Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

I. L'homme-charbon

Les murs de l’histoire. L’imagerie de la bataille du charbon

Yves Jeanneau

Texte intégral

1Par-delà les textes publiés, les documents d’archives et les mémoires des acteurs principaux, nous avons voulu retrouver les traces de cette histoire, les images et les mises en scène laissées par cette légendaire bataille, les marques imprimées par elle dans le paysage.

2Nous avons recueilli photographies, plans et dessins, films et affiches, mais, ce faisant, nous avons pris conscience de l’importance déterminante du support de ces images, non pas l’écran ou la feuille de papier mais le mur, cet assemblage de briques typique de la région minière.

3Panneau d’exposition des slogans productivistes, côté rue, paroi poreuse du logement ouvrier côté cour, le mur de briques du coron a fait tenir debout les deux scènes, contradictoires et antagoniques, de la représentation donnée ; deux faces aussi inséparables cependant que celles d’une pièce de monnaie...

4Les affiches en façade, mythiques, et les papiers-peints domestiques à fleurs, emballages dérisoires d’un quotidien sans ailleurs, se sont si bien accrochés aux briques que les habitants ont fini par y croire : la gloire et la sécurité, l’Histoire et le confort (même relatif) enfin conciliés et garantis par un statut...

  • 34 Note manuscrite anonyme apposée au bas d’une affiche de 1952 : « Mineurs du Groupe de Valenciennes (...)

C’était l’époque où l’on croyait à la grande vertu de la publicité pour augmenter la production, et aux sacrifices librement consentis propres aux régimes des démocraties ouvrières34.

Au travail !

5L’absentéisme, ce vieil ennemi du patronat minier, n’a pas désarmé face aux appels ministériels à la bataille du charbon. Au contraire ! Le lundi, tout particulièrement, la descente au puits est plus dure, moins fréquentée. Un mineur sur cinq reste à la maison. Mauvais jour pour la production. Un jour d’absence, c’est une tonne de charbon en moins. Ces 20 % d’absents du lundi représentent une perte annuelle de 1 300 000 tonnes. 20 % : un taux d’absentéisme qui ne peut être négligé par les gestionnaires et comptables de la bataille de la production. L’analyse des causes de ce phénomène se révèle délicate : il est couvert par la loi du silence. On ne se vante pas, dans les corons, de ne pas aller travailler. « Fainéant ! » est encore aujourd’hui une insulte infamante. Lorsque la bataille du charbon sera lancée, la propagande s’attaquera régulièrement à ce fléau et cherchera à en faire l’un des ennemis connus, bien que sournois, de l’effort de guerre.

Guerre au creux du lundi ! Une bonne semaine commence par un bon lundi. A l’heure où la bataille du charbon bat son plein, ne pas venir le lundi est une désertion. Le lundi comme les autres jours, tu mettras toutes tes forces au service du pays qui compte sur toi pour gagner la bataille du charbon... et la France connaîtra de beaux lundis et des jours heureux.

6Cet extrait d’une brochure des Houillères de 1946, largement distribuée parmi le personnel, révèle l’importance accordée au phénomène. Lorsqu’il devient clair que les mineurs ne se lèvent pas en masse pour retrousser leurs manches, que les 100 000 tonnes ne seront atteintes que péniblement, la lutte contre l’absentéisme devient primordiale : le symbole du combat engagé pour la renaissance du pays et de l’engagement actif de la classe ouvrière dans ce combat.

7L’absent personnifie l’Ennemi. Déserteur, traître et fainéant, il s’oppose comme un négatif au personnage mythique qu’est le Mineur, ce héros du Travail et de la Sociale. Les publicistes des Houillères et du Parti communiste vont donc concentrer leurs efforts sur la valorisation des qualités de ce combattant d’élite, le donner en exemple et en modèle en prenant bien soin toutefois de ne pas le personnaliser, de ne jamais le représenter sous la forme d’un individu particulier, identifiable. Il n’est que l’image anonyme émanant de l’effort collectif de la corporation, parangon de l’ouvrier-mineur. Soldat (patriote et discipliné) et citoyen (producteur et moralement responsable du relèvement de la France), il excelle à remplir ses devoirs, faisant confiance à l’avenir et à la reconnaissance nationale pour la satisfaction de ses revendications catégorielles...

8Cela ne peut, bien évidemment, que produire une image empesée, grandiloquente et tricolore, calquée sur l’imagerie guerrière et nationaliste. L’intérêt général de la nation est un produit difficile à vendre, surtout à ceux qui doivent, et c’est ici le cas de le dire, payer de leur personne en « allant au charbon »... Il est donc facile d’imaginer que cette propagande n’a pas rencontré une écoute particulièrement favorable chez les mineurs, et qu’elle est restée lointaine, étrangère au monde de la mine. Les thèmes moraux, nationaux et généraux des affiches ne répondaient pas aux attentes concrètes et immédiates concernant l’épuration, le ravitaillement ou l’organisation du travail : ils se permettaient au contraire de demander des efforts supplémentaires. Une minorité seulement s’est mise à la mode stakhanoviste, mais le propre d’une propagande n’est-elle pas avant tout de créer un climat et de faire prendre les images données pour la réalité ?

9La propagande productiviste se double, tout au long de la bataille, de l’attribution sélective de récompenses et primes en nature : cochons, vélos, etc. Nous pouvons distinguer deux phases distinctes dans l’agencement et la mise en œuvre de ces éléments complémentaires :

  1. 1945 : primauté à la campagne idéologique, avec des récompenses essentiellement honorifiques (fanions, vins d’honneur...) ;
  2. 1946 : développement des stimulants matériels individuels, tendance qui trouve son expression achevée dans le statut du mineur qui institutionnalise le salaire au rendement individuel.

10Que cachent donc ces images et ces slogans, ces médailles, ces tableaux d’honneur ou d’infamie ? Cette propagande s’adressait-elle bien aux mineurs eux-mêmes ou, par-dessus eux, ne visait-elle pas plutôt la classe politique pour lui faire admettre l’image responsable de parti de gouvernement que revendiquait le PCF ?

11Mais revenons à la Libération et à la situation dans les mines.

Le lancement de la bataille du charbon

12« Les techniciens constatent que la production à l’homme, est en décembre 1944-janvier 1945, inférieure à ce qu’elle était pendant la guerre ! » rappelle Roger Pannequin. « Il y a une baisse de la production moyenne à l’homme, ce qui est tout à fait naturel parce que ça correspond à ce que les ouvriers mineurs attendent de la Libération », précise Auguste Lecœur qui ajoute :

9. Maurice Thorez, qui revient d’URSS, se rend dans le bassin minier du Nord, fin 1944
Ici à Sallaumines, entre Deloison et Lecœur, devant une affiche du PCF : « Contre l’inertie, le sabotage, la trahison » (Coll. particulière)

13« Au lendemain de la guerre, il y avait quand même dans la corporation un de ces laisser-aller qui était difficilement supportable... » (interview Pannequin, Lecœur, Pierrard, janvier 1981.)

14Ceux qui prennent en charge les affaires de l’État ne peuvent que s’inquiéter de cet état de fait. Les anciens militants syndicaux que sont Lecœur et ses amis savent que les mineurs ne reprendront pas le collier sans compensations. Il va s’agir d’établir un « idéal » honorable et rentable pour tout le monde, sur lequel s’ancrera la stratégie de la bataille du charbon.

15L’ennemi principal n’est plus le « Boche », et ce n’est même plus la Nature, qui ne se laisse pas fouailler les entrailles sans réagir : c’est au cœur même de la corporation, au creux de son inconscient, qu’il se tapit, engendrant des comportements qui frisent le refus de travail. La propagande devient l’arme de choc de cette guerre à la mauvaise volonté. Ses objectifs sont clairs : frapper les esprits et culpabiliser les consciences pour que les manches se retroussent. Et pour ce faire, donner une image revalorisée du mineur, afin que les membres de la corporation conforment leur comportement à celui de ce modèle.

16On parlait, au xixe siècle, de moralisation du prolétariat ; on s’attache, en 1945, à améliorer la conscience de classe des mineurs. On voulait améliorer le profit ; on veut assurer l’indépendance et la prospérité nationales. Et les moyens pour atteindre ces buts se ressemblent singulièrement. A. Lecœur reconnaît aujourd’hui qu’en élaborant le statut du mineur, lui et les communistes « voulaient faire de la profession (...) une « profession privilégiée » ; mais ça ne venait pas de nous. Il y avait des dirigeants industriels du siècle précédent qui posaient aussi le problème parce que, encore une fois, on avait besoin du mineur, on avait besoin du charbon ». Le statut sera donc, de fait, le levier nécessaire pour soulever la masse réticente de la corporation, la récompense de son dévouement escompté.

17 mai 1945

17Robert Lacoste, ministre socialiste du Gouvernement provisoire, lance un appel aux mineurs pour qu’augmente la production, pour que les revendications ne prennent pas la forme de la grève. Les intéressés ne tiennent pas compte de cet appel. Des grèves éclatent, ici et là. Au sein même du syndicat majoritaire et du PCF, les positions des directions ne sont pas partagées par la base qui s’attache à la mise en œuvre de l’épuration.

22 juillet 1945

18Le secrétaire général du Parti communiste, Maurice Thorez, vient mettre tout son poids et son prestige dans la balance pour lever le premier obstacle rencontré : l’opposition des militants du Pas-de-Calais à la ligne productiviste choisie par la Direction nationale. « Produire, faire du charbon, c’est la forme la plus élevée de votre devoir de classe, de votre devoir de Français », s’écrie-t-il en condamnant les mouvements de grève. L’appareil, remis au pas, va dès lors s’atteler à cette tâche difficile : remettre les mineurs au travail. Sous l’égide du Gouvernement provisoire, qui comprend des ministres communistes, c’est une sorte d’union sacrée qui se réalise pour faire pression sur la corporation minière. Le discours de Waziers sera la référence obligée de cette opération et le fondement de l’imagerie mobilisée pour obtenir l’augmentation de la production.

La campagne de propagande ouvrière : septembre 1945

19« Le problème actuel de la production est à la fois technique et moral » ; c’est par ce constat qu’en septembre 1945 la Direction du personnel et de l’organisation sociale des H.B.N.P.C., fraîchement constituées, lance une campagne de mobilisation des ouvriers-mineurs. Nous avons vu, précédemment, le rôle tenu par les ingénieurs et la maîtrise dans la bataille engagée. Nous nous attacherons plus particulièrement ici à l’argumentaire et à l’imagerie destinés aux ouvriers, aux bras indispensables et a priori rétifs, qu’il s’agit de convaincre, à défaut de pouvoir les enthousiasmer.

20La Direction des Houillères sait que, pour obtenir ce résultat, il faut avancer pas à pas, lever la défiance et isoler le mécontentement et la grogne. Il faut d’abord « développer un état favorable », comme le préconisent les circulaires internes de l’été 45. C’est reconnaître les difficultés existantes du côté du moral ouvrier. Et ces circulaires proposent une analyse de cet état de fait : « Beaucoup de mineurs demeurent influencés par l’esprit des anciennes compagnies. Il faut leur faire comprendre qu’ils ne travaillent plus pour rémunérer le Capital mais pour l’État, pour la collectivité, pour eux-mêmes. »

21La production de houille a toujours été vécue comme une bataille ; les compagnies cherchaient constamment l’amélioration de la productivité, en jouant sur le calcul des salaires, sur l’organisation du travail, ou encore en comptant sur la compétition entre ouvriers. Cela, les mineurs l’avaient compris depuis longtemps déjà, mais les compagnies étaient trop puissantes et gardaient leur emprise sur les ouvriers. La guerre et l’occupation ont été les révélateurs de la haine et de la distance qui séparaient patrons et ouvriers-mineurs. Les dirigeants des compagnies, pratiquement sans exception, ont collaboré, certains activement, allant jusqu’à fournir aux autorités des listes d’ouvriers connus pour leurs opinions communistes. Cela, la corporation le sait et ne peut l’oublier. Par assimilation, les nouveaux dirigeants sont également suspects, d’autant que dans le cadre de l’ordonnance de décembre 1944, d’anciens responsables des compagnies ont été rappelés et siègent aux Grands Bureaux, et que l’épuration ne touche pas à ces gens-là.

22Malgré toutes ces bonnes raisons qu’ils peuvent avoir de garder les bras croisés, il faut convaincre les mineurs que les choses vont changer et qu’il ne faut pas attendre davantage pour retrouver les bonnes habitudes de la production. C’est l’enjeu de la campagne lancée en septembre.

23Face à la mauvaise volonté manifeste des mineurs, les Houillères font appel aux vertus de l’éducation morale et patriotique : pour garantir l’indépendance, la liberté et le bien-être de la nation, il faut d’abord du charbon. Le reste doit attendre ; et cela, bien sûr, concerne les revendications, fussent-elles d’épuration.

Les images de la bataille

Première image : une course contre la montre

24La reconstruction est à l’ordre du jour. Il s’agit de redonner au pays sa place dans le concert des nations, tout autant que de le relever de ses ruines. Pour ce faire, il faut commencer par l’essentiel, l’énergie. Le charbon sera le nerf de cette nouvelle guerre, le sang de l’industrie moderne. De lui viendra la lumière qui éclairera la voie du salut national. L’imagerie reflète cette perspective du Progrès, chère à la IIIe République laïque. Les richesses naturelles et les compétences ne manquent pas : il faut y ajouter la détermination et la bonne volonté des hommes pour que la machine reprenne, telle une locomotive, sa course en avant.

25La responsabilité première repose sur les hommes « du front », sur ceux qui doivent assurer la circulation du flux énergétique dans le corps social et industriel (et militaire) : les abatteurs de charbon. Quelques affiches et slogans viennent illustrer cette première offensive publicitaire, qui insiste surtout sur le caractère guerrier de l’aventure proposée :

La patrie est en danger
Mineur tu peux la sauver !

26Les « soldats de l’abîme », chers à Simonin, sont de nouveau conviés à tenir bon, à front de taille, pour que « l’arrière » puisse se réorganiser. Le courage, l’esprit de solidarité, la ténacité des mineurs vont faire l’objet de reportages journalistiques et cinématographiques, afin de revaloriser dans l’opinion l’image de marque de ces damnés de la terre. L’effet attendu est un effet-boomerang. Les mineurs, satisfaits de cette image réévaluée d’eux-mêmes, chercheront à s’y conformer et modifieront leurs idées et donc leurs comportements au travail. Le temps passe. Le temps presse.

Deuxième image : la nécessité

27Les grands sentiments invoqués par cette première face de l’imagerie utilisée sont trop lointains, trop généraux, pour atteindre l’objectif. Ils ne servent qu’à donner à l’opération un caractère noble et généreux. Pour ce qui est de l’efficace, on va enfoncer le clou de la propagande sur le point sensible dans les corons : le problème du ravitaillement. Pour régler ce problème, la solution est simple : produisez plus et la pénurie cessera, puisque l’économie tout entière reprendra souffle. Le charbon, c’est le « barrage de la misère », « la clé de l’abondance » pour tous et pour les familles de mineurs en particulier.

Les mines d’or de la France
Ce sont ses mines de charbon !

28Quand le charbon devient or, les mineurs se retrouvent, du jour au lendemain, millionnaires en puissance, et les efforts qu’ils doivent produire prennent un autre sens. Les pépites, c’est bien connu, se ramassent sans compter la peine. Mais dans l’ombre de l’affiche et du slogan se glisse habilement un redressement disciplinaire. Chaque gayette, par cette réévaluation imagée, est une pièce du « trésor de guerre ». On va donc renforcer le comptage, le pesage et mesurer à chaque instant l’accumulation de la richesse potentielle. Fini le temps du vol patriotique qui voyait les mineurs remonter du fond les poches et les musettes remplies de morceaux de charbon au nez des Allemands. Voler de l’or, maintenant, relèverait du crime contre la nation tout entière.

Chaque kilo de charbon en plus est une victoire

29Chaque gramme en moins est donc une trahison, un sabotage, un acte délinquant. Le repérage et la dénonciation des mineurs qui manqueraient d’enthousiasme pointent sous la moralité du slogan. La nécessité de l’effort de production est soigneusement soulignée par la répétition quotidienne de slogans alarmistes, qui mettent le mineur en face de ses « responsabilités ».

40 000 000 de Français attendent du charbon

30(sous-entendu : votre effort n’est pas destiné aux seuls patrons de l’industrie et autres capitalistes...)

Le charbon c’est le sang de la France

31(vous ne pouvez refuser de fournir au corps national la substance revivifiante qui lui manque...)

32Et des affiches comme celles-ci, pour souligner encore les lourdes responsabilités morales qui pèsent sur les puissantes épaules des mineurs de fond.

10. Affiches 1946 (archives HBNPC, clichés Agave)

33Ces accents quelque peu culpabilisants se conjuguent à l’antienne patriotique :

Mineurs c’est le charbon qui gagnera la paix
Qui dit indépendance dit charbon
Pour que la France soit libre il faut d’abord du charbon

34(d’abord, et tout de suite...)

35Ces slogans et ces images constituent le premier volet de la campagne d’éducation ouvrière, dont l’objectif était d’enrayer les effets du « mauvais esprit » régnant dans les fosses. Parallèlement, comme un second volet plus positif, les Houillères organisent « l’orchestration de la bataille du charbon » au niveau local et au plan national. Il s’agit en fait d’une entreprise de mise en scène typiquement médiatique : puisque l’événement ne peut se produire spontanément, on va le créer de toutes pièces, on va jouer la bataille du charbon, en espérant qu’un effet Pygmalion pousse ensuite les mineurs à continuer à tenir leur rôle.

36Pour créer l’événement, tous les moyens de communication de masse sont mobilisés : outre l’affichage, la presse et la radio, on fait appel aux actualités cinématographiques et même à des équipes militantes (Daquin et les techniciens du film CGT) ; on fait entrer en scène des vedettes pour garantir une bonne diffusion du produit. Ministres et représentants syndicaux, côte à côte, convient les foules à communier dans l’espérance des jours meilleurs, qu’il faut bien mériter. Un leitmotiv à destination du grand public : les mineurs vont gagner la bataille engagée. Il faut les encourager et les admirer.

37Bien entendu, il ne s’agit pas tant de convaincre l’ouvrier parisien ou le docker marseillais que de mettre rabatteur nordiste au pied du mur de sa légende. On fait ainsi de la victoire une affaire d’honneur. Et il serait certainement erroné de sous-estimer ce ressort-là pour analyser la psychologie de la corporation début 1946. A usage local essentiellement, on affine les mots d’ordre et on prépare une série de mesures concrètes pour lever les obstacles et les réticences que la première campagne a révélés.

Troisième image : les 100 000 tonnes

38Les belles idées et les belles phrases ne suffisent pas à faire marcher les troupes : il faut fournir aux mineurs, gens disciplinés et réalistes, des objectifs clairs et mesurables. Pour que l’effort soit soutenu, il faut en marquer la progression, et récompenser celle-ci. Faire sentir que la bataille menée est conduite scientifiquement, méthodiquement, par une volonté ferme et déterminée, et que le travail de chacun est pris en compte.

39Le slogan 100 000 tonnes de charbon par jour : c’est ce que la France attend de toi est sans doute le coup de force de cette entreprise. Le chiffre, dans sa rondeur, fait à lui seul image. Tout le monde sait, dès lors, où il s’agit d’aller. L’ennemi est perceptible, cernable : c’est le temps. La bataille prend la forme de la compétition, de la course contre à montre par équipes. Le succès se mesure à l’aune du record à battre.

40A propos de cette époque, ce qui ressurgit aujourd’hui de la mémoire ouvrière, c’est d’abord et de manière systématique ce chiffre brut. « La bataille du charbon ? Ah ! oui. C’était les 100 000 tonnes ! » s’écrie un vieux mineur de Noyelles. Et la mémoire, le plus souvent, s’arrête là. Il ne reste que cette image figée d’un temps héroïque où il fallait dépasser les normes, malgré les mauvaises conditions de travail et de ravitaillement, et où, glorieusement, les mineurs ont refait la preuve par 100 000 de leur courage et de leur sens des responsabilités. Le plus souvent, il est vrai, cela s’accompagne du sentiment diffus de s’être fait « avoir », d’avoir cru à des promesses qui se sont avérées n’être que des miroirs aux alouettes.

41Les documents d’archives, heureusement, sont clairs. Ils nous permettent de resituer l’élaboration de ce slogan dans le déroulement de la campagne de propagande ouvrière. Elle prend place en effet dans la deuxième phase prévue du plan élaboré en août 45 : « exploitation des premiers résultats positifs obtenus et émulation autour d’un tonnage à atteindre ».

42Notons au passage que les 100 000 tonnes, si elles forment un chiffre sonnant, ne représentent pas un tonnage impressionnant : il est inférieur au tonnage quotidien extrait avant guerre. Cette deuxième phase de la bataille se caractérise donc d’abord par une symbolisation du but à atteindre, mais également par l’accent mis sur les modifications de structure apportées aux Charbonnages — la nationalisation — et sur les récompenses offertes.

43La nationalisation, en septembre 45, n’est encore, pour les mineurs, qu’un mot creux. Le transfert d’autorité n’a pas, à leurs yeux, été réalisé et ils voient toujours dans les Grands Bureaux des têtes qui dirigeaient les compagnies. La loi du 17 mai 1946 instituant les Charbonnages de France sera, aux dires de Léon Delfosse, l’acte de naissance réel de la nationalisation (voir l’éditorial du n° 1 de la revue Mineurs). Entre septembre 45 et mai 46 s’étale donc une période de négociations entre les différentes forces en présence, qui aboutit à une redistribution des cartes.

44L’appel aux grands sentiments et la motivation idéologique en effet ne suffisent pas. La résistance de la corporation aux mots d’ordre productivistes justifie une réorganisation rapide des Charbonnages. Un changement sensible est nécessaire pour qu’une nouvelle image de marque remplace la mauvaise image héritée des compagnies.

45Direction des Houillères et syndicat vont donc conjuguer leurs efforts propagandistes en ce mois de septembre 1945, pour que les mineurs sentent bien que leurs peines ne sont pas vaines et seront récompensées et qu’ils peuvent retrouver leur titre de « premiers ouvriers de France », pas seulement en paroles, mais en actes grâce au statut en préparation. L’appel ultérieur de dirigeants syndicaux reconnus, comme Lecœur, au gouvernement sera le sommet de cette entreprise : ils feront effectivement adopter le statut du mineur puis la loi du 17 mai 46, instituant les Charbonnages de France.

46Début septembre 45, les murs du bassin sont couverts de l’affiche : Pour reconstruire la France il faut du charbon. On y ajoute une affiche plus directe : La France a besoin de charbon, la France a besoin de toi. Tricolores, ces affiches sont représentatives de la volonté politique d’union nationale et de l’appel au sens patriotique des mineurs. Le charbon, mis en avant sur une sorte d’écu, est le garant du développement de l’arrière-plan : usines dans la brume indécise de l’attente, système économique — transports, énergie, production industrielle — présenté comme une série d’enchaînements. Face à ce grand Tout systématique, la responsabilité individuelle (toi !) du mineur est engagée.

47Responsabilité morale et politique : conscience nationale et conscience de classe mêlées ne doivent plus faire qu’un. La propagande reste donc au niveau des généralités, représentant des systèmes (économiques) ou des abstractions (l’intérêt national).

48Pudeur ou maintien de l’anonymat : l’absence de représentation du corps du mineur, sa réduction à une paire de mains robustes et viriles, contribuent à asseoir l’idée du combattant anonyme et pourtant déterminant, du soldat courageux mais humble, héroïque mais discret. L’ouvrier modèle, amoureux du travail bien fait et confiant dans la justice sociale que garantit la nationalisation. Journaux et radios reprennent quotidiennement et plusieurs fois par jour l’ensemble des slogans évoqués. Des brochures d’information sur la nationalisation sont distribuées à tout le personnel à la paye du 10 septembre.

49Cette accentuation du travail de propagande est la préparation du sommet de cette phase de la campagne de persuasion : la réunion publique du 17 septembre, Place du Cantin à Lens. Les documents internes des Houillères préparatoires à ce meeting l’intitulent d’ailleurs : « réunion de propagande » ; le but est clairement défini. Plusieurs réunions de militants CGT des Houillères ont lieu pour mettre au point les modalités pratiques, après que, le 31 août, Duhameaux, Sylvain, Vinit et Long pour les Houillères, Frachon, Martel, Delfosse et Foulon pour la CGT, se furent mis d’accord sur l’essentiel.

Le thème de la réunion est le suivant : M. Lacoste au nom du gouvernement, M. Frachon au nom de la CGT, demanderont aux mineurs d’intensifier leur effort et d’atteindre le chiffre de 100 000 tonnes pour la fin de l’année. M. Martel répondra au nom des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais (doc. int. HBNPC : L’état de la campagne de propagande des Houillères nationales au 8 septembre 45).

11. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

L’union sacrée

50L’État, le Parti et le syndicat manifestent lors de cette réunion « historique » leur volonté commune de réaliser une « union sacrée » pour gagner cette nouvelle bataille patriotique. Le chiffre des 100 000 tonnes devient le leitmotiv de la campagne. L’exploitation de la réunion est prévue et organisée par les HBNPC et leurs partenaires syndicaux, comme en témoigne le texte ronéotypé déjà cité L’état de la campagne de propagande des Houillères nationales au 8 septembre 45 :

51Outre l’affichage massif de l’affiche dite « des 100 000 tonnes », ce plan prévoit :

  • des brochures contenant les extraits des discours prononcés ;
  • des comptes rendus et rappels de presse ;
  • la retransmission radio de la réunion ;
  • un reportage cinématographique par France-Libre Actualités ;
  • des « graphiques de fosses » ou panneaux destinés à montrer d’une façon frappante l’augmentation de la production pour chaque fosse et l’ensemble du bassin ;
  • des récompenses : elles pourront être en nature ou en espèces et un règlement des gratifications sera étudié par la commission permanente mixte. La répartition des denrées pourra se faire par le truchement des comités de siège.
  • des fanions : on a envisagé de créer des fanions à remettre de façon solennelle à la meilleure fosse de chaque groupe et au meilleur groupe du bassin.

52Ces deux dernières questions font l’objet de l’ordre du jour de la prochaine réunion de la commission mixte. Par ailleurs, une troisième affiche sera apposée du 15 septembre au 1er octobre. Le texte en est le suivant :

Mineur, le sort de la France est entre tes mains

53Deux mains solides, détachées du corps, tiennent une France entière (Alsace et Lorraine comprises, bien sûr) elle-même détachée de ses voisins européens. Fond tricolore et mouvement ascendant évoquant une élévation de l’image de la Patrie par la force simple et noble de l’ouvrier consciencieux et déterminé. Certainement l’affiche la plus connue de cette période.

54L’introduction des stimulants matériels et idéologiques révèle les difficultés rencontrées pour convaincre la corporation. Le fanion d’honneur planté en haut du chevalement de la meilleure fosse, les vins d’honneur visant à récompenser les meilleurs ouvriers et à les donner en exemple, les récompenses en nature (litres de genièvre, savon, cochon, bicyclette, etc.) doivent donner aux mineurs des motivations nouvelles. C’est que, comme l’écrit un mineur le 3 octobre 45 dans La Voix du Nord :

12. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

Il faut pourtant dire que, malgré la valorisation de la profession, les mineurs ont encore trop de raisons d’être mécontents. Le beau programme de leur ravitaillement est trop souvent théorique et la viande notamment est trop souvent absente de la table. Enfin il constate que son salaire court toujours après les prix sans jamais les rattraper et, la semaine de la grève, son camembert et son litre de vin rouge sautaient à 20 francs.

55Car des grèves, comme nous l’avons vu, ont éclaté ici et là jusqu’en septembre 45 ; le même mineur explique d’ailleurs qu’« après le discours de Thorez à Waziers, les militants communistes voient dans la moindre grève chez les mineurs un désaveu de la position prise par leur parti et une sorte de protestation violente contre ses mots d’ordre ».

56Sur le lieu même du travail, là où l’on passe avant de descendre travailler, sont installés ces graphiques de fosse évoqués dans la circulaire : les thermomètres de la production. En décembre, c’est Thorez lui-même qui revient dans le Nord, à Valenciennes, pour parler aux mineurs sous une gigantesque banderole : « Produire, c’est un devoir pour la renaissance française : bientôt les 100 000 tonnes. » Un devoir de classe, répète Thorez. Le choix du lieu n’est pas fait au hasard : le secteur de Valenciennes est à la traîne, la productivité n’y augmente pas assez vite. Il va tancer les responsables et donner aux mineurs du Valenciennois le bon exemple des groupes qui augmentent leur production.

13. Meeting de Valenciennes. Sur la banderole : « Produire, c’est un devoir pour la renaissance française » (archives HBNPC, cliché Agave)

Résistance au travail et stimulants matériels

57Face à ces difficultés objectives, la propagande va se modifier. L’accent ne va plus être mis sur l’importance morale des enjeux de la bataille, mais sur les bénéfices matériels concrets et immédiats que les travailleurs peuvent espérer en récompense de leurs efforts. L’amélioration des conditions de vie des mineurs et de leurs familles devient une obsession pour les publicistes. L’idée de faire du métier une « profession privilégiée » fait son chemin.

14. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)

58Cela ne signifie pas que les grandes orgues productivistes se taisent : on continue à évoquer les grands principes et les nobles sentiments qui doivent animer le corps ouvrier : fanions et drapeaux égayent le sommet des chevalements. Mais le virage est patent : il prend en compte la lenteur de la progression de la production journalière ainsi que l’absentéisme chronique ; il ouvre aussi des perspectives d’amélioration sensible de la rémunération (directe ou indirecte) du travail fourni. A défaut d’atteindre le cœur et l’esprit, la propagande va s’attacher à répandre les images idylliques de la vie nouvelle dans les corons et les fosses. Le travail n’est plus ce qu’il était, dit-on ; il y a des douches chaudes, des machines intéressantes, une ambiance chaleureuse. Les maisons nouvelles sont belles et spacieuses, les coopératives fleurissent, les colonies de vacances aussi... Les choses ont changé et peuvent encore s’améliorer : participez à l’aventure, engagez-vous, embauchez-vous ! L’objectif se fait de plus en plus précis : il faut remplacer les prisonniers de guerre et les Polonais qui quittent la région, il faut faire de nouveaux mineurs.

59Les témoignages que nous avons pu recueillir sur les effets de ces différents stimulants tendent à faire croire que si les stimulants matériels (primes en nature essentiellement) étaient considérés avec attention par les mineurs, les mises en scène idéologiques (fanions, thermomètres) donnaient surtout lieu à ironie et plaisanterie...

60Janvier 46 ; les 100 000 tonnes ne sont pas encore atteintes. La production, cependant, a augmenté de manière notable ; Lacoste distribue les récompenses en gage de bonne volonté : l’année 46 va voir se développer la réflexion sur les causes de cette résistance au travail et sur les moyens de la réduire. Le statut du mineur, nous l’avons vu, sera le résultat de ce travail : le PCF et la CGT accélèrent le processus menant à son adoption.

61Nous nous attacherons ici à analyser les fims qui soutiennent l’effort gouvernemental et syndical en cette année 46, avant d’évoquer le film de Daquin « Le point du jour » qui est une sorte d’aboutissement du travail cinématographique effectué à cette occasion.

Les films de la bataille

Nous construisons la France et Mineurs de France

62Ces deux films, tournés en 1946, visent le même objectif. Soutenir la bataille du charbon, inciter les mineurs à aller de l’avant. Ils ne prennent pas tout à fait les mêmes moyens pour y parvenir. Le premier, produit et réalisé sous l’égide du PCF et de la CGT par une équipe de cinéastes et de techniciens « militants » (dont Daquin), s’attache surtout à situer l’effort des mineurs dans une tradition historique de lutte nationale pour l’indépendance. Des Gaulois luttant contre les hordes germaniques ou des armées romaines à Jeanne d’Arc, des soldats de l’an II aux résistants à l’occupation allemande, les Français ont toujours défendu chèrement leur liberté et l’intégrité de leur territoire. Cette caractéristique établie, le film montre que, parallèlement, notre peuple a su mener la lutte contre la nature et les forces hostiles : défrichage, maîtrise des cours d’eau, industrialisation. Les mineurs sont, tout au long de leur histoire, présents sur ces deux fronts. Aujourd’hui encore, plus que jamais, ils répondent présents à l’appel productiviste et nationaliste. Ils sont en train de gagner la bataille du charbon.

63Ce résumé reflète le mouvement du film : plans généraux et gros plans se succèdent en un montage très rapide, soutenu par une musique et un commentaire rythmés. La voix off donne le sens à cette suite d’images hétérogènes. Type même du film de propagande, Nous construisons la France vise un public ouvrier. Mineurs de France se veut plus général, mais ne perd pas de vue qu’il faut attirer de nouveaux mineurs dans les fosses : il est donc plus persuasif quant aux changements intervenus dans l’exercice de ce dur métier. Produit par les Charbonnages de France et tourné dans tous les bassins français — surtout en Lorraine —, il s’articule, selon les mêmes procédés techniques que le précédent, autour de trois thèmes principaux.

  1. Grâce à la modernisation, le mineur n’est plus un manœuvre mais un technicien ; ce n’est plus un paria, un galérien, mais un travailleur estimable, formé, éduqué ; les conditions de vie et de travail ont changé : il y a des douches chaudes sur le lieu de travail, et les cités minières sont riantes. « Comme Candide, le mineur de retour chez lui peut cultiver son jardin », tel est le commentaire qui accompagne un plan idyllique où une jeune femme tenant un enfant dans ses bras, regarde en riant par la fenêtre son mari biner.
  2. Les activités industrielles ont un caractère moralement estimable : elles sont collectives et mettent en œuvre l’esprit d’entraide et celui de compétition, au sens sportif du terme. Ce sont des activités qui nécessitent des capacités, une organisation, une stratégie, une tactique, et surtout des hommes déterminés. A ce jeu, « l’équipe de la mine », dit le commentaire, est l’une des meilleures. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que les sportifs issus de la mine font parler d’eux dans leurs spécialités. Les footballeurs de Lens représentent et illustrent ces valeurs caractéristiques de la corporation : courage, ténacité, abnégation.
  3. Placé dans de bonnes conditions de vie par la nationalisation, le nouveau mineur n’est plus un esclave industriel. Au contraire, il a recouvré la fierté d’être un ouvrier qualifié, utile au pays ; il est conscient de son rôle et de ses responsabilités ; il est, enfin, confiant dans l’avenir, car on lui a organisé tous les aspects de sa vie quotidienne : il est logé, chauffé, soigné ; ses enfants sont instruits, vont en colonie de vacances, comme lui peut aller à la Napoule, ses loisirs sont organisés par les sociétés colombophiles ou de jardins ouvriers, subventionnées et contrôlées par les Houillères... Tout ceci fait de l’ouvrier-mineur le premier ouvrier de France !

15. Louis Daquin, Jacques Duclos, Auguste Lecœur
lors de la présentation du film Le point du jour : un socio-mélodrame (Coll. particulière)

64Contre-plongée sur deux jeunes mineurs souriant à la remonte, une cigarette (bien méritée) aux lèvres, pour illustrer cette chute épique. Ce film est, en fait, un film publicitaire. Il est d’ailleurs accompagné d’un court message incitant les courageux à rejoindre les rangs des mineurs : « Devenez premier ouvrier de France ». Ce film est certainement celui qui offre la meilleure série d’images stéréotypées du mineur.

Le point du jour (1949) de Louis Daquin

65Le peuple est le héros de l’histoire, c’est la thèse matérialiste historique qu’illustre le film de Daquin, tourné après les grandes grèves de 47 et 48. C’est une sorte de justification a posteriori des thèses et de la ligne suivie par la CGT durant la bataille du charbon, bien qu’on ne s’attarde pas sur l’aspect stakhanoviste de la période. Les hommes de bonne volonté, par-delà leurs différences de classe, peuvent se rejoindre, se rencontrer et faire front commun pour construire des lendemains meilleurs. L’ingénieur, jeune et inexpérimenté, mais sensible et honnête, éclairé par le délégué-mineur, porteur des valeurs, de la mémoire et de la conscience collectives, va parcourir le chemin initiatique qui mène à la confiance et au respect mutuel. Cet appel à la collaboration ingénieur-délégué, reprise des positions de la centrale syndicale durant la bataille du charbon, aura un bel avenir dans la politique communiste en direction des ITC (Ingénieurs, Cadres et Techniciens), même si, en 1946, les directives données par Lecœur — alors secrétaire d’État — allaient plutôt dans le sens d’un renforcement du rôle de la maîtrise et de la hiérarchie. La propagande et la gestion gouvernementale n’ont pas le même langage. On pourrait aisément qualifier ce film de « social-mélodramatique », en ce sens que sur le fond social — les mineurs dans leur vie quotidienne — un couple de héros se cherche, difficilement, se rencontre à l’occasion d’un événement tragique (l’accident du galibot) et s’unit, autour d’une table, pour affronter l’avenir d’un pas léger. Histoire d’amour, histoire virile, de séduction, dans laquelle le délégué tient le rôle actif (dirigeant) et l’ingénieur le rôle passif (compagnon de route). Jean Desailly ne cesse d’ailleurs dans son interprétation de renforcer le côté doux et pacifique de son personnage, ému par la découverte du monde ouvrier et niant sa propre vie pour rejoindre « pour toujours » le combat glorieux des mineurs.

  • 35 Constant Malva, 1903-1969, ouvrier mineur belge, a écrit plusieurs ouvrages de témoignage sur la m (...)
  • 36 Revue de littérature prolétarienne du Nord de la France.

66L’image de la corporation donnée dans le film n’est en rien contradictoire avec l’imagerie de Waziers : simplement, en tenant compte de l’évolution des événements, est-elle plus subtile, présentant les tendances à la fuite comme des comportements fréquents et explicables, mais révélateurs d’un manque de conscience politique et de détermination. La souffrance fait partie de la vie du mineur, et les cicatrices laissées par l’histoire (1906, 1941-44...) donnent à tous et à chacun des raisons de vivre là : « On a tous des comptes à régler », explique le délégué. L’utilisation de ces références comme justifications des comportements prête à sourire par sa simplicité et son aspect didactique et relève d’une opération de manipulation de la vérité historique. Mais rares cependant furent ceux qui, à l’intérieur de la corporation, osèrent critiquer le contenu du film. Ce texte de Constant Malva35 publié par « Le Musée du soir »36 en janvier 1955 est une exception et mérite, à ce titre, attention :

A propos de mineurs
Je ne veux pas intervenir dans le débat au sujet d’Alphonse Narcisse et de son livre L’ombre de la morte. Plusieurs raisons m’en empêchent. Je voudrais plutôt, puisqu’il est question d’œuvre concernant les mineurs, parler du film Le point du jour de Louis Daquin, film qui fut loué par toute la presse. La forme est à mon sens irréprochable. Mais le fond laisse beaucoup à désirer. Dans ce film, on nous présente un adolescent qui n’aime pas descendre dans la mine : il se fait rudoyer par sa mère et traiter de lâcheur par ses camarades plus âgés.
Eh bien, c’est exactement le contraire en réalité. Ce sont les parents qui empêchent leurs enfants de descendre dans la mine ; les aînés aussi leur conseilleront de faire n’importe quoi à la surface et leur représenteront la vie à la mine comme le pire des sorts ; ce qui est juste.
Dans ce même film, on voit un ingénieur dédaigné des ouvriers ; il entre dans un café, et ces ouvriers ne le regardent même pas, plutôt si, ils le regardent avec hostilité.
Eh bien, ça aussi est le contraire de la réalité. Si un ingénieur entre dans un café, les ouvriers, s’ils l’osent, lui souriront pour se faire bien voir ou tout simplement parce qu’ils sont flattés par sa présence.
Pour en revenir à la première remarque, je propose qu’on fasse un recensement parmi les mineurs occupés dans les mines de France et de Belgique. Et l’on pourra se rendre compte alors du faible pourcentage des ouvriers autochtones. Ce n’est donc pas moi, ce sont les faits eux-mêmes qui s’inscrivent à faux contre le film de Louis Daquin.

Dernier épisode

67La loi du 17 mai 1946 sur la nationalisation des Houillères ouvre la dernière séquence de la bataille du charbon. Un nouvel appel à la prodution est lancé : pour les ... 120 000 tonnes !

Le 15 août, on a demandé aux mineurs de travailler cette année-là. Nous sommes descendus nous-mêmes à la mine. J’ai été faire du charbon dans mon ancien chantier avec mon frère, pour donner l’exemple. Évidemment, je reconnais qu’on en a fait plus qu’il ne fallait, ce qui m’a amené à cette période-là à toute une polémique m’accusant d’être maca, ce qui est pire que le stakhanovisme. Je ne peux pas dire que les mineurs n’ont pas travaillé, ce qui serait, à mon avis, désobligeant pour eux et contraire à la vérité ; il y en a qui travaillaient, mais tout le monde n’était pas héros du travail (interview Léon Delfosse, 1981).

68Cette reconnaissance d’une lutte, d’une opposition de fond aux mots d’ordre productivistes, permet de se demander pourquoi les dirigeants syndicaux se sont lancés dans cette politique, au risque de perdre une bonne part du crédit qu’ils avaient acquis et chèrement payé pendant l’occupation et la Résistance. En particulier, pourquoi ont-ils engagé et fait fonctionner la politique des stimulants matériels, à partir de 1945 ?

En fait, nous avons peut-être été les complices d’une opération qui n’était pas la nôtre. Ce n’est pas nous qui avons eu l’initiative de cette affaire. Il s’est agi d’une politique d’incitation (vélo, cochon, etc.) dont l’inventeur est Sylvain, un ingénieur qui était à la Direction générale et qui a terminé comme directeur des mines du Dauphiné. Nous ne l’avons pas condamné, évidemment. Je dirai même que nous en avons été partisans car cela allait dans le sens de cette « bataille » du charbon, de cette incitation à la production (ibid.).

69Cette révélation tardive de Delfosse montre que les dirigeants communistes ont emboîté le pas de cette campagne d’émulation, sans en faire la moindre analyse critique, comme si les effets secondaires n’avaient que peu d’importance et que seul comptait le résultat, c’est-à-dire la réussite quantitative de l’opération. Ils ne pouvaient ignorer l’opposition latente, passive ou moqueuse d’une majorité de mineurs ; ils ont pourtant maintenu le cap et diffusé cette propagande impopulaire, à contre-courant. Sous-estimation de la fermeté de cette opposition ou sur-estimation de la force de l’appareil syndical et politique, toujours est-il que la discipline fait son office et que la « ligne » imposée par le groupe Thorez au sein de la direction nationale du PCF s’est imposée. Cette opération s’est faite « en force », en jetant dans la balance tout le crédit du parti des Fusillés, de la Résistance et de l’Internationale, tout le prestige de ses principaux dirigeants régionaux et nationaux, un investissement uniquement justifié par le désir de participation active au gouvernement. Il est vrai que le PCF est alors le premier parti politique français et que son influence dans le Nord-Pas-de-Calais est considérable. Si les mineurs rechignent, ils n’osent pas affronter ouvertement les organisations qui les représentent et ils vont finir par marcher, suffisamment pour atteindre l’objectif fixé et pour que les communiqués victorieux fassent le tour des ondes et des journaux.

70La propagande n’a convaincu que les crédules ; elle a par contre réduit au silence les voix dissidentes, en monopolisant les murs, les écrans et les micros, en rabâchant ses slogans, en occupant le temps et l’espace vacant entre mines et corons. Elle a su créer une ambiance, un décor visuel et sonore efficace qui, par sa répétition même, a fini par prendre vie, par être admis comme un reflet du réel. En y croyant, les mineurs ont sans doute perdu une bonne part de leur défiance et les désillusions qui ont suivi les ont laissés sans réaction. Cette entreprise, finalement cynique, de mise au travail obligatoire aura ainsi provoqué un affaiblissement d’une corporation qui était portée au pinacle ouvrier et national, mais qui y a laissé son identité et sa révolte.

Notes

34 Note manuscrite anonyme apposée au bas d’une affiche de 1952 : « Mineurs du Groupe de Valenciennes, combattez l’absentéisme ». Archives du Centre historique minier de Lewarde.

35 Constant Malva, 1903-1969, ouvrier mineur belge, a écrit plusieurs ouvrages de témoignage sur la mine et le Borinage, dans lesquels il remet en cause « l’amour du travail » et la mythologie du mineur héros. Son livre le plus important, Ma nuit au jour le jour, écrit en 1937 a été réédité par François Maspéro en 1978.

36 Revue de littérature prolétarienne du Nord de la France.

Table des illustrations

Légende 9. Maurice Thorez, qui revient d’URSS, se rend dans le bassin minier du Nord, fin 1944Ici à Sallaumines, entre Deloison et Lecœur, devant une affiche du PCF : « Contre l’inertie, le sabotage, la trahison » (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende 10. Affiches 1946 (archives HBNPC, clichés Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Légende 11. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Légende 12. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende 13. Meeting de Valenciennes. Sur la banderole : « Produire, c’est un devoir pour la renaissance française » (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Légende 14. Affiche 1946 (archives HBNPC, cliché Agave)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende 15. Louis Daquin, Jacques Duclos, Auguste Lecœurlors de la présentation du film Le point du jour : un socio-mélodrame (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 774k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable