Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre chien et loup

 | 
Bertrand Hell

Chapitre 3. Le principe de la chasse-récolte

Texte intégral

1Si le Jagdfieber légitime l’intrusion de l’homme dans l’espace cynégétique et circonscrit, aux yeux de la communauté, le groupe des gens de chasse, il peut s’avérer une pulsion dangereuse susceptible de transformer le chasseur en Fleischjäger (viandard). Seuls un savoir partagé et le respect de « l’éthique » délimitent alors le cercle des chasseurs authentiques. Faits et dits témoignent en effet d’un véritable rituel cynégétique qui s’impose au chasseur. Se profile ainsi au sein du monde sauvage une frontière précise qui sépare la chasse, activité humaine codifiée, de la sauvagerie que manifestent la prédation désordonnée, la destruction illimitée. Mais gardons-nous de le penser, cette éthique n’est ni simplement un garde-fou, contrepoids indispensable au Jagdfieber, ni seulement la moralisation collective d’une pratique qui, par la passion qui s’y attache peut déchaîner les convoitises individuelles.

2Gestes et techniques de chasse révèlent par-delà ce code, une conception particulière de l’acte cynégétique reposant sur le principe de la « chasse-récolte ». L’indéniable spécificité d’un tel système de représentation régissant les rapports du chasseur, véritable cultivateur du gibier, à certains animaux permet en outre de suivre, inscrit en filigrane dans la pratique quotidienne, l’affirmation d’une identité régionale.

Le concept de la Hege

Le gibier c’est pas de la mauvaise herbe, il faut le vouloir. Ceux qui ne comprennent pas ça, ce ne sont pas des chasseurs (Joseph K., chasseur. Région d’Ingwiller. Octobre 1984).

71. Au cours du repus de chasse, la tournée de schnaps, l’eau-de-vie alsacienne

  • 80 Dans le calendrier de la chasse, le printemps correspond à la période de mise bas pendant laquelle (...)

Les collets, il ne faut pas les mettre n’importe quand. Pour les communions, y a du boulot. Mais il faut faire attention de ne pas exagérer car c’est le Schonzeit... faut respecter la tranquillité du gibier80 (Henri H., bûcheron, braconnier. Région de Saverne. Avril 1984).

  • 81 Hegen : littéralement entourer d’un enclos (Hag). Dès le xve siècle, ce terme est utilisé par la W (...)

3D’un bout à l’autre de l’espace cynégétique, chasseurs et « vrais » braconniers témoignent d’une même conception de la chasse ; le savoir des gens de chasse s’avère ainsi indépendant des frontières fixant la légalité de la pratique. L’ensemble des mesures que prend le chasseur pour « vouloir » du gibier, pour le protéger, est connu sous le terme de hegen81. Nous avons précédemment évoqué la frontière qui, en matière de politique cynégétique, parcourt l’Europe. La pratique de la Hege, attestée par les archives dès le ixe siècle, se rattache à la conception de la chasse caractéristique des pays germaniques et de l’Europe centrale.

4Pour le chasseur, le hegen est indissociable de l’acte de chasse lui-même.

Le vrai chasseur se reconnaît avant le coup de fusil. Le chasseur c’est celui qui est aux petits soins avec le gibier ; ça c’est primordial dans la chasse (Georges C, chasseur, industriel. Vosges du Nord. Octobre 1984).

5Cette conception distingue nettement, à leurs yeux, les chasseurs régionaux :

J’ai été invité à une battue dans l’Hérault par des amis marseillais. Entre deux traques mon voisin me fait des confidences : moi je suis en vacances dans la région, mes amis m’ont dit : allez viens chasser, on m’a prêté un fusil. Vous vous rendez compte ! Ici c’est pas pensable. D’ailleurs là-bas la plupart des chasseurs n’ont jamais vu de gibier vivant (H. W., chasseur. Mulhouse. Septembre 1984).

6Querelles de clocher dans la (grande) famille des chasseurs ? De fait, les propos de chasseurs « de l’intérieur » laissent transparaître le plus souvent une conception cynégétique sensiblement différente.

Tout ça c’est de la magouille. C’est parce que là-bas ils préfèrent chasser avec les Boches qu’avec nous les Français. Je le sais, j’ai chassé quatre ans à Niederbronn (F.G., chasseur, industriel. Oyonnax. Mai 1982).

7L’ingénuité de certains « aveux » témoigne, au-delà de la bonne foi de l’informateur, du véritable fossé séparant deux conceptions de la chasse :

  • 82 Le tir du cheptel cerf, chevreuil (et chamois pour l’Alsace) dans les trois départements est soumi (...)
  • 83 Le kilo de sanglier vaut à la revente entre 30 et 35 francs. Le tir du sanglier, gibier classé nui (...)

Écoutez, cela fait cinq ans que je me tape la route pour venir ici. J’ai jamais tiré un seul cerf. Alors quand j’ai vu ce douze cors, j’ai pas cherché à savoir si j’avais un bracelet ou non. J’ai tiré... Ils nous emmerdent avec leurs histoires82 (X., gros commerçant de la région lyonnaise. Chasse de forêt en Alsace. Octobre 1983).
Leur modèle allemand pour moi c’est du vent. La chasse c’est une entreprise, cela doit se gérer comme une entreprise ; l’important c’est la gestion financière83 (Y., industriel de la région parisienne. Chasse de forêt en Alsace. Septembre 1984).

8Faut-il ne voir dans cette conception du hegen qu’une légitimation a posteriori de l’acte de chasse, remise au goût du jour selon les discours ambiants de type écologiste ? La relation directe qui se fait jour entre niveau régional d’un cheptel et conception de la chasse y prévalant, infirme clairement cette hypothèse.

La protection de la Cour royale a permis, jusqu’à l’affaiblissement décisif de la monarchie, vers 1340, de sauvegarder le principal milieu de vie du gibier sicilien ; elle explique le maintien d’étendues boisées qui constituent le biotope indispensable des espèces dont la chasse est attestée par la documentation archivistique et archéologique, et dont la présence surprend aujourd’hui, dans une île désormais totalement privée de cervidés, de sangliers et de faisans (Bresc 1980 : 201).

9Certes la diminution du gibier s’inscrit en corollaire de l’extension du nombre des chasseurs suite à cette démocratisation de la pratique observable dans toute l’Europe à partir du xviiie siècle. Mais, comme nous avons eu l’occasion de le souligner, le retour à une organisation cynégétique de type réservataire, dans certains pays, ne relève pas seulement de l’histoire sociale de la pratique ; toute politique cynégétique cohérente, concept sous-jacent à la notion de hegen, suppose — et ceci ressort clairement, non sans une certaine gêne il est vrai, des propos des chasseurs régionaux — « une pression cynégétique faible », c’est-à-dire en clair une limitation du nombre des chasseurs.

72. La pratique du hegen : chasseur agrainant

10La Suisse s’avère à ce titre, tant par les ethnies représentées que par l’organisation fédérale de la chasse mise en place (les cantons déterminent leur propre politique cynégétique), un véritable microcosme de l’espace européen : si l’état du cheptel gibier peut être considéré comme satisfaisant dans les cantons de Suisse alémanique (Bâle-campagne et Solothurn par exemple), un seuil critique de raréfaction semble avoir été atteint dans les cantons francophones, justifiant par exemple en partie la suppression de la chasse votée en mai 1974 dans le canton de Genève.

Pendant la mauvaise saison, je passe deux à trois heures par jour sur le terrain à m’occuper du gibier. Regardez autour de vous, en hiver, le gibier qu’est-ce que vous voulez qu’il trouve à manger ? (Joseph K., chasseur, commerçant. Région d’Ingwiller. Octobre 1984.)
Sur notre chasse, c’est moi qui affourage. Mon cousin qui est garde chez X. vient m’aider. On sort six ou sept heures par semaine. Mes partenaires [des Suisses allemands] viennent assez souvent ; ils sortent sans fusil pour aider, pour voir du gibier (Oscar H., chasseur, cadre moyen. Sundgau. Octobre 1984).
Pendant la semaine, le patron il ne peut pas monter. C’est moi qui m’occupe de la chasse. Mais tous les week-ends il fait la tournée des postes d’agrainage pour voir si tout est correct... La semaine dernière on a refait ensemble le toit d’une mangeoire (Jean P., garde-chasse. Moselle. Octobre 1983).

11Nous avons entrepris de manière systématique sur tous nos terrains d’enquête une étude des budgets de chaque société de chasse : les dépenses réservées à l’affouragement sont considérables et varient, non compris l’achat et l’entretien d’un véhicule ni le salaire du garde, entre 10 et 30 % du budget total.

12Voici quelques chiffres pour quatre sociétés de chasse contiguës situées sur notre terrain d’enquête des Vosges du Nord.

73. Affouragement dans les Vosges du Nord

73. Affouragement dans les Vosges du Nord

13Précisons qu’il s’agit d’un massif des basses Vosges gréseuses au sol pauvre (parfois sablonneux) n’offrant qu’une biocénose déséquilibrée ; certains secteurs plus favorisés requièrent de la part du chasseur un effort d’affouragement moindre : dans telle chasse du Sundgau (1 200 ha dont 700 de forêt, sol riche : loess et lehm, canton non remembré, pas de cervidés), le locataire ne répand « que » 5 tonnes de maïs. L’importance de ces dépenses se répercute directement sur la part que doit verser chaque sociétaire : dans les trois départements, ce montant oscille entre 15 000 et 25 000 francs pour une chasse de forêt, entre 5 000 et 15 000 francs en plaine, ce qui nous entraîne considérablement au-delà des moyennes nationales : selon une récente étude sociologique, 70 % des chasseurs français dépensent moins de 1 000 francs par an pour la chasse.

14Une certaine réserve, perceptible lors des entretiens relatifs aux différentes dépenses de chasse, incite à détailler quelque peu l’observation : c’est alors la pratique même de l’affouragement, et sa fonction réelle, qui se voient placées au cœur des préoccupations éthiques du chasseur.

73. Affouragement dans les Vosges du Nord

73. Affouragement dans les Vosges du Nord

Enquête effectuée en 1982 auprès de 14 000 porteurs de permis de chasse (Comité national d’information chasse-nature. Paris. 1982).

C’est scandaleux ! Dans le coin il y en a plusieurs qui affouragent sur les prés à l’extérieur de la forêt : c’est pour attirer les cochons dehors et pouvoir les tirer plus facilement ; c’est plus de la chasse, c’est de la boucherie (Oscar H., chasseur. Sundgau. Octobre 1984).
Le tir sur la place d’affouragement ? C’est bon pour les viandards ! C’est indigne d’un chasseur. Bien sûr il faut y construire un mirador pour observer le gibier, éventuellement tirer quelques animaux malades, mais y chasser, ça jamais (Georges D., chasseur. Ingwiller. Septembre 1983).

