Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

I. L'homme-charbon

Introduction

Texte intégral

1L’immédiat après-guerre fut cette période où se forgea définitivement cette identité sociale et culturelle que nous avons choisi d’appeler « la mythologie du mineur ». Parce que celle-ci est d’abord faite d’images, bordée de discours et de représentations. En 1946 nommer le mineur, c’est désigner un prolétaire prototype, brandi à l’époque comme parangon de la classe ouvrière. La fin de la guerre ne fut pas tant libération que clôture. Comme un dernier tour de vis donné à une histoire centenaire, qui s’explique largement par la conjoncture historique et les événements qu’elle produisit. A la Libération les forces politiques de gauche prennent le pouvoir dans la plupart des municipalités du bassin minier. La CGT entre dans les organes de décision des Houillères nationales et contribuent à élaborer le statut du mineur, qui depuis, régit la corporation. Pendant deux ans, 1945 et 1946, les mineurs sont confrontés à une nouvelle donne politique et se voient assigner un rôle déterminant dans la production, donc dans le redressement économique du pays. Mais les institutions des Houillères mises en place pendant cette période, si elles garantissent un niveau de vie convenable, ne répondent que partiellement aux aspirations de la corporation et même s’opposent fondamentalement dans certains domaines aux revendications syndicales antérieures : c’est le cas par exemple du mode d’évaluation de la rémunération.

2Des grèves éclatent ici et là, combattues par la CGT et le Parti communiste qui joue, lui, sa crédibilité comme parti de gouvernement et tient à atteindre en premier lieu les objectifs économiques fixés en vue d’une autonomie politique de la France face aux États-Unis. Mais au-delà de la situation nationale et internationale, l’œuvre entreprise vise à instaurer de nouveaux rapports entre les travailleurs, leurs syndicats et l’État — à l’échelle d’un secteur de production — en construisant un nouveau profil de l’ouvrier, un modèle « moderne » où les luttes contre le patronat-exploiteur laissent place à une collaboration avec l’État-employeur. L’ouvrier cogérant obtient en contrepartie de sa responsabilité des conditions de vie décentes (salaire, sécurité sociale, logement, loisirs). La tâche est délicate ; il fallait d’abord convaincre et former les militants, essentiellement issus du PC et de la CGT, à leur nouveau rôle d’encadrement de la production et de la vie sociale du mineur. Et il fallait faire vite, en raison des difficultés économiques et des besoins en charbon, mais aussi parce que le PCF n’était pas assuré de se maintenir à long terme au gouvernement, s’il ne faisait pas rapidement preuve de son efficacité et de son pouvoir. Aussi, parallèlement aux réformes économiques et sociales entreprises, une intense campagne se développe dans le but d’obtenir du mineur une plus grande productivité.

3Rappelons que celle-ci avait considérablement diminué pendant la guerre pour au moins trois raisons : la pénurie de machines et de matériaux, la sous-alimentation des ouvriers et la résistance passive qui se résume dans la formule : « pas de charbon pour les Boches ». D’où l’immense campagne de propagande pour inciter au travail. Campagne à coups de stimulants matériels, mais aussi en cultivant l’image du mineur. Ainsi, les images narcissiques auxquelles les mineurs et leurs familles pourraient s’identifier : le mineur est le premier ouvrier de France, il tient le gouvernail du pays tel le pilote du navire. Captifs de l’image du héros du travail diffusée partout dans le pays, les mineurs dans leur grande majorité se sont engagés dans la bataille ; mais au bout du parcours, c’est le destin d’une corporation tout entière qui s’est scellé...

  • 1 ADPC (Archives départementales du Pas-de-Calais) M.778, congrès du syndicat des mineurs CGT, rappo (...)

41945 : la bataille de la production succède à la bataille militaire. A travers une mission économique (reconstruire la France) et politique (assurer l’indépendance et la liberté), des enjeux idéologiques et institutionnels se proclament ou se tapissent. Au nom d’une modernité sociale et politique — la nationalisation du charbon, le statut d’avant-garde octroyé aux mineurs —, une autre scène se joue. Le mineur est baptisé « premier ouvrier de France ». Il est aussi témoin « de la classe ouvrière devenue majeure »1 pour ceux qui au Parti communiste et à la CGT se chargent de mener le combat en première ligne, au nom de l’idéal socialiste et, l’histoire le voulant, du gouvernement français de l’après-guerre (1944-1947). Une bataille du charbon où les mineurs furent convoqués à une nouvelle gestion de leurs forces. Nous reconstituons ici les séquences essentielles du travail sur ces forces ainsi que leur reformulation dans un monde social où régnait depuis le milieu du xixe siècle une gestion patronale des masses ouvrières. La bataille du charbon peut être considérée comme la métaphore même de la corporation appelée à jouer un scénario écrit par d’autres, au nom de causes dont les enjeux souterrains transcendaient l’histoire immédiate, mais s’y accomplissaient.

Notes

1 ADPC (Archives départementales du Pas-de-Calais) M.778, congrès du syndicat des mineurs CGT, rapport moral d’activité du 23-24 mai 1946.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540