Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre chien et loup

 | 
Bertrand Hell

Chapitre 2. Chasse et fièvre : le système du flux sauvage

Texte intégral

1« L’introduction des machines agricoles et les engrais chimiques ont nui beaucoup aux jeunes couvées de perdrix, aux nids de lapereaux. »(La chasse décembre 1928 : 180.) Il n’est pas nouveau d’évoquer la modification du biotope et la transformation de l’agriculture pour expliquer la raréfaction du petit gibier. Force est de constater sur le terrain avec les techniciens (gardes nationaux, ingénieurs O.N.C.) que la situation est devenue, depuis une dizaine d’années, réellement alarmante : disparition du lapin de garenne, quasi-éradication de la perdrix grise, raréfaction du lièvre, du faisan.

2Pour le chasseur de plaine, le tableau de chasse se voit peu à peu relégué au rang de mythe ; sur telle chasse de Hatten (300 hectares de plaine) il n’était pas rare de tirer 150 à 200 pièces par an il y a à peine une vingtaine d’années : le tableau est aujourd’hui d’une trentaine de pièces les « bonnes années ». A la fin d’une battue dans les environs de Gries, le traqueur remarque, en alignant les 6 coqs de la journée : « il y a quinze ans on en levait à chaque fois soixante ». Laissons un chasseur, surpris dans une conversation, apporter un dernier témoignage :

  • 16 Le remembrement a transformé cette bande d’une dizaine de kilomètres de friches, prairies et champ (...)

Tu te souviens les chasses à Innenheim. Avant le remembrement... on faisait 600 pièces dans la journée. Mais elle est complètement vidée. Bien sûr ! Tu te couches par terre à l’aéroport d’Entzheim et tu vois l’église d’Obernai16.

3Raréfaction du gibier, réduction considérable des tableaux de chasse : depuis une dizaine d’années les responsables cynégétiques prédisent un effondrement imminent des cours de la location des chasses de plaine. Prédiction ou vœu pieux qui reste lettre morte : les prix suivent une courbe inflationniste apparemment inversement proportionnelle à la présence de gibier.

Samedi à Blotzbach il y a des adjudications. Allez-y, vous verrez ! C’est une chasse complètement vidée depuis plusieurs années, Mais au moment des enchères les chasseurs ils sont comme fous. Il n’y a plus rien qui compte (Roland K., garde national. Oberdorf. Octobre 1984).

4Situation paradoxale ; les communes fixent le prix de base de la location mais ce sont bel et bien les chasseurs qui, par le jeu des enchères, contribuent à accélérer l’inflation des prix pour des chasses qui, selon leur propre discours, n’en méritent même pas le nom...

Mon mari, cela fait 32 ans qu’il a cette chasse de Steinwiller (350 hectares, chasse de plaine). Depuis dix ans maintenant je l’entends dire, à chaque retour de battue : c’est plus possible cette fois je la lâche. Pensez-vous, même quand il n’y aura plus qu’un lièvre, il la gardera et sortira trois fois par semaine ! (Madame F. R., épouse de chasseur. Octobre 1983.)

5« Les chasseurs, ils sont comme fous » : à ce constat imposé par une irrationalité flagrante font écho les propos des chasseurs eux-mêmes : « Au moment de l’ouverture, pour moi plus rien n’existe. La chasse c’est une question de passion. » (M. B., chasseur. Bitche. Octobre 1983.) Ou ceux de l’épouse du chasseur, observateur privilégié d’une inclination jugée le plus souvent trop dévorante :

Femme de chasseur. C’est pas toujours drôle. Si le chasseur semble à peu près normal avant, après l’ouverture tout change ! Il n’y a plus que la chasse. Les sorties de chasse, les repas de chasse, les discussions de chasse... Moi j’attends avec impatience la fermeture ! Avant d’épouser un chasseur, il vaut mieux savoir ce qui nous attend ! (Madame F. R., épouse de chasseur. Strasbourg. Mars 1983.)

  • 17 Le lecteur pourra par exemple se reporter aux différentes monographies présentées par la revue Étu (...)

6Certes, des chasseurs de sangliers cévenoles aux tendeurs de grives des Ardennes, il apparaît que la chasse relève toujours d’une passion. Mais il semble également que, affirmation d’une identité sociale ou enthousiasme indissociable du jeu, les contours de cette passion cynégétique revêtent des aspects différents, variables selon les groupes étudiés et... le « regard éloigné » de l’observateur17. Pour la France de l’Est, la précision et la spéficité des discours recueillis sur nos terrains d’enquête, l’importance de cette passion, clef du statut particulier du chasseur au sein de la communauté, nous incitent à nous attarder quelque peu sur une « fièvre » bien singulière dont l’existence paraît consubstantielle à l’exercice cynégétique.

Une fièvre singulière

7Chaque année, à l’automne, un trouble singulier fait frissonner le cercle des chasseurs. « Frissonner », car il s’agit bien aux dires des informateurs — gens de chasse ou villageois — d’une véritable fièvre, le célèbre Jagdfieber (littéralement la fièvre de la chasse) qui parcourt alors l’espace cynégétique régional : François, cadre supérieur, explique :

Eh oui ! Cela te prend un matin sans que tu saches pourquoi ! Des fourmillements, une impression d’étouffer, tu as envie de sortir. Et puis une idée fixe : chasser. C’est cela le Jagdfieber. Tu regardes le calendrier : la Saint-Michel approche.

8Grand exégète cynégétique amateur de trophée ou « petit » chasseur de bosquet, qu’importe : tous les « vrais » chasseurs se disent pris par une même fièvre :

Je ne suis pas un grand spécialiste : vous savez, je ne suis qu’un petit chasseur. Mais je ne saurais me passer des saisons de chasse. Chaque année, je suis pris par le Jagdfieber (A. M., cuisinier. Strasbourg. Mars 1983).

9Au cours d’une séance d’adjudication, conscient de ma stupéfaction devant la flambée des enchères pour un lot notoirement « mauvais » et de fait sans grande valeur cynégétique en raison d’un remembrement particulièrement dévastateur pour les haies et autres refuges naturels du gibier, mon voisin me glisse : « la chasse, c’est une véritable drogue ». Car que l’on ne s’y trompe pas ! La fièvre de la chasse exerce un étrange pouvoir contraignant : il n’est pas rare que, « poussé par la fièvre », l’homme de raison s’efface singulièrement devant le chasseur. La prudence et la mesure, caractéristiques du chasseur dans son activité professionnelle, s’estompent. Les dépenses de chasse deviennent alors prioritaires au détriment de tout calcul, de tout souci d’équilibre financier :

Mon mari s’est constitué peu à peu une des plus grandes chasses de la région. Mais il ne veut pas entendre parler de partenaires : il veut mener sa chasse comme il l’entend. Mais il y a le garde à temps plein, sa voiture, les cultures à gibier, les agraineuses automatiques. Tous les revenus y passent. Nous ne partons plus en vacances. Tout va à la chasse et même plus, cette année, mon mari ne me l’a pas dit, mais je sais qu’il a emprunté de l’argent (Madame C. Strasbourg. Avril 1983).

10Avant l’acquisition d’une chasse ou le renouvellement d’un bail, tout budget prévisionnel se voit parfois balayé par les « on verra plus tard ». Attitude dont la lecture des petites annonces — « cède bail en cours » — du journal cynégétique régional souligne peu après le manque de lucidité. Certes tous les chasseurs ne se laissent pas entraîner dans des situations délicates, mais, à tous, le Jagdfieber semble bien imposer un comportement qui, aux yeux de l’observateur extérieur à la pratique, paraît singulièrement « déraisonnable » :

Dans mon mari, il y a deux personnalités ; la personnalité officielle et celle au moment de la chasse. La chasse fait entrer en jeu la passion. C’est elle qui le transforme, le fait sortir matin et soir par tous les temps, le fait se lever à l’aube après quelques heures seulement de sommeil (Madame C. R., épouse de chasseur. Strasbourg. Février 1983).

11Si le Jagdfieber exerce son emprise sur tous les chasseurs et tout au long de la saison de chasse, c’est incontestablement au cours du brame du cerf que l’émotion des chasseurs régionaux atteint son paroxysme : se cristallisent alors autour de cette chasse tout à fait particulière toutes les « passions », tous les « frissons » : la technique régionale de la chasse au cerf reposant exclusivement sur une chasse silencieuse, pirsch ou affût du « coiffé », ce n’est en effet que durant cette brève période de l’automne, du 15 septembre au 15 octobre, que le chasseur peut approcher les vieux cerfs. Les cerfs sont alors en plein rut et, dit-on, « aveuglés par l’amour », s’attardent quelque peu sur les places de brame avant de se fondre dans des fourrés inaccessibles. Période cruciale donc pour le chasseur car elle va lui permettre, enfin, d’approcher et peut-être de tirer le « beau vieux coiffé » dont de multiples indices lui ont révélé la présence sur son territoire de chasse et période intéressante... pour l’ethnologue qui va pouvoir, durant l’effervescence du brame, découvrir, au fil des faits et dits de chasse, la réelle nature de ce Jagdfieber.

12Si durant la saison de chasse, le chasseur tente de concilier passion et raisons (familiale, professionnelle), lors du brame le temps normal suspend son cours. Quand elle ne s’arrête pas tout à fait, la vie professionnelle se ralentit singulièrement.

Cette année je n’ai pas pu prendre mes jours de congé, alors je suis obligé de rentrer travailler tous les jours. Les trois premiers jours ça va encore mais après ... Au boulot j’évite d’avoir des rendez-vous importants ou de prendre des décisions : je suis bien trop fatigué et en plus je n’ai vraiment pas la tête à ça (Marc B., industriel. Schirmeck. Octobre 1983).

13Nous avons pu suivre à l’automne 1983 ce rythme quelque peu étonnant que la passion impose : lever 4 heures 30, chasse jusqu’à 8 heures 30, retour sur Strasbourg (60 kilomètres) et journée de travail ; 16 heures départ pour la chasse, sortie jusqu’à 20 heures 30 et cela pendant une quinzaine de jours. Michel H., industriel à Strasbourg, se voit confronté au même problème :

Pendant le brame, pour moi c’est la pleine saison des collections alors pas question de prendre des congés. Mais bien sûr je sors matin et soir et le rythme de travail s’en ressent. Heureusement, depuis le temps, la secrétaire est bien rodée : elle filtre les rendez-vous, fait patienter les gros clients jusqu’à ce que je revienne ! (Vosges du Nord. Octobre 1984.)

14Quant à la femme du chasseur, elle se voit complètement délaissée : « Pendant le brame, mon mari je ne le vois plus pendant quinze jours. On peut dire que durant cette période la femme est veuve. » (Madame A. P. Strasbourg. Avril 1983.) Seules semblent alors compter les longues courses en forêt à la recherche du vieux cerf, du beau trophée. L’esprit du chasseur est ailleurs ; relevant la dure condition de femme de chasseur, une de ces « veuves » remarque : « Huit jours avant le grand départ... les amours sont assoupies pour cause de transposition de passion. » (La chasse en Alsace et en Lorraine 1975 : 17.) Suit alors une description ironique de ce qui apparaît, devant la similitude des symptômes observés chez d’autres chasseurs, comme une véritable maladie :

Une maladie ? Mais c’en est une et des pires. Elle se déclare sournoisement au changement de lune. Jugez-en. On couche un mari en bonne santé, on le retrouve au matin frappé de bramingite, dont le principal signe clinique est l’idée fixe (ibid. 17).

15Ralentissement, voire interruption des intérêts professionnels, suspension de la vie familiale... Le Jagdfieber semble plonger le chasseur dans un espace particulier lui faisant « oublier » son environnement quotidien, semble l’introduire dans un temps propre, la saison hivernale de chasse, dans lequel l’agencement strict des préoccupations de l’homo civilis n’a plus cours. Suspension d’un ordre normal auquel fait écho, dans la personnalité même du chasseur, une ambivalence certaine :

Mon mari quand il est en forêt, il est différent. Il oublie de jouer son rôle. Il se donne comme il est. On le voit abandonner sa façade (Christiane R., épouse de chasseur. Strasbourg. Mars 1983).

16Dans les discours des informateurs y compris celui des chasseurs eux-mêmes, les références à la « double personnalité » sont nombreuses ; en forêt affirme-t-on, le chasseur « change », « il n’est plus pareil ». Un voile semble s’estomper. Les exigences du code, la sujétion au paraître, le respect des convenances, tout un jeu social devient caduc. En deçà de l’homme de la cité se profile un autre personnage, réellement « différent ». De quelle nature procède-t-il ?

17Questionné sur la valeur respective des chiens de chasse, un chasseur remarque : « Le chien est comme l’homme, il est fait pour la chasse, il a ça dans le sang. » (Alfred S., cuisinier. Haguenau. Avril 1984). Étonnant propos ! Faut-il reléguer le chasseur au rang de l’animal ? Laissons les observations de terrain élucider cette étrange association.

L’approche ce n’est pas une promenade dans les Vosges : le chasseur est dans un état de surexcitation, ses sens sont plus développés. A 150 mètres il peut distinguer, sur un versant parsemé de taches claires, la silhouettes d’une biche. Dans un sous-bois, il reconnaît l’odeur fauve du cerf qui vient de passer (Marc B., chasseur, industriel. Schirmeck. Octobre 1983).

18Le Jagdfieber crée une excitation, on évoque parfois une « chaleur » qui agite le chasseur à la veille de la chasse. Cette exaltation est perçue comme un véritable transport : de l’homo civilis au chasseur on glisse en effet vers un « état de nature ». Car il apparaît que la fièvre permet au chasseur de recouvrer des sens, des facultés quelque peu émoussées par une vie policée.

En forêt, plus rien n’occupe mon esprit : le moindre craquement d’une brindille résonne dans ma tête, un glissement furtif dans un fourré accapare mon regard (René F., chasseur, contremaître. Sundgau. Août 1984).

19Les pratiques cynégétiques régionales, caractérisées par une approche silencieuse de l’animal, soit à la pirsch, soit à l’affût, requièrent une intégration au milieu. Au-delà des techniques de camouflage, des ruses de chasse, subterfuges indispensables mais ouverts à tous, ce sont les sens du chasseur qui, singulièrement aiguisés par le Jagdfieber, lui permettent de pénétrer avec succès dans la forêt. Il se déplace dans un environnement « familier » ; il décèle un changement de vent dans le bruissement ténu des feuilles ; le cri du geai lui signale la présence d’un animal dans la profondeur d’un fourré ; il peut, à la lecture d’indices invisibles « à celui qui a appris dans les livres » suivre la piste du gibier. Tout particulièrement valorisé par les chasseurs s’avère parmi les manifestations de cette nouvelle acuité sensorielle, le développement de l’odorat ; au cours de l’approche, les aptitudes olfactives du chasseur jouent un rôle important : le chasseur doit « sentir » le vent, reconnaître les odeurs et surtout retrouver, effluve ténu, la trace du mâle :

Tu n’as rien senti là ? Mais si, fais attention. Ça se sent ... Cette odeur un peu âcre, un peu forte ; ça c’est un vieux mâle et un beau ! La femelle c’est pas la même odeur (Charles P., garde-chasse. Vosges moyennes. Septembre 1984).

20Cette acuité des sens s’accompagne d’une maîtrise particulière du corps :

Il faut être capable de rester immobile pendant de longs moments. Parfaitement immobile, ni la respiration, ni le moindre mouvement ne doivent laisser deviner la présence du chasseur. Il faut pouvoir se fondre dans la forêt. (Georges C, chasseur, industriel. Vosges mosellanes. Octobre 1984.)

21Dès lors, loin d’être pour le chasseur un poids mort encombrant à surveiller, le corps devient un véritable allié dans la course en forêt. Le chasseur se meut sans bruit ; instinctivement, « sans la voir » rappelle-t-on, il évite la brindille cassante qui trahirait implacablement sa présence. Étonnante fièvre qui transforme le chasseur en une ombre fugitive glissant dans les sous-bois : on évoque une aisance « naturelle » retrouvée. S’adonnant entièrement à la poursuite de l’animal, le chasseur oublie son corps qui « sent » le terrain, « devine », les obstacles. Gens de chasse sont unanimes, il s’agit là d’aptitudes physiques « instinctives » dont aucun apprentissage, aucune expérience ne parviendra à masquer l’absence...

21. Pirsch au cerf dans les Vosges du Nord

22Instinctive également s’avère cette sensibilité prémonitoire dont fait preuve tout « vrai » chasseur. Écoutons Armand, garde-chasse dans les Vosges du Nord, interrogé au retour d’une pirsch couronnée de succès :

Oui, c’est la première fois que j’accroche la remorque. Pourquoi ? Un chasseur, il sent quand il va tirer. Cela se sent. Tous les vrais chasseurs te le diront. Tu as comme des fourmis dans les bras.

23Authentique ferment, la fièvre favorise ainsi l’émergence d’un « corps sauvage » qui, tout en poussant l’homme vers la chasse, lui donne les moyens de se mouvoir hors des conduites réglées de la cité. Acuité des sens, maîtrise « instinctive » du corps, sensibilité prémonitoire, le rapprochement suggéré par un informateur — « le chien est comme le chasseur » — s’éclaire singulièrement. A l’image de son compagnon, le chasseur présente deux visages, mène une double vie ; poussé par le Jagdfieber, véritable résurgence de l’instinct de chasse, il peut glisser du domestique au sauvage. Faut-il s’étonner qu’une relation toute particulière unisse le chasseur à son chien ?

Quand il rentre de la chasse, mon mari s’occupe d’abord de ses chiens, ensuite seulement il vient me voir, prend des nouvelles des petits et se lance dans le récit de sa journée (Madame Marie B., épouse de chasseur. Schirmeck. Septembre 1983).

24Il est d’usage dans le journal cynégétique des trois départements de rédiger un faire-part à la mort de chiens particulièrement connus dans un massif :

Cet épagneul peut être considéré aujourd’hui comme l’un des plus importants chiens de sang de la région ... prenant dignement la relève à ce moment-là de l’inoubliable Mella, ce chien de sang de Hanovre qui l’avait précédé... (La chasse en Alsace et en Lorraine 1984 : N° 11, 26.)

25L’article prend la forme d’un véritable faire-part nécrologique en tout point comparable à ceux rédigés pour les chasseurs : « Birko vom Birkenbuckel n’est plus. »

Bill, de son vrai nom Birko, n’est plus.
Né en 1969, Bill alla très vite de prouesse en prouesse, et ce dès son plus jeune âge à telle enseigne que ...
Avec la mort de Bill une page d’histoire de la grande époque de nos chasses dans les Vosges moyennes est tournée (ibid. 26).

26Chasse et fièvre : le système du flux sauvage

22. Le chasseur et son chien

27Souvenons-nous par ailleurs que, si aujourd’hui lors des messes de la Saint-Hubert, la bénédiction se fait sur le parvis, jusqu’au début de ce siècle les chiens prenaient fréquemment place au côté des chasseurs à l’intérieur de l’église (par exemple en l’église Maria Dozburg en Souabe cf. Birlinger : Schwaben 2,165 cité in Hoffmann, Krayer 1927 : 591). A Saint-Hubert-des-Ardennes, principal lieu de pèlerinage du saint patron des chasseurs, il est encore d’usage que les chiens de chasseurs « participent » à l’office célébré en l’église abbatiale par un concert d’aboiements et de jappements.

28Si les sens peuvent s’aiguiser à la suite de longues courses en forêt, de patients affûts, si l’expérience permet de recouvrer des perceptions quelque peu émoussées, les aptitudes physiologiques du corps sauvage du chasseur, pas plus que l’instinct du chien de chasse ne peuvent s’acquérir par l’apprentissage.

C’est mon père qui m’a appris à chasser. J’ai tiré mon premier cochon à 16 ans dans une traque, au revolver. Mais déjà à 12-13 ans j’allais en forêt tout seul, j’ai ça dans le sang. (Charles 13., garde-chasse. Offwiller. Février 1984.)
Mon père était paysan, il ne chassait pas. Mais moi j’ai été garde pendant 36 ans, et maintenant encore quand je peux je donne un coup de main... Qu’est-ce que vous voulez, es hätt in mim Bluet gsteckt ! (C’était dans mon sang !) (Jean S., garde-chasse. Krautergersheim. Mars 1984.)
J’ai appris à chasser le cerf en Autriche ... Il y avait un garde très fort au point de vue chasse. Il ne savait ni lire ni écrire. Il avait cela dans le sang, il le sentait : il reconnaissait un cerf à 300 mètres. C’était en lui, il ne savait rien des livres. Il était sauvage, ne parlait pas beaucoup. Il habitait tout seul dans la forêt une cabane isolée, la prochaine habitation était à plus de quinze kilomètres. Il était vraiment sauvage, il vivait avec le gibier. (Armand D., garde-chasse. Lichtenberg. Octobre 1983.)

29« Es isch im Bluet » (c’est dans le sang), « es isch eine Frage der Natur » (c’est une question de nature) : pour les gens de chasse le caractère congénital de la fièvre cynégétique ne fait aucun doute. Dès la plus jeune adolescence, des signes révèlent à celui qui sait les lire la marque de ce flux sauvage :

Quand Fabrice avait dix ans je sortais quelquefois en forêt avec lui. Un jour on s’est installés sous un arbre et je lui ai appris à appeler le chevreuil avec une feuille de hêtre. Et, suite à nos essais, un brocard s’est approché à moins de quinze mètres. Fabrice qui l’a vu en premier, s’est précipité sur la carabine et voulait tirer ! Il avait cette réaction en lui (Charles P. Lembach. Novembre 1984).
Moi, la nature, le gibier... c’est ma passion. Déjà gamin je laissais mes frères jouer au village et je sortais en forêt. J’essayais d’attraper des écureuils, de surprendre des chevreuils ... Depuis vingt ans je suis traqueur chez les X (Pierre W., ouvrier spécialisé. Vosges moyennes. Décembre 1983).
A la façon dont mon fils de sept ans me regardait pour la première fois vider un chevreuil, j’ai compris qu’il avait le Jagdfieber (Georges C. Bitche. Octobre 1984).

  • 18 Circulation complexe dans laquelle il convient pour nous de relever tout particulièrement — mais f (...)

30Dans le système physiologique qui s’ébauche, on note le rôle du sang, vecteur d’un flux d’ensauvagement. Étonnant système de représentation dans lequel certains hommes, ceux qui sont atteints par le Jagdfieber, participent de la nature même de l’animal qu’ils traquent passionnément. Mais si la force sauvage — ce salvajum ou ferum dont Fabre-Vassas (1982) a analysé avec finesse la circulation lors du partage du sanglier18 — marque en permanence l’animal « sauvage », le flux révélé par le Jagdfieber n’imprime son sceau chez l’homme que périodiquement, témoignant, entre autres, de l’ambivalence fondamentale de l’homme-chasseur et d’une spécificité dont il porte les marques dans son propre corps. Se circonscrit alors au sein de la collectivité une famille fortement marquée de ce flux, les gens de chasse. Car au-delà du seul clan des chasseurs, d’autres groupes partagent ce « sang sauvage », ressort de la passion cynégétique.

Une passion partagée

31L’organisation des grandes battues annuelles mais aussi celle, plus fréquente, des Drucken (petites poussées) requièrent la présence, aux côtés du garde et du chasseur, d’aides occasionnels, les Trieber (traqueurs). Qui sont-ils ?

Ici ce sont toujours les mêmes traqueurs depuis des années. Il y a rarement un étranger. Il y a des chasses où ils prennent n’importe qui, même des femmes ! Mais ici il n’y a que des vrais traqueurs qui connaissent la forêt. Quand le chasseur décide de faire le Buchwalderkopf, tous savent où ils doivent aller (Joseph P., agent de maîtrise. Rothbach. Novembre 1983).

32Les exceptions sont en effet rares. Le traqueur est avant tout un « gars du village ». Le groupe des traqueurs se compose d’un noyau « d’habitués » qu’accompagnent toujours quelques fils de chasseurs, la battue jouant un rôle important dans l’initiation. Tant en forêt qu’en plaine, il n’est pas rare de rencontrer des traqueurs qui reviennent chaque année depuis dix, voire vingt ans. Pour faire face aux — rares — indisponibilités, le chasseur doit parfois faire appel à des rabatteurs occasionnels ; ouvriers « du patron » venus de la ville ou relations du même village, ceux-ci restent, comme le rappelle Joseph P., des « étrangers » : on parle « d’aides » dans le groupe de traqueurs et on prendra bien soin, dans la ligne de traque, de les intercaler « entre deux gars qui connaissent ».

33La battue dure toute une journée ; le traqueur parcourt pendant les quatre ou cinq traques une bonne dizaine de kilomètres. Il doit traverser les fourrés, se dégager des ronces, pénétrer l’entrelacs des branchages. En forêt vosgienne, le dénivelé est important, le relief souvent accidenté. En plaine, les bottes de caoutchouc s’enfoncent dans le sol boueux d’automne. Les traqueurs ne sont jamais « payés ». Pourtant chacun touche un petit pécule : un chapeau circule lors du déjeuner et tous les chasseurs y glissent un billet. Mais il n’y a jamais de salaire horaire ou de somme forfaitaire pour la journée : chasseurs et traqueurs sont unanimes : « on ne paie pas les traqueurs », « on ne vient pas pour l’argent ». D’ailleurs remarque Yves, mécanicien : « Y en a pas un qui vienne pour le fric : les 150 balles on les claque le soir même au bistrot, entre nous à raconter ce qu’on a vu. » (Vosges du Nord. Novembre 1983.)

23. Planchette de traqueur Westhouse, milieu du xviiie siècle (Musée alsacien de Strasbourg)

34« On sort pour le plaisir », affirment les traqueurs. Marc, rencontré dans une chasse de forêt explique :

Dans le village, les gars ne s’intéressent pas à la forêt. Regarde le brame, personne ne sort, pourtant c’est pas loin. Les seuls ici qui sont intéressés, qui aiment ça, se sont les traqueurs (Ouvrier-ajusteur. Vosges du Nord. Décembre 1983).

35Au cours du repas de midi « tiré du sac » ou lors du pot de fin de battue, les discussions sont animées. Chasseurs et traqueurs témoignent d’un même intérêt pour le gibier : on évoque les péripéties de la chasse : le « solitaire » blessé qui charge, la compagnie qui rompt la ligne de traque ; on évalue la densité du gibier, son état sanitaire, les derniers mouvements des hardes de biches. La précision des observations dénote un indéniable intérêt pour l’espace cynégétique : tel traqueur commente les traces relevées près d’une souille, deux autres débattent de la couleur inhabituelle en cette saison du pelage d’une biche, un groupe suppute avec le forestier l’importance des dégâts ; en plaine on déplore l’influence néfaste sur la nidification des perdreaux d’une récente plantation de peupliers. Entre les traques, ils aident le garde à vider le gibier, faisant preuve du même savoir-faire, d’une même inclination pour le sauvage.

24. Soigneusement recueillis lors du vidage, les « abats rouges » seront partagés entre les traqueurs

  • 19 Littér. les sonnettes.

36Particulièrement manifeste s’avère ce goût de la chasse, du sauvage à la fin de la journée, lors du partage des abats. En Alsace et en Moselle, le gros gibier n’est jamais découpé et réparti entre les chasseurs. Lors du vidage les différents abats sont recueillis dans un seau : ce sont les seules parties de l’animal qui sont partagées. Ces morceaux reviennent principalement aux traqueurs. Les abats rouges (foie, cœur, poumons et reins) mais aussi la cervelle et la langue constituent, d’après les dits, des mets de choix et sont recherchés ; certains apprécient également le « gras-double » de l’estomac des cervidés. On emporte la rate pour le chien. Relevons enfin la consommation — furtivement évoquée — des Hoden, des Schellen19 (les testicules). Les morceaux recueillis ne font jamais l’objet d’un commerce. Au sein de l’espace villageois, la consommation alimentaire de ces « abats » circonscrit nettement le cercle des traqueurs. Hors de ce groupe, on manifeste une répugnance ostensible pour cette alimentation « sauvage » : « ça pue ! », « c’est tout juste bon pour les chiens. »

37Chasseurs, gardes et traqueurs occupent la partie éclairée de la scène cynégétique ; un autre groupe partage cependant cette passion du sauvage et, poussé par ce même « virus », emprunte les sentiers de la chasse : les braconniers.

Les braconniers ? ça a bien changé. Ils viennent de partout maintenant, même de Saverne ! Y a même des femmes avec ! C’est plus pareil, ils ont des voitures, des phares... (Henri S., 65 ans, maçon, ancien braconnier. Vosges du Nord. Avril 1984.)

  • 20 En août 1984 une équipe de braconniers venus de Seine-et-Marne et opérant près de Wasselonne (Bas- (...)

38Ce nouveau braconnage, c’est celui des « professionnels », des « équipes » venues d’ailleurs, des villes ou même de plus loin20. Bien équipées (carabines et 22 LR ; phares orientables pour aveugler le gibier ; chaînes pour rouler dans la boue), ces équipes quadrillent méthodiquement un secteur en voiture ; recherchée avant tout est le venaison : à 20 ou 30 francs le kilo à la revente, la « sortie » nocturne s’avère profitable. Ce braconnage taxé d’« alimentaire » est dénoncé par tous. Il est de ce fait volontiers mis en avant — statistiques et procès-verbaux des délits de chasse à l’appui — par les chasseurs. Le délinquant devient le modèle officiel du braconnier, hors-la-loi troublant la quiétude d’un espace paisiblement ordonné...

39Marginale par son importance statistique, par son impact sur la faune, une autre réalité du braconnage nous intéresse ici.

Je suis un chasseur un peu spécial : je braconne. J’ai mes coins préférés et des méthodes anciennes mais bien efficaces et... silencieuses ! Pour le lièvre j’emploie tel collet, pour le gros gibier un autre. Je profite à la fois du plaisir de poser des pièges et de retourner le soir, le cœur battant, pour voir mes prises (A. M., 50 ans, cheminot. Région de Strasbourg. Mai 1984).

40Le poseur de collet, volontiers présenté comme le vestige d’une époque révolue, existe encore et se fait d’ailleurs parfois surprendre par les gardes. L’imparfait qu’on utilise dans les villages pour relater ses faits et dits ne leurre que l’étranger ; quant aux gardes, ils concentrent principalement leurs efforts sur la surveillance des « équipes », braconniers extérieurs à l’espace villageois... Certes la science du Strickel (lacet) se fait rare mais la continuité d’un type de braconnage — le braconnier pénètre seul, en silence, dans la forêt — et d’un certain savoir (observation des coulées, connaissances éthologiques...) semble assurée — adaptation technologique oblige — par le « braco à la 22 ». Bracos solitaires et silencieux, mais connus de tous, qui sont-ils ?

41Nous avons déjà évoqué le peu d’intérêt qu’éveille, au sein de la population agricole, l’espace cynégétique ; quelques actes de braconnage au bâton, à la houe : les principales incursions prédatrices des agriculteurs se limitent à des rencontres forfuites.

Les paysans y braconnaient pas. Entre Koestlach et Hirsingue j’étais le seul à mettre des Strickel. Mais dans chaque village, je savais ceux qui étaient intéressés par du gibier (Joseph W., 65 ans, ouvrier agricole. Sundgau. Mai 1984).

42Des réseaux d’échange se constituent ainsi et le braconnier couvre plusieurs villages. Il lui faut parfois faire face à la concurrence de quelques Herumtreiber (littér. ceux qui traînent), célibataires oisifs toujours à l’affût d’une bonne occasion pour glaner quelques pièces, ou à celle des Ziginer (gitans), piégeurs de haute renommée.

43Dans les villages forestiers, on serait en droit d’attendre d’une population traditionnellement tournée vers l’espace de la forêt (bûcherons, tailleurs de pierre, forestiers) une certaine inclination au braconnage.

Je suis d’une famille de bûcherons. Mon père, mon parrain, mes cousins étaient tous bûcherons. Mais ils ne touchaient pas au gibier : cela ne les intéressait pas. La famille de ma femme ça c’est autre chose. Les X. de Rothbach y étaient connus depuis plusieurs générations. Ils avaient ça dans le sang ! (Louis P., 62 ans, ancien bûcheron, agent de maîtrise. Vosges du Nord. Février 1984.)

44Ainsi réapparaît, régissant également le braconnage, le système de représentation s’articulant autour du « sang sauvage ». Et dans le village ne braconne pas en fait qui veut.

Mon père était cantonnier. A la maison, on était nombreux et on vivait chichement. Mais mon père n’a jamais braconné pour améliorer l’ordinaire. Les autres, les bûcherons, c’était pareil. Ceux qui braconnaient ? C’étaient les familles, toujours les mêmes. On les connaissait. Es isch im Bluel ; es isch eine Frage der Natur : einer kann guet singe d’andere... (C’est dans le sang ; c’est une question de la nature : l’un sait bien chanter, l’autre...) (Madame H. C. 85 ans. Sage-femme d’un village forestier. Vosges du Nord. Février 1984.)

45Si dans les époques difficiles le braconnage d’appoint suscite une indulgence complice, le braco-viandard, « celui qui revend », est unanimement condamné. Les fréquentes dénonciations au garde témoignent d’ailleurs explicitement de son rejet hors de la société villageoise. En revanche, on reconnaît les braconniers « héréditaires », « ataviques », qu’on regarde comme les jouets d’une force qui les pousse vers la forêt. Le vrai braconnier, « celui qui a ça dans le sang », n’est pas relégué aux confins de la communauté.

46Il est au contraire au cœur d’une sociabilité villageoise s’articulant autour de l’échange de viande braconnée. Car le braconnier ne vend pas : la « revente » c’est bon pour les « viandards », ceux qui « font ça pour l’argent ». Un réseau d’alliance s’établit autour de l’échange de la venaison ; certes le mécanisme de ce système de don et de contre-don n’a apparemment pas survécu aux transformations socio-économiques, mais il semble encore possible de suivre l’articulation de ces réseaux qui se prolongent souvent jusqu’aux villages de plaine. L’achat observable aujourd’hui se veut implicitement dépouillé de toute connotation commerciale, l’argent versé pour la viande relevant d’une simple compensation financière.

47La légitimité de l’acte cynégétique du braconnage repose ainsi aux yeux du groupe, au-delà des lois humaines, sur la présence du « sang sauvage ». Pour les braconniers comme pour les chasseurs il appartient à la communauté d’apprécier l’authenticité du Jagdfieber. Chaque village possède ainsi « sa » famille de « braco » dont l’inclination se voit justifiée par le sang et par une proximité au sauvage :

Les H. à Lichtenberg, depuis toujours c’étaient les plus « fresch » (culottés) de la région. Faut dire qu’à la Champagne (lieu-dit de la commune), ils habitaient carrément dans la forêt ! (Madame G. B. Offwiller. Mai 1984.)

  • 21 En 1873 le tabac en poudre revenait en France à 13.50 francs le kilo ; de l’autre côté de la front (...)

48Loin d’être tues — certes lors des premiers entretiens on se cantonne prudemment dans la seule évocation du passé — les inévitables péripéties aventureuses de ces braconniers alimentent abondamment le registre local des récits oraux ; ultime intégration et manifestation ostensible de cette légitimité octroyée par le groupe, les braconniers ont souvent contribué à écrire quelques-unes des plus belles pages de « l’histoire du pays » : dans tel village des Vosges du Nord la fuite aux États-Unis de deux frères, braconniers renommés, est à l’origine vers 1840 d’une vague locale d’émigration vers Philadelphie ; plus loin, on relate avec force détails les exploits épiques d’une famille de contrebandiers/braconniers — à partir de 1871 on « passe le tabac »21 — dans sa lutte contre les « gros paysans » venus des bourgs agricoles voisins louer des chasses de la commune.

49Nombreux sont enfin, dans toutes les vallées de ce massif, les récits relatant les exploits des braconniers alsaciens qui, durant les occupations allemandes — aussi bien durant « l’annexion » que pendant la deuxième guerre mondiale —, surent déjouer avec moult astuces « locales » une vigilance toute militaire et ridiculiser les gardes et les forestiers allemands, traduisant ainsi dans l’espace de la forêt, la volonté de résistance de l’ensemble de la communauté :

Les Allemands avaient trouvé un chevreuil pendu à un collet. Ils savaient que c’était le Joseph, alors ils ont organisé des tours de garde devant chez lui et près du collet pour le prendre sur le fait. Comme à l’armée, gardes et forestiers se relayaient toutes les deux heures. Et lui au lieu de rester planqué, il a soulevé les tuiles du toit, il est sorti à leur barbe, la nuit, et a réussi à prendre le chevreuil... (Monsieur Louis P., ancien bûcheron, agent de maîtrise. Vosges du Nord. Février 1984.)

50Mais la collectivité se porte également juge de l’acte cynégétique en lui-même. Comme pour le chasseur, la passion seule ne saurait légitimer une intrusion désordonnée du braconnier, fût-il « du coin », dans l’univers cynégétique ; « ceux qui exagèrent » se voient irrémédiablement frappés d’ostracisme et l’on ne manquera jamais d’évoquer des exemples de l’autodiscipline tacite à laquelle s’astreint le groupe villageois :

Les X., à P., ils ont toujours posé des collets. Déjà mon grand-père en parlait... Mais le fils X., Bruno, il est comme fou. Il exagère. Alors on a fait le vide autour d’eux (Madame B.S., épouse d’un artisan. Vosges moyennes. Avril 1984).

25. La science du collet : détermination de la hauteur du piège

26. Vérification du nœud coulant

51Le « vrai » braconnier détient un savoir, il « connaît » la forêt. Aux techniques de l’approche du chasseur répondent le contrôle de la lisière, la science des collets.

  • 22 Wechsel : chemin de passage (du gibier). Ce terme ut ìli sé dans la conversation par le braconnier (...)

Le Strickel, c’est tout un art ; il faut connaître les Wechsel22 du gibier, la résistance du fil. Tiens le fil de fer, il faut le laisser dehors une nuit pour que l’odeur de l’homme disparaisse... Chez moi, tout le monde braconne. Même le grand-père de ma femme y braconnait, alors tu penses ! Le braconnage faut être élevé là-dedans pour le faire proprement, faut avoir grandi dans la forêt (Henri H. 40 ans. Bûcheron. Région de Saverne. Avril 1984).

52Se profile ainsi — véritable reflet du chasseur — l’image du braconnier reconnu, le vrai braco ; le savoir partagé avec le chasseur impose des règles similaires et un curieux jeux d’échos s’établit : homme du jour, le chasseur refuse les facilités du tir sur la place d’agrainage ; homme de la pénombre, le braconnier méprise les viandards qui aveuglent le gibier à l’aide de phares.

Une affaire de « famille »

53Flux véhiculé par le sang, la pulsion vers l’espace sauvage n’apparaît pas forfuitement. Interrogé sur l’apprentissage du chasseur, un garde-chasse allemand — en fonction dans les Vosges du Nord — remarque :

Certains chasseurs viennent tardivement à la chasse... on ne rattrape plus le retard... c’est dans le sang, cela passe d’une génération à l’autre (H.F., Berufsjäger. Octobre 1984).

54Outre l’innéité du Jagdfieber, les discours soulignent implicitement le caractère héréditaire de toute véritable relation avec le monde sauvage :

Chez nous la chasse c’est atavique. C’est une tradition de famille : mon arrière-grand-père était chasseur, mon grand-père et mon père étaient gardes et moi, après les avoir suivis en forêt, je suis naturellement devenu garde (Jean-Pierre M., garde-chasse et employé des P.T.T. Saverne. Avril 1984).
Autrefois on était chasseur de père en fils. C’était une question de tradition mais surtout d’hérédité (Madame G.A., 90 ans, épouse de chasseur. Mars 1983).

55La chasse apparaît dès lors aux yeux des gens de chasse avant tout comme une « affaire de famille ». Transmissible de père en fils, le goût du sauvage semble marquer certaines familles aussi loin que la mémoire collective villageoise permette de remonter et, à de grandes familles de chasseurs locaux répondent, dans la pénombre de l’acte cynégétique, de non moins célèbres lignées de braconniers. Ainsi de Dabo au massif du Donon, de la vallée de la Fecht à celle de Guebwiller il n’est pas rare que, depuis plusieurs générations, des gens de chasse empruntent les mêmes chemins, parcourent la même forêt, tout en s’évitant soigneusement. Situation dont seul un observateur étranger au groupe pourrait d’ailleurs s’étonner ; nul, y compris semble-t-il le chasseur, ne remet en effet en cause la légitimité d’un acte cynégétique que confère à telle famille la présence du sang sauvage.

56Du garde au braconnier on fait état avec ostentation de généalogies attestant l’ancienneté, et par là, l’authenticité, d’une inclination vers le monde de la « nature ». Lors du travail d’enquête de terrain, les références à « la famille », omniprésentes dans les discours des gens de chasse, témoignent éloquemment de ce qui apparaît comme l’authentification d’un statut social au sein de la collectivité.

C’est Auguste le grand-père qui nous a appris à poser les collets .. Moi j’ai plus beaucoup le temps, mais j’aime ça [le braconnage]. Antoine il sort souvent, il utilise surtout le 22... Faut dire que chez nous on a toujours braconné (Marc).

27. Famille A : « braconnier » ; ego : Marc, 35 ans, employé

27. Famille A : « braconnier » ; ego : Marc, 35 ans, employé

Dans le village ici, on est traqueur depuis toujours. C’est nous qui dirigeons toutes les traques. Faut dire qu’on connaît... Les autres familles de bûcherons, le gibier, ça ne les intéresse pas. Nous, depuis trois générations on traque chez les X., la forêt, les remises, tous les fourrés, on les connaît comme notre poche (Jean-Louis).

28. Famille B : « traqueur » ; ego : Jean-Louis, 30 ans, cadre

28. Famille B : « traqueur » ; ego : Jean-Louis, 30 ans, cadre

La chasse, on a toujours eu ça dans le sang. On a été élevé dedans. Alors quand c’est devenu trop cher, on est bien sûr devenu gardes. Mon frère ils l’ont pris tout de suite à temps plein [...] ils ont peur qu’il devienne braco ! Moi quand je venais je donnais un coup de main. Depuis que je suis pensionné, je suis revenu vivre au village et je sors aider tous les jours (Charles).

29. Famille C : « garde-chasse » ; ego : Charles, 72 ans, électricien

29. Famille C : « garde-chasse » ; ego : Charles, 72 ans, électricien

Je suis garde national et mon frère, lui, travaille comme garde-chasse privé dans une commune voisine... Mon arrière-grand-père ? Ça je ne pourrais pas vous dire exactement. Mais je pense qu’il était sûrement garde-chasse aussi (Roland).

30. Famille D : « garde-chasse » ; ego : Roland, 40 ans, garde national (O.N.C.)

30. Famille D : « garde-chasse » ; ego : Roland, 40 ans, garde national (O.N.C.)

Écoutez nous les X., ça fait au moins quatre générations qu’on est chasseurs. Alors la chasse on sait ce que c’est. Et c’est pas à la fédération qu’ils vont nous apprendre ! ... Moi, mon grand-père, c’est à huit ans qu’il m’a fait tirer mon premier lièvre, et bien j’ai fait pareil avec Claude, mon fils et Jean-Luc, le fils de mon frère (Joseph).

31. Famille E : « chasseur » ; ego : Joseph, 50 ans, commerçant (chasse de plaine)

31. Famille E : « chasseur » ; ego : Joseph, 50 ans, commerçant (chasse de plaine)

Vous savez il n’y a pas que les grandes familles de nobles qui peuvent faire état d’une tradition de chasse. Mon père était modeste contremaître et j’ai aujourd’hui quatre petits-fils qui ont déjà leur permis. Nous on peut dire qu’on chasse en famille ! (Gérard.)

57Etonnante naturalisation d’un fait social ; on se réfère de fait à un système de représentation dans lequel il appartient au sauvage de marquer par le biais du Jagdfieber certaines familles et de désigner ainsi ceux à qui il revient de pénétrer l’espace cynégétique...

58« Affaire de famille », la chasse l’est assurément et à double titre ; car la frontière que trace cette fièvre de la chasse est double. D’une part elle circonscrit de l’extérieur, comme nous l’avons vu, le cercle des gens de chasse au sein de la communauté villageoise et elle légitime, en vertu d’un caractère héréditaire attribué au sang sauvage, l’accès de familles de chasseurs, gardes et traqueurs mais aussi braconniers à une pratique cynégétique. Mais cette frontière s’avère également une démarcation interne reconnue : elle permet au sein de chaque catégorie d’isoler la « famille » — comprenons dès lors une parentèle élective horizontale — regroupant les « vrais » spécialistes, les hommes de l’art. Braconniers-viandards, gardes et traqueurs soucieux d’arrondir un salaire, faisant ça « pour de l’argent » et chasseurs « du dimanche » sont rejetés au nom d’un principe identique ; sous-jacente à la multitude des griefs formulés, transparaît une même condamnation : on dénonce les effets d’une inclination adventrice, on réprouve une pratique occasionnelle, on stigmatise l’absence d’une véritable passion.

32. Famille F : « chasseur » ; ego : Gérard, 70 ans, industriel (chasse de forêt)

32. Famille F : « chasseur » ; ego : Gérard, 70 ans, industriel (chasse de forêt)

Le Jagdfieber ? Y a des chasseurs qui l’ont, d’autres pas... C’est ce qui fait la différence entre les vrais chasseurs et les autres ; ceux-là ils peuvent sortir tous les jours, écouter le garde... Aber des isch nit selwe (mais ce n’est pas pareil) (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1983).
Le chasseur de salon, pour lui, la chasse n ’est qu ’un passe-temps ; ça en hiver et autre chose en été. Le vrai chasseur, il n’y a que cela dans la vie : le gibier, sa chasse (J.P., garde national. Vosges du Nord. Septembre 1984).

59Particulièrement révélateur semble à ce propos le vidage de l’animal. Dans le cercle des chasseurs, on affirme avec force que tout vrai chasseur doit vider lui-même l’animal qu’il a tiré. L’observation de cette règle justifiée par l’éthique et le « respect » dû au gibier permet en fait de mesurer l’authenticité d’une passion cynégétique ; le chasseur pour qui ce contact direct, tactile avec le sauvage est « sale », « dégoûtant », se voit irrémédiablement exclu du cercle des « vrais chasseurs » et relégué à la périphérie de l’acte cynégétique qu’occupent tous ces tireurs non passionnés, les Fleischjäger (littéralement chasseurs de viande) et autres chasseurs « de salon ».

Pour moi un vrai chasseur doit savoir vider son gibier. Le vider tout seul et proprement... Waidgerecht (conformément à l’éthique), disent les Autrichiens. D’ailleurs là-bas, comme en Allemagne, vider le gibier fait partie de l’examen pratique du permis de chasser (Armand D., garde-chasse. Vosges du Nord. Octobre 1983).
Ici tous les chasseurs savent v ider le gibier. Un chasseur qui ne vide pas la bête c’est juste un Knàller, un gars qui vient seulement flinguer. Bien sûr dans-une battue on n’a pas le temps. Mais regardez aujourd’hui, même entre les traques il y a des chasseurs qui viennent nous aider à vider les cochons qui ont été tirés (Jean-Louis P., traqueur, employé. Vosges moyennes. Décembre 1983).

60Du chasseur au traqueur, du garde au braconnier un même continuum relie ainsi les gens de chasse : chacun s’inscrit sur un axe dont le point nodal se voit défini par la reconnaissance d’une passion cynégétique identique. Autour de cette pulsion partagée, se définit, sous-jacente aux savoir-faire particuliers, une même représentation de l’espace sauvage ; c’est dans cette optique que doit se comprendre cette distance observée par chaque « famille » vis-à-vis de préoccupations utilitaires. Braconniers qui revendent et chasseurs qui veulent rentabiliser leur chasse se rejoignent, relégués à la périphérie de l’acte cynégétique authentique : l’accès au sauvage ne saurait être l’objet d’une activité mercantile.

33. Une phase du vidage : la libération des abats blancs

34. Le goût du sauvage : le vidage de l’animal

61Si la chasse apparaît comme une « affaire de famille », il semble temps de préciser une affaire de famille... d’hommes ; généalogies fondées sur une transmission père/fils ou parentèle élective essentiellement masculine, les familles des gens de chasse nous renvoient l’image d’un espace réservé aux hommes. Du Châtillonnais (Verdier 1979 : 32) aux steppes d’Asie centrale (Roux 1981 : 34) l’exclusion de la femme de la pratique cynégétique intrigue. Se jouant des frontières linguistiques et culturelles, cette exclusion semble consubstantielle à l’acte de chasse lui-même. Qu’en est-il sur notre terrain ?

62Un repas de fin de battue : dans la petite salle enfumée, la bière coule à flots, traqueurs et chasseurs commentent bruyamment la journée. A part la serveuse, sollicitée de toutes parts, pas une femme : la question brûle les lèvres :

Des femmes chez nous ? Y en a pas (rires). Il y en a bien un qui l’amenait à la battue... On lui a fait comprendre gentiment ! Des petites remarques par-ci par-là... Depuis elle ne vient plus (rires) (Vosges du Nord. Janvier 1983).

63L’opposition à la présence de la femme reste forte : clairement énoncée dans les chasses dites « traditionnelles », elle ne revêt le plus souvent que la forme d’une réticence passive. Réticence qui paraît suffisamment dissuasive : dans les départements de l’Est, le pourcentage des femmes/chasseurs est faible : bien inférieur à 10 %. Ce chiffre est à pondérer en fonction du lieu de résidence et du type de chasse. Les femmes/chasseurs sont issues essentiellement de milieux urbains : il est même possible de circonscrire cette provenance aux quelques grands centres urbains de la région : Mulhouse, Colmar, Strasbourg et Metz. Leur participation à la pratique cynégétique s’avère nettement plus fréquente dans les chasses que nous avons qualifiées de périphériques. Chasses sportives, chasses mondaines autorisent l’intégration de la femme à un double titre : réduites à une simple activité de loisirs, on constate qu’aucun code symbolique ne s’oppose à sa présence ; caractéristiques d’un groupe social, elles permettent à une nouvelle image de la femme « émancipée », « sportive », de se concrétiser. De toutes les chasses, la battue de plaine semble la plus ouverte : on parlera alors de « bon fusil » pouvant rivaliser avec les hommes.

35. Groupe de chasseurs dans les Vosges alsaciennes en 1930

36. Sur le même massif en 1984...

64En affinant quelque peu l’analyse on constate que la plupart de ces femmes/chasseurs ne proviennent pas d’un milieu chasseur. Confrontées par le biais du mariage à un monde qui leur est étranger, ignorantes du code de cette société fermée, elles n’en découvrent les règles que progressivement :

Au début j’ai pris des leçons de tir et je pense que je suis aussi bon fusil que mon mari. Mais j’ai bien vu que cela ne suffisait pas. Alors j’ai appris à vider le gibier moi-même, comme tous les chasseurs. Mais cela semblait au contraire les choquer ! J’ai eu beau leur expliquer qu’à la cuisine, c’est bien la femme qui vide le lapin ou le poulet, on me répondait : ce n’est pas la même chose. Alors j’ai laissé tomber et maintenant, pendant la chasse, je vais me promener (Madame Françoise R., épouse de chasseur. Metz. Octobre 1983).
Je chasse depuis plus de quinze ans avec mon mari. Je suis connue un peu partout : on m’appelle la femme qui chasse et qui boit (le schnaps). Cela ne me fait pas vraiment plaisir mais enfin puisqu’on m’accepte... Mais je sens bien que c’est plus par sympathie que par conviction (Madame Christine W., épouse de chasseur. Strasbourg. Avril 1984).

  • 23 Zielwasser : littér. « l’eau pour viser », dénomination familière des chasseurs pour l’eau-de-vie, (...)

65Ce n’est en effet non sans une certaine complicité malicieuse que les chasseurs versent entre les traques une grande rasade de Zielwasser23 à la femme présente. Affaire d’hommes la chasse l’est assurément ; le statut de la femme/chasseur paraît ambigu : en chassant, elle perd sa « féminité ». On insistera toujours dans le groupe des chasseurs sur la résistance physique « comme un homme », sur la démarche ou l’allure générale « masculine » de ce chasseur particulier.

... Bien sûr il y a des femmes qui chassent, et je pense qu’il y en a toujours eu mais ce sont des femmes qui d’une manière générale mènent une véritable vie d’homme (Monsieur Charles S., industriel. Vosges moyennes. Janvier 1984).

66Quant à certaines chasses réservées exclusivement aux femmes organisées par telle célébrité cynégétique régionale, elles sont très mal perçues et l’on remarquera toujours que rarissimes sont les femmes de la région présentes à « ces réunions mondaines ».

67Issue d’une grande famille de chasseurs, madame B. décrit son rôle et définit ainsi ce qui apparaît au fil des témoignages comme l’image traditionnelle de l’épouse du chasseur :

J’ai grandi au contact de la nature. Mais je n’ai jamais voulu aller à la chasse. J’aime aller en forêt, alors pendant la journée de chasse je vais me promener et à midi j’apporte le panier... je ne touche jamais les fusils de mon mari. Par ailleurs c’est toujours lui qui prépare ses affaires de chasse (Région de Bitche. Janvier 1984).

68Caractère physiquement éprouvant de la pratique, faible diffusion il y a encore une vingtaine d’années des moyens de locomotion, ce qui obligeait les chasseurs à laisser leur épouse à la maison, etc., la gamme des justifications avancées est variée mais elles restent peu convaincantes. Plusieurs décryptages sont possibles : on peut y voir la projection d’un système social reposant sur la division sexuelle du travail — l’homme chasse ; la femme prépare le panier-repas — comme on peut y lire, sur un autre plan, un jeu d’oppositions catégorielles : Homme/Mort — Femme-Mère/ Fécondité. Nous aimerions explorer un chemin quelque peu différent.

69Le système de représentation dans lequel s’inscrit la chasse s’est désagrégé et les significations des pratiques se dissolvent dans les espaces ludiques que s’aménage une société en mal de retour vers la nature. Suite à ce véritable Kulturfall, l’interdit de la femme apparaît dès lors comme le vestige manifeste d’une époque d’obscurantisme misogyne et place les chasseurs dans une position difficile. Les fortes réticences observées quant à la présence de la femme témoignent cependant de l’importance d’un codage symbolique inconscient qu’il convient d’approcher.

Je n’aime pas que ma femme touche à mes affaires de chasse. Même les vêtements, bien sûr c’est elle qui les nettoie parce que je n’ai pas le temps, mais c’est toujours moi qui les range et les prépare avant chaque sortie (Marc B., chasseur. Schirmeck. Octobre 1984).

70Lubie de chasseur maniaque ? Il serait possible de multiplier à souhait les propos de chasseurs révélant une attitude similaire ; attitude observable par ailleurs sur le terrain : tel chasseur tient à nettoyer et à repasser — sommairement — ses vêtements, tel autre cire méticuleusement ses souliers de marche chaque matin pendant le brame du cerf... Autant de gestes dévolus « normalement » à la femme qui montrent que son exclusion de la chasse ne se réduit pas au seul interdit de l’acte de tuer.

71D’après les recueils allemands de croyances populaires tout contact avec une femme rend le chasseur bredouille ; dans le Mecklenbourg on précise qu’il doit bien se garder d’accrocher son fusil à côté d’un tablier de cuisine ou d’un balai. Cette influence néfaste s’exerce même sur les animaux : un chien qui aurait reniflé un ustensile de cuisine serait tout à fait incapable de retrouver la trace du gibier (Hoffmann, Krayer 1927 : J, 579). En Europe septentrionale ce pouvoir défavorable s’étend à la pêche : aux îles Feroe la présence de la femme pendant la pêche au dauphin porte malheur ; en Ecosse la ligne de pêche enjambée par une femme ne ramènera aucun poisson (Sebillot 1901 : 184, 283).

72Ces interdits s’inscrivent certes dans la maintenance d’une dichotomie du système productif qui assigne à chaque sexe un champ d’intervention strictement délimité. Mais gardons-nous d’occulter la portée sémantique de tels interdits au profit d’un seul fonctionnalisme généralisant. Comme le rappelle Lévi-Strauss,

... Il faut donc distinguer le fait de la division du travail, quasiment universel, et les modalités selon lesquelles, ici et là, on répartit les tâches entre les sexes. Ces modalités relèvent, elles aussi, de facteurs culturels ; elles ne sont pas moins artificielles que les formes de la famille elle-même (Lévi-Strauss 1983 : 80).

  • 24 Interdits dont l’européaniste retrouve certains échos lorsqu’il élargit son champ d’investigation (...)

73Ainsi il convient de s’interroger sur la spécificité culturelle que connote telle bipartition sociale et sur le système de représentation que révèlent les interdits mis en place24. Justifiant l’exclusion de la femme de toute pratique cynégétique, un de nos informateurs (employé de bureau, 45 ans, banlieue de Strasbourg) affirme : « la femme, elle fait peur au gibier ».

74Comment se manifeste cette influence néfaste ?

Une question d’odeur

75Les superstitions relatives à la chasse sont, d’après les folkloristes allemands du xixe siècle, particulièrement nombreuses. Au sein de ce corpus quelque peu touffu dont il paraît aujourd’hui difficile de démêler l’écheveau prédomine cependant une croyance : le chasseur doit, sur son chemin, éviter soigneusement la rencontre d’une femme ; celle-ci ne manquera pas en effet de l’imprégner de quelque exhalaison que l’odorat particulièrement sensible du gibier décelera rapidement. Aussi précise-t-on en Basse-Silésie qu’en cas de telles rencontres le chasseur, s’il veut poursuivre la chasse le même jour, doit d’abord retourner chez lui, faire le tour de la maison et uriner (Hoffmann, Krayer 1927 : J, 579).

37. L’initiation de l’enfant

76L’animal grâce à son flair extraordinaire peut facilement éventer la présence de l’homme ; éliminer une odeur révélatrice, tel doit être le principal souci du chasseur dans ses préparatifs. Préparatifs de chasse dont Die hohenlohesche Handschrift donne quelques exemples intéressants. Ce manuscrit anonyme rédigé dans !a deuxième moitié du xvie siècle est tout à fait caractéristique de la littérature cynégétique allemande qu’il convient de distinguer de celle qui, à la même époque, assura en Europe le prestige de la « chasse à la française ». Car si en France les traités de chasse, tel celui de Jacques du Fouilloux (Poitiers 1561), s’inscrivent dans une tradition de la grande littérature cynégétique amorcée dès le xive siècle par le comte de Foix Gaston Phœbus, en Allemagne ces ouvrages ne sont que des manuels de terrain à usage pratique. Rédigés simplement par des Berufsfäger — souvent restés anonymes — modestes fonctionnaires au service des princes, on n’y trouve aucune considération philosophique sur l’éthique ou « l’art » de la chasse : ce sont essentiellement des recueils techniques présentant un savoir-faire, des conseils à usage quotidien (Die wolfskeelsche Handschrift 1580 ; das Jagdbuch des Cornelius Latomus 1585 ; Puech zu der Waidmannschaft 1593).

  • 25 La présence d’expressions dialectales particulières permet de situer la provenance de ce manuscrit (...)
  • 26 Texte intégral dans Lindner 1959. Tome 11.

77Le Hohenlohesche Handschrift25 traite principalement de la chasse au gros gibier et décrit en détail les techniques, alors les plus courantes en Allemagne, de l’affût (soit sur un arbre, soit derrière un abri) et de l’approche. Primordiale s’avère dans ces types de chasse silencieuse la « science » du vent : « si tu veux approcher le gibier, prends garde que le vent te soit favorable » (Chapitre 5826). Mais maîtrise du vent et artifice de camouflage ne suffisent pas à déjouer la méfiance du gibier : le chasseur doit également veiller à dissimuler son odeur. Pour l’approche en hiver, le chasseur revêtira une grande chemise de lin :

Il faut une fois cousue convenablement la faire tremper avec du bois dans une eau froide et courante. Puis la suspendre au soleil et à l’air, la laisser pendre bien haut, été comme hiver, soumise à l’action du gel, de la neige, du vent et du soleil. Il ne faut jamais la toucher avec les mains nues. Chaque fois qu’on l’utilise, il faut la retremper et procéder ainsi (Chaptre 59 : Das schleichen im Winter im Schnee mit dem hembt).

  • 27 Chap. 60 : « Wilter das dich keim hirsch oder willdt verfahe » (Pour que le cerf ou le gibier ne t (...)

78Un peu plus loin l’auteur du manuscrit recommande de découper, pendant le brame, les organes sexuels d’une biche, de les laisser sécher à l’air pendant six mois jusqu’à ce qu’ils deviennent « durs ». Lorsque le chasseur voudra approcher un cerf ou du gibier, surtout la nuit, il lui suffira d’en accrocher quelques-uns sur le bord de son chapeau27. Le chaseur prendra bien soin enfin de toujours suspendre ses vêtements de chasse « avec du bois » (Chapitre 61).

79Si de nos jours cette utilisation des organes sexuels de la biche s’est perdue, certains « trucs » — jamais utilisés mais dont chaque chasseur se promet de vérifier l’efficacité — circulent encore :

Il paraît que l’urine d’une vache attire le cerf pendant le brame ! C’est un vieux garde qui me l’a dit : il suffit d’en verser un peu sur les vêtements et tu réussis des approches sensationnelles (Marc B., chasseur. Schirmeck. Octobre 1983).

80La crainte d’être éventé reste en effet une des préoccupations majeures du chasseur de gros gibier :

  • 28 Dénomination locale du vieux sanglier solitaire.

Dans l’approche, le plus important c’est de ne pas faire de bruit bien sûr mais surtout d’être à bon vent : il faut toujours prendre le vent car ici. .l tourne souvent (Armand D., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1984).
Pour le Keiler28, le jour de chasse, il ne faut ni se servir d’un savon, d’un déodorant ni bien entendu utiliser de parfum... le Keiler il te sent bien avant que tu ne l’aies vu (Jean-Pierre M., garde-chasse, employé des P.T.T. Saverne. Avril 1984).

81Précautions identiques qui témoignent du souci de ne pas introduire en forêt une odeur qui trahisse le chasseur :

  • 29 Sur les précautions à prendre avant la chasse, retenons ce témoignage recueilli par L. Roubin dans (...)

Le matin, avant une approche il ne faut jamais fumer29. (Georges C, chasseur. Vosges du Nord. Octobre 1984.)

82Les vêtements font également l’objet d’une attention particulière :

Il faut se méfier des vêtements neufs : d’abord ils font du bruit, on n’est pas à l’aise et puis, souvent, il y a cette odeur de neuf (M. B., chasseur. Bitche. Octobre 1983).
Les affaires de chasse, il faut les laisser sécher dans un endroit aéré, le mieux c’est une grange ou une remise. Mais jamais dans une armoire (Georges D., chasseur. Ingwiller. Septembre 1983).

83Ainsi s’éclaire ce refus, maintes fois observé, de laisser la femme repasser les vêtements de chasse, quelques chasseurs — de plus en plus rares il est vrai — lavant encore eux-mêmes leurs habits à l’eau froide d’une fontaine.

  • 30 Le garde envoyait la queue au garde fédéral et recevait ensuite une prime de la Trésorerie général (...)

84Lorsque le piégeage constituait, grâce à la vente des fourrures et des primes versées par « l’administration »30, une source de revenus intéressante pour le garde-chasse, il confectionnait pour la martre, la belette ou le putois des pièges à bascule en bois — Kniepelfalle et Kastefalle — qu’il prenait toujours soin de bien laisser « sécher » à l’air libre. Lorsqu’il utilisait des pièges métalliques à mâchoires — Schwannenhals — pour le renard et le blaireau, il les suspendait sous l’auvent de sa remise (Vosges du Nord) ou les enfumait (Sundgau) avant de les poser, « pour que les Raubtier (carnassiers) ne les sentent pas ». Science de l’odeur que partage le braconnier :

Les Strickel, il faut faire attention avant de les poser : ton odeur, elle colle au fil de fer. Moi je les laisse quelques jours dehors et je les frotte avec des feuilles et de l’herbe (A.M., cheminot. Région de Strasbourg. Mai 1984).

85Quant à Henri, bûcheron et braconnier invétéré, il affirme porter des gants lorsqu’il pose ses collets : « ils sont très bien, pleins de terre et je m’en sers, la journée, pour débarder le bois ». (Région de Saverne. Avril 1984.) S’agit-il de simples artifices renvoyant avec d’autres techniques à une science du camouflage que tout chasseur se doit de posséder et dont les exemples abondent dans la littérature ethnographique ? Ainsi on apprend que les Vogouls de Sibérie frottent leurs pièges avec des branches, que les Finnois nettoient leurs armes avec des aiguilles de pin (Lot-Falck 1953 : 136), que les Eskimo, pour la chasse au phoque, utilisent la fumée d’un feu d’algues pour effacer l’odeur de leurs armes (Birket-Smith 1937 : 108). Gestes pratiques, fonctionnels certes, mais dont il serait dommage de réduire l’intérêt à de simples préoccupations utilitaires. Car de tout un système de pensée s’articulant autour du jeu des odeurs, des exhalaisons, il est possible de retrouver sur le terrain des indices signifiants.

86Le jour ne s’est pas encore levé, Michel le chasseur s’apprête à partir ; la veille il a repéré les traces d’un gros Keiler, « près de la 117 », qu’il pense pouvoir approcher ce matin.

— Vous n’êtes pas rasé. C’est par manque de temps ?
— Non. Avant une pirsch, il ne faut ni se laver, ni se raser...
— A cause de l’odeur du savon ?
— Pas seulement. Bien sûr il ne faut pas empester, comme les Américains qui sentaient l’after-shave dans la jungle au Vietnam, mais aussi parce que ton odeur naturelle elle ne dérange pas le gibier (Vosges moyennes. Octobre 1983).

87Il apparaît ainsi au fil des dires que ce n’est pas l’odeur de l’homme en elle-même qui est dénonciatrice. Tout se passe comme si, par une aptitude biologique particulière, il disposait d’une exhalaison naturelle, proche du « sauvage », qui lui permette de s’unir à l’espace du dehors. Oscillant cependant entre la vie dans la cité et les courses en forêt, le chasseur doit prendre garde à tous les effluves pouvant altérer cette odeur.

88Les gestes observés lors des préparatifs visent moins à masquer une émanation défavorable qu’à débarrasser le corps des relents d’un autre monde. La « fièvre de la chasse » joue ici un rôle déterminant. Si, traduisant une passion, elle pousse le chasseur vers l’espace sauvage, elle est aussi ce flux qui, véhiculé par le sang, marque une rupture : développement des sens, « instinct » de la chasse sont autant de signes du retour vers un état originel, non altéré, dont témoigne également l’odeur « naturelle » du chasseur.

  • 31 Utilisation du l’eu et de la fumée que l’on retrouve lors des rites de purification effectués avan (...)

89Tout autre s’avère cependant l’odeur de la femme. Car cette « peur », mentionnée par un informateur, que la femme cause au gibier, ces multiples évocations de la mauvaise influence exercée sur le chasseur renvoient de fait à ce jeu complexe des odeurs, des exhalaisons naturelles ; n’est-il pas expressément précisé, au début de ce siècle, que le chasseur de Bohême occidentale ayant eu la malchance de rencontrer sur son chemin une femme doit, s’il veut effacer son influence défavorable, rester quelque temps devant sa cheminée ? (Zeilschrift fur Völkerkunde 1905 : 207.) Rester devant la cheminée, c’est-à-dire, les vertus purificatrices de la fumée dans le domaine olfactif étant connues, veiller à effacer les traces d’une odeur néfaste31. L’odeur féminine incriminée — « le gibier il la sent tout de suite », rappelle un garde-chasse — ne renvoie pas seulement aux parfums et autres senteurs qui témoignent de sa présence, mais surtout à une exhalaison perçue comme congénitale, véritable empreinte naturelle révélant un statut.

90Faut-il y lire, traduite dans le domaine olfactif, la marque d’une conscience collective dont le principe ordonnateur assigne à chaque sexe des champs d’intervention — ici odeur mâle, forte/espace sauvage et odeur féminine/espace domestique — nettement circonscrits ? Certes, mais ne versons pas trop rapidement dans ces jeux d’oppositions catégorielles, alors que ces catégories ne sont pas définies avec précision. Si la chasse, assimilable à une course en forêt, s’inscrit indéniablement dans une sphère d’action masculine, il faut se garder d’en induire les prémisses d’une polarité stricte opposant l’espace du dehors masculin aux activités domestiques féminines ; ramassage des escargots, activités de cueillette, cuisson du gibier et préparation des abats sont autant d’empiétements qui incitent à percevoir avec prudence les limites de chaque champ d’intervention.

Les traqueurs... souvent il y a les enfants, garçons ou filles de chasseurs ou de truqueurs... Des femmes truqueurs ? Non, ici il n’y en a jamais eu, même pour les grandes battues... Cela ne se fait pas. (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1983).

91Fondamental dans la reconnaissance de ce jeu sensoriel qui s’articule autour de la pratique cynégétique nous paraît le fait que l’apparition des règles — dans laquelle il convient de lire l’émergence de l’odeur spécifique de la femme — à la puberté marque l’exclusion de la sphère cynégétique de la jeune fille devenue femme. N’est-il pas par ailleurs significatif que l’on refuse à la femme toute sujétion au Jagdfieber ? Traduction dans le domaine olfactif de cette force sauvage qui, lors du temps de la chasse, imprègne hommes et bêtes sauvages, l’odeur fait participer l’homme/chasseur à la nature même de l’animal poursuivi. Dans le face à face qui l’oppose à l’animal, on peut relever, affleurant constamment au fil des faits et dits, la reconnaissance par le chasseur d’un instinct spécifique au mâle.

92Guidé par cette force sauvage, le mâle et tout particulièrement le vieux mâle — auquel fait bien évidemment écho le « vrai » chasseur expérimenté et mûr — est dit « rusé », « méfiant » ; contrairement au gibier femelle mû uniquement par l’instinct de conservation, le mâle fait preuve de facultés d’adaptation, de férocité et de détermination caractéristiques de la véritable « sauvagerie » : il est alors capable de déjouer sans cesse les ruses du chasseur, d’éventer « instinctivement » sa présence, de « forcer » brutalement un passage, rendant ainsi sa poursuite — d’innombrables récits de chasse en témoignent — particulièrement « exaltante », « intéressante ».

93C’est autour de cette sauvagerie exclusivement perçue comme « mâle » que s’ordonnent les modalités de la poursuite de l’animal et que s’éclairent mutuellement l’exclusion de la pratique des femmes et le mépris ostensible affiché par le chasseur pour le tir des femelles. En suivant le fil ténu des odeurs se révèle ainsi la dimension anthropomorphique de la chasse, dimension anthropomorphique dont la chasse au cerf fournit l’illustration la plus éloquente.

38. Chasseur vidant un sanglier au cours d’une battue

39. Chasseur vidant un cerf au terme d’une pirsch

La quête du cerf

  • 32 Pour le chasseur, celle distance est fonction de deux impératifs, d’une part la possibilité d’obse (...)

94« La pirsch, il faut connaître ; c’est un art. » Cette phrase ponctue invariablement le discours des chasseurs de cerf. Le cerf est à l’origine un animal de grands espaces ouverts. Il ne s’est réfugié dans les massifs forestiers qu’à la suite de l’emprise humaine sur son biotope (Raesfeld 1971). La forêt dense, les fourrés constituent sa « remise », havre de tranquillité que doit respecter le chasseur. Mais comme place de brame, le cerf privilégie les clairières, les futaies très claires, « les endroits aérés, dégagés » car, comme précisent les chasseurs, « le cerf veut également dominer sa harde du regard ». Mais, rendu extrêmement méfiant et par la force des choses, nocturne, il ne sort que le soir et rentre dès les premières lueurs de l’aube. Le tir de nuit étant doublement prohibé, légalement par arrêté préfectoral, moralement par l’éthique de la chasse qui repose sur la notion de tir sélectif, le chasseur ne dispose que d’un laps de temps très court, quelque peu prolongé par « l’excitation amoureuse » lors du brame, pour surprendre le cerf sur son passage de la place de brame à la remise. « L’art » du chasseur consiste à approcher le cerf jusqu’à la distance de tir32.

  • 33 Enquête effectuée chez Marc B., 45 ans, industriel. Région de Schirmeck. Septembre-octobre 1983.

95Jeudi 29 septembre. 11 est quatre heures du matin, une journée de chasse se prépare33.

96« La Saint-Michel c’est le meilleur jour ... C’est à cause du froid, plus il fait froid, meilleur est le brame », précise le chasseur. Mais les paroles échangées sont rares. Les gestes sont rodés et connus, depuis le temps, et pourtant on sent une certaine nervosité, une certaine fébrilité : « oui, pour le brame on sort tous les jours, mais le beau coiffé, on ne le rencontre qu’une ou deux fois ! » Le néophyte vérifie s’il a respecté les règles précisées avec force la veille :

Les vêtements doivent se fondre dans la nature, pas de taches claires ou trop sombres. N’oublie pas le chapeau, le visage de l’homme brille...
Les bottes en plastique, c’est pour les chasseurs de plaine ! Il faut de bonnes semelles de cuir qui ne crissent pas.
C’est aussi l’odeur qui trahit... alors pas de savon parfumé, ni de lotion de rasage !

97Depuis plusieurs jours de longs coups de gueule caverneux et quelques traces nettement marquées dans des sols meubles témoignent de la présence d’un vieux cerf à la Schlossmühle. « La première chose c’est de sentir le vent. Lui, il te repère bien avant que tu ne puisses le voir ».

98La technique de la pirsch requiert une parfaite connaissance du terrain de chasse car une fois le vent dominant localisé, le chasseur doit rapidement choisir un secteur d’approche, chemins, vallées et versants « situés à bon vent », permettant de contourner puis d’approcher la place du brame. Une marche silencieuse commence. Attentif à la moindre brindille, à la moindre feuille morte qui trahirait irréversiblement sa présence, le chasseur progresse, l’œil et l’oreille en alerte ; une tache claire peut signaler la présence de la biche que le cerf ne manquera pas de suivre, le cri du geai, le glissement furtif d’un sabot annoncent l’imminence d’un passage.

99« Dans la forêt, plus rien n’existe, il n’y a que toi, ton intelligence et tes sens, et lui avec ses instincts et sa ruse. » Un geste autoritaire et c’est l’immobilité parfaite, absolue. Tu sens, il est passé par là, il est là... Une odeur, une trace d’odeur acre semble cheminer dans l’air encore imprégné de rosée matinale. « C’est son odeur. Lors du rut, le sperme bouillonne en lui, il sent fort, une odeur de sauvage. »

100Car c’est durant le brame, période qui voit par ailleurs le Jagdfieber du chasseur atteindre son paroxysme, que le cerf manifeste son odeur la plus sauvage :

Quant tu le vides il faut le faire très proprement ; à cause du sang... le sang est plus fort que d’habitude, il sent mauvais... Si le cerf est comme fou c’est à cause du sang. Ça vient des glandes, le coiffé en rut ne mange presque rien, alors forcément ça ne se vide pas comme il faut et tout cela passe dans le sang (Armand D., garde-chasse, Vosges du Nord. Octobre 1983).

  • 34 Sauvagerie excessive qui n’est pas sans danger pour l’homme. Nombreux sont en effet les récits cir (...)
  • 35 Dans son Histoire des animaux, Aristode remarque que lors du rut « la viande du cerf ne vaut rien (...)

101S’il convient de bien « vider » le cerf de son sang devenu en cette période de rut « trop » sauvage34 c’est bien entendu l’ablation des testicules qui requiert de la part du chasseur la plus grande prudence ; en coupant la verge et les Brunstkugeln (littéralement les boules de rut) il veillera soigneusement à ne pas « mouiller le cerf de sperme », ce qui gâterait irrémédiablement la venaison. Pour les gens de chasse la venaison du cerf durant cette période se révèle d’ailleurs impropre à la consommation35 :

A ce moment-là (le brame) la viande elle ne vaut rien. Ça pue. Pensez le coiffé il est überhitz (littér. chauffé excessivement) et la viande elle est trop forte (Charles B., garde-chasse. Vosges du Nord. Octobre 1984).
C’est sûr, la venaison elle sent plus fort. La viande est sèche, marquée par une odeur fauve. Bien sûr on peut laisser dégorger... mais même l’odeur elle reste. La viande n’est pas bonne d’ailleurs à cette époque le kilo de venaison se vend moins cher ! (Georges D., chasseur. Ingwiller. Octobre 1983.)

40. Castration du cerf par le garde-chasse

102Il faut maintenant progresser très prudemment. Le cerf est en train de « remonter », de regagner sa remise. Il s’agit de couper son chemin. Dans un taillis plusieurs craquements retiennent l’attention du chasseur. Une longue attente commence. Inquiet, le cerf reste dans le fourré.

103« Il est méfiant mais il ne nous a pas vus. Attends, je vais le faire sortir ». A gestes prudents le chasseur dégage son appeau, la corne de brame. Simple tube de carton ou bouteille de plastique bricolée, Ochsenshorn plus académique (corne de bœuf), chaque chasseur privilégie l’instrument le mieux adapté à reproduire le brame du cerf. Certains gardes utilisent encore l’appeau traditionnel, la tige creuse de l’Heracleum ou Grande Berce.

Appeler le cerf demande une grande expérience. Il faut s’adapter au cerf qui est en face de toi, le jauger. Si tu brames trop vieux, tu vas l’effrayer, si tu cornes trop jeune, il ne va pas daigner sortir, ou au contraire foncer sur toi ! Il faut bramer juste, l’intriguer, éveiller sa curiosité, sa jalousie, le défier et l’inciter ainsi à sortir.

104Un jeu subtil s’instaure alors ; aux appels de l’homme répondent ceux de l’animal. Le chasseur frappe le sol, puis un tronc d’arbre avec un bâton, reproduisant ainsi le bruit du cerf qui piétine et frotte ses bois en défiant un concurrent. Les cris du cerf deviennent plus rauques, plus brefs. « Il est énervé, attention, il sort. » Dans un fracas de feuilles froissées, de branches cassées, le cerf jaillit du fourré.

  • 36 Le plan de chasse prévoit une présentation obligatoire des trophées de coiffés à la fin de la péri (...)

A ce moment c’est l’expérience qui prime. Il faut faire vite mais calmement. D’abord bien juger, évaluer le cerf ; être sûr de ne pas avoir oublié un petit andouiller un peu caché, qui d’un dix cors tirable transforme ton cerf en un douze cors point rouge36. Après seulement tu vises et tu tires. Il faut garder la tête froide car tu n’as pas beaucoup de temps.

41. La corne de brame (Vosges du Nord)

105« Bien sûr la pirsch c’est la plus belle des chasses », mais rappelle Armand, garde-chasse depuis 25 ans dans les Vosges du Nord, « les Allemands n’affirment-ils pas : der Pirschjäger pirscht seine Jagd tot ? (le chasseur à la pirsch détruit sa chasse.) Le territoire du cerf est sacré. L’homme ne peut le traverser sans laisser de traces. Pense à l’odeur, elle colle aux feuilles, aux arbustes pendant des heures... Le cerf ne reviendra plus. »

106Maintenir les cerfs sur le territoire de chasse, garder « ses cerfs », telle est la véritable obsession du gestionnaire que tout bon chasseur se doit d’être. Pour certains chasseurs, la pirsch, chasse silencieuse, représente encore une chasse trop dérangeante aux conséquences néfastes sur le gibier. « Pendant le brame, le cerf est particulièrement sensible, faire des kilomètres en zigzag dans son territoire, le traverser en tous sens, c’est mauvais. Cela le dérange. »

107Il faut d’autre part tenir compte du relief ; les vallées mal exposées aux vents, la succession des vallons, la faible visibilité dans les nombreux fourrés sont autant d’éléments qui interdisent l’approche dans cette chasse des basses Vosges gréseuses.

La pirsch, c’est bon en Autriche dans les montagnes où la visibilité est excellente et à la rigueur dans les hautes Vosges ou dans certains secteurs aux versants escarpés, mais pas ici. (Joseph F., chasseur. Vosges du Nord. Septembre 1983.)

108La technique de chasse repose sur l’affût, l’observation silencieuse du gibier grâce au mirador, le Hochsitz, silhouette familière des campagnes et des forêts d’Allemagne et d’Europe centrale.

Il faut une vingtaine de miradors pour mille hectares de chasse, mais attention, pas n’importe où ! Quand on a repris le lot des Lyonnais, il a fallu tout refaire (Michel H., chasseur. Vosges du Nord. Octobre 1983).

109L’aménagement du territoire et la construction des miradors exigent une bonne connaissance de la chasse ; en retrait d’un passage fréquenté, d’une place de brame ou d’une culture à gibier, le mirador doit être exposé à bon vent, bénéficier d’une vue périphérique dégagée, être accessible par un chemin de pirsch régulièrement entretenu... Poste d’observation il permet avant tout de repérer les habitudes du cerf et de sa harde. Certes, il est parfois « permis » de tirer d’un mirador, mais il s’agit alors des « tirs d’élimination » réservés aux Abschuss (cerfs déficients). Tirer un « coiffé », un « beau cerf » du mirador se voit par contre fortement condamné : c’est unweidmännisch (contraire à l’éthique) rappellent unanimement les chasseurs.

110En fonction des observations effectuées lors des sorties précédentes, des vents dominants, le chasseur choisit un mirador. Avant le lever du jour il s’agit d’être en place, de bien évaluer une dernière fois le cerf, de repérer son chemin de passage. En « pirschant » ensuite sur quelques centaines de mètres, le chasseur se poste sur la coulée du cerf. De là, soit à l’affût, soit en utilisant la corne de brame, il pourra tirer.

111Malgré deux techniques quelque peu différentes, chasse à l’affût et pirsch ne s’opposent pas. Elles témoignent toutes deux d’une éthique commune de la chasse. Les chasseurs partagent une même conception de la chasse au cerf reposant sur la pratique d’une chasse individuelle et silencieuse et s’opposent avec vigueur aux autres modes de chasse au cerf pratiqués en France, la vénerie et la battue.

Tout le haut du Eichelberg c’est une remise à cerfs. Personne, pas même le patron ne peut y aller. Il y a plusieurs coiffés et un véritable troupeau de biches. Mais même lorsqu’il y a des invités qui veulent à tout prix voir du Rotwild, on n’y va pas (H.F., garde-chasse. Vosges du Nord. Octobre 1984).

112D’après le discours des chasseurs, le territoire de chasse appartient au cerf. Certes le terrain porte la marque du chasseur, mais les pierres à sel, la construction de mangeoires, l’affouragement régulier en hiver, l’entretien des cultures à gibier visent essentiellement à rétablir une biocénose perturbée. Les différents aménagements permettent de stabiliser un cheptel sur un terrain de chasse mais également d’assurer au cerf les conditions (alimentation, quiétude) nécessaires à son vieillissement. « Laisser vieillir les beaux cerfs », telle paraît la préoccupation majeure du chasseur.

  • 37 Ce terme est fréquemment employé par les chasseurs pour le cerf ; on parle de « chasse récolte » ; (...)

113« Récolter37 un beau vieux cerf, c’est la récompense de nombreuses années d’efforts. » (Georges C, chasseur, 65 ans. Industriel. Moselle. Octobre 1984.) La visite des expositions annuelles de trophées s’avère à cet égard intéressante ; commentaire d’un chasseur devant un trophée « point rouge » (erreur de tir sur un jeune cerf) : « celui-là il aurait mérité de vieillir ». Plus loin un panneau soigneusement mis en valeur présente les plus beaux trophées de la saison de chasse : « Depuis la généralisation de la gestion qualitative, on obtient dans le massif vosgien de magnifiques cerfs de récolte », précise le directeur d’une fédération départementale. (Exposition des trophées. Strasbourg. Mars 1984.)

114Pour le chasseur cette gestion qualitative repose sur la pratique d’une chasse silencieuse donc peu perturbatrice et surtout sur un tir individuel et sélectif que seuls la pirsch ou l’affût permettent d’effectuer dans de bonnes conditions. Cette conception fonde les critiques opposées à la chasse en battue : « c’est une chasse aveugle, on tire les cerfs sans les voir... C’est de la viande. » (Jean-Louis S., chasseur. Vosges du Nord. Novembre 1984.) « La battue ! C’est bon pour les tireurs d’outre-Vosges qui ont la détente facile. De toutes façons, ils ne pourraient reconnaître un coiffé d’une vache. » (Charles P., garde-chasse. Vosges moyennes. Septembre 1984.) « La décision de tirer suppose une observation, une identification, sinon ce n’est plus de la chasse, c’est de l’abattage. » (A. F., responsable cynégétique. Strasbourg. Mars 1984.)

  • 38 « Du sang hongrois » car « il vient de l’Empereur » : allusion aux cerfs d’Europe centrale que le (...)

115La gestion et l’exercice de la chasse sont dès lors orientés vers cette finalité, l’obtention de « cerfs de récolte » à double empaumure de treizième ou quatorzième tête. Tel est l’esprit qui présida en 1958, à partir des terrains de chasse des Vosges du Nord, aux regroupements volontaires de sociétés de chasseurs soucieux d’organiser « rationnellement » cette gestion quantitative et qualitative de la chasse au cerf. Car jusqu’à cette période, le cerf des Vosges apparaissait aux chasseurs locaux comme une véritable sous-espèce, quelque peu dégénérée, du vrai cerf, « celui des grandes steppes de l’Est », précise Charles, garde-chasse à la retraite. On parlait alors entre chasseurs du Vogesehirschle (littér. le petit cerf des Vosges) dont la modestie du trophée paraissait congénitale. Si par rarissime bonheur un chasseur rencontrait un coiffé digne de ce nom, on lui attribuait invariablement du hungarische Blut car : er isch vom Kaiser38.

  • 39 Le cahier des charges est élaboré de manière contractuelle par les représentants des différentes p (...)

116La loi locale de chasse de 1881 imposant aux trois départements concernés l’élaboration d’un cahier des charges a permis aux chasseurs régionaux d’asseoir cette conception de la chasse sur un texte législatif ; ainsi pour le Bas-Rhin, l’article 23, « prescriptions techniques » interdit « le tir du cerf mâle en battue » ; pour le Haut-Rhin l’article 25 précise : « dans le but d’améliorer la valeur des cervidés est interdit le tir des cerfs et daims coiffés en battue pendant toute la durée du bail »39.

117Prescriptions techniques qui laissent à nouveau apparaître cette frontière dont nous subodorons l’importance dans la délimitation de véritables aires culturelles au sein de l’espace cynégétique européen ; plusieurs travaux ont souligné la persistance de cette frontière linguistique qui parcourt le massif vosgien comme limite de civilisation, voire de développement économique. (Pour les premiers résultats d’une cartographie de la sensibilité alimentaire dans le Nord-Est de la France cf. Thouvenot 1980 ; sur les structures agraires cf. Jung 1968.) Recoupant la frontière linguistique, il nous est permis d’ajouter une limite séparant le versant est, « alsacien », où la battue du cerf est interdite, et le versant ouest, « vosgien », où cette technique de chasse est autorisée, comme d’ailleurs dans le reste du territoire national. Malgré l’existence d’un biotope favorable avec d’importants îlots forestiers de plaine (forêt indivise de Haguenau, forêt de Sélestat) et quelques tentatives d’implantation au xviiie siècle, la grande vénerie, la chasse à courre du cerf ne s’est jamais diffusée dans la France de l’Est. Cette absence de la chasse à courre témoigne des réticences locales face à ce mode de chasse. Certes, le chasseur reconnaît à la grande vénerie une valeur traditionnelle et une indéniable dimension historique, mais l’éthique de cette chasse lui demeure profondément étrangère.

42. Modes de chasse des cerfs de 1re tête et plus en France

42. Modes de chasse des cerfs de 1re tête et plus en France

(Document O.N.C. 1982)

118« C’est un scandale, ils tirent ça ! Mais ils sont trop jeunes, on ne doit pas les tirer », s’exclame un chasseur devant une photographie de trophées de vénerie. Réflexion significative qui illustre parfaitement les profondes divergences séparant deux conceptions de la chasse. Chaque pratique cynégétique implique une valorisation différente du gibier recherché, du cerf. Pour la vénerie, le cerf le plus apte à favoriser une « belle » chasse doit être capable de tenir tête plusieurs heures à la meute ; il s’agit d’un cerf jeune, rapide et endurant. Pour la chasse individuelle, le chasseur recherche au contraire le « beau vieux cerf », le « cerf de récolte » au trophée imposant. Maître de la place du brame, dominant un imposant troupeau de biches, le vieux cerf est considéré comme à l’apogée de sa puissance sociale et sexuelle. L’expérience acquise au cours des ans ayant affiné sa méfiance, sa prudence, rend le face à face avec l’homme d’autant plus intéressant.

119Outre cette valorisation spécifique, les différentes techniques de chasse révèlent une attitude face à l’animal, face à son territoire. Chasses à courre et battues, profondément différentes certes dans leur esprit, se rejoignent cependant comme des chasses bruyantes et collectives. Rabatteurs, chiens de traque, invités et suiveurs, meute, pénètrent en force le terrain de chasse ; l’homme expulse l’animal et s’approprie son territoire. Dans la pratique régionale de la chasse dite « silencieuse », le chasseur ne fait qu’erlegen (tuer, mais dans le sens de prélever) en limitant son incursion au strict minimum ; sa présence est perçue comme « dérangeante ». L’espace de la forêt revient au cerf ; l’homme y est un intrus.

120Un éclair déchire l’aube naissante : le cerf tombe, foudroyé par une balle mortelle. Chasseur et garde procèdent aussitôt au vidage. Au terme des différentes opérations (cf. Hell 1984 : 168-171), le chasseur sépare la tête du corps. « Quand la tête est découpée, il ne faut plus prendre de photos, ce qui reste ce n’est rien, c’est de la bidoche », précise alors Roger, le garde.

121Le trophée serait-il le véritable enjeu de la chasse ?

Le culte du trophée

  • 40 Littér. la dernière bouchée. A la mort du cerf, le garde brise trois petites branches de résineux (...)
  • 41 En cas de doute sur l’âge du cerf, le chasseur procède à l’examen des dents. Pour dégager la mâcho (...)

122Le chasseur glisse la brisée, der letzte Biss40, dans la « bouche » du cerf : « c’est la coutume, de plus j’ai dû vérifier l’âge41, c’est pas joli, la branche permet de cacher ça. » (Marc B., chasseur. Région de Schirmeck. Octobre 1983.)

  • 42 Pour la littérature celtique et tout particulièrement les épopées irlandaises on se reportera à We (...)

123La moindre entaille sur la tête rebute le chasseur, alors que l’ouverture de l’abdomen, l’extraction des viscères ruisselant de sang sont « normales ». Mais souligner l’importance du trophée pour un chasseur ne relève-t-il pas d’un truisme ? De plus l’identification symbolique, dans la chasse « noble », du cerf et du héros, attestée explicitement dans les romans médiévaux de chevalerie et les traités de chasse à partir du xiiie siècle n’éclaire-t-elle pas éloquemment la valeur anthropomorphique conférée au trophée42 ? La richesse des données ethnographiques recueillies sur le terrain permet cependant de mettre en évidence, au-delà de considérations générales sur le symbolisme du trophée, la spécificité et la prégnance d’un système de pensée s’articulant autour de la trilogie flux sauvage/virilité/bois. Ce système de représentation fournit l’armature conceptuelle dans laquelle vient s’inscrire la chasse du cerf, authentique quête du « coiffé » ; il justifie pleinement la reconnaissance, pour notre terrain, d’un véritable culte du trophée.

43. La brisée : un rameau est posé sur le flanc de l’animal

44. La brisée : un rameau est remis solennellement au chasseur qui le porte sur le chapeau

124Bien sûr il y a tout le tir qualificatif, mais chaque automne le rêve secret de tout chasseur, c’est de tirer un beau vieux cerf... » Propos d’un chasseur auquel fait écho cette légende d’un trophée extraite de Comment juger un cerf, petit ouvrage d’origine allemande (Lotze 1979) dont la notoriété est grande parmi les chasseurs régionaux :

... Accrocher à son mur un tel trophée de douzième à quatorzième tête fait oublier tous les sacrifices et comble les plus exigeants. La contemplation d’un puissant trophée de cette qualité est pour le chasseur une source de joie et de satisfaction.

125Toute l’organisation de la chasse sélective, seule pratique conforme à l’éthique régionale, repose de fait sur la valorisation du cerf de « récolte », « le beau vieux cerf ». Beau, le coiffé l’est par l’importance de ses bois : l’épaisseur des merrains, la largeur de l’empaumure et le poids des bois s’avèrent les critères déterminant pour le chasseur.

Regarde ces bois, quelle puissance... Viens, touche les merrains, on peut à peine en faire le tour ! Tu en as jamais vu des comme ça, hein ! (Marc B., chasseur, industriel. Vosges moyennes. Octobre 1984.)

126Les chasseurs régionaux ne manquent d’ailleurs pas de dénoncer avec vigueur l’habitude, caractéristique selon eux des chasseurs « de l’intérieur », d’évaluer le cerf par son poids :

Un cerf de quatre-vingt-quinze kilogrammes, ils disent ! C’est dégueulasse, c’est considérer le coiffé comme de la bidoche (Marcel, garde-chasse).

127Il convient en effet de désigner le coiffé par le développement de ses bois : on parlera ainsi du six cors, du douze cors, etc. Physiologiquement le cerf est adulte vers sept ans, il atteint son ossature maximum à cet âge. Mais pour les gens de chasse, il reste encore un « jeune cerf », le « petit six ou huit cors ». A partir de cet âge, le coiffé met toutes ses réserves hormonales dans la formation des bois. Suite au cycle annuel de chute et de refaits, la masse des bois augmente d’une année à l’autre : le volume des merrains s’accroît, de nouveaux andouillers apparaissent. Enfin, consécration suprême, la fourche terminale devient, par le dédoublement des cors, empaumure ; le « petit » coiffé devient « cerf d’avenir » et l’épaississement progressif de l’empaumure marque son entrée dans la classe des « cerfs à double empaumure » désignés régionalement sous le terme allemand de Kronehirsch (littéralement cerf à couronne). Les éthologistes estiment que c’est vers dix-douze ans que le développement des bois a atteint son optimum ; à cet âge le cerf est physiologiquement vieux, la durée de vie du cerf dit « vosgien » (se rattachant au type présent dans les massifs boisés de l’Europe subatlantique et rhénane) se situant aux environs de quatorze-quinze ans.

45. Le trophée du cerf

128C’est également vers sa onzième tête (dix ans) que le comportement social du mâle change : il s’isole de la harde mâle, devient « le vieux solitaire » qui ne rejoint les concentrations qu’au début du brame. Toute l’attention des gens de chasse se cristallise sur ce « vieux solitaire ». Car comme le rappelle le manuel Comment juger un cerf, « seul un vieux cerf peut porter une ramure capitale » (Lotze 1979 : 74) ; l’empaumure peut en effet se compliquer : un cor supplémentaire se forme à la base de la trochure ou de nouvelles bifurcations apparaissent sur les branches postérieures de l’empaumure. Le cerf devient alors seize ou dix-huit cors appelé « cerf à l’apogée » ou Kapitalhirsch (littér. cerf capital) dont tout chasseur souhaite un jour s’approprier les bois. Commentant un trophée (dont il porte en permanence une photographie dans son portefeuille) un chasseur (médecin, 68 ans, Strasbourg) nous confie :

Voyez-vous ce seize cors, j’en ai toujours rêvé. Je l’ai tiré il y a deux ans sur notre chasse... Pour moi, c’est la consécration de ma vie de chasseur. Si demain je meurs ou si je dois arrêter de chasser, pour moi ce n’est pas grave.

129A l’image de ses bois, le beau vieux cerf est alors au sommet de sa puissance. La fureur sexuelle dont il témoigne lors du rut ne manque pas d’impressionner et fournit le thème central d’innombrables relations connues de tous :

Sur le Hagenberg l’année dernière, Marcel le garde a vu un grand coiffé prendre toutes les biches de la harde, au moins sept... (Hervé C, chasseur, cadre. Mulhouse. Novembre 1984.)
Plus un bruit ! Là, le coiffé va sortir... les biches l’attendent. Regarde bien, c’est impressionnant comme il domine sa harde. Tout ça avec des coups de gueule terrifiants. C’est vraiment impressionnant (Marc B., chasseur, industriel. Vosges moyennes. Octobre 1983).
Faut comprendre ! Pendant toute l’année il y a pas droit, alors pendant le brame, le vieux y se rattrape ! (Henri H., bûcheron. Région de Saverne. Avril 1984.)

130Cette puissance sexuelle s’accompagne d’une « puissance sociale » nettement marquée lors du brame. Durant le rut le vieux coiffé solitaire rejoint la concentration des hardes et impose sa domination. Pour les éthologistes une hiérarchie stricte s’établit dans laquelle « la puissance individuelle définit la position sociale » (O.N.C. 1981 : 4). Le vieux cerf contrôle la harde de biches la plus importante et ne tolère aucune intrusion. Cette position dominante du « beau vieux cerf » n’échappe bien évidemment pas aux chasseurs :

Quand il gueule, aucun autre cerf n’ose s’approcher.
... Superbe, il domine la harde.
Il est le seul maître de la place de brame, il écarte tous les autres.
Le vieux coiffé, il est fort, il ne laissera que des miettes aux jeunes. (Propos de gardes et de chasseurs recueillis dans les Vosges. Septembre-octobre 1983-1984.)

46. Brame du cerf dans une clairière des Vosges du Nord

131Pour les gens de chasse — les discours des informateurs se rejoignent sans équivoque aucune — cette position sociale dominante émane directement de la puissance sexuelle.

Le grand cerf il est fort, il est puissant. C’est pour cela qu’il passe en premier. Après seulement viennent les autres coiffés, et à la fin, en dernier, alors que la concentration se disperse déjà les tout jeunes essaient d’avoir leur part (Joseph B., chasseur, commerçant. Ingwiller. Novembre 1984).

132Et c’est bien dans cette connexion que s’inscrit, aux yeux des chasseurs, le rôle, jugé essentiel, que jouent, dans l’établissement de cette puissance sociale, les bois du vieux cerf. Car, gens de chasse sont unanimes, le développement des bois révèle indubitablement la force sexuelle de l’animal et l’on rappelle à souhait que, une fois la croissance terminée, toute « l’énergie » du coiffé se concentre dans les bois, l’accroissement annuel du trophée témoignant dès lors d’une « vitalité » croissante dont le chasseur peut d’ailleurs suivre « les progrès » chaque année sur la place du brame. Perception d’ailleurs confortée par le discours scientifique des éthologistes qui soulignent l’importance des testostérones, hormones mâles sécrétées par les testicules, dans le cycle de formation des bois du cerf.

47. Le rôle des hormones dans le développement des bois
(Extrait du dossier sur le cerf élaphe présenté par l’Office national de la chasse aux stagiaires de la réserve de la Petite Pierre, O.N.C. 1981 : 9)

133Pour les gens de chasse il revient donc tout naturellement aux bois, manifestation de la puissance sexuelle, d’asseoir la domination sociale du vieux cerf :

Quelquefois avec les biches il y a des jeunes cerfs... Mais quand arrive le grand coiffé, je peux te dire qu’à la vue de ses bois imposants, les jeunes ils ont vite fait de se tailler ! (Michel H., chasseur, industriel. Vosges du Nord. Novembre 1984.)
Un seize cors quand il sort d’un fourré, quand soudain apparaît cette véritable montagne de bois, c’est vraiment impressionnant, cela fait réellement peur (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Octobre 1983).

134D’ailleurs, rappelle-t-on, lorsque paraît sur la place de brame un rival dangereux, ne sont-ce pas les bois qui permettent de désigner celui à qui il reviendra de « posséder » la harde ? De ces combats « terribles » opposant deux vieux solitaires rendus « furieux » par l’existence d’un rival, de ce fracas « épouvantable » des bois qui s’entrechoquent, rares sont les témoins mais d’innombrables récits en relatent cependant, d’un bout à l’autre des Vosges, la « sauvagerie » extrême.

48. Un combat de cerfs vu par un chasseur
Quelques enjambées à gauche, une autre vers la ligne d’horizon sur notre droite, allait nous placer à contre-pied et à quelques dizaines de pas, aux premières loges d’un spectacle inouï.
Tel Zeus maniant la foudre, le rideau se leva, déchiré par un brame de combat, vibrant jusqu’à la moelle de nos os comme venant de la nuit des temps : le maître des lieux, dix cors irréguliers à l’apogée de son règne face au prétendant, dix cors à double empaumure, promis à un bel avenir.
Soudain, un instant de silence paraissant durer un siècle, suivi d’un fracas terrifiant de bois brisé, faisait trembler le doux tapis d’humus sous nos pieds.
Deux couronnes royales, emblèmes et armées, sous des encolures arquées par la charge de tant de passions, unies dans l’adversité, s’affrontent et se mesurent dans une explosion de forces et de désirs.
Maître il était, maître il restera encore, loyalement, souverainement.
Spontanément, l’élue vint se soumettre fièrement au vainqueur, pour que se perpétuent en un moment d’éternité toutes les qualités de son espèce...
Noblesse, courage, puissance !
Des nappes odorantes, denses, au goût d’épices excitants paraient d’un voile invisible de-ci de-là le décor et les acteurs.
Accompli par et dans son être, ma balle dans un éclair d’absolu, frappa pour toujours cette silhouette, monument de défi et d’orgueil.

(La chasse en Alsace et en Lorraine. Novembre 1976 : 4)

(La chasse en Alsace et en Lorraine. Novembre 1976 : 4)

49. Utilisation des bois du cerf comme plafonnier (Maison d’un garde-chasse, Vosges du Nord)

Émile, le bûcheron, il y a quelques années il a retrouvé les cadavres de deux grands cerfs. Au cours d’un combat ils avaient dû emmêler leurs bois, et ne pouvant plus se séparer, ils sont morts comme ça, face à face sans pouvoir ni avancer ni reculer... (Louis P., ouvrier spécialisé. Vosges du Nord. Février 1984.)
Le père de mon ancien garde racontait toujours ce combat de grands cerfs auquel il avait assisté sur le Bärenberg. Il paraît que c’était effroyable, d’une violence inouïe. Les coiffés se rentraient dedans de plein front, bois contre bois avec une force inimaginable ... J’ai déjà vu des combats mais inégaux ; le plus jeune, après deux ou trois assauts, il comprend vite qui est le maître ! Déjà là, c’est impressionnant, toute la montagne retentit de ce choc. Mais l’affrontement de deux solitaires cela doit être terrifiant (Georges C, chasseur, industriel. Région de Bitche. Octobre 1984).

135Pour les chasseurs, les bois, à la fois marque tangible de la force sexuelle sauvage et instrument d’une domination sociale, ne sauraient être que transmissibles héréditairement : c’est ainsi qu’une « science du trophée » complexe, cadre de référence à toute la pratique cynégétique régionale, s’élabore, s’articulant autour de la relation sexualité-bois. Toute déficience des bois du coiffé témoignant d’un dérèglement d’origine sexuelle, le tir sélectif du chasseur consiste à éliminer les Abschuss (les cerfs dits « déficients », pour ne laisser vieillir que les « sujets d’avenir », les cerfs « aux bois réguliers, à la belle ramure prometteuse ». Formation de l’empaumure, aspect des couronnes, localisation du centre de gravité des bois constituent les critères susceptibles d’éliminer « les sujets médiocres, mauvais reproducteurs » (Lotze 1979) ; tout « bon » chasseur, soucieux d’améliorer la qualité de ses cerfs de récolte doit ainsi pouvoir, à l’observation des bois, évaluer l’« utilité génétique » d’un coiffé :

50. Exposition des trophées de cerf organisée par la Fédération départementale des chasseurs du Bas-Rhin (Strasbourg, 1984)

La première chose à connaître, c’est celle du triangle : si les bois font un triangle cela donnera un mauvais cerf il faut le tirer. Les beaux trophées doivent tracer un rectangle, ça c’est le cerf qu’il faut laisser vieillir (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1983).

51. La science du trophée
a) Ce vieux cerf aurait dû être sacrifié plus tôt, car ses espois vus de face sont étages l’un derrière l’autre : un sujet sans valeur pour la reproduction.
b) Déplaisante forme de la ramure et espois défectueux. Le porteur de tels bois n’est d’aucune utilité (p. 66).
Toutes ces ramures ont le centre de gravité dans leur moitié inférieure, elles n’ont pas un bel aspect et appartiennent en tout cas à la catégorie des sujets à éliminer (p. 54).
A la 8e tête (rangée du bas) tout devient plus puissant et prononcé. Les perches sont plus grosses et les andouillers plus longs. Les couronnes ont déjà une forme parfaite. Peut-on se permettre de tirer un tel sujet à ce stade ? Certainement pas. Car il est non seulement porteur des meilleurs atouts héréditaires — et, à ce titre, indispensable à la reproduction — mais encore il couronnera dans cinq-six ans votre tableau de chasse (p. 40).
Nous tenons à redire ici toute l’importance qu’il convient de donner à la suppression précoce des sujets médiocres. En contrepartie, laissons prendre de l’âge à ceux qui paraissent montrer des aptitudes à s’épanouir (p. 84).

136(Das Ansprechen des Hirsches ; Lotze 1977. Traduction française. Comment juger-un cerf, 1979.)

  • 43 La chute des bois, due au développement d’ostéoclastes qui rongent le bois à sa base, s’échelonne (...)

137Le terme de « coiffé » prend ainsi toute sa signification ; la Weidmannsprache du chasseur régional se fait l’écho de cette valorisation du trophée : au majestueux Kronehirsch (littér. cerf à couronne) s’oppose le Kahlwild (littér. gibier chauve). D’ailleurs ce beau cerf si « majestueux », si « puissant » sur les places de brame ne devient-il pas « honteux » à la chute des bois43 ?

Au printemps, quand ils ont jeté les cornes, les coiffés on ne les voit plus, ils ne viennent même plus sur les places d’affouragement..., ils se cachent, ils n’osent plus sortir (Armand D., garde-chasse. Meisenthal. Mars 1984).
Le cerf, quand il perd ses bois en mars, a honte, il devient un véritable Waldgespenst ! (littér. fantôme des bois) (Louis S., bûcheron. Baerenthal. Septembre 1984).

138Honte du coiffé devenu « chauve » dont les échos se prolongent dans les revues de chasseurs ; dans un numéro de 1983 de La chasse en Alsace et en Lorraine, on trouve, sous la photographie d’un cerf ayant perdu ses bois, cette légende : « beaucoup moins fier » (1983 : N° 3, 16). Quant à la revue nationale La chasse, elle ouvre un dossier sur les refaits du cerf par le titre « le cerf humilié ; pendant la période du refait, le seigneur de nos forêts est-il un animal diminué ? » (1985 : Avril, 60.)

139L’étude du Jagdfieber nous a permis de découvrir cet étonnant jeu d’écho qui, par le biais d’un flux sauvage « mâle », relie le chasseur à l’animal poursuivi dévoilant ainsi la dimension anthropomorphique de la chasse. La valorisation du trophée nous paraît s’inscrire dans un tel système de pensée et la quête passionnée des bois du coiffé en révéler éloquemment, pour la chasse au cerf, l’importance présente. Faut-il dès lors s’étonner de ce mépris ostensible affiché par le chasseur pour un animal non porteur de bois, mépris qui se prolonge bien évidemment dans l’opposition parfois inflexible, qu’il manifeste pour le tir des biches...

140Dans le parler régional les biches et les faons se voient relégués au rang de Kuh (la vache) et de Kalb (le veau). L’exécution du plan de tir légal des biches et des faons (le plan fixe un nombre minimum d’animaux à tirer par catégorie) est perçue d’un bout à l’autre des Vosges comme « une corvée », « un véritable pensum ». Un garde précise : « les vaches, c’est pas de la chasse, c’est un boulot », reflétant la pensée de la plupart des chasseurs rencontrés.

52. L’homme-cerf peinture rupestre de la grotte des Trois-Frères (Ariège)

Une chasse ! Vous pensez ! Tirer une espèce de vache qui vous regarde, les oreilles pendantes, attendant bêtement le coup de feu... (Charles P., chasseur, propriétaire foncier. Région de Niederbronn. Octobre 1984.)
Tirer les vaches ! Nous sommes chasseurs, pas bouchers ! Pour moi, c’est pas de la chasse, c’est de l’abattage... C’est contraire à l’éthique du vrai chasseur (François M., chasseur, représentant. Vosges moyennes. Novembre 1984).

141Est-il alors surprenant que certains responsables locaux de l’Office national des forêts (comme d’ailleurs leurs collègues de la Direction départementale de l’agriculture) n’hésitent pas à qualifier, en aparté, l’éthique régionale de « véritable entrave à la réalisation des plans de chasse pourtant fixés contractuellement ».

142Certes, le souci de gestion rationnelle permet à certains chasseurs de rejoindre le discours scientifique des éthologistes : toute structure interne cohérente d’une population suppose une gestion par classe d’âge, un sex-ratio équilibré ; le tir des « vaches » n’en reste pas moins une contrainte, d’ailleurs souvent confiée au garde ou réservée aux invités :

Moi j’en profite pour faire mes invitations ; les fournisseurs ou les gros clients, je suis obligé. Comme ce sont tous des chasseurs du dimanche, c’est parfait, ça leur plaît de tirer ! (M. B., chasseur, industriel. Vosges moyennes. Novembre 1983.)

143La dépréciation nettement affirmée de cette chasse autorise certaines paroles, certains gestes qui sont prohibés pour le coiffé : le tir des biches en battue n’est-il pas licite et couramment pratiqué ! « Il faut bien réaliser le plan de tir », ultime échappatoire d’un acte profondément étranger à la chasse au cerf. Le tir sélectif des biches est pourtant possible et peut, par sa complexité et le savoir qu’il implique (couleur du pelage, constitution, forme de la tête, comportement, etc.) rendre cette chasse « intéressante ».

En Autriche, ils ne tirent jamais les biches en battue, ils disent que c’est du massacre. Pour les biches aussi il faut un tir sélectif... Mais les chasseurs, en général cela ne les intéresse pas et le tir de sélection ce sont les gardes qui le font (Armand D, garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1984).
C’est très mauvais de tirer les biches en battue ; celles qui sont les plus fortes, celles qu’il faut préserver, sortent en premier... J’essaye d’introduire le tir de sélection comme pour les coiffés, cela devrait être la même chose... Mais jusqu’à présent sans résultats, il faut bien le dire ! (H. F., garde-chasse en Alsace, Berüfsjager. Octobre 1984.)

144« Abattage » méprisable et imposé ou tir de sélection indispensable mais « inintéressant », les propos de chasseurs renvoient l’image négative d’une chasse au Kahlwild (gibier chauve) s’opposant fortement à la chasse au cerf. Chasse au cerf dont la quintessence est la quête des bois : la période d’interdiction de la chasse au coiffé ne suit-elle pas le cycle biologique de la chute et de la refait des bois ?

53. Cycle des bois et cycle de chasse

145De l’organisation de la pratique à l’exposition ostensible du massacre, un véritable culte du trophée transparaît. Culte dont les biologistes dénoncent les excès, voire l’incohérence scientifique ; les spécialistes du cervidé relèvent l’arbitraire des critères retenus par les chasseurs, soulignent l’inconséquence d’une gestion génétique ne sélectionnant que les mâles, raisonnant plus par individu que par population, et remarquent enfin que le caractère bois n’est pas héritable.

On ne répétera jamais assez que le respect du plan de chasse quantitatif passe avant la mise en place d’un plan de chasse qualitatif ... Le développement des bois n’est pas seulement le reflet du potentiel génétique de l’animal : il est surtout lié à la quantité et à la qualité de la nourriture disponible ainsi qu’à la tranquillité du milieu (O.N.C. 1981 : 9, 10).

146Pour le biologiste, les bois ne représentent qu’une « production secondaire », simple indicateur de la bonne santé de l’animal ; une sélection se basant sur le pelage effectuée lors de la mue de printemps et combinée avec d’autres indications (maigreur, comportement...) s’avérant dès lors tout aussi pertinente scientifiquement.

147Autant d’éléments qui permettent à certains éthologistes de parler d’une véritable « obsession des bois » :

  • 44 Le docteur Bubenick, ancien directeur de la section « comportement des ongulés » à l’Institut cyné (...)

— A chacun son rôle : au chasseur le rôle de régulateur, aux animaux la sélection disons qualitative. Est-ce bien cela votre pensée ?
— C’est cela même. Quand on songe combien complexes sont les facteurs qui façonnent les bois d’un cerf, par exemple, on doit se rendre à l’évidence qu’il est pour le moins présomptueux et sot de mettre tant l’accent sur les bénéfices à attendre d’un tir d’élimination de sujets ne répondant pas à des normes somme toute assez arbitraires (interview du docteur A. Bubenick44 dans Le cerf élaphe, document O.N.C. 1981).

148Propos quelque peu acides auxquels un spécialiste régional ne manque cependant pas d’ajouter : « En Alsace, on cultive le trophée ... La sélection ? Les chasseurs se font avant tout plaisir. » (F. K., ingénieur O.N.C. Strasbourg. Novembre 1983.) Réflexions sévères qui illustrent le caractère passionnel des relations chasseur/biologiste. Dialogue difficile car, au-delà d’un langage scientifique parfois commun, les systèmes de référence se révèlent profondément différents ; structure naturelle d’une population d’un côté, haute teneur symbolique conférée au trophée de l’autre. Investis d’une valeur sexuelle anthropomorphique, les bois ne peuvent, pour le chasseur régional, se réduire à une « production secondaire ».

149Aux discours scientifiques font par ailleurs écho sur un tout autre registre les propos de maints chasseurs « de l’intérieur » : « Ici ils prennent ça comme une vraie religion ... les bidules, les andouillers, le double truc et tout ça ... Mais enfin faut pas exagérer ... Le tout c’est de tirer du gibier. » (Pierre Y., industriel de la région parisienne. Septembre 1984.)

150De la fièvre du chasseur au flux sauvage qui habite l’animal poursuivi, de l’exclusion de la femme au mépris du gibier femelle, les contours du Jagdfieber se précisent. Il paraît temps de s’interroger sur sa véritable nature ; invitons pour cela le lecteur à suivre les traces quelque peu tortueuses — la sinuosité nous étant imposée par la spécificité du champ européaniste qui requiert de la part du chercheur une véritable méthode « d’archéo-ethnologie » — de fièvres excessives.

54. Salle de séjour de la maison d’un garde-chasse (Vosges du Nord)

55. Vestibule de la maison d’un chasseur (région de Strasbourg)

L’excès de fièvre

151La passion qui entraîne le chasseur vers l’espace sauvage peut se révéler une pulsion dangereuse. Abandonné à un Jagdfieber débridé, il devient alors un de ces « tireurs », un de ces Fleischjäger (littér. chasseurs de viande), susceptibles de mettre en péril la faune sauvage.

Quand après la pirsch tu vois enfin le coiffé, tu as des fourmillements dans les doigts, tu trembles même. Alors là c’est dur il ne faut pas tirer, il faut d’abord prendre le temps de bien juger l’animal (Marc B., chasseur. Région de Schirmeck. Octobre 1983).
Y en a ils ne peuvent pas se retenir, c’est plus fort qu’eux ... Dès qu’ils voient du gibier il faut qu’ils tirent (Marcel H., garde-chasse. Vosges du Nord. Mars 1983).
Les fous de la gachette, pour la chasse c’est une catastrophe... En 1983 sur la commune de Blotzheim en une saison j’en ai verbalisé trois pour dégradation... y en a un à l’envol d’un faisan il a tiré sur une maison démolissant une fenêtre : j’ai été ébloui par le gibier, voilà tout ce qu’il a pu nous dire ... Dans la zone de Dannemarie y en a une concentration de ces types-là, pour le gibier c’est une zone carrément sinistrée. Même le chevreuil n’arrive pas à s’implanter : ils matraquent tout (Roland K., garde national. Oberdorf. Octobre 1984).

  • 45 En l’occurrence le tir lors d’une battue de la laie meneuse. Lorsque plusieurs sangliers forcent l (...)

152Ne mésestimons pas cette pulsion. Tel chasseur (35 ans, cadre supérieur) se voit peu à peu placé dans une situation difficile ; bien que son père ait été un véritable chasseur fondateur de la société de chasse, il est insensiblement rejeté par tous les partenaires. Si les « erreurs de tir » faisaient au début l’objet de plaisanteries, remontrances amicales utilisées pour « éduquer » les « jeunes » chasseurs, si elles donnèrent lieu ensuite à une certaine indulgence, il nous a été permis de relever le silence glacial, ponctué de quelques remarques acerbes, lancées certes en aparté mais dont l’écho se propage toujours jusqu’à l’intéressé, qui accueillit un nouveau tir impulsif45.

  • 46 La position des fédérations départementales vis-à-vis de ces chasseurs impulsifs est d’ailleurs in (...)

153Dans ce cas précis comme dans d’autres témoignages recueillis, on parle de « manque de maîtrise », « d’absence de domination » mais on évoque aussi une « passion trop forte », voire la possession (chasseur, 65 ans, Hochfelden) : le chasseur se fait ainsi le véritable jouet d’une force incontrôlable. Ce chasseur, devenu par ses actes irréfléchis un « viandard », braconnier aux yeux de la loi46, se voit impitoyablement mis au ban de la société des chasseurs.

154Marqué en lui par le sauvage, le chasseur doit suivre un chemin précis. Gardons-nous de percevoir l’espace sauvage dans lequel se meut le chasseur comme un univers anarchique en marge de la vie sociale ; les rapports de l’homme et de l’animal sont étroitement codifiés : types de chasse, gibier poursuivi, comportement du chasseur obéissent à des règles strictes — l’éthique — dont une des fonctions vise justement à canaliser cette pulsion présente dans le corps même du chasseur.

155Particulièrement vulnérable s’avère le jeune chasseur : jouet d’une force qu’il connaît mal et ne peut maîtriser, il est souvent décrit comme sujet aux « tirs impulsifs ». Dans les départements de l’Est, l’acquisition du permis de chasser ne consacre en aucun cas une compétence cynégétique ; le jeune chasseur doit poursuivre pendant de nombreuses années, sous l’autorité de chasseurs plus expérimentés et du garde-chasse, un apprentissage amorcé durant l’enfance par les sorties en forêt puis les traques. Se profile ainsi le portrait du vrai chasseur, appelé nemrod, celui qui « sait », celui qui, rappelle-t-on avec force, arrive à « se contrôler », à « maîtriser son Jagdfieber ».

156Doit-on alors réellement s’étonner des particularités observables en Alsace et en Moselle dans la répartition des chasseurs par tranches d’âge ? On note en effet, avec des écarts tout à fait significatifs par rapport aux moyennes nationales, d’une part une sur-représentation dans la pratique régionale de la tranche des 55-65 ans, d’autre part, dans la candidature à l’examen du permis de chasser (l’âge légal est fixé à 16 ans), une très forte sous-représentation de la tranche des 16-19 ans (documents fédérations départementales des chasseurs et comité d’information chasse-nature, Paris).

56. Chasseur à l’affût

157A ce nemrod répondent dans cette quête silencieuse et patiente, véritable face à face dans l’espace de la forêt, que constitue la pratique régionale si particulière de la pirsch, le Keiler solitaire (vieux sanglier) ou le cerf à double empaumure « majestueux », vieux mâles rusés et méfiants dont l’expérience et l’instinct sauvage ont su déjouer au fil des ans les pièges de l’homme et dont la poursuite s’avère la seule chasse digne de ce nom.

158D’autres débordements, d’autres excès néfastes sont possibles. 11 existe au sein de l’alimentation carnée, délimitée par la cuisine de la venaison, une frontière précise que l’homme ne peut franchir sans risques : par la consommation de certaines viandes, il peut basculer dans une sauvagerie débridée à l’image de ces « hommes des bois » ou « hommes sauvages » qui vivent encore en marge de la norme collective.

Le garde, à K... tout le monde l’appelait le sauvage. Il n’habitait pas au village mais une petite maison en plein milieu des champs. Mais surtout les gens disaient qu’il mangeait du putois et du renard et qu’il avait une odeur particulière (Monsieur P. W., fils de chasseur. Strasbourg. Février 1984).
Avant je mangeais souvent du renard et même du putois. Ici personne n’osait en manger... Bien sûr c’est une viande qui stinckt (littér. pue), c’est à cause du sang... Il faut la faire dégorger. Mais moi j’aime bien ce goût... Les hérissons je les vendais aux gitans, eux ils aimaient ça (J. S., 80 ans, ancien garde-chasse dit « le sauvage », village de l’Ackerland. Février 1984).
Le renard ? Mais c’est très bon, il suffit de savoir le préparer ! Il faut que ça macère pendant cinq ou six jours, c’est tout ... je préfère qu’on ne le sache pas, ici les gens ils ne comprennent pas... Même ma femme elle dit que c’est comme manger du chien ! Mais vous savez je suis sûr qu’il y a plein de gens qui en ont déjà mangé et qui croyaient que c’était du marcassin ! (Roland, 45 ans, bûcheron. Vosges moyennes. Avril 1984.)

  • 47 Seuls les mustélidés dont la sous-famille des mustélinés nous intéresse ici, possèdent une glande (...)

159Il serait possible de distribuer l’ensemble de l’alimentation carnée le long d’un axe vertical dont le haut et le bas se répondent en fonction de la saveur, saveur dont l’odeur semble une des composantes essentielles. Plus sauvage, plus marquée que la venaison pourtant située au plus haut des viandes « à fort goût », la viande des nuisibles — renard, blaireau, putois, martre mais aussi écureuil et corbeau — s’inscrit en marge de cette répartition fixant les frontières de la consommation licite de viande carnée : manger du « puant » — dénomination sur laquelle il conviendrait de s’interroger avec précision, la taxinomie populaire ne recoupant pas la science officielle47 — isole l’individu qui en consomme au sein de la communauté.

Du temps de mon père, il y avait deux familles du village qui venaient chez lui chercher les blaireaux et les renards. C’était pour les manger ... On racontait toujours des tas d’histoires sur eux ... Ils ne faisaient pas vraiment partie du village. On disait qu’ils étaient bizarres, qu’ils sentaient mauvais (Charles W., 45 ans, fils de garde-chasse. Vosges moyennes. Avril 1984).

  • 48 Il paraît à ce propos significatif que, questionnés sur le genre de vie des Tsiganes, les villageo (...)

160La rupture de cet interdit alimentaire semble lourde de conséquence : s’il suffit d’après les utilisateurs de « laisser dégorger », on apprend de l’autre côté que l’odeur reste dans le corps et que l’homme s’imprègne alors d’une trace indélébile. Marque tangible qui va de pair par ailleurs avec des actes témoignant d’une inadaptation à la vie sociale « normale »48.

161Si la passion campe les gens de chasse hors de la collectivité, il s’agit encore d’un espace sociabilisé, jalonné de règles précises. L’excès de passion sauvage, un Jagdfieber débridé, que révèlent encore aujourd’hui le tir impulsif ou la rupture des interdits alimentaires, les rejettent au contraire en marge de tout groupe social. Expulsion du corps social auquel fait écho dans le corpus régional des traditions orales le thème du chasseur maudit.

Dans la vallée de Munster on racontait autrefois qu’il y avait le chasseur sauvage qui rôdait dans la forêt. Il poursuivait avec ses chiens un cerf imaginaire. Il ne fallait pas le rencontrer, c’était un danger terrible (Gilbert K., 75 ans, retraité. Munster. Janvier 1983).
Quand on montait au mont Sainte-Odile, mon père racontait toujours l’histoire de la chasse sauvage. En hiver quand la nuit tombait vite, il nous disait de hâter le pas parce que c’était à cette époque que cette horde de démons traversait la forêt (Madame B., 50 ans, mère de famille. Obernai. Février 1983).

162Ce chasseur sauvage s’apparente au wilder Jäger, à la wütende Heer dont on connaît l’importance dans la pensée mythique germanique (cf. Endter A. : Die Sage vom wilden Jäger und von der wilden Jagd. Frankfurt, 1933 ; Meissen K. : Die Sagen vom wütenden Heer und wilden Jäger. Munster, 1935. En français : Dumézil G. : Mythes et dieux des Germains. Paris, 1939).

163Si le souvenir de ces hordes infernales reste présent dans les traditions populaires régionales, une certaine pauvreté et l’incontestable uniformité des récits recueillis imposent la référence aux travaux des folkloristes du xixe siècle parmi lesquels A. Stoeber est notre source la plus sûre et la plus féconde (Stoeber 1892).

Entre Obermodern et le bois dit Reinerwald, il y a la forêt de la Moder ; elle a aux environs une mauvaise réputation ; elle est pleine de fantômes, d’esprits qui égarent les gens. En automne le chasseur sauvage y mène sa chasse. Venant du nord, il passe au-dessus des cimes, hurlant et soufflant ; après avoir parcouru les plaines labourées, il met ses chevaux à paître sur la pente qui descend vers Uttwiller. Au milieu du tapage déchaîné, le piéton solitaire s’entend parfois appeler par son nom. Il ne doit pas répondre, sinon il serait saisi par les puissances des ténèbres. Au moment où le chasseur sauvage approche ou passe près du piéton sur les chemins, celui-ci doit simplement prendre son mouchoir qui sera de préférence blanc, de lin ou de chanvre, l’étaler à terre et se placer dessus : ainsi il est à l’abri de tout danger (d’après une tradition orale recueillie en 1860 par A. Stoeber).

  • 49 Ces chasses sauvages parcourant la région sont l’objet d’une localisation précise et n’apparaissen (...)

164C’est un champ particulièrement riche qui s’ouvre à l’ethnologue à la lecture de ces traditions orales49. Tous les récits mettent ainsi en relief le vacarme qui accompagne toute chasse sauvage : on parle de « rugissements » plutôt que d’aboiements (Illzach), de « tapage déchaîné » (Modem), de « clameurs infernales » (Engenthal). Faut-il ne voir dans cette séquence qu’un artifice oratoire habile susceptible d’accroître la frayeur des auditeurs ? Plus fécond nous semble de souligner la présence constante de ce « vacarme » et de garder à l’esprit l’importance accordée au bruit dans certaines manifestations rituelles des anciennes confréries de chasseurs :

Dans le wütende Heer germanique, ou dans les organisations rituelles similaires, les aboiements des chiens ( = loups) font partie d’un vacarme indescriptible, où se mêlent toutes sortes de bruits étranges : sons de clochettes, de cornes, etc. Ces bruits ont un rôle rituel important : ils préparent l’extase frénétique des membres du Männerbund (Eliade 1959 : 186).

165Quels enseignements peut-on par ailleurs tirer, quant à la passion du chasseur, de ce corpus légendaire ?

Il y a très longtemps un chasseur rencontra dans la forêt un pauvre vieillard qui cherchait du bois pour se réchauffer. 11 le maltraita de telle manière que celui-ci s’écroula. Mais avant d’expirer le pauvre homme trouva la force de le maudire : tu devras chasser dans cette forêt jusqu’à ce que le bois renaisse de ses cendres (Chasse sauvage d’Ottrot d’après un récit du xixe siècle. Stoeber 1892 : 35).
Il paraît qu’au Hohlandsbourg vivait autrefois un châtelain coléreux et cruel. Malgré les avertissements de sa femme et rompant avec Dieu, il partit chasser le jour de Pâques. Poursuivant un cerf depuis plusieurs heures, il parvint devant la cabane d’un ermite. Celui-ci essayant de protéger le cerf, le chasseur le tua. Dieu se fâcha et le condamna â errer avec sa meute jusqu’à la fin des temps (Chasse sauvage de la vallée de Munster. Version de monsieur A.D. 70 ans, retraité. Wettolsheim. Février 1983).

  • 50 Il y a une quarantaine d’années, je voulais aller boire à la fontaine. La nuit était là depuis peu (...)

166Si les descriptions de ces chasses sauvages se sont quelque peu appauvries, la séquence de la malédiction revient dans tous les récits que nous avons pu recueillir : le chasseur sauvage est alors également appelé der ewige Jäger50, der Nachtjäger ou « chasseur maudit ». Tous les chasseurs damnés ont grossi au cours des temps les rangs de la troupe infernale qui l’accompagne ; on y retrouve aussi parfois d’autres personnages — toujours en rapport avec le monde de la forêt — victimes d’une malédiction : forestier félon à Engenthal, notaire crapuleux damné par un bûcheron à Rosheim...

En avant galopait le grand chasseur au pâle visage, aux yeux de feu, de velours noir vêtu, criant plus fort que tous les autres le Hiidé Hudaïada auquel répondait le sinistre Bahbahbà des chiens noirs aux gueules sanglantes (Tradition recueillie en 1910 par Variot cité dans Récits légendaires d’Alsace 1976 : 143).

167Ainsi apparaît la figure de ce chasseur noir qui conduit la chasse infernale ou qui, de manière encore plus explicite dans certains récits, poursuit la troupe des chasseurs. La malédiction transforme le chasseur en gibier : il devient la proie du « chasseur vert », le Diable.

  • 51 Réversibilité du monde de la chasse dont les mythes grecs témoignent abondamment ; d’Actéon dévoré (...)

168Ainsi s’inverse la relation poursuivant/poursuivi, traduisant cette inquiétante propriété de l’espace cynégétique, la réversibilité51. « Au Hagelschloss on racontait toujours que le Nachtjäger était poursuivi par ses chiens devenus enragés. » (Paul D., 50 ans, bûcheron, région d’Obernai.) Mais de quels terribles méfaits le chasseur s’est-il rendu coupable ?

169Tous les récits s’articulent autour de l’excès de passion que manifeste le chasseur. Se livrant sans retenue à son inclination il en vient à commettre des meurtres — d’un vieillard à Ottrot, d’un ermite au Hohlandsbourg — ou à rompre les interdits imposés par l’Église ; c’est parce qu’il se rend à la chasse le jour de la Toussaint que le comte Hans, châtelain du Reichsberg, trouve la mort et se voit damné (Dorny A, Légende d’Alsace. Strasbourg 1954) ; quant au comte Rodolphe, condamné à errer dans la forêt de Hohen-staufen, il ne put, dit-on, s’empêcher de chasser le jour de Pâques. Sur le terrain on constate que ces interdits religieux sont encore aujourd’hui respectés par les chasseurs, même non-pratiquants. « Je ne chasse pas à Noël et à la Toussaint. D’ailleurs à ces dates, ici, personne ne chasse » (Bernard P., industriel. Vosges du Nord. Novembre 1983).

Dans toute la région on ne chasse pas en général à la Toussaint et à Noël : ce sont des réunions de famille, mais on dit aussi que ces jours-là la chasse serait stérile (Michel M., 70 ans, ancien chasseur. Strasbourg. Juin 1983).

170Ces interdits s’avèrent suffisamment forts pour se révéler une source potentielle de conflits.

Les voisins de K., des chasseurs du Midi, ils sont venus chasser le jour de Noël. Eux ils disent qu’autrement ils ne peuvent jamais venir. Mais ici cela n’a pas été apprécié et il y a eu des histoires (Jean-Pierre M., garde-chasse. Région de Saverne. Avril 1984).

171Ces interdits religieux se retrouvent dans toute l’aire culturelle germanique (cf. Hoffmann, Krayer 1927 : J. 580) et l’on peut légitimement s’interroger sur cette immixtion de l’Église dans l’espace cynégétique.

... Elle rencontra un promeneur solitaire, mais d’allure avenante et le sourire aux lèvres... Soudain les yeux de l’inconnu lancèrent des lueurs sombres. Un sourire affreux ouvrit sa bouche aux dents pointues. C’était le chasseur vert. Il sortit de sa poche une corde, étrangla la vieille et la pendit à une branche. (Légende de la pauvre femme de Saint-Amarin, cf. Braun 1866 ; Stoeber 1892.)
Avant d’être brûlée publiquement elle confessa qu’un jour un chasseur était venu à elle, vêtu de l’habit vert, avec une grande plume à son chapeau ; il avait pris un flacon de sa gibecière de cuir, l’avait fait boire, puis lui avait fait une incision au bras avec son couteau de chasse et avait bu son sang. Depuis elle partageait ses secrets sataniques et elle l’avait accompagné plusieurs fois dans ses chasses infernales au-dessus de Metzeral (Légende d’Anne-Marie, cf. Stoeber 1892).

172Dans de très nombreux contes et traditions orales, le Diable se manifeste sous la forme d’un chasseur, revêtant son habit et en particulier le chapeau vert aux bords rabattus (Pour la « mythologie allemande », cf. Grimm 1835).

Ma grand-mère me décrivait toujours le Diable dans l’habit d’un chasseur avec un petit chapeau vert. Une partie de son corps était humaine mais l’autre ressemblait à un bouc (Madame H., 60 ans, mère de famille, milieu non-chasseur. Dambach. Janvier 1983).

173Ce lien, attesté par l’iconographie médiévale, se voit renforcé par les innombrables récits où le chasseur, pour assouvir sa passion de la chasse, n’hésite pas à échanger son âme contre des recettes magiques pouvant attirer le gibier. Dans la vallée de la Moselle, un recueil de pratiques occultes recommandait au chasseur de se confectionner une chemise de laine noire, de la tremper dans du sang humain tout en sollicitant l’aide du Diable. Le chasseur devait ensuite l’enterrer pendant sept jours et sept nuits et, en la sortant de terre, proférer d’épouvantables blasphèmes ; alors seulement cette chemise lui porterait chance. (Beurmann 1961 : 139.) Dans le Mecklembourg on raconte que le chasseur s’est initié à la science démoniaque afin de « charmer » le gibier ; dans le Rheinland, en échange de gibier, il doit traquer des âmes pour le Diable (Hoffmann, Krayer 1927 : J, 587).

174Cette association chasseur-Diable s’articulant autour de la passion reste présente dans les discours ; interrogés sur cette relation, les informateurs évoquent principalement, outre « un désir de tuer », « un goût du sang », cette inclination dévorante, caractéristique à leurs yeux de l’acte de chasse :

Pour moi, le chasseur c’est comme le Diable parce qu’il est synonyme de passion. Et la passion est toujours mauvaise, elle fait faire n’importe quoi (Madame B., milieu non-chasseur. Obernai. Février 1983).

175A ce thème du chasseur maléfique répond cependant la séquence d’un chasseur bénéficiant d’une protection divine. Dans la forêt de Ribeauvillé se dresse un imposant rocher connu dans la toponymie locale sous le nom de « Saut du Cerf ». Au xiiie siècle le comte Anselme poursuivant un cerf ne put arrêter son cheval et plongea dans le gouffre. Il implora alors Notre-Dame de Dusenbach et parvint miraculeusement indemne au pied du rocher. Il fit alors construire une troisième chapelle au Dusenbach, pèlerinage fréquenté depuis par de nombreux fidèles. (Golbéry : Antiquités du Haut-Rhin 1850.) L’hagiographie populaire attribue à saint Arbogast, sixième évêque de Strasbourg, de nombreuses guérisons miraculeuses et en particulier celle de Sigebert, fils du roi Dagobert, qui, chassant en forêt de Haguenau, fut grièvement blessé par un sanglier. « Le prenant dans ses bras et invoquant Notre-Dame des sept douleurs, saint Arbogast guérit le chasseur mourant » (Stoeber 1892).

176Ce recours à la miséricorde divine témoigne de la lucidité — et de la soumission à l’autorité de l’Église qu’elle implique — du chasseur qui s’oppose à l’aveuglement du passionné. Se profile ainsi, au sein même de ce corpus de traditions orales, la polarité dans laquelle s’inscrit l’acte cynégétique : au pôle négatif de la chasse associée à la possession démoniaque répond une chasse licite bénéficiant de la protection divine. Protection divine à laquelle les chasseurs régionaux font également appel en se plaçant sous l’égide d’un personnage intéressant à plus d’un titre : saint Hubert.

Un chasseur repenti

  • 52 Cf. Abrégé de la vie et miracles de saint Hubert patron des Ardennes par un religieux de l’abbaye (...)

177Saint Hubert mène, à la fin du viie siècle, la vie insouciante d’un jeune noble à la cour d’Austrasie et s’adonne passionnément à la chasse. Un jour, soigneusement précisé comme étant selon les versions le Vendredi saint ou le jour de Noël52, Hubert poursuit avec acharnement un cerf d’une taille remarquable. Mais entre ses bois apparaît soudain l’image de Jésus crucifié tandis qu’une voix se fait entendre exhortant le jeune noble à se convertir. Devenu disciple de saint Lambert, évêque de Maëstricht, il s’attache sans relâche à la conversion du Brabant et des Ardennes. A la suite de nombreuses guérisons miraculeuses se manifestant sur sa tombe à Liège, ses restes furent placés dans un reliquaire le 3 novembre 743, date qui fut alors retenue par l’Église pour la célébration du saint.

57. Le cerf et le serpent
Bassin d’Argent de Gundestrup - Danemark, 1er siècle av. J.-C. (Détail du panneau intérieur)

178L’importance du cerf dans la symbolique chrétienne est connue (Gaidoz 1887 : 43). Le thème de l’apparition du cerf-Christ se retrouve dans plusieurs hagiographies « officielles » : saint Jean de Matha, saint Félix de Valois, saint Eleau. Ce thème constitue par ailleurs la séquence centrale de la légende de deux saints importants, saint Julien (Voragine 1264 : I, 170) et surtout celle de saint Eustache, « premier martyr » et l’un des quatorze saints apotropéens ; commandant des soldats de l’empereur Trajan, il renonça, à la suite d’une rencontre — au cours d’une chasse — avec le cerf crucifère, à sa vie idolâtre (Voragine 1264 : II, 306).

179Notons à ce propos — le cerf symbole du Christ/lumière — la convergence d’un savoir populaire et d’une allégorie mystique ; des auteurs antiques (cf. Pline VIII, 118) aux traités relatifs aux « signatures » (cf. Basilica Chymica 1622 ; Von der innerlichen Signaturen der Dinge 1623), on développe le thème du cerf écrasant le serpent. Pour Origène (Homélie III) c’est grâce à son souffle que le cerf fait sortir le serpent de son trou pour l’écraser ; Gaston Phoebus (1391) précise que c’est pour « muer » que le vieux cerf recherche un serpent (cf. également Medicochymische Apothecke 1685).

180Le choix des chasseurs, consacré « officiellement » par les autorités ecclésiastiques à partir du xve siècle, se porta néanmoins sur le chasseur des Ardennes. Choix forfuit ?

  • 53 « Il en est des bois sacrés comme des gentils ; on n’extermine pas ces derniers : on les convertit (...)

181Dans la légende de saint Julien, de saint Eleau ou de saint Eustache, l’épisode de la chasse et la rencontre avec le cerf merveilleux forment un simple contexte scénique — ce qui ne réduit d’aucune manière sa portée sémantique — dans lequel s’inscrit la conversion ; la légende de saint Hubert paraît au contraire s’articuler autour de l’acte de chasse. Les interdits imposés par l’Église (recouvrant les principales fêtes religieuses) se sont substitués à un calendrier plus ancien dont les traités de chasse médiévaux laissent encore transparaître quelques bornes : les trois jours de carnaval en Bohême, certaines positions du soleil dans les signes du zodiaque (Alemannia 13, 186), les solstices en basse Autriche (Hoffmann, Krayer 1927 : J. 580). La rupture d’un tel interdit exposait le chasseur, selon l’ancienne tradition mythique de la wilde Jagd, à la possession et à l’errance éternelles (Grimm 1935 : 2, 767). La séquence de la poursuite effrénée du cerf le « jour du Seigneur » laisse augurer, pour le jeune Hubert, un tel châtiment et le passage à l’état de « chasseur sauvage ». Mais au thème antique de la damnation répond dans l’hagiographie chrétienne l’idée de rédemption : par sa conversion Hubert rachète son péché et obtient son salut. La légende de saint Hubert témoigne ainsi de façon tout à fait explicite de la volonté de l’Église d’intégrer une tradition païenne dans la mythologie officielle selon les exigences conceptuelles de la nouvelle idéologie religieuse53.

58. La célébration de la Saint-Hubert dans le Bas-Rhin : Les cors de chasse participent à l’office religieux

182Intégration d’autant plus intéressante si l’on veut bien considérer la dimension historique du personnage de saint Hubert. Si les hagiographes autorisés insistent fréquemment à partir du xviiie siècle sur le caractère légendaire de la conversion du saint et le manque de données historiques sur sa vie (et en particulier son inclination pour la chasse, cf. Gaidoz 1887) nous apprenons par d’autres sources que, dès sa mort, un culte lui est rendu par les chasseurs des Ardennes : l’ouvrage Les miracles arrivés à la translation du corps de saint Hubert faite en 825 (anonyme rédigé vers 1090) rapporte l’usage qu’observent « depuis longtemps » les chasseurs locaux d’offrir à saint Hubert les prémices de la chasse, cette pratique étant justifiée « parce que lui-même avait été chasseur ». Ce culte primitivement circonscrit aux chasseurs de la région d’Andain (Ardennes belges), s’étend dans tout le diocèse de Liège pour se diffuser rapidement dans les régions limitrophes. Dès le xe siècle il est ainsi attesté au Luxembourg, en Westphalie et dans l’Eifel, dans toute la vallée rhénane et, plus au sud, en Lorraine et en Alsace (Hoffmann, Krayer 1927 : H, 426).

  • 54 Mais que l’on retrouve déjà présente à cette époque — et, d’après Hoffmann, Krayer (1927 : H, 427) (...)

183Particulièrement significatif s’avère dans un tel contexte le fait que le thème du cerf crucifère — thème central dans la légende officielle de saint Hubert — n’apparaisse en fait que très tardivement, vers la fin du xve siècle seulement ; ni Gilles d’Orval au xiiie siècle ni même Jean d’Outre Meuse à la fin du siècle suivant ne mentionnent dans leur vie du saint cette apparition miraculeuse54.

184Postérieures au culte rendu par les chasseurs, la reconnaissance par l’Église de saint Hubert comme protecteur officiel et la consolidation de l’image du chasseur repenti (à partir du xve siècle toute une iconographie populaire diffuse par le biais des colporteurs de saint Hubert, vendeurs de reliques, la légende du « cerf de saint Hubert ») paraissent s’inscrire dans une politique « d’intégration-contrôle » conforme à celle prônée par saint Augustin.

  • 55 Il convient d’ailleurs de relever la masculinité de saint Hubert. L’étonnante diffusion de son cul (...)

185Mais gardons-nous de limiter notre intérêt à cette seule légalisation par les autorités ecclésiastiques d’un culte rendu à un chasseur55 ; particulièrement riche d’enseignement apparaît au fil des chroniques et jusqu’à nos jours la figure de saint Hubert thaumaturge.

La rage de saint Hubert

186Selon la légende saint Hubert aurait, lors de son voyage à Rome, fait l’acquisition de deux présents miraculeux — une étole « tombée du ciel » et une clef d’or apportée par saint Pierre — susceptibles de « guérir et de préserver du mal de rage tant les hommes que toute sorte d’animaux » (Abrégé de la vie et miracles... Luxembourg, 1734). Notre source anonyme de 1090 rapporte la guérison, lors de la translation du corps de saint Hubert en 825, d’un « homme et d’une femme enragés ». Dès le xe siècle le renom de saint Hubert guérisseur de la rage s’étend dans le diocèse de Liège : de toutes les Ardennes belges les malades et les pèlerins affluent dans la petite ville d’Andain, devenue Saint-Hubert-des-Ardennes. L’église abbatiale devient le centre d’un pèlerinage très important : pour la guérison des personnes mordues et atteintes du « mal » les moines y pratiquent la « taille » (attestée dès le xe siècle, cf. Gaidoz 1887) : le prêtre incisait profondément le malade et introduisait dans la plaie un morceau de l’étole de saint Hubert. L’incision était recouverte d’un bandeau noir que l’enragé devait porter tout en respectant certaines prescriptions pendant des périodes variables s’articulant toujours autour du chiffre neuf, les « neuvaines de saint Hubert ». C’est d’ailleurs toujours autour de ce chiffre que se détermine d’après les recueils de croyances populaires la période d’incubation de la maladie : neuf heures, neuf jours, neuf mois ou neuf années ; la mort survenant neuf, dix-huit, vingt-sept ou trente-six jours après l’apparition des premiers symptômes (Hoffmann, Krayer 1927 : H, 430). Le malade « taillé », et donc porteur d’un fragment de la sainte étole, détenait par la suite le pouvoir d’accorder des « répits » à terme ou à vie pour 99 ans.

59. Clés de Saint-Hubert du Spessart (vallée du Main)

187Pour le bétail on utilisait la « clef de saint Hubert » : il s’agissait d’un fer conique d’une dizaine de centimètres terminé par un sceau en forme de cor de chasse. Cette extrémité portée à incandescence sur le feu servait à marquer l’animal sur la plaie et sur le front.

188Les pouvoirs de saint Hubert sont reconnus officiellement par l’Église : le recours au saint reçoit les « approbations » de l’archevêque de Malines, des évêques de Liège, de Namur et de Gand qui glorifient le « thaumaturge de nos Ardennes » (Gaidoz : 1887 : 76). En 1515, consécration du renom sans cesse grandissant du saint, le pape Léon X écrit :

Suivant une pieuse croyance, de nombreux prodiges se font par les mérites et par l’intercession de saint Hubert, en faveur des fidèles qui vont implorer son secours avec confiance dans le sanctuaire qui lui est consacré, en se dévouant à son service. C’est ainsi qu’après une neuvaine et sans plus long délai, les possédés y trouvent une entière délivrance, les malheureux infectés du venin de la rage ou mordus par des chiens enragés obtiennent leur guérison, les frénétiques de toutes sortes sont rendus à la santé ; enfin le Seigneur daigne y faire éclater sa puissance par un grand nombre d’autres miracles opérés par la vertu de son serviteur (cité par Gaidoz 1887 : 76).

189Des Ardennes le culte du saint se diffuse dans toutes les régions limitrophes ; les chapelles de saint Hubert se multiplient à partir du xive siècle : pour le seul diocèse de Metz le chanoine Laurent en recense vingt-et-une (Laurent 1980 : 178). Si la plupart de ces chapelles ont aujourd’hui disparu, les archives permettent parfois d’en retrouver la trace : ainsi apprend-on qu’en 1486 un certain Jean Martini éleva à Colmar une chapelle en l’honneur du saint pour le remercier de « sa grande indulgence » (Schmitt 1968 : 45).

190Certaines de ces chapelles voient de nombreux « pénitents de saint Hubert » affluer et de nouveaux pèlerinages se développer ; de nombreuses chroniques y relatent des cas extraordinaires de « guérisons miraculeuses » : un acte de 1499 consigne ainsi la guérison en 1455 à Rheindorf près de Cologne de quatorze personnes mordues par un loup (Hoffmann, Krayer 1927 : H, 431). Le 3 novembre une foule considérable chemine vers ces chapelles : anciens « enragés » venus accomplir leur pénitence ou fidèles désireux de se placer à titre préventif sous la protection d’un « répit » assistent à la messe de saint Hubert : à l’issue de l’office le prêtre distribue les pains bénits, les Sint Huibrechsbroodje en pays flamand, parfois, comme à Forbach décorés de cors de chasse (Elsass-Lothringisches Jahrbuch cité par Hoffmann, Krayer 1927 : H, 433). Le prêtre bénit également du sel et de l’avoine, avoine que les paysans d’Altroff en Lorraine prenaient grand soin de bien mélanger à la nourriture du bétail pour le protéger de tout « enragement » (Lepage, A : Bulletin de la société d’archéologie de Lorraine, Nancy, 1849). A Ückersdorf près de Bonn les pèlerins recevaient quelques petits gâteaux qu’ils avaient l’habitude de coudre dans la doublure des pantalons ou des robes (Hoffmann, Krayer 1927 : H, 433).

191Certaines clés de saint Hubert acquirent un grand renom : à Arrières, Loudun, Oyré en France, à Groeningen dans le Wurtemberg, Euskirchen dans l’Eifel en Allemagne. En 1682 un document mentionne l’emprunt, par le curé d’une petite commune de la région d’Elberfeld (Rheinland-Westphalen), d’une clef de saint Hubert au régisseur du domaine voisin des Hardenberg parce que « ses cochons avaient été mordus par un chien enragé » (Schell 1901 : 342).

192C’est au xviie siècle qu’apparaissent les célèbres « chevaliers de saint Hubert ». Descendants en ligne directe du saint ou investis de pouvoirs miraculeux, les chevaliers exercent le métier de guérisseurs de la rage. Ainsi le chevalier Georges de Saint-Hubert acquiert au milieu du xviie siècle une grande renommée tant à Paris, où il est installé, qu’en Provence où il se rend souvent. Ses pouvoirs de guérisseur de la rage sont dûment patentés : le chevalier fait état de lettres signées par le roi Louis XIV lui reconnaissant le privilège de « guérir toutes les personnes mordues de loups et de chiens enragés et autres bestiaux atteints de la rage en touchant au chef sans aucune application de remède ni médicament » (Gaidoz 1887 : 113).

193Dans les campagnes des colporteurs de la Saint-Hubert parcourent les chemins les plus reculés :

C’est l’hiver... on ne rencontre guère sur les routes ou dans les villages que les mendiants... ou des marchands venus, dit-on, du Tyrol et qui colportent, dans une châsse de bois ornée de dessins en relief, des médailles de saint Hubert, dont la vertu principale est de préserver de tous accidents et de guérir de tous les maux en général, et de la rage en particulier (« L’hiver dans les Vosges » : récit de H. Valentin dans le journal L’Illustration de 1850 ; cité par Conilleau, Ronsin 1982 : 75).

194Du recours au saint naquirent les confréries de saint Hubert. D’anciens malades — nombreuses sont les traditions orales relatant de mystérieuses rechutes en cas de non-observation des neuvaines ou en cas « d’oubli » de pénitence le 3 novembre (Gaidoz 1887), — mais aussi des familles et des paroisses entières s’étant placées sous la protection du répit de saint Hubert s’engageaient solennellement à perpétuer le culte du saint et versaient une petite rente. Une telle confrérie existe toujours à Wisches dans la vallée de la Bruche (Bas-Rhin) où les habitants perpétuent une tradition attestée depuis le xviiie siècle.

60. Dans les Vosges en 1840 : le marchand ambulant de médailles de saint Hubert Henri Valentin, illustrateur du xixe siècle (Conilleau, Ronsin 1982 : 75)

L’an 1721, le 21 mars, les habitants de Wisches et de Netzenbach... ont fait vœu de garder à perpétuité la fête de Saint-Hubert afin d’obtenir par son intercession la grâce d’être préservés et tout ce qui leur appartient de la rage et de ses accidents, lequel vœu est bien réfléchi et plein de religion... (Article I des « Règlements et statuts de la dévotion à saint Hubert ». Paroisse de Wisches 1721. Archives départementales du Bas-Rhin ; 3E 276, Tome 1.)

195L’église de Wisches est consacrée à saint Michel. Mais le premier dimanche de novembre on sort de la sacristie une effigie de saint Hubert, statue en bois présumée du xviiie siècle représentant un personnage habillé en vert et coiffé d’un chapeau orné d’une plume.

  • 56 Les membres de lu société de tir « Saint-Hubert » se réunissent dans un local, siège de leur assoc (...)

196Lors de la grand-messe à laquelle participent les membres de la société de tir au complet56 et les trompes de chasse de La Broque, localité voisine, le prêtre procède à la bénédiction des pains. Autrefois il bénissait également le sel pour le bétail. Les pains bénits sont distribués aux fidèles et apportés l’après-midi aux malades et aux personnes âgées.

  • 57 Pèlerinage dont le renom semblait considérable ; une chronique du xviie siècle nous apprend que, c (...)

197Dans la France de l’Est, en dehors bien entendu du pèlerinage de Saint-Hubert-des-Ardennes57, c’est à Autrey près de Rambervillers dans les Vosges que les pèlerins se rendaient plus particulièrement. Selon une tradition historique ce pèlerinage remonterait à la fondation même de l’église abbatiale Notre-Dame d’Autrey au xiie siècle, une relique du saint — la phalange d’un doigt — ayant été déposée à l’abbaye. Un acte de Conrad, évêque de Toul, daté de 1285 atteste que l’église d’Autrey possédait, dès cette époque, un autel dédié à saint Hubert. Jusqu’au début du xixe siècle, date de sa disparition, le pèlerinage d’Autrey connut une audience très importante dans toute la région :

Chaque jour on voyait à Autrey une foule de pèlerins, mais à certaines dates la foule était particulièrement dense... on débitait sur place jusqu’à 40 charrettes de pain et 100 mesures de vin et l’église était trop petite. Les gens y venaient pour être guéris, en action de grâces ou par mesure préventive ; on y amenait des malheureux inquiets, troublés. Un prêtre spécialement chargé de la chapelle Saint-Hubert présidait aux prières, relevait des offrandes en argent, en cire ou en nature, bénissait le pain, le sel, l’avoine pour les troupeaux, prescrivait les règles à observer pendant une quarantaine de jours et portait le nom des confrères sur le registre (Chanoine Laurent 1980 : 177).

198Le pèlerinage connut, sous l’impulsion d’un abbé, une brève renaissance entre 1950 et 1965. De cette période récente nous relèverons la présence dans les premiers bancs de l’église — les villageois et les fidèles occupant le fond de la nef — des chasseurs en tenue et celle des trompes de chasse sonnant durant l’office. A l’issue de la grand-messe, le président d’une société de chasse voisine offrait un chevreuil aux pensionnaires du petit séminaire. On constate d’autre part que l’existence, à la suite des découvertes de Pasteur, d’une science rabique ne semble pas avoir complètement effacé le souvenir des pouvoirs de saint Hubert. « Il n’est pas rare de nos jours qu’en sortant de l’Institut Pasteur les malades guéris viennent encore brûler un cierge à Saint-Hubert-d’Ardennes. » (Chanoine Laurent 1980 : 178.) Chasseur passionné devenu guérisseur de la rage, la figure du saint patron des chasseurs ne manque pas d’intérêt... Mais quel fil tisse, de la passion à la rage, la trame dans laquelle s’inscrit l’acte cynégétique ?

La fureur de berserkir

199Selon certaines versions le cortège funeste de la wilde Jagd (la chasse sauvage) s’accompagne d’une pluie de membres sanglants et de morceaux de chair sanguinolents ; débris redoutables s’il en est car les chiens ou les animaux qui en mangeraient contracteraient sur-le-champ la rage (Gaidoz 1887 : 8).

200Le thème de la wilde Jagd et du chasseur maudit se rattache, dans la mythologie germanique, au mythe de la wütende Heer, nom qui est d’ailleurs conservé dans certaines versions de la chasse sauvage (pour l’Alsace cf. Stoeber 1892 ; pour l’Allemagne et l’Autriche cf. Hoffmann, Krayer 1927). Si le sens premier de Wut désigne aujourd’hui en allemand la rage (Tollwut : la rage des animaux), l’étymologie de ce mot laisse apparaître la forme du vieil haut-allemand wuot et celle du vieux nordique odr, signifiant toutes deux « pris par la fureur ». A la même famille se rattachent les différentes dénominations de la principale figure mythologique du panthéon des anciens germano-nordiques : Wotan en allemand, Woden en anglo-saxon et Odinn en nordique (Kluge 1975 : 870). Le mythe de la wütende Heer apparaît par ailleurs dans les premiers textes rédigés en vieil haut-allemand sous la forme de wuotanes heri, littéralement les armées de Wotan. Quelles troupes accompagnaient donc ce dieu étrange qui, pour acquérir la science occulte des runes, n’hésita pas à échanger son œil et à rester suspendu neuf jours et neuf nuits à l’arbre Yggdrasil ?

201La saga mythologique décrit ainsi ces compagnons de Wotan/Odhin :

Ils allaient sans cuirasse, sauvages comme des chiens ou des loups. Ils mordaient leurs boucliers et étaient forts comme des ours ou des taureaux. Ils massacraient les hommes et ni le feu ni l’acier ne pouvaient rien contre eux. On appelait cela la fureur de berserkir (Ynglingasaga. Ch. VI ; cité par Dumezil 1939 : 81).

202Les berserkir, littéralement « guerriers à la chemise d’ours », nous entraînent au sein des célèbres bandes de guerriers-fauves dont la technique d’extase guerrière est attestée chez d’autres peuples indoeuropéens (Eliade 1951 : 303). A travers une série d’épreuves initiatiques, le guerrier s’appropriait une fureur sacrée, une fureur animale, qui nous intéresse ici tout particulièrement :

On ne devenait pas berserkir uniquement par bravoure, par force physique ou par endurance mais à la suite d’une expérience magico-religieuse qui modifiait radicalement le mode d’être du jeune guerrier. Celui-ci devait transmuer son humanité par un accès de furie agressive et terrifiante, qui l’assimilait aux carnassiers enragés. Il s’échauffait à un degré extrême, emporté par une force mystérieuse, inhumaine et irrésistible que son élan combatif faisait surgir du plus profond de son être (Eliade 1959 : 188).

203Des différents rituels initiatiques suscitant cette extase guerrière que relatent plusieurs poèmes épiques, on peut retenir, outre bien sûr la métamorphose en carnassier marquée rituellement par le port de la peau d’un animal fauve — ours, mais aussi très fréquemment loup comme en témoigne le Voelsungasaga qui évoque les úlfednar, « pelisses de loup » — la technique de l’échauffement. Car il apparaît que cette fureur sacrée, la wut des Germains, l’odr des Nordiques, soit assimilable à une chaleur. Sans pénétrer dans le symbolisme de cette chaleur magique dont Mircea Eliade décèle la présence dans toutes les initiations militaires indo-européennes, relevons avec lui que la chasse sauvage est parfois appelée feurige Jagd : chasse de feu (Eliade 1959 : 193).

204C’est enfin durant l’hiver, particulièrement aux environs du solstice d’hiver, que les hommes pouvaient s’approprier la fureur animale :

Autrement dit pendant l’hiver les membres du Männerbund sont susceptibles de transmuer leur condition profane soit en partageant la compagnie des ancêtres, soit en s’appropriant le comportement, c’est-à-dire la magie des carnassiers (Eliade 1959 : 186).

  • 58 Il est interdit de chasser à Trêves au xiie siècle de la mi-avril à la mi-juin, de la Saint-George (...)

205Rappelons que, dans notre hémisphère, le ciel d’hiver est dominé par la constellation d’Orion connue anciennement sous le nom « Le Chasseur ». Le respect, attesté depuis les lois barbares, de la Schonzeit, période d’interdiction de la chasse durant la gestation et la mise bas du gibier, dans toute l’aire culturelle de parler germanique, nous permet de lier, dans l’observation quotidienne de la pratique, la chasse à la saison hivernale58.

61. Le dieu chasseur ou « dieu au cerf » du Donon (Vosges) Stèle du iiie siècle conservée au musée d’archéologie de Strasbourg

206Lors de la christianisation la véritable nature — et son importance dans le système religieux « païen » — des anciennes confréries de guerriers-chasseurs n’a pas échappé aux autorités ecclésiastiques.

207L’antique extase brûlante devient folie et possession, la fureur animale rage... Folie qu’entretient, comme le rappelle la littérature du xiie siècle (Chrétien de Troyes : Yvain vers 2826-2828 ; Béroul : Le roman de Tristan, vers 1645-1646), la consommation de venaison crue, viande devenue trop « sauvage » et frappée d’un interdit dont on peut encore aujourd’hui souligner la pérennité si l’on veut bien suivre le fil des « odeurs » de l’alimentation carnée.

208Folie, possession et rage procèdent de la même nature et résultent, nous le savons à la lecture de toute une littérature médiévale (cf. Gaidoz 1887 et Hoffmann, Krayer 1927), de « l’œuvre du Malin ». Le recours à saint Hubert ne s’imposait-il d’ailleurs pas primitivement à tous les enragés, c’est-à-dire, comme le précise explicitement Léon X en 1515, aussi bien aux « malheureux infectés du venin de la rage ou mordus par des chiens enragés » qu’aux possédés et aux frénétiques de toutes sortes ? (Gaidoz 1887 : 76.)

209Relevons d’autre part, qu’à la différence du recours à d’autres saints, ce n’est pas l’imposition d’une relique qui permettait d’obtenir une guérison miraculeuse ; pour « la taille » le prêtre utilisait exclusivement quelques fils de l’étole de saint Hubert qu’il plaçait au contact de la morsure : les reliques du saint ne jouaient donc aucun rôle dans la guérison de la rage.

210Les religieux de Saint-Hubert-des-Ardennes mirent d’ailleurs en cause en 1495 l’authenticité de la relique d’Autrey, avançant le fait que le corps du saint ne fut jamais « démembré » et reposait intact dans leur abbaye. La cause fut plaidée devant les évêques de Bâle puis de Toul et enfin à Rome où aucun jugement ne put être rendu... le corps de saint Hubert ayant disparu en 1568 dans la tourmente de la Réforme (Gaidoz 1887 : 59).

211L’importance de l’étole dans la symbolique chrétienne est connue : c’est par l’imposition sur le cou de l’étole sacerdotale que le prêtre procède à l’exorcisme des possédés et démoniaques et c’est également grâce à l’étole que, dans nombre de traditions orales christianisées, les saints peuvent rendre de terrifiants dragons aussi doux que des agneaux...

  • 59 59. Un travail entrepris en 1976 sur les croyances populaires clans la vallée de la Bruche nous a (...)

212Si les berserkir furieux ne parcourent plus les forêts depuis longtemps, de multiples récits de lycanthropie témoignent tout au long du Moyen-Âge et jusqu’à nos jours de l’importance dans l’imaginaire collectif de la forêt du thème de l’homme-loup59. Pour Le folklore des hautes Vosges, recueil de croyances populaires et de pratiques superstitieuses collectées à la fin du xixe siècle (Sauvé 1888), dans tous les cas de lycanthropie c’est le recours à saint Hubert qui s’impose :

Ce qu’on appelle les loups-garous ce sont des sorciers et des sorcières qui se changent en loups... leur peau est à l’épreuve des balles à moins qu’elles n’aient été bénites dans la chapelle de Saint-Hubert.

213La figure de saint Hubert chasseur excessif mais repenti et guérisseur de la rage s’éclaire ainsi singulièrement. C’est autour de ce personnage que se définit la légitimité de la pratique cynégétique ; de la fureur de Wodan à la rage de saint Hubert une passion devenue excessive fait désormais basculer le chasseur :

  • 60 Références à un autre état qui incitent bien évidemment l’européaniste à élargir son champ d’inves (...)

214« Dans notre société nous chassons tous en saint Hubert... Personne ici n’a jamais tiré une laie meneuse et nous avons fermé le tir aux cochons bien avant que la fédération ne revendique officiellement la fermeture de sa chasse » (Claude K., ingénieur. Vosges mosellanes). Que révèle cette chasse « conforme à l’éthique » si ce n’est, par la limitation du tir impulsif que s’impose le chasseur-gestionnaire, le contrôle implicite d’une passion jugée trop forte ? Passion du jeu, des affaires, des voyages, de l’art... Que l’utilisation quelque peu galvaudée de ce mot ne nous trompe pas sur la véritable nature de la « passion de la chasse ». Plus prégnant, le terme allemand Jagdfieber suggère l’exaltation, le transport, évoque la chaleur. Car c’est bien à « un autre état »60 que font référence gens de chasse mais aussi informateurs situés en dehors de la sphère cynégétique ; ainsi de la fureur antique au Jagdfieber évoqué sur nos terrains d’enquête, la chasse relève toujours d’une fièvre particulière, favorise encore l’acquisition d’un corps sauvage.

215Initiation guerrière et fureur sacrée circonscrivaient au sein de la société les Männerbünde, alliances d’hommes dont l’importance dans l’ancienne civilisation germanique est connue (Weiser 1927 ; Höfler 1934 ; Wikander 1938). La structure quasi militaire de la société des chasseurs que dévoilent les capitulaires du ixe siècle (de Villis, C. 47) pas plus que l’organisation en véritables confréries de ces mêmes chasseurs tout au long du Moyen-Âge ne doivent dès lors étonner. Et il semble bien que le groupe des chasseurs ait maintenu avec force jusqu’à nos jours, certaines caractéristiques de ces Männerbüde.

Relations de chasse

216Le Jagdfieber, rejetant le chasseur de salon à la périphérie du groupe, circonscrit le cercle restreint des « vrais chasseurs » autour d’une passion partagée. La forte opposition rencontrée par la plupart des chasseurs « de l’intérieur » — dont l’image oscille le plus souvent entre le colon en territoire de safari et le viandard assoiffé de sang — s’inscrit dans cette intelligence particulière de l’acte de chasse. Bien des propos amers de ces chasseurs — l’ostracisme dont ils s’estiment les victimes leur paraissant tout à fait incompréhensible — témoignent involontairement de l’importance de cette frontière.

On est tous des grands chasseurs dans la société. On va aussi en Afrique pour le buffle, même le lion. Mais la chasse on ne prend pas ça pour un boulot : on vient pour se détendre. J’ai pas envie de me lever à l’aube pour courir sous la pluie. Les Alsacos ils font ça comme un boulot... Nous on vient en Alsace, on chasse, mais on en profite pour faire des gueuletons, pour rigoler quoi ! (Jacques L., grossiste. Sud-Est de la France. Vosges moyennes. Octobre 1984.)

  • 61 Lorsque deux territoires de chasse se touchent, il est d’usage de ne pas construire ou utiliser de (...)

217En cette période du brame de l’automne 1984, la paisible vallée de la F. dans les Vosges du Nord paraît bien animée ; mais la présence de quelques coiffés dans le massif ne semble pas la seule cause de cette agitation : la guerre larvée depuis deux ou trois années entre les chasseurs locaux et des chasseurs de « l’intérieur » vient de se rallumer. On parle de tir de nuit, de transport de gibier sans bracelet. Enfin, ultime péripétie, une sombre histoire de mirador en limite61 entraîne un matin des échanges verbaux peu civils suivis même de coups de feu heureusement imprécis. L’on parle dès lors de « se faire la peau » et l’on laisse entendre, de part et d’autre, que les lunettes de visée seront dorénavant ajustées. Pierre S., commerçant de la région lyonnaise, un des protagonistes de « l’affaire » relate les faits. S’il paraît délicat de vouloir dénouer l’embrouillamini des griefs et des responsabilités, son témoignage n’en reste pas moins particulièrement intéressant. Plus que de la colère, une réelle stupeur mêlée d’une profonde incompréhension transparaît au fil du discours. Laissons quelques passages de cet entretien illustrer notre propos :

— Votre père est-il chasseur ?
— Il n’y a pas de chasseur dans ma famille. C’est par le tir que je suis venu à la chasse. — On était toute une bande de copains et comme l’on s’entendait bien on s’est dit pourquoi ne pas prendre une chasse en Alsace, ce sera l’occasion de faire une virée.
— Les chasseurs locaux vous reprochent d’être des « viandards », de tirer n’importe quoi...
— ... En fait ils devraient nous bénir. On ne vient presque jamais alors on ne risque pas de tirer beaucoup... On a une conception différente de la chasse. On vient surtout pour rigoler, pour être entre amis... Ici on est des étrangers. On n’est pas de la même race, on n’a pas les mêmes mœurs. Les chasseurs ici, ils ne supportent pas qu’on fasse ça comme un loisir... J’ai pas envie de me lever à 4 heures du matin, j’aime prendre un bon petit déjeuner avant d’aller à la chasse... On n’est pas habillés comme eux, on n’a pas la bouteille de schnaps dans la poche (Entretien du 30 septembre 1984. Vosges du Nord).

218Cette référence au schnaps se révèle étonnamment signifiante et l’on peut légitimement s’interroger sur la nature de ce véritable pacte électif que scelle l’eau-de-vie alsacienne.

219Cette fièvre de la chasse qu’évoquent les chasseurs régionaux ne se résume pas à une passion commune pour un même sport, un même passe-temps. La fièvre ne se voit légitimée que par l’adhésion à une éthique : plus qu’une inclination identique, elle repose sur un savoir partagé. Savoir qui impose des itinéraires communs — de la première traque de l’enfant au beau trophée du chasseur réfléchi, « l’expérience » des chasseurs s’apparente étonnamment à un cheminement initiatique — savoir qui crée des liens particuliers.

Le monde de la chasse obéit à des lois différentes. Sur le terrain je peux admonester un P.D.G., lui faire comprendre qu’il est un imbécile... Dans le civil cela ne serait pas possible (Monsieur X., responsable cynégétique. Avril 1983).

220La société des chasseurs, un espace social particulier ? Célébration de valeurs viriles, exaltation guerrière, culte du groupe... Les approches sociologiques détaillant cet esprit de corps sont abondantes. Plutôt que de verser dans de longs développements sur cette « fraternité », qui risquent de ne pas réfléchir assez finement les particularismes régionaux par rapport à cette fonction expressive de la chasse analysée çà et là (Wylie 1957 ; Jolas 1982 ; Pelosse, Vourc’h 1982) ou même par rapport à certaines activités associatives ou sportives fortes productrices de sociabilité masculine (maison des hommes, clubs de rugby, etc.), il semble plus intéressant de laisser quelques observations de terrain parler d’elles-mêmes.

221Philippe rencontré en Moselle au cours d’une battue est agent commercial. Ses revenus ne lui permettent pas d’être locataire d’une chasse. Pourtant durant la saison de chasse il sort toutes les fins de semaine :

Il y a quelques années j’avais un excellent chien de sang et j’ai fait pas mal de recherches dans toute la région. Tout le monde me connaît... Je suis passionné : je donne un coup de main aux gardes du coin, je lis beaucoup, j’écoute, je vais assez souvent en Allemagne... je suis souvent invité à chasser, on me demande conseil ou on m’invite pour me montrer sa chasse (janvier 1984).

  • 62 Au terme du bail, l’Office national des forêts a divise le territoire en plusieurs lots et les a r (...)

222Philippe n’est pas une exception : dans toutes les chasses on rencontre de ces chasseurs que l’importance des charges cynégétiques exclut de la pratique active, mais qui sont régulièrement invités. Certains ont acquis une notoriété régionale : dans tel secteur cet ancien adjudicataire « à qui l’O.N.F. a saboté ce qui était une des plus belles chasses d’Alsace »62, participe à toutes les chasses ; plus loin un important responsable de la gestion sylvicole a su s’intégrer dans la société des chasseurs. Autorités cynégétiques reconnues ou simples pratiquants « passionnés », leur intégration dans le groupe, indépendamment du statut social, des revenus financiers, est d’abord fonction d’un savoir. La chasse dans les départements de l’Est n’apparaît pas comme une réalité socio-culturelle homogène : à la chasse mondaine dont l’esprit repose sur l’affirmation d’une puissance sociale, sur la fonction ostentatoire de la pratique, s’oppose nettement le cercle des nemrods, véritable pacte de rassemblement électif fondé sur la reconnaissance d’une passion et d’un savoir.

223Pendant près de cinquante Paul W., industriel à Strasbourg, a loué une des plus importantes chasses de plaine de la région. Avec qui chassait-il ?

A part les battues, le patron n’invitait personne à la chasse. Il y avait juste monsieur R. et plus tard son fils. Monsieur Paul chassait toujours avec lui... Pour moi il était comme un deuxième patron : il surveillait l’affouragement, s’occupait de la chasse, pour les battues, Monsieur Paul et lui, ils organisaient tout (Jean S., ancien garde-chasse. Mars 1984).

224Monsieur R. petit restaurateur de la banlieue de Strasbourg aux revenus modestes était un chasseur et un pêcheur passionné. Suite à une rencontre fortuite, une solide amitié de chasse s’était nouée avec Paul W.

Mon père et monsieur R. ne se voyaient qu’à la chasse. Mais sur le terrain de chasse c’était pour lui un véritable ami. Ils étaient toujours ensemble ... Il y avait entre eux une véritable complicité qu’il n’y a jamais eu avec quelqu’un d’autre, même pas avec moi. Quand monsieur R. est mort mon père a chassé avec-son fils ... J’avais à l’époque deux excellents amis bons chasseurs, ils ont d’ailleurs tous les deux de belles chasses maintenant, je n’arrivais jamais à les faire inviter ; mon père refusait toujours ; par contre monsieur R. et son fils ils étaient toujours là (Paul W. fils. Février 1984).
Ma mère et moi nous étions toujours stupéfaites, quand on venait après la chasse, de voir comment mon grand-père était avec R. De caractère mon grand-père était du genre plutôt réservé, bourru. Je me souviens, à l’usine il faisait peur ! Avec R. c’était complètement différent, il plaisantait, lui tapait sur l’épaule. Je crois même qu’il n’était jamais aussi familier avec mon père (Madame C. M., petite-fille de Paul W. Avril 1984).

225Importance et durabilité des liens de chasse opposables parfois à la parenté biologique, délimitation d’un espace particulier de sociabilité ; quelques traits caractéristiques de la société des chasseurs apparaissent à la suite de cet exemple. Particulièrement révélateur s’avère également, pour notre esquisse de l’esprit de chasse, l’observation des relations chasseur/garde.

  • 63 Jagdaufseher, Berufsjäger : garde-chasse. Les Berufsjäger (littér. chasseurs professionnels) sont (...)

226Si en termes d’analyse économique le statut du garde se résume à celui d’un salarié, percevoir sa relation avec le chasseur comme rappelant « une situation de subordination néo-féodale typique » (Bozon, Chamboredon 1980 : 83) paraît plus relever d’une extrapolation théorique que d’une observation de terrain. A l’image du Jagdaufseher et du Berufsjager des pays germaniques63, le garde ne voit pas, dans la grande majorité des cas observés, ses attributions limitées à la seule surveillance ou à la destruction des nuisibles.

227Quelques itinéraires individuels évoqués précédemment ont permis de dresser son portrait : chasseur de longue date, il s’est vu exclure de la pratique active par l’évolution récente des conditions d’accessibilité à l’exercice cynégétique. Il reste cependant un chasseur passionné, détenteur d’un savoir souvent supérieur à celui du chasseur. Ce savoir, reconnu, lui confère, particulièrement dans les chasses au gros gibier en forêt, une réelle autorité, un ascendant indéniable sur les chasseurs.

228Fils et petit-fils de chasseur, Armand D. a chassé jusqu’en 1960. Depuis vingt-cinq ans il est garde-chasse sur le même massif des Vosges du Nord. Grand amateur de chasse au cerf, il se rend chaque année deux ou trois fois en Autriche.

J’ai beaucoup appris là-bas parce que pour le cerf les Autrichiens c’est les plus forts. D’ailleurs vous le savez, les Y., quand ils ont voulu refaire leur chasse ils ont pris un garde autrichien. Petit à petit j’ai voulu transformer nos manières de chasser. J’en ai parlé à X. (le chasseur adjudicataire), il a compris et il m’a laissé tout organiser. Depuis, ici on ne pirsche plus à tort et à travers : j’ai choisi les emplacements des miradors mais j’en interdis le tir sur la plupart ... Il y a maintenant cinq partenaires sur cette chasse. Mais personne ne tire sans que je sois là. Les critères de tir c’est toujours moi qui les décide (Armand D. Vosges du Nord. Mars 1984).
Avant d’avoir cette chasse, j’étais garde à mi-temps, à but non lucratif, chez un gros adjudicataire de la région. J’avais pas mal d’idées que je voulais appliquer. Mais c’était pas toujours facile ! Tenez par exemple les cultures à gibier et l’affouragement, c’était un bon chasseur mais je n’arrivais pas à le convaincre à mettre de l’argent pour la gestion. Alors c’est moi qui l’ai mis de mon propre chef. Quand il a vu les résultats, il m’a remboursé ! (Oscar H., cadre moyen. Ligsdorf. Octobre 1984.)

229Doit-on alors s’étonner que certaines chasses soient plus connues par le garde qui y exerce que par les adjudicataires qui y chassent ?

230Ainsi est-il courant d’entendre parler dans tel massif des Vosges moyennes de « la chasse de Marcel », ce qui témoigne implicitement du rôle joué par ce garde. Car il apparaît que bien souvent, si ce sont les chasseurs qui occupent le devant de la scène cynégétique, le véritable gestionnaire du territoire est en fait le garde. Ce savoir détenu par le garde lui confère des droits et certaines situations conflictuelles peuvent se développer.

  • 64 Jeune chevreuil qu’il faut laisser vieillir pour devenir un « beau trophée ».

Avant de venir ici, je travaillais chez X. dans le Sundgau. Mais je l’ai quitté en claquant la porte ; il voulait rentabiliser sa chasse de plaine et avait décidé de faire payer les invités pour chaque faisan tiré. Je lui ai dit qu’il n’en était pas question : je ne me donne pas tout ce mal juste pour du fric. (E. P., garde-chasse. Mars 1983.)
La semaine dernière Yves, te fils du patron, a tiré un jeune Bock d’avenir64. On s’est engueulés et je lui ai dit : tu n’as qu’à le vider toi-même, je ne veux rien avoir à faire avec ce meurtre d’enfant (M. S., garde-chasse. Vosges du Nord. Septembre 1984).

231Laissons un romancier rompre le caractère quelque peu monocorde qu’imposent nos références au terrain. Mais que l’on ne s’y trompe pas, sous une forme littéraire on découvre une observation étonnamment précise de la chasse en Alsace en général mais également de la véritable nature de la relation chasseur/garde dans toutes ses expressions possibles :

232« Pas vu, dit-il (le chasseur). Trop surpris. Trop vite pour moi ». Le chien se plaignait en tirant sur la laisse. Le garde était tout près de lui. Ils se regardèrent dans les yeux et le garde, d’une voix égale qui devenait de plus en plus forte, dit en le fixant une longue phrase en allemand, fit une pause sans quitter son regard, avec une expression très dure, et de nouveau reprit à voix forte un monologue aux mots détachés, apparemment prononcés sans violence, mais qui devaient être de terribles injures. Le garde savait qu’il ne comprenait pas cette langue, mais l’éclat bleu des yeux plantés dans les siens le renseignait sur la sévérité de ce discours et il se sentit coupable, condamné, anéanti (Moinot 1979 : 57).

233La relation chasseur/garde telle que nous avons pu l’observer sur notre terrain s’inscrit nettement dans la conception germanique de la fonction de garde. Plus qu’un simple auxiliaire ou même un conseiller, il est un véritable guide. Écoutons un Berufsjager :

  • 65 Littér. conservation, protection. Le hegen englobe toutes les mesures prises pour le gibier et qui (...)

Avec le patron on a déjà eu de sérieuses engueulades : on ne se parle plus pendant des jours entiers ! Mais le garde il n’est pas au service du patron, il est au service du sauvage, du gibier. Dans la loi allemande il est dit : le Berufsjager doit protéger le gibier. C’est le hegen65 : veiller à ce qu’il ait toujours à manger, une remise, qu’il puisse mettre bas. Le garde doit le protéger contre tous les ennemis : froid, chiens, bracos et s’il le faut chasseurs... (H. F., Berufsjäger. Garde-chasse dans les Vosges du Nord. Octobre 1984.)

62. Une fin de pirsch : chasseur et garde autour du cerf

234Lorsque le savoir est partagé, une relation particulière s’établit avec le chasseur. C’est lors des approches du cerf au cours du brame que la complicité qui peut unir le chasseur au garde paraît la plus manifeste. La technique régionale de la chasse, la pirsch, requiert une symbiose quasi parfaite ; il s’agit de se mouvoir ensemble sans bruit, au même rythme, de connaître presque instinctivement les mouvements de l’autre, de réagir à l’unisson à toute nouvelle péripétie (changement de vent, mouvement du cerf...).

Je ne pirsche jamais seul. Chaque fois que c’est possible je sors avec Roger. Depuis le temps qu’on pirsche ensemble ! Chaque fois il y a autre chose ... on a quelques souvenirs de pirsch tout à fait extraordinaires (Marc B., industriel. Région de Schirmeck. Novembre 1983).

  • 66 On offre alors une part de chasse, en échange de quelques travaux de maintenance et de gardiennage (...)

235Les quelques exemples évoqués précédemment ne visent pas à dresser un tableau exhaustif du profil professionnel du garde-chasse dans les départements de l’Est ; il s’agirait alors de mentionner, plus que ces rares chasses où sa fonction se voit réduite à celle d’un employé subalterne, une évolution qui, en raison de l’inflation constante des charges locatives, concourt à sa raréfaction ; particulièrement en plaine, s’il n’y a pas tout simplement disparu, il paraît parfois tentant de remplacer le garde-chasse par un partenaire déguisé66. Le garde-chasse traditionnel reste cependant une réalité et une figure importante de l’espace cynégétique régional : sur nos seuls terrains d’enquête il nous a été possible de rencontrer neuf gardes dont le savoir et la conception du hegen leur conféraient vis-à-vis des chasseurs un statut particulier.

Un esprit de corps particulier

236Il serait certes naïf de percevoir la société des chasseurs comme un groupe homogène, une sorte de clan en marge d’une société stratifiée ; rivalités et jalousies alimentent de nombreuses polémiques, des intrigues : nous laisserons cependant à d’autres le soin d’analyser les enjeux sociaux, la texture politique que révèlent ces conflits. Conformément à la méthodologie retenue, nous nous limiterons au seul cercle des vrais chasseurs, privilégiant ainsi volontairement un regard intérieur, susceptible dans un premier temps d’éclairer le système de représentation s’articulant autour de l’acte de chasse.

237Savoir et passion partagés d’une part, reconnus d’autre part, circonscrivent, nous l’avons vu, de manière précise ce cercle des nemrods, les « vrais » chasseurs. L’adhésion à une éthique commune, à une même conception de la pratique cynégétique scelle une véritable alliance. Si l’espace de sociabilité ainsi délimité semble, dans la plupart des cas observés, ne pas se prolonger au-delà de la saison de chasse, il serait cependant hâtif d’en déduire une inconsistance des liens sociaux : plus pertinent semble au contraire d’évoquer une véritable morphologie saisonnière dans laquelle s’inscrit la vie sociale du chasseur.

La bonne entente dans une société de chasse c’est essentiel. ¡Il faut dire que pendant la saison on se voit tout le temps. Bien sûr c’est les repas, les problèmes qu’il faut régler ensemble, mais c’est surtout parce qu’on vit la même chose, on a envie d’être ensemble ... Après la fermeture je vois moins mes partenaires. Pourquoi ? Vous savez on a quand même un métier ! Et peut-être aussi parce qu’on s’est trop vus, on a envie de changer un peu (François R., cadre. Vosges du Nord. Août 1983).
Je me suis fait une raison, comme toutes les femmes de chasseurs que je connais d’ailleurs ; pendant la chasse, la vie de couple ou voir des amis, c’est impossible : tous les week-ends mon mari sort et la semaine il veut récupérer ! (Madame C. R., épouse de chasseur. Strasbourg. Février 1983.)

238Ne mésestimons pas la portée de cette morphologie saisonnière : de la résurgence du Jagdfieber dans le corps même du chasseur au déchaînement de la force sauvage que traduit la période de rut, de la transformation de la « personnalité » du chasseur à la renaissance des liens de fraternité élective, des faits et dits de chasse livrent un système de représentation qui assigne à la pratique cynégétique un temps propre, temps propre dont la législation actuelle, qui fixe au 2 février la date de fermeture générale de la chasse, manifeste encore aujourd’hui le caractère essentiellement hivernal.

63. Repas de fin de battue

Chez nous le repas de chasse c’est sacré. On y tient. Après toutes les chasses on se réunit dans le chalet et on casse une croûte ensemble. Personne ne peut, quelle que soit la raison, partir avant. La chasse, c’est aussi le repas (Georges C., chasseur, industriel. Bitche. Octobre 1984).

239L’esprit convivial spécifiquement masculin soudant au cours du « traditionnel » repas de chasse le groupe des chasseurs est connu. S’il ne paraît dès lors guère nécessaire de s’attarder plus longuement sur l’atmosphère particulière présidant à ces réunions de fin de chasse, deux réflexions nous semblent cependant opportunes. La parole du chasseur au cours de ces repas ne manque pas d’étonner l’observateur. Cadre supérieur ou employé de bureau, industriel ou ouvrier-paysan, qu’importe, au-delà de l’appartenance à un groupe social, une même parole relie d’un bout à l’autre de nos terrains d’enquête le groupe des chasseurs : allusions omniprésentes, plaisanteries mille fois répétées, gestes équivoques, la grivoiserie, voire l’obscénité semble, au cours de ces assemblées de chasseurs, de rigueur. Plutôt que de n’y lire qu’une attitude inhérente à toute réunion d’hommes — si, dans notre étude sur la convivialité spécifiquement masculine des buveurs de bière (Hell 1982) il nous a été possible de relever une « parole légère », son caractère licencieux n’est en aucun cas aussi fortement marqué, ni aussi ostensiblement affiché que celle du chasseur — la parole excessive du chasseur nous paraît s’inscrire, au même titre que certains échos renvoyés par le Jagdfieber ou la quête du trophée, dans une relation chasse/sexualité.

240Laissons d’autre part un Jägerlied (chanson de chasseurs) allemand, daté de 1620, nous éclairer quelque peu sur la nature originelle de ce repas de chasse :

  • 67 Tradution littérale du verbe wenden (tourner, retourner). Jeu de mot avec le verbe suivant, tabou (...)

Hierbey, Jäger vnd jéagerknecht !
Der hirsch der ist erlegt,
Wie man gut weydmannsch pflefgt.
Zum ersten mir ein guten trunck wein,
Denn ich hab lust zu trincken.
Sol der hirsch ohne trunck zerwircket sein ?
Frisch auff, jhr lieben jäger mein !
Der tag der ist vollendet ;
Wie sich der hirsch hat g’wendet,
So wollen wir vns wenden auch
Einer wol zu dem andern
Mit gutem trunck nach altem brauch
Vnd darnach heime wandern.
Zangius, N ; Lustige newe deutsche weltliche Lieder und Quodlibeten, Berlin, 1620, cité par Boite (1906 : 188).
Accourez chasseurs et traqueurs ! le cerf est mort
comme le code du chasseur le veut.
En premier qu’on m’apporte un bon verre de vin,
car j’ai envie de boire.
Doit-on dépecer le cerf sans porter un toast ?
Allons mes chers chasseurs !
Une journée s’est accomplie ;
Comme le cerf s’est tourné67
Ainsi voulons-nous aussi
nous tourner l’un vers l’autre
et boire un bon coup selon l’ancienne coutume
et après regagner notre maison.

241Ce caractère saisonnier n’exclut pas une étonnante pérennité de certaines relations de chasse, les liens se poursuivant au-delà des générations ; détaillant la composition de la société de chasse (5 partenaires, chasse de plaine) l’adjudicataire remarque : « Les X., les Y., et nous-mêmes chassons ensemble depuis quatre générations. » Cette véritable transmission, observable tant au niveau du recrutement des partenaires que dans le jeu des relations sociales, qui associent dans l’univers cynégétique chasseurs, gardes et même traqueurs, renforce la structure endogamique du groupe des gens de chasse.

Dans l’immense assistance qui a accompagné à sa dernière demeure notre ami S., les chasseurs représentaient une communauté importante, presque égale à celle des villageois d’Osthouse dont il était... (La chasse en Alsace-Lorraine 1983 : n° 5.)

242La présence des chasseurs à l’enterrement de l’un d’eux ne revêt cependant pas dans les départements de l’Est le caractère solennel de la veillée mortuaire germanique. Nombreux sont les chasseurs régionaux qui le regrettent :

En Allemagne et en Autriche, faut voir, c’est poignant. Dernièrement dans le Zillerthal j’ai assisté à un enterrement avec sonnerie de cors, discours de plus de deux heures avec tout le Lebenslauf (récit de la vie)... Il y avait plus de soixante chasseurs, tous en uniforme (Armand D., garde-chasse. Vosges du Nord. Avril 1984).
En Autriche, ils respectent encore la tradition ... Aux enterrements les chasseurs placent la brisée sur l’autre bord de leur chapeau (Émile F., chasseur. Colmar. Octobre 1984).

  • 68 Le Rameau d’Argent regroupe environ quatre cents « frères » venus d’Allemagne, d’Autriche, du Lich (...)

243La Totenehrung (hommage aux morts) constitue d’ailleurs un des points forts de la réunion annuelle du Rameau d’Argent. Malgré son caractère relativement marginal68, cet « ordre » de chasseurs mérite dans le cadre précis de ce chapitre qu’on s’y attarde quelque peu.

244Pour ses membres le Rameau d’Argent n’est pas qu’un « rotary » de chasseurs. Il revient aux Ordensbrüder (frères de l’ordre) d’œuvrer pour assurer la pérennité de la tradition cynégétique. Bien que de création récente (1953), cette association se veut en effet le garant d’une certaine éthique, éthique renvoyant explicitement à la conception germanique de la chasse : la plupart des participants viennent d’Allemagne et d’Autriche, la langue utilisée est l’allemand.

  • 69 Il nous a été possible d’assister à la réunion de l’automne 1983 (Colmar et Haut-Koenigsbourg : 22 (...)

245Chaque année, à la Saint-Hubert, le Rameau d’Argent tient, dans un pays différent, un grand rassemblement auquel tous les « frères » se doivent de participer69 ; toutes les manifestations qui s’y déroulent s’inscrivent aux dires des participants dans la lignée « authentique » des réunions des anciennes confréries de chasseurs. Confronté à un tel contexte, l’ethnologue doit se mouvoir avec prudence et prendre ses distances face à d’éventuels stéréotypes ethnocentriques. L’observation se révèle pourtant intéressante à plus d’un titre : on retrouve par exemple, affirmées de manière ostensible — mais à usage interne, les invités étant strictement exclus des principales manifestations — certaines caractéristiques déjà apparues en filigrane lors de notre étude de la société des chasseurs régionaux.

246Si de nombreuses femmes ont accompagné leur mari, aucune ne participe aux activités de l’ordre : un programme précis est d’ailleurs prévu, avec excursions touristiques, visite de musée et lèche-vitrines. Les repas sont pris au même endroit, à la même heure mais dans des salles différentes. Ainsi durant tout le rassemblement hommes et femmes se voient-ils rigoureusement séparés.

247Les adhérents masculins s’appellent frères entre eux et le tutoiement s’impose pour tous renforçant ainsi symboliquement cette fraternité qui, selon les dires, unit tous les chasseurs « au-delà des clivages sociaux et nationaux » (chasseur autrichien). Affirmation marquée d’une parentèle mais également goût du secret ; de nouveaux membres sont intronisés et prêtent solennellement serment devant toute l’assemblée ; seuls les « frères » ainsi consacrés peuvent participer aux réunions se déroulant à huis-clos (nur fur Ordensbrüder).

64. La réunion annuelle du Rameau d’Argent
Samedi 22 octobre 1983

8 h 00 - 9 h 30 réunion des groupes nationaux à l’ancienne Douane.
Allemagne : Salle de la Décapole
Autriche : Salle 9
France : Salle Rcesselmann
Liechtenstein : Hall d’accueil
Suisse : Salle 8
9 h 45 - 10 h 45 réunion internationale sans invités
Salle Rcesselmann
11 h 00 - 12 h 15 réunion internationale avec invités
1 — Salutation des invités
2 — Une pensée à nos frères de l’ordre disparus
3 — Allocution de notre OBERST
4 — Engagement des nouveaux frères de l’ordre.
12 h 30 - 13 h 00 vin d’honneur offert par la Ville de Colmar.
13 h 15 repas de midi dans la Salle des Catherinettes.
16 h 45 rendez-vous pour la fête de Saint-Hubert,
départ place Scheurcr-Kestner.
17 h 45 fête de Saint-Hubert
dans les environs du Haut-Kœnigsbourg.
19 h 30 repas du soir en commun
dans la Salle des Catherinettes.

  • 70 Dans son sermon le prêtre rappelle que « ... face aux gens des villes influencés par l’artificiel, (...)
  • 71 Conformément à la tradition (Brauchtum) qui exige que le gibier soit transporté hors de la forêt s (...)

248En fin d’après-midi les frères se rendent à la « fête de la Saint-Hubert » célébrée en pleine forêt — dans un endroit tenu secret. Messe en plein air70, présentation après un simulacre de chasse d’un Keiler sur un chariot tiré par un cheval71, sonnerie de cors, rappel des frères disparus constituant les points forts de cette cérémonie.

65. Après un simulacre de chasse, le « Keiler » est présenté aux « frères »

66. Une messe de la Saint-Hubert est célébrée en pleine forêt

67. L’habit du chasseur

68. Bague et bouton de manchettes avec canines de cerf enchassées (Alsace, 1984)

  • 72 Signalons l’existence, à partir du xviie siècle, d’une culotte en Hirschleder (cuir de cerf) avec (...)

249Est-il nécessaire de souligner que tous les chasseurs sont vêtus waidgerecht c’est-à-dire conformément à la tradition ? Couleur verte ou grise et chapeau bien sûr, mais aussi, dans ce cercle de chasseurs « authentiques », culotte — s’arrêtant aux genoux — en cuir de cerf72 et port, soit en épingle à cravate soit en bague, des Grandeln, dents supérieures du cerf connues des veneurs français sous le terme « fleurs de canine ».

250Force est d’ailleurs de constater qu’en Alsace comme en Moselle, le vêtement reste un signe parlant. Signe susceptible d’une double lecture ; en dehors du terrain de chasse, le chasseur porte volontiers le loden, le chapeau vert avec pinceau (de sanglier, de cerf ou de gibier à plume) ou un petit insigne de chasse. Au milieu d’une foule disparate — les spectateurs d’un match de football par exemple — cette marque vestimentaire, outre sa fonction ostentatoire, sera un incontestable signe de reconnaissance. Sur le terrain de chasse le vêtement s’avère une marque de ralliement d’une intelligibilité différente, l’expression matérielle de l’adhésion à une éthique. En forêt le port de la culotte de cuir démarque encore de manière précise le cercle des nemrods des autres chasseurs. N’omettons pas de relever par ailleurs ces regards ironiques échangés furtivement entre les chasseurs à l’arrivée d’une personnalité — alsacienne — venue à une battue en baskets. Relevant les différences — fondamentales selon lui — entre chasseur de plaine et chasseur de forêt, un chasseur ponctue son réquisitoire de cette remarque : « d’ailleurs regardez-les (les chasseurs de plaine), ils ont tous maintenant des bottes en caoutchouc ».

  • 73 Ce célèbre traité de chasse a été rédigé de la main même de l’empereur vers 1512 ; recueil de cons (...)

251L’association de la couleur verte et du chasseur est attestée depuis longtemps. Déjà dans le geheimes Jagdbuch73, l’empereur Maximilien 1er écrit : halb grau, halb grien ist die pest farb (moitié gris, moitié vert est la meilleure couleur). De fait dans les pays germaniques, cette couleur verte sera même réservée exclusivement aux seuls chasseurs : ainsi une ordonnance forestière de l’empereur Léopold datée de 1701 interdit expressément aux bergers, aux pasteurs et même aux forestiers non chasseurs de porter des habits verts (cod. Austr. I, 506).

252Célébrant « l’art de la chasse » un Jägerlied du xviie siècle précise :

Edle Jägerei Eure Liverei
Gefällt mir vor andern allen ; Grüner Huth und grünes Kleid Mein Gemüth und Herz erfreut
(recueilli en 1820 par Büsching, cité par Boite (1906 : 188).
Noble chasse
Votre habit
me plaît tout particulièrement ;
Chapeau vert et habit vert
me réjouissent le cœur et l’esprit.

  • 74 Notons à cette occasion le curieux cheminement du verbe « pirscher » ; ce terme allemand (Birschen (...)

253Outre ce vêtement réellement distinctif les chasseurs partagent une langue particulière : la Waidmannsprache (littéralement langue du chasseur). Son utilisation courante dans les départements de l’Est répond bien entendu à des spécificités régionales (diffusion du bilinguisme, pratique de dialectes locaux appartenant à l’espace dialectal germanique) mais également à l’absence dans la langue française de termes exprimant des concepts identiques (die Hege par exemple)74. Cette Waidmannsprache, tout aussi riche et complexe que la langue des veneurs français (sur l’élaboration du Wörterbuch der deutschen Jägersprache on se réfèrera à Schwenk 1980 : 443-446) se trouve déjà sous une forme étonnamment comparable dans la littérature cynégétique du xive siècle : le livre de chasse de Hadamar von Laber 1340, Das Jadgbuch des Petrus de Crescentiis 1369 (Schwappach 1886 : 227).

  • 75 Erlegen : das Wild durch eine jagdliche Handlung löten, (tuer par un acte de chassc.) (Raesfeld 19 (...)

254Jouant le même rôle que le vêtement, l’utilisation de la Waidmannsprache sur le terrain révèle la personnalité du chasseur : ainsi si le « tireur » parle de töten (tuer) le gibier, le « vrai » chasseur utilise lui le terme de erlegen qui renvoie au concept de chasse sélective75.

255L’intérêt ethnologique de la Waidmannsprache, objet d’une prochaine publication, dépasse le cadre de cette utilisation discriminante. L’étude de cette langue permet de la relier, quant à certains principes ordonnateurs, à ces « langues de la forêt », ces « langages de chasse » attestés par les ethnologues dans tout l’espace indo-européen.

Les chasseurs tcherkesses (Caucase du Nord) usent entre eux d’une langue secrète dont le secret consiste à ajouter des suffixes non significatifs à la suite de chaque syllabe ouverte (Charachidzé 1981 : 132).

256Langue secrète, la Waidmannsprache l’est assurément ; pour le germanophone averti comme pour l’interlocuteur allemand non chasseur la plupart des termes sont incompréhensibles. Outre l’existence de termes à caractère technique — détaillant par exemple les bois du cerf (Kronen, Perlen, Enden, Rosen, etc.) ou palliant l’absence de terme adéquat (der Spiegel, le miroir, pour cette tache claire située sur la partie supérieure du flanc des cervidés) — on relève un véritable codage, qui double le vocabulaire usuel :

69. La langue secrète du chasseur

Des termes de remplacement pour l’ours, extrêmement nombreux, étaient utilisés lors de la chasse et du dépeçage... Lors du dépeçage, on utilisait des termes de substitution pour les différentes parties du corps de l’ours. Par exemple, au lieu de dyl, la tête se nommait z’agari, les yeux, esa, se disait ositka, l’étoile ... Au lieu de dire garpam, j’ai fait feu, j’ai tiré, on disait têlêkênêm, j’ai ôté la peau (Vasilevic 1980 : 126, à propos de la chasse chez les Evenk de Sibérie).
Les Ghiliak connaissent un verbe particulier pour tuer l’ours, les Bouriates d’Alarski ne peuvent pas dire qu’ils ont tué l’ours, mais qu’ils l’ont arrêté... Les Ostiak n’avoueront jamais qu’ils ont tué un ours : L’animal sacré est décédé, diront-ils seulement. Le Youkaghir n’a pas touché à l’ours, il l’a trouvé. (Lot-Falck 1953 : 110.)

257Nous avons précédemment relevé l’emploi dans la langue du chasseur germanique de erlegen pour töten dans la désignation de l’acte de tuer ; bien d’autres exemples de telles substitutions s’apparentent à ces tabous linguistiques qui, à la lecture des documents ethnographiques, semblent indissociables de l’activité cynégétique. La mort de l’animal fait tout particulièrement l’objet de précautions linguistiques : pour le sang le chasseur régional ne parlera jamais de Blut mais de Schweiss (littér. la sueur) ; le gibier touché par une balle est dit krank (littér. malade).

  • 76 Dont la forme anglo-saxonne deor a donné le deer anglais désignant les cervidés.
  • 77 Ne doit-on pas voir un tabou linguistique du même ordre dans le nom du cerf : issue du latin cervu (...)

258Les réticences du chasseur à nommer certains animaux sont connues : le terme générique s’efface devant les appellations métaphoriques : l’ours devient dans les parlers populaires anatoliens « le chauve », la « poire sauvage » (Gokalp 1980 : 217) ; l’élan se voit nommé « celui aux longues jambes avec des genoux blancs » par les Chors de Sibérie (Lot-Falck 1953 : 108). Pour notre terrain d’enquête rappelons tout d’abord les étymologies du nom germanique de l’ours, Baer. En faisant dériver cette forme soit de Tier, animal76 (Hainard 1971 : 205), soit d’une substantivation de l’adjectif indo-germanique bhëro, brun, ces étymologies témoignent du souci de ne pas nommer expressément cet animal : la forme primitive indo-européenne rksa se retrouvant par contre dans le mot grec arkton, le latin ursum et le français ours (Kluge 1975 : 50)77.

259En Alsace et en Moselle le chasseur ne parlera jamais du Reh (chevreuil) mais du Bock (bouc). Pour la biche (Hindin en allemand) il emploie le terme de Kuh (vache) ou s’il veut désigner le faon, Kahlwild (littér. gibier chauve). Le cerf ne portant pas de bois est un Mönch (moine).

260Après la disparition du loup et de l’ours de nos régions, le sanglier reste, aux dires des informateurs, « le dernier animal sauvage », objet d’une certaine crainte. Dans la Waidmannsprache on ne parle jamais du Wildschwein (sanglier) mais toujours du Sau (cochon) ; seul le vieux solitaire fait l’objet d’une appellation particulière : c’est le Keiler dont tout chasseur rêve d’obtenir le trophée. Car si ce terme désigne aujourd’hui, d’après les dictionnaires, le mâle, il provient de keilen, expression populaire signifiant schlagen, frapper : le Keiler est donc « celui qui frappe ». Dans la littérature du xviie siècle ce nom ne s’appliquait qu’au sanglier mâle parvenu à sa troisième année.

261L’évocation de la société des chasseurs et de son esprit de corps serait incomplète si l’on ne mentionnait pas ces « tribunaux de chasse » siégeant encore régulièrement dans de nombreuses chasses en Alsace et en Moselle. De quelle juridiction s’agit-il ?

Au cours du dernier repas de chasse pris en commun se déroule le tribunal. Un jury débat publiquement des erreurs de chasse commises par les partenaires : des sanctions sont prononcées. Chez, nous il faut payer des bouteilles de Champagne (Joseph K., commerçant. Région de Colmar. Avril 1983).

  • 78 « Toile » sur un gibier pourtant proche ou, plus grave, tirs prohibés : cerf « point rouge » d’apr (...)
  • 79 Toujours précisée par un règlement intérieur : tir après les coups de trompe ou abandon du poste a (...)

262Peuvent relever de la compétence de ces tribunaux toutes les « fautes » du chasseur : erreurs de tir78 ou non-respect de la discipline79 mais aussi manquement à l’éthique avec par exemple un vidage « malpropre » du gros gibier. La peine est toujours fonction de l’expérience du chasseur : ainsi une faute bénigne d’un chasseur expérimenté se verra-t-elle sanctionnée plus sévèrement que l’erreur de tir — pourtant grave — d’un « jeune ».

263L’atmosphère de ces tribunaux varie selon chaque assemblée de chasseurs : si dans la plupart des cas observés la réunion de cette instance prélude à une joyeuse libation, les sanctions étant payables immédiatement sous forme de bouteilles et de tournées générales, certaines sociétés lui confèrent un caractère nettement plus rigoureux : dans telle chasse de la région de Sarrebourg (Moselle) le « coupable » se présente menottes aux poings devant le tribunal et seul le versement de la somme d’argent lui permet de recouvrer sa liberté ; dans cette société des Vosges moyennes le tribunal comprend un substitut, un avocat de la défense plaidant très sérieusement.

264Cette pratique s’inscrit dans la tradition du weidmannsschlagen (littér. action de frapper le chasseur) attestée dans les coutumes cynégétiques germaniques depuis le Moyen-Âge : le chasseur ayant manqué à ses devoirs ou n’ayant pas utilisé la langue des chasseurs se voyait frappé trois fois sur le postérieur avec un couteau de chasse par ses confrères (Hoffmann, Krayer 1927 : J 591).

265De la parentèle élective à l’usage d’une langue vernaculaire, les contours de la société des chasseurs laissent apparaître un esprit de corps particulier autorisant la référence aux anciennes Ordensbrüderschaft (confréries). Authentique alliance d’étroite connivence dans l’exercice et les représentations de la chasse, ce clan de chasseurs s’oppose fortement aux réunions de « chasse mondaine », aux virées de chasseurs occasionnels. Essentiel à toute compréhension de la véritable nature des liens de fraternité nous semble le renvoi au sang sauvage : car c’est bien autour du Jagdfieber et non d’une simple adhésion à une éthique partagée intellectuellement que le groupe se soude, marquant ainsi sous une forme extériorisée la force du flux sauvage. Il est dès lors possible de suivre du corps du chasseur au corps social des chasseurs la trace du Jagdfieber. Faits et dits observés et recueillis sur le terrain permettent de reconstituer l’ossature d’un système de pensée dont la cohérence présente s’ordonne autour du Jagdfieber, lequel apparaît comme le pivot de l’armature conceptuelle dans laquelle s’inscrivent l’organisation cynégétique régionale et les pratiques de chasse.

70. L’assemblée des chasseurs (Célébration de la Saint-Hubert)

Notes

16 Le remembrement a transformé cette bande d’une dizaine de kilomètres de friches, prairies et champs de polyculture en une seule zone rase de monoculture industrielle.

17 Le lecteur pourra par exemple se reporter aux différentes monographies présentées par la revue Études rurales dans son numéro spécial consacré à « La chasse et la cueillette aujourd’hui » N° 87-88, Paris, 1982).

18 Circulation complexe dans laquelle il convient pour nous de relever tout particulièrement — mais faut-il réellement s’en étonner ? — le rôle du sang :
« La saignée (parfois nécessaire) et la castration (qui l’est toujours) forment donc un ensemble... Ainsi le ferum circule, du sexe il passe dans le sang, et la saignée du sanglier déplace une intervention qui redouble le châtrage en captant le flux sauvage au cours de sa dérive. » (Fabre-Vassas 1982 : 382.)

19 Littér. les sonnettes.

20 En août 1984 une équipe de braconniers venus de Seine-et-Marne et opérant près de Wasselonne (Bas-Rhin) a été arrêtée. Cf. Dernières Nouvelles d’Alsace, 12 août 1984.

21 En 1873 le tabac en poudre revenait en France à 13.50 francs le kilo ; de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, le contrebandier l’achetait 4 francs (Journal hebdomadaire de Belfort et du Haut-Rhin, 1er mars 1873).

22 Wechsel : chemin de passage (du gibier). Ce terme ut ìli sé dans la conversation par le braconnier provient de la « Weidmannsprache » (langue de chasse) allemande.

23 Zielwasser : littér. « l’eau pour viser », dénomination familière des chasseurs pour l’eau-de-vie, le schnaps.

24 Interdits dont l’européaniste retrouve certains échos lorsqu’il élargit son champ d’investigation bibliographique aux populations finno-ougriennes :
« Les Ghiliak n’approchent pas leurs femmes au moment de la pose des pièges. Les pièges en perdraient leur efficacité, certainement parce que l’odeur de la femme se communiquerait par l’homme aux pièges et éloignerait le gibier... Dans tout ce qui a trait à la chasse, la femme est soumise à une série de disciplines rigoureuses, sous peine de faire subir à son mari le contre-coup des ruptures d’interdits qu’elle pourrait être amenée à commettre. Les instruments de chasse qu’elle touchera ou enjambera deviendront inutilisables ; le fusil ne portera plus, les poissons fuiront les filets, les animaux à fourrure, les pièges. Elle ne doit pas non plus toucher les vêtements portés à la chasse, sans doute parce que son odeur se communiquerait à eux » (Lot-Falck 1953 : 127, 128).

25 La présence d’expressions dialectales particulières permet de situer la provenance de ce manuscrit : vallée du Rhin, Sud de l’Allemagne.

26 Texte intégral dans Lindner 1959. Tome 11.

27 Chap. 60 : « Wilter das dich keim hirsch oder willdt verfahe » (Pour que le cerf ou le gibier ne te flaire pas).

28 Dénomination locale du vieux sanglier solitaire.

29 Sur les précautions à prendre avant la chasse, retenons ce témoignage recueilli par L. Roubin dans le Var : « il faut partir à jeun, seulement avec une tasse de café, sans fumer pour que les sangliers ne sentent pas le chasseur. » (Roubin 1970 : 140.)

30 Le garde envoyait la queue au garde fédéral et recevait ensuite une prime de la Trésorerie générale (60 francs pour un renard avant la guerre).

31 Utilisation du l’eu et de la fumée que l’on retrouve lors des rites de purification effectués avant le départ pour la chasse chez certaines populations paléoarctiques, en particulier les Samoyèdes :
« Des bûches sont allumées avant les grandes battues. Les chasseurs sautent pardessus le foyer, tournent autour, s’enfument soigneusement. Ils purifient de même leurs accessoires de chasse. Purifier n’est peut-être pas le terme exact ; la notion de pureté et d’impureté n’est pas nécessairement présente : la préoccupation essentielle est de faire disparaître l’odeur dénonciatrice. Les Samoyèdes s’imprègnent de la fumée dégagée par la graisse d’ours brûlée, la considérant comme le meilleur préservatif pour conjurer la malchanche provoquée par la rencontre avec une femme ou la malédiction d’un ennemi. » (Lot-Falck 1953 : 135.)

32 Pour le chasseur, celle distance est fonction de deux impératifs, d’une part la possibilité d’observer et donc de réaliser un tir sélectif, d’autre part, la capacité d’effectuer un tir sûr, c’est-à-dire mortel dès la première balle. Cette distance varie donc selon le chasseur (aux environs de 100 mètres).

33 Enquête effectuée chez Marc B., 45 ans, industriel. Région de Schirmeck. Septembre-octobre 1983.

34 Sauvagerie excessive qui n’est pas sans danger pour l’homme. Nombreux sont en effet les récits circulant parmi les gens de chasse relatant la « fureur homicide » qui semble alors posséder le cerf et menacer directement le chasseur. Relations que viennent étayer régulièrement des accidents mortels, ainsi lors du brame de l’automne 1983 un cerf de la réserve de la Petite-Pierre — et donc familiarisé avec la présence de l’homme — tua un des gardes affectés à l’affouragement des cervidés.

35 Dans son Histoire des animaux, Aristode remarque que lors du rut « la viande du cerf ne vaut rien et sent mauvais comme celle des boucs » (VI, 29, éditions les Belles Lettres, Paris, 1969).

36 Le plan de chasse prévoit une présentation obligatoire des trophées de coiffés à la fin de la période de chasse. Une commission nommée par le préfet juge les trophées en fonction de critères qualitatifs. Le point rouge sanctionne une erreur de tir et retire à l’adjudicataire un bracelet cerf pour la saison de chasse suivante.

37 Ce terme est fréquemment employé par les chasseurs pour le cerf ; on parle de « chasse récolte » ; la catégorie C des bracelets attribués aux chasseurs est dite « cerf de récolte ».

38 « Du sang hongrois » car « il vient de l’Empereur » : allusion aux cerfs d’Europe centrale que le Kaiser Guillaume II fit introduire en 1883 dans son enclos de Haslach (Bas-Rhin). Cet apport d’animaux d’Europe centrale n’a cependant, selon les spécialistes du cerf, entraîné aucune modification sensible et durable des caractères du « type vosgien », bois y compris.

39 Le cahier des charges est élaboré de manière contractuelle par les représentants des différentes parties concernées par les problèmes cynégétiques : préfecture, chasseurs, forestiers, agriculteurs et communes. Pour son application pénale, le cahier des charges se réfère à l’article 374 alinéa 5 du Code rural.

40 Littér. la dernière bouchée. A la mort du cerf, le garde brise trois petites branches de résineux qu’il trempe dans le sang de l’animal : l’une est remise solennellement au chasseur qui la fixe sur son chapeau, la deuxième est posée sur le flanc de l’animal, la troisième, dernier repas de l’animal offert par le chasseur, est placée dans la bouche.

41 En cas de doute sur l’âge du cerf, le chasseur procède à l’examen des dents. Pour dégager la mâchoire, il taille deux petites incisions de part et d’autre de la bouche.

42 Pour la littérature celtique et tout particulièrement les épopées irlandaises on se reportera à Weisweiler 1965.

43 La chute des bois, due au développement d’ostéoclastes qui rongent le bois à sa base, s’échelonne de février (vieux cerfs) à fin avril pour les plus jeunes.

44 Le docteur Bubenick, ancien directeur de la section « comportement des ongulés » à l’Institut cynégétique de Prague est considéré comme « un des spécialistes mondiaux du cerf ». Auteur de nombreuses publications, il est actuellement consultant scientifique en Europe occidentale (Autriche, Allemagne fédérale, France, Belgique etc.)

45 En l’occurrence le tir lors d’une battue de la laie meneuse. Lorsque plusieurs sangliers forcent le passage entre deux tireurs postés, le chasseur prendra toujours soin de ne pas tirer la laie qui conduit la compagnie.

46 La position des fédérations départementales vis-à-vis de ces chasseurs impulsifs est d’ailleurs intéressante à suivre : récemment la fédération de la Moselle a ainsi, après s’être constituée partie civile, assuré une large diffusion à un jugement condamnant sévèrement (amende et retrait du permis) un chasseur ayant tiré « par erreur » un cerf à double empaumure classé « cerf de récolte », donc non tirable, par le plan de chasse. Un cas comparable dans le Haut-Rhin a donné lieu à la publication du jugement dans la revue mensuelle des chasseurs des trois départements. Rappelons que sur le terrain, il peut parfois sembler délicat pour le chasseur — presque toujours placé dans « des circonstances particulières » (mauvaise visibilité, complexité des critères de sélection) — de faire la différence entre un cerf « tirable » et un tir prohibé.

47 Seuls les mustélidés dont la sous-famille des mustélinés nous intéresse ici, possèdent une glande sécrétant un liquide « fétide » (Encyclopédie du monde animal, Paris. Quillet, 1964 : 317).

48 Il paraît à ce propos significatif que, questionnés sur le genre de vie des Tsiganes, les villageois insistent tout particulièrement sur leur prédilection alimentaire pour le hérisson dont la viande est régionalement l’objet d’un interdit très net.

49 Ces chasses sauvages parcourant la région sont l’objet d’une localisation précise et n’apparaissent qu’en certains lieux investis par ailleurs d’une représentation populaire particulière : le wüste Loch (le trou désertique) dans la forêt de Tiefenbach (Haut-Rhin) ; le Bockfelsen (rocher du bouc) près de Saint-Nabor (Bas-Rhin), etc.

50 Il y a une quarantaine d’années, je voulais aller boire à la fontaine. La nuit était là depuis peu. Ma belle-mère m’a dit de ne pas sortir à cause du « ewige Jàger » (chasseur éternel). Mais j’y suis allée. Comme je puisais de l’eau j’ai senti comme une brûlure dans le dos, je me suis retournée et j’ai vu un homme habillé de vert : il avait des boutons argentés, la plume au chapeau et des bandes moletières. J’ai hurlé et il sauta le petit mur et disparut dans la nuit (Récit de madame L., Wangenbourg, recueilli par le groupe d’enquête « croyances populaires ». Institut d’ethnologie de Strasbourg. Décembre 1974).

51 Réversibilité du monde de la chasse dont les mythes grecs témoignent abondamment ; d’Actéon dévoré par ses propres chiens à Orion victime de la vengeance d’Art émis, maints héros-chasseurs connaissent un sort tragique.

52 Cf. Abrégé de la vie et miracles de saint Hubert patron des Ardennes par un religieux de l’abbaye dudit saint Hubert, Luxembourg, G.-B. ferry : 1734, 55 p. ; cf. également Demarteau Joseph : Saint Hubert, sa légende, son histoire. Liège : 1877.

53 « Il en est des bois sacrés comme des gentils ; on n’extermine pas ces derniers : on les convertit, on les change ; de même on ne coupe pas les bois sacrés ; on fait mieux ; on les consacre à Jésus-Christ » (Saint Augustin cité par Belmont 1981 : 434.) Nous avons pu souligner dans un précédent travail un processus analogue à propos de la légende de saint Colomban (Hell 1982 : 176).

54 Mais que l’on retrouve déjà présente à cette époque — et, d’après Hoffmann, Krayer (1927 : H, 427) dès le viiie siècle — dans la légende de saint Eustache : La legenda aurea du milieu du xiiie siècle relate l’apparition d’un cerf portant « au milieu de ses bois la figure de la Sainte-Croix plus resplendissante que les rayons du soleil... » (Voragine 1264 : II, 306.)

55 Il convient d’ailleurs de relever la masculinité de saint Hubert. L’étonnante diffusion de son culte ne doit-elle pas être mise en relation avec la faible pénétration du culte « importé » de Diane dans toute une aire culturelle où la chasse semble relever d’une divinité masculine ? (Cf. l’existence d’un Dianum, divinité masculinisée citée par Beugnot 1835 : 11, 316.)
Toutes deux revêtent la forme d’une tige de fer, l’une de 12 centimètres, l’autre de 5 centimètres, terminée par une tête plate en forme de cor de chasse. Accompagnant ces deux clés, un texte daté de juillet 1757, reçu « d’un pénitent de Saint-Hubert » en précise l’utilisation : emploi exclusivement réservé aux animaux et en particulier au bétail, respect des neuvaines, inscription du requérant à la confrérie, etc. (texte intégral et photographie dans Höfler, M. St. Hubertus-Schlüssel. Zeitschrift des Vereins für Volkskunde. Berlin, 1901 : Tome 11. 208-210).

56 Les membres de lu société de tir « Saint-Hubert » se réunissent dans un local, siège de leur association, situé sous l’église de la paroisse.

57 Pèlerinage dont le renom semblait considérable ; une chronique du xviie siècle nous apprend que, chaque année à la fin de l’automne, des religieux du monastère de Saint-Hubert séjournaient quelques jours à Saarburg près de Trêves où, à l’aide de clés de saint Hubert, ils marquaient les animaux domestiques contre la rage (Hoffmann, Krayer 1927 : H, 429). On signale par ailleurs à la fin du xixe siècle le voyage d’un malade breton jusqu’aux Ardennes belges pour y être « guéri de la rage » (cf. Le pèlerin cité par Abraham 1984 : 171).

58 Il est interdit de chasser à Trêves au xiie siècle de la mi-avril à la mi-juin, de la Saint-Georges à la Saint-Martin à Geimerstein au xiiie siècle, etc. (cf. Schwappach 1886 : 230.) Aujourd’hui encore les grandes battues de décembre marquent en Allemagne comme dans la France de l’Est le sommet de la saison de chasse.

59 59. Un travail entrepris en 1976 sur les croyances populaires clans la vallée de la Bruche nous a permis de relever quelques récits oraux sur le Werwolf (loup-garou) et tout particulièrement sur cette inquiétante famille des Niedeck qui verrait toutes les deux générations naître des hommes-loups (Hell, B. : Le thème du château-fort dans les croyances populaires de la vallée de la Bruche, mémoire de licence, 50 pages, manuscrit, Institut d’ethnologie, Strasbourg).

60 Références à un autre état qui incitent bien évidemment l’européaniste à élargir son champ d’investigation bibliographique. La « possession » du chasseur est en effet attestée dans de très nombreuses aires culturelles ; on se reportera par exemple pour l’Afrique au thème du « guerrier-chasseur-possédé » développé par Zahan (Zahan 1970 : 230 et suivantes). Particulièrement intéressante s’avère également la nature de l’espace sauvage — dans lequel s’inscrit l’acte de chasse — que révèlent, par le biais de l’alimentation carnée, les mythes grecs :
« Peut-être pourrait-on dire, en reprenant une distinction dont se sont parfois servis les anthropologues, qu’en deçà du sacrifice, du côté de la sauvagerie, de l’homophagie, du ménadisme, ce sont les dieux qui mènent le jeu, qui se rapprochent des hommes, descendent jusque vers eux pour prendre possession de leurs fidèles. » (Vernant, J.-P. : Introduction à Detienne, M., Les jardins d’Adonis. Paris, Gallimard, 1972 : XI.II.)

61 Lorsque deux territoires de chasse se touchent, il est d’usage de ne pas construire ou utiliser de miradors le long de la frontière.

62 Au terme du bail, l’Office national des forêts a divise le territoire en plusieurs lots et les a répartis entre plusieurs adjudicataires.

63 Jagdaufseher, Berufsjäger : garde-chasse. Les Berufsjäger (littér. chasseurs professionnels) sont soumis à un examen très complet faisant appel à des connaissances cynégétiques, éthologiques et écologiques précises. L’Allemagne fédérale ne compte que 700 Berufsjager : employés dans leur grande majorité comme gardes privés, certains sont cependant salariés soit par l’Etat — comme en Bavière — soit par des communes.

64 Jeune chevreuil qu’il faut laisser vieillir pour devenir un « beau trophée ».

65 Littér. conservation, protection. Le hegen englobe toutes les mesures prises pour le gibier et qui constituent un véritable devoir pour le chasseur. Tout manuel cynégétique allemand comporte un chapitre au moins sur le hegen : cf. Raesfeld (1971 : 145). Notons que ce terme germanique n’a pas d’équivalent dans la langue française.

66 On offre alors une part de chasse, en échange de quelques travaux de maintenance et de gardiennage, à un chasseur.

67 Tradution littérale du verbe wenden (tourner, retourner). Jeu de mot avec le verbe suivant, tabou linguistique pour désigner la mort de l’animal ou langage codé caractéristique de la langue du chasseur germanique, le sens précis, dans un tel contexte, de ce verbe reste obscur.

68 Le Rameau d’Argent regroupe environ quatre cents « frères » venus d’Allemagne, d’Autriche, du Lichtenstein, de Suisse et de France. Pour la France il s’agit essentiellement des départements de l’Est : sur les quarante membres français on compte trois Mosellans, un Parisien et trente-six Alsaciens.

69 Il nous a été possible d’assister à la réunion de l’automne 1983 (Colmar et Haut-Koenigsbourg : 22 octobre 1983).

70 Dans son sermon le prêtre rappelle que « ... face aux gens des villes influencés par l’artificiel, le chasseur par son contact direct avec la nature voit Dieu plus facilement... »

71 Conformément à la tradition (Brauchtum) qui exige que le gibier soit transporté hors de la forêt sur un chariot, le Wildkarren.

72 Signalons l’existence, à partir du xviie siècle, d’une culotte en Hirschleder (cuir de cerf) avec des boutons en corne de cerf, les Havergeisse, que portaient couramment — suite à l’influence des émigrants venus de Souabe et de Bade ? — les paysans de certaines localités en Alsace.

73 Ce célèbre traité de chasse a été rédigé de la main même de l’empereur vers 1512 ; recueil de conseils et de recommandations, il n’était pas destiné à la publication mais à l’apprentissage des deux petits-fils de l’empereur.

74 Notons à cette occasion le curieux cheminement du verbe « pirscher » ; ce terme allemand (Birschen du Mittelhochdeutsch) « francisé » par les chasseurs locaux se révèle être en fait d’origine... française : le vieux français du xiie- siècle connaît un « berser » issu du latin bersare, chasser avec les flèches. Pour l’étymologie cf. Kluge 1975, pour le concept de pirsch cf. Hell 1984.

75 Erlegen : das Wild durch eine jagdliche Handlung löten, (tuer par un acte de chassc.) (Raesfeld 1971 : 385.)

76 Dont la forme anglo-saxonne deor a donné le deer anglais désignant les cervidés.

77 Ne doit-on pas voir un tabou linguistique du même ordre dans le nom du cerf : issue du latin cervum (cf. le grec keras, corne) cette appellation métaphorique, « le cornu », ne s’est-elle pas substituée à la forme indo-européenne elen qu’on retrouve dans le vieux slave jeleni, cerf ?

78 « Toile » sur un gibier pourtant proche ou, plus grave, tirs prohibés : cerf « point rouge » d’après le plan de chasse départemental, poule dans une chasse de plaine, sanglier de plus de 80 kilos dans une battue...

79 Toujours précisée par un règlement intérieur : tir après les coups de trompe ou abandon du poste au cours de la battue, transport du fusil non déchargé...

Table des illustrations

Légende 21. Pirsch au cerf dans les Vosges du Nord
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Légende 22. Le chasseur et son chien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 23. Planchette de traqueur Westhouse, milieu du xviiie siècle (Musée alsacien de Strasbourg)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende 24. Soigneusement recueillis lors du vidage, les « abats rouges » seront partagés entre les traqueurs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende 25. La science du collet : détermination de la hauteur du piège
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende 26. Vérification du nœud coulant
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 27. Famille A : « braconnier » ; ego : Marc, 35 ans, employé
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre 28. Famille B : « traqueur » ; ego : Jean-Louis, 30 ans, cadre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre 29. Famille C : « garde-chasse » ; ego : Charles, 72 ans, électricien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre 30. Famille D : « garde-chasse » ; ego : Roland, 40 ans, garde national (O.N.C.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre 31. Famille E : « chasseur » ; ego : Joseph, 50 ans, commerçant (chasse de plaine)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre 32. Famille F : « chasseur » ; ego : Gérard, 70 ans, industriel (chasse de forêt)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende 33. Une phase du vidage : la libération des abats blancs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Légende 34. Le goût du sauvage : le vidage de l’animal
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Légende 35. Groupe de chasseurs dans les Vosges alsaciennes en 1930
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Légende 36. Sur le même massif en 1984...
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende 37. L’initiation de l’enfant
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Légende 38. Chasseur vidant un sanglier au cours d’une battue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Légende 39. Chasseur vidant un cerf au terme d’une pirsch
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 40. Castration du cerf par le garde-chasse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 41. La corne de brame (Vosges du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre 42. Modes de chasse des cerfs de 1re tête et plus en France
Légende (Document O.N.C. 1982)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende 43. La brisée : un rameau est posé sur le flanc de l’animal
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 45. Le trophée du cerf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 46. Brame du cerf dans une clairière des Vosges du Nord
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Légende 47. Le rôle des hormones dans le développement des bois(Extrait du dossier sur le cerf élaphe présenté par l’Office national de la chasse aux stagiaires de la réserve de la Petite Pierre, O.N.C. 1981 : 9)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre (La chasse en Alsace et en Lorraine. Novembre 1976 : 4)
Légende 49. Utilisation des bois du cerf comme plafonnier (Maison d’un garde-chasse, Vosges du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende 50. Exposition des trophées de cerf organisée par la Fédération départementale des chasseurs du Bas-Rhin (Strasbourg, 1984)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende 52. L’homme-cerf peinture rupestre de la grotte des Trois-Frères (Ariège)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende 53. Cycle des bois et cycle de chasse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende 54. Salle de séjour de la maison d’un garde-chasse (Vosges du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 55. Vestibule de la maison d’un chasseur (région de Strasbourg)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende 56. Chasseur à l’affût
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Légende 57. Le cerf et le serpentBassin d’Argent de Gundestrup - Danemark, 1er siècle av. J.-C. (Détail du panneau intérieur)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende 58. La célébration de la Saint-Hubert dans le Bas-Rhin : Les cors de chasse participent à l’office religieux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende 59. Clés de Saint-Hubert du Spessart (vallée du Main)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende 60. Dans les Vosges en 1840 : le marchand ambulant de médailles de saint Hubert Henri Valentin, illustrateur du xixe siècle (Conilleau, Ronsin 1982 : 75)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende 61. Le dieu chasseur ou « dieu au cerf » du Donon (Vosges) Stèle du iiie siècle conservée au musée d’archéologie de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende 62. Une fin de pirsch : chasseur et garde autour du cerf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 63. Repas de fin de battue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Légende 65. Après un simulacre de chasse, le « Keiler » est présenté aux « frères »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 66. Une messe de la Saint-Hubert est célébrée en pleine forêt
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende 67. L’habit du chasseur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende 68. Bague et bouton de manchettes avec canines de cerf enchassées (Alsace, 1984)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 69. La langue secrète du chasseur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 70. L’assemblée des chasseurs (Célébration de la Saint-Hubert)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2265/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 701k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540