle permet la reproduction par mimétisme des comportements sociaux, culturels, affectifs, sexuels, économiques, etc. progressivement « sélectionnés » — favorisés ou interdits par les compagnies — comme traits caractéristiques de cette « race » particulière de travailleurs que sont censés être les mineurs.

6Les cités minières sont le réservoir de main-d’œuvre prédestinée que les idéologues des compagnies ont voulu constituer. Elles composent un paysage clos et répétitif, étendu et labyrinthique, autour du Minotaure souterrain.

Aspects historiques : la tradition du logement ouvrier en cités

Empirisme et tâtonnements : du paternalisme à la gestion des œuvres sociales

7Nous n’épuiserons pas ici ce sujet. Quelques notations et quelques repères permettront simplement de faire percevoir l’élaboration et raffinement d’un « modèle » : la cité ouvrière en lotissements.

Les cités ouvrières de Mulhouse

8En France, la première réalisation importante de cité ouvrière remonte à l’année 1851, à Mulhouse. L’influence anglaise s’est manifestée par la diffusion, par la classe dirigeante éclairée, de l’ouvrage d’Henri Roberts : The dwellings of the labouring class (L’habitat de la classe ouvrière). Un projet s’est ensuite élaboré, soutenu par le patronat du textile mulhousien, à travers la Société mulhousienne des cités ouvrières, constituée en 1853. Dans une brochure retraçant l’histoire de ces cités, Les cités ouvrières de Mulhouse. Leurs bains et lavoirs, le docteur Penot écrit, en 1902, à propos de cette société :

D’abord composée de 12 actionnaires, au capital de 300 000 F, elle choisit pour son président, M. Dollfus, qui en avait été le principal promoteur. L’empereur Napoléon III voulut bien faire accorder à cette œuvre naissante une subvention de 300 000 F, qui a été pour elle un honorable encouragement et un grand bienfait.

9Les philanthropiques patrons du textile investissent donc un peu de leur argent et de leur énergie, ainsi que leurs relations, pour fournir à leurs ouvriers un logement décent, « qui n’a plus rien à voir avec les taudis si justement critiqués par le Dr Villermé » quelques années plus tôt. Le principe de base est le suivant : « chaque famille doit avoir son logement séparé et la libre culture d’un jardin », afin de « satisfaire aux prescriptions les plus essentielles de l’hygiène et de la morale » (Recherches n° 25).

10L’idée originelle est d’utiliser « l’instinct de propriété que la Providence a mis en nous » pour faire de l’ouvrier « un propriétaire désormais fixé dans le pays avec sa famille ». Cette idée sera rapidement abandonnée au profit de l’habitat locatif très bon marché, car les ouvriers-propriétaires n’étaient pas toujours insensibles aux tentations du capitalisme et il leur arrivait de se comporter en nouveaux marchands de sommeil, de louer et d’entasser plusieurs familles dans leur maisons, ou encore de revendre celles-ci à des spéculateurs qui les rentabilisaient ensuite.

11Les défauts corrigés à l’usage, le résultat obtenu par la société retient l’attention des pouvoirs publics et du patronat éclairé.

Lorsqu’en 1864, M. Duruy, ministre de l’Instruction publique, vint à Mulhouse, il voulut voir la cité ouvrière. Ayant rencontré la femme d’un ouvrier dans la maison qu’il avait demandé à visiter dans tous les détails, il lui adressa plusieurs questions, celle-ci entre autres : « Où votre mari passe-t-il ses soirées ?
— Avec nous depuis que nous avons notre maison », répondit la femme, résumant naïvement d’un seul mot ce qui fait le grand mérite de l’œuvre (Recherches n° 25).

12Retenir l’homme au foyer, améliorer l’hygiène, donc la santé, et favoriser les habitudes d’économie et d’épargne, apparaissent comme les justifications de cette entreprise. Le bilan tiré par le Dr Penot est largement positif. La cité ouvrière a contribué à fixer et discipliner une classe ouvrière jusqu’alors errante et sauvage. C’est une nouvelle machine de conversion qui a été inventée : comme l’Église faisait du païen un bon catholique, comme l’école primaire fera d’un illettré un bon citoyen de la République, la cité ouvrière fera d’un barbare un ouvrier respectueux et fidèle.

Ces bonnes habitudes en ont engendré d’autres, car les vertus s’associent aussi bien que les vices. Avec l’économie sont venus l’ordre et la propreté dans les ménages, la bonne conduite, et les liens de famille, quelquefois très relâchés, se sont heureusement resserrés. Mulhouse devra à ses cités des ouvriers plus intelligents, plus rangés, plus moraux, s’attachant au pays, au lieu de ces nomades qu’on y compte encore en si grand nombre, et qui s’y rendent de toute part sans résolution d’y demeurer, prêts à quitter leurs ateliers à la première occasion qui se présente (Recherches n° 25).

Les cités minières

13De 1750 à 1820, l’exploitation de la houille découverte dans le Nord se fait de manière artisanale, avec des paysans locaux qui gardent une activité agricole saisonnière, ce qui, périodiquement, désorganise la production. La concurrence entre patrons miniers favorise le débauchage et l’exploitation dans ces conditions ne peut se développer. En 1820, la concurrence des charbonnages belges du Borinage impose une rationalisation de l’exploitation et donc la stabilisation d’une partie au moins de la main-d’œuvre expérimentée.

14A partir de cette nécessité, et surtout avec l’extension du bassin minier vers le Pas-de-Calais dans les années 1850, le patronat va mettre en place des règles limitant la concurrence déloyale et réfléchir aux meilleurs moyens de fixation de la population.

15Dès 1826, la puissante compagnie des mines d’Anzin embauche le premier architecte à temps plein chargé de construire des cités ouvrières. Ce ne sont que les premiers « corons », longues enfilades, casernements, construits à la va-vite autour des nouvelles fosses, à l’écart des bourgs. Il s’agit d’abriter économiquement l’afflux de main-d’œuvre importée d’un peu partout, des Flandres, du Hainaut, de la Loire ou de Belgique.

La vérité est que l’exploitant est presque partout dans la nécessité absolue de loger ses ouvriers comme il l’est d’abriter ses machines, ses approvisionnements et ses ateliers. C’est de plus d’un intérêt considérable pour l’exploitation. L’ouvrier trouve dans l’allègement du prix de son loyer une augmentation réelle de son salaire ; il est logé sainement, près de la mine à laquelle il est pour ainsi dire inféodé. Il s’y attache, des liens plus forts unissent le maître et le travailleur, le tout pour le plus grand avantage de l’entreprise dont l’État profite par l’augmentation de la redevance proportionnelle comme l’exploitant en profite par l’accroissement de son produit net (Compagnie des mines de Nœux 1859).

Dès l’origine de l’exploitation des mines de Lens, en 1852, le problème se posait de créer un personnel minier dans une région entièrement vouée à l’agriculture, par suite de l’importer de Belgique et d’Anzin dans le Pas-de-Calais et de lui procurer des logements à côté même de la mine.
La ville de Lens, qui ne comptait alors que 3 à 4 000 âmes, n’offrait aucune ressource en habitations propres à recevoir de nouveaux venus. La question des logements ouvriers a donc été, dès 1852, une de celles qui ont le plus vivement préoccupé la Société des mines de Lens, et ses administrateurs et directeurs ont étudié avec soin l’établissement économique de logements répondant, par leurs dimensions, leur éclairage et leur aération, aux meilleurs conditions hygiéniques. Les cités ouvrières de la société ont bien vite groupé, autour de l’exploitation naissante, un solide noyau d’excellentes familles ouvrières, sûres du lendemain, grâce aux avantages d’hygiène et de bon marché qui leur étaient offerts, attachés dès lors au travail qui leur était assuré et ayant fait souche, à leur tour, de nombreux travailleurs fidèles aux traditions de leurs devanciers (Société des mines de Lens Habitations ouvrières 1906).

31. Maison minière, type 1835 : le coron en enfilade (archives HBNPC)

32. Maison minière, type 1867-1900 : encore en enfilade, mais les maisons sont maintenant séparées (archives HBNPC)

16L’exploitation minière nécessite une main-d’œuvre abondante ; le logement offert, de qualité supérieure à ce qui était alors offert aux ouvriers sur le marché locatif urbain (des taudis), permet d’attirer et de fixer cette main-d’œuvre, puis de la façonner et de s’assurer un contrôle sur le devenir des fils et des filles de mineurs. L’un des laudateurs patentés de cette politique, Charles Gauwin, reconnaissait en 1909, dans une thèse Les institutions patronales des compagnies houillères du Pas-de-Calais :

Le but premier (de la construction des cités) fut sans doute intéressé : attirer les ouvriers dont on avait besoin. Mais une fois ce but atteint, des principes plus nobles, désintéressés et humanitaires, guidèrent les compagnies dans les sacrifices pécuniaires considérables qu’elles consentirent de plein gré pour le bien-être et la sécurité de leur personnel.

17Le coron en enfilade ne satisfait pas entièrement le patronat des mines. Il faut éviter la promiscuité, les contacts trop faciles sur le pas des portes, c’est-à-dire dans la rue. On va donc progressivement casser l’enfilade, reculer la maison, la séparer de la rue par une cour ou un jardinet, la séparer des maisons mitoyennes par des haies ou des barrières : créer une intimité, un lieu clos, clairement délimité, dans lequel la vie familiale soit contrôlable et transparente.

18A la fin du xixe siècle, la cité-jardin est la forme élaborée de la cité ouvrière. Maisonnettes et jardins sont distribués dans un réseau de voieries moins rectilignes et chaque pavillon abrite deux maisons mitoyennes. Une hiérarchisation des quartiers est établie, selon l’emplacement, la qualité du bâti, etc., qui permet de créer ou de renforcer les divisions, les jalousies, les envies, en favorisant telle ou telle demande de promotion.

33. Cité-jardin Darcy, Société des mines de Dourges : sur le modèle du cottage britannique (archives Charbonnages de France)

19Si les patrons ont renoncé à faire de l’ouvrier un propriétaire en titre, ils se sont attachés à en faire un propriétaire fictif en lui fournissant un espace (maison et jardin) qu’il peut (ou doit) s’approprier par un travail volontaire et gratuit d’aménagement, d’embellissement. En l’incitant à s’investir dans sa maison, les compagnies poussent le mineur et sa famille à tisser eux-mêmes les liens qui les attacheront, qui les constitueront comme membres à vie de la corporation. Le travail marquera les corps, la cité disciplinera les âmes.

20Parallèlement à l’amélioration des cités-jardins, dont certaines, comme la cité Darcy ou la cité Foch d’Hénin-Beaumont se veulent modèles et méritent le détour, les compagnies affinent leur politique d’encadrement du temps et de l’espace hors-travail. Sociétés de loisirs, de sports, d’entraide, d’épargne, toutes placées sous le contrôle attentif d’un directeur ou d’un ingénieur et dûment subventionnées, se multiplient.

21Pigeons, jardins ouvriers, jeux de billons ou d’arbalète, enseignement public ou ménager, ateliers de menuiserie, etc., rien n’échappe à la bienveillance des compagnies. Dans la cité même, l’église, l’école, l’ouvroir, la gendarmerie, le terrain de sport, la salle des fêtes sont construits par leurs architectes et sur leurs fonds. Cette volonté d’hégémonie et de contrôle totalitaire ne rencontrera guère, au début du siècle, que l’opposition minoritaire mais farouche des anarcho-syndicalistes (Broutchoux) qui défendaient l’idée qu’il valait mieux fumer tranquillement sa pipe que s’échiner dans son jardin après une journée de travail.

22Les syndicats ne s’opposent pas à cette politique d’encadrement, revendiquant plutôt un accroissement des interventions patronales en compensation des duretés du métier ainsi que le droit à la gestion de ces œuvres sociales.

La question du logement pendant la bataille du charbon : enjeux et conflits

Souvenirs, souvenirs...

23Pour comprendre l’importance de cette question du logement à la Libération, il est nécessaire d’entendre les échos du mécontentement d’avant-guerre. Il portait essentiellement sur deux points :

241 — l’attribution du logement est sélective — ou, si l’on veut, répressive

252 — dès qu’un ouvrier mineur quittait la fosse et arrêtait de travailler pour la compagnie, il devait quitter la maison, parfois dans les 48 heures qui suivaient :

Moi, j’ai commencé à la mine à 13 ans. Puis, à 16 ans, quand mon père a pris sa retraite et qu’automatiquement on l’a mis dehors, non seulement de la mine mais de la maison des Houillères, on a quitté Sallaumines pour Noyelles. Il n’y avait pas de faveurs. Deux jours après, les gardes de la compagnie étaient là pour faire vider les lieux ! Et il y avait pénurie de logement... On payait le loyer et on n’avait pas le droit d’y rester. Avant la Libération, avant le statut, c’était une revendication (entretien Voltaire Étienne).

26En 1945, Monsieur Laurent L. travaillait à la fosse :

Mais je ne travaillais pas encore à l’abattage, alors je ne pouvais pas avoir de logement. Alors j’ai habité avec ma tante Gabrielle... Il n’y avait pas de possibilités. Il y a des baraquements qui se sont finis...
- C’était des baraquements pour qui ?
- Pour des personnes de la Somme qui venaient travailler à Auby, des célibataires, qui venaient sans leur femme. Alors qu’est-ce qu’on a fait ? On est parti à vingt-quatre dans les baraquements ! Les rues n’étaient pas faites, il n’y avait pas de courant, il y avait plein de boue, on n’avait même pas de cheminée...

La première maison que j’ai eue, c’était une maison de deux pièces, mais il fallait aller au bout de la rue, il fallait faire trois cents mètres pour aller aux WC. Alors quand il y avait de la neige. ..Au début, on prenait la maison qu’on avait, hein ? (entretien Madame S.).

Pendant l’hiver 44-45, on a installé des bornes-fontaines dans les cités des mines. Cela voulait dire qu’il n’y avait pas de postes d’eau dans les maisons (M. Lagandré, ingénieur).

27Ces mauvaises conditions de logement, à la Libération, ne sont plus acceptables. La pénurie touche les jeunes ménages, qui échouent dans les baraquements destinés aux prisonniers de guerre ou partagent la maison des parents ; cette situation va d’ailleurs durer plusieurs années, malgré la politique de construction de l’après-guerre.

En 1955, après mon service militaire, j’étais marié, j’habitais chez mes beaux-parents et j’avais deux enfants. Dans le Pas-de-Calais il n’y avait pas moyen d’avoir un logement. On nous disait : si vous voulez un logement, il faut partir dans le Nord ! De ce fait, je suis venu dans le Nord... (Henri D.).

28Mais revenons à la Libération et aux orientations qui vont être choisies.

La situation en 1944

29Après les importantes destructions de la Grande Guerre, de nombreuses cités minières sont reconstruites dans les années 1920-1930. La Seconde Guerre mondiale ne cause que peu de dégâts dans le bassin minier, et les Houillères, nationalisées à la Libération, se trouvent à la tête d’un parc important, comprenant 96 000 logements, répartis dans de vieux corons centenaires ou dans des cités-jardins récentes. Il existe encore actuellement dans le bassin 1 700 types de maisons différents. Ces 96 000 logements, attribués aux ouvriers actifs, étaient en général spacieux (4 pièces) mais le confort y était relatif : pas d’eau courante dans les maisons, il fallait aller à la borne-fontaine de la rue, et l’évacuation des eaux usées se faisait à ciel ouvert, dans des rigoles nauséabondes. La corvée de caniveau hebdomadaire, sous la houlette du garde de la cité, permettait de faire faire aux femmes l’entretien de ce circuit d’évacuation, tout en s’assurant de la docilité de celles qui pouvaient avoir envie de se révolter. Avec la nationalisation, la question du logement va se poser dans de nouveaux termes, du moins dans un nouveau rapport de forces, et surtout en fonction de l’objectif majeur de la période qui s’ouvre : relancer la production.

30La position syndicale est simple et logique : obtenir le maximum d’avantages en nature pour compenser l’effort demandé aux mineurs. S’il y a débat, au sein de la fédération du sous-sol CGT, ce n’est que sur la forme que doit prendre tel ou tel article du statut. Il y a eu, à travers les instances syndicales, sélection des revendications et des propositions faites par les sections syndicales et les bureaux fédéraux du Parti. Les difficultés, les négociations, les amendements ont fait leur apparition lorsque le projet est devenu un texte gouvernemental et que les intérêts divergents se sont manifestés. Le statut, dans sa forme définitive, est le résultat des équilibres et des compromis élaborés alors. Globalement, il satisfait la revendication principale du PCF et de la CGT, de faire du métier de mineur « une profession privilégiée » (A. Lecœur).

  • 44 Syndicat des ingénieurs des Houillères du Nord.
  • 45 Union nationale des ingénieurs, techniciens et cadres (Groupe de réflexion proche de la CGT).

31Du côté des ingénieurs des mines, on trouve trace de trois positions différentes sur cette question du logement, exprimées ici respectivement, la première par Charles Bihl, membre du SIHN44, la seconde par M. Liégeart dans son rapport à l’UNITEC45 (deux textes de 1947) et la troisième par M. Walch dans un article de 1950 de La Revue de l’industrie minérale intitulé : « De la condition prolétarienne ».

32Charles Bihl reprend, en critiquant les erreurs et insuffisances des compagnies dans la mise en œuvre de cette politique, la tradition patronale du logement comme aimant à main-d’œuvre et matrice des futures générations de mineurs. « Le mineur est un outil qui vit », écrit-il pour réclamer une amélioration de ses conditions d’existence. Il prêche pour l’investissement à terme :

L’une des fautes les plus graves des anciennes compagnies houillères aura sans doute été d’attacher trop peu d’importance à la question de l’habitat du mineur. Sauf exceptions, non seulement on a construit trop peu de maisons pour mineurs, mais encore celles bâties l’étaient le plus souvent avec un esprit d’économie sordide, et une absence totale de souci d’hygiène et de confort modernes. Même dans les réalisations correctes, l’implantation était le plus souvent contraire aux règles urbanistiques les plus élémentaires ; ces maisons se « tassaient » dans des corons, que le Zola de « Germinal » n’aurait eu aucune peine à reconnaître, et la « lèpre » de ces « colonies » se groupait autour de fosses noires, elles aussi construites le plus souvent sans aucune idée architecturale et urbanistique.
Il eût été étonnant, dans ces conditions, que ce « cadre de travail » rebutant et surtout ce climat déprimant d’habitat « appelassent » à la mine. Plus peut-être que la dureté et le danger du métier, c’est l’absence de cités de mineurs modernes qui est responsable de la « désertion » de la mine, dont nous souffrons en ce moment.
... Une cité de mineurs n’est certes qu’un ensemble de maisons destinées à loger la main-d’œuvre minière, mais ce n’est pas un simple « magasin de matériel humain »...
Le mineur est un outil qui vit et c’est cette évidence que l’on a trop souvent oubliée ; pourtant on ne travaille que pour vivre et non l’inverse, et d’ailleurs, même en adoptant un point de vue étroitement patronal, la qualité du travail est fonction de la qualité de la vie. Le mineur doit pouvoir construire sa vie individuelle, une vie humaine heureuse, c’est-à-dire avant tout saine, et il doit pouvoir créer une famille heureuse, qui permettra indirectement de retrouver la tradition professionnelle perdue, en orientant le fils vers le métier de son père (Charles Bihl SIHN 1947).

33M. Liégeart, plus réaliste et plus cynique, constate l’impossibilité de combler le retard accumulé et propose « à titre personnel » une solution provisoire à ce problème des effectifs qui ne doit être que passager, la mécanisation devant, sous peu, prendre le relais pour augmenter la productivité.

Les crédits alloués pour le programme de construction de 1947 sont insuffisants pour obtenir à la fois une fixation de nouveaux travailleurs et l’amélioration des conditions d’habitation du personnel existant. Mais je voudrais ici terminer par une remarque personnelle. Puisque finalement l’augmentation de la main-d’œuvre doit être temporaire, l’accroissement final de production devant être réalisé par une augmentation de la productivité du travail, pourquoi construire « en dur » les maisons nouvelles ? Il serait préférable de réaliser des maisons semi-provisoires du type châlet en bois ou en matériaux légers, de construction pré-fabriquée, à montage rapide, et de prix de revient au plus égal à la moitié du coût d’une maison « en dur ». On pourrait en installer un grand nombre, Il suffirait que ces constructions aient une durée d’une dizaine d’années. C’est le terme qu’on peut fixer aux difficultés dans lesquelles nous nous débattons, et ce qui cadre avec les directives d’ensemble du Plan Monnet (M. Liégeart « Le problème des effectifs » in La technique au service du mineur, rapport à l’UNITEC, 29 mars 1947).

34M. Walch, enfin, remet en question le principe même de la cité minière, et appelle à son « éclatement » sur la base d’une analyse pessimiste de l’efficacité du coron de la cité.

Mais sortons de l’usine et accompagnons l’ouvrier à son domicile. C’est peut-être quelquefois, une maison insalubre. C’est souvent aussi, c’est trop souvent une maison de cité ouvrière, de coron, et c’est ce qui nous importe ici. C’est qu’en effet, le coron est comme une nouvelle spécialisation de l’ouvrier qui ajoute ses effets néfastes à ceux de la spécialisation de l’usine. Si séduisant soit-il, harmonieusement tracé, bien aéré, salubre, il n’en reste pas moins un agrégat en vase clos de familles d’ouvriers de la même profession, soigneusement isolées des autres professions. Nouvel envoûtement par le métier. Nouvel asservissement par le fait que l’ouvrier, logé par le patron, ne se sent pas libre de le quitter, menacé qu’il serait sinon contraint, d’évacuer son logis.
Lorsque les patrons ont construit les cités ouvrières, les corons miniers, ils ont été guidés sans doute par le désir de s’attacher une main-d’œuvre stable, en lui offrant un logement proche de son lieu de travail et souvent, il faut le reconnaître, plus confortable que celui qu’il pouvait trouver ailleurs à la même époque (si certaines de ces cités ont outrageusement vieilli, la faute en est au temps et à la politique des loyers et non à ceux qui les ont construites).
Ils ont été guidés aussi par la nécessité d’héberger une main-d’œuvre étrangère nombreuse. Mais aucune de ces raisons n’a imposé la formule « coron ». Celle-ci est résultée de considération de prix de revient. Sans doute le coût de chaque maison a-t-il été de la sorte bien inférieur à ce qu’il aurait été pour des maisons dispersées. Mais les patrons y ont aussi beaucoup perdu en prestige et le pays en équilibre.
Les patrons y ont perdu en prestige parce que dans ce vase clos du coron, des inconvénients du métier, les carences du patron s’y enflent de bouche à oreille, chaque intermédiaire ajoute à cette information ainsi colportée ses propres motifs de se plaindre ; isolée qu’est la cité du reste de la société, plus encore lorsqu’elle se groupe autour de magasins, églises, salle des fêtes, qui lui sont propres, chacun n’y voit que les inconvénients de sa profession sans en voir les avantages et sans voir les inconvénients des autres professions. Seul le syndicat a établi les contacts entre professions. On peut dire, en somme, que si les patrons avaient cherché à se créer une opposition nourrie, ils n’auraient pas agi autrement.
L’organisation de demain me paraît de la sorte comporter obligatoirement l’éclatement des cités ouvrières, le brassage des professions (M. Walch « De la condition prolétarienne » in Revue de l’industrie minérale 1950).

L’article 23 du statut du mineur

35Le logement ouvrier c’est, d’abord, un hameçon, un appât à main-d’œuvre. La relance de la production charbonnière nécessite la reprise de l’embauche, l’augmentation des effectifs. La modernisation et la mécanisation de l’exploitation ne permettront l’augmentation de la productivité que dans quelques années. En attendant, il faut compter sur les bras humains. Il faut donc rendre attractif cet avantage du logement gratuit, qui va devenir caractéristique de l’exercice du métier de mineur de fond.

36Dans un premier temps, les Houillères vont chercher à rattraper le retard accumulé, en installant dans les 90 000 maisons qui en étaient dépourvues l’eau courante et un évier. Et un plan de construction de 45 000 logements est mis à l’étude. L’amélioration de la qualité du logement fourni est une nécessité reconnue par tous.

37On constate rapidement que les nouveaux venus, immigrés d’Afrique du Nord ou d’Espagne, hébergés dans les baraquements qui servaient jusque-là aux prisonniers de guerre, ne restent pas longtemps, déçus par ces conditions d’accueil autant que par la dureté du travail.

Statut du mineur
(extrait)
Logement - Article 23
a) Les membres du personnel, chefs ou soutiens de famille, sont logés gratuitement par l’entreprise, ou à défaut, perçoivent de celle-ci une indemnité mensuelle de logement ;
b) les autres membres du personnel peuvent percevoir également une indemnité mensuelle de logement ;
c) les montants et conditions d’attribution de ces avantages sont fixés, par exploitation ou groupe d’exploitations, par arrêtés du ministre chargé des Mines et du ministre des Finances et des Affaires économiques ;
d) les anciens membres du personnel et les veuves, bénéficiaires de prestations à la charge de la Caisse autonome nationale de sécurité sociale dans les mines au titre des risques vieillesse, invalidité et décès (pensions de survivants) ou titulaires de rentes prévues par la législation générale sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, peuvent recevoir des prestations de logement, en nature ou en espèces, dont les montants et les conditions d’attribution sont fixés par arrêtés du ministre chargé des Mines et du ministre des Finances et des Affaires économiques.

38Le changement de politique va se marquer, dans le statut du mineur accordé en 1946 à la suite de nombreux débats et conflits, par l’article 23 qui stipule que le logement gratuit est un droit non seulement pour tout ouvrier actif mais également pour les retraités et les veuves, mettant ainsi fin à la pratique haïe d’expulsion après la mise à la retraite. Du jour au lendemain, ce sont 300 000 personnes supplémentaires qu’il faut loger ou dédommager ! Il s’agit donc là de la satisfaction d’une revendication de justice sociale, dont les effets immédiats ne pouvaient qu’être problématiques : comment résoudre ce problème quantitatif et qualitatif dans une période de rationnement et de remise en marche de l’économie ? Cependant, aucune organisation n’ose mettre en question le droit au logement du mineur.

39Le statut du mineur tranche une fois pour toutes le fil ténu des incertitudes et des hésitations en donnant, sur ce point, entière satisfaction au syndicat. Les mineurs ont gagné le droit de mourir au pays. Remettre en question cette « victoire », c’est s’exposer aux pires accusations. Mais le devenir de la corporation autorise, pour le moins, ce genre de questionnement. Comment expliquer, en effet, l’acceptation du laminage, de l’abandon, de l’oubli qui a caractérisé l’attitude des mineurs depuis le début de la récession ? Serait-ce que le mineur, fort de son droit d’occuper « sa » maison de son embauche à sa mort, soit devenu si attaché à la maison mère qu’il ait oublié sa force et son droit de révolte ? Ne peut-on lire le statut comme une police d’assurance sociale tous risques, une prise en charge intégrale et sécurisante ?

40Il y avait d’autres moyens pour rendre impossible l’injustice de l’expulsion à la fin du contrat de travail. L’institutionnalisation du droit au logement ne pouvait avoir de sens que dans une perspective d’expansion : à condition d’élargir toujours plus ce droit à toutes les catégories sociales. Or il est au contraire évident, pour les promoteurs du statut, que cet avantage doit rester exclusif, comme l’un des symboles des privilèges accordés. Et les privilèges, nécessairement, ne peuvent être éternels. L’apogée de la corporation est l’aube de son déclin, et le droit au logement à vie est un leurre qui a servi à attirer la corporation dans le traquenard du productivisme à outrance, en lui faisant croire à son avenir radieux. Nous pouvons du moins l’analyser comme l’élément central du dispositif de compensation offert aux mineurs en échange de leur effort dans la bataille engagée. Et ne faut-il pas voir dans la réalisation de ce « progrès » social, l’accomplissement de cette vieille antienne patronale de fixation au pays ?

Les effets du statut du mineur

41Le paiement du salaire au rendement a, pendant plusieurs années, considérablement augmenté les ressources des familles, du moins de certaines d’entre elles. La consommation de biens d’équipement est devenue un trait caractéristique du mode de vie dans les cités minières. On investit dans son « intérieur ». Une sorte de compétition s’installe, pour que la cuisine, la salle à manger et la chambre à coucher soient parmi les plus chères de la rue. On remplace souvent les meubles, et on préserve les plus beaux dans une pièce close qui ne sert que pour les grandes occasions. La vie quotidienne s’est repliée dans la cuisine et la véranda qui la prolonge.

34. Les dernières « cafus » à la recette du jour, avant guerre (archives HBNPC)

42Les magasins de meubles et d’électro-ménager prolifèrent, les camionnettes de livraison font, le samedi, le tour des corons. C’est aussi l’époque où l’on découvre les joies du crédit. La télévision, à ses débuts, a trouvé ici un terrain très propice : certains vendeurs, fins psychologues, offrent en démonstration un poste à un habitant en vue de la cité... Quelques semaines plus tard, les commandes affluent. Il ne faut pas se laisser distancer. Il est aujourd’hui encore étonnant de constater la fréquence des postes de télévision couleur, des foyers disposant de deux postes, et de la présence de magnétoscopes (le travail posté ne permet pas de regarder les films le soir).

43Le couronnement de la reine Élisabeth d’Angleterre, en 1954, marque le grand tournant de la consommation d’images en pays minier. Le cinéma de Carvin, comme ceux des autres communes du bassin, fermera ses portes sous peu. On n’y verra plus, le dimanche après-midi, se côtoyer, à distance et sur les sièges réservés, ingénieurs, porions et ouvriers. Les salles de cinéma se vident au profit des salles à manger familiales. Léon Zitrone s’installe.

44Avec ce recentrage sur le foyer familial, le rôle de la femme ne peut qu’être confirmé : maîtresse du logis, première levée, dernière couchée, ouvrière d’entretien de son mari mineur qui assure la paye, le logement, le chauffage et le médecin.

— Une jeune fille qui se marie ne peut plus travailler.
— C’était dur. Les jeunes filles ne trouvaient plus de travail, même dans les usines, c’était comme ça à l’époque. On se mariait. On n’avait plus de travail (Monsieur et Madame T.).

Construction

45De 1946 à 1948, les programmes de construction s’accélèrent. La grève les arrêtera.

46Les premières constructions datent de la fin 46 et les difficultés d’approvisionnement en briques, en ciment, en bois de charpente expliquent le petit nombre de réalisations. L’insuffisance des crédits justifie le choix de l’option « baraquement ». Ceci, « pour assurer le logement du plus grand nombre possible de familles », explique la revue Mineurs en mai 1948.

C’est évidemment une solution moins satisfaisante mais elle seule permettra de dépanner des familles actuellement dans une situation pénible. Cela, les mineurs, avec leur sens aigu de la solidarité, sauront le comprendre.

47De nouvelles cités voient donc le jour, bâties selon des principes urbanistiques et architecturaux présentés comme nouveaux. Pour la cité de Vuillemin, à Masny, inaugurée en mars 48 :

Le souci d’ensoleillement des maisons a présidé à la composition de cet ensemble. On a voulu également rompre définitivement avec la rigidité des plans d’autrefois : quadrillage rectangulaire, monotone et triste... On a cherché aussi à faire pénétrer la nature dans la cité, etc.

48Sous le titre « La cité moderne », dans un numéro spécial de Mineurs daté d’août-septembre 48, l’auteur reprend et condense ces principes :

La cité moderne
Les grands principes directeurs de l’urbanisme ont été respectés pour le plan d’ensemble de la cité et pour la disposition des logements. On s’est également efforcé, dans les réalisations, de tenir compte des traditions des mineurs et de leurs désirs en matière d’habitation.

Les sites ont été choisis en tenant compte d’un certain nombre de facteurs géographiques, physiologiques et psychologiques.
Parmi les premiers, c’est l’éloignement du lieu de travail qui décide avant tout du choix de l’emplacement. Il convient de ne pas placer la cité trop près de la fosse ou d’une installation minière productrice de fumées ou de poussières sans cependant obliger ses habitants à parcourir une trop longue distance pour se rendre au travail. Ces conditions ont été remplies dans la mesure des terrains disponibles et en fonction du plan de concentration en cours d’exécution qui conduira à regrouper le personnel de certaines fosses sur un siège principal.
Les facteurs physiologiques — orientation et vents — permettent de déterminer l’axe de la cité. Dans le bassin, qui est en pays plat, la pente du terrain intervient rarement. Les rues sont orientées est-ouest pour que les pièces principales soient toutes au sud ; cette position assure en outre la protection contre les vents froids et les vents de pluie.
Des facteurs psychologiques et sociaux assez complexes aident à déterminer l’emplacement de la cité. Il faudrait réunir un certain nombre de conditions idéales qui ne peuvent pas toujours être satisfaites toutes à la fois : zone calme, présence d’arbres ou paysage agréable, proximité d’une agglomération ou tout au moins de quelques magasins, d’une école, d’une église, de lieux de distraction. Le mieux est d’ailleurs de construire des bâtiments collectifs en même temps que la cité qui devient ainsi une véritable cellule économique et sociale.
L’emplacement étant trouvé, il importe que la composition de la cité, c’est-à-dire le tracé des différentes artères et des places, offre au travailleur un cadre reposant et calme où il pourra se détendre.
On évite, par exemple, la proximité d’une route nationale ou d’une artère à grand trafic. Pour desservir les maisons, une rue parallèle à la route fournit une voie intérieure, plus calme et plus sûre. Les enfants peuvent y passer en sécurité, le trafic y étant peu dense. Une large bande de terrain gazonnée plantée d’arbres oppose son écran de verdure au bruit et à la poussière de la route.
Dans le tracé des artères principales, on cherche à éviter la monotonie des longues perspectives d’habitations identiques. Les ruptures voulues d’alignement, l’alternance des maisons basses et des maisons à étages leur donnent un caractère agréable de variété et d’imprévu. Une ou plusieurs places sont réservées ; elles constitueront des centres d’affaires où des commerçants pourront s’installer, à moins qu’égayées d’une zone de verdure elles ne se transforment en jardins d’enfants ou en lieux de repos ombragés. Des carrefours larges et aérés, une bonne visibilité facilitent la circulation.
Le plan de la cité a été conçu pour lui réserver le maximum d’air, de lumière et de soleil. Chaque maison doit avoir sa part de ces avantages. Les urbanistes usent de la formule suivante : façade à l’intérieur de sa rosace d’orientation. Cette rosace détermine l’angle maximum qui reçoit le soleil. Les fenêtres seront aussi grandes que le permettent les nécessités de la construction et de la protection contre le froid et l’hiver.
Les pièces d’habitation ainsi exposées seront claires et ensoleillées : la vie de famille y sera joyeuse.

35. Gravure en couleur, dominante rose de G. Dascher (La vie du mineur, P. Delabasse, Paris, Librairie nouvelle d’éducation et de récréation, 1906)

49Plans et maquettes illustrent ce brillant exposé.

50Il n’y aurait rien à redire si cette littérature n’était l’exacte répétition des discours tenus au début du siècle par les architectes des compagnies, de la Société des mines de Dourges, par exemple, en 1909 :

Le coron ancien d’une monotonie désespérante a fait place à des agglomérations plus gaies par la diversité des maisons et de leurs décorations propres, par les arbres nombreux, par les pelouses gazonnées. La société s’est efforcée également d’assurer dans chaque habitation le plus de confort possible en même temps qu’elle y appliquait toutes les règles de l’hygiène la plus stricte, créant pour ainsi dire de véritables petits sanatoriums.

51Ou pour remonter un tout petit peu en arrière, en 1906, en lisant ce texte de P. Delabasse paru dans La vie du mineur : Éducation -Récréation :

Sans doute il fait noir partout dans le voisinage de la fosse ; mais qu’il y a de la différence entre les corons datant de 50 ans et ceux d’à présent ! Combien plus gaies sont les demeures de mineurs que l’on construit de nos jours, comparées à celles élevées près des anciennes exploitations, et qui n’étaient rien moins que d’infects taudis suant la misère à tous les coins.

52Du taudis au sanatorium, de la monotonie à la variété, du gris à l’ensoleillé, l’argumentation ne varie pas d’une époque à l’autre. Ce seront d’ailleurs les mêmes refrains qui présideront dans les années 70-80.

53Dans les années qui suivent la Libération, 25 000 nouveaux logements ouvriers sont construits par les Houillères, qui offrent un confort moderne. Le parc immobilier comprend alors plus de 110 000 logements, dont un grand nombre vétustes et sans confort.

54Mais que se passe-t-il dans les maisons, aux lendemains de la Libération ? On y éprouve toujours des difficultés d’approvisionnement ; il fait très froid pendant l’hiver 47 ; chacun attend un logement plus grand, ou un logement tout court... Cependant, en profondeur, quelque chose vient de changer : cette maison dans laquelle il habite, le mineur sait maintenant qu’il n’aura plus à la quitter. Cette sécurité-là, il l’a ad vitam aeternam. Pas vraiment propriétaire, au sens juridique du terme, il se sent néanmoins inamovible, à la seule condition de rester à la mine :

On n’avait pas le droit de rien changer à ce qui existait. Et puis on était tenu à rester à la mine : il y avait la crainte de quitter le logement, il y avait toujours cette menace-là. C’était un bien d’un côté, et une chaîne de l’autre. L’idée originelle des Houillères pour tenir les ouvriers-mineurs dans leur profession, c’est la construction des maisons autour des puits (Voltaire Étienne).

55Comme pour ce qui concerne les conceptions en matière d’architecture et d’urbanisme, on assiste ici à un retour aux arguments de 1900. On lit dans le livre de Delabasse en 1906 :

L’idéal serait de ne plus voir de femmes à la mine, et il tend à se généraliser chaque jour davantage. Après tout, leur place n’est-elle pas au logis, qu’elles soient filles, épouses ou mères, et ne doivent-elles pas y trouver tout ce qui est susceptible de les y retenir ?

56Et ce mineur d’origine polonaise n’était pas original en nous disant :

Vous savez, le logement c’est déjà le principal. Ceux qui travaillent en ville, ils sont obligés de payer le logement, après il y a le charbon, et tout le fourbi. Où est-ce qu’il va prendre, s’il travaille tout seul ? Il arrivera jamais à boucher les deux coins. Ils sont obligés de travailler à deux. Tandis qu’ici, une fois que vous avez le logement, le médecin gratuit, c’est déjà un avantage. Eh ben pour ça, la femme a pas besoin de travailler.

57De même que le mari ne fréquente au travail que ses alter ego, la femme ne sort pas de l’univers clos et répétitif du coron. De cette double fermeture, de ce manque de contacts et d’échanges avec le monde extérieur, ne pouvait rien sortir de dynamique. Dans ce jeu de miroirs sans fin où chacun ne peut voir que le reflet de sa propre existence, sans issue ni perspective autre que la pension, la chaleur même des relations de voisinage a fini par s’éteindre.

58Ceux qui en sont sortis, pour ne pas aller plus loin, chez Renault à Douai ou la Française de mécanique à Douvrins, signalent la bouffée d’oxygène qu’ils ont pu respirer. Un mineur, qui s’est acheté une maison dans un lotissement et qui bénéficie donc, en compensation, de l’indemnité versée par les Houillères, nous déclare :

Il est important de dire que notre horizon est beaucoup plus ouvert parce qu’on n’est plus entre mineurs, on connaît un certain nombre de camarades qui n’appartiennent pas aux mines, avec tous leurs problèmes.

59Nous avons évité de citer tous ceux qui nous ont longuement parlé de la hiérarchie dans le droit au logement. Mais il serait impossible de ne pas en faire état. Dans cette même interview, notre interlocuteur insiste : « le droit au logement gratuit n’est pas le même pour tous », et l’on retrouve là cette grogne caractéristique des habitants de bassin minier :

L’indemnité que je touche ne compense pas. J’ai le charbon, mais là encore il y a inégalité. Un ingénieur a du charbon autant qu’il en veut, un agent de maîtrise a le droit d’en avoir plus qu’un ouvrier, un employé de bureau a le même compte qu’un agent de maîtrise du fond et nous, les ouvriers, on a trois tonnes de charbon de moins alors qu’on se lève à 5 heures. On est entièrement lésé. On n’a pas le droit à l’eau, pas le droit à l’électricité, les agents de maîtrise, si ! Il ne devrait pas y avoir de privilèges.

60Cette revendication égalitariste bute sur la pyramide hiérarchique des Houillères. Mais ceci explique aussi pourquoi les mineurs n’ont fait que s’enfermer chaque jour un peu plus dans la défense de leurs avantages acquis, faux privilèges mais véritables pièges. Si pour eux les différences devaient être gommées au sein de la corporation, il n’était pas envisageable de perdre ce qui les constituait en « privilégiés de la classe ouvrière ». Focalisés sur ces deux pôles, ils ont perdu, en quelques années, leur poids économique, leur rôle social et leur image de prolétaires héroïques, sans s’en rendre compte. Le réveil, en 1963, fut des plus brutaux.

61La charge financière que représente pour les Houillères le fait de loger ou de dédommager ses ouvriers et les retraités est intégrée dans le calcul du prix de revient de la tonne extraite. En fait, tant que le nombre des actifs est supérieur au nombre des inactifs, le problème est sans grande incidence ; mais dès que ce rapport s’inverse, dans le cadre de la récession, la part que représente cette charge improductive s’accroît, augmentant d’autant un prix de revient qui tend à ne plus être compétitif. Le parc immobilier est un peu laissé à l’abandon, chaque habitant pouvant faire à peu près ce qu’il veut de l’espace qui lui est imparti.

62Ce n’est qu’avec l’élaboration de la politique de liquidation définitive du bassin que l’on se préoccupe de la valeur que représente ce parc. Au moment du bilan final, elle pèsera dans la balance. On va se pencher sur les problèmes des habitants et améliorer leurs conditions et leur cadre de vie. La politique de rénovation de l’habitat minier prend son essor dans les années 70.

36. Avant rénovation, les abords d’une maison de mineur
photographie diffusée par les services immobiliers des HBNPC (archives HBNPC)

Actualités de la question du logement

La rénovation des cités minières

63On commence, dans les années 68-73, par vider certaines cités de leurs habitants pour les rénover intégralement, non sans une certaine ambition urbanistique et paysagère. La cité rénovée du Villers en est l’un des exemples. On offre ces logements rénovés à de nouveaux habitants, ouvriers méritants, petits cadres...

64Cette pratique est bien entendu inacceptable pour les populations en place et les réactions ne tardent guère. Le capital de confiance des Houillères s’est réduit considérablement, et toute initiative patronale est suspecte. En 74, la politique de déplacement des populations est abandonnée ; on décide de faire une rénovation standard, la même pour tous, à maison occupée. On en vient donc naturellement à un modèle de rénovation qui peut se caractériser de la manière suivante :

  • retour au plan initial, par l’élimination systématique des « rabattus », ces constructions annexes faites par les habitants pour s’adapter à l’évolution de leur famille et de leur niveau de vie, et destruction des WC et débarras extérieurs ;
  • rajout, contre la maison ainsi nettoyée, d’un module comprenant cuisine, WC, salle d’eau et, dans le jardin, construction d’un cabanon destiné à servir de remise et de réserve à charbon.

65Le raccordement tout-à-l’égout est effectué et, pour la salle d’eau, les habitants ont le choix entre plusieurs options, baignoire ou douche, tout installée ou à faire soi-même... Pour certaines cités, des opérations ponctuelles d’aménagement des abords sont programmées.

66L’une des raisons déterminantes, pour les Houillères, de la mise en œuvre de cette politique de réhabilitation de 60 000 logements — dont 20 000 sont déjà rénovés —, est la cession prévue aux municipalités des 1 000 km de voieries, propriétés privées des Houillères. Cette cession ne peut se faire qu’après remise aux normes en vigueur de ces rues, c’est-à-dire après réalisation de nouveaux réseaux d’assainissement. Or la loi fait obligation aux propriétaires riverains de ces nouveaux réseaux de moderniser leurs propres systèmes d’évacuation des eaux usées. Le fait de transférer les voieries impliquent donc nécessairement la rénovation des logements. Monsieur de Labrouhe, responsable des services immobiliers des HBNPC, le reconnaît après avoir évoqué une raison :

Du point de vue des Houillères je crois qu’il y a eu une certaine prise de conscience, qui ne date pas d’aujourd’hui, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Les Houillères dans bien des domaines, et quoi qu’on en pense, ont voulu se placer bien souvent au niveau de l’Intérêt Général, même si je dois mettre un I majuscule et un G majuscule. On a perçu que ce patrimoine, même s’il a des défauts, a une immense qualité : c’est de l’habitat individuel. Pour la région, c’est un habitat attractif. Ce serait du gâchis de laisser cette possibilité de logements individuels de bonne taille, et il était plus rentable de faire la rénovation que de construire des logements neufs et collectifs.

67Fournir aux derniers mineurs, sur le tard, les éléments de confort qu’ils auraient aimé avoir il y a vingt ans ; offrir à la région un parc immobilier remis aux normes ; effacer du paysage et des mémoires la déplorable histoire du « pays noir » en abattant les chevalements de mine et en aménageant certains terrils ; renouer avec l’imagerie du « cottage anglais » qui avait déjà servi au lancement des cités-jardins ; tels sont les objectifs essentiels visés.

68La question en suspens, en 1974, c’est l’opposition des habitants à une rénovation autoritaire. M. de Labrouhe se flatte d’avoir fait évoluer les choses, en instituant une concertation systématique avec les habitants des maisons à rénover dans un proche avenir pour les informer et répondre à toutes leurs questions. A raison de quarante-cinq réunions publiques par an, sans compter les articles publiés dans Relais, il se rend personnellement dans chaque cité programmée, entouré d’une dizaine de cadres des Houillères, pour engager le dialogue après un monologue introductif.

69L’échange est inégal. Maîtrise du sujet et d’un français châtié contre expression de problèmes trop particuliers dans le parler local... Cette concertation-là n’est guère convaincante. Les habitants se retrouvent ensemble pour la première fois, n’ont pas pu discuter entre eux auparavant ; c’est donc chacun pour soi, et finalement la solution imposée par les Houillères apparaît comme la seule possible, donc la meilleure. C’est qu’aucune force politique, sociale ou associative ne s’est emparée de ce problème de la rénovation pour aider les habitants à formuler et à clarifier des revendications et une position. Peut-être parce que, du côté des Houillères, les choses justement ne sont pas très claires. Les Houillères ont eu jusqu’à présent les mains complètement libres, car ni les pouvoirs publics, ni l’Association des maires des communes minières, ni la CGT n’ont osé s’opposer à leur intervention sur ce terrain. Leurs seules revendications concernaient, finalement, des problèmes quantitatifs (nombre de maisons rénovées dans telle commune, durée trop longue de certains travaux, etc.).

70La grogne contre les Houillères apparaît souvent dans le discours des habitants. Le fond de cette attitude négative est constitué, bien sûr, par le rapport au travail : « Mon mari s’est crevé pendant trente ans à la fosse, j’ai le droit à un peu de confort » (cité 4-II Sallaumines). « Mon mari travaille à la fosse, et on n’aurait pas de salle de bains, on serait encore puni ? ce n’est pas normal » (id.). La qualité des travaux effectués par les Houillères est toujours critiquée, et il est vrai qu’ils laissent souvent à désirer. Les délais sont rarement tenus, mais surtout, les habitants vivent très mal l’attitude des agents des Houillères et des entrepreneurs, accusés généralement de faire le travail sans se soucier d’eux, de saccager inutilement les jardins, de manquer de courtoisie... Les habitants peuvent ressentir, à cette occasion, qu’ils ne sont rien, en fait, dans ces maisons qui ne leur appartiennent pas et pour lesquelles ils ne payent pas de loyer. Et on ne se fait pas faute de le leur rappeller au moindre conflit. La force des Houillères s’appuie sur cette faiblesse de la situation des occupants des maisons.

71La grogne ne trouve donc pas de débouchés revendicatifs organisés. Les syndicats sont la plupart du temps absents des réunions publiques organisées par les Houillères, alors qu’ils y sont systématiquement invités. Il n’existe aucune association d’habitants de cité (à notre connaissance). Et les municipalités qui essaient d’intervenir activement dans le processus sont rares.

72D’aucuns, cependant, ont vu à travers l’opposition larvée des habitants une volonté de résistance. Dans les vieux quartiers de Roubaix, de Paris ou d’ailleurs, les « luttes urbaines » existaient et attiraient l’attention des urbanistes, sociologues et observateurs ministériels. Une rénovation de l’ampleur de celle entreprise dans les mines devait susciter des réactions comparables.

37. Des terrils... aux briques pour la rénovation des corons
retraitement des résidus de l’exploitation minière à l’usine de briques Hulluch (Pas-de-Calais) (cliché Agave)

73En cherchant bien, on s’aperçut que le point sensible, au regard de la population, était la destruction des « rabattus » qui symboliseraient pour les mineurs « l’appropriation de l’espace », leur marque personnelle sur le territoire. Cette hypothèse peut s’appuyer sur des cas de résistance individuelle à de telles destructions. Nous en avons rencontré. Peu, à vrai dire, et toujours justifiés : les aménagements effectués (salle de bains, vaste cuisine, WC intérieur, buanderie, etc.) étaient qualitativement supérieurs à ce qu’offrait la rénovation-standard des Houillères. En particulier ils tenaient compte davantage du mode d’habitat où la cuisine était le centre de la vie familiale. Dans le module apporté par les rénovateurs, la cuisine, minuscule, perd cette fonction et impose une modification de l’occupation de l’espace.

74Lorsque des mineurs ont investi beaucoup de temps, d’ingéniosité et d’argent, pour réaliser ces aménagements, ils savent les défendre. Mais ils ne se trompent pas eux-mêmes et ne défendent pas ce qui n’est pas défendable. La majorité des rabattus ont été faits de bric et de broc, en fonction de l’évolution des besoins familiaux : les enfants, aujourd’hui, n’habitent plus là et la machine à laver rend la buanderie moins nécessaire. Les modèles ont également évolué en matière d’aménagement intérieur, et la vie sociale a pour centre le poste de télévision couleur (voir les pubs « Darty »...) plutôt que la cuisinière à charbon, qui a d’ailleurs laissé place à une gazinière.

75L’enquête que nous effectuons sur le terrain, pour préparer le tournage du film Peau neuve pour le Pays Noir, et qui nous mène de Valenciennes à Nœux-les-Mines pendant plusieurs mois, ne nous permet pas de vérifier cette hypothèse. Au contraire, elle fait apparaître le caractère caduc de l’opposition aux HBNPC. Les « rabattus » ne mobilisent plus.

76L’inquiétude se porte davantage sur l’avenir immédiat. Quand l’exploitation sera définitivement arrêtée, qui garantira les droits accordés par le statut ? A cette question, jusqu’à ce jour, aucune réponse claire n’a été apportée. Ni les Charbonnages de France, ni les pouvoirs publics n’ont pris d’engagement à long terme. On conçoit qu’il serait délicat de toucher à cet « avantage acquis », mais les mineurs ont appris à se méfier « des belles paroles ».

77L’attitude de la population minière se caractérise essentiellement par le recours à un double langage, sur la question du logement, comme sur les autres (rapport au travail, à la maladie professionnelle, à la fermeture...).

Le double discours des habitants

78Il serait aisé de charger les Houillères de tous les maux, de toutes les responsabilités ; elles offrent le profil parfait du pouvoir omnipotent. Elles ont assuré, en prenant le relais des compagnies, la rentabilisation du gisement houiller : elles ont exploité la force de travail des hommes, la soumission des familles. Elles ont tissé entre les hommes et l’espoir une toile étanche. Elles ne se sont intéressées aux conditions de vie des mineurs que dans la mesure où elles en attendaient un bénéfice. Ce sont là portes ouvertes...

79Mais comment comprendre que, face à cette volonté d’hégémonie manifeste, la corporation se soit laissée enfermer dans la vie quotidienne imposée par le patronat ? Comment expliquer l’attachement à la maison (gratuite) sans retrouver l’ancienne idée de fixation ? Les barons de la mine auraient-ils semé une graine idéologique telle que, cent ans après, ses fleurs s’épanouissent et se reproduisent d’elles-mêmes ?

80L’avocat de la corporation dira que, trompée et condamnée à mort, celle-ci s’accroche aux vestiges de sa splendeur, qu’elle n’est pas dupe mais sans avenir, le dos au mur, et qu’elle n’a plus que celui-ci à défendre. La maison est un élément sécurisant. Quand tout s’effrite, s’écroule et s’oublie alentour, on ne remet pas en question la seule chose solide et concrète que l’on tienne entre ses mains. Et il aura raison.

81Les mineurs expriment à ce propos les mêmes contradictions qui caractérisent leur rapport au travail : on ne peut se détacher de ce décor, tout en espérant que les enfants feront leur vie ailleurs, là où c’est moins dur. On évoque « l’âge d’or » des cités, qui étaient si vivantes avec leurs bals, l’entraide et la tasse « ed’café »... On refuse d’envisager d’aller vivre ailleurs : l’habitude, la peur de l’inconnu, la perte des avantages acquis. On accable les patrons-propriétaires de récriminations, on peste, on râle contre les Grands Bureaux qui ne font rien ou qui font mal ce qu’ils font ; on se plaint d’être victimes des malveillances et des tracasseries mesquines de l’appareil lourd et tatillon des Houillères. Mais on se contente de grogner dans son jardin. On ne veut pas vraiment manger la poule aux œufs d’or. M. de Labrouhe ne se trompe pas en déclarant :

Il est réconfortant de constater que les occupants, qu’on connaît bien, préfèrent quand même avoir affaire aux Houillères plutôt qu’à des non-Houillères. Autant elles sont critiquées, autant on leur fait confiance.

82Car dans les faits, les « luttes » sont rares et toujours ponctuelles, limitées à des situations anormales : durée des travaux, malfaçons... La grogne disparaît devant l’annonce de la salle de bains et des WC intérieurs qu’offre la rénovation. L’exemple de la cité 4-II de Sallaumines, présenté dans Peau neuve pour le Pays Noir, est à cet égard représentatif : une pétition exigeant une rénovation différente de celle envisagée par les Houillères recueille 90 % de signatures dans la cité ; mais plus de 90 % de ces mêmes habitants signent le papier que leur présentent les agents des Houillères, quelques jours plus tard, pour avoir l’autorisation de commencer les démolitions et les travaux chez eux... Monsieur de Labrouhe ne rencontre guère d’adversaires à sa taille dans ses tournées. Et la rénovation a trouvé son rythme de croisière de 3 000 logements par an.

83Mais l’œil et l’oreille de l’étranger attentif ne peuvent manquer de saisir le malaise qui filtre des conversations, des silences et des regrets, qui flotte dans les regards et suinte des murs de briques, qui se mêle aux fumées et aux poussières, un malaise que tout le monde connaît mais que personne ne veut nommer, car chacun y a sa part de responsabilité. La rénovation se fait, bon an mal an, pour qu’un avenir ici redevienne possible.

38. Une fosse que l’on a bal, en 1978 (cliché Agave)

Notes

44 Syndicat des ingénieurs des Houillères du Nord.

45 Union nationale des ingénieurs, techniciens et cadres (Groupe de réflexion proche de la CGT).

Table des illustrations

Légende 31. Maison minière, type 1835 : le coron en enfilade (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende 32. Maison minière, type 1867-1900 : encore en enfilade, mais les maisons sont maintenant séparées (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende 33. Cité-jardin Darcy, Société des mines de Dourges : sur le modèle du cottage britannique (archives Charbonnages de France)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Légende 34. Les dernières « cafus » à la recette du jour, avant guerre (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende 35. Gravure en couleur, dominante rose de G. Dascher (La vie du mineur, P. Delabasse, Paris, Librairie nouvelle d’éducation et de récréation, 1906)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Légende 36. Avant rénovation, les abords d’une maison de mineurphotographie diffusée par les services immobiliers des HBNPC (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 37. Des terrils... aux briques pour la rénovation des coronsretraitement des résidus de l’exploitation minière à l’usine de briques Hulluch (Pas-de-Calais) (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Légende 38. Une fosse que l’on a bal, en 1978 (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2289/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540