15Il apparaît en effet que la pratique de l’affouragement n’est pas dépourvue d’une certaine ambiguïté. Ambiguïté déjà perceptible à la lecture des traités de chasse médiévaux ; si la nohenlohesche Handschrift atteste l’existence de cultures à gibier (chap. 65-68 cf. Lindner 1959), on relève dans d’autres Jagdbücher l’utilisation du terme Kornung (affouragement mais dans le sens d’appât), terme primitivement réservé aux seuls nuisibles, y compris le sanglier, puis étendu à l’ensemble du « gibier rouge » (Harrach 1953 : 82).

  • 84 Cette caisse est alimentée directement par les chasseurs qui acquittent une taxe représentant entr (...)

16L’affouragement répond théoriquement à deux impératifs ; d’une part, conformément au hegen, il doit assurer au gibier tout au long de l’année une nourriture équilibrée et pallier ainsi l’insuffisance du biotope suite à la disparition d’une couverture végétale : raréfaction de l’agriculture de montagne dans les vallées vosgiennes, débroussaillage intensif imposé par la gestion sylvicole. 11 vise d’autre part à réduire les dégâts qu’occasionne le gibier : pour les seuls sangliers, la caisse de compensation des chasseurs (le syndicat général des chasseurs en forêt) a dû verser 5,5 millions de francs d’indemnités aux agriculteurs pour les trois départements du Rhin et de la Moselle84.

17Le montant des indemnités à verser varie considérablement selon les communes : tout en tenant compte de tous les facteurs (types de culture, récoltes tardives, etc.), force est de constater, en prenant des exemples pertinents (communes comparables), que la gestion cynégétique mise en place par les chasseurs influe directement sur le niveau des dégâts : dans le canton de Ferrette (Sundgau), les indemnités à verser aux agriculteurs ont été fixées à 21 889 francs pour la commune de Oltingue et 456 francs pour Wolschwiller. Mêmes écarts significatifs à l’autre extrémité de la plaine d’Alsace : dans l’arrondissement de Haguenau on note 40 711 francs pour la commune de Niederschaeffolsheim contre 308 francs pour Gundershoffen (chiffres pour 1982).

18Pour les cervidés et dans une moindre mesure pour le chevreuil, certains secteurs sont considérés par l’Office national des forêts, responsable au nom de l’État de la gestion sylvicole, comme « sinistrés » : les forestiers y mènent alors une politique systématique d’engrillagement, dénoncée à grands cris par les chasseurs. Dans 41 des lots domaniaux de chasse exploités par location ou licence collective, l’Office impose aux chasseurs l’entretien des cultures à gibier.

19Ces deux impératifs ne doivent cependant pas masquer l’existence du tir sur la place d’affouragement. Le travail sur le terrain s’avère à ce titre indispensable pour mesurer la distance entre la norme et la pratique, entre le dit et le fait. Car l’affouragement joue alors le rôle d’un appât, offrant au chasseur un tir commode. Certes du « chasseur-braco » qui utilise ce procédé pour « faire de la viande » au chasseur qui, pressé par le temps, veut, par cette technique extraordinaire, respecter le plan de tir qu’il s’est fixé, les écarts peuvent être importants ; « boucherie », « tir facile indigne » du chasseur, « braconnage déguisé », la réprobation n’en semble pas moins unanime dans le cercle des « vrais » chasseurs ; ce procédé se voit vigoureusement rejeté, non sans une certaine intransigeance, au nom de l’éthique.

Ce tir ? Bien sûr si on les écoute, en Alsace, les chasseurs, il n’y en aurait que des « vrais ». Mais combien tirent à l’affouragement ? L’éthique, là ils n’en parlent plus ! (J. P., garde national. Alsace. Novembre 1984.)

20Condamnée à l’extérieur, cette pratique du tir sur la place d’affouragement se révèle parfois une source de conflits entre chasseurs partenaires d’une même société.

Le mirador du Eichenberg, on l’a construit pour observer le gibier. Je l’ai dit l’autre jour, si X. y continue à tirer des cochons chaque fois qu’y monte, je prends une hache et je le démolis (Marcel F., coadjudicataire. Vosges moyennes. Janvier 1984.)
Vous voyez ce chemin. On ne l’entretient pas exprès : c’est un chemin d’agrainage où on éparpille et même sème du maïs. Le cochon il aime retourner la terre, chercher sa nourriture... Il y a deux ans, Marcel, un partenaire, a coupé un peu l’herbe et a tiré un petit cochon en disant : « il me le fallait absolument pour ma sœur » ; ça a été une engueulade terrible et on a failli lui claquer la porte au nez, mais il a compris (Joseph K., chasseur. Région d’ingwiller. Octobre 1984).

21L’utilisation d’une telle technique de chasse rejette le chasseur au rang du « tireur ». La critique est grave : le tireur, c’est le Français de « l’intérieur », celui qui, ignorant de l’éthique, chasse « à la française », pratique décrite comme totalement anarchique (à l’exception bien sûr des quelques chasses traditionnelles et en premier lieu la vénerie), c’est-à-dire ouverte à tous les artifices. Quelle valeur effective accorder, suite à nos observations de terrain, à cette dichotomie affirmée ou souhaitée par les chasseurs régionaux ?

75. L’affouragement : conservation ou appât ?
(Paru dans la revue cynégétique Chasseurs de t’Est. 1982, n° 9)

22Situé en zone frontière (territoire de Belfort et Suisse), le massif du Rossberg subit une pénétration très forte de chasseurs non domiciliés dans le département ; or il apparaît clairement que la limite tracée par la pratique de l’affouragement/appât recoupe une frontière culturelle, cf. figure 76 :

23Précisons cependant que des différences aussi nettes ne se retrouvent pas sur nos autres terrains ; la relative diffusion de cette technique de chasse interdisant d’en réserver l’exclusivité aux seuls chasseurs « de l’intérieur »...

24Si le tir d’affût trace aux yeux des chasseurs une frontière plus pertinente et plus tangible que tous les discours, que la pratique ostensible de certaines « coutumes » (brisées, tableau etc.) entre tireur et chasseur, l’affouragement révèle une autre ambiguïté de l’acte cynégétique sur laquelle les chasseurs ne semblent que peu enclins à discourir.

76. Pratique de l'affouragement et domiciliation du chasseur (Haut-Rhin)
Répartition des communes d’un canton selon la nature de l’affouragement (sanglier)

76. Pratique de l'affouragement et domiciliation du chasseur (Haut-Rhin)Répartition des communes d’un canton selon la nature de l’affouragement (sanglier)

Répartition des communes selon la domiciliation du chasseur

Répartition des communes selon la domiciliation du chasseur

Des chasseurs, je crois que quelques uns ne savent plus très bien ce qu’ils font ! Dans la vallée de F., un chasseur, boucher de métier, met même de la viande ! (Jean-Jacques Z., instituteur. Vosges moyennes. Avril 1983.)

25Du versant mosellan des Vosges aux collines du Sundgau, nos enquêtes de terrain et l’observation des gestes quotidiens du chasseur légitiment une interrogation : la gestion cynégétique mise en place, justifiée par la référence au hegen, n’est-elle pas en fait une forme déguisée d’élevage ? Car derrière les impératifs avancés se profile ce désir, parfois inconscient, de sédentariser, de fixer le giber sur son territoire. Maintenir la concentration du gibier dans son lot apparaît ainsi comme le véritable mobile de bien des chasseurs. Mais un animal, par nature erratique, qui vient gagner régulièrement aux mêmes mangeoires peut-il encore être considéré comme « sauvage » ?

Une bête sauvage doit pouvoir s’adapter, rechercher sa nourriture, être incontrôlable. La chasse, cela ne doit pas être de la domestication ! (J. P., garde national. Alsace. Novembre 1984.)

26Ce détournement de la fonction de l’affouragement n’échappe pas à certains chasseurs ; un récent courrier émanant d’une fédération départementale et dénonçant « la perversion » d’une telle pratique a provoqué un tollé général et quelque peu secoué le monde cynégétique régional.

J’ai peur que l’éthique ne soit plus qu’un alibi. N’est-on pas en train de faire pour le gros gibier ce qui est arrivé pour le petit : on achète du gibier d’élevage qu’on lâche avant la chasse, juste pour le tir. Ici les chasseurs raillent cette chasse dite « de l’intérieur » et pourtant ils feraient bien d’ouvrir les yeux. (X., responsable cynégétique. Octobre 1984.)
Vous savez, pour les cervidés, l’affouragement n’a aucune influence sensible sur la densité ou la sédentarité des hardes. Alors les chasseurs qui assimilent le gibier à un cheptel, on peut sourire. Pour les cochons le problème se pose... Chez nous c’est une chasse traditionnelle ; nous sommes stricts, on ne pratique qu’un affouragement dissuasif (pour les dégâts agricoles). On éparpille le maïs pour les retenir en forêt. Un point c’est tout. (Jean-Marc V., chasseur. Vosges du Nord. Octobre 1983.)

27Nous voilà renvoyés, une fois de plus, à cette dichotomie chasseur/tireur que trace l’éthique, référence omniprésente, au sein du groupe des chasseurs ; la frontière s’avérant cependant dans ce cas quelque peu imprécise, ce qui inciterait à s’interroger sur le concept « d’animal sauvage » dans le système de représentations des gens de chasse.

77. Pierre à sel

78. Poste d’affouragement

— C’est une Salzecke (pierre à sel). C’est un bloc de sels minéraux qu’on place dans une vieille souche pour que le cerf puisse la lécher. Il en faut une vingtaine pour 1 000 hectares.
— Pourquoi ?
— C’est pour apporter des vitamines, contre les vers, les parasites. Pour équilibrer la nourriture et pour que le gibier se porte bien. (Armand D., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1984.)

28La mise en place de ces « pierres à sel », attestée déjà au xive siècle — une ordonnance des autorités de la ville de Nuremberg, datée de 1337, demande aux forestiers « de placer quatre pierres à sel dans la forêt pour la Saint-Michel » (Schwappach 1886 : 231) —, témoigne de ce souci d’être, comme le rappelait dans une formule quelque peu étonnante un informateur, « aux petits soins avec le gibier ». Souci qui reflète une image du « chasseur-gestionnaire » que tout chasseur se doit d’être ; définissant la conception régionale du hegen, un ancien président de fédération (et autorité cynégétique reconnue) conclut en ces termes :

Voici défini et cerné le rôle effectif du chasseur, celui de gestionnaire de la faune, soucieux de maintenir les cheptels dans des limites numériques supportables par le milieu où ils évoluent, mais aussi soucieux de conserver ces cheptels en bon état (Pfister 1983 : 1611).

La limitation du tir

L’animalicide, affaire toujours dangereuse, ne doit être accompli qu’à bon escient. Les vieilles et universelles lois restent en vigueur : il ne faut pas tuer inutilement, il ne faut pas tuer à n’importe quel moment. La chasse n’est pas un sport librement pratiqué (Roux 1970 : 275).

