Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

II. Strates. Production, poumons, corons

La silicose : un malheureux concours de circonstances

Evelyne Desbois

Texte intégral

Le prix d’une victoire

1En termes de bilan économique, la bataille du charbon fut gagnée : hommes politiques, syndicalistes et historiens s’entendent sur ce point. Mais à quel prix ? Dans une étude très officielle signée en 1947 par Auguste Lecœur, on lit :

  • 41 A. Lecœur Étude sur les accidents du travail dans les mines de houille et de lignite 1947. Cette é (...)

Le nombre des accidents en 1945 est le double de celui de 1938 et il est probable que cette proportion sera maintenue en 1946. Les pertes de personnel sans possibilités de récupération (tués et invalides permanents) sont de 23 % plus élevés en 1946 qu’en 1938. Il s’agit là d’une situation grave et les remèdes s’imposent d’urgence (...) Ces faits influent d’une façon certaine sur le moral du personnel en exercice et par conséquent sur son rendement. Ils ne peuvent qu’être préjudiciables au recrutement de la main-d’œuvre absolument indispensable pour maintenir le niveau de la production41.

2Ce constat peut se lire comme un aveu du coût humain de la bataille du charbon et d’une politique. Il paraît contradictoire d’exalter le sacrifice pour la renaissance française et de déplorer ensuite le nombre de tués et d’accidentés, même si c’est encore au nom du rendement et de la production. Certaines mesures mettant en cause le respect de leur santé furent mal acceptées par les mineurs, surtout lorsqu’elles avaient pour effet d’amoindrir leur salaire. Ainsi la suppression de la prime d’assiduité après une journée d’absence :

  • 42 ADPC M778, 16 octobre 1946.

La prime d’assiduité pour un mineur qui s’absente au cours de la quinzaine est supprimée sous forme de la perte du pourcentage sur l’ensemble de sa paye, ainsi l’ouvrier qui se trouve indisposé pour une journée au lieu de perdre en salaire la valeur d’une journée de travail voit sa paye diminuée d’une somme hors de proportion avec son absence. Il en résulte que bon nombre de mineurs souffrant d’un malaise passager ou intermittent continuent de travailler quand même pour ne pas perdre le fameux pourcentage. Il est évident que pour le mineur qui effectue un travail essentiellement manuel et particulièrement pénible, la santé est la condition primordiale du rendement. Pour cette raison le mode d’attribution de la prime d’assiduité est actuellement sévèrement critiqué par les mineurs qui n’admettent pas qu’on sacrifie leur santé, alors que partout ailleurs on enregistre des améliorations pour préserver la santé publique42.

25. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

3La période 1944-1947 fut pourtant celle où la silicose fut reconnue comme maladie professionnelle (loi du 2 août 1945), celle où l’on commença à enquêter sur les moyens de lutte contre les poussières employés à l’étranger, notamment en Angleterre. Mais outre que la France est le dernier pays au monde — avec l’Iran — à reconnaître la silicose, la loi de 1945 va développer au sein de la corporation une logique perverse. La silicose est bien reconnue mais la prévention est pratiquement inexistante pendant la bataille du charbon. Aussi la silicose est d’abord vécue par le mineur comme une notion juridique. Il s’agit d’être reconnu silicose au terme d’une démarche médicale et procédurière : « La silicose est d’abord affaire de contentieux : le discours médical est d’autant plus facilement occulté que les thérapies sont dérisoires. Être silicose c’est d’abord être justiciable de la maladie professionnelle » (G. Engrand 1981). Contraint de faire passer le rendement avant sa santé, le mineur développe en retour une logique de la réparation : tenir au fond le plus longtemps possible pour la retraite et tenter d’être indemnisé. Et ce n’est que sur le tard que les mineurs se rendent compte qu’ils ont été floués : « Ben oui, si j’avais su, mais on ne peut pas le réaliser comme je vous le dis, du berceau on vous met là, il faut le dire du berceau ! » (J.-M. Mando-poulos 1980, exergue).

