Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

I. L'homme-charbon

Après la guerre... la bataille (1945-1947)

Bruno Mattéi

Texte intégral

Le contexte politique et économique de la bataille du charbon

Le charbon décide de tout
A. Pierrard Liberté, juin 1945

1Il ne nous a pas été possible de repérer l’origine de la métaphore de « la bataille du charbon », dont l’aire sémantique se déploie aussi bien en France qu’en Belgique. En 1945, une brochure est publiée outre-quiévrain : L’angoissant problème du charbon. Dans la page de garde, l’auteur explique : « Depuis la Libération nous assistons à une véritable bataille, à propos de ce que l’on appelle la bataille du charbon. Tous les journaux s’en occupent, tout le monde en parle. » Si l’image est à replacer dans le contexte militaire de l’époque, elle n’en déborde pas moins dans son usage et ses fonctions le champ de la déflagration mondiale.

2Au départ l’imagerie colle à la réalité, en est tout juste l’excroissance métaphorique. Après la libération du Nord (début septembre 1944), il s’agit de gagner la guerre : la bataille du charbon n’est qu’une modalité de la bataille pour la Libération. Le charbon en est l’âme énergétique et le mineur reste « un soldat » sur le front de la production. Le 28 août 1944, Henri Martel, député mineur communiste du Nord lance un appel à la radio de Londres :

Dans les bassins libérés les mineurs furent au premier rang dans les combats victorieux. Ils surent garder, les armes à la main, les mines et les installations de surface contre la volonté dévastatrice de l’ennemi. Aujourd’hui la joie au cœur, ils sont redescendus à la mine, ils redoublent d’ardeur à l’ouvrage, afin d’intensifier la production de guerre et hâter la libération de leurs frères ennemis sous la botte hitlérienne.

3Mais la guerre gagnée, la bataille va continuer sur le front de la mine. Le charbon devient le levier du relèvement économique et de l’indépendance. Léon Delfosse l’explique aux mineurs en mai 1945 : « Il faut que notre pays redevienne fort, puissant, indépendant. Pour cela, nous devons maintenant gagner une autre bataille du charbon » (La Tribune 12 mai 1945). Au milieu de l’année 1946 la production a retrouvé son volume d’avant-guerre : alors, bataille gagnée, bataille terminée ? Sur la scène économique et politique internationale, tout est encore à jouer, tout commence.

4« La bataille du charbon est engagée », titre la revue Nord industriel et charbonnier le 13 juillet 1946. Les économies européennes sont en reconstruction, entament leur modernisation. Le charbon est l’enjeu affiché d’une bataille politique : les alliances et les rapports de force sont à redéfinir sur les décombres de la guerre :

La thèse britannique s’oppose à la thèse française à la conférence du charbon à Paris : les Anglais paraissent vouloir comme après 1918 le rétablissement de l’Allemagne à des fins commerciales, on s’en doute bien. On était en droit d’espérer de l’Angleterre une politique plus compréhensive et la France s’étonne de la voir revenir à ses erreurs du passé. La thèse de l’Angleterre est de donner le plus de charbon possible à l’industrie allemande pour permettre à celle-ci de financer par ses ventes à l’étranger les achats de denrées alimentaires et de matières premières, afin que la zone d’occupation britannique cesse d’être une charge pour le Trésor anglais (Nord industriel et charbonnier 13 juillet 1946).

  • 2 Le plan Monnet, plan national de modernisation et d’équipement, portait sur 6 secteurs de base : l (...)

5La pénurie nationale explique que la bataille du charbon soit aussi une bataille d’importation. La question du charbon de la Ruhr revient comme un leitmotiv dans les conférences entre les Européens et les États-Unis. Ces derniers entendent aussi contrôler le rythme de redressement des économies européennes, en ne laissant pas se reconstituer une puissance sur les dépouilles du Reich. La production de charbon devient une priorité dans le plan de redressement et de modernisation de l’économie établi en 1946 et le plan Monnet2 ne fait que développer et chiffrer les grandes options définies par le CNR (Conseil national de la Résistance).

6En 1944, les appels à la reprise du travail viennent de tous les bords politiques. La presse socialiste n’est pas moins empressée que celle du PC et de la CGT pour adresser des suppliques aux mineurs :

Le charbon manque, il faut du charbon... Quant à toi, camarade mineur, je sais que tes bras sont prêts, je sais que tu es disposé à œuvrer avec cœur. Je sais que tu seras heureux de dire quand l’or noir s’écroulera autour de toi sous les coups répétés de ton marteau-piqueur : allons-y c’est pour les copains, c’est pour la France, c’est pour la République sociale (L’Espoir 22 octobre 1944).

Les enjeux de la bataille du charbon en 1944

7En 1918, l’état des mines du Nord-Pas-de-Calais aurait déjà pu « justifier » une bataille du charbon. Laffite-Laplace indique dans une étude parue en 1933, L’économie charbonnière de la France :

Après le repli allemand les deux tiers du bassin étaient anéantis. Même les mines que l’éloignement de la zone des combats avait protégées du feu avaient été inutilisables pour plusieurs années. Au lendemain de la guerre, la capacité normale d’extraction charbonnière de la France avait été réduite de moitié.

8Les problèmes pour importer le charbon de l’étranger se posèrent à l’époque en termes aussi aigus que pendant la période 1944-1947. Il faudra attendre dix ans pour que le bassin du Nord retrouve son niveau de production d’avant-guerre. Or ni l’État, ni les compagnies minières n’ont lancé les mineurs dans une campagne de mobilisation pour reconstruire le pays. En 1944, l’intrication de nouvelles données politiques, économiques et idéologiques rend possible l’invention de la reconstruction en termes de « bataille ».

  • 3 Signification que le PCF tente de minimiser pour ne pas faire peur : « La nationalisation, ce n’es (...)

9La « bataille du charbon » est inséparable de la nationalisation des Houillères inscrite au programme du CNR, au sein duquel le Parti communiste a joué un rôle important. A la faveur de la Résistance, cette ancienne revendication de la corporation a fini par opérer autour d’elle un consensus suffisant pour ne plus faire peur. C’est qu’elle apparaît d’abord comme une nécessité structurelle, l’outil de gestion qui va permettre de redéployer plus efficacement la production de charbon dans un univers de pénurie et de concurrence. Même si elle a en plus, pour le PCF notamment, une signification politique précise3, il est évident pour la classe politique que « s’il n’y avait pas eu nationalisation, il n’aurait pas été possible de demander aux mineurs les efforts pour gagner la bataille du charbon » (interview de Léon Delfosse). Idéologiquement, le communisme, ainsi que l’hitlérisme ont produit avant la guerre une nouvelle définition de l’homme : travailleur et soldat (L. Murard, P. Zylberman Le soldat du travail 1978). La militarisation du travail par « le communisme de guerre » fait souche en France après la guerre dans des conditions particulières. Il s’agit de servir une politique et une urgence et pour ce faire d’utiliser les forces politiques et syndicales. Ce sont en l’occurrence les bons et loyaux services que rendront pendant trois ans le PCF et la CGT dont l’influence et le prestige sur les mineurs sont très importants au sortir de la guerre. Comme l’exprime Auguste Lecœur avec le recul de l’auto-critique :

... ainsi j’allais en compagnie de mes camarades collègues du gouvernement prendre une part plus active à la gestion loyale du régime capitaliste et suppléer pendant quelque temps encore à la carence du personnel politique que le peuple de France n’aurait pas supportée au lendemain de la Libération (A. Lecœur Le Partisan 1954 : 23).

10Au-delà des antagonismes politiques, la convergence est à peu près totale entre le programme du CNR qui porte la marque du PCF et le plan Monnet d’inspiration anglo-américaine. Tous deux concluent à la nécessité de moderniser et de rééquiper rapidement l’industrie dans un environnement où la marchandise est appelée plus que jamais à être une « monnaie » sur le marché mondial. La production industrielle ne s’envisage qu’en termes de bataille économique. D’où la fascination pour des structures et des méthodes de production très disciplinarisées comme il apparaît à la lecture de l’Annuaire de l’économie en 1946 :

Notre industrie rééquipée ne risquera-t-elle pas de se trouver devant un marché mondial sursaturé ? Ce risque est indéniable. Il n’en reste pas moins que la seule monnaie d’échange que la France possèdera dans quelques années sur ce marché mondial, ce seront ses marchandises. Elle n’a donc pas le droit de ne pas en avoir suffisamment parce que la crainte qu’elle a d’en avoir trop n’est pas dépourvue de fondement. Étant admis que l’avenir de la France est lié à la structure et au rendement de son appareil de production, il faut dire maintenant avec franchise qu’il ne s’accommode ni des relâchements ni des solutions de facilité que sont les grèves. En URSS d’où les grèves ont été bannies, chaque producteur de qualité a son diagramme personnel sur lequel il suit au jour le jour la courbe de l’activité de son usine. Chez nous on parle de stakhanovisme au moment où le rendement du travail individuel est plus déficient qu’il n’a jamais été. La France aspire dans son ensemble aux rations des périodes d’abondance d’avant la guerre, sans consentir au prix dont elles demandent à être payées (Annuaire de l’économie « La production industrielle » 1939-1946).

11En un temps où niveau de vie, abondance et consommation vont désormais ancrer l’identité des sociétés, « l’arme » énergétique est au point de départ de tout l’appareil de production. Après la guerre, les mineurs sont appelés à « mobiliser » leurs forces de travail en amont de cette modernisation.

12Pendant trois ans la bataille du charbon va se dérouler sous le double signe de la production et du rendement. A la Libération, il s’agit surtout de produire avec les moyens du bord. En mai 1945, Robert Lacoste, ministre de la Production industrielle, prononce une allocution radiodiffusée. Le ton est alarmiste.

C’est à vous tous les mineurs de France que je m’adresse. Je veux attirer votre attention sur la crise du charbon. Le manque de combustible constitue dès à présent un véritable péril national... Il faut travailler encore, il faut sortir de la paralysie, il faut écarter le marasme, et pour cela il faut avant tout du charbon. Mineurs de France, on a besoin de vous pour que vive la France.

13Un mois plus tard Lacoste fait un long exposé sur « la crise charbonnière » devant les commissaires de la République. Sombre tableau de l’économie française dressé pour mobiliser les énergies. La France dispose à peine « des 2/5 de son approvisionnement en charbon d’avant-guerre, et pas d’importation ». L’insuffisance du charbon paralyse l’industrie : le textile est à 15 % de sa production normale ; la sidérurgie à 20 % et la situation dans le bâtiment apparaît tout aussi dramatique :

  • 4 Exposé du ministre de la Production industrielle aux commissaires de la République réunis à Paris (...)

Les différentes activités qui constituent l’industrie du bâtiment consommaient en 1938, 200 000 tonnes de charbon par mois. On ne peut leur attribuer actuellement que 100 000 tonnes par mois. Loin de permettre la reconstruction des régions dévastées cette situation conduit à une augmentation du nombre des sans-logis dans les autres régions4.

1. 28 février 1946, à la fosse 8 de l’Escarpelle à Auby, près de Douai
de gauche à droite : Victorin Duguet, secrétaire de la Fédération nationale des mineurs, Maurice Thorez, Auguste Lecceur et Léon Delfosse.
Un cliché retouché par la presse (Coll. particulière).

14En juillet 1946, la production de charbon retrouve son niveau d’avant-guerre ; les Houillères ont été nationalisées en mai. L’amélioration du rendement devient alors le thème de propagande principal :

En France l’effort magnifique des mineurs a permis à la production nationale d’atteindre les chiffres dont le pays est fier, puisqu’il est le premier qui a rejoint son niveau d’extraction de la houille d’avant-guerre et l’a même dépassé. Mais la production quotidienne du mineur au fond des mines du Nord n’est que de 900 kg en moyenne, alors qu’elle atteignait 1 220 kg en 1938 (Nord industriel et charbonnier janvier 1947).

15En juillet 1947, Victorin Duguet, président des Charbonnages de France et responsable de la fédération CGT du sous-sol vient expliquer à Bruay-en-Artois : « Il faut que vous produisiez davantage. Par le rendement, par le prix de revient, par l’ordre nous devons partout être meilleurs qu’avant-guerre. » Le problème du rendement hante les discours officiels et la propagande à destination des mineurs. En février 1946 la première réunion de « la commission de modernisation et d’équipement de la production de charbon » se tient sous la présidence de Jean Monnet : V. Duguet y fait le constat inquiétant que « nos Houillères qui déjà avant la guerre n’atteignaient pas un niveau élevé de modernisation se trouvent aujourd’hui dans une situation moins bonne ». De nouvelles technologies d’extraction, de nouvelles formules de formation du personnel et d’organisation technique du travail vont être avancées. On prévoit notamment « la concentration de l’extraction des installations du jour sur un certain nombre de puits à grosse capacité d’extraction » et la réduction du personnel de jour « effroyablement trop élevé en raison de la vétusté et de la trop faible capacité des installations » (Nord industriel et charbonnier décembre 1946). Mais le problème essentiel pour l’amélioration du rendement reste la motivation des hommes. Comment rendre les mineurs plus productifs et compétitifs ? Le PCF et la CGT vont jouer un rôle déterminant pendant plus de deux ans, en première ligne sur le terrain de la bataille.

2. Lecœur, Thorez, Duclos en conciliabule (Coll. particulière)

Le PCF et la CGT en première ligne

Rien de grand, ni de durable sans les mineurs
Liberté 6 janvier 1945

  • 5 Cf. aussi André Pierrard : « Il me semble évident que le Parti voulait aller au gouvernement, ce q (...)

16Nous n’entrerons pas ici dans un débat d’histoire pour savoir si le PCF a été tenté (inspiré par Moscou ?) de prendre le pouvoir au moment de la Libération. Stéphane Courtois dans un ouvrage récent (Le PCF dans la guerre 1980) montre le peu de crédit qu’il faut accorder à la thèse d’un projet insurrectionnel du PCF en 1944. Staline devait de toutes façons trancher devant la face du monde à Yalta. Les PC occidentaux inscriraient leur politique à l’intérieur des démocraties bourgeoises en avançant des positions au sein de leurs institutions (élections, entreprises, etc.). Avant la fin de la guerre le PCF accepte la légitimité gaulliste : « Pour le général de Gaulle et la France, nous répondons présents » (La Tribune 6 janvier 1945). Mais une présence qui se monnaye par l’entrée de ministres communistes au gouvernement : « Le Parti communiste, se considérait comme un parti de gouvernement, dit Léon Delfosse. Il avait une grosse responsabilité au sein de la classe. Nous voulions faire en sorte que la classe ouvrière puisse jouer le rôle qui est le sien dans le relèvement économique de la France, lequel conditionnait le tout »5.

  • 6 Le « délégué-mineur », qu’il ne faut pas confondre avec le délégué syndical, existe depuis une loi (...)

17Cette « responsabilité », le PCF va la revendiquer et la prouver dans la bataille du charbon. C’est lui qui va conduire les troupes sur le terrain, via la CGT, dont plus des trois quarts des cadres syndicaux sont membres du Parti dans les mines. Ici plus encore qu’ailleurs, le PCF, « parti des fusillés de la Résistance », sort auréolé de la guerre. Ce sont des militants communistes qui ont été à la tête des grèves de mai-juin 1941 et de novembre 1943 contre l’occupant nazi. Dès les premiers mois, le PCF profite avec habileté de ce prestige. Au congrès de la CGT-mineurs de décembre 1944, les communistes ont fait exclure les délégués-mineurs6 qui étaient restés en place pendant l’occupation ou qui avaient remplacé les « unitaires » (communistes) : ils se sont ainsi emparés de la majorité du syndicat et garderont leurs positions au congrès de mars 1946. Est-ce à dire que sans cet engagement de la CGT et du PCF, la bataille du charbon n’aurait pas été gagnée ? Elle aurait certainement été beaucoup plus difficile à conduire : à la Libération, les mineurs n’étaient pas prêts à « retrousser leurs manches » à n’importe quelles conditions.

  • 7 La CFTC est minoritaire : environ 20 % des voix aux élections. En décembre 1944, CGT et CFTC s’éta (...)

18« Travailler d’abord, revendiquer ensuite » (La Tribune 30 décembre 1944) : c’est le mot d’ordre que reçoivent les mineurs en reprenant le chemin de la fosse. Et le préfet de l’époque fait part du zèle des organisations syndicales : la CFTC7 marche alors main dans la main avec la CGT :

  • 8 ADPC, M 778.

Les organisations syndicales dans toutes les réunions qu’elles organisent affirment avec insistance l’engagement qu’elles ont pris de faire le maximum d’efforts et d’user de leur autorité auprès des travailleurs pour augmenter la production afin de permettre le redressement du pays. Elles suivent le mot d’ordre : travailler d’abord, revendiquer ensuite8.

19Mais les mineurs sortent épuisés des cinq années d’occupation. Beaucoup ont été mêlés de près à la Résistance : dès la fin de la grève insurrectionnelle d’août 1944, les revendications surgissent : l’épuration des « collabos », le ravitaillement, le salaire et le respect des conventions de 1936 dont les principales stipulations avaient été annulées en 1938. En janvier 1945, des grèves commencent à éclater ici et là. Léon Delfosse s’interroge dans La Tribune : « La position qu’a prise le syndicat de travailler et de revendiquer ensuite semble être mal interprétée par une partie de la classe ouvrière » (La Tribune 27 janvier 1945).

20En réalité, la stratégie du Parti et du syndicat est très mal comprise par une majorité de mineurs. Beaucoup de délégués-mineurs et certains cadres syndicaux sont eux-mêmes désorientés. Nestor Calonne, un des dirigeants prestigieux de la CGT dans les mines n’explique-t-il pas aux mineurs « qu’il faut marcher vers l’émancipation totale des travailleurs » (La Tribune 30 décembre 1944). Ce langage de lutte renvoie davantage à une radicalisation de l’action, et traduit les espérances nées de la Libération. Pour beaucoup, celle-ci n’est que le premier pas vers de nouvelles avancées sociales, sinon vers la révolution. Le mot d’ordre : « travailler d’abord » ne suscite pas l’enthousiasme. D’autant que les revendications les plus brûlantes tardent à être satisfaites.

Les revendications

21Trois revendications traduisent bien le décalage entre les aspirations — parfois confuses — des mineurs et les forces politiques et syndicales.

La question de l’épuration

  • 9 ADPC, M 778.
  • 10 Les porions sont « les contremaîtres » dans les fosses.

22Pendant près d’un an, elle est au centre du malaise et des conflits dans le bassin minier. Dans leur livre La libération du Nord-Pas-de-Calais, Étienne Dejonghe et Daniel Laurent montrent bien toute la complexité du problème. Selon des arrêts définis en septembre 1944, toute personne employée dans les exploitations des Houillères pouvait remettre au syndicat une requête concernant des « délits de collaboration ». Les syndicats transmettaient alors les plaintes à une « commission professionnelle d’enquête et d’épuration » qui opérait les vérifications nécessaires. Celle-ci soumettait ensuite ses propositions à une commission inter-professionnelle, qui à son tour transmettait les dossiers retenus au commissaire régional de la République, lequel décidait des sanctions ! Parmi les dossiers, peu furent retenus par la commission. Les griefs étaient en général jugés insuffisants. Les mineurs trouvaient le plus souvent dans ces requêtes l’occasion d’exprimer la colère accumulée contre une hiérarchie qui les avait fait « trimer » sous l’occupant, plus que des faits précis de collaboration : « ce sont des griefs qui expliquent la sourde colère des mineurs, écrit le préfet du Pas-de-Calais, les réactions inarticulées que l’on ne peut comprendre dans une salle de commission, mais que l’on saisit dans la tristesse des sièges d’exploitation »9. Au total la plupart des porions10, des ingénieurs et des directeurs furent mutés ou recasés, et non « épurés », selon le vœu des mineurs :

Sur huit cents dossiers examinés, deux licenciements, dix-huit suspensions, onze déplacements et onze rétrogradations : on aurait voulu ensanglanter le bassin qu’on n’aurait pas agi autrement. Les mineurs eurent le sentiment d’être dupés. Leur colère montait à mesure qu’étaient connues les réintégrations. Insensiblement le climat d’autrefois se reconstituait et on s’exprimait à l’égard des Houillères comme jadis à l’égard des compagnies (E. Dejonghe, D. Laurent La libération du Nord-Pas-de-Calais 1974).

23Une colère d’autant plus vive que le PCF et la CGT avaient adopté des positions dures à la Libération. L’épuration était liée à l’expropriation, aux nouvelles structures qui devaient se mettre en place, voire à la liquidation d’une classe dirigeante accusée de trahison. Mais le retour de Thorez en France — négocié entre de Gaulle et Staline — et l’entrée de deux communistes dans le gouvernement de Gaulle ont modifié l’appréciation du Parti. En juillet 1945, M. Thorez déclare aux mineurs du Nord : « On ne va pas épurer pendant 107 ans. » Léon Delfosse reconnaît d’ailleurs que « l’épuration dans les mines est une opération faussée. On a condamné quelques porions de ci de là. Mais la grosse masse des ingénieurs et des directeurs est passée en travers du filet » (interview Léon Delfosse). Cette épuration « manquée » va laisser des cicatrices et des rancœurs dans l’esprit des mineurs.

Le ravitaillement

24L’insuffisance dramatique du ravitaillement est la cause d’incessantes petites grèves :

  • 11 ADPC 1 Z 455, rapport de police.

Au lendemain de la Libération, conscient de la lourde tâche qui lui incombait dans la reprise de la vie économique, le mineur a fourni un effort méritoire que nul ne saurait nier. Déjà affaibli par les privations de l’occupation, il espérait trouver une amélioration de ses conditions de vie par la libération du pays, qu’il attendait avec espoir... les mineurs constatent que la nationalisation ne leur a procuré aucun avantage matériel. Le grand problème qui les préoccupe actuellement est celui du ravitaillement. Malgré les divers suppléments de denrées alimentaires qui lui sont accordés, le travailleur estime qu’il est insuffisamment nourri11.

25Le gouvernement le reconnaît et s’efforce d’augmenter les rations ; mais les réseaux de distribution fonctionnent mal, quand ils ne sont pas « détournés » :

Il n’est pas douteux que l’état physiologique du personnel laisse fortement à désirer. L’oppression particulièrement rude à laquelle ont été soumis les mineurs, notamment dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais ajoute ses effets physiologiques à une fatigue déjà très grave (La crise de la production charbonnière 1945).

26Des mesures plus radicales sont abandonnées :

Il avait été envisagé par ailleurs d’assimiler pour le ravitaillement l’ouvrier mineur au soldat, et de lui faire allouer par les services de l’intendance les mêmes rations qu’à celui-ci. Cette mesure n’a pas pu être retenue par le gouvernement étant donné le nombre déjà élevé de rations alimentaires et la part importante qui est ainsi prélevée sur l’ensemble des ressources alimentaires du pays (La crise de la production charbonnière 1945).

  • 12 « Il ne s’agit que de grèves partielles, localisées, et de courte durée, désapprouvées dans tous l (...)

27Les grèves12 concernent le plus souvent les ouvriers du jour qui s’estiment lésés parce que leurs rations sont moins importantes que celles des ouvriers du fond. Mais le mécontentement est plus large quand le syndicat appelle les mineurs à travailler le dimanche au nom de la production. Ces journées supplémentaires sont mal suivies, malgré la propagande qui vise à culpabiliser le mineur récalcitrant et « saboteur de la production ». Le désaveu de ces « rallonges » de travail deviendra presque général. Le 22 décembre 1946, les mineurs se prononcent à 85 % contre le travail les dimanches 29 décembre et 5 janvier.

Le salaire à la tâche

  • 13 Du nom de l’ingénieur qui a pensé et expérimenté ce système lié à une nouvelle organisation du tra (...)

28La question du mode de paiement : salaire collectif par équipe ou salaire individuel au rendement n’a pas été directement à l’origine de conflits comme l’épuration et le ravitaillement. Mais elle a fait naître un ressentiment souvent larvé, difficilement formulable. Pour comprendre l’enjeu du mode de paiement, il faut revenir avant la guerre, au début des années 1930, quand furent introduites les méthodes de rationalisation. Celles-ci ont profondément modifié l’organisation du travail et le mode de paiement en vigueur. A l’occasion de l’ouverture de chantiers de travail plus longs, qui remplacent les courtes tailles, on s’est mis à décomposer scientifiquement le travail de rabatteur : ce que l’on a appelé « le système Bedaux »13.

  • 14 « Maca » est le diminutif de « macaroni » : surnom dont les mineurs français gratifiaient les Ital (...)

29Le résultat consistait à substituer au principe d’un salaire collectif calculé d’après l’ouvrage de tous et réparti selon l’échelle de chacun, celui du paiement le plus souvent individuel ou parfois par petits groupes. Les mineurs et les syndicats s’étaient montrés tout de suite hostiles à ces procédés : la solidarité de la taille était détruite, les abatteurs mis systématiquement en compétition. Les plus productivistes, appelés « macas »14, bénéficiaient de la progression des gains en faisant grimper le rendement.

30En juin 1936, ce fut l’explosion dans les fosses contre le système Bedaux et le salaire individuel. Le « Bedaux » fut supprimé par les conventions collectives de 1936. Celles-ci avaient également introduit une clause dite de salaire minimum, auquel avait droit tout mineur. Après le Front populaire, les compagnies devaient amorcer progressivement un retour aux anciennes méthodes de rationalisation et sous l’occupation allemande le « Bedaux » fit sa réapparition. Ce fut une des causes de la grève de mai-juin 1941. Légitimement, les mineurs attendaient que le « Bedaux » et son corollaire, le salaire au rendement individuel, soient supprimés après la Libération. Dans le cahier de revendications des mineurs de Lens établi le 21 septembre 1944, l’abolition du « salaire aux pièces » figure en tête de la liste des dix-huit doléances formulées, avant même le ravitaillement et les augmentations de salaire (Liberté 22 septembre 1944).

31La déception fut totale. Non seulement le salaire au rendement ne fut pas supprimé mais il fut institutionnalisé dans le statut du mineur en 1946. Des débats eurent lieu au sein du syndicat, mais seule une minorité était hostile au salaire au rendement individuel :

Je dois dire que tout le monde n’était pas d’accord sur ce retour au salaire individuel, par exemple je me souviens à Lens d’une réunion au cours de laquelle Nestor Calonne, secrétaire général du syndicat, s’est élevé contre moi avec une extrême violence à propos de cette méthode. Il était contre le retour au travail individuel. Personnellement j’étais pour. J’étais à la direction des Houillères. J’avais peut-être une motivation plus grande que la sienne ! (Interview Léon Delfosse, 1981.)

32Dès janvier 1945, un système de primes au rendement est introduit : la CGT a beaucoup de mal à justifier cette mesure. L. Delfosse explique dans La Tribune : « La prime à la tonne est aussi une iniquité, nous le savons, nous luttons contre cela. Mais malgré tout, il faut que le charbon sorte de nos puits pour finir la guerre » (La Tribune 3 février 1945). Après la guerre, les mineurs ne voient toujours rien venir : primes et salaires aux pièces sont justifiés maintenant par « la bataille de la production ». Demander aux mineurs, au nom de la patrie et du relèvement national, de produire avec les mêmes méthodes, quasiment les mêmes chefs, était une gageure que seules des organisations qui « encadraient » solidement les masses pouvaient réussir. Quand le salaire individuel à la tâche est officiellement adopté, le PCF ne ménage pas sa propagande pour le faire accepter. En février 1946, M. Thorez descend dans une fosse d’Auby (Nord) pour faire l’éloge du retour aux anciennes méthodes :

Puisqu’il faut du charbon, beaucoup de charbon, il faut appliquer à l’extraction les procédés scientifiques et mécaniques. Il faut introduire certaines méthodes... il en est qui disent : mais vous n’avez pas toujours dit cela, vous étiez contre autrefois. Pardi, si nous étions contre : évidemment. Mais maintenant qu’il s’agit de réaliser les procédés avec le concours des mineurs eux-mêmes, afin d’alléger leur peine et améliorer leur salaire, nous sommes pour.

33Dans ces conditions, plus besoin d’être complexé, d’être traité de « maca ». Thorez souffle la réponse en cas d’insulte :

  • 15 Discours prononcé à la salle des fêtes d’Auby le 26 février 1946.

Il faut résolument répondre à ceux qui vous disent « vous êtes des “macas” » : « vous n’avez pas le sens du prolétariat. » Un « maca » autrefois, c’était en effet celui qui travaillait pour le compte d’un patron contre ses camarades. Est-ce la même situation maintenant dans les Houillères ? Les Houillères, c’est à vous mineurs, chers camarades. Il ne faut pas l’oublier, c’est au pays, c’est nous les Houillères »15.

34Les premières révoltes de mineurs contre des systèmes de paiement individuel remontaient au Second Empire : la revendication d’un salaire collectif et plus égalitaire fut paradoxalement « enterrée » par la gauche au nom du productivisme supérieur.

Les grèves de 1945

35Souvent minimisées par l’histoire, les flambées de grèves de la première moitié de 1945 sont les témoins du désarroi de la corporation. Déclenchées en dehors du syndicat, ces grèves éclatent le plus souvent spontanément, sans qu’on puisse déceler de leader véritable. D’autres témoignent de l’ascendant d’un délégué-mineur, encore proche des aspirations issues de la Résistance, en opposition avec les mots d’ordre de la CGT. La CGT et le PCF y voient systématiquement l’œuvre des socialistes qui tentent de les déborder sur leur gauche, tantôt l’action sournoise d’anciens « chartistes » qui les débordent sur la droite. « Une grève déclenchée en dehors du syndicat est toujours condamnable, mais quand elle compromet le salut de la patrie et le succès d’une expérience économique et sociale, elle devient un crime » (La Tribune 2 mars 1945).

36En janvier 1945, par exemple beaucoup de mineurs (plus de 50 %) refusent de travailler le premier dimanche de l’année pour compenser le Jour de l’An. L’inspecteur des Renseignements généraux note dans son rapport :

  • 16 ADPC M 778. Cf aussi ce rapport sur les grèves : « A mon avis il faut voir à l’origine de ces mouv (...)

Il ne faut pas voir dans le grand nombre d’abstentions enregistrées un mouvement de grève qui aurait été décidé par des éléments extrémistes et ayant pour but de faire aboutir des revendications, mais plutôt une manifestation du désir de la majorité des ouvriers de ne pas travailler le dimanche16.

37Le dimanche 18 février, c’est un délégué-mineur de Béthune qui incite ses camarades à ne pas travailler : « Comment, leur dit-il, vous n’avez pas de ravitaillement et vous travaillez le dimanche ; vous feriez mieux de rester chez vous ». Le PCF riposte aussitôt : « Nous demandons que ce saboteur du travail et de la production soit chassé de notre siège et que des sanctions énergiques soient prises contre ce mauvais Français ».

38Les cadres syndicaux ont du mal à convaincre les mineurs : du 18 au 23 avril une grève des ouvriers du fond éclate à Dourges (Pas-de-Calais). Ils demandent « l’épuration de cadres et de la maîtrise ayant déployé un rôle favorable au gouvernement de Vichy et l’augmentation des prix de tâche de certaines tailles ». Dans un premier temps, les ouvriers décident de continuer malgré l’intervention du délégué CGT. Le 22 avril, René Six, un dirigeant de la CGT, vient répéter aux mineurs « que la grève avait assez duré et que chacun devait tout mettre en œuvre pour la relève du pays ». A ce moment « la foule hostile à la reprise du travail manifeste son mécontentement par des cris. »

39Un autre délégué intervient, sans doute plus habilement, et dit « qu’il est entièrement d’accord avec les revendications, mais que la guerre est là ». Un nouveau vote a lieu et finalement une majorité se prononce pour la reprise du travail. Chaque semaine on enregistre un mouvement qui gagne parfois les fosses voisines : autant de coups de colère, vite enrayés, mais qui finissent par inquiéter :

En juin, la situation s’est nettement aggravée à la suite des mouvements qui ont récemment affecté tout le bassin minier. Si l’on tient compte des journées perdues lors des fêtes de la victoire, il en résulte une diminution importante du tonnage de charbon extrait. Par ailleurs le rendement moyen par ouvrier continue à baisser régulièrement (rapport du préfet).

40A l’occasion de ces grèves, des troubles manquent de dégénérer, comme à Lourches ou à Drocourt :

Le pire a été évité de justesse, pour un oui, pour un non, des ordres de cesser le travail sont propagés à l’insu des fédérations. Et les chefs syndicaux qui risqueraient de s’y opposer se trouveraient débordés. Des entretiens personnels avec ces derniers me permettent de penser que cette crainte n’est pas vaine.

41La CGT laisse percer son impatience :

Et maintenant il faudrait stopper. Partout des délégués viennent au siège réclamer plus de savon. On s’en occupe mais de jeunes indisciplinés font grève pour cela à Drocourt. Jeunes, réfléchissez ! (La Tribune 22 avril 1945).

42La direction du PCF s’inquiète suffisamment de son côté pour envoyer des dirigeants sur le carreau de la mine. A. Lecœur témoigne :

Chaque fois évidemment il ne fallait pas que nous soyons débordés. Pendant le congrès du Parti qui s’est tenu à Strasbourg, il y avait une grève. Il fallait que je m’en occupe pour faire reprendre le travail. Un jeudi matin, j’étais arrivé au Bureau politique qui commençait à 9 heures. A 9 heures 30, on apporte un petit billet à M. Thorez. Thorez me fait signe : il y avait une grève à Calonne ou à Liévin, je ne sais plus. Il me dit : vas-y tout de suite. J’ai quitté le Bureau politique. J’ai pris le train. Pourtant il y avait des militants sur place. Mais je faisais le « pompier », toujours avec le brave Nestor Calonne parce qu’il avait une grande expérience et qu’on avait confiance en lui.

43Quant à la méthode utilisée, elle semble invariable selon Lecœur :

J’allais directement sur le carreau de fosse et puis j’invitais les mineurs à venir et à discuter. Ils reprenaient, parce qu’à la longue, c’étaient les nôtres qui restaient les derniers et quand je voyais qu’ils avaient la majorité, je faisais voter pour la reprise du travail. Ça se passait toujours comme ça ! (interview de A. Lecœur, R. Pannequin, A. Pierrard, 1981).

  • 17 C’est ainsi que Thorez est présenté dans la brochure qui reproduit le discours de Waziers.

44Dans cette montée en première ligne des chefs du parti, l’intervention la plus spectaculaire restera celle de Maurice Thorez à Waziers le 21 juillet 1945. Thorez choisit cette petite cité minière du Nord près de Douai parce que « les troupes » syndicales et ouvrières y sont plus disciplinées que dans le Pas-de-Calais, traditionnellement plus remuant. Officiellement Thorez vient présenter devant les délégués des organisations communistes le compte rendu des travaux du Xe congrès du Parti. Mais l’histoire retiendra « l’appel à la production » qui est au centre de son discours : « Produire, faire du charbon, c’est la forme la plus élevée de votre devoir de classe, de votre devoir de Français. » Parmi les différentes causes de l’insuffisance de la production, Thorez s’étend longuement sur ce qu’il appelle « l’effort insuffisant des mineurs eux-mêmes ». Et le « guide clairvoyant et ferme du Parti communiste et du peuple français »17 de fustiger les grèves et l’absentéisme mis au compte de l’égoïsme, de la paresse et d’un patriotisme insuffisamment chevillé.

45Les historiens communistes n’ont voulu retenir dans le discours de Waziers qu’un appel à la solidarité de classe :

Solidarité qui unit les meilleurs entre eux et avec les autres ouvriers des autres corporations. Dans les circonstances de l’après-guerre, c’est la lutte pour la production qui doit révéler à la classe ouvrière son identité et sa solidarité, comme en d’autres temps ce peut être la fonction principale de la grève (J.-P. Hirsch La Revue du Nord octobre-décembre 1975).

46La soumission aux mots d’ordre du Parti et de ses organisations devient le seul moyen de recouvrer son identité et de se voir décerner un certificat de civisme et de « classe ». Pour le dirigeant du Parti, les grévistes et les absents ont toujours tort, quelles que soient les raisons de la révolte. Et il le fait savoir en termes moralisateurs. A cet égard le « coup de semonce » de Waziers peut être lu comme un discours exemplaire de propagande :

  • 18 « Je ne suis pas d’accord sur certains propos tenus par M. Thorez : un certain nombre de grèves qu (...)

Je dois vous dire, camarades, que je ne suis pas tout à fait convaincu des raisons qu’on donne pour justifier les absences au travail... On s’absente trop facilement pour un oui, pour un non, et pour un mineur qui a le goût de son métier, il sait très bien que tant d’absences, c’est une désorganisation complète du travail. On fait tort à ses camarades et pour quelles raisons ? Parfois pour une égratignure. Je dis que c’est un scandale... C’est fini avec de telles méthodes parce que ça c’est de l’anarchie, de l’encouragement à la paresse. Voici un autre cas : on m’a signalé l’autre jour que dans les puits de l’Escarpelle, une quinzaine de jeunes gens, des galibots, ont demandé de partir à six heures pour aller au bal. Je dis que c’est un scandale, inadmissible, impossible. Vous le savez bien, chers camarades, j’ai été jeune aussi. J’ai été aussi au bal et j’ai dansé, mais je n’ai pas manqué un seul poste à cause d’une fête ou d’un dimanche. Je dis aux jeunes : il faut avoir le goût de son ouvrage, parce qu’il faut trouver dans son travail la condition de sa propre élévation et de l’élévation générale : les paresseux ne seront jamais de bons communistes, de bons révolutionnaires, jamais, jamais. Les mineurs courageux, ceux qui ne craignent pas la peine, ceux qui connaissent leur métier, ceux qui ont toujours été les meilleurs de nos militants ouvriers, ont été les pionniers, les organisateurs de nos syndicats, les piliers de notre parti... Je le dis en toute responsabilité, il est impossible d’approuver la moindre grève18.

3. Maurice Thorez à la tribune (archives Houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais)

47S’adressant aux militants du Parti mais par-delà, aux mineurs et au pays, Thorez a pris l’assistance « à froid » selon plusieurs témoignages (interview de A. Lecœur, R. Pannequin, A. Pierrard, 1981). La salle fut « secouée » : beaucoup de militants du Pas-de-Calais, où l’agitation était la plus difficile à contenir, étaient visés par Thorez. A Waziers, le secrétaire général cherche aussi à souligner que son parti est prêt à prendre « toutes ses responsabilités » au gouvernement. Le message allait être entendu : « De Gaulle comprit dès ce jour qu’il devait faire à Thorez une place dans son gouvernement, il y gagnerait la tranquillité et des centaines de milliers de tonnes de charbon » (Roger Pannequin, 1977).

L’accalmie

48Après la conférence « historique » de Waziers, les militants communistes s’étaient engagés « à tout mettre en œuvre pour gagner à tout prix la bataille de la reconstruction de la production et en tout premier lieu la bataille du charbon ». La propagande du Parti se montre aussitôt d’un optimisme à toute épreuve : le 29 juillet, A. Pierrard écrit dans Liberté : « Efficacité de Waziers : les mineurs ont compris les conseils de M. Thorez, les chiffres de cette semaine sont éloquents, la production augmente... L’absentéisme qui était de 19,14 % dans la première semaine de juillet passe à 16 % en moyenne. Le rendement individuel de 811 à 859 kg. »

49Mais la situation est loin d’être stabilisée : en septembre nouvelle alerte, la plus grave de la période : une grève part de Lens, se répand dans plusieurs fosses du bassin, de Bruay à Valenciennes :

  • 19 Rapport des Renseignements généraux. ADPC M 778, septembre 1945.

Les mineurs sont susceptibles, ils se froissent lorsque leur syndicat prend des mesures sans les consulter. C’est ainsi qu’ils reprochent par exemple au syndicat d’avoir décidé de la question de la retenue des deux heures de travail en faveur des prisonniers sans leur accord... Un fait est certain : ils n’acceptent pas la propagande communiste à produire pour la France19.

  • 20 ADPC M 778.

50La grève de septembre 1945 est intéressante à retracer car elle met en évidence les moyens utilisés par le PCF et la CGT pour briser un mouvement qui dure et s’étend, quelques semaines après « le rappel à l’ordre » de Waziers. Le 12 septembre au matin des mineurs de Lens cessent le travail « sur la question de la hausse du prix des marchandises et l’amélioration du ravitaillement ». Le PCF et la CGT y discernent tout de suite « un complot », puisque « depuis six semaines la production montait sans cesse et que de toute la France des sentiments élogieux et reconnaissants nous parvenaient »20. Dès lors qu’il y a « complot », il y a comploteur. Des mineurs sont désignés comme responsables de la grève : on cite leurs noms, on met en cause leur passé pendant la guerre ; leur volonté de nuire à la cause de la production les désigne à la vindicte des mineurs « responsables ». Un maire communiste va jusqu’à demander au préfet de révoquer un délégué-mineur :

Nous, soussigné Maurice Delbarre, président du comité local de libération et maire de Loos-en-Gohelle, ai l’honneur de porter à la connaissance de M. le Préfet que J.-B. Marquette, délégué suppléant à la fosse 15 des mines de Lens, a pris une part active à la conduite de la grève des puits 12 et 15 des mines de Lens. Ce délégué suppléant n’ayant pas compris son devoir de Français pour la renaissance de notre patrie, en conséquence je vous demande la révocation de J.-B. Marquette de ses fonctions de délégué-mineur adjoint.

  • 21 ADPC M 778.

51Un autre mineur mis en cause fait paraître une lettre ouverte au citoyen Lecœur et dénonce la délation dont il a été l’objet : « Je ne suis pas meneur. Peut-être avez-vous été induit en erreur, toujours est-il que vous m’avez jeté en pâture à l’opinion publique et à la population de la région Nord »21. Quant à l’ouvrier Guy Thévenot, ancien membre de la CGT, il fait paraître dans Nord-matin un article : « La vérité sur la grève des mineurs » :

Je tiens à dire que la grève qui a éclaté aux mines de Lens a eu pour objet un mécontentement général au sujet de la hausse des prix et du ravitaillement, contrairement à ce que Liberté, l’Humanité et d’autres annonçaient. Ceux-ci signalaient en effet que la grève avait été déclenchée par un homme exclu de son organisation syndicale : ce qui est absolument faux. Voilà une drôle de façon de dire la vérité et de prétendre à l’unité ouvrière. Il est plus facile de jeter la responsabilité de cette grève sur un ouvrier que de dévoiler ceux qui sont vraiment responsables du mécontentement des mineurs.

52La grève se poursuit, alors que le 17 septembre un vaste rassemblement est prévu à Lens par le gouvernement et la CGT : c’est le jour choisi pour annoncer aux mineurs la campagne des « 100 000 tonnes ». Face à cette grève inopportune, le PCF et la CGT fonctionnent comme une citadelle assiégée : il n’y a pas de bonnes revendications, mais de « mauvais patriotes » ou des individus qui ont une volonté politique de nuire. A Lens des délégués syndicaux et des mineurs ulcérés évincent le maire A. Lecœur, et choisissent le socialiste Sion, ex-député et ancien maire, pour porter leurs revendications à Paris. Des responsables de la CGT, y compris les plus populaires comme Nestor Calonne, sont « hués ». Ces réunions houleuses aboutiront finalement à la reprise du travail le 20 septembre.

100 000 tonnes par jour

  • 22 « Le gouvernement et les organisations syndicales réalisent l’action sacrée pour gagner la bataill (...)
  • 23 Selon le rapport de police. ADPC M 778.

53Le 17 septembre, la réunion « historique » de Lens22 se déroule en présence de R. Lacoste, le ministre, et des leaders du Parti et de la CGT, Henri Martel et Benoît Frachon. « Je vous demande un nouvel effort ; pourquoi ? je vous le dirai. Comment ? je vous le dirai », annonce d’entrée le ministre. Des murmures montent dans l’assistance évaluée à 8 000 personnes23. Le discours de Lacoste passe mal auprès d’une population écorchée par les efforts qu’on lui demande sans cesse. Il faut toute l’autorité de Martel et surtout de Frachon pour faire applaudir les « 100 000 tonnes ». Celui-ci explique :

I1 s’agit d’un moment d’exception en attendant les jours meilleurs, mais nous n’en sommes pas à la période que nous rêvons. Cette période à laquelle nous travaillons, à laquelle vous travaillez, que vous aiderez à venir en produisant davantage de charbon, où nous aurons une industrie tellement développée, où la science mise au service de l’humanité nous permettra d’avoir tout ce que nous voudrons, et où la devise sera alors « à chacun selon ses forces et à chacun selon ses besoins » alors qu’actuellement, elle ne peut être qu’« à chacun selon son travail ».

54La fin de la grève de septembre annonce la retombée de cette agitation. 1946 fut une année calme. Pour Léon Delfosse : « Le mot d’ordre de la production était admis par l’ensemble des mineurs, avec des réactions violentes sur des points précis comme l’épuration et le ravitaillement. » Reste qu’il est difficile de « mesurer » l’intime conviction d’une corporation dans ses diverses composantes. Était-il possible pour les mineurs de fonctionner en dehors de cette identité de producteur « infatigable » ? Le PCF et la CGT sont parvenus, à la faveur de la bataille du charbon, à lui donner « un tour de vis » supplémentaire. Non sans difficultés pendant plus d’un an : un rapport sur l’activité de la chambre syndicale des ouvriers mineurs du Pas-de-Calais fait état du scepticisme affiché par les mineurs ou du moins par une partie d’entre eux :

  • 24 ADPC M 403, 8 septembre 1945.

Les ouvriers mineurs se retournent peu (font peu de cas) des slogans de production lancés par certains organes de presse et, à ce sujet, ils ne se cachent pas de dire que ces slogans ne peuvent servir qu’à des individus avides d’une place politique et syndicale. Ce qui a tendance à pousser les mineurs au rendement, c’est l’amélioration du ravitaillement et l’aide apportée par les prisonniers de guerre allemands24.

4. Benoît Frachon (archives HBNPC)

55Suivie avec scepticisme, résignation ou conviction, la bataille du charbon n’a pu entrer dans les faits que grâce à la mise en place de dispositifs idéologiques et institutionnels renforcés ou nouveaux.

Les dispositifs idéologiques et institutionnels

Il faut que partout dans nos fosses, dans nos usines se crée une mystique de la production
Mineurs mars 1947.

56Le dispositif de fond est ce que nous avons appelé « la mythologie du mineur » : un discours sur le mineur, tenu pour le représenter, tant à ses propres yeux qu’aux yeux des autres, de telle sorte qu’il finisse par intérioriser cette image, s’y reconnaître et l’accepter comme la manifestation d’une nature première. Cette mythologie, la bataille du charbon ne l’a pas créée de toutes pièces. Le PCF et la CGT ont su réactiver, réorganiser et gérer un stock d’images et de représentations qui ont servi à fonder progressivement l’identité de l’ouvrier mineur. Cette mythologie s’est construite autour de deux composantes : l’amour du travail et l’exemplarité du mineur, « avant-garde du prolétariat ». (cf. le chapitre 3 : « Portrait du mineur en héros ».)

1936 : discipline

57Le Front populaire avait déjà préparé la réactivation du « mythe du mineur » au service d’un gouvernement de gauche. L’explosion de 1936 avait lancé les mineurs déterminés dans les grèves, d’autant que la crise des années 30 et la réorganisation du travail avaient éprouvé durement la corporation. Très vite, on demande aux mineurs de savoir terminer une grève et on les rappelle à leur identité de travailleurs. La littérature syndicale révèle la peur d’une explosion sociale : « Vigilance, discipline », « Mineurs, soyez disciplinés » (La Tribune 18 juillet et 19 septembre 1936) ; constamment il est rappelé que le rendement demeure la raison d’être des réformes sociales qui viennent d’être obtenues :

Les mineurs ne doivent donner sous aucun prétexte au patron l’occasion de dire que la baisse de rendement est due au relâchement des mesures disciplinaires de tous ordres. Nous leur disons qu’une production accrue là où cela est possible doit être consentie (La Tribune 31 octobre 1936).

5. L’important meeting du stade Nungesser à Valenciennes (archives HBNPC)

58Dans un court article intitulé « le rendement individuel », un ouvrier syndicaliste explique que les mineurs (et donc la classe ouvrière) sont bien restés eux-mêmes :

On a pu remarquer depuis quelque temps une campagne tendant à dénigrer la classe ouvrière en affirmant que celle-ci devient paresseuse. A part quelques exceptions très rares que nous réprouvons, la classe ouvrière tout entière a gardé intacte sa conscience professionnelle. Si dans certains cas il fut constaté une baisse de rendement, cela incombait à un manque de matériel ou à une mauvaise organisation du travail... donc foin des calomnies envers la classe ouvrière qui sait pertinemment que le rendement doit être augmenté afin de permettre que l’expérience du Front populaire se développe normalement (La Tribune 13 février 1937).

59Tout se passe comme si davantage de « bien-être social » devait se payer par une suridentification au travail. « Camarades pour conserver les avantages acquis nous devrons prouver au patronat que nous pouvons produire autant sinon plus que par le passé » (La Tribune 24 octobre 1936). S’agit-il simplement de le prouver au patronat dans le cadre d’une fine analyse des rapports de force politiques et d’une tactique syndicale bien comprise ? Ou s’agit-il de prouver à ceux qui défendent « vos intérêts » (et parlent « pour vous ») qu’on reste bien identique à soi-même en acceptant que tout rentre dans l’ordre, qu’il n’y a pas d’alternative, du moins à échelle collective ? Ces questions sont, selon nous, au cœur de la bataille du charbon.

1945 : métaphysique du mineur

60En 1944-45, le PCF et la CGT ont toute l’initiative pour mener une bataille de la mythologie revue et corrigée. Écoutons M. Thorez. Dans son discours de Waziers, il répète que « les vieux mineurs ont l’amour de leur métier comme les marins ont l’amour du leur ». Mais derrière l’image, il y a une philosophie du prolétaire mineur que Thorez explicite dans une interview en 1950 : « Que penses-tu des mineurs ? » lui demande-t-on.

Un métier terrible, des gars magnifiques. Oui, un beau métier. Il traduit le vieil effort de l’homme pour se rendre maître de la nature. Au combattant, il n’emprunte pas seulement ses postures, il en possède la ténacité, le courage, l’esprit d’équipe, l’entraide. 11 semble que pour descendre dans la mine, il faut être né dans un coron. Ce dur métier est moins un métier qu’une destinée. N’importe qui ne descend pas au fond chez nous. On est mineur de père en fils : ce sont nos parchemins de noblesse (Liberté 22 avril 1950).

6. Le sourire et la cigarette, à la remonte (couverture du n° 1 de la revue Mineurs, janvier 1947)

61L’idéal du mineur, né « travailleur et soldat », fonde une métaphysique de l’homme. C’est l’affirmation d’un « homme nouveau » qui réalise sa destinée en occupant la place qui lui est assignée. L’histoire, en l’occurrence « la bataille du charbon », est l’occasion d’affirmer cette identité de prolétaire de masse à l’échelle d’une nation. Épreuve certes, mais aussi moment « pédagogique ». A Waziers, Thorez s’écrie : « Il faut que les mineurs aiment la mine. » Dans cette injonction, il n’y a pas seulement l’idée de conjurer le doute qui pourrait s’installer en voyant les jeunes préférer le bal à la fosse : c’est l’énoncé programmatique d’un homme dont l’existence doit coïncider avec l’essence.

62L’amour du métier que Thorez proclame comme évidence de nature n’apparaît pas aussi clairement en 1944 à tous les dirigeants du Parti. H. Martel explique en octobre 1944 :

Nous accusons la direction des mines d’avoir pendant des années, en particulier 30-35, et durant l’occupation, usé physiquement les mineurs, et moralement d’avoir tué en eux l’amour du métier, si tenace autrefois, que l’on tenait d’honneur d’être mineur de père en fils, quand aujourd’hui le métier dégoûte au point que le grand rêve des parents est de soustraire le fils à la mine (Liberté 16 octobre 1944).

63En 1947, Léon Delfosse précise comment on doit « faire en sorte que les mineurs aiment leur métier » (Mineurs 1947). Affaire d’apprentissage. Et le président communiste du C.A. des Houillères nationales annonce : « Il faut que partout dans nos fosses, dans nos usines se crée une mystique de la production, gage de notre foi en l’avenir, en l’avenir du mouvement ouvrier et de la nationalisation, en l’avenir du pays » (Mineurs mars 1947).

64Le modèle proposé aux mineurs pour recouvrer leur identité menacée porte un nom : le stakhanovisme : « Ne pourrions-nous pas nous inspirer des résultats d’un pays ami, l’Union soviétique, où le stakhanoviste est chéri à l’égal du héros des champs de bataille » (L’Espoir 16 septembre 1945), indique A. Pierrard quelques jours avant la venue de M. Thorez à Waziers, au fil d’une série d’articles intitulée : « Pour gagner la bataille de la production ». L’appel à travailler le dimanche, la réintroduction du rendement individuel, la propagande faite autour des meilleurs producteurs et des meilleures fosses illustrent quelques-unes des pratiques stakhanovistes de l’époque. Des pratiques qui ne font pas l’unanimité : si un consensus existe pour augmenter la production, des polémiques s’instaurent dès l’été 1945 sur les moyens d’y parvenir.

65Le journal socialiste L’Espoir et la presse de la CFTC ne manquent pas de se faire l’écho des réticences des mineurs contre « l’homme productiviste » : « Les mineurs sont contre le stakhanovisme... il y a certes un problème de charbon à résoudre d’urgence, mais encore convient-il de ne pas voir seulement les bras des mineurs et leur jour de repos du dimanche qu’on voudrait leur soustraire » (L’Espoir 19 avril 1945) ; et encore :

Nous ne pouvons en tant que socialistes être pour le stakhanovisme (méthode de travail d’importation étrangère) parce que pour nous, c’est le taylorisme ou le travail à la chaîne dont le prolétariat a eu tant à souffrir. Pour nous le stakhanovisme, c’est d’une manière déguisée, qu’on le veuille ou non, le retour à certaines méthodes maudites que les mineurs ont condamnées. Nous ne cesserons de condamner tout ce qui pourra ramener les mineurs aux temps maudits de l’esclavage souterrain (Liberté 18, 19, 20 et 21 juillet 1945).

66Le PCF, à l’époque comme aujourd’hui, se défend contre ce qu’il estime être une interprétation caricaturale du stakhanovisme : le facteur technique compte autant que l’effort de l’homme, argumentent les responsables communistes de la bataille du charbon : il ne s’agit pas de « faire augmenter la production seulement en demandant des efforts physiques complémentaires aux mineurs qui sont arrivés au sommet de leurs possibilités, mais par l’organisation du travail, par du matériel, etc. » (Nord industriel 23 novembre 1946). Cette version « rose » du stakhanovisme laisse volontairement de côté le primat des facteurs idéologiques et politiques. Maurice Thorez explique sans détours à un journaliste anglais les ressorts profonds du stakhanovisme : sacrifice, identification à une cause et négation de soi :

Quand j’ai dit pour la première fois à nos mineurs qu’à tout prix il fallait faire du charbon, les techniciens m’ont répondu que la machinerie était vieille et que rien ne pouvait être fait. J’ai répliqué : peu nous importe la machinerie, il faut que nous ayons du charbon et nous avons réussi (Nord industriel 23 novembre 1946).

67Cette morale du « à tout prix » fait qu’en définitive le mineur n’est pas seulement chargé de se valoriser par le travail mais aussi par le risque et la mort au travail. A l’enterrement de treize mineurs tués dans une catastrophe à Oignies en 1946, A. Lecceur tire la leçon :

Lorsque nous luttions pour relever le pays, la meilleure façon de venger nos morts était de frapper plus fort que l’ennemi. Aujourd’hui des camarades sont tombés dans la bataille pour la renaissance française, nous les vengerons en redoublant d’efforts pour relever le pays (La Tribune avril 1946).

68En clair : des mineurs sont morts au travail, mais on va prendre appui sur eux pour produire encore davantage et pousser plus loin le sacrifice.

69Le PCF et la CGT expliquent aussi que la bataille du charbon, version stakhanoviste, ne se réduit pas seulement à la poursuite d’objectifs quantitatifs : « une pédagogie de masse » la sous-tend, explique Léon Delfosse, qui a créé à cet effet la revue Mineurs. Cette revue devait s’efforcer « de donner une culture technique permettant à l’ouvrier de comprendre ses dures conditions de travail. Il s’agissait, en mettant l’accent sur les difficultés de l’heure et les perspectives de modernisation de rendre le mineur solidaire du devenir de sa fosse et des destinées du pays » (Dejonghe Revue du Nord 1975).

70L’histoire a montré qu’on peut difficilement mettre en doute l’efficacité d’une telle « pédagogie ». Reste à s’interroger sur sa valeur. Une pédagogie qui repose sur l’adhésion contrainte est-elle autre chose que de la propagande ? Et si la propagande tient une place déterminante dans l’incitation quotidienne au rendement, n’est-ce pas parce qu’elle s’inscrit dans la logique de la production du mineur « travailleur et soldat » ? Comme dans les pratiques stakhanovistes, « mieux valait convaincre que punir, user de motivations positives que d’un système de coercitions périmé » (Dejonghe Revue du Nord 1975). A partir de septembre 1945, une vaste campagne se déploie sur trois registres (cf. chapitre 5) :

  • l’émulation entre les fosses avec les baromètres de production, les citations au tableau d’honneur, les drapeaux au sommet des chevalets des meilleurs puits pour exciter la rivalité entre équipes,
  • l’émulation entre ouvriers eux-mêmes par le jeu des récompenses en nature (vélos, petits cochons, postes radio),
  • le défi de classe sans cesse exalté à travers les campagnes pour les heures supplémentaires.

71A quoi s’ajoutait la propagande écrite et audio-visuelle (cf. chap. 2) : le mineur est toujours représenté au travers d’une imagerie lénifiante et vertueuse. Liberté raconte ainsi pour l’édification des masses l’histoire de ces mineurs à qui un ingénieur « saboteur » avait volontairement fait baisser le salaire :

Des mineurs à qui un ingénieur venait de réduire de 5 F le prix de la berline lui répondirent en redoublant d’efforts, ne voulant pas tomber dans le découragement, voulant montrer leur volonté de vaincre dans, la bataille du charbon (Liberté 11 août 1945).

72On voit ce que l’exemple est chargé d’infiltrer dans la tête du mineur : avoir toujours l’esprit et le corps tournés vers la production, et ne pas revendiquer (ou s’en remettre à son syndicat). Ces mécanismes idéologiques n’ont pu devenir efficaces qu’au travers de deux supports institutionnels : la nationalisation des mines et le statut du mineur.

La nationalisation : de la-mine-aux-mineurs à l’État-patron

73La nationalisation, c’est d’abord l’aboutissement d’une ancienne revendication. Au point de départ, il y a le vieil idéal ancré dans l’inconscient de la corporation : « la mine aux mineurs ». Cette idée d’une mine « autogérée » (dirait-on aujourd’hui) apparaît dès le Moyen-Age avec la célèbre mine de fer de Rancié dans l’Ariège : « Une coopération ouvrière dans laquelle les membres sont égaux en droit, telle est aujourd’hui la situation de Rancié. Telle la vouluent toujours les mineurs. De tout temps en effet ils se sont montrés très attachés au principe de l’égalité » (Franck Berranger 1912 : 94). Cette « mine aux mineurs » semble s’incarner pendant quelques jours aussi dans les mines de la Loire, pendant la révolution de 1848 ; des ouvriers font « tourner » eux-mêmes l’extraction du charbon, après avoir chassé les ingénieurs et les contremaîtres.

74La revendication repose sur l’idée que le sous-sol appartient à tout le monde et conteste la loi napoléonienne de 1810 qui avait instauré un régime de « concessions minières » à des particuliers chargés de l’exploitation du sous-sol. Le retour à « des compagnies ouvrières de mineurs » apparaît dans les premiers cahiers de revendication des mineurs au début des années 1880. En 1894, Jaurès et plusieurs parlementaires proposent « la nationalisation complète de la propriété minière ». Mais l’idée de nationalisation mûrira entre les deux guerres dans les milieux syndicalistes de la CGT (Lefranc 1970). On s’orientera vers un compromis entre l’étatisation et l’idée plus libertaire « de la mine aux mineurs ». Il faudra attendre la nouvelle conjoncture politique créée par la guerre et la victoire pour que le vieux projet devienne loi, après d’âpres batailles politiques.

Une maison de verre

75Dans un premier temps, une ordonnance de décembre 1944 crée un régime provisoire qui fixe le statut d’un « groupement des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais ». L’ordonnance accorde aux Houillères la personnalité civile, l’autonomie financière et toutes les installations nécessaires à la marche de l’exploitation, y compris « les œuvres sociales » des compagnies : corons, hôpitaux, etc. Elle n’opère pas encore un transfert de propriété, mais une dépossession des anciens patrons.

76Le débat qui s’élève autour de la formule de nationalisation va prolonger pendant deux ans ce régime provisoire. En mai 1946, la loi portant sur la nationalisation des Houillères est finalement votée. Elle s’inspire des conceptions « planistes » de la CGT et propose une gestion tripartite : entre l’État, les usagers et le personnel. Mais un malentendu semble s’être installé dès le début sur la signification de cette nationalisation ; dans l’esprit de beaucoup de mineurs la nationalisation a joué comme une utopie libératrice, plus proche de l’idéal « coopérativiste » de « la mine aux mineurs », avec la perspective d’une amélioration immédiate de leur sort. Conscient des espoirs et des équivoques possibles de la loi de 1946, H. Martel prend soin de préciser devant les mineurs, le 26 août 1946, jour de l’installation du premier conseil d’administration des Houillères, à Douai : « Les nationalisations ne sont pas encore « la mine aux mineurs ». C’est un premier pas vers ce rêve de tous les travailleurs. Et lorsque ce rêve sera réalisé, ce sera la mine aux mineurs ».

77En attendant ces lendemains qui chantent, Martel demande plus prosaïquement aux mineurs « de constituer une multitude de fourmis travailleuses qui se mettront ardemment à l’ouvrage pour sauver le pays ». Le même jour, A. Lecœur lance une formule habile en forme de compromis : « Le siège des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais sera une maison de verre. Chacun saura ce qui s’y passe. Il faut que chaque mineur soit capable de faire un président du conseil d’administration ». Ce dosage du rêve et de la réalité pouvait laisser place à maintes interprétations. Le sous-préfet de Béthune fait part du rapide scepticisme des mineurs :

  • 25 ADPC M 778.

Au début, l’enthousiasme était d’autant plus vif que la propagande radiophonique annonçait monts et merveilles. L’intérêt pour les nationalisations supplantait et même éclipsait pour les comités d’entreprise. On assiste depuis à un curieux retournement. Les premières réalisations ont déçu les travailleurs qui en attendaient des résultats immédiats et un renouvellement profond du personnel de direction. L’idée de l’État-patron fait son chemin »25.

Monnaie d’échange

78Au-delà de l’analyse « officielle », trois grandes raisons peuvent expliquer la déception des mineurs.

  • 26 Le SNIM créé en 1945 est le syndicat CGT des ingénieurs.

79— La nationalisation fut, avant 1946, mais encore plus après, l’enjeu d’une bataille dans la classe politique : des débats et des manœuvres qui passèrent au-dessus de la tête des mineurs dans la mesure où on ne leur demandait pas leur avis. Les entreprises nationalisées représentent une plate-forme importante pour le PCF, qui y voit un moyen d’exercer un pouvoir. Les communistes tirent parti de leur présence au gouvernement pour placer leurs hommes aux postes-clefs (présidence des C.A., direction générale). Dans le Nord, comme ailleurs, tout se joue à couteaux tirés, parfois sur la place publique, souvent dans les coulisses. Pendant quelques mois le PCF et la CGT paraissent tenir les leviers de commande des Houillères du Nord. Thiébault, proche de Thorez, est nommé président du C.A. ; Léon Delfosse devient directeur adjoint chargé du personnel et des œuvres sociales (POS). Quant au directeur, Armanet, il appartient au SNIM (syndicat national des ingénieurs des mines)26 et passe pour avoir des sympathies communistes. Mais le rapport de force va évoluer avec la situation politique.

80— Autre déception perceptible : « la démocratisation » promise par la loi prend l’allure d’une « bureaucratisation ». Ceux qui sont placés à des postes de responsabilité sont des hommes de l’appareil du Parti ou du syndicat : l’encadrement se renforce à tous les niveaux. En 1947, la revue Révolution prolétarienne publie un article polémique, mais stimulant, sur « la politisation des Houillères nationales ». La revue d’inspiration anarcho-syndicaliste pointe ce qui ne passe pas inaperçu aux yeux de beaucoup de mineurs :

La nationalisation, loin d’apporter les changements que les mineurs espéraient a souvent donné l’impression qu’elle était le point de départ d’un énorme renforcement de toutes les catégories de bureaucraties inutiles... Pour parler net, les mineurs sont en train de se convaincre que la floraison de nouveaux bureaucrates jusques et y compris dans leurs propres syndicats ouvriers risque de coûter plus cher que les dividendes des anciens actionnaires. Ils pensent que si la nationalisation n’est que cela, elle ne supprime pas l’exploitation des véritables producteurs, mais modifie seulement la nature de cette exploitation. Les bureaucrates remplacent l’actionnaire, mais c’est toujours le mineur qui trime pour le nouveau parasite comme il trimait pour l’ancien.

7. Même dans les pages « d’humour noir », la propagande pour la production n’est pas oubliée. Le rouleau à pâtisserie comme stimulant (n° 1 de la revue Mineurs, janvier 1947)

81Et l’auteur de développer quelques exemples.

Avant la guerre, il y avait à la direction des mines de Courrières un état-major de 42 techniciens qui déjà paraissait largement suffisant pour assurer une direction efficace dans les diverses activités de cette compagnie minière : actuellement le même état-major groupe 147 techniciens. Il a donc plus que triplé. Ce qui n’est déjà pas facile à justifier...

82L’encadrement syndical paraît suivre la même progression :

Là où il y avait auparavant huit secrétaires permanents (syndicat du Pas-de-Calais) il y en a maintenant vingt-deux. Et sur ces vingt-deux, vingt sont des adorateurs de M. Thorez... Cet exemple de bureaucratisme politisé n’est d’ailleurs que le reflet fidèle de ce qui se passe à tous les autres échelons... Il fut un temps pas tellement lointain où l’on avait une autre conception de ce que devait être le rôle des militants syndicaux. Le plus surprenant est que cette bureaucratie syndicale se développe après la nationalisation, c’est-à-dire lorsque la notion d’exploitation capitaliste mérite d’être considérée comme largement atténuée sinon complètement supprimée. En réalité, il s’agit beaucoup plus d’encadrer les mineurs pour les amener à soutenir une certaine politique que de renforcer leur organisation de défense que doit être le syndicat (Révolution prolétarienne 1947).

83— La nationalisation apparaît enfin comme la monnaie d’échange du productivisme. C’est au nom de la défense de la nationalisation que le PCF et la CGT demandent aux mineurs de produire toujours davantage. Après 1946 chaque « complot » ou « sabotage » est l’œuvre des « hommes des trusts » ou des socialistes. C’est à chaque fois l’occasion de rappeler les mineurs à leur devoir :

Les mineurs veulent produire ; ils sont prêts à s’épuiser au travail de choc pour gagner la guerre ; mais ils ne veulent pas que leurs efforts servent les barons du sous-sol qui hier les firent crever à la tâche (Liberté 7 décembre 1944).

84Le raisonnement est toujours le même : « Si les trusts sabotent, c’est que notre intérêt est de produire » (Liberté 24 juillet 1945). En mars 1947 le thème est plus que jamais d’actualité : V. Duguet, président des Charbonnages de France, lance un appel aux mineurs à un moment où les critiques pleuvent sur les Houillères nationales :

Ce que je vais vous dire paraîtra dur, mais il faut que vous produisiez davantage. La nationalisation des mines n’est pas un échec : il faut faire la preuve que le rendement, le prix de revient, l’ordre et la discipline sont meilleurs qu’avant-guerre, sinon il en sera fini des Houillères nationales (Liberté 2 mars 1947).

85Dans cette spirale sans fin du productivisme, la bataille du charbon enterra l’utopie de la « mine aux mineurs ».

Le statut du mineur

86« Il faut faire de la profession de mineur une profession privilégiée. C’est un bon placement pour la nation », expliquait A. Lecceur en février 1946. De fait, en mai, le conseil des ministres promulgue un statut du mineur, présenté par La Tribune en mars 1946 comme un « événement historique, une grande victoire de la classe ouvrière ». Cette convention collective était une revendication de la Fédération nationale du sous-sol (CGT) depuis septembre 1944. Le statut va réglementer toute la profession : composition du personnel, conditions de titularisation, embauche, licenciement, durée du travail, congés, avantages en nature, hiérarchie professionnelle, salaire à la tâche, droit syndical. La CGT fait valoir que le mineur devient « le premier ouvrier de France » et que la corporation reste « à l’avant-garde du prolétariat ». Le statut ne stipule-t-il pas que « les mineurs seront les ouvriers les mieux payés de France : le salaire du manœuvre de première catégorie est fixé à partir du salaire moyen du métallurgiste de la région parisienne en majorant celui-ci de 12 % pour le jour, de 32 % pour le fond » ? En outre, tout mineur embauché est « protégé » grâce « à des commissions paritaires de discipline et de conciliation qui seront chargées du règlement des différends et joueront un rôle essentiel en matière d’embauchage, d’avancement et de licenciement ».

87C’est qu’en réalité on avait besoin avant toute chose de mineurs pour mener la bataille. La revue Mineurs le dit, sans périphrase : « pour obtenir du charbon français, il faut des mineurs. Il faut éviter la désertion de nos mines. Pour cela il faut garantir la profession minière par un statut qui en fasse une profession enviable où la pénibilité et les risques du métier seront compensés par des avantages intéressants et mérités » (mars 1947). Les dirigeants de la CGT ne cachent pas que s’ils se sont battus pendant deux ans pour obtenir le statut, c’est parce qu’en échange on attend que le mineur fasse ses preuves au travail.

  • 27 Discours de Henri Martel le 26 août 1946 à Douai.

Le statut de mineur ne vous sera appliqué et ne vous mettra en avant de toutes les corporations que si nous pouvons augmenter le rendement individuel. Si vous faites cela, mes camarades, vous aurez la fortune et le bien-être27.

88Le statut, futur Eldorado du mineur ? Tous les avantages sociaux octroyés ne prennent leur sens que par la référence au travail. Le comité d’entreprise vient d’acquérir en 1946 un « magnifique » château sur la Côte d’Azur à La Napoule. « L’intention est de faire fonctionner ce centre toute l’année et faire ainsi bénéficier tous les éléments du prolétariat minier d’une cure d’air » (Mineurs mars 1947). Soit. Mais les « résultats immédiats et lointains (de la cure, d’air) ne peuvent se traduire que par une augmentation de la production charbonnière » (ibid.). Une délégation du comité d’entreprise va en mission en Grande-Bretagne pour visiter les centres de réadaptation et rapporte, émerveillée :

Dans ces centres nous avons vu un ouvrier qui avait été pris dans un éboulement. Résultat : fracture de la colonne vertébrale, de l’omoplate et du fémur droit. Après deux mois et demi de traitement, le blessé courait, sautait, grimpait normalement et il allait pouvoir reprendre le travail » (Mineurs février 1947).

  • 28 Voir Bruno Mattéi « La normalisation des accidents du travail : l’invention du risque professionne (...)

89Selon Léon Delfosse, la nationalisation et le statut du mineur ont consacré « la mort du paternalisme patelin des anciennes compagnies ». En réalité, les Houillères n’ont fait que substituer un paternalisme d’État au paternalisme « patelin », en améliorant les dispositifs de fixation et de prise en charge sociale qui fonctionnaient depuis le xixe siècle. La loi sur « la sécurité sociale minière » votée en 1946 instaure un régime de prise en charge totale de la santé du mineur et de sa famille. Elle ne remet pas du tout en cause l’idéologie du « risque professionnel » qui est au fondement des anciennes caisses de secours minier et de la loi sur les accidents du travail votée en 189828. Elle pousse aussi loin que possible le dispositif social et juridique qui permet d’envisager l’accident ou la maladie sous l’angle de ses conséquences et, très secondairement, sous celui de ses causes : il s’agit toujours de banaliser au maximum l’accident, de le faire admettre par les victimes et de mettre les charges du risque au débit de l’ensemble du corps social.

  • 29 « Ouvrier, dis-toi bien que l’ingénieur désire autant que toi voir augmenter la production du puit (...)

90Après toutes les polémiques sur l’épuration, le statut du mineur remet de l’ordre dans les rapports entre ouvriers et cadres, en revalorisant la hiérarchie. Le PCF et la CGT vont le plus loin dans la voie de la séduction : en 1946, la CGT défend contre la CFTC le principe de l’élargissement de la hiérarchie des salaires et, pendant son séjour au secrétariat d’État à la Production industrielle, Lecœur accorde de nombreux avantages aux ingénieurs (congés payés, avancement, etc.). On encourage les ingénieurs et les porions à affirmer leur autorité et on demande aux mineurs de l’accepter au nom du « climat de coopération »29 qui doit favoriser l’envol, d’un même élan, vers les plus hauts sommets de la production. Au fil de trois discours qu’il prononce cette même année devant des porions et des cadres syndicaux, Lecœur développe les conceptions du PCF en la matière :

La vérité est qu’il existe encore je ne sais quelle méfiance, quelle prévention, entre la maîtrise et les ouvriers. Il faut en finir avec ces préventions. Le mineur doit trouver dans son porion un chef, un guide. Je le dis en toute tranquillité : nul ne peut contester que l’autorité du porion doit s’exercer. Le rôle de la maîtrise est de faire exécuter par le personnel ouvrier le programme des chantiers préalablement établi.

  • 30 En septembre 1944, après les grèves insurrectionnelles de la Libération, un rapport de police expl (...)

91Il faut aussi encourager le porion à retrouver son autorité contestée à la Libération30 et ne pas hésiter, au besoin, à créer un climat de « coopération » particulier :

  • 31 Ministère de la Production industrielle. Trois discours prononcés par Auguste Lecœur en 1946. Ces (...)

N’est-ce pas, camarades, que dans vos puits vous connaissez au moins un paresseux, un désorganisateur ? Et la maîtrise, ayant peur de je ne sais qui, de je ne sais quoi, ne dit rien ! Cela ne peut que décourager ceux qui s’esquintent au boulot. N’est-ce pas que le porion aurait l’appui unanime des ouvriers qui travaillent s’il prenait les sanctions justifiées contre ce désorganisateur, ce paresseux ?31.

92Pour stimuler l’ardeur de l’encadrement, Lecœur annonce le retour des primes de production :

Le porion qui dépasse le plan de production doit avoir plus que son collègue d’un autre quartier qui est à la traîne. L’ingénieur qui, par son intelligence et son initiative, augmente, dépasse, ses plans de production doit gagner plus que l’ingénieur dont les plans de production piétinent.

Bataille de dupes ?

93En termes de bilan économique, la bataille du charbon fut gagnée : hommes politiques, syndicalistes et historiens s’entendront sur ce point. Mais le prix de cette victoire pour les mineurs a-t-il jamais été calculé ? On lira dans le chapitre 5 ce qu’il advint de la santé des mineurs. Sur le terrain social et politique, la cassure du consensus syndical et politique à la fin de la bataille marque également la fin de certaines illusions.

  • 32 Plusieurs affiches sur les concours de productivité et la lutte contre l’absentéisme dans les anné (...)
  • 33 La grève de 1947 s’inscrit dans un contexte de grèves générales en France dirigée : par la CGT et (...)

94En mai 1947, les ministres communistes sont chassés du gouvernement ; le PCF et la CGT perdent peu à peu leurs positions au sein des Houillères ; mais les institutions mises en place demeurent. La productivité donne toujours lieu à des concours. Les fanions hissés en haut des fosses ne disparaîtront qu’au début des années 50... Cependant, le gouvernement préféra élaguer ce qui paraissait trop avantageux pour les mineurs dans le statut et la sécurité sociale minière, en remettant notamment en cause la protection médicale qui ne permettait pas, de ce point de vue, de lutter contre l’absentéisme32, ainsi que les commissions de conciliation qui entravaient l’autorité patronale. Les mineurs, à qui on avait demandé d’être « des mystiques de la production », se sentirent bien évidemment floués. Les longues grèves de novembre 1947 et octobre-décembre 1948 vont traduire cette colère et la combativité d’une corporation qui se voyait retirer ce qui la faisait figurer en tête du « palmarès » des ouvriers de France. Ces grèves, qui vont durer respectivement vingt-quatre jours et un mois et demi, seront violentes et sans concessions de part et d’autre33. En 1948, le bassin minier sera occupé par l’armée. Malgré les évocations de la guerre et de la Résistance, les mineurs reprendront le travail sans avoir obtenu gain de cause. En dirigeant ces mouvements, en criant au dévoiement de la nationalisation, la CGT et le PCF vont canaliser à leur profit les espérances déçues et trahies de la bataille du charbon, dont ils furent pourtant les maîtres d’œuvre.

95Ce fut peut-être là l’un des paradoxes de cette période de l’histoire du mouvement ouvrier : sous couvert de lois sociales, à coups d’idéologie valorisante et de compensations, on chevilla encore un peu plus les mineurs à leur exploitation, on referma encore davantage leur horizon.

8. Les murs parlent aux mineurs (archives HBNPC)

Notes

2 Le plan Monnet, plan national de modernisation et d’équipement, portait sur 6 secteurs de base : les Houillères, Électricité de France, la sidérurgie, les transports, les machines agricoles, et le ciment. En 1938, la production nationale de houille était de 48 millions de tonnes ; en 44 de 30 millions. Le Nord produisait 18 millions en 44, au lieu de 28,2 millions de tonnes en 1938.

3 Signification que le PCF tente de minimiser pour ne pas faire peur : « La nationalisation, ce n’est pas du communisme, ni du socialisme, mais une mesure démocratique tout simplement... On ne veut pas apporter de l’eau au moulin des ennemis du peuple en disant : socialiser ça veut dire partager l’avoir des petits paysans » (M. Thorez, le 13 mars 45, devant les mineurs de Lens).

4 Exposé du ministre de la Production industrielle aux commissaires de la République réunis à Paris le 24 juin 1945, publié en brochure, La crise charbonnière.

5 Cf. aussi André Pierrard : « Il me semble évident que le Parti voulait aller au gouvernement, ce qui était normal, et qu’il se comportait en parti responsable du gouvernement » (interview A. Pierrard, A. Lecœur, R. Pannequin, 1981).

6 Le « délégué-mineur », qu’il ne faut pas confondre avec le délégué syndical, existe depuis une loi de 1890. Il a essentiellement une fonction de protection : il visite les chantiers au fond pour s’assurer de la sécurité. Il a de ce fait un rôle important.

7 La CFTC est minoritaire : environ 20 % des voix aux élections. En décembre 1944, CGT et CFTC s’étaient entendues pour présenter des listes uniques aux élections des comités d’entreprises. Cette entente ne dura pas...

8 ADPC, M 778.

9 ADPC, M 778.

10 Les porions sont « les contremaîtres » dans les fosses.

11 ADPC 1 Z 455, rapport de police.

12 « Il ne s’agit que de grèves partielles, localisées, et de courte durée, désapprouvées dans tous les cas par le syndicat des mineurs. On constate d’autre part que ces grèves n’ont pas affecté dans la plupart des cas les ouvriers du fond et qu’il s’agit de revendications des ouvriers du jour touchant un supplément mensuel de matières grasses de 1,250 kg et réclamant les mêmes avantages que ceux des ouvriers du fond, soit 2 kg de matières grasses. » ADPC M 778, rapport de police.

13 Du nom de l’ingénieur qui a pensé et expérimenté ce système lié à une nouvelle organisation du travail (voir le chapitre 4).

14 « Maca » est le diminutif de « macaroni » : surnom dont les mineurs français gratifiaient les Italiens qui étaient selon eux les plus acharnés à la production.

15 Discours prononcé à la salle des fêtes d’Auby le 26 février 1946.

16 ADPC M 778. Cf aussi ce rapport sur les grèves : « A mon avis il faut voir à l’origine de ces mouvements de grève dans les mines qui se sont renouvelés fréquemment dans mon secteur depuis la Libération le manque d’ascendant et d’autorité des dirigeants communistes du syndicat et de la CGT sur la classe ouvrière ». Rapport de la police de Béthune.

17 C’est ainsi que Thorez est présenté dans la brochure qui reproduit le discours de Waziers.

18 « Je ne suis pas d’accord sur certains propos tenus par M. Thorez : un certain nombre de grèves qui ont eu lieu là-dessus étaient justes. M. Thorez les a condamnées sans distinction » (interview de Léon Delfosse, 1981).

19 Rapport des Renseignements généraux. ADPC M 778, septembre 1945.

20 ADPC M 778.

21 ADPC M 778.

22 « Le gouvernement et les organisations syndicales réalisent l’action sacrée pour gagner la bataille de la production », titre la brochure publiée à l’occasion du meeting de Lens.

23 Selon le rapport de police. ADPC M 778.

24 ADPC M 403, 8 septembre 1945.

25 ADPC M 778.

26 Le SNIM créé en 1945 est le syndicat CGT des ingénieurs.

27 Discours de Henri Martel le 26 août 1946 à Douai.

28 Voir Bruno Mattéi « La normalisation des accidents du travail : l’invention du risque professionnel » in Les Temps modernes janvier 1976.

29 « Ouvrier, dis-toi bien que l’ingénieur désire autant que toi voir augmenter la production du puits. Mesure la responsabilité qui est la sienne. Songe qu’il a fait des études approfondies... Ingénieurs, ne considérez pas les ouvriers comme des dénigreurs systématiques. Pensez un instant à ce que peut être l’expérience d’un vieux délégué mineur qui bourlingue depuis des années dans le même puits, quelle peut être l’expérience d’un bon ouvrier qui connaît bien le quartier où il travail » (Mineurs n° 2 février 1947).

30 En septembre 1944, après les grèves insurrectionnelles de la Libération, un rapport de police explique : « En marge de la reprise du travail, les ouvriers posent des revendications consistant à nommer les chefs porions ou porions à leur initiative ». ADPC 1 Z 455.

31 Ministère de la Production industrielle. Trois discours prononcés par Auguste Lecœur en 1946. Ces textes se trouvent à la Bibliothèque nationale.

32 Plusieurs affiches sur les concours de productivité et la lutte contre l’absentéisme dans les années postérieures à la bataille du charbon figurent au Centre historique minier de Lewarde.

33 La grève de 1947 s’inscrit dans un contexte de grèves générales en France dirigée : par la CGT et le PCF. La grève de 1948 s’étendit à l’ensemble de la corporation minière, et quatre mineurs trouvèrent la mort dans la Loire.

Table des illustrations

Légende 1. 28 février 1946, à la fosse 8 de l’Escarpelle à Auby, près de Douaide gauche à droite : Victorin Duguet, secrétaire de la Fédération nationale des mineurs, Maurice Thorez, Auguste Lecceur et Léon Delfosse.Un cliché retouché par la presse (Coll. particulière).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende 2. Lecœur, Thorez, Duclos en conciliabule (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Légende 3. Maurice Thorez à la tribune (archives Houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Légende 4. Benoît Frachon (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Légende 5. L’important meeting du stade Nungesser à Valenciennes (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende 6. Le sourire et la cigarette, à la remonte (couverture du n° 1 de la revue Mineurs, janvier 1947)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 7. Même dans les pages « d’humour noir », la propagande pour la production n’est pas oubliée. Le rouleau à pâtisserie comme stimulant (n° 1 de la revue Mineurs, janvier 1947)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 8. Les murs parlent aux mineurs (archives HBNPC)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable