Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi des charbonniers

 | 
Evelyne Desbois
, 
Yves Jeanneau
, 
Bruno Mattéi

Comment entrer dans le champ de la bataille

Texte intégral

1Mettons que tout commence ici par un territoire et son défi. La longue ligne de fuite de la plaine du Nord rejoint brusquement l’histoire quand le panneau planté sur les bords de l’autoroute, quelques kilomètres avant l’apparition des premières fosses, apporte son drôle de message : « Le bassin minier terre d’accueil et de travail ». Puis une étendue d’eau stagnante noyant des bosquets évoque la période carbonifère. Le paysage de chevalements, de terrils, d’alignements de corons, nous ramène au début de l’ère industrielle ou du moins aux images qui en ont été conservées.

2Traversée d’un musée de plein air où des décors grandeur nature retracent l’histoire de la houille et de son exploitation. Quelques images s’associent à ces idées : Germinal, les Indes noires, les grèves, la catastrophe de Courrières, celle, plus récente, de Liévin et les Gueules noires qui, à leur tour, évoquent les gueules cassées. Alors le voyageur se souvient des « paroles de couleur sombre » écrites sur la porte de l’Enfer de Dante : « Vous qui entrez, laissez toute espérance. » Ces scories d’une imagerie banale et faussement exotique sont confortées par les natifs du pays minier qui convoquent de vieilles images de misère, de lutte, de fermeture et de mort.

3Sur fond de ce paysage minier, monotone et homogène, la population campe un personnage unique, immuable, à l’image des géants de la tradition carnavalesque ; comme si toute singularité semblait avoir été bannie au profit d’une étrange identité collective : le mineur se dresse armé de ses qualités et de ses attributs, lié par une relation univoque à son milieu naturel, la mine.

4Il est toujours spontanément décrit comme un être courageux, aimant son travail, attaché à sa fosse et à son coron. Le Nord, les gens du Nord, la mine, les mineurs : autant de pièges à stéréotypes auxquels n’échappent ni les étrangers ni les autochtones. Mais dans le cas du bassin minier, les stéréotypes font office d’informations et d’analyses. On les trouve dans les textes patronaux comme dans ceux des syndicats, dans la bouche des leaders politiques, dans celle des ouvriers et plus largement chez tout habitant du bassin. En raison même de leur vigueur, ces stéréotypes ne peuvent être seulement considérés comme des reliques, de vieux emblèmes que la population conserverait fidèlement au même titre qu’un saint patron ou qu’un personnage célèbre symbole de la région. C’est qu’ici chacun s’attache à affirmer son lien spécifique à la « grande corporation » et la qualité revendiquée de descendant de mineur vient légitimer tout propos tenu sur la mine. Que les discussions portent sur la hiérarchie, les conditions de travail ou les salaires, les interventions débutent le plus souvent par une déclaration d’identité : les « mon père », « grand-père », ou « oncle » « qui était mineur » signalent que les morts sont convoqués pour constituer « la grande famille des mineurs » comme une vaste et mythique tribu.

5C’est cette identité sociale et culturelle, que nous interrogeons ici ; elle ne permet plus à la population de faire face à son destin, elle empêche même l’adaptation au futur qui rattrape le présent ; elle surprend l’observateur attentif par ses paradoxes et ses dysfonctionnements. Certes, elle s’est constituée dans le partage passé des conditions de vie et de travail inventées par les dirigeants des compagnies minières qui ont réussi en quelques décennies à fixer et à homogénéiser une main-d’œuvre longtemps rebelle de manière à en assurer la reproduction.

6L’histoire a gardé les traces des refus et de la résistance à cette intégration : l’absentéisme, les émeutes et les grèves qui suivent les catastrophes, l’opposition à des systèmes de paiement ou d’organisation du travail, en portent témoignage. A la Libération, les représentants proclamés des mineurs reprennent les objectifs et les moyens d’action des compagnies, en les systématisant sous couvert de défense de l’intérêt national. Le statut accordé aux mineurs lève les méfiances et l’opposition à ce retour de la politique productiviste. L’intériorisation de l’identité collective se fait alors, à l’instigation des syndicats et des partis de gauche, et n’est vraiment achevée qu’à contretemps, lorsque la récession pointe déjà son cortège de fermetures.

7Effet pervers : les mineurs n’ont plus alors à leur disposition qu’un discours figé, une imagerie héroïque et une croyance dans des promesses déjà oubliées. Drapés dans leur dignité, ils dénoncent les manquements aux engagements pris à leur égard, défendent leurs avantages acquis et deviennent les gardiens hypersensibles d’un futur musée industriel. La morale leur rend hommage. La réalité les balaie.

8Comment ce modèle a-t-il pu se statufier, se figer pour interdire toute initiative novatrice, juguler les comportements rebelles et les imaginations ? S’est-il inscrit profondément dans les consciences et les conduites individuelles ? Par quels mécanismes institutionnels et idéologiques a-t-il opéré ?

9C’est à ce questionnement que nous avons tenté de répondre en menant cette recherche et en rédigeant cet ouvrage.

10Travail d’historien ? d’ethnologue ? de psycho-sociologue ? Nous étions confrontés à un objet lointain, évanescent et légendaire.

11Tandis que ferment les derniers puits et que le Pays Noir tente de faire peau neuve, les derniers membres de la tribu, immobiles et silencieux, ressassent les promesses d’hier, les illusions d’avant-hier et les souffrances endurées comme autant de gris-gris protecteurs. Déterminés par leur rapport au travail, enfermés dans un univers clos et répétitif, les mineurs ont subi leur histoire à partir du moment où ils ont accepté de jouer le rôle pour eux écrit.

12Notre recherche devait se frayer un chemin dans ce jeu de miroirs et de faux-semblants, de modèles et de statuts exceptionnels. Dans une première phase, nous avons recueilli des récits de vie auprès de mineurs actifs, retraités ou reconvertis, et de femmes de mineurs. En leur demandant d’évoquer leurs souvenirs et leurs perceptions personnelles des événements, nous voulions échapper aux stéréotypes des discours, des représentations et des documents d’archives. Nous avons utilisé cette technique, malgré ses limites, pour atteindre les constructions individuelles qui s’étaient édifiées à cette époque et qui déterminent, aujourd’hui encore, les comportements.

13La comparaison de ces récits fait ressortir une configuration de cinq traits plus ou moins affirmés selon les cas, mais toujours présents :

  • la morbidité des récits : les généalogies sont exprimées en morts ou en accidentés : « mon grand-père tué à la fosse 6, mon oncle amputé, mon père mort à cinquante ans de la silicose », etc. Maladie, accidents sont disséqués et le mot autopsie revient fréquemment.
  • un regard sans illusion sur leur vie professionnelle : parallèlement à la description fine des victimes de la lignée, les mineurs dépeignent avec réalisme leurs difficiles conditions de vie, les humiliations subies, l’angoisse et la tension ressenties au fond du puits.
  • la dénégation de cette réalité et l’attachement à sa condition : malgré ou à cause du regard amer porté sur leur vie de travail, les mineurs terminent généralement leur récit par une glorification de la corporation.
  • la difficulté à envisager l’avenir et à le préparer : les mineurs en activité se sont résignés à quitter la mine, même si certains discours syndicaux affichent encore des velléités de résistance. Mais l’avenir reste incertain, non tranché, entre le déplacement vers les mines de Lorraine et la reconversion (mais pour quel emploi ?). La lutte n’est plus à l’ordre du jour et les mineurs n’ont pas imaginé de stratégie professionnelle pour leurs enfants qui, sans formation, se retrouvent nombreux au chômage.
  • la faiblesse de la mémoire collective, trait qui en lui-même nous interroge fortement. Les mineurs frôlent aujourd’hui l’amnésie quand il s’agit d’évoquer ou de démêler le passé qui a réorganisé et fixé leur sort. Soit la période de l’immédiat après-guerre, de la « bataille du charbon » : c’était il y a quarante ans, presque hier. On demanda aux mineurs de contribuer à la reconstruction du pays en produisant un maximum de charbon, dans de difficiles conditions matérielles. Mobilisation idéologique, propagande active, avantages substantiels aux bons producteurs, nationalisation des mines : rien ne fut négligé pour atteindre l’objectif. Cette période s’acheva à l’automne 1947, par le renvoi du principal dirigeant CGT des instances de direction des Houillères, Léon Delfosse.

14Pendant ce bref laps de temps se joue l’avenir de la corporation. L’histoire s’est accélérée, et les enjeux sont tels que la maîtrise des individus sur le cours des événements s’estompe. « C’était les 100 000 tonnes ! » répond la mémoire collective à l’interrogation : qu’était cette période ? Mais le souvenir s’arrête là, comme si ces deux années avaient été vécues de manière traumatique ; la corporation a-t-elle perdu sa cohérence et son identité en acceptant de « retrousser les manches » et en laissant ses membres jouer aux héros du travail ?

15Période refoulée, oubliée, réduite à un ensemble de signes et de symboles superficiels, la bataille du charbon n’est jamais reliée aux discours actuels des mineurs, comme si cette dissociation était nécessaire et salutaire.

16Face à ce trou dans les mémoires et à l’obscurité relative de cette période historique, il fallait repriser le tissage d’époque. Reprendre un à un les fils - événements, discours, faits, lieux qui l’historien peut retrouver grâce à un minutieux travail sur les archives écrites et iconographiques, pour les croiser avec l’écheveau des existences individuelles, qui restitue les positions des acteurs et révèle les décalages obligés entre l’événement et la conscience qu’ils peuvent en avoir. Le lecteur suivra donc successivement deux parcours qui l’obligeront à repasser sur les mêmes lieux pour assister aux mêmes événements et entendre les mêmes slogans mais à chaque fois dans une position et avec une écoute et un regard différents.

17Un premier parcours, celui de l’historien, recompose à travers l’étude du déroulement de la bataille du charbon et l’analyse des images qu’elle a engendrées, le personnage mythique du mineur, « l’Homme-Charbon ». Ce n’est qu’une fois ces repères historiques établis, que le second voyage peut être entrepris, celui qui mène sur les lieux mêmes de l’action — le corps, la fosse, et le logement — pour observer rétrospectivement la mise en place de nouvelles pratiques.

18Sur ces terrains, ce qui est advenu pendant ces deux années ne disparaîtra pas si facilement. L’organisation du travail et les relations entre ingénieurs, maîtrise et ouvriers se présentent sous un nouveau jour : rationalisation du travail, avènement des nouvelles techniques d’exploitation sont marqués par les traces d’un passé récent, la collaboration. La course au tonnage avec ses corollaires — salaire individuel au rendement, matériel plus performant — change profondément les conditions de travail et multiplie les facteurs de risques, notamment l’exposition aux poussières. Avec la silicose, les mineurs paieront quelques années plus tard un prix directement proportionnel à l’effort fourni. Et si l’on fit bien peu de cas de leur vie et de leur santé, en compensation, on s’occupa fort activement de leur foyer en leur accordant le mirifique droit au logement gratuit qui les liait, cette fois-ci définitivement, eux et leurs descendants, à la mine. Le caractère durable de ces mutations signale qu’il ne s’agissait pas de modifications de surface imposées extérieurement par les circonstances.

19Les hommes en place dans le bassin minier ne pouvaient se contenter d’appliquer une nouvelle doctrine ; ils devaient jour après jour, en inventer les termes sur le tas, loin des bureaux et des aréopages qui fixaient les objectifs à atteindre. Par leur intermédiaire des consignes ont été traduites en actes, en produits qui conserveront la marque de ces artisans. Et notre recherche puisera ses matériaux, non dans la puissance exacte des machines ou les courbes de production, mais dans les paroles prononcées, les réactions aux situations.

20Emprunter quand c’est possible, les lunettes — modèle 1946 — des ingénieurs, des responsables syndicaux, des médecins. C’est-à-dire observer ce que ces hommes, dans le feu de l’action, ont pu éprouver, percevoir, imaginer. Qu’importe si ces discours ne concordent pas tout à fait avec la vision « de loin » permise par la lecture des archives ou des articles de presse, des rapports et comptes rendus de réunions qui sont censés enregistrer l’histoire. Les communiqués de guerre n’ont jamais vraiment reflété ce qui se passait en première ligne. Seuls ceux qui y étaient peuvent en parler et seulement pour eux-mêmes.

21Quand ces hommes seront morts et leur environnement remodelé, les faits — les événements, les chiffres, les textes — auront alors beau jeu d’imposer une grille d’analyse enfin débarrassée des à-peu-près et des contradictions propres aux témoignages des individus vivants.

22Le paysage minier ne disparaîtra pas du jour au lendemain, et les images d’Épinal d’un métier en voie d’extinction seront rassemblées et sélectionnées par un musée local. L’évolution des techniques, le rôle de l’extraction minière dans le développement industriel, les conquêtes sociales et les événements marquants — grèves et catastrophes — seront les têtes de chapitre de l’exposition. Qui trouverait à y redire ?

23Pas les mineurs, qui ont bien voulu croire, après guerre, que leur position en première ligne leur conférait un droit à une citoyenneté privilégiée, eux qui n’avaient été que les parias et les captifs des toutes-puissantes compagnies, et qui reconnaîtraient dans ce découpage les grands thèmes de leur mythologie. La réalité, malheureusement pour eux, les a réduits aux rôles de simples figurants, et c’est l’archéologie d’un leurre que nous proposons. Ou, si l’on veut, « l’avenir d’une illusion »...

Les acteurs

24La bataille du charbon n’était pas si éloignée dans le temps que nous ne puissions retrouver et interroger quelques-uns de ses acteurs principaux : hommes politiques, syndicalistes, cadres des Houillères, médecins des caisses de secours minières. Les questions que nous leur avons posées portèrent sur leur situation antérieure à 1945, sur leur rôle et leur fonction pendant la bataille du charbon et aujourd’hui, sur leur interprétation de la période. Nous les avons confrontés aux textes qu’ils avaient produits à l’époque ou aux comptes rendus d’événements dont ils avaient été les acteurs. Ce qui nous a permis d’imaginer plus précisément l’atmosphère dans laquelle se déroulaient débats et affrontements, et de mieux cerner en fin de compte ce qui fondait leurs attitudes, opinions, ou sentiments le plus souvent maquillés lors des manifestations officielles. C’est ainsi que nous avons rencontré :

— Auguste Lecœur : ancien dirigeant du PCF, maire de Lens à la Libération, et secrétaire d’État à la Production charbonnière en 1946, qui joua un rôle déterminant sur le terrain pendant toute la période.
— André Pierrard : cet ancien député communiste du Nord dans les années 50 était rédacteur en chef du quotidien Liberté à la Libération. Il servit donc en première ligne sur le front de la propagande.
— Roger Pannequin : cet ancien responsable communiste, originaire du Pas-de-Calais était à l’époque le jeune adjoint d’Auguste Lecœur. Il a longuement évoqué dans deux livres ses services dans la résistance communiste et l’immédiat après-guerre dans les mines du Nord : Ami, entends-tu et Camarade, si tu tombes (Plon).
— Léon Delfosse : chef syndicaliste CGT, il fut nommé directeur-adjoint des Houillères nationales du Pas-de-Calais, chargé des œuvres sociales. L’essentiel de la vie syndicale de cette période passe par lui. S’il fut limogé de son poste aux Houillères en 1947, il resta un chef influent pendant encore de nombreuses années.
— Marcel Legrand : syndicaliste CGT pendant la bataille du charbon ; aujourd’hui maire de Carvin dans le Pas-de-Calais.
— Marcel Marteau : ancien délégué mineur CGT pendant la bataille du charbon. Il représente le point de vue du syndicaliste de base.
— M. Walch : directeur délégué du groupe de Valenciennes des HBNPC (Houillères du Bassin du Nord-Pas-de-Calais) à la Libération.
— M. Pointurier : ancien ingénieur des HBNPC dans le Douaisis.
— MM. Lagandré et Tréguer : ingénieurs des HBNPC et membres du conseil d’administration des Houillères en 1946.
— Les docteurs Codron et Ringard : anciens médecins des caisses de secours minières de la région de Bruay-en-Artois en 1945.

Chronologie de la bataille du charbon
1944 :
— 21 août-7 septembre : grève insurrectionnelle des mineurs et libération du Nord.
— 28 août : appel à la reprise du travail de Henri Martel, député mineur communiste, depuis Londres : « Mineurs de France, la victoire totale vient à grands pas. »
— 13 septembre : 2 ministres communistes entrent dans le gouvernement de Gaulle.
— 12 octobre : ordonnance fixant un régime provisoire de nationalisation des mines du Nord-Pas-de-Calais.
— 7 novembre : retour de M. Thorez en France après cinq années passées en URSS.
— Novembre : premières grèves de mineurs contre l’insuffisance du ravitaillement.
— 21 décembre : reparution de La Tribune, organe des mineurs CGT.
— 30 décembre : mot d’ordre de la CGT : « Travailler d’abord, revendiquer ensuite. »
1945 :
— 3 janvier : la CGT demande aux mineurs de travailler certains dimanches pour augmenter la production.
— Janvier-juin : plusieurs grèves partielles éclatent avec pour thèmes principaux : l’insuffisance du ravitaillement et l’épuration des cadres.
— 1er février : accident à la fosse 3 de Lens : 9 morts.
— 13 mars : premier meeting de Thorez dans le bassin minier : « 60 000 personnes à Lens », titre Liberté, quotidien régional du PCF.
— 17 mai : allocution radio-diffusée de Lacoste, ministre de la Production industrielle : un appel pressant à la production est adressé aux mineurs.
— Juin : la production et le rendement en baisse depuis avril sont au niveau le plus bas.
— 13-19 juin : articles dans Liberté : « Le charbon décide de tout. » Éloge du stakhanovisme.
— 15 juillet : grève à Béthune pour demander l’épuration d’un porion. Le délégué-mineur CGT est révoqué par le commissaire de la République avec l’approbation de Maurice Thaorez.
— 21 juillet : discours de Maurice Thorez à Waziers : « Produire, faire du charbon, c’est la forme la plus élevée de votre devoir de classe, de votre devoir de Français. »
— 2 août : la silicose est reconnue comme « maladie professionnelle ».
— Août : préparation d’une grande campagne de propagande : affiches, slogans, stimulants matériels, etc.
— 12-20 septembre : une grève dans les mines de Lens s’étend dans plusieurs fosses du bassin.
— 17 septembre : le mot d’ordre est lancé à Lens par le gouvernement et la CGT : « 100 000 tonnes de charbon par jour ; pour gagner la bataille de la production. »
— Octobre : élection de l’Assemblée constituante : le PC devient le premier parti de France. 5 députés communistes font leur entrée comme ministres dans le Gouvernement provisoire, dont M. Thorez (Fonction publique), M. Paul (Production industrielle), A. Croizat (Travail).
— 24 décembre : meeting de Thorez à Valenciennes « pour la renaissance française ». Appel pour la campagne des 120 000 tonnes par jour.
1946 :
— 22 janvier : démission du général de Gaulle. Thorez devient ministre d’État, Auguste Lecœur sous-secrétaire d’État à la Production industrielle.
— 9 février : 1re réunion de la « commission de modernisation de la production de charbon ».
— 30 mars : coup de grisou à la fosse 1 des mines d’Ostricourt : 13 morts.
— 17 mai : loi sur la nationalisation des Houillères.
— 28 mai : le « statut du mineur » est adopté en conseil des ministres.
— 30 août : installation à Douai du Conseil d’administration des Houillères du Nord-Pas-de-Calais, présidé par un communiste.
— 17 novembre : loi sur « l’organisation de la sécurité sociale dans les mines ».
— 16 décembre : le socialiste Lacoste redevient ministre de la Production industrielle à la place de M. Paul Lecœur qui perd le sous-secrétariat à la Production industrielle.
— Décembre : Force ouvrière forme une tendance organisée au sein de la CGT.
— Décembre : Plan de modernisation des Houillères du Nord-Pas-de-Calais.
1947 :
— Janvier : premier numéro de la revue Mineurs, « au service des comités de puits des Houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais. »
— 23 janvier : Thorez devient vice-président du conseil des ministres présidé depuis le 17 par Ramadier.
— 6 mai : les ministres communistes sont chassés du gouvernement.
— 15 novembre : Léon Delfosse (CGT) est révoqué de son poste de directeur adjoint des Houillères du Nord. Victorin Duguet (CGT) démissionne de la présidence des Charbonnages de France.
— 17 novembre-9 décembre : grève générale des mineurs du Nord-Pas-de-Calais.
1948 :
— 20 avril : coup de grisou à Courrières : 14 morts, 30 blessés.
— 19 septembre : décrets Lacoste remettant en cause certains articles du statut des mineurs et de la sécurité sociale minière.
— 5 octobre-4 décembre : grève générale des mineurs du Nord-Pas-de-Calais.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540