Les accusations

4Après une longue période de privation, les mineurs furent sensibles à la possibilité que leur offrait le salaire au rendement d’obtenir ces « grosses quinzaines » qui leur permettraient de mieux vivre ; ils travaillèrent en conséquence au point que selon M. Delfosse certains doublèrent, voire triplèrent le salaire de base. Ces comportements pouvaient être interprétés et présentés comme les signes d’une adhésion aux mots d’ordre du Parti communiste, ce qui explique les fortes réactions politiques provoquées par la bataille du charbon, ainsi que sa dramatisation : les mineurs, chair à production. Non pas que les accusations lancées par les socialistes et les syndicalistes chrétiens de sacrifier les mineurs sur l’autel de la production fussent totalement injustifiées, puisqu’aujourd’hui encore, les responsables communistes considèrent avec perplexité les effets de cette bataille. Mais l’attention toute particulière portée aux conditions de vie des mineurs et à leur santé, tout à fait légitime en soi, pouvait dans le contexte politique de l’époque servir des préoccupations peut-être moins généreuses. Ainsi Léon Delfosse, tout en admettant qu’il ait été demandé aux mineurs de faire des « efforts dans des conditions difficiles et défavorables », juge en revanche peu loyale l’attitude adoptée sur le plan local par les socialistes. Ceux-ci, pense-t-il, « n’ont jamais vraiment joué le jeu », alors même qu’au plan national, socialistes et communistes s’accordaient sur la politique économique à mener et que le ministre socialiste Lacoste mettait tout en œuvre pour la rendre effective.

  • 43 Varda Lerin, Yves Durandeau Un goût de bonheur. L’essor culturel en 1936, 16 mm, noir et blanc, 45 (...)

5Cet écart au plan local des socialistes par rapport à la ligne de leur parti n’était peut-être pas à mettre au compte de calculs politiciens, ce dont les communistes les soupçonnent encore aujourd’hui ; il pouvait provenir tout aussi bien chez certains d’un vieux fonds anarchiste plutôt vif dans ce milieu quelques décades auparavant, puis brisé par la Grande Guerre et enfin complètement dissous dans l’éphémère climat euphorique de 1936, où les actions collectives — occupations d’usines, nouveaux comportements culturels, nouvelles pratiques de loisir — avaient « un goût de bonheur »43.

6En 1945, ce courant de pensée n’est plus porteur ; d’autres idéologies prennent sa place avec d’autres formes d’organisation et d’action. L’anarcho-syndicalisme apparaît déjà en France comme une forme archaïque des mouvements sociaux, bientôt vouée au musée. Seulement les hommes de 45, communistes ou socialistes, ont gardé en mémoire les grandes figures des luttes ouvrières d’avant la Première Guerre mondiale. Un lien sentimental les lie encore à ce passé, même s’ils en refusent l’héritage politique. En témoignent ces paroles de M. Pierrard, alors rédacteur en chef du journal communiste Liberté, à propos d’un de ses vieux amis, militant communiste : « C’était le type de mineur communiste avec des tendances anarchistes magnifiques ».

7L’existence d’un tel mariage de mots, qui serait anachronique et improbable chez les militants d’aujourd’hui, signale en écho le caractère composite des objectifs politiques poursuivis par les responsables communistes : développer la production et favoriser l’émancipation ouvrière. Avec le recul des années, quand Léon Delfosse, directeur général adjoint des Houillères à l’époque, fait le bilan des réformes mises en œuvre par le PCF et la CGT, il peut légitimement s’estimer satisfait des actions menées pour démocratiser la vie des Houillères : création du comité central d’entreprise et des comités de puits, où pour la première fois les mineurs, par l’intermédiaire de leurs représentants syndicaux, participaient à la gestion de l’entreprise.

8Les attaques ne portèrent donc pas sur cet aspect-là de la politique des Houillères, pas davantage que sur l’action sociale et culturelle. Restait pour cible la priorité donnée à la production ; moins le principe lui-même — car, qui pouvait oser s’élever publiquement contre l’idée d’indépendance nationale ? — que ses modalités de réalisation.

26. André Pierrard, 1981
lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)

9Les responsables communistes n’ont pas oublié les critiques dont ils furent l’objet, et citent même de mémoire les discours les mettant en cause. Léon Delfosse a retenu un passage du journal L’Espoir, organe de la fédération socialiste du Pas-de-Calais, qui disait : « Les communistes appellent à produire, bientôt ils vont faire dormir les mineurs au fond de la mine ».

10Auguste Lecœur, maire de Lens, sous-secrétaire d’État à la Production charbonnière, membre du bureau politique du PCF s’en prend, lui aussi, à L’Espoir :

Le socialisme nous tapait dans les reins. Presque toutes les grèves étaient déclenchées par les socialistes. Vous n’avez qu’à jeter un coup d’œil sur les collections de L’Espoir qui disaient : « Il faut écouter le camarade Lecœur, écouter le camarade ouvrier, prenez votre paillasse, descendez au fond, vous remonterez dans huit jours ».

11Les syndicalistes chrétiens livrent bataille sur le même thème, et Auguste Lecœur dut porter plainte contre J. Sauty qui rapportait au congrès de la CFTC de mai 46 des propos le faisant apparaître comme « le boucher des mines » : « Même s’il faut que cent mineurs meurent à la tâche, l’essentiel est que la bataille du charbon soit gagnée » (E. Dejonghe 1975 : 653).

27. Auguste Lecœur, 1981
lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)

12Ces attaques portaient. Elles gênaient les responsables communistes qui ne pouvaient opposer à cette caricature les présentant comme les nouveaux exploiteurs de la classe ouvrière, qu’un objectif de rendement assez éloigné des préoccupations des mineurs. Aujourd’hui, les ex-responsables communistes sont partagés dans leur analyse de la polémique suscitée par la bataille du charbon. Pour Auguste Lecœur, l’explication est simple ; c’était une manœuvre politique visant à redonner de la crédibilité à un parti socialiste exsangue :

Les socialistes n’existaient plus dans le bassin minier, ils avaient éclaté au moment de la guerre, et s’étaient regroupés indépendamment dans de petites formations de résistance de ci de là ; ils étaient seulement en train, de reforger le parti. Pour eux, ce fut un point de départ magnifique, ils contraient le Parti communiste pour un rien.

13Roger Pannequin, plus neutre, ne s’en prend pas aux socialistes pour expliquer les réticences des mineurs. Il les replace dans le contexte de la Libération qui suscitait beaucoup d’espoirs chez les ouvriers, notamment dans le domaine du travail. Pour lui c’est le décalage entre les attentes et la réalité vécue qui était à l’origine de mouvements d’opposition spontanés, certes récupérés par les socialistes.

14André Pierrard est le seul à s’interroger rétrospectivement sur le bien-fondé de cette politique dont il était alors le porte-parole dans le journal communiste Liberté :

28. Roger Pannequin, 1981
lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)

Je ne suis pas mineur, je ne suis descendu à la mine qu’après Waziers, en spectateur. J’ai été un peu effrayé par ce que je voyais, mais je n’ai pas été plus loin dans ma réflexion ; c’est longtemps après que je me suis dit : « on a peut-être quand même fait bon marché de la peine des mineurs ». Sur le moment, je n’y ai pas pensé du tout. La bataille du charbon, dans la mentalité que j’avais quand j’avais 29 ans, c’était la conquête du pouvoir. On avait des chefs historiques qu’on respectait. On respectait Thorez d’une manière extraordinaire. J’étais tout à fait à l’aise à cette époque, et j’ai écrit : « Du charbon pour le peuple », « Pagaille et sabotage », c’est-à-dire qu’on attaquait ce qui gênait la production... Un article que j’ai écrit : « Pour le travail du dimanche », quand on réfléchit bien, maintenant j’en ai un peu de remords. C’est drôle, je pense aux Polonais... Le travail du dimanche, ces pauvres gens qui étaient là et Pierrard qui n’y connaissait rien, qui avait 29 ans et toute son autorité de rédacteur en chef et de résistant.

