Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre chien et loup

 | 
Bertrand Hell

Conclusion

Texte intégral

1En affirmant par ses gestes et ses dits la consubstantialité du hegen et de l’acte de chasse proprement dit, le chasseur rejette de fait le principe de la chasse/régulation et s’inscrit dans une conception particulière de la pratique cynégétique. Spécificité d’un système de représentation qui, au-delà de l’affirmation d’une identité régionale qu’il énonce face aux Knaller (tireurs) et autres Fleischjäger (viandards), éclaire ainsi, à notre sens, l’absence dans la France de l’Est de certaines chasses traditionnelles. Car, ni les grives du vignoble des collines subvosgiennes, ni les bécasses de la plaine du ried, n’ont jamais été l’enjeu d’une chasse passionnée et strictement codifiée comme dans les régions méridionales ou les provinces de vieille France. Il en est d’ailleurs de même des autres populations d’oiseaux migrateurs — cette caractéristique s’avérant incompatible avec toute pratique du hegen — présents en Alsace et en Moselle, courlis, vanneau et même canard.

2Ainsi dès le milieu du xixe siècle un chasseur alsacien, par ailleurs grand exégète des coutumes cynégétiques régionales, témoigne explicitement du mépris que la chasse aux canards éveille chez le « vrai » chasseur :

Les canardières :... pourquoi ce silence lugubre ? C’est que cet endroit est le théâtre de massacres en masse ; c’est que les assassins ne veulent pas être dérangés dans leur horrible besogne... (Engelhard 1864 : 9.)

3Certes à l’heure actuelle le chasseur de canard n’est plus un « assassin ». Mais il est encore possible de relever derrière l’apparente homogénéité du groupe des chasseurs l’importance du clivage qui s’établit entre chasseur et... tireur. Car les chasseurs n’omettent pas de remarquer que, de fait, le seul intérêt d’une « telle » chasse réside uniquement dans la dextérité dont doit faire preuve le chasseur-tireur. Dextérité au tir que valorisent par ailleurs les chasseurs de canards eux-mêmes : « Ils sortent à 28 mètres/seconde. Vous vous rendez compte ce que cela représente... Faut être sacrement rapide. » (Roland B., chasseur de canard. Strasbourg. Novembre 1983.)

  • 98 Loi du 7 mai 1883 sur la police de chasse : « Article 3 : l’exercice du droit de chasse est interd (...)

4Chasse ou destruction, l’acte prédateur humain s’avère fondamentalement ambivalent. Cette ambivalence s’inscrit dans un système conceptuel précis dont le statut de l’animal nous paraît le pivot. Dans la France de l’Est, la quête passionnée du cerf en fournit une illustration particulièrement éloquente ; ni sa classification officielle parmi le « gibier nuisible »98 — ce qui en principe autoriserait sa chasse toute l’année et, comme pour les autres nuisibles, justifierait l’utilisation de pièges, voire d’appâts empoisonnés — ni sa fonction alimentaire — la viande du cerf en rut est « trop sauvage », donc impropre à la consommation — ne permettent de comprendre pas plus les résonnances anthropomorphiques de sa poursuite que l’ébullition fiévreuse qui, d’un bout à l’autre des Vosges, agite à l’approche du brame le cercle des gens de chasse.

5Il ne semble dès lors pas inutile de rappeler l’importance, dans toute organisation sociale de l’acte de chasse, quelle que soit l’aire culturelle considérée, des systèmes de représentation régissant les rapports de l’homme et des animaux non domestiques ; importance face à la fonction alimentaire même dans les groupes qui tirent l’essentiel de leur subsistance des activités de chasse ; les travaux des préhistoriens soulignent par exemple l’écart qui peut exister entre la valorisation d’un animal, la ritualisation de sa chasse et sa réelle importance alimentaire :

... Le renne qui figure abondamment parmi les déchets de l’alimentation des chasseurs contemporains de ces œuvres, n’occupe qu’une place nulle ou très faible dans l’iconographie de certaines grottes... C’est là un fait important car s’il était confirmé, il induirait à penser qu’une partie au moins des animaux représentés jouait un rôle sans liaison alimentaire avec le vivant (Leroi-Gourhan 1981 : 305).

6Importance également des représentations symboliques dans l’élaboration des systèmes de taxinomie animale dont les variations observées pour des groupes humains vivant dans un même écosystème ne doivent dès lors pas étonner ; animal honni, le lièvre est l’objet chez certaines populations turques (Tahtacï, Bektasi) d’un tabou contraignant. Pour les Tahtacï la rencontre avec un lièvre s’avère un présage redoutable, et il convient d’abandonner les objets qu’il aurait pu souiller. Ce tabou ne concerne en aucune manière les populations sunnites voisines : pour les Yörük sa consommation est libre et certaines pratiques (utilisation de la patte séchée, recueil de quelques gouttes de sang) soulignent le caractère bénéfique de sa chasse (Roux 1970 : 290).

7Jagdfieber et statut du chasseur, principe de la chasse-récolte et culte du trophée : le cadre conceptuel régissant l’exercice de l’acte de chasse dans la France de l’Est ainsi rétabli appelle à notre sens une réflexion approfondie sur une pensée classificatoire qui, de l’exclusion du renard ou du blaireau à la valorisation du Keiler solitaire ou du vieux cerf ordonne la répartition des animaux non domestiques selon un axe dont le point nodal paraît la reconnaissance d’une certaine force sauvage. Indispensable à la restitution d’un tel système taxinomique s’avère, outre la compréhension des statuts opposés chasseur/gibier et chasseur/nuisible, l’analyse des apparitions signifiantes d’animaux sauvages à certaines époques du cycle calendaire traditionnel : apparition dans les communes du Sundgau de d’r Iltis (le putois), homme de paille quêtant des œufs à la mi-carême ; offrande de gâteaux en forme de cerf, les Hirzhörnle au Nouvel-An ; rites d’inversion sexuelle du lundi du cerf, d’r Hirtzmandig, à Carnaval.

88. Cerf et biches à l’époque du rut (Vosges du Nord)

8Laissons enfin une ultime référence de terrain dévoiler l’orientation que cette présente approche des pratiques de chasse nous suggère.

9Questionnés sur la grande vénerie, les chasseurs régionaux manifestent, derrière les discours quelque peu stéréotypés valorisant le « prestige » d’une chasse séculaire ou la « tradition » d’un rituel strictement codifié, leur réprobation devant certaines pratiques de cet « art » cynégétique ; l’hallali sur pied, la curée des chiens mais également le partage de la venaison témoignent selon eux d’un « manque de respect » de l’animal, totalement incompatible avec le « véritable esprit chasseur ».

89. Carie linguistique de la Moselle

89. Carie linguistique de la Moselle

10La réprobation est fortement marquée face à cette coutume « française » de partager le gibier à l’issue de la chasse :

C’était une battue au cerf chez mon cousin, le garde, près d’Orléans. A la fin, ils ont découpé le cerf avec la peau ; chacun a reçu deux ou trois kilos de viande avec les poils autour... C’était dégueulasse (A.D., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1984).

11Si dans d’autres espaces cynégétiques, ce dépeçage répond à un usage solidement établi, véritable rite égalitaire (Jolas 1982) ou découpage signifiant (Fabre-Vassas 1982), une telle pratique s’avère pour les chasseurs régionaux « barbare » et son principe, le partage de la viande, contraire à toute éthique de la chasse. Une fois le vidage terminé, la tête, siège du trophée, détachée, devoirs et droits du chasseur sur l’animal disparaissent.

12Si le trophée revient légitimement au tireur, il ne peut se réserver aucun morceau de choix, pas plus que les chasseurs d’une battue ne peuvent prétendre à une part de la venaison. Le gibier est toujours vendu « en entier » et l’argent de la vente toujours reversé intégralement dans la caisse de la société de chasse. Caisse dont les fonds sont utilisés pour le hegen : dépenses d’affouragement, achat de pierres à sel, etc. Jouissance collective donc, au sein du groupe des chasseurs, du produit de la chasse, qu’il est possible de mettre en parallèle avec l’affectation communalisée du produit de la location des baux de chasse par les communautés villageoises.

90. Destination du produit de la location de la chasse en Moselle

90. Destination du produit de la location de la chasse en Moselle

(C. Paul 1983. Fédération départementale des chasseurs de Moselle.)

  • 99 Pour 1982, le montant total du produit de ces fermages s’élevait à 25 500 000 francs pour les comm (...)

13Dans le cadre de la loi locale, le maire convoque tous les neuf ans, à chaque adjudication, la totalité des propriétaires dont les terrains constituent le ban de chasse communal. L’assemblée des propriétaires est invitée à se prononcer, à la double majorité des deux tiers (des surfaces et des voix) sur l’affectation du produit des locations99 ; ce fermage peut, soit être redistribué aux propriétaires, au prorata de la surface de leurs terres respectives, soit être attribué à la caisse communale.

14Dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin, la quasi-totalité de ces assemblées communales se prononce pour le versement intégral des fermages à une caisse communale dont les fonds servent à l’entretien des chemins et aux règlements de diverses caisses de soutien agricole.

15En Moselle, deux espaces distincts apparaissent, nettement délimités, sur la carte de destination des produits de la location du ban de chasse. Espaces que recoupent par ailleurs les aires linguistiques délimitées par la frontière germano-romane qui traverse ce département. Coïncidence intéressante de deux lignes de séparation qui permet d’opposer la redistribution individuelle propre au domaine roman, à cette affectation communalisée, caractéristique du domaine germanophone.

16Pratique et discours de chasse observés dans la France de l’Est permettent d’intégrer les départements considérés dans une aire culturelle plus large couvrant une partie de l’Europe nord-occidentale et de l’Europe centrale et dont il appartient à une investigation anthropologique des conduites cynégétiques et des comportements vis-à-vis du gibier de fixer les limites avec précision.

Notes

98 Loi du 7 mai 1883 sur la police de chasse : « Article 3 : l’exercice du droit de chasse est interdit pendant la période du 2 février au 23 août. Sont exclus de cette disposition : les sangliers, les cerfs, et les animaux nuisibles ».

99 Pour 1982, le montant total du produit de ces fermages s’élevait à 25 500 000 francs pour les communes du Haut-Rhin et 35 000 000 francs pour celles du Bas-Rhin.

Table des illustrations

Légende 88. Cerf et biches à l’époque du rut (Vosges du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 89. Carie linguistique de la Moselle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre 90. Destination du produit de la location de la chasse en Moselle
Légende (C. Paul 1983. Fédération départementale des chasseurs de Moselle.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540