29Effectuée à propos des Yörük et Tahtacï, anciennes populations nomades de Turquie méridionale, cette observation peut être généralisée et souligne l’importance, au sein de toutes les populations de chasseurs, d’un code cynégétique ; indissociable de l’activité cynégétique, la limitation du tir s’en avère une des règles fondamentales. Règle dont la transgression peut entraîner la disparition du gibier soit parce qu’une chasse sans frein menacerait la survie de l’espèce poursuivie, soit encore parce que serait rompue la « convention » passée entre le groupe humain et les animaux sauvages ; ainsi pour les Chukchee (extrême Nord de la Sibérie) c’est à la suite d’un acte de cruauté — des cosaques russes arrachèrent les yeux d’un saumon vivant — que les saumons cessèrent de remonter la rivière (Bogoras 1904 : 132) ; quant aux Youkaghir (Sibérie septentrionale), ils expliquent la disparition de l’élan des bords de la rivière Yasatchnaïa en évoquant ce massacre inutile commis par un groupe de chasseurs de la tribu, un jour d’hiver, sur une harde bloquée dans la neige molle (Jochelson 1924 : 148). C’est donc, quels que soient les mécanismes de la disparition, à une préoccupation écologique, le respect d’un certain équilibre, dont dépend d’ailleurs la survie du groupe humain, que répond la limitation volontaire du tir.

79. Cartes cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées
1. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau chevreuil (capreolus capreolus)

79. Cartes cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées1. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau chevreuil (capreolus capreolus)

Nombre de chevreuils (capreolus capreolus) par 100 ha boisés au printemps 1976

Nombre de chevreuils (capreolus capreolus) par 100 ha boisés au printemps 1976

(O.N.C. 1977)

79. Caries cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées
2. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau cerf (cervus elaphus)

79. Caries cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées2. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau cerf (cervus elaphus)

Effectif cerf (cervus elaphus) au printemps 1976

Effectif cerf (cervus elaphus) au printemps 1976

(O.N.C. 1977)

79. Cartes cynégétiques de la France. État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées
3. Campagne de chasse 1975/1976 tableau sanglier (sus scrofa)

79. Cartes cynégétiques de la France. État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées3. Campagne de chasse 1975/1976 tableau sanglier (sus scrofa)

(O.N.C. 1977)

Un autre interdit... défend de tuer plus de gibier qu’il n’est nécessaire aux besoins vitaux. La chasse n’est pas un sport, chez les Sibériens, mais uniquement un moyen d’assurer sa subsistance (Lot-Falck 1953 : 163).

30Gardons-nous cependant d’induire du caractère négligeable de la fonction alimentaire de la chasse dans nos sociétés la désagrégation d’un système de pensée s’articulant autour de la notion d’équilibre et autour de la pérennité de l’espèce.

Après les premières sorties on se fixe un plan de tir. Cela dépend du repeuplement. Si on a plus de lièvres adultes que de jeunes, alors tant pis, pas de chasse cette année-là et bien sûr pas de battue (Marc L., employé, garde-chasse. Kochersberg. Mai 1983).

31Interdiction du tir de perdreaux pendant trois ans, limitation du nombre des battues de « cochons », suppression de toute pratique en cas de modification du biotope (sécheresse, inondations, gel tardif, etc.), conflits au sein du groupe en cas de dépassement du tir imposé par le règlement intérieur, amendes draconiennes sanctionnant les excès ; il serait possible de multiplier les indices de cette volonté des chasseurs de préserver « le noyau » qui est jugé indispensable au repeuplement.

32A l’heure actuelle le tir du chevreuil et des cervidés est régi par un plan de chasse. Rendu obligatoire sur le territoire national en 1979, ce plan est apparu sous une forme légale dès 1963 dans la réglementation contractuelle régionale (départements du Rhin et de la Moselle). Proposée par les représentants des chasseurs, cette réglementation visait à institutionnaliser une pratique de terrain dont il est encore possible de recueillir des indices.

Aussi en appliquant pendant deux ou trois ans le système en vigueur en Alsace avant la guerre on vit les chasses de plaine se repeupler complètement... Il faut reconnaître que les locataires des chasses domaniales s’imposèrent d’une manière générale de grands sacrifices, ménageant les jeunes broquards, les jeunes cerfs et, bien entendu, chèvres et biches (Thormann 1927 : 21).
Quand je sortais avec mon grand-père il me disait toujours : c’est le chasseur qui est responsable de la survie du gibier, il doit faire attention de ne pas trop tirer (Emile R., 60 ans, ancien garde-chasse. Sundgau. Novembre 1984).

  • 85 Le plan de tir fixe un maximum et un minimum. Ainsi le plan de tir « cervidés » prévoyait pour le (...)

33Nous avons essayé sur tous nos terrains d’enquête de cerner le pourcentage de réalisation du plan de chasse85 en confrontant bien sûr les dires des chasseurs à d’autres témoignages (garde national, forestiers en activité dans le secteur, constats obligatoires pour le cerf). Ce pourcentage traduit la limitation de tir que s’impose le chasseur en sus de la réglementation officielle ; combiné au lieu de résidence du chasseur mais aussi à la pratique du dialecte — trait qui s’est révélé peu à peu étonnamment significatif quant à l’adhésion à une éthique de chasse — il s’avère une donnée non dépourvue d’intérêt... Retenons par exemple ce massif des Vosges du Nord que se partagent sept sociétés de chasse en précisant qu’une corrélation identique apparaît sur les autres terrains aussi bien dans le Sundgau que dans les Vosges moyennes.

80. Réalisation du plan de tir et domiciliation du chasseur

80. Réalisation du plan de tir et domiciliation du chasseur

34Mentionnons encore ce témoignage d’un garde national, observateur privilégié (et légalement mandaté) de la pratique des chasseurs :

Dans tout le Jura alsacien, chez les adjudicataires locaux et suisses allemands, le plan (chevreuil) n’est jamais réalisé à ¡00 %. En 1983 quand il y a eu cette vague de froid et d’inondations en mai, et donc de grandes pertes au niveau des faons, ils l’ont même descendu à 60 %. Chez les autres, on le sait, c’est du 150, voire 200 % parfois.
— Les autres ?
— Les chasseurs non-domiciliés, ceux qu’on appelle ici « de l’intérieur », mais aussi les Suisses romands. Ceux-là, entre nous on dit toujours qu’ils sont pires pour la chasse que les Marseillais !... Remarquez pour la surveillance cela nous facilite le travail, on sait exactement où aller faire des interventions (R. K., garde national. Haut-Rhin. Octobre 1984).

35La limitation du tir qu’impose le hegen s’avère pour le gibier femelle proche d’un interdit total. « Malheureusement certains d’entre eux n’observaient pas toujours les principes et les règles du vrai chasseur, qui s’opposent au tir du gibier femelle... » (Thormann 1927 : 14.) « Règles et principes » dont il est possible d’affirmer la pérennité malgré les efforts de « scientifisation » poursuivis par les techniciens cynégétiques régionaux. Certes pour le petit gibier cette préoccupation répond aujourd’hui à une nécessité écologique résultant de l’extrême raréfaction de ce gibier. Mais comment ne pas voir dans ces très fortes réticences observées sur le terrain (pour ne pas dire l’opposition catégorique) face au tir des femelles, la présence d’un véritable interdit ? Malgré les menaces d’engrillagement prononcées par l’Office des forêts en cas de non-respect du minimum fixé par le plan de tir, Marc B. n’arrive pas à se résoudre à tirer « ses » biches ; reconnaissant la surdensité du cheptel sanglier et la gravité des dégâts agricoles, les chasseurs de ce massif des Vosges se refusent pourtant toujours à tirer les laies...

Ils nous emmerdent à la fédération avec leurs histoires de sex-ratio et tous les trucs soi-disant scientifiques. Moi je sais qu’une chose, qu’on apprend pas dans les bouquins, si tu tires les vaches (biches) t’as plus de coiffés (cerfs)... Moi j’ai pas envie de tirer mes biches (M. K., chasseur. Vosges moyennes. Janvier 1984).

81. La réalisation du plan de chasse en Alsace

81. La réalisation du plan de chasse en Alsace

(Kœbele 1983 : 3 077)

36Car éthologistes et ingénieurs de l’Office national de la chasse (dépendant du ministère de l’Environnement) insistent sur « l’irrationalité », voire « l’aberration » d’une perception de « l’équilibre » ne reposant que sur le tir de la moitié mâle de la population ; en se basant sur des études scientifiques, ils soulignent les conséquences néfastes pour le gibier de tout déséquilibre du sex-ratio dans la structure interne de la population : surpeuplement anarchique avec en corollaire chute du poids moyen, moindre résistance aux maladies et, principal fait mis en avant pour sensibiliser efficacement le chasseur, moindre qualité des trophées.

37« C’est de la boucherie » (chasseur, Schirmeck), « c’est un boulot écœurant » (chasseur, Ingwiller) à propos du tir des biches ; « le tir des faons imposé par le plan, c’est un infanticide » (chasseur, Bitche) : si bon gré mal gré les responsables des fédérations de chasseurs et certains chasseurs se font le relais des thèses « scientifiques », sur le terrain il est clair que cette rationalisation de la pratique se révèle profondément incompatible avec la représentation que se font les chasseurs de l’acte cynégétique.

82. Traditionnelle photo de fin de chasse au cerf

38« Chaque année à Noël, les patrons pour me remercier m’invitent à tirer une chèvre, quelquefois un brocard. Les chèvres je tire pas, cela me fait de la peine. » (Charles P., ouvrier, chasseur et garde bénévole. Vosges moyennes. Février 1984.) Outre les résonnances anthropomorphiques nettement marquées de la chasse et la valorisation du trophée, traits évoqués précédemment, l’association gibier-femelle/pérennité de l’espèce, femme/fécondité s’avère une structure fondamentale à toute compréhension d’un système de pensée se projetant quotidiennement dans les actes du chasseur. Structure qui prévaut également dans le calendrier de chasse que le chasseur respectueux du hegen s’impose ;

39Ainsi d’après le Calendrier cynégétique de 1931, petit vademecum du chasseur « attentionné » :

Septembre : lièvres et lapins sont en pleine saison des amours et nichent ; il y a donc lieu d’attendre avant de tirer des lièvres.
Juin : le premier commence la chasse au chevreuil rouge. Les chasseurs clairvoyants et prudents laissent les chevreuils arriver à maturité suffisante pour qu’ils soient capables de reproduire. (Revue mensuelle La chasse dans les départements du Rhin et de ta Moselle, 1931.)

40Souci de ménagement qui ne s’applique cependant qu’aux seuls animaux valorisés par le chasseur en tant que « gibier » ; le renard, dans d’autres régions enjeu d’une chasse passionnée, en fournit un exemple éloquent :

Janvier : les renards entrent dans la période des amours, il faut donc soigneusement visiter les terriers. (Ibid. 1931.)

  • 86 Décalage que l’on retrouve en Turquie méridionale : « Ce n’est évidemment pas la loi civile qui em (...)
  • 87 La date légale de la fermeture étant le 2 février.

41Pour le chasseur commence alors la Schonzeit (littér. période où l’on ménage), période qui coïncide avec la mise bas du gibier, « Pendant la Schonzeit, le chasseur ne doit plus poursuivre le gibier, il faut le laisser tranquille. » (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1983.) De la mi-avril à la mi-juin (Trèves xiie siècle), de la Chandeleur à la Saint-Laurent (Rheingau 1737), des Trois-Rois à la Saint-Gall (Mayence 1744), les codes forestiers et les archives des villes témoignent de l’ancienneté d’une telle pratique (Schwappach 1886 : 230). Le calendrier de chasse que respecte le chasseur suit le cycle biologique de chaque animal. Calendrier officiel fixant l’ouverture et la fermeture générales de la chasse et périodes de Schonzeit ne se recoupent donc pas obligatoirement86. « Chez nous, après les deux grandes battues de décembre, c’est le Schonzeit... qui commence donc dès le début janvier »87 (Georges C, chasseur. Région de Bitche. Octobre 1984).

  • 88 Pour le code rural français n’existent que des « animaux malfaisants ou nuisibles » dont la liste (...)

42Dans les départements de l’Est, les cervidés, classés schädliches Wild (gibier causant du dommage)88 aux termes de la loi locale, seraient susceptibles d’être chassés toute l’année. Bien avant la mise en application dans les années 1960 du plan de chasse, dont le caractère obligatoire était réclamé avec force par leurs représentants, les chasseurs respectaient outre une limitation du tir, des périodes de Schonzeit variables selon les chasses.

  • 89 Hegering : littér. le cercle du hegen. Officiellement dénommées groupements d’intérêt cynégétique (...)

Grâce à la Schonung (littér. conservation) entreprise par les chasseurs clairvoyants, le gibier rouge a pu chaque année se développer dans les Vosges et retrouver son niveau d’avant-guerre (La chasse. Octobre 1928 : 152).
Dans les années 1950, nous avons essayé d’harmoniser nos différentes gestions du cerf. Car si le chasseur ne voit que son lot, le domaine vital d’une population est de 20 000 hectares au moins. Ainsi est né le premier Hegering89 dans les Vosges du Nord, association volontaire des chasseurs d’un massif, en 1958 (Jean-Georges U., chasseur. Lichtenberg. Novembre 1983).

43L’exemple du sanglier semble encore plus significatif. Classé « nuisible », il est dans les départements de l’Est la source de dégâts agricoles considérables ; il est possible d’en mesurer la réelle gravité depuis plus d’un siècle grâce à différentes sources écrites (cf. Enguelhard 1864) ou statistiques (Statistisches Jahrbuch pour la période 1871-1916 et comptes de la caisse de péréquation des chasseurs depuis 1899). Malgré l’importance de ces dégâts, dont la réparation financière leur incombe entièrement, les chasseurs régionaux se refusent à chasser les suidés sauvages toute l’année comme la loi locale les y autorise théoriquement. Trois témoignages recueillis sur une période de vingt ans, illustrent ce refus, toujours légitimé par la référence au cycle biologique de l’animal :

Si pour le législateur, le sanglier est un nuisible, pour le chasseur, il reste néanmoins un gibier et un gibier noble. Sans faire de l’élevage et sans faire de la prolifération à outrance, on peut le chasser dans des conditions normales en le respectant pendant la période de gestation. (Jean-Georges U., « discours au cours de l’assemblée générale du “Hegering basses Vosges” », La chasse 1963.)
Telles sont les dispositions de la loi ... Des chasseurs de plus en plus nombreux pensent que cette possibilité de chasser le sanglier toute l’année est contraire aux principes de gestion cynégétique modernes et qu’il faut assurer à tout gibier une période de tranquillité pour la mise bas, l’allaitement et le sevrage (Richard B., chasseur, avocat. La chasse en Alsace et en Lorraine 1973).
« L’affouragement doit se faire toute l’année y compris pendant la période de quelque quatre mois pendant laquelle les chassseurs alsaciens sérieux et responsables s’imposent l’interruption de la chasse aux sangliers que la loi locale leur permet pendant toute l’année. Cette période se situe généralement entre le 2 février et le 1er juin et assure aux bêtes cette tranquillité ... qu’une éthique bien comprise de la chasse se doit de respecter pendant la gestation et la mise bas de cet animal... (Pfister 1983 : 1 614.)

  • 90 Augmentation qui ne présente aucun caractère exceptionnel. Voici pour 1980, le pourcentage traduis (...)

44En 1980 la fédération des chasseurs de la Moselle, prestement suivie par celle du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, prit l’initiative de faire « légaliser » par arrêté préfectoral une pratique bien établie dans les mœurs cynégétiques régionales. « Cette année la caisse (d’indemnisation des dégâts) risque une fois de plus d’exploser », nous confiait en octobre 1984 le directeur d’une fédération départementale. Rappelons qu’en 1983, l’accroissement de ces dégâts avait déjà requis une augmentation de 55 % du montant des indemnisations versées aux agriculteurs90. Pourtant, comme les années précédentes, le préfet du Bas-Rhin a, par arrêté préfectoral et sur la demande des chasseurs, décidé d’interdire le tir du sanglier du 1er février au 15 avril 1985 (arrêté du 31 janvier 1985). Situation pour le moins paradoxale pour l’observateur non initié !

45Se profile alors dans l’esprit du chasseur une différence significative quant à la nature même de la loi ; si dans le contexte législatif régional elle répond à ses yeux à une initiative du chasseur, elle s’avère dans le reste du territoire national une mesure coercitive rendue impérative par le comportement des chasseurs.

46« Ma parole, là-bas je vous jure c’est des vrais tueurs ! J’étais en vacances en C... ; la chasse aux sangliers en fait c’est le tir à tout ce qui bouge ! La laie suitée, ils connaissent pas, Et ils mitraillent tout ça aux gros plombs », relate Gérard, cadre moyen, au cours d’un repas de battue ; une discussion animée s’engage bien évidemment et chaque chasseur est en mesure d’apporter, par observation personnelle ou grâce aux aveux candides d’un vague cousin par alliance dont le récit des « méfaits » cynégétiques a franchi les Vosges, une contribution éloquente à ce qui apparaît vite comme un véritable réquisitoire. Griefs que vient par ailleurs appuyer l’observation des pratiques de chasse des chasseurs « de l’intérieur » venus « tirer » en Alsace.

Sur le versant derrière nous ce sont des gars de la région lyonnaise. Jusqu’au dernier moment on les entend tirer. S’il n’y avait pas de fermeture, ils tireraient toute l’année (A. D., garde-chasse. Vosges du Nord. Octobre 1983).
Dans la forêt de P. ils sont quatre Suisses de C... (Suisse romande). Les battues de chevreuils et de cochons ils les commencent le 1er juin (ouverture de la chasse) et ils finissent le dernier jour. Alors vous imaginez les dégâts qu’ils peuvent faire. Pour le chevreuil, ils n’ont que 8 bracelets mais je suis sûr qu’ils en tirent au moins 30 par saison. (R. K., garde national. Haut-Rhin. Octobre 1984.)
Sur l’ensemble du massif, aucune société ne fait plus de trois battues par an. Eux (des Français de l’intérieur), ils ont une enclave de 100 hectares en plein milieu, alors bien sûr le gibier passe et ils en profitent : ils font deux battues par mois (Joseph M., chasseur. Vosges du Nord. Novembre 1983).

47Assurer la « tranquillité » du gibier pour la mise bas suppose, aux dires du chasseur, outre cette interdiction totale du tir, l’existence dans la chasse d’une ou plusieurs Deckung (la remise), véritable projection spatiale du hegen.

Le chasseur et son territoire

Pour que le gibier soit tranquille, chaque année on tournait ; il y avait un lot entier où il était interdit de chasser ; chaque année on changeait (Jean S., garde-chasse. Chasse de plaine. Krautergersheim. Mars 1984).
Depuis le remembrement, je n’ai plus une haie, plus un arbre, rien, sur mes lots. Où voulez-vous qu’il aille le gibier ? Alors je loue à deux, trois gars du coin des bouts de champs que je transforme en prés pour que le gibier puisse se remiser (Georges P. Chasse de plaine. Région de Wissembourg. Octobre 1984).
Sur le Hochkopf, il y a un vaste fourré où aucun chasseur ne va jamais ; pas de battue bien sûr, mais aussi ni pirsch d’observation ou affût. Personne ne doit y rentrer. C’est le cœur de la chasse (Georges C, chasseur de forêt. Région de Bitche. Octobre 1984).

48« Le cœur de la chasse », cette image revient fréquemment dans le propos des chasseurs. Comment ne pas évoquer à ce sujet le rituel auquel l’ethnologue se voit convié après de longs entretiens avec le chasseur : la visite de la chasse. Visite dont le sommet constitue invariablement l’approche de la Deckung ; on commente alors les traces attestant la présence des animaux, on détaille les coulées, on scrute la pénombre des fourrés, guettant le moindre bruit, signe tangible de la « richesse » en gibier que la « gestion avisée » du chasseur a su préserver. Mais que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas aux yeux du chasseur d’une simple « excursion » cynégétique ouverte à tous. « Vous n’êtes là que parce que je vous fais confiance » (Joseph K. Ingwiller) : « Gardez-le pour vous » (Marc B. Schirmmeck) ; « N’en parlez pas » (Pierre H. Sundgau).

49A la fierté légitime du chasseur-protecteur se mêlent l’inquiétude de l’adjudicataire menacé en fin de bail et le désir de tout chasseur de laisser planer au-dessus de « sa » chasse un voile de mystère. Cadre spatial indissociable du concept de hegen, le territoire se voit investi par le chasseur d’une importante charge affective.

— J’ai les doigts qui fourmillent à l’idée de voir du cochon.
— C’est toujours comme ça ?
— Non, c’est parce que c’est chez nous (François R., 30 ans, cadre, partenaire d’une chasse en forêt. Vosges du Nord. Décembre 1983).

50Fondamentale s’avère, dans la compréhension de cet investissement émotionnel, l’importance pour le chasseur de la mise à mort du premier animal. Au terme de la visite de sa chasse, Joseph m’entraîne dans une dernière longue course en forêt : « C’est ici, dans cette sapinière, il y a 37 ans que j’ai tiré mon premier broquard. » (Vosges du Nord. Octobre 1984.) « Cet après-midi on va passer au Meisenloch, c’est là qu’à 16 ans j’ai tiré mon premier cochon, au revolver, dans une traque ; ça c’est un truc qu’on n’oublie pas... » (Charles B., garde-chasse. Vosges du Nord. Décembre 1983.)

51Sans faire l’objet d’une toponymie spécifique (celle utilisée est connue des bûcherons et des forestiers), le territoire de chasse n’en est pas moins un espace bien particulier marqué de bornes évocatrices. « Charles, tu te souviens ? Il y a quinze ans, là. C’est de ce fourré qu’ils sont sortis comme des boulets de canon, les cochons. J’ai eu chaud ce jour-là », rappelle un chasseur à son voisin de traque (Vosges du Nord. Novembre 1983).

83. Le parcours du territoire : les enfants des chasseurs participent aux traques

52Péripéties burlesques ou incidents tragiques, apparitions d’animaux exceptionnels, réactions extraordinaires d’un gibier blessé, etc., en forêt comme en plaine chaque site — fourré, haie, ruisseau, bosquet — est parlant. Chaque changement de poste au cours d’une battue permet de réactualiser cette carte cynégétique qui chaque année s’enrichit. Ainsi s’éclaire également une des fonctions initiatrices du parcours par l’adolescent de l’espace cynégétique ; traques et longues courses en forêt, bases de l’apprentissage du futur chasseur, permettent outre l’intégration dans un monde inconnu, l’acquisition d’un savoir que le territoire de chasse lui-même semble mémoriser.

Nous avons toujours habité Strasbourg. Mais je peux dire que j’ai grandi en forêt. J’étais toujours dehors avec Henri (le garde), les traqueurs et surtout Alphonse (le grand-père). Pour moi, c’était merveilleux, à chaque détour du sentier une nouvelle histoire extraordinaire m’attendait (Bernard B., chasseur. Industriel. Vosges du Nord. Novembre 1983).

53L’attachement du chasseur au territoire connote également une forme d’appropriation du gibier qui nous a déjà révélée le désir de sédentarisation, finalité implicite de la pratique de l’affouragement.

Je reçois pas mal d’invitations de chasse. Mais je n’y vais pas souvent. Il faut que je m’oblige, on peut toujours y apprendre quelque chose, voir de nouvelles techniques utiles... Non, je ne vais jamais en Pologne ou en Tunisie, cela ne m’intéresse pas. Je préfère chasser chez moi, des animaux que j’ai connus pendant quelques années (Oscar H., chasseur, cadre moyen. Sundgau. Octobre 1984).
Vous voyez tous ces trophées au mur... Bien sûr on peut trouver des massacres beaucoup plus imposants, mais ceux-là ils sont tous d’ici, de ma chasse. Je peux dire que tous ces coiffés je les ai vus grandir (Michel B., industriel. Vosges moyennes. Juin 1983).

  • 91 Le plan de chasse prévoit pour chaque lot une attribution précise des bracelets par catégorie de c (...)

54Cette appropriation du gibier n’est pas purement symbolique. Elle peut pousser le chasseur, pourtant respectueux par ailleurs du code gynégétique et de l’éthique, à se mettre littéralement hors-la-loi ; mettant un terme à un jeu quelque peu curieux de questions et de réponses pleines de sous-entendus91, un chasseur, devant un magnifique trophée de cerf trônant... dans une buanderie, explique :

Vous avez vu les traces tout à l’heure, le gibier rouge sur ma chasse il y en a ... Ce cerf cela faisait quatre ans qu’il venait chaque année dans le B...wald. Moi je l’ai laissé vieillir, il n’y a pas de raison que ce soient les autres qui le tirent une fois qu’il est devenu un beau trophée (X., chasseur. Octobre 1983).

55« Plutôt que de tirer vingt gros cochons en Hongrie, je préfère tirer un Keiler chez moi. » A ce propos relevé dans les Vosges du Nord semble faire écho cette formule d’un chasseur mosellan : « Un chasseur c’est d’abord son territoire. » Des récits recueillis s’esquisse le portrait d’un chasseur, paradigme du nemrod régional : attaché à un territoire, il chasse depuis de nombreux baux sur les mêmes lots et ne répond qu’à de rares invitations, toujours les mêmes depuis des années. Quelques-uns reconnaissent que, dans « leur jeunesse de chasseur », poussés par la trophéite, ils se sont laissé tenter par les excursions cynégétiques en Europe de l’Est ou plus rarement en Afrique ; « tirer un animal qu’on a jamais vu dans une forêt totalement inconnue, j’ai vite compris qu’il n’y avait là aucun intérêt », explique Raymond B., cadre supérieur.

56Sur notre terrain des Vosges du Nord, le docteur F., 75 ans, chasse depuis quelque soixante ans dans la forêt domaniale d’Ingwiller que son grand-père loua pour un premier bail en 1922 ; en Moselle, plusieurs chasses sont reprises de père en fils depuis plusieurs générations ; dans la vallée de Saint-Amarin, un industriel de Mulhouse parcourt le même secteur depuis quarante ans... Il est encore possible sur chaque massif forestier, dans chaque canton de plaine, de rencontrer de ces chasseurs dont la fidélité à un territoire de chasse force l’admiration des gens de chasse. Les propos sont unanimes : la fidélité à un terrain de chasse est perçue comme la condition indispensable à la conduite du hegen. Mais cette conception de la chasse apparaît aux yeux du chasseur régional comme de plus en plus incompatible avec la réalité de l’exercice de la pratique : sont alors dénoncés pêle-mêle, la politique de « démantèlement systématique » de l’Office des forêts, l’inflation des prix mais aussi le système des adjudications qui favorise les chasseurs « de l’intérieur ». Pourquoi ?

Cela fait vingt ans que je chasse ici. Tous les chasseurs le savent et le respectent. Mais demain, un étranger peut venir me la piquer aux adjudications. Eux ils s’en foutent (Paul S., adjudicataire d’une chasse en forêt. Vosges moyennes. Octobre 1984).

57Le jeu de l’offre et de la demande, base du système des enchères de toute adjudication, est perçu comme « faussé ». Faussé non pas tant par la pression financière des chasseurs « de l’intérieur » ou la suprématie des devises étrangères que par le non-respect de ce qui apparaît comme une règle tacite du groupe des chasseurs régionaux. De fait, le travail sur le terrain permet de saisir l’écart qui, quant à la perception du territoire et donc de son acquisition, sépare deux systèmes de référence. Sur tel massif des Vosges, toutes les chasses sont louées par des chasseurs « de la région » (Bas-Rhin ou Moselle, tous dialectophones), adjudicataires depuis plusieurs baux. Il nous a paru intéressant de rencontrer les locataires des deux seules sociétés de chasseurs non-domiciliés de ce secteur :

Nous avons repris cette chasse il y a trois ans (en cours de bail) ... j’ai une autre petite chasse en Meurthe-et-Moselle ...Avec mon père on possédait pendant un bail et demi une chasse de forêt près de Saverne... Je suis un grand chasseur, je vais partout... Sénégal, Tchécoslovaquie, Pologne... Celte chasse ? Écoutez, on est en France, c’est une démocratie, si quelqu’un veut payer plus que moi, eh bien, c’est son droit (Y., industriel de la région parisienne. Septembre 1984).
On est une bande de copains, on a repris cette chasse depuis 1979 (date des dernières adjudications)... Maintenant ça va mieux, parce qu’avant on était trop de partenaires, de véritables clans qui ne se connaissaient pas ... On a des histoires continue/les avec les gars du coin, ils nous accusent de vouloir piquer leurs chasses. Mais dites, je paye autant d’impôts qu’eux, si je veux mettre plus d’argent, c’est mon droit... Si je perds cette chasse, j’en prends une autre (X., gros commerçant de la région lyonnaise. Septembre 1984).

  • 92 Des trois départements de l’Est, le Haut-Rhin connaît le plus fort pourcentage de pénétration dite (...)

58Que cette observation ponctuelle de terrain ne nous entraîne pas à la caricature. Il serait bien entendu possible de relever, au fil de nos notes, des exemples de chasseurs « non-domiciliés » présents sur le même terrain de chasse depuis 1945, et à l’inverse, de suivre quelques chasseurs locaux dans leurs pérégrinations cynégétiques. La volonté manifeste des uns de s’intégrer dans le groupe des chasseurs locaux, dont témoigne explicitement la maîtrise, même sommaire, du dialecte et, pour les autres la valorisation du seul tir dans l’acte de chasse, permet d’inscrire sans équivoque ces variations dans le schéma qui ordonne l’ensemble des pratiques cynégétiques régionales. La coïncidence tangible entre fréquence de rotation des cofermiers au cours d’un même bail et taux de pénétration des chasseurs « non-domiciliés » parmi les adjudicataires souligne par ailleurs ce rôle fondamental — d’autres observations nous l’ont déjà laissé entrevoir — que joue l’existence d’une véritable frontière culturelle dans l’exercice cynégétique ; certains cantons du Haut-Rhin92, et en particulier la partie méridionale de la plaine du Sundgau, sont avec des taux de 60 à 80 %, particulièrement ouverts à la pénétration « étrangère » : on y observe un taux anormalement élevé d’abandons de la chasse en cours de bail (40 % en 1983, soit quatre ans après l’adjudication) et une véritable valse des cofermiers que les gardes nationaux n’arrivent plus à suivre. Autant de phénomènes qui se traduisent, pour le gibier, par une raréfaction inquiétante, chaque « dernier » locataire souhaitant faire un beau tableau avant de partir.

Un espace convoité

59La perception particulière du territoire de chasse que révèlent faits et dits du chasseur régional influence notablement son comportement face aux autres usagers du milieu naturel. Le massif vosgien abrite la plus importante population de cerfs de France (et l’une des plus importantes d’Europe occidentale) ; la présence de cet animal, enjeu d’une chasse passionnée, focalise les difficultés que soulève l’appropriation par différents usagers d’un même espace.

  • 93 « Par ses feuilles fraîches, ses jeunes pousses, l’herbe de ses sous-bois, ses glands et ses faîne (...)

60Soulignons en premier lieu que la confrontation, à l’ombre des futaies, d’un intérêt cynégétique à des impératifs socio-économiques n’est pas une donnée nouvelle héritée de la seule sylviculture. Certes l’engrillagement dans la forêt de la Hardt de plantations de sapins, « afin que le gibier ne puisse y pénétrer », révèle dès 1483 la sensibilisation des forestiers aux dégâts de gibier (Forstordnung de Karlsruhe 1483 cité par Schwappach 1886 : 161) ; mais, comme le rappelle Marc Bloch, le principal rôle économique de la forêt réside dans la pâture qu’elle offre aux troupeaux domestiques93, base de l’économie vivrière d’une population en pleine expansion.

61Animaux domestiques et gibier se voient donc en concurrence alimentaire directe ; l’antique droit de pacage pourtant encore expressément reconnu dans les lois barbares (cf. lex visig. VII, I) ne tardera pas dès lors à disparaître. D’abord limité (sur l’exclusion des brebis du droit de pâture accordé en 1164 à la ville de Haguenau, cf. Alsatia Diplo. 1775 : 310, 256), ce droit d’usage se trouve peu à peu, dans de nombreuses ordonnances seigneuriales, totalement interdit, au même titre que tout défrichage (Schwappach 1886 : 200 et suivantes).

62Toute ambiguïté quant à l’usage social de l’espace forestier est ainsi exclue ; l’acquisition par les seigneurs au début du Moyen-Âge du Wildbann, terme désignant initialement le seul droit de chasse dans une forêt à l’exclusion des autres droits d’usage, s’accompagne d’ordonnances et de réglementations relevant en fait du droit forestier général ; l’ordonnance Falkenbourg du 1er mai 1614, stipule par exemple qu’il est interdit « sous de sévères peines corporelles irrémissibles d’introduire du bétail » dans la forêt de Dabo.

63Le chasseur, détenteur du Wildbann, s’arroge peu à peu pour protéger le gibier — les Weisthümer médiévaux citent nommément « la tranquillité et la conservation » du gibier (Schwappach 1886) — l’exclusivité de l’usage de la forêt. Cette véritable confiscation « légitimée » par une réglementation coercitive érigée progressivement en loi, subordonne dans la plupart des cas toute potentialité économique de la forêt à l’exercice cynégétique (sur l’extension du Wildbann dans le Jagdrecht seigneurial, cf. Eckardt 1976 ; sur la limitation des droits d’usage en Alsace, cf. Marx 1974). Les protestations sont nombreuses, parfois violentes (sur les émeutes forestières en Alsace, cf. Richez 1983), mais les cahiers de doléances montrent que les droits de glandée et de pâturage, pourtant vitaux pour les populations locales, ne pesèrent pas lourd face à la « tranquillité » du gibier : à Guémar, Nambsheim, Berrwihr, les paysans dénoncent la limitation du droit de glandée édictée par le seigneur ; à Lochwiller, ils protestent contre l’exclusion de leur troupeau de la forêt de l’Au par l’abbaye de Marmoutier.

64Cette mainmise seigneuriale de l’espace forestier s’accompagne, dans le domaine de la pratique cynégétique, d’une appropriation totale du droit de chasse ; appropriation qui revêt, au regard des anciens droits d’usage laissant libre la poursuite des « bêtes malfaisantes », la forme d’une véritable usurpation. Par un acte de 1550, le prince-abbé de Murbach se réserve l’exclusivité intégrale du Wildbann sur l’important domaine de l’abbaye qui s’étend de part et d’autre de la Doller et de la Lauch. Les bourgeois de Guebwiller émirent aussitôt de violentes protestations arguant de leur droit ancestral de chasser les bêtes présentant une menace pour leurs troupeaux, en particulier loups et ours. Devant le refus inébranlable du prince-abbé, les citoyens de Guebwiller requirent l’arbitrage de l’empereur qui réunit une commission de conciliation à Colmar en 1563 : la requête des citoyens fut repoussée mais le prince-abbé dut en contrepartie s’engager à « protéger » les troupeaux et à « prévenir » toutes attaques de ces carnassiers (Pfleger 1937 : 37).

65D’ailleurs un récent jugement de la Cour de cassation — dénoncé comme « injuste » par les chasseurs (cf. l’article « Une très grave injustice » dans la revue La chasse en Alsace et en Lorraine de mai 1985) — ne renvoie-t-il pas en fait à cette mainmise exclusive voulue par les chasseurs, mainmise qui ne s’avère cependant pas exempte aujourd’hui d’inconvénients... Exposons les faits. Monsieur L. est locataire d’une chasse communale en Alsace de 388 hectares. En 1979 la commission du plan de chasse lui accorde conformément à la loi du 30 juillet 1963 le tir de quelques chevreuils mais, vu la localisation et la superficie de son lot (seulement 52 hectares de forêt), lui refuse tout tir de cerf, biche ou faon. Les agriculteurs de la commune, constatant d’importants dégâts aux cultures, saisirent la commission des litiges ; un expert fut nommé, qui précisa dans son rapport que les dégâts avaient été exclusivement le fait de cerfs ou de biches. Monsieur L. contesta dès lors le principe même de sa responsabilité étant donné que les animaux auteurs de dégâts ne pouvaient être considérés comme « gibier » puisqu’ils ne figuraient pas sur son plan de chasse. Le tribunal d’instance de Saverne, puis la cour d’appel de Colmar et, en dernier ressort, la Cour de cassation ont rejeté cette argumentation apparemment logique et établi la responsabilité du chasseur :

Attendu qu’en application ... le titulaire du droit de chasse est, en effet, de plein droit et en contrepartie du profit qu’il tire de son droit, responsable des dégâts de gibier vis-à-vis du propriétaire, même s’il n’a pas commis de faute (arrêt de la cour de Colmar du 26 août 1982).

66A partir de la fin du xviie siècle, l’État tend à se substituer aux seigneurs et aux communes dans l’administration de la forêt : reprenant à son profit les prérogatives seigneuriales limitant les droits d’usage (taxes pour la coupe), l’État entreprend une gestion sylvicole rationnelle. Gestion étatique qui témoigne parfois d’une option précise ; sous l’administration allemande, la vocation cynégétique des Vosges alsaciennes fut nettement établie. L’exemple le plus remarquable est bien entendu la célèbre réserve de Haslach qui, avec une densité estimée de 16 cervidés aux 100 hectares, constituait un terrain de chasse apprécié de Guillaume II. (Cette même forêt domaniale de Haslach était déjà déclarée « réserve de chasse » au xviiie siècle par le cardinal de Rohan...) Mais il apparaît que ce sont des districts forestiers entiers qui furent transformés en « parcs à gibier », ce que les forestiers français ne manquèrent pas de dénoncer avec vigueur, comme par exemple pour la forêt de Dabo :

Tout était subordonné à la multiplication des cerfs et des chevreuils ... l’extrême abondance du gibier rendait la régénération naturelle et même artificielle impossible au sapin, on recourait alors à l’épicéa ... essence étrangère à la région qui ne donne pas des produits comparables au sapin (Huffel 1924 : 120).

67Quelle est la situation actuelle ? Avec une production totale de 1 500 000 m3 dont 72 % de bois d’œuvre (chiffre 1980), la vocation sylvicole de la forêt vosgienne alsacienne s’avère importante. En raison de la spécificité foncière régionale, la gestion de 76 % de la surface boisée — forêts soumises au régime forestier — incombe à l’Office national des forêts. Cette gestion ne concerne pour le reste du territoire national que 26 % de la surface boisée : aussi bien en forêts domaniales qu’en forêts communales, l’interlocuteur du chasseur régional est ainsi un établissement public à caractère industriel et commercial. Parallèlement aux produits de la gestion sylvicole, communes et Office des forêts tirent une recette de la location d’un droit particulier, le droit de chasse, acquis par un bail de 6, 9 ou 12 ans selon les cas. Certes, pour l’O.N.F., qui dispose d’un budget autonome, ces recettes locatives sont minimes — les recettes de chasse ne représentaient en 1983 que 3,2 % des recettes totales (Ballu 1984 : 7) — mais cette rétrocession du droit n’en crée pas moins une situation juridique comparable au système ancestral du Wildbann. Deux utilisateurs patentés, chasseur d’une part, sylviculteur d’autre part, se partagent un même espace.

84. Écorçage d’hiver par le cerf

  • 94 Rappelons que la loi (article 835 du code civil local) ne prévoit, contrairement aux dégâts agrico (...)

68Les dégâts occassionnés par le gibier sont considérables et difficilement contestables sur le terrain : abroutissement des semis et des plants compromettent des régénérations entières ; écorçage et frottis déprécient notablement la valeur des récoltes forestières. Une situation conflictuelle se développe alors94. Du côté des chasseurs on raille une gestion sylvicole « à la suédoise », totalement « inadaptée » aux spécificités régionales, on dénonce les obligations de tir jugées excessives, les « erreurs » de gestion, tel l’enrésinement à outrance qui ruine l’écosystème traditionnel du cervidé, l’influence des « technocrates parachutés de la France de l’intérieur » ; on dépeint enfin un sombre tableau de la forêt du xxie siècle, espace « jardiné » à outrance, véritable usine à bois, dans lequel le gibier n’aura plus sa raison d’être. Car tel paraît en définitive aux yeux des chasseurs, le vœu non avoué des « autorités forestières » : l’éradication des cervidés.

  • 95 En 1983, l’Office national des forêts diffusa une brochure de 7 pages intitulée : Une enquête le c (...)

69Du côté des forestiers, on réfute avec vigueur une telle accusation, tant au niveau national95 : « l’Office national des forêts... confirme qu’il est attaché au plus grand animal sauvage de nos forêts, ce dernier faisant partie intégrante de notre patrimoine. A ce titre, il effectue d’importantes recherches sur le cerf et il en relâche chaque année à ses frais pour repeupler certains territoires insuffisamment pourvus » (Ballu, chef du département de la faune sauvage à l’O.N.F., 1984 : 10), qu’au niveau régional : « Chasseurs, de grâce ne vous trompez pas d’adversaire : le forestier est votre allié dans la recherche d’une nature vivante » (réponse d’un responsable régional de l’O.N.F. à une lettre ouverte d’un chasseur. La chasse en Alsace et en Lorraine 1984 : n° 12, 4).

70La contre-attaque des forestiers est très vive : on évoque la rupture évidente de l’équilibre sylvo-cynégétique, on dénonce les « aberrations » écologiques de la « soi-disant » gestion quantitative et qualitative (déséquilibre des sexes, mauvaise structure interne des populations due au tir de certaines classes d’âge de cerfs coiffés), surabondance manifeste du gibier dans tous les secteurs où le forestier « laisse faire » ; en clair, on accuse le chasseur de vouloir transformer la forêt en « élevage » à cerfs...

85. Carte des dommages du gibier en Alsace

85. Carte des dommages du gibier en Alsace

(Office national des forêts 1982)

  • 96 En Allemagne fédérale, certains massifs forestiers sont déclarés Rotwildfrei (littér. sans gibier (...)

71Situation que résume à elle seule la comparaison de deux chiffres : d’une part avec 5,02 m3 de rendement par hectare de formation boisée, la forêt vosgienne (versant alsacien) est l’une des plus productives de France (moyenne nationale 2,31 m3), d’autre part, avec entre 3,5 et 4,5 animaux aux 100 hectares, cette même forêt présente le plus fort taux de population naturelle de cervidés de France (massif boisé de montagne)96.

  • 97 La plupart des études scientifiques sur les cervidés (zoologie, éthologie) sont postérieures à 196 (...)

72Il ne paraît pas nécessaire de s’introduire davantage dans un débat toujours très passionné, quelquefois très technique, chaque argumentation se voyant régulièrement étayée par de nouvelles et complexes « études scientifiques »97 éclaircissant les causes déterminantes du frottis ou de l’écorçage, la notion de « densité supportable » par le milieu ou d’équilibre sylvo-cynégétique tant recherché...

73L’approche du système de représentation dans lequel s’inscrit, pour les chasseurs régionaux, l’acte de chasse ainsi que la conception du territoire qui en procède, permet de mesurer — sans qu’il faille en inférer une éventuelle partialité de l’observation — l’écart qui sépare des démonstrations relevant en fait de systèmes de référence totalement différents.

74La rétrocession du droit de chasse s’inscrit en effet dans une conception particulière de l’exercice cynégétique : « Il (le forestier) est votre allié dans la défense de la chasse car, qui dit population de grands ongulés en forêt dit régulation et dit acte de chasse. » (H. S., responsable O.N.F. Strasbourg. La chasse en Alsace et en Lorraine 1984, n° 12 : 4.)

75On confie au chasseur le rôle de régulateur. Se substituant aux carnassiers disparus, il devient ainsi le prédateur « naturel » d’une certaine faune sauvage ; un prédateur « intelligent » qui, par le plan de chasse, module les prélèvements en fonction de la densité et de la structuration adéquate du cheptel. Entre une telle représentation de l’acte de chasse et celle que révèle l’adhésion du chasseur au hegen, l’écart nous paraît effectivement considérable. La rétrocession du droit de chasse lui confère en effet, à ses yeux, plus que le droit au tir. L’acte final, important certes en lui-même, ne prend toute son intelligibilité que si l’on y perçoit littéralement une véritable consécration de l’œuvre de « gestion », œuvre de gestion à laquelle tout chasseur pense devoir se consacrer dans un exercice de l’acte cynégétique conforme à l’éthique ; par l’acquisition du droit de chasse, le chasseur se sent investi de la responsabilité effective du gibier.

76Se développent alors de nouvelles situations conflictuelles avec d’autres utilisateurs du milieu naturel : promeneurs, cueilleurs de champignons, photographes animaliers. Les discours des chasseurs montrent que leur hostilité relève moins d’une mainmise souhaitée sur le territoire que de ce qui apparaît comme une véritable appropriation de la faune sauvage :

Regardez les papiers là. Ils (les promeneurs) traversent la Deckung. Évidemment ils ne savent même pas ce que c’est ! Mais moi, mes animaux, ça les stresse, là-dedans il faut qu’on les laisse tranquilles (A. D., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1984).
Pour le brame, c’est une véritable catastrophe. Je veux bien qu’on ait envie d’écouter gueuler le cerf. Mais ils (promeneurs, photographes...) vont jusqu’en plein milieu des places de brame .... la place de brame c’est pas n’importe quoi, il ne faut pas que l’odeur de l’homme soit présente. Pour mes vieux cerfs, le brame c’est une phase capitale, si ça continue ils vont partir ailleurs, là où ils seront plus tranquilles (M. B. chasseur. Vosges moyennes. Octobre 1983).

77Gestes dictés par le hegen, réactions face aux autres utilisateurs du milieu naturel reflètent l’image d’un chasseur qui se porte garant et de la conservation et du territoire de l’animal sauvage. Mais quel animal sauvage ? Car à l’agrainage attentif répond la fabrication d’œufs empoisonnés, à la « belle » chasse du cerf fait écho la destruction au gaz du renard... Types de chasse et statut de l’animal s’éclairent mutuellement, dévoilant ainsi quelques rouages de cette éthique omniprésente.

Chasse ou destruction ?

78Le putois est un des tristes représentants de la cohorte des nuisibles à détruire par tous les moyens, parce que celui-ci, bien qu’il ne soit nulle part abondant, m’est particulièrement antipathique ... La martre ... c’est un bandit qu’il faut détruire par tous les moyens... (R. G. chasseur. La chasse en Alsace et en Lorraine 1963 Nos 4-5.)

Avant pour la martre et le putois on touchait une prime du Herrjàger (chasseur) et on vendait la fourrure. Cela nous faisait autant d’argent que le salaire. Maintenant c’est interdit... Il paraît que c’est les écologistes ... Mais je comprends pas, faut voir le Raubwild, c’est un assassin (René F., ancien garde-chasse. Kochersberg. Avril 1983).

79Kniepelfall, Schwannenhals, Kastefall, Schlachbaumm ; pièges en métal, en bois, à bascule, à mâchoires, à assommoir... l’ingéniosité et le nombre de pièges utilisés témoignent de l’âpreté de la lutte que le chasseur mène contre certains animaux.

80Martre et putois font aujourd’hui partie de ces animaux (la plupart des petits mustélidés) au statut « officiel » quelque peu ambigu : classés « nuisibles », ils peuvent être piégés ; espèces « protégées », ils ne peuvent être « colportés, transportés, vendus ou achetés » (décret du 24 avril 1979). Car sur le terrain le chasseur doit se plier à une nouvelle réglementation issue d’une révision manifeste, depuis une vingtaine d’années, des anciens concepts de « nuisance ». « Se plier », car les mesures de protection sont perçues par la plupart des chasseurs comme de véritables « lois de police », les travaux scientifiques sur l’alimentation des animaux dits nuisibles ou sur la relation écologique prédateur/proie n’ayant à l’évidence pas modifié l’image que se font les chasseurs des animaux malfaisants. Les cas de tir ou d’empoisonnement de buses, régulièrement dénoncés par le F.I.R. (Fond d’intervention rapaces), témoignent éloquemment de la persistance et de la force d’un système de représentation... Dans le cadre imparti par la loi la lutte reste implacable : les fédérations mettent par exemple chaque année à la disposition des chasseurs des œufs empoisonnés (avec des pâtes phosphorées) pour la « destruction » des pies, corbeaux et corneilles.

La destruction des nuisibles est impérative ... (à propos du renard) le garde devra faire preuve de tout son savoir pour exterminer vieux et jeunes ... il est primordial d’éliminer en premier lieu la mère, ensuite le père, et enfin les jeunes ... nous terminerons donc ce chapitre par un appel pressant à tous les chasseurs d’exterminer tous les nuisibles... (Froehlich 1970 : 275.)

86. Kastefalle, piège en bois à bascule utilisé pour la belette (Vosges alsaciennes, 1950)

81Propos et gestes des chasseurs sont explicites : les rapports de l’homme et de certains animaux ne relèvent pas d’une « chasse » mais d’une « destruction ». Le code cynégétique qu’impose l’éthique s’avère dès lors caduc.

Une règle impérative s’impose à tout vrai chasseur : ne pas laisser souffrir l’animal. C’est valable aussi pour le gibier à plume... Pour la perdrix, le nemrod doit prendre une plume et l’enfoncer rapidement dans la tête de l’animal, il meurt ainsi sans souffrances (Gilbert T., chasseur de plaine. Région de Brumath. Décembre 1983).

82Souci qu’on en retrouve pas pour la mise à mort d’autres oiseaux ; pies et corneilles sont aujourd’hui empoisonnées. Les corbeaux faisaient l’objet de « stratagèmes » aussi nombreux que cruels. Citons à ce propos un témoignage tout à fait significatif : un chasseur, par ailleurs chasseur exégète, décrit ainsi la « chasse » aux corbeaux à la fin du xixe siècle :

Voici le stratagème pour les prendre ... Il est souvent employé en Alsace ... on confectionne de petits cornets ... on les garnit avec de la viande hachée et on enduit les bords avec de la glu ... L’oiseau cherche à s’en débarasser et il n’y parvient pas. 11 se débat, il tressaute, il bat des ailes. Enfin perdant la vue et la respiration, la pauvre bête s’enlève à une hauteur prodigieuse pour retomber aussitôt comme un plomb. Cette chasse est fort amusante car les corbeaux coiffés du petit éteignoir en papier se livrent à toutes sortes d’évolutions drolatiques... (Engelhard 1882 : 109.)

83Pour le gros gibier, le « code d’honneur » du chasseur s’avère particulièrement strict : choix du calibre, localisation et distance de tir, technique de la recherche au sang répondent à une codification morale précise s’articulant autour du refus de « laisser souffrir » l’animal :

En Alsace, depuis toujours on ne tire le cochon qu’à balle. C’est la tradition ici. Y a que des viandards qui peuvent tirer à la chevrotine. C’est un crime, le gibier n’est que blessé et il va mourir lamentablement dans un fourré en souffrant (A.D., garde-chasse. Vosges du Nord. Septembre 1983).

84Préoccupations dont on ne décèle nulle trace dans les techniques d’élimination des carnassiers « fauves » : la reconnaissance avouée de la souffrance de l’animal n’a jamais entravé la pratique par les gens de chasse du piégeage ou du gazage, pas plus que les nombreux récits relatant la fuite d’un renard se libérant des mâchoires de fer après s’être coupé la patte, n’ont fait obstacle à la diffusion des pièges dits à palette.

87. Conforme à l’éthique, le tableau de la fin de chasse ; mais pour quels animaux ?

... Il faudra éliminer en toute saison le renard même en rase campagne, et on préparera à cet effet... une place propice pour poser les pièges le moment venu. Cette méthode peut paraître cruelle mais prendre une poule faisane sur son nid, est-ce plus anodin ? (Froehlich 1970 : 275.)

85Un contrat de gardiennage du début de ce siècle permet, à travers les primes accordées au garde-chasse, de connaître la liste de ces nuisibles « ennemis » du chasseur : renard, 3 marks ; martre, fouine, chat sauvage, putois, belette, épervier, 1 mark (pour chaque animal) ; chat haret, hobereau, faucon pèlerin et buse, 0,50 mark ; pie adulte ou corbeau adulte, 0,20 mark (Contrat de 1907, La chasse en Alsace et en Lorraine, Août 1928 : 4).

86Une telle séparation établie par le chasseur au sein de la faune sauvage apparaît, tout aussi précise, dans les chroniques médiévales ; relevons par exemple cette délimitation des animaux nuisibles provenant du Schwarzwald, région limitrophe de l’Alsace : « Tout ce qui détruit le troupeau et grimpe à l’arbre, c’est-à-dire ours, loup, lynx, renard, cochon, blaireau, martre, écureuil et différents gallinacés. » (Schwarzwald 1484 cité par Schwappach 1886 : 211.)

87Une incursion ethnologique au sein de cet espace assigné aux nuisibles semble prometteuse ; la capture de ces animaux était en effet permise à tous. Dans cette « libre poursuite » était primitivement inclus le lièvre et certains gibiers à plume (cf. ordonnance de St Lambrecht du xve siècle cité par Schwappach 1886 : 211). La délimitation d’un « petit gibier », réservé expressément aux seuls chasseurs, n’apparaît que progressivement au fil des ordonnances médiévales de chasse. C’est en 1502 qu’on relève la première mention précise de « grande et petite » chasse : hohem und kleinem Wildbann... (Friitschii corpus juris foresto-venatiorum. Leipzig 1702 : 42.)

88A cette démarcation gibier/nuisible qui, à la lecture des archives, semble relativement récente, une distinction fondée sur la « noblesse » se révèle bien antérieure. Dans de nombreux traités cynégétiques il est fait mention soit de Hochwild et de Niederwild (gibier noble et gibier inférieur), soit de Hochjagd et de Niederjagd. Distinction que certains textes établissent à partir de la patte de l’animal ; ainsi précise-t-on au xive siècle à Selrich : « ... Les animaux aux pieds taillés aux nobles, les animaux aux pieds ronds aux serviteurs. » (Gr. II, 546, cité par Schwappach 1886 : 210.)

89S’impose alors à l’esprit cette démarcation qu’établit la Bible (Lévitique XI) entre « animaux purs et animaux impurs » en fonction de deux caractères, la rumination et la forme du pied.

Voici les animaux que vous mangerez d’entre toutes les bêtes qui sont sur la terre !
Toute bête qui a le pied ongle, les ongles fendus, et qui rumine, vous en mangerez.
De ceux-ci uniquement vous ne mangerez pas ! Le chameau, parce qu’il est ruminant, mais qu’il n’a pas le sabot fendu : il sera impur pour vous. Le daman, parce qu’il est ruminant, mais il n’a pas l’ongle fendu : il sera impur pour vous.
Le lièvre, parce qu’il est ruminant, mais n’a pas l’ongle fendu : il sera impur pour vous. Le porc, parce qu’il a le pied ongle et qu’il a l’ongle fendu, mais qu’il ne rumine pas : il sera impur pour vous (Lévitique XI, 1-8).

Quelques empreintes relevées dans les Vosges

90Pur/impur, noble/inférieur, gibier/nuisible... La richesse et la complexité du champ qui s’ouvre ainsi nous incitent à réserver à ce thème une présentation spécifique. Ce détour nous aura néanmoins permis de comprendre qu’il serait quelque peu réducteur de ne voir dans cette taxinomie cynégétique qu’une pensée purement utilitariste, opposant les animaux/gibier à leurs prédateurs naturels ; dans l’ordonnance du 16 juillet 1980 (fixant dans le cadre de la loi locale de chasse la liste des nuisibles), l’écureuil et le grand-duc font encore partie, au même titre que le loup, des gibiers nuisibles.

91Pour le chasseur le grand-duc reste un « rapace », c’est-à-dire, selon l’expression d’un garde-chasse mosellan « une bête malfaisante », même si le concept de nuisance a été, depuis plusieurs dizaines d’années, sérieusement battu en brèche par de nombreuses études scientifiques. D’ailleurs, dès son édition de 1954, le manuel La chasse édité par Larousse reconnaît à propos de cet oiseau prédateur : « ... son action sur le gibier a été très exagérée. Schoefer a compté, en 1932, que le gibier n’entrait guère que pour 3,5 % dans le total de ses captures » (La chasse 1954 : 304).

92Au terme de ce chapitre signalons encore cette étrange association de deux « nuisibles », le renard et le blaireau. Pour les gens de chasse ces deux animaux partagent fréquemment le même terrier. Cette « cohabitation » se poursuit dans la législation actuelle, blaireau et renard étant les deux seuls carnivores non protégés par le législateur.

Notes

80 Dans le calendrier de la chasse, le printemps correspond à la période de mise bas pendant laquelle le chasseur laisse le gibier « se remiser ». Par le « boulot », le braconnier fait référence à la consommation (croissante ces dernières années) de venaison dans les banquets de communion, ce qui accroît la demande sur le marché.

81 Hegen : littéralement entourer d’un enclos (Hag). Dès le xve siècle, ce terme est utilisé par la Waidmannsprache dans le sens de conserver, protéger, nourrir le gibier. Sur le sens actuel cf. Raesfeld 1971 : 386 : « die Hege : toutes les actions qui servent à la conservation et au soin du gibier. » Pour l’ensemble des mesures que nécessite le hegen on se reportera à Raesfeld (1978).

82 Le tir du cheptel cerf, chevreuil (et chamois pour l’Alsace) dans les trois départements est soumis à un plan de tir. En fonction de critères quantitatifs mais également qualitatifs, un certain nombre de bracelets est attribué à chaque adjudicataire. Le tir d’un animal pour lequel le chasseur ne dispose pas (ou plus) de bracelet constitue une infraction au code rural passible d’une procédure pénale.

83 Le kilo de sanglier vaut à la revente entre 30 et 35 francs. Le tir du sanglier, gibier classé nuisible en Alsace, n’étant pas soumis à un plan de chasse est libre. Objets de très vives critiques de la part des chasseurs, certains « viandards » utilisent le tir du sanglier pour équilibrer quelque peu les comptes financiers de leur chasse.

84 Cette caisse est alimentée directement par les chasseurs qui acquittent une taxe représentant entre 6 et 8 %, selon les départements, du prix de la location de la chasse.

85 Le plan de tir fixe un maximum et un minimum. Ainsi le plan de tir « cervidés » prévoyait pour le Haut-Rhin (saison 1983-1984) un maximum de 1177 animaux et un minimum de 594 animaux « tirables » (cerfs, biches et faons confondus).

86 Décalage que l’on retrouve en Turquie méridionale : « Ce n’est évidemment pas la loi civile qui empêche les chasseurs de tirer au moment de la reproduction, mais bien une conscience personnelle ou le souvenir de prescriptions ancestrales... Le Yasaq de Gengis Kahn aurait codifié la chasse » (Roux 1970 : 276).

87 La date légale de la fermeture étant le 2 février.

88 Pour le code rural français n’existent que des « animaux malfaisants ou nuisibles » dont la liste est définie par arrêté préfectoral. Dans le droit local (et le droit allemand) on parle de « gibier nuisible », tout animal vivant à l’état sauvage étant dès lors considéré comme gibier.

89 Hegering : littér. le cercle du hegen. Officiellement dénommées groupements d’intérêt cynégétique (G.I.C.), ces associations se sont développées, avec plus ou moins de réussite, dans toute l’Alsace. Dans le Bade-Wurtemberg ou en Hesse (Allemagne fédérale) les Hegering sont obligatoires.

90 Augmentation qui ne présente aucun caractère exceptionnel. Voici pour 1980, le pourcentage traduisant l’accroissement des indemnités versées pour dégâts de sangliers par rapport à 1979 : Haut-Rhin + 40,45 % ; Bas-Rhin + 18,38 % ; Moselle + 96,61 % (La chasse en Alsace et en Lorraine, avril 1981 : 33).

91 Le plan de chasse prévoit pour chaque lot une attribution précise des bracelets par catégorie de cerfs. I1 est donc possible de savoir si un chasseur peut, légalement, tirer un 14 cors ou un cerf dit « de récolte ».

92 Des trois départements de l’Est, le Haut-Rhin connaît le plus fort pourcentage de pénétration dite « extra-régionale » : 53 % contre 39 % dans le Bas-Rhin et moins de 20 % en Moselle (pourcentage établi après les adjudications de 1979).

93 « Par ses feuilles fraîches, ses jeunes pousses, l’herbe de ses sous-bois, ses glands et ses faînes, elle (la forêt) servait, avant tout, de terrain de pâture... Les villageois riverains y envoyaient leur bétail. » (Bloch 1976 : 7.) « La forêt en Alsace n’est pas seulement un élément du paysage, elle fait partie intégrante de l’économie rurale. » (Vidal de la Blache 1920 : 25.)

94 Rappelons que la loi (article 835 du code civil local) ne prévoit, contrairement aux dégâts agricoles occasionnés par les sangliers, aucune réparation à la charge du chasseur pour les dégâts de gibier rouge (cerf, chevreuil, daim) ni en forêt domaniale ni en forêt communale soumise au droit forestier. Les cahiers de charges comportent dès lors une clause « de responsabilité du chasseur » valable en cas de non-respect des minimas imposés par le plan de chasse.

95 En 1983, l’Office national des forêts diffusa une brochure de 7 pages intitulée : Une enquête le confirme, l’Office national des forêts est un protecteur de la grande faune (O.N.F. 1983).

96 En Allemagne fédérale, certains massifs forestiers sont déclarés Rotwildfrei (littér. sans gibier rouge). Les forestiers s’opposent par des « tirs de destruction » à toute colonisation de ces massifs à haut rendement sylvicole par les cervidés.

97 La plupart des études scientifiques sur les cervidés (zoologie, éthologie) sont postérieures à 1960.

Table des illustrations

Légende 71. Au cours du repus de chasse, la tournée de schnaps, l’eau-de-vie alsacienne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Légende 72. La pratique du hegen : chasseur agrainant
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre 73. Affouragement dans les Vosges du Nord
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre 73. Affouragement dans les Vosges du Nord
Légende Enquête effectuée en 1982 auprès de 14 000 porteurs de permis de chasse (Comité national d’information chasse-nature. Paris. 1982).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende 75. L’affouragement : conservation ou appât ?(Paru dans la revue cynégétique Chasseurs de t’Est. 1982, n° 9)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 76. Pratique de l'affouragement et domiciliation du chasseur (Haut-Rhin)Répartition des communes d’un canton selon la nature de l’affouragement (sanglier)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Répartition des communes selon la domiciliation du chasseur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende 77. Pierre à sel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 78. Poste d’affouragement
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 79. Cartes cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées1. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau chevreuil (capreolus capreolus)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Nombre de chevreuils (capreolus capreolus) par 100 ha boisés au printemps 1976
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre 79. Caries cynégétiques de la France État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées2. Campagne de chasse 1976/1977 Tableau cerf (cervus elaphus)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Effectif cerf (cervus elaphus) au printemps 1976
Légende (O.N.C. 1977)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre 79. Cartes cynégétiques de la France. État du grand gibier d'après les campagnes de chasse et les densités estimées3. Campagne de chasse 1975/1976 tableau sanglier (sus scrofa)
Légende (O.N.C. 1977)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre 80. Réalisation du plan de tir et domiciliation du chasseur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 81. La réalisation du plan de chasse en Alsace
Légende (Kœbele 1983 : 3 077)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende 82. Traditionnelle photo de fin de chasse au cerf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Légende 83. Le parcours du territoire : les enfants des chasseurs participent aux traques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 84. Écorçage d’hiver par le cerf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 85. Carte des dommages du gibier en Alsace
Légende (Office national des forêts 1982)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Légende 86. Kastefalle, piège en bois à bascule utilisé pour la belette (Vosges alsaciennes, 1950)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende 87. Conforme à l’éthique, le tableau de la fin de chasse ; mais pour quels animaux ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Quelques empreintes relevées dans les Vosges
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2266/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540