15Si cette question de la réalité du mécontentement des mineurs demeure malgré le temps écoulé encore controversée, c’est qu’elle en recouvre une autre, plus grave. L’accusation qui a couru n’est pas tant d’avoir épuisé les mineurs au travail, que de les avoir condamnés à la silicose, cette maladie des mineurs qui au sortir de la guerre n’était pas encore reconnue comme maladie professionnelle.

29. Le château de la Napoule, au bord de la Méditerranée, trouvé en 1946 par Léon Delfosse pour les mineurs du Nord : le droit au soleil et à la réparation de la santé (archives Charbonnages de France)

16Léon Delfosse, dirigeant syndical CGT et directeur adjoint des Houillères, rejette catégoriquement cette accusation :

Ceux qui nous accusent d’avoir tué les mineurs avec la silicose ont tort... En deux ans, on aurait réussi à faire en sorte que les mineurs attrapent la silicose, puis ils n’auraient plus rien eu du tout ? Après 47, les mineurs ont continué à travailler.

17Delfosse rappelle que les mineurs ont obtenu l’ordonnance du 2 août 1945 qui reconnaît l’existence de cette maladie professionnelle avec des droits à la réparation, et que chargé de l’organisation des services médicaux, il s’était personnellement occupé de la lutte contre les poussières responsables de la silicose.

Le problème de la silicose : une équation à plusieurs inconnues

Côté charbon : la prévention en retard d’une technique

18Cette maladie qui peut entraîner la mort par insuffisance respiratoire est due aux poussières minérales qui s’incrustent dans le tissu bronchique et pulmonaire et provoquent des lésions irréversibles. Repérée bien avant sa reconnaissance médico-légale sous le nom de dyspnée, ou phtisie des mineurs, la silicose ne faisait pourtant l’objet d’aucun enseignement dans les écoles d’ingénieurs des Mines entre les deux guerres.

Lorsque j’étais à l’école des Mines de Saint-Étienne et qu’on nous parlait des maladies professionnelles du mineur, on nous parlait de l’ankylostomiase, mais pas de la silicose ; on nous disait que les gens qui faisaient des travaux aux rochers, en particulier pour les barrages, qui traversaient des quartz, devenaient phtisiques et mouraient après un an de ce travail. On le savait, mais pour la mine de charbon, on n’en parlait pas (M.P., ingénieur).

19Ce curieux silence à propos de la silicose ne résultait pas uniquement de l’état des connaissances médicales de l’époque quant à cette pathologie respiratoire. Il exprime aussi en négatif l’esprit de la formation dispensée aux élèves-ingénieurs, toute concentrée sur l’enseignement des techniques modernes et peu ouverte aux problèmes humains dans l’entreprise :

Il y avait quelques cours d’économie politique et de législation. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’on parlait des maladies professionnelles des mineurs, de la Sécurité sociale des mines, mais ces cours étaient un peu perçus comme quelque chose de superflu. Ça n’intéressait pas l’élève-ingénieur des Mines (M.P., ingénieur).

20On comprend mieux ainsi pourquoi les ingénieurs ne découvrirent la silicose que sur le tas et sur le tard. Non avertis, ils ne pouvaient être attentifs aux risques que l’introduction de nouvelles techniques, comme le développement de l’air comprimé au fond, pouvait faire courir aux mineurs, et cela d’autant plus que la diversité des chantiers (taille du chantier, nature des roches traversées), inégalement propices à la silicose, ne facilitait pas la perception du danger.

21Ils se rendirent compte de l’ampleur des dégâts causés par les poussières une fois le mal fait, quand le nombre des mineurs atteints fut tel que la maladie, d’événement individuel, devint un phénomène collectif. Les effets résultant de l’introduction de marteaux-piqueurs ne furent ainsi perçus que quelques années plus tard, malencontreusement à l’aube de la bataille de la production. M.P., ingénieur, nous dit comment s’est effectuée pour lui cette découverte :

Le problème m’a été révélé en 1938, à la fosse D où je travaillais. J’ai été muté à cette fosse au début de 37 pour m’occuper exclusivement des travaux aux rochers. C’est à ce moment-là qu’on a importé du Canada les premières pelles chargeuses. C’était du bon matériel, mais il fallait leur donner à manger, c’est-à-dire avoir tout le tas de terre d’un seul coup. On était obligé d’utiliser les amorces à retard. C’est en 1938 que nous les avons utilisées pour la première fois pour forer toute une volée de mines... Il fallait mettre plusieurs marteaux-perforateurs à la fois. A cette époque-là il n’y avait pas d’affûts pour pousser sur les perforateurs : il fallait deux hommes par marteau-perforateur, un pour porter le marteau à l’épaule, et l’autre pour pousser. Quand on avait quatre marteaux à la fois, cela faisait huit hommes. Ces huit hommes avaient le nez sur le trou de mine. Ils avalaient donc toute la poussière, car ces marteaux étaient à sec, et non pas à injection d’eau. Il y eu une discordance dans les techniques... J’avoue que sans le savoir et sans le vouloir, on a massacré des gens... Vers la fin de la guerre, en 1943, j’ai quitté la fosse D pour aller dans une autre fosse, et un ou deux ans plus tard, j’ai demandé des nouvelles de tous ces ouvriers que j’avais bien connus ; j’ai été à la fois étonné et atterré de voir que la plupart étaient malades ou invalides après avoir fait quatre ou cinq années de ces travaux de rochers. Il a fallu attendre la fin de la guerre pour bénéficier de l’autre innovation technique, à savoir le marteau à injection d’eau. Je crois que ce n’est qu’en 1947 que sont apparus les premiers marteaux à injection d’eau fonctionnant convenablement, les Atlas.

22Cet ingénieur identifie le responsable de la silicose : à savoir le temps, quelques années tout au plus : le temps mis pour évaluer les inconvénients d’une nouvelle technique et pour trouver en la parade, en l’occurrence associer l’eau à l’air. C’est ce même laps de temps qui fit défaut aux nouveaux responsables des Houillères : en 1947, Léon Delfosse était chassé de la direction des Houillères au moment où la prévention contre les poussières pouvait devenir efficace :

Fin 45, une étude a été faite par le corps médical des Charbonnages de France sur le problème. C’est à cette occasion que nous avons appris qu’il existait des moyens de lutte contre la silicose en Angleterre. Nous y sommes allés pour voir. Au retour, nous avons commencé l’injection d’eau en veine dans le Valenciennois et dans cinq tailles du groupe d’Oignies avec des moyens insuffisants, car il fallait d’abord amener l’eau sur les chantiers, ce qui posait un problème de tuyauterie. Ensuite, cela nécessitait des techniques particulières que nous ne possédions pas. Par conséquent nous n’avons pas pu aller aussi rapidement que nous l’aurions voulu (L. Delfosse).

23Pour la période qui suit, Léon Delfosse peut retourner l’accusation contre ceux qui lui ont succédé :

Entre 47 et 53, il s’est passé six ans pendant lesquels on n’a pas fait tous les efforts contre la silicose, parce que la prévention contre les poussières demande du matériel et du temps de travail. Si à partir de 53 les choses ont été rapidement réglées, c’est parce que le poids des réparations était beaucoup plus important que le coût de la lutte préventive.

Côté poumons : la médecine du travail en retard d’une technique

24Dès 1945, les responsables des Houillères réorganisent la médecine du travail et mettent sur pied un véritable service médical. Jusque-là, les médecins des mines procédaient aux examens sanitaires d’embauche et au contrôle de l’absentéisme. L’entreprise nationalisée se devait de connaître l’état de santé de son personnel et de mesurer les ravages causés par la silicose. Les médecins-chefs des Houillères font remonter à 1946 le dépistage systématique de la silicose (C. Amourou, P. Nadiras 1966 : 282-287). Qu’en était-il sur le terrain ?

25Les médecins auxquels avaient affaire les mineurs participaient souvent des deux régimes, libéral et minier. Ils pouvaient être à la fois médecin d’une compagnie, médecin d’une caisse de secours, et avoir une clientèle privée. En tant que médecin d’une compagnie, ils assuraient les visites d’embauche, les soins aux blessés et la surveillance des silicosés. Les caisses de secours étaient en principe des organismes indépendants mais dirigés par un conseil d’administration où le patronat avait son mot à dire ; les infirmeries des fosses pouvaient être communes à la compagnie et à la caisse de secours. L’indépendance des médecins des caisses de secours dépendait donc uniquement de leur volonté de ne pas mélanger les rôles :

C’était strictement indépendant. Mes fonctions de médecin de la caisse de secours de la compagnie n’avaient rien à voir avec celles de la compagnie. Quand j’avais quitté mes fonctions d’embauche, je redevenais le médecin traitant des mineurs, et si je voulais dire : « merde » à l’ingénieur, je le lui disais (Docteur C).

26L’organisation de la Sécurité sociale minière en 1946 n’eut guère d’influence sur les conditions d’exercice du travail médical. Le nombre des médecins fut presque doublé, mais on perçoit mieux les limites de l’effort accompli quand on sait qu’un médecin des caisses de secours, employé à temps partiel, devait suivre une population de 2 à 3 000 personnes. Selon la gravité de leur état, les mineurs pouvaient soit obtenir des soins gratuits dans les « chambres », soit se rendre directement chez leur médecin mais payer alors la consultation. Les « chambres » de consultation ont existé jusque dans les années 50-55, époque à laquelle les dispensaires se sont généralisés dans tout le bassin minier. La description de ce qui se passait dans les « chambres » permet de mieux saisir les difficultés rencontrées par les médecins dans le repérage des cas de silicose :

Il est certain que la médecine qu’on faisait autrefois était un peu bizarre. Il y avait une pièce qui faisait 4 mètres x 2, une table, deux chaises, et un petit feu, et une grande salle à côté avec un feu au milieu, des bancs sur le côté, et une matrone qui siégeait là et qui criait régulièrement : « Taisez-vous ». Il y avait cinquante personnes qui attendaient. Ça entrait et ça sortait, ça allait très vite. C’était ce qu’on appelait les « chambres ». Quand je partais voir mes mineurs dans des petits patelins, il y avait un café où on savait qu’à telle heure je venais. Les gens attendaient dans la salle à manger de la patronne où je les recevais. Si à la consultation, je jugeais que c’était trop grave, je renvoyais le type et je le voyais chez lui (Docteur C).

30. Waziers, 1978. Mineurs marocains : les derniers silicosés ? (cliché Agave)

27Dans les arrière-salles de café, les médecins voyaient défiler plus de cent patients par jour ; ne pouvant examiner personne, ils se contentaient de distribuer des médicaments. Pas plus que les ingénieurs, leur formation, reçue avant la guerre, ne les préparait au problème de la silicose : « Sur le coup, on ne le voyait pas, la silicose n’apparaissait que quelques années après. On ne se rendait pas compte, on n’était pas au courant. » Seuls les clichés radiographiques permettaient d’établir le diagnostic de la silicose. Or les installations étaient rares, et les techniques pas encore au point :

Faire un cliché pulmonaire en 1939, c’était quelque chose. Je ne sais pas si vous avez vu des clichés pulmonaires de l’époque, on ne voyait rien. Un temps de pause était nécessaire, et pour un poumon le cliché était forcément flou car le patient ne pouvait pas rester sans respirer pendant plusieurs minutes.

28Techniques de prévention (injection d’eau) et techniques médicales (dépistage systématique) progressèrent de pair, mais ne devinrent réellement opérationnelles qu’après la bataille du charbon. Trop tard.

Conclure à un non-lieu ?

29Une fois finie l’audition des principaux protagonistes de cette période, force est de constater que ni la direction des Houillères ou les responsables politiques qui ont voulu une hausse de la production, ni les ingénieurs qui ont appliqué cette politique ou les mineurs qui l’ont subie, ni les médecins qui ont suivi ces derniers, tous pris dans un contexte où l’urgence présidait à toutes les décisions techniques et politiques, n’ont pu envisager les effets de cette priorité donnée à la production. Incapacité à prévoir partagée par les responsables et les victimes potentielles : boutefeux, abatteurs et porions déployant leurs efforts en fonction des avantages immédiats qu’ils en retiraient (augmentation du revenu, avancement) ; les autres les poussant au travail en toute bonne conscience, assurés d’œuvrer pour le bien de tous, pour l’avenir de la France, pour celui des partis politiques de gauche et de la classe ouvrière. Dans cette affaire, les accusés ne peuvent qu’être reconnus innocents, mais au double sens du terme : non coupables parce qu’ils ignoraient ce qui allait advenir de cette situation complexe et qu’ils n’agissaient pas au mépris de toute considération d’ordre humanitaire, mais crédules dans leur adhésion sans partage aux mots d’ordre et confiants dans l’avenir et dans le progrès social, de cette innocence-là coupables.

30Les mineurs connaissent bien maintenant la maladie et ses causes — les poussières et le travail au rendement — perçues comme inhérentes au métier. Les techniques modernes de prévention ne peuvent éliminer tous les risques dus aux poussières et l’obsession du rendement, « faire sa journée », porte préjudice au respect des règles de sécurité. Quant au dépistage systématique effectué par la médecine des Houillères pour déceler l’apparition de la maladie et estimer les taux de silicose, il se déroule dans des conditions telles que les mineurs ne peuvent espérer obtenir la réparation équitable qu’ils attendaient : le prix de leur « infernal droit à la silicose » (Ph. Lucas 1985 : 43). Reste la dérision. « C’est sérieux le dépistage, c’est tellement sérieux qu’il n’y a qu’un médecin des Houillères qui peut lire une radio de silicose » (mineur de 30 ans). Et chacun de conter la dernière histoire arrivée à un collègue : « c’est G., le délégué CGT, il passe au car radio : cage thoracique normale. Deux mois après, à la médecine du travail, on lui trouve de la silicose. Alors, qu’est-ce qu’ils ont vu au car radio ? Y avait pas de pellicule dans leur truc ? » Et son copain livre l’épilogue : « Ils prennent la radio et dessus c’est imprimé pauvre clown ! »

Notes

41 A. Lecœur Étude sur les accidents du travail dans les mines de houille et de lignite 1947. Cette étude se trouve au Centre historique minier de Lewarde.

42 ADPC M778, 16 octobre 1946.

43 Varda Lerin, Yves Durandeau Un goût de bonheur. L’essor culturel en 1936, 16 mm, noir et blanc, 45 mn, Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis, 1976.

Table des illustrations

Légende 25. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende 26. André Pierrard, 1981lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 957k
Légende 27. Auguste Lecœur, 1981lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende 28. Roger Pannequin, 1981lors de la rencontre-interview (Pierrard-Lecœur-Pannequin) organisée par les auteurs (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Légende 29. Le château de la Napoule, au bord de la Méditerranée, trouvé en 1946 par Léon Delfosse pour les mineurs du Nord : le droit au soleil et à la réparation de la santé (archives Charbonnages de France)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Légende 30. Waziers, 1978. Mineurs marocains : les derniers silicosés ? (cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 836k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable