Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

II. Strates. Production, poumons, corons

Des ingénieurs perdus

Le procès de l’exercice du métier d’ingénieur dans les mines sous l’occupation39

Evelyne Desbois

Texte intégral

  • 39 Ce chapitre est extrait d’un article paru sous le même titre dans un numéro spécial de Culture tech (...)

1Dans cet essai de reconstitution d’une période de l’histoire politique et sociale du bassin minier, la figure de l’ingénieur traversait les récits recueillis auprès des mineurs, mais de manière le plus souvent anecdotique. En revanche, elle occupait une place beaucoup plus importante et souvent centrale dans les discours politiques et les revendications syndicales de cette époque. Cette émergence inattendue et brutale sur la scène publique d’une catégorie socio-professionnelle surprend d’autant plus qu’elle s’accompagnait d’un éclairage nouveau qui rompait radicalement avec les représentations traditionnellement véhiculées sur les ingénieurs, axées sur leurs fonctions dans l’entreprise et leur situation dans la hiérarchie sociale. Leurs fonctions de technicien et d’homme de commandement passaient à l’arrière-plan pour faire place à une accusation de traîtrise et de collaboration adressé par le syndicat CGT à l’ensemble des ingénieurs du bassin en tant que sujet collectif coupable. Dans le même temps, ils étaient appelés par les pouvoirs publics, notamment les responsables communistes, à tenir un rôle déterminant à la fois au plan économique dans la reconstruction nationale, compte tenu de leur place dans l’appareil productif, et au plan idéologique dans l’édification de nouveaux rapports sociaux par leur alliance avec la classe ouvrière, pierre angulaire d’une société future rêvée par plusieurs courants de la Résistance.

2Cette situation paradoxale des ingénieurs des mines du bassin houiller Nord-Pas-de-Calais au lendemain de la guerre va grever lourdement la bataille de la production et mettre en difficulté la CGT qui ne pourra mener de front les deux politiques incompatibles assignées par ses dirigeants — la bataille du charbon — et par sa base — l’épuration. Cette dernière ne sera pas réalisée de manière satisfaisante aux yeux des mineurs, et les ingénieurs vont continuer à assurer leurs fonctions mais en position de suspects hâtivement blanchis par la justice pour satisfaire aux impératifs du redressement économique et contribuer à la restauration de l’ordre social ébranlé par les années d’occupation.

3Il faut maintenant tenter de dégager les éléments qui ont conduit à cette situation de tension, singulièrement cristallisée sur une fraction du corps social, les ingénieurs, peu coutumiers du fait, plus habitués à jouer un rôle dans l’histoire des techniques que dans l’Histoire tout court. Les techniques ne peuvent être appréhendées isolément sans prendre en compte les conditions socio-économiques et politiques qui influent sur leur destinée ; inversement, l’analyse d’une situation sociale à première vue principalement caractérisée par des aspects politiques et juridiques doit également porter sur le domaine de la production. Il ne s’agit pas ici d’un essai d’analyse macrosociale portant sur le rôle des ingénieurs à une époque déterminée. Ce qui nous intéresse, c’est de retrouver à travers les récits qu’ils nous en livrent aujourd’hui, quarante ans après, ce que des hommes ont pu vivre, comprendre et interpréter, lors d’événements qui les touchaient de plein fouet.

L’entre-deux-guerres : les antécédents

4La guerre de 14-18 met fin pour les ingénieurs des compagnies minières à une période de leur histoire que E. Dejonghe, dans une expression fort parlante, a qualifiée « le temps des grands vassaux », « l’époque où l’ingénieur est l’intendant du roi dans sa fosse et dans le pays d’alentour » (Étienne Dejonghe 1985 : 176). Les installations du bassin minier détruites en 1918 sont reconstruites en quelques années pratiquement à l’identique, alors que l’Allemagne, elle, modernise son industrie charbonnière. La crise de 29 touche les compagnies minières qui, en raison de l’archaïsme de leurs conditions de production, font difficilement face à la concurrence. La baisse du prix de revient de la tonne de charbon devient l’objectif prioritaire des compagnies qui, pour l’atteindre, vont innover dans trois directions :

  • la modernisation de l’outillage : introduction des marteaux-perforateurs, puis des marteaux-piqueurs ;

  • la concentration de l’exploitation : allongement des fronts de taille ;

  • la rationalisation du travail.

  • 40 La Confédération générale du travail unitaire (CGTU) avait été fondée le 1er juillet 1922 lors du c (...)

5Ces changements allaient profondément modifier les tâches des ingénieurs, et les amener à remplir de nouvelles fonctions auxquelles leur formation strictement technique à l’école des Mines ne les avait pas préparés, pas plus d’ailleurs qu’aux relations avec un personnel ouvrier politisé et syndiqué à la CGT et à la CGTU.40

Dans les années trente... quand on commençait à la mine, on était en même temps aux Jeunesses socialistes et syndiqués. C’était une tradition chez les parents militants que le jour de l’embauche (à douze ou treize ans) le gosse ait la carte syndicale et une carte du parti (Léon Delfosse, dirigeant CGT des mineurs).

6Bien sûr, les conditions de travail, le climat social, l’attitude de la direction diffèrent d’une compagnie à l’autre, et les jeunes ingénieurs tentent, malgré le chômage qui les touche, de choisir celle qui correspond le plus à leurs attentes, celle où ils auront le plus d’autonomie. « La Compagnie des mines d’Anzin était presque considérée comme le bagne, même pour les ingénieurs, il y avait une discipline de fer, tandis qu’aux mines d’Aniche c’était assez familial » (M.B., ingénieur). La mécanisation et l’augmentation de la longueur des chantiers entraînent, en particulier, la création de la formation professionnelle pour les jeunes qui ne pouvaient plus être formés sur le tas par les compagnons et le chef de taille. Au fond, il n’y a désormais de place que pour la production. Mais ce n’est pas suffisant. Malgré l’utilisation des machines, les rendements atteints ne satisfont pas les directions. Restent les ouvriers. Deux techniques vont être introduites, le plus souvent simultanément, pour obtenir une augmentation des rendements, et ce sont les ingénieurs qui, sur les chantiers, vont appliquer cette nouvelle politique : la mise en place d’un système d’évaluation du travail et le changement du mode de rémunération.

L’évaluation du travail : « faire du Bedaux »

7A partir de 1932, certaines compagnies minières expérimentent le système Bedaux, une technique de mesure analytique du travail, réalisée au moyen de chronométrages (Odette Hardy-Hemer 1970 : 4-48). Des ingénieurs volontaires sont formés à cette technique et l’appliquent dans les fosses en chronométrant toutes les séquences des gestes des ouvriers. Le recueil d’échantillons de mesures sert alors de base à l’évaluation des prix de tâche.

8Jusque-là les mineurs étaient payés « à la berline » (de charbon) :

Les routeurs mettaient dans le fond de la berline une médaille avec le numéro de la taille, le culbuteur récupérait cette médaille et tous les jours on avait le nombre d’« étiquettes » qui étaient produites par chaque chantier (M.B., ingénieur).

9Les prix de tâche étaient décidés par l’ingénieur à l’ouverture des nouveaux chantiers après une séance de « marchandage » :

L’ingénieur descendait et discutait avec les ouvriers, avec le chef de taille et, à la fin de la journée, il décrétait dans sa grande sagesse souveraine que le prix de tâche appliqué serait de tant à la berline. Le personnel de la nouvelle taille se disait : on va essayer d’obtenir le meilleur prix, on ne va pas trop tirer dedans pour faire croire que c’est un chantier difficile, que la veine est dure. Mais, dans la maîtrise, il y avait des gens qui, avant d’exercer cette fonction, étaient de bons abatteurs capables d’apprécier les difficultés du travail (M.B., ingénieur).

10Cette méthode était simple mais sommaire, car elle ne tenait pas compte des problèmes rencontrés passagèrement par les ouvriers en raison de la nature du terrain.

11En comparaison avec ce procédé, les directions vont être séduites par un nouveau mode d’évaluation scientifique du travail qui ne laisse plus place à la contestation en sortant la fixation de la rémunération du domaine du jugement subjectif et des rapports sociaux. Des évaluations abstraites se référant à des recueils de chiffres auxquels les ouvriers ne peuvent opposer des paroles de vécu du travail comme la pénibilité, la peur de l’accident, la chaleur. Des prix de tâche décidés dans les bureaux, et non sur le terrain, contre lesquels ils ne peuvent rien. Finies les ruses, finis les marchandages.

12Les ingénieurs qui avaient jusque-là peu de contacts avec les ouvriers, en dehors de leurs visites d’inspection des tailles, perdent ainsi un lieu d’échanges, certes conflictuels et inégalitaires, mais où les hommes se parlent et des choses mêmes qui les lient (le travail, le terrain), chacun de sa position, avec ses mots, et ses propres informations.

13A ce dispositif de confrontration, le système Bedaux substitue un dispositif d’observation dans lequel les ingénieurs chronomètrent des corps en action qui ne redeviennent des êtres parlants qu’à la pause, au moment du « briquet » (casse-croûte). Pour confectionner les normes qui serviront à la fixation des prix de tâche, les ingénieurs formés à ce nouveau travail vont chronométrer les ouvriers pendant toute la durée du poste, soit huit heures, et cela pour chaque catégorie du personnel — les abatteurs, les remblayeurs, les creuseurs de galerie, les rouleurs, etc. — en relevant tous les facteurs de pénibilité du travail.

Il ne faut pas se figurer que le métier de chronométreur est facile. On chronomètre des temps de parfois moins de 5,10 secondes, pendant lesquels il faut évaluer à la vue la vitesse du travail de l’ouvrier. Il faut prendre en note le temps que ça dure et le type d’occupation de l’ouvrier (M.B., ingénieur).

14Si cet ingénieur qui parle en connaissance de cause, puisqu’il a appliqué ce système dans sa fosse, emploie le terme de métier pour désigner cette nouvelle fonction des ingénieurs, ce n’est pas par abus de langage ; de fait, avec la mise en place du système Bedaux une nouvelle catégorie se constitue au sein du groupe des ingénieurs des mines : les « ingénieurs Bedaux », appelés aussi « ingénieurs-salaire » par leurs collègues. L’affectation des ingénieurs à ces postes s’est faite sur la base du volontariat. La modernité de cette attitude par rapport au travail excitait l’intérêt des ingénieurs, d’autant plus que le fait d’accepter de jouer les pionniers en ce domaine en répondant à la demande des compagnies, leur permettait d’espérer une évolution de carrière plus rapide.

Je me souviens que quand je faisais mon service militaire à la fin de 1934, j’assistai un soir à un dîner des anciens de l’école des Mines de Saint-Étienne. Comme le système Bedaux était juste en train de se mettre en place, tous les ingénieurs des mines de Valenciennes qui étaient présents ne parlaient que de ça. Ils disaient : « Un tel a senti le vent, il s’est déclaré volontaire pour appliquer le Bedaux. » D’autres voyaient cela d’un mauvais œil. Il y avait toute une polémique à ce sujet (M.B., ingénieur).

15Ceux qui étaient réticents, voire hostiles, tenaient à conserver ce qui à leurs yeux constituait l’essence de leur travail, c’est-à-dire la maîtrise de tous les éléments de la vie de la fosse. Ils refusaient en quelque sorte la division du travail qui les enfermait dans un rôle de spécialiste. Certains légitimaient leur refus par des considérations éthiques.

23. Ingénieurs et portons, au début du siècle (Coll. particulière)

J’ai toujours été contre cela. Je n’aurais pas aimé qu’on me l’applique si j’avais été ouvrier. Je considérais que c’était attentatoire à la dignité de la personne de l’ouvrier. Vous avez devant vous quelqu’un qui vous regarde travailler pendant huit heures, et qui note, minute par minute, le temps que vous mettez à faire tel ou tel travail. C’est indécent (M.B., ingénieur).

16Ce système n’était pas appliqué partout, mais lorsqu’il était mis en place, deux catégories d’ingénieurs se côtoyaient dans un même secteur : l’ingénieur d’exploitation et l’ingénieur Bedaux. Ce partage de responsabilités était souvent source de conflits. Ces ingénieurs-salaire ne passaient pas pour autant leur vie dans les galeries, la planchette et le chronomètre à la main, car une fois toutes les mesures effectuées pour chaque opération, l’ingénieur se référait aux normes pour fixer les prix. Ainsi, « on savait que pour poser un longeron avec des bois pris en telle et telle hauteur, dans une pente de tant, et procéder à la confection des bois dans une taille de telle longueur, ça valait tant » (M.B., ingénieur).

17Si nous avons mis en relief l’introduction, dans les années 32-34, de ce système d’évaluation du travail, c’est qu’outre l’aspect proprement technique de l’analyse du travail, toujours mis en avant par ses participants, ce système, de par les conditions de recueil des données, se révélait être l’arme absolue trouvée par les compagnies pour obtenir des ouvriers un rendement maximum, sous peine de sanctions économiques, voire de licenciements. En effet, sans grand effort d’imagination, il est aisé de voir dans quelle situation se trouvait l’ouvrier-témoin, face à face avec l’ingénieur pendant huit heures d’affilée. Même s’il savait qu’il ne s’agissait pas d’un contrôle de son propre travail, il était de fait surveillé, non pas comme tous les jours, par un contremaître, mais directement par une émanation de la direction qui avait tout pouvoir sur sa vie professionnelle. Il ne devait pas s’accorder beaucoup de répit pendant le poste, et travaillait sans aucun doute avec toute l’énergie dont il disposait pour être bien jugé. Les normes ont donc été élaborées dans des circonstances exceptionnelles sur la base de « records » individuels même si elles tiennent compte des durées de repos nécessaires. Une fois ces normes établies, aux ouvriers de les respecter s’ils tenaient à garantir leur niveau de salaire.

On était poussé au travail à outrance, il fallait faire cinq mètres d’abattage, ce qui était impossible. Il s’ensuivait des sanctions, des amendes ; cela pouvait même aller jusqu’au déclassement, aux mises à pied si le rendement était jugé insuffisant. Je me souviens que nous sommes allés voir l’ingénieur, M.F., avec mon frère car nous avions été punis tous les deux. Il ne nous a pas laissés discuter, il nous a traités de meneurs (M.M., abatteur, puis délégué-mineur CGT).

18Le système Bedaux tenait son efficacité de son alliance avec une mesure parallèle prise par les directions : le passage du paiement de la tâche exécutée collectivement au paiement de la tâche individuelle. Ce couple de mesures allait être violemment dénoncé par les syndicats dans les années 34 et 35, et sa suppression sera la principale revendication des mineurs lors des grèves de 1936.

Salaire collectif / Salaire individuel

19Les mineurs dans leur ensemble ont toujours été attachés au principe du salaire collectif qui pouvait être appliqué même avec le système Bedaux, en faisant la somme des prix de tâche pour le travail réalisé par une équipe, somme redivisée en fonction du grade de chacun. Ce mode de rémunération pouvait être considéré d’un certain point de vue comme désavantageux pour les ouvriers les plus doués ou les plus forts qui, dans ces conditions, ne seraient pas incités à accentuer leurs efforts. D’où la décision prise par certaines compagnies de rémunérer le travail effectivement réalisé par l’ouvrier. Cette mesure présentait un certain nombre d’inconvénients tant pour l’ouvrier que pour l’exploitant.

20— Pour l’ouvrier : malgré les efforts faits pour analyser systématiquement chaque poste de travail, les normes de référence ne tenaient pas compte de toutes les difficultés de terrain. Il en résultait des inégalités de rémunération suivant les places occupées par les mineurs.

21Au plan symbolique, la solidarité, valeur centrale dans les représentations que les mineurs ont de leur groupe, ne pouvait plus s’accomplir sur le lieu du travail.

Il y a des tas d’impondérables qui font que certains travaux peuvent difficilement être mesurés, en particulier les coups de main que l’on donne à un camarade. Mais cela n’était pas pris en compte par le système Bedaux, ce qui avait pour conséquence de rendre les gens égoïstes ; mais il y en avait qui s’en accommodaient pas mal, ceux, évidemment qui gagnaient deux fois plus que les autres (M.B., ingénieur).

22— Pour la compagnie : la rémunération à la quantité de charbon produite par l’ouvrier a entraîné un effet pervers classique : l’ouvrier ne fait plus que produire, puisque ses autres activités ne sont pas prises en compte.

L’ouvrier qui voulait gagner sa vie en se donnant moins de mal, sans tenir compte du résultat collectif, pouvait avoir la tentation de faire la chose suivante : abattre son charbon et le jeter dans les remblais, plutôt que de l’acheminer vers les pieds de taille. Et si le charbon ne remonte pas, c’est un marché de dupes pour la compagnie. Même chose pour le nettoyage : quand c’est le paiement à la berline, en fin de journée, tout le monde se mettait à récupérer le charbon qui traînait sur les côtés, dans les couloirs, la mine est bien nettoyée. Quand on est payé au salaire analytique, ce sont les mètres qui comptent (M.B., ingénieur).

La récidive

23Ces pressions faites aux mineurs vont subir un coup d’arrêt. La réunification de la CGT en 1935 renforce la position des syndicalistes face aux directions et leur permet d’envisager des actions pour supprimer ces deux mesures. La victoire du Front populaire, les grèves de juin 36 dans les mines, cassent cette période en deux — avant et après 36 — tant pour les ouvriers que pour la maîtrise et les ingénieurs. C’en est fini du système Bedaux, du moins le croit-on.

A la reprise en 36, je me souviens qu’à Anzin, dans les rues, les gens portaient des écriteaux sur lesquels était écrit « Bedaux est mort ». En fait Bedaux n’était pas mort. Le système a seulement été mis un peu au sommeil (M.B., ingénieur).

24Quand le personnel est trop réticent, ce système est appliqué pour l’évaluation du salaire collectif. Les grandes espérances nées au printemps 36 vont s’éteindre au fil des mois. Non seulement les compagnies minières continuent à exiger le même niveau de rendement mais elles trouvent un allié inattendu, la CGT, qui, notamment dans son journal La Tribune, rappelle à l’ordre les ouvriers et les met en garde contre tout comportement aventuriste comme certaines formes de refus de travail, qui mettrait en danger l’expérience du Front populaire.

Les mineurs ne doivent donner sous aucun prétexte au patron l’occasion de dire que la baisse de rendement est due au relâchement des mesures disciplinaires de tous ordres. Nous leur disons qu’une production accrue, là où cela est possible, doit être consentie (La Tribune, 31 octobre 1936).

25Il est cependant un domaine où les choses ne vont plus être réellement comme avant. C’est celui des rapports hiérarchiques. Forts de la victoire du Front populaire, soutenus par les luttes menées sur tout le territoire, les ouvriers ont occupé les fosses en juin 36, conscients de leur nouvelle force et persuadés de la légitimité de leurs revendications. Les piquets de grève ont bloqué les ingénieurs dans leurs bureaux pendant plusieurs jours. Le pouvoir et la crainte avaient échangé leurs camps. La reprise du travail, le plus souvent effectuée à contrecœur et sur l’injonction des responsables régionaux de la CGT, ne pouvait effacer le souvenir de ces inversions de rôle ; les instances syndicales ne contrôlant certes pas tous les gestes et les paroles des ouvriers, ceux-ci affichent de nouvelles attitudes. Les agents de maîtrise, les ingénieurs avaient été vus à la faveur de cette brutale éclaircie dans les rapports sociaux, comme des individus qu’on pouvait attaquer, insulter, voire molester, des personnes à portée de voix et à portée de main, qui n’inspireraient plus comme par le passé cette crainte respectueuse sur laquelle reposait l’exercice du pouvoir dans les compagnies.

A la reprise, le climat social était un peu différent. Certains agents de maîtrise ont eu un peu de mal à s’adapter aux nouvelles conceptions psychologiques du personnel. Quand, par exemple, des agents de maîtrise qui avaient l’habitude d’être obéis au doigt et à l’œil sans aucune discussion, rencontraient un jeune mineur de quinze, seize ans, assis, après le briquet, dans la voie, ils lui disaient : « Qu’est-ce que vous faites là ? », il leur répondait en levant le poing : « Je fais le Front populaire ! » Les agents de maîtrise ne savaient pas quoi faire. Ils se disaient que s’ils ne le punissaient pas, ils risquaient d’avoir des histoires, et que s’ils le punissaient, ils risquaient aussi d’en avoir (M.B., ingénieur).

26Cette liberté de ton, ces attitudes sans complexes feront long feu. Après la chute du gouvernement Blum, la rupture du Front populaire, la hiérarchie va reconquérir au cours des années 37, 38, 39, l’ensemble de ses prérogatives, sans chercher à établir un nouveau type de relations avec le personnel. Pour réaffirmer un pouvoir qui n’allait plus de soi, elle exercera des représailles à rencontre de ceux qui avaient pu croire à la modification des rapports de force.

27Les jeunes ingénieurs tout juste sortis de l’école des Mines sont les témoins impuissants de ces comportements qui les engagent malgré eux. L’un d’eux nous rapporte en exemple le veto opposé par la direction à la promotion qu’il avait demandée pour un jeune ouvrier :

Je me suis fait engueuler au téléphone par le directeur qui m’a traité de maladroit. Il m’a dit qu’il ne fallait pas donner un avancement à un ouvrier dont le père porion (contremaître) avait des positions (sous-entendu politiques et syndicales) (M.D., ingénieur).

28La marge de manœuvre de ces jeunes ingénieurs reste faible. Même s’ils sont conscients de la nécessité de changer les relations au sein de l’entreprise, ils sont isolés face au pouvoir absolu détenu par les directeurs de fosse et les ingénieurs en chef du fond.

L’occupation

29Le personnel des mines est évacué le 22 mai 1940. Quand il revient sur place aux alentours du 15 juin 1940, le Nord et le Pas-de-Calais sont placés sous l’autorité du commandement militaire de Bruxelles et directement administrés par l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille, la vie du bassin minier est complètement désorganisée. « Quand nous sommes rentrés, il n’y avait plus d’administration, plus de mairies, plus rien du tout » (M.M., abatteur). Les délégués mineurs (délégués à la sécurité) communistes ont été révoqués, conséquences de l’interdiction du Parti communiste et de ses organisations en septembre 1939, après la signature du pacte germano-soviétique.

30Les directions des compagnies restent en place, sous le contrôle des autorités allemandes. Non seulement l’exigence de rendement est maintenue, mais les ouvriers doivent y répondre alors qu’ils sont complètement démunis. Ils vont mener la grande grève de l’occupation, la grève de 100 000 mineurs, du 27 mai au 10 juin 1941. Cette grève, préparée et dirigée par Auguste Lecœur (qui sera coopté en mai 1942 à la Direction nationale du Parti communiste clandestin, auprès de Duclos, Frachon et Tillon), sera revendiquée ultérieurement par le PCF pour prouver à ses détracteurs que les communistes n’ont pas attendu l’entrée des troupes allemandes en Union soviétique (22 juin 1941) pour mener des actions contre l’occupant. Dans son livre, Les années sans suite, Roger Pannequin, instituteur, militant communiste et résistant, analyse les ressorts de cette grève :

Le 27 mai 1941, au poste du matin de la fosse Dahomey de Montigny-en-Gohelle, les jeunes militants communistes (...) déclenchèrent la grève (...). Si les revendications avancées furent toutes d’ordre économique — de la viande, du savon, du beurre, réduction du temps de travail au fond — les ouvriers comprirent très vite qu’ils faisaient grève contre les Allemands. En ce sens, leur mouvement était patriotique. Les mineurs savaient que leurs difficultés de ravitaillement dans cette région où l’agriculture était riche, étaient dues à la présence des Allemands. La production charbonnière était exportée en Allemagne. Les patrons des compagnies minières festoyaient avec les officiers allemands (...). C’est ainsi que, dans les faits, la grève fut anti-allemande. Les mineurs obtinrent l’amélioration de leur ravitaillement, des conditions d’hygiène et de sécurité. On créa un système spécial d’approvisionnement et un régime plus favorable de rationnement (...). Mais les compagnies minières avaient donné aux policiers français les noms et les adresses de ceux qu’elles considéraient comme des meneurs. 325 mineurs furent arrêtés, 231 déportés, 94 internés, 9 fusillés comme otages en septembre 1941 et avril 1942 (Roger Pannequin 1976 : 103-105).

31Ce récit, ou une de ces variantes, vient toujours à l’appui, dans les discours politiques et syndicaux, des accusations portées contre les directions des compagnies : l’exemplarité de la lutte contre l’abomination de la collaboration qui est ici complète, c’est-à-dire économique et policière. L’ampleur de la répression et son bilan dramatique saturent l’image de cette période et masquent ce que fut l’ordinaire du travail dans les mines sous l’occupation. La monographie réalisée par O. Kourchid sur les mines de Lens entre 1940 et 1944, décrit les conditions de travail et de production auxquelles étaient confrontés les mineurs (Olivier Kourchid 1985).

32Aujourd’hui encore, près de quarante ans après les procès, les mineurs interrogés maintiennent cette double accusation de collaboration économique et policière ; ils y ajoutent celle de la contrainte exercée à leur encontre pour augmenter la production et gardent un arrière-goût tenace laissé par l’attitude du personnel d’encadrement, ingénieurs et agents de maîtrise. « Ils n’avaient que des insultes à la bouche » (M.M., abatteur).

33Il ne s’agit pas ici de juger les événements de cette période, mais de rapporter les témoignages de quelques ingénieurs sur la situation dans les fosses où ils travaillaient ainsi que les récits de leurs propres expériences, car c’est un domaine « où on ne peut parler que pour soi-même », comme le dit un ingénieur.

34Deux types d’analyses pouvaient être faites :

351 — Le charbon est destiné à l’Allemagne, donc il faut en produire juste assez pour ne pas attirer la répression.

Sous l’occupation, il y avait des ingénieurs qui ne s’étaient pas suffisamment interrogés sur eux-mêmes, sur le rôle qu’ils jouaient. Ils avaient poussé au charbon sous prétexte que les usines ne tournaient pas, que les Français mouraient de froid. Ils poussaient au charbon sans s’interroger sur ce que cela signifiait. Ces gens-là avaient suivi les instructions données par les directions (M.F., ingénieur).

362 — Le charbon est destiné à la France, donc il faut produire.

En toute sincérité, je ne pense pas qu’il y ait eu un seul gramme de charbon que nous faisions pour l’occupant qui soit allé en Allemagne. Ce charbon était surtout utilisé pour les besoins de chauffage des gens. Quand on se souvient de l’hiver 42 et d’endroits comme Paris où les gens souffraient du froid, on n’avait pas mauvaise conscience en faisant du charbon bien qu’étant occupés, mais à condition aussi de ne pas se faire complice de la répression que les Allemands pouvaient mettre en route quand il y avait des grèves (M.B., ingénieur).

37Les ingénieurs interviewés, quelle que soit leur analyse, suivent une seule et même ligne de conduite qu’on peut résumer ainsi : en faire juste assez.

38Pour répondre aux exigences des autorités allemandes, les directions des compagnies ont pu recourir aux méthodes d’évaluation du travail qui avaient fait leurs preuves auparavant : les chronométrages avec leurs effets sur les salaires en ces temps de pénurie. Tout dépendait alors de l’attitude de l’ingénieur chargé de ces mesures :

J’ai été amené à dire à un ouvrier que je chronométrais, et qui était tellement attiré par une augmentation de son gain qu’il travaillait comme une brute : « Ce n’est pas le moment de travailler tant que ça, attends la Libération » (M.R., ingénieur).

39L’« écrémage », autre procédé pour augmenter la production, consistait à n’exploiter que les plus belles veines du gisement ; à l’inverse, le camouflage était possible comme nous le rapporte l’ingénieur M.D. :

Nous avions une belle veine, une des trois veines qui avaient fait la gloire de Bruay à l’époque. Ce qui s’est passé, c’est que nous avons caché aux Allemands ce que nous avons extrait de cette veine. Tacitement, tout le monde était d’accord pour en faire le minimum. Ce qui fait qu’on s’est retrouvé à la Libération avec quand même un beau gisement.

40Le renouvellement du matériel d’extraction obsolète était tout aussi déterminant, mais les compagnies dépendaient du bon vouloir de l’administration allemande. A ce sujet, le récit de M.D. nous renseigne sur les rapports que pouvaient entretenir les ingénieurs avec les contrôleurs allemands qui procédaient régulièrement à des visites d’inspection :

C’était un ingénieur de la Ruhr, je le voyais venir d’un mauvais œil car il était en uniforme et moi en civil (...) mais je dois dire qu’au bout d’une heure, après avoir discuté technique, on se retrouvait entre techniciens (...). Il était correct, il voulait qu’on fasse du charbon. Je lui répondais que nous n’avions rien, que nous n’avions pas de courroies. Il me répondait : « C’est la guerre ». Au fond, il y avait dans l’administration allemande des professionnels qui comprenaient la situation.

41Selon cet ingénieur, le responsable allemand du bassin était un « bon mineur ». Une remarque au passage : quand les ingénieurs parlent des mineurs (les abatteurs, les rouleurs, etc.), ils emploient le terme ouvrier et réservent le terme mineur pour qualifier leurs collègues ingénieurs.

42Ce professionnel comprenant donc fort bien les effets de la pénurie de matériel sur la production, s’efforçait d’y remédier en attribuant, quand c’était possible, du matériel performant aux compagnies :

Il avait fait envoyer des machines mécaniques pour attaquer les veines, ce qui risquait d’augmenter la production. On ne pouvait pas refuser, mais on s’arrangeait pour que tout n’aille pas pour le mieux. Ainsi, il y avait souvent des tuyaux à air comprimé qui crevaient... (M.D., ingénieur).

43Ces récits de pratiques même parcellaires et en aucune façon représentatives des attitudes de l’ensemble des ingénieurs du bassin, rendent cependant bien compte de l’ambiguïté de la situation des ingénieurs pendant cette période et de l’éventail des procédés auxquels ils pouvaient recourir pour la gérer. Nous n’avons vu qu’une face des comportements, celle du « en faire juste assez » ; la face « en faire plus » peut être facilement déduite de la première en renversant le sens des actions : pousser l’ouvrier au rendement, écrémer, entretenir et surveiller le matériel.

44Ces ingénieurs étaient quelque peu informés — malgré le cloisonnement existant entre les fosses — des excès commis par certains de leurs collègues, comme les actes de délation par exemple. S’ils condamnaient ces pratiques, ils expliquent aujourd’hui que leur attitude de neutralité dans l’entreprise était guidée par la prudence, une prudence rendue nécessaire par le milieu environnant peu sûr.

Il y avait beaucoup de choses qui ne se disaient pas. On ne savait pas exactement à qui on avait affaire. Le monde des mineurs est un monde composite ; en grande majorité il est hostile à l’occupant, mais dans une fosse où il y a mille ouvriers, il n’y a besoin d’avoir qu’une vingtaine de sympathisants des Allemands pour qu’on puisse subir des mesures de rétorsion. Cette prudence, le personnel ouvrier la pratiquait aussi vis-à-vis des ingénieurs et des cadres (M.B., ingénieur).

45A côté d’actes comme la remise de listes de grévistes et de « meneurs » aux autorités allemandes et à la police, ce type de comportement volontairement « neutre » (non propre aux ingénieurs des mines) ne semblerait pas devoir faire l’objet d’une poursuite en justice. Or, à la Libération, tous les directeurs de compagnie ont été suspendus pour faits de collaboration et la plupart des ingénieurs qui avaient de hautes fonctions dans les compagnies sont passés devant les commissions d’épuration.

46Ce n’étaient donc pas seulement les actes criminels qui furent jugés, mais aussi la pratique normale du métier d’ingénieur dans une situation anormale.

Il faut reconnaître quand même, que lorsqu’on fait un métier, on est facilement polarisé là-dessus. On fait un peu facilement abstraction de toutes les circonstances extérieures, même si celles-ci sont beaucoup plus importantes que le métier lui-même (...) et certains agents de maîtrise et certains ingénieurs ont conservé pendant la guerre un comportement semblable à celui qu’ils avaient avant, c’est-à-dire une recherche de résultats. Pour eux, il n’y avait pas deux façons de travailler (M.B., ingénieur).

47Il n’y avait sans doute pas non plus deux façons de travailler pour ce jeune ingénieur tout juste sorti de l’école des Mines (en 43) pour effectuer le STO dans les mines du Nord, qui était choqué par l’existence de cette complicité effective dans certaines fosses, visant à réduire la production : « J’avais l’impression qu’il y avait un certain laisser-aller » (M.F., ingénieur).

48Ce que les mineurs n’ont pas supporté sous l’occupation, ce n’était pas les actes de collaboration économique mais la condition qui leur était faite. Les ingénieurs ne tenaient pas compte de la situation dans laquelle ils se trouvaient (sous-alimentation, pénurie de produits de première nécessité) et exigeaient d’eux les mêmes rendements qu’auparavant. Une anecdote rapportée par l’ingénieur M.D. illustre bien la rancœur accumulée par les mineurs et le type de comportement dont ils vont demander réparation à la Libération. A la fosse de Bruay, l’ingénieur mis en accusation par les ouvriers était un résistant, mais « il était détesté car il était très dur vis-à-vis du personnel ».

Le dénouement

49Les moments de changement de pouvoir paraissent toujours dangereux aux yeux des responsables politiques parce qu’ils sont difficilement maîtrisables. Que peut-il se passer entre le départ des armées allemandes et l’installation d’une nouvelle administration française ? Des troubles, voire l’insurrection. Pour préparer cette période incertaine et assurer le passage d’un état politique et social au suivant, le général de Gaulle nomme des commissaires de la République pour chaque région. Leur mission : éviter les exactions, l’anarchie et restaurer l’ordre social. C’est pendant les quelques heures, les quelques jours de battement, que les comptes se règlent. M.F. Clozon, commissaire de la République pour la région Nord-Pas-de-Calais, dès son arrivée, met en place un dispositif institutionnel pour prendre de vitesse cette auto-régulation sociale et, provisoirement, il prend une décision radicale : emprisonner le plus grand nombre possible de suspects pour les protéger.

Qu’est-ce que j’ai trouvé à Lille à mon arrivée ? C’est une situation de violence. La mine à ce moment-là est en situation de violence ; on assassinait encore des ingénieurs au fond de la mine, (...) j’ai mis beaucoup de gens dans les camps d’internement, la meilleure façon d’éviter les troubles (Revue du Nord sept. 1975 : 627-629).

50Par les arrêtés du 10 et du 15 septembre 1944, les préfets et le commissaire régional de la République mettent au point les procédures d’épuration et créent les commissions d’enquête et d’épuration des exploitations houillères. Ces commissions examinent les plaintes et les accusations individuelles que leur transmettent les syndicats. Les dossiers passent ensuite devant une commission interprofessionnelle pour aboutir sur le bureau du commissaire régional de la République.

51La notion même de collaboration prête à confusion. Trois conceptions de l’épuration s’affrontent :

  • celle du représentant du nouveau gouvernement, M.F. Clozon : « Quel était mon objectif quand je suis arrivé à Lille ? Cela a été de saisir ceux qu’on a appelé les traîtres, les collaborateurs des Allemands, au sens militaire du mot » (Revue du Nord, sept. 1975 : 629).

  • celle du responsable régional des syndicats illégaux des mineurs du Nord-Pas-de-Calais (entre 1942 et la Libération), M. Léon Delfosse, devenu secrétaire du syndicat des mineurs CGT du Pas-de-Calais et chargé des questions d’épuration : « C’était évidemment de frapper à la tête des compagnies minières, c’est-à-dire les véritables collaborateurs ».

  • celle des ouvriers des compagnies minières : faire payer pour ce qu’ils avaient subi pendant l’occupation : les amendes, les insultes, les menaces de déportation, etc.

Chacun avait quelqu’un à épurer. Il s’était passé tellement de choses, les rapports avaient tellement été faussés qu’il y avait très peu de gens dans le commandement pendant la guerre qui n’étaient pas suspects. Chacun avait son adversaire (interview de M. Delfosse).

52La composition des commissions d’épuration éclaire sur la conception qui va prévaloir.

La composition de la commission de Béthune était plus que douteuse. Elle était désignée par le gouvernement. Avec un autre, j’étais le représentant de la CGT. Il y avait un représentant de la CFTC. Son esprit chrétien introduisait le doute et la pitié. Quand on jugeait des ingénieurs, il y avait aussi des ingénieurs dans la commission. C’était une condition qui avait été introduite pour ne pas permettre de juger les grosses têtes (M. Delfosse).

53Dans chaque puits le personnel dresse des listes d’épuration et ceux qui portent des accusations vont témoigner devant les commissions d’épuration. Dans leur livre La libération du Nord et du Pas-de-Calais, Étienne Dejonghe et Daniel Laurent décrivent le fonctionnement de ces commissions et le sort fait aux plaintes des ouvriers :

54Mal à l’aise, peu habitués à s’exprimer longuement, ils ne savaient que livrer la trace qu’avaient laissée les faits sur leurs esprits et non les faits eux-mêmes. Plus la discussion avançait, plus il apparaissait que c’était l’attitude de l’ingénieur ou de l’agent de maîtrise, en particulier sa brutalité, son manque d’égards qui étaient en réalité mis en cause. C’était en toute bonne foi qu’ils confondaient délit de travail et délit politique. Ce genre de reproches ne pouvaient être retenus. Les personnes incriminées bénéficièrent d’un non-lieu et retrouvèrent immédiatement leur place aux Houillères (E. Dejonghe, D. Laurent 1974 : 238).

55Le bilan de la commission interprofessionnelle d’épuration des entreprises dressé à la fin de l’année 1945 et présenté par D. Laurent dans sa communication sur « l’épuration dans le Nord et le Pas-de-Calais » montre clairement que la conception gouvernementale a prévalu. Sur les mille dossiers constitués, six cents décisions et seulement quarante-deux sanctions : dix-huit suspensions, onze déplacements, onze rétrogradations, deux licenciements. L’épuration réclamée par la CGT n’a pas été réalisée. « L’épuration dans les mines est une opération faussée. On a condamné quelques porions de-ci, de-là, mais la grosse masse des ingénieurs et des directeurs est passée à travers le filet » (Revue du Nord sept. 1975 : 367).

56Mais reprenons au début de cette période avant que les dossiers ne soient traités par les commissions d’épuration. Dans les mines, le travail continue ; les Allemands sont partis et une chose au moins a changé, même si le ravitaillement pose encore des problèmes : les ouvriers n’ont plus peur. Maintenant, c’est au tour des contremaîtres, des ingénieurs et des directeurs d’avoir peur. Peur des représailles, peur des dénonciations.

Le jour de la Libération, je me suis trouvé comme tout jeune ingénieur au puits avec un certain nombre de mineurs au fond (...) J’ai vu arriver l’ingénieur divisionnaire, il est resté quelques minutes, puis il a dit : « Il faut que j’aille rassurer ma femme ». Il y avait une atmosphère de peur effrayante. Sur place, il n’y a pas eu tellement de règlements de comptes, à part un ingénieur qui a été invité à rester chez lui, et qui, en quelques jours a blanchi. C’était un très grand mineur. Il y a eu toute une série d’équivoques à son sujet ; il a été éliminé de son bureau pendant quinze jours. Fin septembre, il a dû revenir en rasant les murs (M.F., ingénieur).

57M. Léon Delfosse, responsable du syndicat des mineurs CGT, avait rencontré, le 4 septembre 1944, l’ensemble des directeurs des compagnies minières au bureau de Lens, lors d’une réunion provoquée par le préfet du Pas-de-Calais. « Ils étaient à genoux. C’était même un peu honteux de leur part de ne plus avoir le courage de relever la tête. Cela montrait bien qu’ils avaient sur le dos d’énormes responsabilités ».

58Les directions sont devenues inexistantes, les ingénieurs et la maîtrise, inquiets, sur leur garde, ne savent plus d’où ils tiennent leur autorité. C’est au fond de la mine que la Libération prend tout son sens pour les ouvriers.

Du jour au lendemain, tout a disparu. Il n’y avait plus d’amendes, plus de mises à pied. On avait l’entière responsabilité de son travail sur le chantier. Dans les tailles, on ne voyait l’ingénieur qu’une fois tous les quinze jours (M.M., délégué mineur CGT).

59La Libération pour les mineurs, ce n’est pas seulement être libéré de l’occupant, mais aussi de leurs chefs qui, indifférents aux régimes politiques successifs, exercent de manière identique leurs fonctions de commandement. Cette période de liberté relative sur le lieu de travail ne dure pas. Les mineurs voient réapparaître les ingénieurs et les porions dont ils pensaient être délivrés.

Presque tous les ingénieurs sont montés en grade, pour eux c’étaient de bons antécédents, ils avaient bien servi la compagnie. Pourtant, ils avaient des crimes sur la conscience (MM., délégué mineur CGT).

60La parenthèse se referme mais non sans incidents. Ici et là des grèves éclatent pour des questions d’épuration et de ravitaillement, soutenues par les militants socialistes.

61Si les traces des événements passés ne s’effacent pas dans la mémoire des mineurs, les ingénieurs « passés au travers des mailles du filet » garderont à leur tour des cicatrices de l’épuration. Qu’ils aient échappé par hasard au passage devant la commission comme cet ingénieur interviewé qui, blessé par le tir d’une patrouille allemande, était hospitalisé et donc hors d’atteinte pendant six mois, ou qu’ils aient bénéficié d’un non-lieu, ils savent que leurs subordonnés les considèrent tous comme coupables et ils sont conscients de ne pouvoir justifier leurs comportements auprès de sujets maniant des critères qu’ils estiment irrationnels.

C’était beaucoup plus psychologique qu’objectif. On a reproché à un camarade qui m’avait succédé dans la fosse, d’avoir mis des amendes pendant la guerre. Or, si on fait le relevé des amendes qu’il avait distribuées, le nombre était inférieur à celui que j’avais réalisé l’année précédente, mais il avait la réputation d’être plus vache que mois (M.B., ingénieur).

62Les rapports entre les ingénieurs et les mineurs vont être marqués pendant plusieurs années par l’amertume et la rancœur, au point que nombre d’ingénieurs chercheront à quitter le bassin.

La « réinsertion » des ingénieurs

63L’épuration tant réclamée par le personnel ouvrier fait obstacle à la relance de la production charbonnière, car même si les grèves sont aussi dues aux problèmes de ravitaillement, cette revendication qui est à chaque fois mise en avant, ne peut laisser indifférents les responsables syndicaux. Maurice Thorez, dans son discours du 21 juillet 1945 doit rappeler à l’ordre les militants communistes : toutes les forces doivent être engagées dans la bataille de la production. Cette « bataille du charbon », dans l’esprit du responsable CGT, L. Delfosse, devait être menée pour « sauvegarder l’indépendance nationale qui conditionne la possibilité de satisfaire les revendications de la classe ouvrière », notamment la nationalisation des Houillères (décret du 4 novembre 1944 et loi sur les nationalisations du 4 mai 1946).

64Si la nationalisation des Houillères apportait des modifications appréciables pour les ingénieurs, comme le décloisonnement des concessions minières, et d’autres plus inquiétantes, telle la centralisation avec pour corollaire la diminution de leur autonomie, elle créait de fait une nouvelle situation, un nouveau cadre dans lesquels les ingénieurs pouvaient légitimement, cette fois, remplir leur rôle, « gérer au mieux les facteurs de production, pour produire le plus avec le peu de moyens que nous avions » (M.F., ingénieur).

65Cette nationalisation, réalisée pour répondre à des objectifs politiques et syndicaux, a une portée inattendue, celle de libérer les ingénieurs de la tutelle des dirigeants des compagnies minières et d’autoriser l’apparition de nouvelles attitudes chez les ingénieurs, notamment sur le plan syndical.

Au moment de la nationalisation, il y a eu une ouverture. Les patrons disparaissent. On s’est senti excessivement libres. Vous ne me voyez pas entrer à la CGT du temps de l’ancien patronat, je me serais fait virer dans les vingt-quatre heures. Là tout devenait possible (M.D., ingénieur).

66Les épisodes dramatiques vécus par les ingénieurs ont amené certains d’entre eux à reconsidérer leurs conceptions de la division du travail et du mode de commandement et à chercher le dialogue et la collaboration avec le personnel ouvrier. Cette position « moderne », qui recueillait l’adhésion des jeunes ingénieurs non compromis pendant la guerre, aboutit à l’entrée d’une fraction du corps des ingénieurs dans les centrales ouvrières, la CGT et la CFTC. Ce fait sans précédent, en rupture avec la tradition syndicale catégorielle, suscita des réactions d’opposition de la part des autorités catholiques qui voyaient d’un mauvais œil cette nouvelle alliance. « Cela m’a posé des petits problèmes de conscience, étant catholique pratiquant, car il y avait à l’époque un veto formel des évêques sur la CGT » (M.D., ingénieur). Cette méfiance nous paraît plus surprenante dans le cas de la CFTC :

J’ai dû être absous par un jésuite de la faute que j’avais commise d’avoir adhéré à la CFTC plutôt qu’à la CGC. Pour les religieux, j’avais la responsabilité d’avoir contribué à rompre l’unité des ingénieurs au sein du syndicat CGC (M.F., ingénieur).

24. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

67La durée de vie du syndicat national des ingénieurs des Mines CGT, le SNIM, sera brève : deux ans. Lors de la scission CGT/Force ouvrière en 1947, la majorité des ingénieurs du SNIM entrera à Force ouvrière. L’aspect éphémère de cet engagement syndical peut s’expliquer en partie par l’hétérogénéité des motivations qui animaient ces ingénieurs : « Il y avait des ingénieurs qui y sont allés parce qu’ils avaient des choses à se faire pardonner, d’autres par arrivisme » (M.F., ingénieur). Cette explication n’est pas satisfaisante car elle pourrait s’appliquer à toutes sortes d’institutions à la vie autrement plus longue. Celle proposée aujourd’hui par L. Delfosse, responsable CGT, semble trop prendre en compte l’évolution ultérieure de certains responsables du SNIM, en particulier celle de son animateur principal, M. Armanet :

C’était le seule façon pour eux de pouvoir pénétrer dans la maison (les Houillères) avec des possibilités de travail et de manœuvre. C’était une grande manœuvre de la part du corps des ingénieurs, (...) même s’il y avait des gens honnêtes dans ce milieu avec qui nous avions intérêt à travailler.

68Si une telle stratégie a bien pu être conçue et mise en œuvre par certains responsables, il nous semble néanmoins que les éléments d’explication de ces variations brutales et de grande ampleur des attitudes collectives soient plutôt à rechercher du côté du fonctionnement du milieu des ingénieurs à cette époque. Tel l’ascendant exercé par les professeurs de l’école des Mines sur leurs anciens élèves, les entraînant dans des actions qui les mettaient parfois en contradiction avec eux-mêmes. Pour illustrer cette interprétation, nous présentons le témoignage d’un ingénieur, M.D., qui retrace les circonstances de son adhésion à la CGT :

Armanet était connu d’un assez grand nombre d’ingénieurs du bassin, car il avait été professeur d’exploitation à l’école des Mines de Saint-Étienne où j’étais, puis à Paris. Il a donc formé des élèves à St-Étienne et à Paris. Il faisait un cours d’exploitation remarquable. Il avait une passion pour l’exploitation des mines de charbon qu’il communiquait à ses élèves. La plupart d’entre eux restaient en relation épistolaire avec Armanet. On lui transmettait des informations. On lui disait ce qui se passait dans la fonction qu’on occupait. Un jour, il a annoncé à un certain nombre d’entre nous qu’il proposait la constitution d’un syndicat des ingénieurs des Mines affilié à la CGT. Si quelqu’un d’autre nous avait proposé cela, on aurait dit : Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Parce que entre les ingénieurs et la CGT, en général, ça n’allait pas bien. Je savais que nos mineurs étaient à la CGT, mais on n’aurait jamais eu l’idée d’aller nous y mettre d’emblée. Armanet était un homme que nous considérions comme sérieux. C’était une période très troublée. C’était partout la pagaille. Tout le monde cherchait à discerner ce qu’on pourrait bien faire pour améliorer la production, pour faire ces fameuses cent mille tonnes. Armanet nous a dit : pour résoudre ce problème, il faut vraiment se serrer la main avec les ouvriers, il faut aller à la CGT.

69Cette situation historique française particulière, les mines du Nord-Pas-de-Calais entre 1940 et 1945, a déjà été étudiée par les historiens, notamment ceux qui ont participé au colloque sur la libération du Nord-Pas-de-Calais, tenu à Lille en 1974. Notre propos n’était pas d’apporter des informations complémentaires sur cette période, mais de rapporter les paroles, les souvenirs de certains hommes qui l’ont vécue, cela non pour éclairer les processus à l’œuvre, ni même pour comprendre ce qui s’était passé alors (le rôle de l’État, des partis politiques, des syndicats...), mais plutôt pour appréhender ce que des témoins, des acteurs comprenaient des situations exceptionnelles traversées, vu qu’ils n’en connaissaient que des aspects partiels, ce qu’ils ressentaient compte tenu de leur formation, de leur position sociale, de la nature de leur travail et comment ils réagissaient.

70Ces exemples de réactions individuelles, à travers les récits qui en sont faits, livrent des matériaux que ne peuvent donner ni les statistiques de la production charbonnière, ni les comptes rendus des séances du conseil d’administration des Houillères. Ils nous placent à hauteur d’homme, dans des situations concrètes, ce qui nous permet d’appréhender de manière sensible et spécifique les attitudes et les comportements des membres d’une catégorie socio-professionnelle déterminée, provoqués par les événements historiques et sociaux qu’a connus la société française dans les années quarante.

71Ce que les ingénieurs interrogés nous transmettent, ce ne sont pas des corrections au tableau dressé par l’historien, mais leurs propres vérités, à travers les anecdotes, les réflexions, les descriptions de situation, les portraits. Mais au-delà de leurs expériences particulières, ils nous font participer à la vie d’un milieu professionnel : les relations entre ouvriers, agents de maîtrise et direction, la production, la rémunération, les déroulements de carrière... Et l’on voit se dessiner, grâce à quelques traits (le banquet des anciens élèves de l’école des Mines de Saint-Étienne, l’influence du professeur de l’école sur ses anciens élèves, le syndicat des ingénieurs des Mines CGT où il les entraîne, etc.), une identité professionnelle forgée lors de l’apprentissage du métier à l’école des Mines et développée au détriment des autres appartenances sociales ; il en découle un rapport spécifique au travail et à l’entreprise, qui explique peut-être cette similitude des comportements avant et pendant la guerre et leur condamnation collective réclamée par les ouvriers, pour laisser la mine aux mineurs.

Note sur le système Bedaux

72S’il est entendu que l’essentiel des matériaux recueillis dans ce travail provient des entretiens réalisés auprès des sujets enquêtés, il faut cependant recourir à d’autres sources d’information pour compléter les données et éclairer les réactions individuelles. C’est le cas pour le système Bedaux qui fonctionne dans les entretiens d’ingénieurs et de militants ouvriers comme un référent connu de tous, qu’on n’a plus à expliquer, même si on décrit quelques aspects partiels de son application. De plus, ce système d’analyse du travail constituant l’un des enjeux majeurs des luttes sociales lors de la période considérée, les interviewés, selon leur position vis-à-vis de ce système, n’en retiennent que les traits les plus utiles à leur argumentation.

73Les difficultés rencontrées par l’enquêteur pour préciser la nature de ce système seront peut-être mieux comprises, si l’on sait que le principal défaut de ce système concédé par ses partisans tenait à son hermétisme pour une population non initiée, les ouvriers qui pourtant assistaient à l’effectuation des mesures de leur travail. En 1947, Henri Verdinne, dans son chapitre sur la méthode Bedaux à la Compagnie des mines de Roche-la-Molière et Firminy (1934-1938), rapporte entre autres critiques adressées au système par les ingénieurs, que « le système Bedaux est beaucoup trop compliqué pour les ouvriers qui ne comprennent rien à la façon de calculer leur salaire, ce qui, psychologiquement, est un grave défaut » (Henri Verdinne 1947 : 84).

74Il semblerait toutefois que cette incompréhension, ou n’ait pas duré, ou n’ait pas été le fait de tous, puisque dans un ouvrage postérieur datant de 1950, Le système Bedaux de calcul des salaires, son auteur Philippe Laloux, s’il admet lui aussi que « l’ensemble reste trop complexe pour le simple ouvrier » (Philippe Laloux 1950 : 147), met cependant en garde les entreprises contre les tentatives de truquages faites par le personnel et cite de nombreux cas « où l’accroissement quantitatif du rendement nuit à la qualité des fabrications ou de certains travaux accessoires nécessaires par exemple à la sécurité ou à l’entretien » (Philippe Laloux 1950 : 129).

75Disons plutôt que si les ouvriers ne pouvaient appréhender toutes les composantes de la mesure des temps de travail (d’autant plus que, comme le précise M. Verdinne, « les tables de coefficients de repos restent secrètes, on ne peut les utiliser pour justifier éventuellement les valeurs-unités de travail dans une discussion syndicale » [Henri Verdinne 1947 : 84]), ils n’ignoraient pas en revanche quelles opérations étaient les mieux rémunérées et modifiaient dans la mesure du possible leur comportement dans le but d’obtenir un salaire plus élevé ainsi que le montre cet exemple encore rapporté par H. Verdinne :

Le plus grand nombre d’unités produites peut ne pas correspondre au meilleur rendement. Dans un charbonnage belge, où l’on introduisait la méthode Bedaux (1934), les bouveleurs (ouvriers qui creusent les bouveaux ou galeries de traverse) foraient un nombre exagéré de mines, au détriment de l’avancement parce que la valeur-Bedaux du forage était fonction de la longueur forée (Henri Verdinne 1947 : 85).

76Le principal truquage évoqué plus haut, consistait, de la part des ouvriers dont le travail était chronométré, à ralentir la cadence et à multiplier les gestes et les mouvements pour accomplir une opération. Cependant cette riposte n’a pu être possible dès l’introduction du système Bedaux dans le bassin minier, car elle suppose une bonne connaissance du type d’observation pratiqué par les ingénieurs, du type de découpage du procès de travail auquel ils procédaient et bien entendu une réelle complicité au sein du personnel ouvrier, sinon l’ouvrier chronométré était rapidement repéré et sanctionné. Ces informations ne pouvaient provenir que par le canal des sections syndicales d’autres entreprises où ce système était déjà expérimenté.

77L’on sait, après avoir lu ce qui précède, ce que les ingénieurs pensaient de ce système et comment certains l’appliquaient sur le terrain ; il nous reste désormais à éclaircir son origine, ses objectifs, son mode de diffusion dans les entreprises et ce qui le différenciait des autres méthodes de rationalisation du travail.

78Le créateur du système Bedaux, Charles-Edgar Bedaux, a sa place dans l’édition de 1978 du Petit Larousse, mais les quelques lignes qui lui sont consacrées ne retiennent que le système qui porte son nom : « ingénieur français, né à Paris (1888-1944), auteur d’un système de mesure du temps d’exécution d’une tâche dans lequel intervient l’allure de l’opérateur ». Philippe Laloux, qui a voulu en savoir plus sur ce personnage « s’est heurté ici à un parti-pris de mystère tant auprès de la famille de Ch.-E. Bedaux que de la Société française Bedaux (Philippe Laloux 1959 : 9). On sait seulement qu’il était issu d’une famille d’ingénieurs et qu’il était parti aux États-Unis en 1906. Il travailla là-bas comme ouvrier, dit-on, dans plusieurs usines.

79Fruit de ses observations et de sa pratique, le système Bedaux fut d’abord expérimenté dans une fabrique de meubles et très vite, Ch.-E. Bedaux fonde en 1916 la première société Bedaux aux États-Unis. Cette société essaime aux USA et en Europe. La Société française Bedaux est créée en 1929. Selon Ph. Laloux, 16 sociétés filiales Bedaux se partagent alors le marché international. En 1937, 1 126 entreprises sont clientes d’une société Bedaux et appliquent ce système, dont 144 pour la France ; entre 1937 et 1939 ce dernier chiffre monte à 350. Quoique ce chiffre paraisse très élevé, il ne rend pourtant compte que du nombre des nouvelles entreprises qui passent contrat avec une société Bedaux, car une fois la « mise à Bedaux » terminée, c’est-à-dire lorsque les spécialistes de la société Bedaux, après une phase d’étude des problèmes spécifiques à l’entreprise, ont mis au point les modes d’application et formé les cadres à cette technique, les entreprises n’apparaissent plus comme clientes de la société Bedaux, mais elles n’en continuent pas moins à appliquer le système.

80L’essor et le succès des sociétés Bedaux tenaient à la crédibilité de leur argument de vente du système qui consistait à assurer que son application faisait baisser de façon significative le prix de revient main-d’œuvre. Les résultats obtenus par les entreprises clientes démontraient l’efficacité du système sur ce plan, bien que le coût de la « mise à Bedaux » fût élevé. En effet, outre le prix à payer pour le contrat, les entreprises devaient aussi distraire une fraction de leur personnel de la production pour les affecter à l’étude de la méthode Bedaux — les futurs chronométreurs — et mettre en place un nouveau service de comptabilité chargé d’analyser les résultats obtenus et de calculer les salaires, soit d’après nos sources, créer en moyenne un poste supplémentaire pour cent ouvriers. A ceci, il faudrait encore ajouter les éléments de perturbation que l’application de cette méthode amenait dans la vie de l’entreprise : l’hostilité des ingénieurs et cadres qui voyaient se développer un secteur autonome sur lequel ils n’avaient pas prise et qui perdaient de ce fait une part de leur autorité et de leur pouvoir, et surtout l’opposition du personnel ouvrier qui luttait pour obtenir la suppression du système en utilisant la seule arme efficace : arrêter la production. Et même si « les pertes issues des grèves faites au cri de « Mort à Bedaux » doivent être comptées lorsqu’on essaie de mesurer les bénéfices du système (Philippe Laloux 1950 : 129), les chefs d’entreprises devaient estimer que l’accroissement des rendements valait bien ce coût social puisque, malgré les conventions collectives obtenues par les organisations syndicales après les accords Matignon, mettant fin à l’application de ce système, certaines entreprises le réutilisèrent dès 1938.

81Si l’on considère les chiffres rapportés par Odette Hardy-Hémery sur les résultats obtenus par la Compagnie d’Anzin, deux ans après l’introduction du système Bedaux dans plusieurs fosses en 1932, il apparaît bien que cette méthode améliorait la productivité et permettait la réalisation de substantiels profits :

Si l’on défalque les frais occasionnés par le contrôle Bedaux, le profit résultant de son application à la fosse de Vieux-Condé, est en définitive de 7 F 49 à la tonne. Il est important car il représente 15,18 % du prix de revient de la tonne de charbon à la même date (Odette Hardy-Hémery 1970 : 27).

82Ces profits résultaient non seulement de l’amélioration de la productivité, mais aussi d’une ponction exercée sur les rémunérations. C’est que le calcul des salaires propre au système Bedaux produisait ses effets dans la durée. Dans un premier temps, les ouvriers augmentaient leur activité pour obtenir une meilleure rémunération, puis les directions diminuaient le nombre de points accordés pour chaque opération, ensuite ils baissaient les prix de ces points. C’est ainsi que pour une période de deux ans, « l’économie réalisée à Vieux-Condé sur les salaires d’abattage s’élève à 26,4 % du salaire primitif de 1932 » (Odette Hardy-Hémery 1970 : 29).

83Avant de décrire plus précisément le système Bedaux, il est nécessaire de le replacer dans l’ensemble des méthodes d’organisation de la production, aussi appelé « organisation scientifique du travail » (OST), afin de mieux cerner ses spécificités qui ont amené les responsables des compagnies minières à le préférer à d’autres systèmes en raison de sa meilleure adéquation à l’exploitation minière. Les recherches d’Aimée Moutet sur les origines du système Taylor en France (Aimée Moutet 1975) font remonter à 1907 l’introduction des idées de Taylor, opérée par un groupe d’ingénieurs de la métallurgie. Mais c’est la première guerre mondiale qui va être à l’origine de la mise en application et de la diffusion des méthodes de rationalisation du travail ; il faut accroître la production d’armements avec une main-d’œuvre nouvellement recrutée, non qualifiée, en grande partie féminine. Le système Taylor qui sépare la préparation et l’exécution du travail, apparaît comme l’outil idéal pour augmenter les rendements sans avoir à entreprendre une formation des personnels. Aimée Moutet rapporte comment le ministre de l’Armement fit appel au service de H. Le Chatelier et des ingénieurs acquis aux idées de Taylor pour appliquer ce système dans les usines d’armement, notamment pour la fabrication des obus (Aimée Moutet 1984).

84Dans le système Taylor conçu au départ pour une production continue, le travail humain organisé en fonction de celui des machines est découpé en séries d’opérations élémentaires. Ce mode d’organisation du travail ne pouvait convenir pour les entreprises dont le type de production nécessitait une main-d’œuvre qualifiée, comme c’était le cas dans les établissements de l’artillerie. Pour améliorer la productivité de ces personnels, souvent fortement syndicalisés, et donc capables de freiner la production, les responsables de ces entreprises mettent en place un système de salaires à prime, comme celui élaboré par Rowan. Enfin, une troisième solution fut appliquée dans certains établissements, inspirée des théories de Ford sur la production de masse : concentration, spécialisation des usines et des machines, avec pour compenser la déqualification et la perte d’intérêt du travail, une participation des ouvriers aux bénéfices réalisés.

85On comprend bien que ces méthodes aient été exploitées dans l’industrie métallurgique, dans la construction automobile par exemple, vu l’importance des machines et la possibilité de standardisation des opérations à effectuer. Il n’en est pas de même dans l’industrie minière, où le travail consiste à extraire du minerai et à le ramener à la surface. On ne peut disposer un siège d’exploitation comme on peut concevoir l’agencement des machines dans un atelier. Aujourd’hui encore, cinquante ans après les tentatives de rationalisation du travail dans les mines, bien qu’il soit au fait de toutes les avancées technologiques introduites au fond, l’air comprimé, les haveuses, l’injection d’eau, le visiteur qui progresse dans une taille, dans l’obscurité, dans l’eau, à une température supérieure à 35°, à une profondeur de 1 350 mètres, courbé, rampant parfois, casqué, alourdi par le poids de la batterie à sa ceinture, abasourdi par les bruits des machines et des blocs qui s’écroulent, a plus le sentiment de se trouver dans une tranchée en première ligne pendant la Grande Guerre que de visiter une entreprise industrielle.

86L’objectif poursuivi par les dirigeants d’entreprises, l’obtention d’un rendement maximum, n’est possible que dans des conditions minimales de sécurité pour le personnel. Or dans les mines, l’ouvrier n’a pas seulement à craindre les accidents de travail causés par les outils et les machines, mais surtout ceux produits par le milieu dans lequel il opère, les affaissements de terrain, les effondrements de toit, les dégagements gazeux. Ces événements toujours imprévisibles contraignent les mineurs à prêter constamment attention aux différents indices qui peuvent les informer sur l’état du milieu environnant, tels que les craquements des bois d’étayage, et à tenir compte de ces renseignements dans l’exécution de leur travail.

87De même, l’établissement des normes, raison ultime de la mise en place des systèmes de mesure du travail, ne paraît pas concevable, compte tenu de la réalité de l’exploitation charbonnière qui défie toute volonté de rationalisation. L’organisation du travail dépend totalement des caractéristiques du gisement et de la diversité des situations rencontrées dans les chantiers : profondeur, inclinaison des couches, nature des terrains, nature de la veine de charbon, etc. De plus, au fur et à mesure de l’avancement des travaux, ces conditions se modifient constamment et semblent donc exclure toute possibilité de fixer, une fois pour toutes, et quel que soit le lieu, une durée déterminée pour l’exécution d’une tâche.

88Enfin, une dernière spécificité du travail minier, le travail en équipe, qui le différencie radicalement de tout autre type de production industrielle, aurait dû définitivement faire obstacle à l’application de ces systèmes de rationalisation du travail individuel. Cependant, le caractère inhospitalier de ce secteur ne rebuta pas les hommes qui voyaient dans l’organisation rationnelle du travail, la seule voie menant à l’essor industriel.

89Henri Verdinne décrit quelques exemples de tentatives de rationalisation du travail dans les mines, comme celle effectuée dans les mines de la Sarre (1924-1931) où l’on procéda dans un premier temps à la décomposition du travail individuel en opérations élémentaires afin d’élaborer les normes de rendement, pour ensuite, en fonction de l’analyse des données, réorganiser le travail et réduire les pertes de temps. Les résultats obtenus grâce à ce dispositif très coûteux en temps et en personnes, étaient peu différents, d’après M. Verdinne (Henri Verdinne 1947 : 48-55), de ce qu’un chef-porion aurait pu réaliser, compte tenu de son expérience, si on lui avait confié cette tâche de réorganisation. Il rapporte aussi l’exemple plus sophistiqué de la méthode des harmonigrammes et de l’emploi du graphique de Gantt dans les charbonnages polonais (1924-1927) où la rationalisation est obtenue par le contrôle de l’emploi du temps (Henri Verdinne 1947 : 56-68). Selon cette méthode, des graphiques rendent compte de la succession dans le temps des opérations de travail telles qu’elles sont observées, puis des graphiques raisonnes sont élaborés, où sont supprimées toutes les fautes d’organisation et qui donnent les temps à respecter et fixent les performances à réaliser.

90Ces « essais de taylorisation » comme les appelle H. Verdinne, restent fidèles aux idées de Taylor, en ce qu’ils prennent pour base d’évaluation du travail le temps mis pour l’effectuer et qu’ils cherchent avec plus ou moins de succès à réduire ce temps pour augmenter les rendements. Les formules de calcul des salaires établies à partir des meilleures performances individuelles pour chaque type de tâche, font que l’ouvrier doit fournir un rendement maximum s’il veut obtenir une rémunération correcte. Cette méthode, aux yeux de Charles-Edgar Bedaux, comporte un risque qu’il veut supprimer, celui du surmenage des ouvriers. A cette fin, il recherchera l’obtention de rendements optimum et non maximum, tenant compte des temps nécessaires à la récupération des forces de l’ouvrier. En conséquence, il élabore un système de mesure du travail combinant deux données, la mesure des temps et celle de la puissance développée qui rend compte de l’effort fourni par l’ouvrier. Cette mesure est exprimée en « unités-Bedaux » aussi appelées « points-Bedaux » qui intègrent donc le travail et le repos compensateur.

91La seconde originalité du système Bedaux tient à ce qu’il ne considère pas, à la différence des autres systèmes dérivés du taylorisme, les records individuels réalisés par des sujets exceptionnels, mais le travail accompli par un « ouvrier moyen », ce qui dans l’optique de Ch.-E. Bedaux permet aux ouvriers qui désirent augmenter leurs efforts, donc leurs gains, de le faire sans risquer d’aller au bout de leurs forces. Pour apprécier le rendement de l’ouvrier moyen, parfaitement abstrait, il faudra donc effectuer des mesures de temps auprès d’un très grand nombre d’ouvriers.

92La troisième caractéristique du système Bedaux est l’attention portée à l’effort de l’ouvrier, qui est évalué à partir d’une de ses manifestations : l’allure. Les chronométreurs doivent donc noter, pour la mesure d’une opération élémentaire, deux chiffres : le premier donnant le temps mis par l’ouvrier pour l’effectuer (indiqué par le chronomètre), le second consistant en une évaluation de la vitesse de l’exécution. Deux chiffres repères choisis par convention, permettent l’évaluation au coup d’œil de la vitesse : « 60 définit l’allure d’un ouvrier consciencieux qui ne perd pas de temps, mais qui ne fait aucun effort spécial pour activer son travail, 80, l’allure d’un ouvrier qui se donne tout entier à sa tâche, sans pour cela se forcer au point de se surmener à plus ou moins longue échéance » (Philippe Laloux 1950 : 25). Les chronométrages sont effectués pendant toute la durée d’une journée de travail afin de prendre en compte l’accumulation de la fatigue.

93Pour que ce système de mesure soit valide et réponde aux objectifs de son promoteur qui désirait ne pas pousser les ouvriers au surmenage, il faudrait que l’ouvrier travaille devant le chronométreur à son rythme habituel. Philippe Laloux, dans son ouvrage sur le système Bedaux paru en 1950, précise bien que l’enregistrement des temps et des vitesses « doit rester anonyme pour que l’ouvrier ne craigne pas d’en voir les résultats communiqués à des supérieurs hiérarchiques » (Philippe Laloux 1950 : 27). Précaution qui paraît bien tardive, quand l’on sait que c’étaient les ingénieurs responsables des salaires qui faisaient les chronométrages dans les compagnies minières avant 1936 et sous l’occupation.

94Le salaire était calculé à partir du nombre d’unités-Bedaux réelles (c’est-à-dire produites par l’ouvrier) et d’unités-Bedaux concédées (pour les temps de repos — le « briquet » —, les déplacements, les arrêts dus à des circonstances extérieures à l’ouvrier — casse du matériel, évacuation pour raison de sécurité, travail de surveillance, etc.). La valeur des unités-Bedaux dépendait des coefficients de qualification (expérience, responsabilité, conditions physiques, risques) établis pour chaque poste de travail (piqueurs, haveurs, déplaceurs de piliers et déboiseurs, boiseurs en taille, remblayeurs, trieurs sur couloirs).

95Ph. Laloux donne en exemple la « feuille de travail » remplie par un piqueur, avec les unités produites, les valeurs Bedaux de l’unité et les Bedaux produits. L’énumération des unités illustre bien le découpage en opérations élémentaires qui était à la base des systèmes de rationalisation du travail : 25 berlines abattues, 4 coups de mine, 2 volées, 2 flandres 4 m., 4 buttes, 4 cachons, 1 tendart, 2 enfilages couronne, 3 garnissages parement — transport sur 50 mètres : 2 flandres, 4 buttes, 2 enfilages, 3 garnissages — aller et retour — concédés pour tir, concédés pour briquet.

96Un certain nombre d’unités-Bedaux étaient exigibles pour chaque heure de travail et celles qui étaient produites en supplément donnaient lieu à des primes.

97Si ce système satisfaisait les employeurs parce qu’il permettait d’obtenir des rendements plus élevés, il devait satisfaire aussi les ouvriers. Tel était l’espoir de Ch.-E. Bedaux (si l’on en croit Ph. Laloux) qui pensait que « la mesure précise des efforts fournis devait aboutir à une rémunération plus juste, plus efficace et plus humaine » (Philippe Laloux 1950 : 13). C’est aussi ce que pensait M. Walch, directeur délégué du groupe de Valenciennes des Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais.

98Dans un article publié en 1950, intitulé « De la condition prolétarienne », L. Walch défend une conception originale de la propriété du travail. Pour lui, « la productivité ne donne pas la mesure de l’effort ni du travail de l’ouvrier et n’en est qu’une approximation grossière ; elle ne peut ni ne doit donc donner alors la mesure de son salaire » (L. Walch 1950 : 782) et il ne reste qu’à « mesurer le travail avec un mètre, un chronomètre, des médecins et le concours des syndicats » (L. Walch 1950 : 783). Ce n’est que lorsque l’unité de mesure du travail aura été généralisée que « les conventions collectives pourront édicter des règles équitables, constantes et publiques d’échange du travail contre du salaire. L’ouvrier, garanti dès lors contre l’arbitraire du patron, sera rendu propriétaire de son travail comme le bourgeois l’est de son patrimoine » (L. Walch 1950 : 783).

99En deçà de ces préoccupations sur la condition prolétarienne, M. Walch affirme le principe essentiel à ses yeux, commun aux différentes méthodes de rationalisation, « à savoir que la mesure du travail de l’ouvrier doit d’abord servir à organiser le travail avant de servir à le rémunérer » (L. Walch 1950 : 784).

100C’était bien ainsi qu’était conçu le système Bedaux. Après la phase d’analyse du travail et de mesure des temps, les ingénieurs des sociétés Bedaux devaient procéder à l’analyse fonctionnelle de l’entreprise et proposer des projets de réorganisation. Il semblerait toutefois que dans la pratique (du moins dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais), les ingénieurs formés à ce système n’en aient retenu que le versant évaluation des tâches et calcul des salaires, qui leur assurait plus rapidement des résultats sur le plan des rendements et donc consolidait leur position dans l’entreprise, ceci au détriment d’un travail plus complexe et surtout plus aléatoire.

101Cela dit, quel que soit le mode d’application du système Bedaux, la question de fond posée à l’époque par l’Union des syndicats des techniciens (UST) reste pendante : Qu’est-ce que cette notion de « juste temps » nécessaire à l’exécution d’une tâche ? Pour ce syndicat, le « juste temps », tout comme son associé le « juste salaire », ne correspondent à aucune réalité, excepté celle de la surexploitation qu’ils servent à légitimer (Georges Ribeill 1985 : 136).

102Et Charles-Edgar Bedaux ? Toute histoire a une fin. Après son prodigieux succès, Ch.-E. Bedaux devient l’ami du duc de Windsor, voyage à travers l’Europe mais ne peut revenir aux USA tant est grande l’opposition des syndicats américains. Cependant il y retourne à la fin de la guerre et meurt à Miami en 1944 « dans des circonstances très obscures ». Cette fin romanesque et mystérieuse est à l’image de ce que nous connaissons de sa vie. Pourquoi était-il parti aux USA à 18 ans ? Pourquoi travaillait-il là-bas comme ouvrier ? Que venait-il faire à Miami ? L’absence d’informations nous permet d’imaginer à notre guise le sort qui lui fut réservé. C’est le scénario le moins probable qui paraît le plus vrai, même s’il ne s’est pas réalisé dans les faits. Bedaux était déjà condamné par des dizaines et des dizaines de milliers d’ouvriers qui de par le monde criaient « Mort à Bedaux » lors des manifestations ; ils visaient bien sûr le système, mais aussi la personne qui l’incarnait. Qui sait, la sentence fut peut-être exécutée.

Notes

39 Ce chapitre est extrait d’un article paru sous le même titre dans un numéro spécial de Culture technique consacré aux ingénieurs, n° 12, 1984.

40 La Confédération générale du travail unitaire (CGTU) avait été fondée le 1er juillet 1922 lors du congrès de Saint-Étienne.

Table des illustrations

Légende 23. Ingénieurs et portons, au début du siècle (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 24. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable