Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre chien et loup

 | 
Bertrand Hell

Chapitre 1. Morphologie d’un fait social

Texte intégral

1« La chasse en Alsace ? C’est le rêve de tous les chasseurs ! Un vrai paradis ! » (Gaston F., commerçant de l’Ain.) Là-bas il paraît qu’il y a plus de gibier que de chasseurs ! » (Roger D., retraité S.N.C.F., Dordogne.) Plusieurs enquêtes menées auprès des chasseurs « de l’intérieur » ont montré la pérennité — entretenue à souhait par une abondante presse spécialisée — d’une certaine image de la chasse dans l’Est de la France. Et ce n’est pas sans une admiration teintée de jalousie que le chasseur lyonnais, franc-comtois ou périgourdin évoque de mirifiques tableaux de chasse ou de vastes espaces réservés à quelques rares chasseurs. Au-delà des clichés fondant cette vision idyllique se dessinent cependant les contours d’une pratique cynégétique particulière, caractéristique d’une région.

Une participation limitée

  • 2 La loi du 3 mai 1844 subordonne le droit de chasse à la détention d’un permis dont la délivrance d (...)

2La délivrance d’un permis de chasser, institution remontant au milieu du xixe siècle2, puis le système plus récent des validations départementales (1969) permettent aux différentes fédérations de disposer d’une abondante documentation statistique sur l’effectif des chasseurs et ses variations. Une donnée s’impose au lecteur lors de l’étude des chiffres les plus récents : les départements de l’Est sont caractérisés par un faible nombre de chasseurs.

2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département

2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département

2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département (suite)

2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département (suite)

3Particulièrement intéressants se révèlent les chiffres pour l’Alsace ; avec respectivement 6 275 et 4 972 validations, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin présentent — si l’on veut bien excepter le cas particulier du territoire de Belfort — les chiffres les plus faibles en valeur absolue du territoire national. L’écart s’avère particulièrement significatif avec les extrêmes : la fédération des chasseurs de la Gironde annonce 85 612 validations, celle de la Dordogne 41 292. Un exemple illustre à lui seul cette situation particulière de l’Alsace dans la carte cynégétique française : un département de superficie comparable au Bas-Rhin telle la Lozère, mais quelque dix fois moins peuplé, compte plus de chasseurs (8 469 validations contre 6 275).

  • 3 Les chasseurs pouvant prendre plusieurs validations départementales, on ne peut confondre nombre d (...)

4En confrontant le nombre de validations (indicateur du nombre des chasseurs3) et l’effectif de la population dans chaque département on peut dresser une cartographie du taux de chasseurs par département. D’intéressantes cartes apparaissent ainsi, illustrant d’une part l’importance, pour la France, des variations régionales de la diffusion de la chasse et d’autre part la stabilité de cette régionalisation de la pratique depuis trente ans.

3. Taux de chasseurs par département 1954 1975

3. Taux de chasseurs par département 1954 1975

Par J.-L., Chamboredon (Chamboredon 1982 : 255).

4. Taux de population rurale en 1954

4. Taux de population rurale en 1954

Par J.-L., Chamboredon (Chamboredon 1982 : 258).

5Le recoupement de ces documents avec la carte de la population agricole suggère quelques réflexions. On relève pour certaines régions — Nord, Rhône, région parisienne — une coïncidence entre faible taux de chasseurs et forte densité de population, industrialisation importante et développement du tissu urbain. A l’inverse, une relation très nette semble s’établir pour certains départements du Sud-Ouest entre importance de la population agricole et diffusion de la chasse.

6La relation chasse-ruralité peut dès lors fournir une problématique intéressante quant à l’observation sociologique de la diffusion de la pratique cynégétique et quant à l’analyse des transformations de l’usage social de l’espace naturel. On peut ainsi voir dans la diffusion de la pratique :

un bon indicateur du maintien des styles de vie ruraux parmi les membres des classes populaires... elle concerne, sous sa forme populaire, d’une part les agriculteurs et les ruraux, d’autre part les ruraux ayant émigré en ville qui, à travers cette activité, cherchent à maintenir une forme d’appartenance à la communauté villageoise (Bozon, Chamboredon, Fabiani 1980 : 198-200).

7Plusieurs données doivent cependant inciter à la prudence quant à une lecture cartographique trop hâtive. Au niveau national on constate que la forte décroissance, depuis la dernière guerre mondiale, de la population rurale ne s’est pas accompagnée en France — bien au contraire — d’une baisse des effectifs des chasseurs. Au niveau régional il serait intéressant d’affiner les analyses par de soigneuses monographies de terrain, certains départements caractérisés par une forte population rurale (Côtes-du-Nord, Morbihan) ne comptant qu’une faible densité de chasseurs. Le cas de l’Alsace s’avère tout aussi irréductible à une schématisation analytique trop générale : reposant certes sur une population agricole peu importante (7,5 % de la population totale), l’agriculture alsacienne présente néanmoins certaines caractéristiques favorables — théoriquement — à une forte diffusion de la chasse. C’est essentiellement une agriculture de petites et moyennes exploitations : les exploitations inférieures à dix hectares représentent en 1979 encore les 2/3 de l’effectif total. La configuration des parcelles laisse apparaître un très fort morcellement : le Bas-Rhin détient le taux record de parcellisation au niveau national.

8Enfin le faire-valoir direct reste dominant dans le mode d’utilisation du sol : 60 % de la superficie contre 50 % en moyenne nationale (Schwab 1982).

5. Cartes de densité de chasseurs (1980)

5. Cartes de densité de chasseurs (1980)

Départements comptant plus de 7 % de chasseurs.

Départements comptant moins de 1 % de chasseurs.

9En ne retenant, par rapport à la moyenne nationale, que les taux extrêmes de densité de chasseurs — moins de 1 % pour la densité la plus faible, plus de 7 % pour la densité la plus forte — deux espaces cynégétiques nettement circonscrits se dessinent : l’extrême Nord-Est de la France et le Sud-Ouest prolongé par quelques départements du Centre.

10L’importance des variations régionales observées dans la pratique cynégétique en France peut-elle se résumer à une opposition urbain/rural doublée d’une opposition Nord/Sud ? Il nous paraît au terme de ces trois années d’enquêtes sur le terrain en Alsace et en Moselle que les travaux cartographiques et les tableaux analytiques — intéressants à plus d’un titre — ne peuvent en aucun cas fournir la seule grille de lecture de faits sociaux étroitement liés à des caractéristiques culturelles régionales, voire locales. La problématique et les hypothèses ainsi retenues risquent de soumettre les faits observés, pour des terrains qui n’auront été que survolés, à des distorsions inquiétantes.

11L’effectif des chasseurs comparé à la superficie du territoire de chasse permet d’évaluer la pression cynégétique, c’est-à-dire la surface théorique dont dispose chaque chasseur. Ces données, purement statistiques, s’avèrent cependant intéressantes ; reflétant la démocratisation ou le caractère discriminatoire de la pratique, elles témoignent du système mis en place dans l’organisation sociale de la chasse pour chaque pays. Si la France détient le plus vaste territoire de chasse d’Europe — cinquante millions d’hectares dont quatorze de forêts — on constate néanmoins une pression cynégétique très forte : les 1 850 000 chasseurs ne disposant que de 27 hectares en moyenne. Cette pression cynégétique est comparable à celle relevée dans les pays d’Europe méridionale (Italie, 18 ha ; Grèce, 40 ha ; Espagne, 43 ha). Le chiffre observé en Alsace (75 ha) permet au contraire d’intégrer cette région dans une aire culturelle d’Europe centrale caractérisée par un système d’organisation cynégétique particulier reposant sur la dissociation du droit de chasse et du droit de propriété et une pratique sélective : Autriche, 90 ha ; République Fédérale, 90 ha ; Luxembourg, 125 ha ; Pays-Bas, 150 ha ; Tchécoslovaquie, 110 ha ; Hongrie, 310 ha (chiffres pour 1982).

12Les taux respectifs de densité de chasseurs confirment cette orientation et la distinction qu’il convient d’établir en Europe entre Pachtjagd (location de territoire de chasse s’accompagnant d’une clause de gestion de la faune sauvage) et la « chasse au permis » ouverte à tous les détenteurs d’un permis.

6. Densité de chasseurs en Europe occidentale (en pourcentage de la population active)

6. Densité de chasseurs en Europe occidentale (en pourcentage de la population active)

Le profil du chasseur

13Est-il possible de mesurer l’influence de cette diffusion sélective de la pratique cynégétique sur la composition sociologique du groupe des chasseurs régionaux ? Depuis la réforme du permis de chasser de 1975 et l’obligation faite aux porteurs de permis d’adhérer à une fédération départementale, on arrive à cerner la répartition socioprofessionnelle des chasseurs. On peut alors évaluer les écarts existant entre cette répartition régionale et la moyenne nationale.

7. Recrutement social des chasseurs

7. Recrutement social des chasseurs

(Fédérations départementales des chasseurs)

14Ces enquêtes mettent en relief deux caractéristiques essentielles du recrutement social des chasseurs dans les trois départements de l’Est :

  • d’une part la sous-représentation de la population rurale,
  • d’autre part l’importance dans le groupe des chasseurs du groupe des industriels, professions libérales et cadres supérieurs.

15La sous-représentation de la population rurale s’impose comme une donnée fondamentale dans l’observation de la pratique cynégétique régionale. Il s’agit bien entendu de relativiser cette ventilation en tenant compte de l’importance effective de la population agricole au sein de la population active totale. Toute péréquation effectuée, la quasi-exclusion de l’agriculteur de la pratique cynégétique reste cependant incontestable et constitue, pour les trois départements de l’Est, une particularité sur laquelle il conviendra de s’interroger de manière plus précise.

16Particularisme d’autant plus frappant que l’on observe dans les départements voisins appartenant à la même région cynégétique Est — entité purement administrative — une ventilation des chasseurs par catégorie socio-professionnelle comparable à celle de l’échantillon national permettant de les rattacher de ce fait au reste de la France et d’isoler nettement dans la carte de la pratique les départements de l’Est.

8. Recrutement social des chasseurs de la Meuse (8 700 validations ; taux de chasseurs 4,3 %)

8. Recrutement social des chasseurs de la Meuse (8 700 validations ; taux de chasseurs 4,3 %)

(J. Delvert 1983. Fédération départementale des chasseurs de la Meuse)

17On constate, au niveau national, une orientation inverse conduisant à une très nette sur-représentation des ruraux dans la pratique cynégétique. Cette tendance générale se confirme à la lecture de monographies portant sur des sociétés de chasse dans les départements de la France de « l’intérieur ». Au sein de la société de chasse de Puiselet-Foljuif en Seine-et-Marne, J.-L. Fabiani relève « la diffusion générale de la chasse chez les agriculteurs » et la surreprésentation de deux groupes au sein de la société :

Les agriculteurs et les salariés agricoles d’un côté, les ouvriers de l’autre... l’importance de la pratique de la chasse chez les ouvriers s’explique par leur origine rurale fréquente ou par le fait qu’ils ont épousé des filles de paysans (Fabiani 1982 : 317).

18Nettement sous-représenté au niveau national, le groupe des industriels, professions libérales et cadres supérieurs compose la fraction importante des détenteurs de permis de chasser dans l’Est de la France. Cette constatation amène quelques remarques. Le système de location des lots de chasse en Alsace et en Moselle et la pratique des adjudications exigent du locataire et des co-adjudicataires des moyens financiers importants. Si l’exercice de la chasse reste, à la lecture des résultats de ces enquêtes, relativement accessible — par le biais des invitations — à toutes les couches socio-professionnelles, la fraction « dynamique » de la population des chasseurs (caractérisée par la détention et la gestion d’un territoire de chasse) ne peut être constituée que par des individus appartenant à un groupe économiquement florissant.

9. Recrutement social des chasseurs d’une société de chasse de Seine-et-Marne

9. Recrutement social des chasseurs d’une société de chasse de Seine-et-Marne

(J.-L. Fabiani 1982 : 320)

19L’évolution des catégories socio-professionnelles des porteurs de permis dans le Bas-Rhin au cours des cinq dernières années montre que la prépondérance de la « haute bourgeoisie » (industriels, cadres supérieurs) ne correspond pas à une confiscation — quasi intemporelle — « aristocratico-bourgeoise » (Bozon 1980) du droit de chasse mais à une évolution des structures générales de l’économie.

20Les catégories socio-professionnelles constituant traditionnellement la bourgeoisie moyenne ont vu leur importance économique diminuer. Artisans, commerçants, employés ne peuvent faire face à l’accroissement des charges financières liées à la gestion d’un territoire de chasse (le cahier des charges prévoit par exemple une indexation annuelle du bail d’adjudication.) La régression des chasseurs issus de ces catégories sociales est alors spectaculaire : moins 30 % en cinq ans. Les enquêtes de terrain menées auprès d’une trentaine de sociétés de chasse confirment l’évolution perceptible dans ces chiffres : la prépondérance dans le monde des chasseurs régionaux est alors reprise par un groupe en plein développement économique — mais jusque-là absent de la carte du recrutement social — les cadres supérieurs : de 2 % en 1977 ce groupe passe à 12,5 % en 1982.

10. Évolution de 1977 à 1982 des catégories socio-professionnelles des porteurs du permis de chasse dans le Bas-Rhin

10. Évolution de 1977 à 1982 des catégories socio-professionnelles des porteurs du permis de chasse dans le Bas-Rhin

(Fédération départementale des chasseurs du Bas-Rhin)

21Au sein même de cette diffusion restreinte de la pratique se dessine ainsi une modification sensible du recrutement social de la fraction dynamique — titulaire non seulement du permis de chasse mais responsable également par la gestion d’un espace d’une politique cynégétique — de la population des chasseurs régionaux. D’un groupe social relativement ouvert, moyenne et petite bourgeoisie urbaine ou de gros bourg (commerçants, artisans, professions libérales, cadres moyens, employés), on passe à un groupe plus fermé dont les revenus financiers plus importants délimitent les contours (industriels, cadres supérieurs).

22L’évolution observée ne porte que sur 1977-1982. Le renouvellement général des baux lors des adjudications de 1979 (tous les neuf ans) et les modifications du recrutement qu’entraînaient les très fortes hausses de prix permettent cependant d’accorder à cette période un intérêt tout particulier.

23Deux exemples recueillis sur notre terrain d’enquête permettent d’illustrer de manière précise cette évolution.

24— En 1920 la chasse de plaine de Gumbrechtshoffen est louée par Claude K. A cette époque il travaille comme ajusteur dans son bourg natal de Reichshoffen chez De Dietrich, importante famille lorraine d’industriels qui implantèrent dès le xviie siècle de nombreux hauts fourneaux, forges et industries au pied du versant alsacien des Vosges du Nord (Jäegerthal, Zinswiller, Niederbronn, Reischshoffen). En 1936 Claude K. qui gère cette chasse de plaine de 500 hectares avec son frère doit l’abandonner pour des raisons financières ; elle est reprise par des industriels de la région puis en 1973 par un gros industriel de Lyon. En 1945 Claude K. devient garde-chasse sur ce lot. Son fils Marcel, d’abord ajusteur chez De Dietrich, est actuellement garde-chasse d’un lot de chasse de forêt de 1 800 hectares au Muhlthal loué par des industriels et gros commerçants lorrains et de la région lyonnaise.

11. Une chasse de plaine du Bas-Rhin de 1920 à 1984 (500 hectares)

11. Une chasse de plaine du Bas-Rhin de 1920 à 1984 (500 hectares)

25— Au centre de notre terrain d’enquête, la société de chasse du Lichtenberg regroupe autour de plusieurs adjudicataires 1 900 hectares de forêt. En 1920 les 500 hectares de la forêt communale d’Offwiller sont loués par Georges B., menuisier, et trois partenaires, un maçon, un ouvrier « de chez De Dietrich » et un ouvrier-agriculteur. En 1930 cette chasse, devenue trop chère, est cédée à une famille d’industriels de Strasbourg (famille A). Cette famille A était déjà implantée à Rothbach où elle avait repris en 1920 la chasse communale. Cette chasse était régulièrement louée avant la guerre par de gros agriculteurs de villages voisins (1860, Mulhausen) ou de bourgs plus importants (1880, Bouxwiller). Malgré la proximité de leur lieu de résidence (une dizaine de kilomètres) ces agriculteurs appartenaient à un monde totalement étranger ; dans cette zone limite des Vosges du Nord se côtoient en effet deux espaces étonnamment proches et pourtant radicalement opposés. L’espace de la forêt regroupait dans les villages forestiers d’Offwiller, Rothbach, Reipertswiller ou Lichtenberg une population de bûcherons, de tailleurs de pierre, d’ouvriers-paysans ou de petits paysans. A Bischholtz, Mulhausen ou Ingwiller, villages appartenant déjà à l’espace agricole de l’Ackerland, nombreux étaient les agriculteurs aisés. « Les grossi Bür (gros paysans), c’étaient des Messieurs, ils nous regardaient de haut, nous les petites gens de la forêt ! » (Madame H. C. 85 ans, sage-femme d’un village forestier.) Les bagarres entre les « paysans » et les « gars de la montagne » étaient monnaie courante. Les rivalités autour des filles et l’âpreté de certains matches de football témoignent encore aujourd’hui d’une tension que l’uniformisation des genres de vie ne semble avoir que peu atténuée.

12. Versant mosellan des Vosges

13. Village forestier des Vosges du Nord

26Une famille B — profession libérale, banlieue de Strasbourg — locataire d’un territoire de chasse voisin, s’allie à la famille A (une fille A épouse un fils B) et les différents lots sont regroupés.

27En 1938 une nouvelle famille, la famille C (industriels de Strasbourg), est introduite par un gendre A. De 1938 à 1979 la gestion de ce vaste territoire est assurée par ces trois familles.

28En 1979, l’accroissement des baux d’adjudication contraint les trois familles à élargir le recrutement des partenaires. La société se compose dès lors de quinze parts. Neuf parts sont détenues par les familles « fondatrices » : famille A, deux cousins ; famille B, le fils, un gendre et son frère ; famille C, le père et les deux fils. Le recrutement extérieur (sept parts) se répartit entre quatre nouvelles familles, toutes unies aux familles A, B, C par des relations de chasse (invitations depuis une quinzaine d’années) et des relations amicales (même génération et même scolarité des partenaires que les fils C). Les nouveaux partenaires sont gros commerçants, petits industriels ou cadres supérieurs. Tous possédaient une chasse qu’ils ont « perdue » lors des adjudications de 1979. Malgré cet élargissement, la gestion de cette chasse est encore assurée exclusivement par les familles « fondatrices » : capitaine de chasse : A ; organisation des battues, affouragement, gestion des lots : fils C ; relation avec les sociétés de chasse voisines, politique cynégétique : A.

14. Une chasse de forêt des Vosges du Nord de 1860 à 1984 (1 900 hectares)

14. Une chasse de forêt des Vosges du Nord de 1860 à 1984 (1 900 hectares)

29Georges B., adjudicataire en 1920, devient garde-chasse chez la famille A. Ses deux fils, Henri puis Charles, lui succèderont sur le même territoire.

30Absence de la population agricole, prépondérance des catégories à haut revenu, fermeture de plus en plus marquée du recrutement social des chasseurs : il convient de s’interroger sur cette diffusion restreinte et sélective des pratiques de chasse dans les départements de l’Est de la France.

31La frontière qui, dans la carte de densité de chasseurs, sépare les départements de l’Est (taux inférieur à 1 % de la population totale) du reste de la France coïncide exactement avec la limite des départements soumis au droit local. Les trois départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ne relèvent pas en effet, en matière de droit de chasse, de la loi générale en application en France — la loi Verdeille de 1964 — mais de la loi du 7 février 1881. S’interrogeant sur les rapports entre la loi locale et la pratique discriminatoire de la chasse, un chasseur (juriste) remarque :

L’auteur se souvient de la présence sur nos terrains de chasse de nombreux cultivateurs, artisans, petits commerçants et employés dont la bourse était largement suffisante pour s’offrir soit individuellement, soit par petits groupes, un terrain de chasse très valable. Il n’en est malheureusement plus de même aujourd’hui. Mais ce changement n’est pas dû au texte et à l’esprit originaire de la loi (Guillmot 1970 : 324).

32Au risque d’énoncer un truisme, il nous paraît que toute réflexion sur la spécificité régionale des pratiques de chasse passe par une étude du droit local. Rappelons cependant que trop souvent ces particularismes isolant les départements de l’Est sont balayés d’un revers de main, le seul argument avancé étant la présence de ce droit local, ce qui n’explique rien. L’analyse des modalités d’application, de l’esprit et de l’histoire du droit local constitue une étape fondamentale et incontournable de toute approche de la chasse régionale.

Loi locale et droit de chasse

  • 4 Le permis coûtait 25 francs, somme importante. En 1844 seuls 140 000 porteurs de permis exerçaient (...)

33Durant la célèbre nuit du 4 août 1789 tous les privilèges féodaux furent abolis, en particulier ceux concernant la chasse et l’existence des garennes. Dès 1790 la nouvelle assemblée nationale lia le droit de chasse à la propriété foncière individuelle. La loi du 3 mai 1844, base de toute la législation actuelle en vigueur en France, tout en limitant à l’époque le droit de chasse aux seuls porteurs de permis — dont la délivrance dépendait de l’inscription au rôle de l’impôt, ce qui excluait une partie importante de la population agricole4 — consacre le droit de chasse comme attribut du droit de propriété.

  • 5 Sur les transformations récentes du droit de chasse (loi Verdeille et système des associations de (...)

34L’intervention de l’État en 1964 en matière de droit de chasse imposant aux chasseurs la constitution d’entités juridiques afin de favoriser la gestion cynégétique des territoires de chasse (sociétés communales d’une part, associations de type A.C.C.A. ou A.I.C.A. d’autre part) ne remet pas en cause fondamentalement ce qui constitue la base juridique du droit français de chasse : le droit de chasse est un attribut du droit de propriété : « En règle générale, on possède le droit de chasse sur tous les terrains dont on est propriétaire, aussi petits ou aussi grands soient-ils. » (Manuel officiel de l’examen de chasse, agréé par l’O.N.C, Paris, 1983 : 215.)

35Profondément différent se présente le système mis en place en Alsace et en Moselle par la loi du 7 février 1881. Au terme de cette loi, c’est la commune, mandataire des propriétaires fonciers, qui concède, tous les neuf ans par voie d’enchères au plus offrant, l’exercice du droit de chasse sur l’ensemble du ban communal. Seule exception à cette communalisation du droit de chasse l’article 3 relatif aux réservataires : les propriétaires d’un terrain d’une superficie d’au moins 25 hectares (5 hectares pour les lacs et les étangs) peuvent se réserver le droit de chasse ; cependant dans le cas où les propriétaires non réservataires de la commune concernée ont décidé, à une majorité des deux-tiers des voix et des surfaces, de renoncer aux fermages provenant de la location du ban communal — ce qui constitue à une écrasante majorité, comme nous le verrons, le cas de figure le plus répandu — les propriétaires réservataires sont tenus de payer ce droit de chasse au prix moyen à l’hectare des lots de la commune. Ce système juridique est comparable à ceux régissant l’exercice de la chasse dans les pays d’Europe centrale. En Allemagne fédérale par exemple la loi s’imposant à tous les Länder repose sur la notion de Revierjagd (district de chasse), le propriétaire terrien d’une surface inférieure à 75 hectares ne pouvant se réserver le droit de chasse. Les systèmes ainsi mis en place aboutissent, à l’inverse de la loi générale en application en France, à une séparation de fait entre droit de chasse et droit de propriété. Pourquoi une telle séparation ?

36Votée en février 1881, c’est-à-dire lors de l’annexion de l’Alsace et de la Moselle à l’Empire allemand, la loi locale est souvent décrite comme une loi allemande issue directement du Reichstag de Berlin. Cette loi répondait cependant à une proposition émise par le conseil du nouvel État d’Alsace-Lorraine qui, usant de son droit d’initiative, œuvra pour une modification législative du droit de chasse. Bien plus, dès 1864, c’est-à-dire avant l’occupation allemande, le conseil général du Bas-Rhin s’inquiétait des insuffisances de la loi « française » de 1844 et de la raréfaction du gibier qui en découlait directement. L’extension du braconnage, favorisée par l’absence d’une réglementation précise, fut soulignée. Mais on avançait également l’hypothèse d’une inadaptation de la loi de 1844 à la structure foncière régionale. La parcellisation des terres dans les départements de l’Est atteignait en effet un niveau considérable, bien supérieur à celui relevé dans les autres départements, ce qui demeure encore aujourd’hui un trait caractéristique de la propriété foncière.

15. Les exploitations agricoles dans les départements de l’Est

15. Les exploitations agricoles dans les départements de l’Est

* (Schwab 1982 : 76)
** (Monographie agricole de la Moselle. Chambre départementale d'agriculture. Metz 1976 : 53)

37Rappelons également que le régime de propriété des formations boisées distingue de manière très nette les départements de l’Est dans la carte nationale de structure foncière des forêts ; si la forêt française se caractérise par une privatisation très marquée (les deux tiers), on note une structure exactement inverse pour la forêt des départements d’Alsace et de Moselle (un tiers).

38Les 834 000 hectares de surface disponible en Alsace sont occupés par 310 000 hectares de formations boisées, soit 36,8 % du territoire régional (moyenne nationale : 24 %). En Moselle ce pourcentage est de 27 % avec 170 000 hectares de formations boisées pour une superficie de 630 000 hectares.

16. Structure de la propriété forestière dans les départements de l’Est

16. Structure de la propriété forestière dans les départements de l’Est

Chiffres pour 1979 (Kœbele 1983 : 3 060).

39Malgré sa faible importance dans la structure générale de la propriété forestière, la propriété privée s’avère extrêmement morcelée ; en Moselle, 42,5 % des forêts privées ont une superficie inférieure à 25 hectares, en Alsace ce chiffre s’élève à 57 %. Dans cette seule région quelque 19 227 personnes sont propriétaires d’une forêt de moins d’un hectare et pourraient — au terme de la loi générale de 1844 — chasser sur leur propriété...

40La législation locale proposée par les trois départements de l’Est instaurait un régime fondamentalement différent de la loi française de 1844 : à la chasse dite « banale » ouverte à tout propriétaire foncier s’oppose la communalisation de la chasse. En codifiant la notion de « surface minimum », les conseillers régionaux ont introduit dans la législation une conception nouvelle reposant sur l’idée de gestion cynégétique. La loi de 1881 impose aux communes une surface minimum de 200 hectares dans la constitution des lots de chasse. Ne peuvent donc être loués que des lots formant de véritables territoires de chasse, seuls espaces cynégétiques pouvant raisonnablement faire l’objet d’une réelle politique cynégétique de la part du chasseur. Cette clause de « surface minimum » rejoint la notion de Revier des pays de langue germanique (Allemagne, Autriche, Luxembourg) et celle de « district de chasse » des pays d’Europe centrale.

41Toujours fidèle à ce principe de gestion, le législateur s’est également préoccupé d’une condition essentielle à tout aménagement d’un territoire de chasse : la durée de location ; la loi locale de 1881 fixe à neuf ans la durée de location des lots. Ces différentes dispositions forment un ensemble cohérent, substructure juridique d’une nouvelle conception de la chasse, d’une éthique. Le chasseur devient responsable d’un territoire, « son » territoire ; la pratique de la chasse suppose dès lors la mise en place d’une politique cynégétique (quotas de tir pour tel gibier, absence de tir pour les femelles durant une période plus ou moins longue, protection totale d’une classe d’âge, affouragement, etc.) et l’acte de chasser devient — à l’image du erlegen (prélever) de la Waidmannsprache (langue du chasseur) allemande — un acte raisonné ne devant pas menacer la survie de l’espèce chassée.

42Lors du retour des départements de l’Est à la France de 1918 se posa le problème du maintien des dispositions de la loi locale. Les chasseurs régionaux, profondément attachés à cette organisation cynégétique particulière, se regroupèrent dès 1919 en fédérations dont le premier objectif visait à préserver la loi de 1881. Les pouvoirs publics, soucieux de consulter l’ensemble des parties concernées, organisèrent un référendum en 1920 auprès de toutes les communes des trois départements. Les conseils municipaux se prononcèrent à une très importante majorité — 1 340 sur les 1 700 communes intéressées — pour le maintien de la législation locale en matière de chasse. Devant ce véritable consensus, les pouvoirs publics optèrent pour le maintien de la réglementation en vigueur : la loi du 1er juin 1924 notifie dans son article 7, alinéa premier, que les lois locales sur la chasse restent en application.

43La seule modification, souhaitée par les communes, concerne les modalités d’indemnisation des dégâts de sangliers. La loi du 29 juillet 1925 prévoit que les communes n’auront plus à intervenir dans la réparation de ces dégâts ; une nouvelle caisse de péréquation, le syndicat général des chasseurs en forêt d’Alsace et de Lorraine, est créée. Les ressources de ce syndicat proviennent d’une cotisation obligatoire versée par les chasseurs (10 % du prix de location de la chasse). Aux différentes mesures légales relatives à l’indemnisation des agriculteurs suite aux dégâts de sangliers, s’ajoute une série de dispositions conventionnelles (convention de 1979) visant à promouvoir une collaboration et une concertation — s’exerçant, malgré l’importance des litiges possibles (en 1981 le montant des indemnités versées aux exploitants agricoles au titre des dégâts s’est élevé en Alsace à 3 697 645 francs) hors du champ d’activité des tribunaux civils — entre chasseurs et agriculteurs (créations de commissions consultatives départementales, d’un groupe de travail interdépartemental permanent, d’une commission de litige).

L’esprit d’une loi

44Au-delà des systèmes juridiques réglementant l’organisation de la pratique se profilent une conception de la chasse, une éthique, et se dessinent les contours de la sphère des représentations régissant les rapports de l’homme et de l’animal sauvage.

45L’étude de l’évolution du droit de chasse depuis les lois barbares du viie siècle et durant tout le Moyen-Âge permet d’isoler en Europe deux conceptions juridiques de la chasse.

46La législation de l’Italie septentrionale et centrale du Moyen-Âge ne présente que peu d’interventions en matière de chasse. Les sociétés humaines sont en plein développement agricole et l’importance économique du gibier dans la vie quotidienne (habillement, alimentation) est depuis longtemps reléguée au second plan ; la chasse n’est plus perçue que comme une activité secondaire, marginale. Elle ne gravite que dans l’orbite des pratiques agricoles : toute la législation consiste dès lors en une protection de l’agriculteur : « La chasse a en effet une utilité sociale de défense, qu’il faut réglementer au bénéfice de la collecticité. » (Tucci 1980 : 100).

47Cette conception de la chasse s’inscrit dans une éthique terrienne essentiellement paysanne dont les auteurs latins des premiers siècles se font volontiers l’écho. Columelle (ier siècle après J.-C.) décrit le gibier comme l’ennemi des cultures et ne voit dans la chasse qu’une perte de temps (XI, 1, 24) ; Varron dénonce les fatigues stériles de la chasse, les courses inutiles dans le froid et les broussailles et remarque dans son Res Ruticae qu’il est plus simple de pratiquer l’élevage que de poursuivre pendant des heures un seul animal... La chasse romaine, avant de subir les influences extérieures (Macédoine, Gaule celtique) n’est qu’une technique, une spécialité à but utilitaire. Incompatible avec un certain rang social, elle incombe dès lors aux esclaves et aux affranchis (Aymard 1951 : 59). La grande vénerie d’influence hellénistico-orientale introduite par Scipion l’Emilien ne parviendra jamais à s’imposer réellement et à vaincre ce mépris de l’aristrocratie romaine pour une pratique relevant d’une activité technique dévolue à l’intendant, au piégeur ou au berger défendant son troupeau. Il n’est dès lors pas étonnant de ne trouver dans la législation italienne médiévale, préoccupée avant tout de la protection du bien agricole et des animaux domestiques, aucune disposition visant à protéger le gibier :

On peut donc conclure que de véritables préoccupations pour la sauvegarde du patrimoine faunique ne semblent pas inspirer les statuts du Moyen-Âge ... Pendant tout le Moyen-Âge, la législation statutaire sur la chasse prend donc soin surtout de l’agriculture (Tucci 1980 : 101, 102).

48Sensiblement différente s’avère la législation d’origine germanique. Dès le ixe siècle apparaît dans les textes réglementaires (loi salique, loi des Wisigoths) le terme foresta, du germanique Forst (forêt), à côté de l’emploi traditionnel de silva désignant jusqu’alors la forêt. A quel concept l’utilisation de ce nouveau mot renvoie-t-elle ? Introduisant dans l’exercice de la juridiction une notion extérieure à celle de propriété (Pacaut 1980 : 61), la foresta englobe, parmi les différentes productions forestières, la faune perçue comme un patrimoine relevant de l’intérêt général. Un acte de 859 précise par exemple : « pari etiam voto attribuimus eis forestam piscationis atque venationis » (nous leur attribuons la foresta de pêche et de chasse, Diplo, Karl Calvi, Anno 759).

49Le terme de foresta (et le concept de droit de chasse qui s’y rattache) se voit peu à peu remplacé par l’emploi du terme Wiltbannum puis Wildbann dans les actes allemands ; ainsi en 1059 un diplôme de l’empereur Henri II reconduit l’exclusivité du droit de chasse, désignée désormais par le Wiltbannum, concédée depuis 1017 à l’évêque de Strasbourg pour un vaste territoire s’étendant de Scherwiller à la vallée de la Moder (Alsatia diplomatica 1772 ; édition Schoeppflin). Cette conception juridique se prolonge dans la rédaction de nombreux édits visant à la protection du gibier. On trouve certes dans les premières lois barbares du viie et du viiie siècles certaines réglementations relatives aux excès de la chasse (lex ban., XXI,1 ; lex sal., XXXIII, 4), mais le concept de foresta s’accompagne de la mise en place d’une véritable politique d’aménagement cynégétique, politique pouvant revêtir de nombreux aspects.

50A partir du xiiie siècle les interdictions de défricher se multiplient dans les foresta et Wildbann. Interdictions prises certes en raison de la naissance d’une économie forestière mais essentiellement afin d’assurer la protection du gibier et de garantir sa tranquillité : en 1353 un édit s’oppose dans la région de Wiesbaden à tout défrichage, « afin de ne pas menacer le cheptel sauvage » (Schwappach 1886 : 145) ; la Ernestisnische Landsordnung de 1556 interdit pour les mêmes raisons l’extension des nouvelles cultures (Kius 1869 : 12).

51Des périodes d’interdiction temporaire de la chasse se multiplient peu à peu ; de la mi-avril à la mi-juin à Trèves au xiie siècle, de la Saint-Georges à la Saint-Martin à Geimersheim au xiiie siècle. Pourquoi une telle réglementation ? En 1499 le duc Albrech de Bavière conclut avec l’abbé de Benedictbeuren un traité instaurant une période d’interdiction de chasse de dix années en précisant : nachdem wir fürgenommen haben unsern wiltpann zu hayen, c’est-à-dire afin de « protéger » (« conserver ») le gibier (Schwappach 1886 : 230).

52Les moyens de défense des paysans contre le gibier, source de dégâts agricoles, sont limités de manière de plus en plus précise : utilisation de chiens interdite, prohibition totale du piégeage, réglementation stricte du clôturage... Ces mesures restrictives s’accompagnent en corollaire de l’introduction de la notion de dommages. Si l’existence d’un code juridique en tant que tel, imposant au chasseur le règlement d’indemnités ne remonte qu’au xviiie siècle (Jagdordnung de 1786 en Autriche), les archives du xvie siècle laissent de plus en plus souvent apparaître des cas de compensations agricoles ; en 1549 le comte Philippe de Hesse procède à une distribution de céréales afin d’indemniser les agriculteurs victimes de dégâts de sangliers dans le Rheinhardswald ; en 1553 le prince Moritz de Saxe prévoit dans son testament la distribution de 2 000 thalers aux serfs de son territoire de chasse ; en 1555 son successeur énonce le principe d’une allocation annuelle versée par le chasseur pour les dégâts agricoles (Schwappach 1886 : 623). Ces mesures de protection du gibier, cette éthique de la chasse ne concernent pas tous les animaux sauvages. Une distinction très nette s’établit entre gibier (gibier noble, Hochwild ; petit gibier, Niederwild) et nuisibles. Les nuisibles ne faisaient pas partie de la foresta : ils n’étaient pas chassés mais exterminés, détruits, ce qui légitimait, dans leur chasse, l’utilisation de poison, de pièges (chausse-trappes, pièges à machoires, etc.), techniques par ailleurs prohibées pour le gibier. La destruction des « nuisibles » était dès lors ouverte à tous : en 1256 l’évêque de Passau autorise ses serviteurs à poursuivre « librement » les nuisibles, bien plus il accorde la chasse d’un cerf pour toute destruction d’un loup (Stadtordnung Ilzstadt, 1256 : Grimm, VI, 114, 13).

53En Alsace, l’abbé de Münster et les seigneurs de Rappolstein autorisaient les habitants de la vallée de Münster et les citoyens de Kaysersberg à poursuivre les carnassiers ; un acte de 1564 confirme cet usage et précise que, pour les ours, les chasseurs doivent remettre les pattes au détenteur du Wildbann (Pfleger 1937 : 38). En 1621 le duc Léopold accorde aux habitants de l’ancienne seigneurie de Thann le droit de traquer loups et ours en raison de l’importance des dégâts causés aux cultures et aux vignobles mais se réserve expressément le droit de chasse du sanglier, animal pourtant dénoncé avec vigueur par les paysans comme « malfaisant » (ibid. 39).

54Cette frontière séparant la chasse, activité codifiée et fermée, de la poursuite des nuisibles, simple destruction ouverte à tous, tisse la trame dans laquelle s’inscrit la législation actuelle.

55La communalisation et l’organisation générale de la chasse mises en place par la loi locale ne s’appliquent qu’à la chasse du gibier. La loi du 7 mai 1883 sur la police de la chasse en vigueur dans les départements de l’Est stipule dans l’article 2 : « Ne sera pas considéré comme acte de chasse le fait par les propriétaires, possesseurs ou fermiers de détruire sur leurs terres les animaux nuisibles. » (La chasse 1961 : 5.)

56Les législations actuelles en matière de chasse en Europe dérivent en ligne directe de conceptions cynégétiques codifiées dès les lois barbares. Après une période de restriction (Eckardt 1976), voire de confiscation totale au profit de la haute noblesse et des seigneurs, les révolutions des xviiie et xixe siècles ont établi une période de liberté totale. Période brève car le vide juridique ne tarda pas à être comblé par une réglementation renvoyant à des systèmes de représentation plus anciens. Dans les pays germaniques et d’Europe centrale, le droit de chasse, relevant de l’intérêt général, revient aux communes, héritières et garantes de la foresta. A ce titre les communes cèdent ce droit à bail et gèrent collectivement les produits de ce fermage. Dans les pays soumis au droit romain, la chasse « banale », simple droit de défense, exception faite bien entendu des chasses traditionnelles, incombe naturellement à son seul détenteur légitime, le propriétaire foncier.

57Au-delà des codes juridiques se profilent ainsi deux espaces cynégétiques distincts dans lesquels la relation homme/animal s’établit de manière sensiblement différente. L’adhésion puis l’attachement des chasseurs mais aussi des agriculteurs à la loi locale de 1881 permet d’intégrer les trois départements — le cas de la Moselle s’avérant particulièrement significatif en raison de l’existence d’une frontière linguistique — dans une sphère culturelle définie par une éthique de chasse et un comportement vis-à-vis de la faune sauvage.

58Au terme de ces réflexions sur la loi locale, il paraît intéressant de relever cette remarque dans les propos d’un chasseur... président de fédération de surcroît :

Regardez les effets de la loi Verdeille sur l’état du gibier en France... sans parler du tir, qualifié de chasse, sur du gibier d’élevage complètement atrophié. Je pense sincèrement que si j’habitais ailleurs qu’ici je serais un opposant farouche de la chasse... (H. W. Septembre 1984.)

La chasse, un privilège ?

59La communalisation de la chasse repose dans les faits sur une pratique discriminante. Le concept de gestion, d’aménagement d’un territoire présuppose une pression cynégétique faible. Le système juridique prévoit ainsi une limitation du nombre des chasseurs. Le cahier des charges communales et le cahier des clauses générales des chasses de l’Office national des forêts réglementent de façon très précise l’exercice de la chasse. Toutes ces prescriptions s’imposent aux chasseurs et relèvent, pour toute infraction, des sanctions pénales prévues conformément aux dispositions de l’article 374(5) du Code rural. Le nombre des adjudicataires est limité par l’article 18 :

L’adjudicataire d’un lot de chasse d’une étendue de moins de 400 hectares pourra s’adjoindre deux coadjudicataires. Au-delà de 400 hectares, il pourra s’adjoindre un coadjudicataire supplémentaire par tranche de 100 hectares (La chasse 1978 : 8).

60La sous-location (article 19), l’utilisation de la chasse à des fins spéculatives autres que la vente du gibier (article 21) sont interdites ; le nombre d’associés strictement contingenté (article 20). Ces mesures concernent les utilisateurs principaux des lots de chasse (adjudicataires, associés). Le cahier des charges prévoit également une limitation plus générale de l’exercice de la chasse par le biais d’une réglementation très précise du nombre des chasseurs admis sur un lot.

Dans le but de conserver la valeur cynégétique des lots de chasse, le nombre des chasseurs par territoire de chasse et par sortie est limité de la manière suivante... (Cahier des charges du Bas-Rhin, 1979 ; article 22, titre V.)

61Suit le nombre des chasseurs pouvant exercer pour une « chasse devant soi », le nombre de fusils autorisés pour les battues et le nombre de battues pouvant être effectuées par an sur un même terrain.

62La limitation du nombre des chasseurs, la sélectivité de la pratique ne doit répondre dans l’esprit de la loi locale et de son infrastructure conceptuelle, l’éthique, qu’au principe de conservation d’un patrimoine faunique. L’évolution depuis le milieu du xxe siècle de la carte régionale du recrutement des chasseurs incite cependant à s’interroger sur le caractère socialement discriminatoire d’une telle conception de la chasse. Remarquons dans un premier temps que la relation chasse sélective/pratique élitiste réservée à une catégorie sociale n’est pas inéluctable : l’Autriche, pays de très forte sélectivité — 100 000 chasseurs pour une population totale de 7 500 000 habitants — présente la structure suivante : 34 % ouvriers et techniciens ; 32 % agriculteurs ; 25 % cadres supérieurs, industriels et professions libérales ; 9 % gardes et forestiers (source : Ladstatter, fédération des chasseurs autrichiens, 1981).

63Force est de reconnaître que dans les départements de l’Est les modalités d’accès à la pratique cynégétique se sont considérablement fermées. La raréfaction du gibier sauvage dans les départements français soumis à la loi Verdeille a entraîné une pression très forte sur la région, depuis 1945, des chasseurs non domicilés. Le poids de ces nouveaux enchérisseurs mais aussi le caractère passionnel attaché à l’exercice de la chasse a considérablement modifié les rapports de l’offre et de la demande, base de l’adjudication publique des lots de chasse. Les prix se sont envolés, atteignant des niveaux extraordinaires : une chasse de 480 hectares en forêt vosgienne (région de Saverne) acquise aux dernières adjudications pour un loyer annuel de 12 000 francs a été adjugée en 1979 pour 50 000 francs, soumis à la clause de révision des prix, somme à laquelle il convient d’ajouter la taxe de luxe de 19,4 %, les dégâts de sangliers et les charges diverses, engrillagement, entretien, gardiennage, affouragement, etc. Telle chasse de plaine (850 hectares, région de Brumath) « rentable » il y a encore quarante ans — la vente du gibier équilibrait les dépenses de fonctionnement et les charges locatives — nécessite à l’heure actuelle un budget total annuel de 180 000 francs. En Moselle le prix moyen de l’hectare en forêt domaniale est passé de 31 francs en 1970 à 74 francs en 1979, soit une hausse moyenne de 138 %. Dans notre terrain d’enquête (région de Bitche) cette hausse est de 248 %. Dans le Bas-Rhin le prix moyen de l’hectare (chasses communales et domaniales confondues) s’élève à 72 francs (34 francs en 1970), dans le Haut-Rhin 74 francs contre 33 francs en 1970 (Fédérations départementales des chasseurs).

64Il n’est alors d’assemblées générales de chasseurs où l’on n’évoque « les insuffisances de la loi locale ». Plafonnement du prix moyen à l’hectare, droit de préemption pour le preneur, protection des chasseurs locaux, tels sont les principaux souhaits formulés par les chasseurs. Il faut remarquer, dans un premier temps, que les chasseurs sont parfaitement conscients que l’évolution qui a entraîné l’éviction progressive, de la pratique active cynégétique, des chasseurs des catégories moyennes, ne peut que se poursuivre ; la fraction actuellement dominante et privilégiée ne pourra, elle non plus, rivaliser avec le poids des devises étrangères du chasseur allemand ou suisse. En 1969, 101 lots de chasse étaient entièrement gérés par des étrangers dans le Haut-Rhin, 16 dans le Bas-Rhin et 3 en Moselle ; ces chiffres témoignent de l’intérêt que peuvent porter les chasseurs étrangers, principalement suisses, à des terrains giboyeux et proches. Cette pénétration étrangère reste proportionnellement à l’ensemble des locations relativement faible : 1,9 % pour le Bas-Rhin, 14,9 % pour le Haut-Rhin, 0,2 % en Moselle. A peine agité, l’épouvantail de « l’invasion étrangère » mobilise néanmoins de façon quasi épidermique les chasseurs régionaux : l’on parle alors de « raz de marée », « les chasseurs alsaciens et mosellans ont été littéralement balayés de leurs territoires » (La chasse en Alsace-Lorraine janvier 1978), « de ruée généralisée vers les chasses alsaciennes... intolérable ». (Union des chasseurs de l’Est, décembre 1977.) Et l’on dénonce avec vigueur une situation qui conduira « le chasseur local, en poussant les choses à l’extrême, à être demain le seul chasseur français à ne plus pouvoir chasser dans sa propre région ». (Encyclopédie de l’Alsace 1982 : article « chasse ».) Commentaire désabusé de Raymond B., chasseur depuis 40 ans, industriel à Strasbourg :

Que voulez-vous, quand, face à l’invasion étrangère, on demande de la compréhension de la part des conseillers municipaux des communes concernées ils nous répondent : et vous, dites, vous en avez eu de la compréhension pour nous à l’époque... c’était bien le plus offrant qui prenait le lot ! Vous voyez, maintenant c’est nous les victimes de ce système...

65Doit-on pour autant ne voir dans les propositions de modification de la loi locale qu’une réaction de défense visant à maintenir une situation de privilège ? Nous laisserons à d’autres observateurs de la pratique cynégétique le soin de répondre à cette question et nous nous contenterons, en tant qu’ethnologue, de relever dans les propos des chasseurs les motivations relevant d’un ordre différent. La sélectivité basée sur l’argent entraîne aux yeux des chasseurs — et cela, quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle — un certain nombre de conséquences menaçant directement l’existence de la chasse en tant que pratique régionale.

66L’évolution récente risque effectivement de faire glisser peu à peu la chasse vers une pratique sociale élitiste de type ostentatoire, pratique en fait profondément étrangère à l’éthique régionale. De nombreuses interviews de chasseurs témoignent de la pénétration croissante et, selon eux, fâcheuse, au sein des sociétés de chasse mais aussi dans les familles de chasseurs, de ce que l’on qualifie en aparté de « chasseurs de salon », de « chasseurs du dimanche », pour qui la chasse ne représente qu’un loisir, manifestation privilégiée d’une puissance sociale.

  • 6 « Sortir » renvoit ici aux activités parallèles à l’action de chasser que tout « vrai » chasseur d (...)

... Oui, les trois sont chasseurs (silence) enfin, il faut dire que Marc, le cadet, ne vient pas souvent. Il ne sort jamais6. Je crois qu’en fait il n’aime pas la chasse. Vous savez il est..., il gagne beaucoup d’argent et il aime bien dire qu’il va à la chasse... (interview de H. W., chasseur, père de trois fils chasseurs. Profession libérale, bourg du nord de Strasbourg. Janvier 1984.)

67L’appropriation par une catégorie socio-professionnelle essentiellement urbaine de la pratique active risque de couper le monde des chasseurs de son assise locale. Les relations avec les autres utilisateurs du milieu, agriculteurs, forestiers, villageois, se modifient sensiblement : de nouveaux problèmes surgissent et le fossé se creuse inéluctablement, isolant le chasseur au sein de la population.

La plupart de mes voisins sur le massif ne sont pas résidents. Les relations avec les agriculteurs sont inexistantes. Pire, ils passent avec leurs grosses voitures. Pas un mot, pas un salut. Alors bien sûr ici, on parle des étrangers, des Messieurs trop fiers qui se croient tout permis. (Pierre H., technicien. Altkirch. Septembre 1984.)

68Un garde national précise :

La mentalité des agriculteurs est en train de changer. Avant le chasseur connaissait tout le monde. Souvent il invitait une ou deux fois par an les agriculteurs au repas. Il donnait une prime au paysan pour chaque nid de perdrix ou de faisan qui était sauvé lors du fauchage. Maintenant ce sont souvent deux mondes qui s’ignorent ; les agriculteurs débroussaillent à outrance, utilisent des produits chimiques, sans concertation avec les chasseurs et causent des dégâts énormes aux chasses. (Roland K. Oberdorf. Octobre 1984.)
Lors du fauchage, les paysans peuvent tuer un nombre considérable d’animaux. A Raedersdorf en trois jours quinze jeunes chevrillards ont été déclarés l’année dernière... Fin mai, juste à la naissance des jeunes, les agriculteurs fauchent l’herbe pour l’ensilage. Il suffit de s’entendre avec eux ; la veille on attache un drap blanc et la mère viendra chercher les jeunes pour les remiser ailleurs. C’est simple, mais il faut connaître les agriculteurs (Oscar H., cadre moyen. Ligsdorf. Octobre 1984.)
Certaines chasses sont louées depuis plusieurs générations par la même famille de chasseurs. Ils se partagent entre leur domicile et leur territoire où ils ont un chalet. Et pour les rapports agriculteurs/chasseurs nous n’avons jamais à intervenir. Par contre la multiplication des chasseurs du dimanche, ceux qui se croient en terrain de safari, nous pose réellement de nouveaux problèmes. (C. P., responsable à la fédération. Metz. Novembre 1984.)
En plaine, les agriculteurs pouvaient faire des dégâts énormes, écraser les œufs par exemple. Mais à la ponte des perdreaux, on allait toujours, le chasseur et moi, voir les paysans. On les connaissait tous, on buvait un coup, discutait de choses et d’autres, parlait du gibier. Il faut dire que les paysans prenaient soin du gibier. Tenez quand ils fauchaient, ils le faisaient par petits carrés pour que les compagnies de perdreaux puissent se remiser.
— Et les dégâts de gibier ?
... Quand on rencontrait un autre garde, on lui demandait : combien tu en as du Wildschaden (dégâts de gibier) ? La réponse était toujours : rien ! Quand on s’entend bien avec les paysans, il y a toujours moyen de s’arranger (Jean S., garde-chasse à la retraite. Krautergersheim. Septembre 1984).

69Conscients de ces dangers, bien des chasseurs penchent pour une modification de la loi locale. Dans les faits la prudence reste de mise. Pourquoi une telle inertie ? Le souci — rarement avoué — de protéger un acquis joue certainement un rôle important. Mais la complexité du contexte législatif régional (la loi de chasse n’est qu’un aspect de la loi locale) et une défiance certaine vis-à-vis d’un jeu parlementaire dont personne ne peut définir avec certitude les règles constituent également des freins importants à toute initiative concrète. L’écho de ces convictions se répercute cependant au niveau des fédérations de chasseurs : reflétant la position des trois fédérations départementales concernées, un responsable du Haut-Rhin écrit :

... Leurs efforts (des fédérations) tendent à aménager la loi locale pour remplacer la sélection en fonction du portefeuille par une sélection en fonction des connaissances tout en assurant aux milieux ruraux des revenus de chasse corrects. Pour atteindre ce but elles demandent : 1) que le droit de participer aux adjudications soit dorénavant subordonné à un examen d’un haut niveau technique... (Haegel 1973.)

70La sélectivité « par les connaissances » ainsi préconisée rejoint le système du permis en application dans les pays de langue germanique. En Autriche et en Allemagne, la partie théorique de l’épreuve combine à des questions d’ordre pratique (législation, balistique, etc.) des questions relevant de l’éthique, de l’éthologie animale ou de l’aménagement du territoire. Les épreuvres pratiques concernent aussi bien le tir que le vidage de l’animal. Cet examen, véritable épitomé de la science cynégétique, ne présente que peu de rapports avec le système mis en place en France — applicable dans les départements de l’Est — par le décret du 7 mai 1976. Vingt-et-une vues sont projetées au candidat qui doit cocher, parmi trois réponses proposées, celle qu’il estime être la bonne.

71Dans le canton de Bâle-campagne, le candidat au permis doit préalablement travailler un certain nombre d’heures en forêt : nettoyer des sapinières, clôturer des champs de maïs, savoir faire un feu en forêt. A cette première sélection fait suite une période probatoire. En Allemagne un chasseur ne peut louer un district avant sa quatrième année de permis ; dans le canton de Solothurn (Suisse alémanique) le chasseur doit pendant deux ans travailler bénévolement pour la société de chasse : travaux d’entretien, affouragement, traques. Ce n’est qu’à l’issue de cette période que se décide l’intégration du nouveau partenaire.

72Taxée d’« élitiste », d’« antidémocratique », l’organisation régionale de la chasse place les chasseurs dans une position de défense. La sélectivité leur apparaît comme une condition impérative pour un exercice cynégétique conforme à l’éthique. D’ailleurs, font-ils remarquer, l’impact néfaste du libre droit de chasse sur la grande faune forestière n’est-il pas admis de façon explicite par l’Office national des forêts, qui gère au nom de l’État l’exercice cynégétique dans les 1 500 000 hectares de forêts domaniales ?

73Face aux allochtones de l’espace cynégétique, les chasseurs tentent cependant d’en masquer la réalité. Position inconfortable s’il en est, particulièrement au vu des transformations récentes du recrutement social des pratiquants. Au delà et en deçà des discours visant à légitimer une pratique discriminatoire, il convient de s’interroger sur la nature de cette sélectivité. Modalité légitime d’un exercice conforme à l’éthique ou pratique élitiste, vestige d’une organisation dépassée ? Il appartient à l’ethnologue, plutôt que de répondre à cette question, de délimiter les champs d’application respectifs de telles perceptions de l’exercice cynégétique. Une telle frontière isole-t-elle, au sein du groupe régional, le seul clan des chasseurs, ce qui poserait le problème de la sélectivité en termes d’exclusion ? Ou existe-t-il un espace plus large, champ d’expression d’un système de représentations assignant à la chasse et au chasseur un statut particulier ?

Chasse et ruralité

74L’importance de la diffusion de la chasse au sein du monde rural est connue ; participation directe dont témoignent les pourcentages de chasseurs/agriculteurs ou réintégration dans le terroir d’origine de récents urbanisés — la chasse s’inscrivant à l’envers de l’exode rural — le jeu cynégétique se situe, dans les départements soumis à la loi Verdeille, au centre de l’espace rural (Fabiani 1982, Chamboredon 1982). Nous avons souligné dans les départements de l’Est la faible participation des ruraux à l’exercice cynégétique. Les agriculteurs sont-ils les premières victimes de cette chaîne opératoire résultant des mutations socio-économiques ?

17. La politique cynégétique de l’État en forêt domaniale
II. Pourquoi louer la chasse ? l’aspect financier
Les forêts domaniales appartiennent à l’État et bien que, juridiquement, il s’agisse du domaine privé de l’État et non du domaine public, chaque Français s’y considère volontiers chez lui.
Pourquoi ne pourrait-il y chasser librement, gratuitement... et ceci d’autant plus que la démocratisation de la chasse française est une conquête de la Révolution de 1789 ? De telles thèses se lisent encore chaque année dans le courrier des lecteurs des revues cynégétiques.
Sujet brûlant et délicat !
Car la grande faune forestière ne supporterait pas longtemps une pression de chasse trop forte. Si pour la survie de la forêt un prélèvement par la chasse est indispensable, pour la survie de la faune, il n’est plus à démontrer que ce prélèvement doit être limité.
En effet une totale et immédiate liberté d’accès conduirait en règle générale à une pression de chasse à l’évidence excessive, pour ne pas dire intolérable, pour la faune sauvage dans certains secteurs.
Alors comment réglementer cet accès ?
Actuellement la location de la chasse après adjudication publique semble être le seul moyen, conforme aux grands principes, de gestion du domaine de l’État, qui permette de désigner les chasseurs admis en forêt domaniale. Cette mise en adjudication à intervalle régulier, permet une redistribution du droit de chasser et évite la privatisation du domaine de l’État au profit exclusif de chasseurs déjà implantés, qu’il s’agisse de particuliers ou de sociétés de chasse.
Par exemple une telle privatisation au profit d’une société de chasse, souvent réclamée, entraîne cependant des contestations de la part des chasseurs citadins et surtout des sociétés de chasses locales voisines qui n’ont pas de forêts domaniales sur leur territoire. Le problème est différent dans le cas d’une surface limitée et visiblement complémentaire du lot déjà constitué (voir location amiable ci-dessous).
Ainsi le recours à l’adjudication participe-t-il à l’obtention d’un équilibre entre les besoins des chasseurs ruraux et citadins également désireux d’accéder aux territoires domaniaux.
Ainsi chaque citoyen ayant satisfait à l’examen du permis de chasser peut un jour penser devenir chasseur en forêt domaniale.
Cependant d’autres solutions que l’adjudication — le tirage au sort par exemple — pourraient être envisagées mais elles nécessiteraient une modification du code forestier.

75J.-M. Ballu. Chef du département de la faune sauvage et de la protection de la nature à l’Office national des forêts. (La chasse en Alsace et en Lorraine. Décembre 1984 : 6.)

76Notre séjour de terrain nous incline cependant à pondérer quelque peu cet enchaînement séduisant par sa logique mais, pour nos terrains, inexact et à affiner l’analyse par des enquêtes en milieu rural. L’observation directe se révèle en effet particulièrement intéressante : les sources orales permettent de remonter jusqu’au début de la deuxième moitié du xixe siècle, période charnière qui voit d’une part l’application d’importantes modifications législatives (loi française de 1844 ; loi locale de 1881) mais aussi l’évolution socio-économique s’accélérer. C’est vers le milieu du xixe siècle qu’on note en Alsace, en moins de quinze ans, le passage d’une population agricole majoritaire à une population minoritaire. En 1851 l’agriculture occupe respectivement 60,9 % et 55,1 % de la population du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. En 1866 ces pourcentages tombent à 47,9 % et 42,4 % marquant ainsi un tournant important de l’histoire sociale de la région.

  • 7 Ces dénominations traduisent la dichotomie sociale entre gros propriétaires (qui labourent avec de (...)

77La sphère cynégétique apparaît comme un espace étranger au monde rural. Certes il existait des agriculteurs/chasseurs mais il semble que l’exercice de la chasse ne concernait qu’une faible partie de la population agricole. Il y avait d’abord la fraction infime des « passionnés » ; ceux-ci lorsque l’évolution inflationniste des locations leur interdit l’accès à la pratique, rejoignirent les autres gens de chasse, traqueurs ou braconniers. Mais il y avait également les Grossbür — aujourd’hui quasiment disparus de la population des chasseurs ; ces gros cultivateurs, dénommés également Rossbür par opposition à la majorité des Kühbirhle7, vivaient « comme des Messieurs de la ville » et chassaient fréquemment ; mais ils n’ont, dans l’Est de la France, jamais représenté qu’une partie minime de la population agricole.

78Rappelons, en guise d’introduction, quelques données générales mais néanmoins intéressantes :

79En Alsace, très peu de réservataires potentiels — les propriétaires de plus de 25 hectares — exercent directement le droit de chasse que leur confère la loi locale. Dans le Bas-Rhin seuls 241 propriétaires, 203 dans le Haut-Rhin, soit moins de 20 %, sont réservataires. En Moselle le nombre est sensiblement plus important : 1 173 réservataires, ce qui élève le pourcentage à 38 %.

80Lors de la consultation de 1920, une très grande majorité des conseillers municipaux des communes d’Alsace et de la Moselle se prononcèrent pour le maintien de la loi locale en matière de chasse. Les conseillers municipaux, en majorité d’origine rurale, optèrent ainsi pour un système garantissant certes aux communes des revenus conséquents par le fermage du ban communal mais également pour un mode d’organisation excluant de fait la population locale de la pratique cynégétique.

81Quelques propos de chasseurs résument à eux seuls une observation relevée sur tous les terrains d’enquête et s’imposent en véritable paradigme de la relation agriculteur/chasse.

82Principale pierre d’achoppement dans les rapports chasseurs/ agriculteurs, le problème des dégâts agricoles se pose régulièrement. Dans le massif du Glaserberg, toute surdensité du cheptel sanglier entraîne une réaction immédiate dans la part des agriculteurs. Pratiquant principalement l’élevage bovin, l’agriculteur utilise, dans cette région du Sundgau, le maïs récolté comme fourrage d’hiver. Le système d’indemnisation des dégâts, satisfaisant lorsque l’agriculteur revend sa production, s’avère localement inopérant. Conscient de l’urgence de la situation et désireux de ne pas envenimer les relations avec les agriculteurs, un chasseur local se décide à prendre des mesures :

Les agriculteurs étaient vraiment mécontents. Ils ont menacé à plusieurs reprises d’empoisonner les cochons. En accord avec le lieutenant de louveterie, je me suis résolu à organiser une battue de destruction. J’ai pris contact avec les agriculteurs et j’ai proposé une battue collective. Tous ont refusé. Ils m’ont dit : c’est vous le chasseur ; c’est à vous de vous occuper de votre gibier (Oscar H., Ligsdorf. Octobre 1984).

83Du Sundgau remontons le Rhin jusqu’au pays de Hanau. Un chasseur de plaine rapporte :

L’influence des agriculteurs peut être considérable sur le niveau du gibier... le débroussaillage des fossés, le nivellement des talus en mai à la ponte des faisans sans parler de l’utilisation des insecticides... Une bonne relation avec les paysans est vitale pour l’état de la chasse. Depuis plusieurs années je propose aux agriculteurs de mon lot de prendre un permis et de venir chasser de temps en temps avec moi. Je pense que cela serait un bon moyen de les sensibiliser aux problèmes de la chasse. Ils refusent chaque fois. La chasse, le gibier, cela ne les intéresse absolument pas (Ingwiller. Juin 1984).

84Sur le terrain, l’indifférence des agriculteurs vis-à-vis de l’univers cynégétique surprend. De l’extérieur, « le monde de la nature » paraît homogène et continu. Mais l’animal sauvage relève de la haie, du fossé, de la bordure ; à la saison hivernale de chasse succède le temps des travaux agricoles. Deux espaces se superposent sur un même territoire, deux cycles distincts régissent le calendrier des interventions de l’homme hors de la cité. Le chasseur est perçu comme le régulateur d’une faune étrangère à la sphère du cultivé. Le braconnage « au bâton » dans les champs au hasard des rencontres, dernière incursion prédatrice dans l’autre espace, n’a pas survécu aux transformations technologiques. Quant aux poseurs de collets, aux « bracos à la 22 », ils appartiennent déjà par leur connaissance du gibier, des coulées, par leur intérêt pour un acte de chasse, à l’autre monde. Ces agriculteurs-braconniers constituent, au sein de la population agricole, un groupe peu nombreux et isolé. Doit-on alors s’étonner que les rares procès-verbaux établis pour chasse au collet ces dernières années ne concernent que des « étrangers » : Espagnol et Italien à Ottmarsheim en 1983 ; Yougoslaves à Wahlbach en 1980 ; Portugais à Reichstett lors de la construction de la raffinerie ?

Entre le vieux Rhin et le grand canal, sur un passage forcé, ils avaient mis plus de vingt collets. Un véritable barrage ! On les a attendus. C’étaient deux ouvriers de chez Peugeot. Un Italien et un Espagnol ; la quarantaine, une bonne situation, habitant Mulhouse ; des gens pas du tout dans le besoin. Lors de la perquisition on a trouvé chez eux deux chevreuils, un sanglier, un lièvre et dix lapins ! Mais on ne vend pas, ils nous ont dit, c’est parce que la chasse et le gibier on connaît (Roland K., garde national. Oberdorf. octobre 1984).

85Ces ouvriers « étrangers », tous deux d’origine rurale, témoignent d’un savoir-faire et d’un instinct de la chasse qui semblent singulièrement absents sur nos terrains.

  • 8 Le système d’indemnisation est jugé « satisfaisant » par les parties concernées (agriculteurs-chas (...)

86Revient alors à l’esprit cette remarque relevée au cours d’une discussion particulièrement animée entre chasseurs : « En Alsace les paysans ont troqué le droit d’affût contre l’indemnisation des dégâts ». Ce propos dépasse le cadre d’une simple boutade. le système mis en place par la loi locale rend le chasseur seul responsable des dégâts agricoles : directement car il en supporte entièrement les frais financiers, indirectement car il lui appartient par l’exercice de la chasse de maintenir le gibier à un « niveau raisonnable ». La seule incursion de l’agriculteur dans l’espace cynégétique se résume dès lors aux discussions relatives à l’évaluation des dégâts8.

87Faut-il voir dans la loi locale la genèse de cette véritable dichotomie de l’espace du dehors ? L’attribution respective de champs d’intervention semble cependant antérieure à 1881. En 1860, les habitants du Neuhof (banlieue de Strasbourg) réclamèrent des dommages et intérêts aux chasseurs en raison des ravages causés par les sangliers :

Lorsque ce procès parut devant le juge de paix, les parties lésées reprochèrent aux chasseurs de cultiver le sanglier comme une plante de serre-chaude et de le ménager intentionnellement pour la grande satisfaction de leurs plaisirs cynégétiques (Enguelhard 1864 : 94).

88Prolongement indispensable à l’enquête, s’impose dans ce domaine le recours aux travaux des historiens. Toutefois, s’il est possible de suivre avec précision l’évolution du droit de chasse grâce à une abondante littérature à caractère monographique (Huffel 1924, Bonvalot 1870, Spies 1955, Schmitt 1968), aucune étude ne permet de pénétrer, pour l’Est de la France, les concepts sous-jacents à l’organisation de la pratique cynégétique. Tout au plus peut-on relever quelques observations d’un historien allemand. En 1524 la guerre des paysans embrase un vaste territoire de l’Alsace au Tyrol, de la Suisse à la Thuringe. Les nombreux « articles » et manifestes rédigés à cette époque permettent de suivre les doléances des paysans. Et l’on peut s’étonner, au vu des privilèges exorbitants des seigneurs et de l’importance des corvées de chasse, de la modération des revendications quant à l’organisation de la chasse. On relève ça et là quelques exigences réclamant une abolition complète des privilèges de chasse. Cette revendication du libre droit de chasse, toujours légitimée par la référence à l’ordre divin — en 1520 paraît le Von der Freiheit eines Christmensches de Luther — exprime cependant une position extrémiste. La très grande majorité des manifestes se contentent d’exposer le mécontentement des paysans devant l’importance des dégâts agricoles ; le principal souci paraît alors la prévention de ces dégâts. Le cahier des doléances de Stühlingen de 1525 fournit un exemple frappant de cette surprenante modération des exigences paysannes :

Parce que le gibier a été créé par Dieu pour tous les hommes, il doit pouvoir être chassé librement. Si cela ne peut se faire, on sera également satisfait pour peu qu’il soit possible de tuer le gibier qui pénètre dans les propriétés et cause des dégâts ; on est également prêt à remettre une partie du butin aux seigneurs (Eckardt 1976 : 35).

89Pour l’Alsace, outre « les cahiers des paysans », c’est la question de la chasse ou de la destruction de l’ours qui permet de saisir le sens des revendications populaires et la véritable nature des conflits chasseurs/paysans. A partir du xie siècle les seigneurs étendirent arbitrairement leur privilège cynégétique — de très nombreux Wiltbannum sont précisément limités au seul Hochwild (gibier « noble ») — aux prédateurs « fauves » (ours, lynx et selon les cas sangliers) dont la chasse, assimilée à une poursuite, restait librement autorisée. A partir du xve siècle guerres et épidémies contribuèrent à une inquiétante prolifération de ces prédateurs ; une chronique des dominicains de Guebwiller datée de 1475 fait état de champs et de vignes abandonnés par leurs propriétaires devant la menace constante exercée, jusqu’aux portes de Colmar, par les ours (Pfleger 1937 : 37). Il est alors possible de suivre jusqu’au xviie siècle les protestations désespérées et les revendications exacerbées émises par les citoyens des bourgades du piémont vosgien et les paysans des vallées vosgiennes ; revendications qui connurent des fortunes diverses : si le duc de Lorraine accorde aux habitants de la vallée de Gérardmer le droit de poursuivre et de tuer les ours — en n’oubliant pas de clouer, selon l’ancienne coutume, la tête de — dans la plupart des cas les détenteurs du Wildbann s’y opposèrent tout en s’engageant cependant à assurer la protection des troupeaux et des personnes travaillant dans les champs (Thann 1621 ; Guebwiller 1563 ; cf. Pfleger 1937 : 35 et suivantes).

90Ce désintéressement des agriculteurs vis-à-vis de la chasse se réflète dans la politique cynégétique des communes. Il existe au sein de chaque commune une « commission chasse » chargée des problèmes de location et de maintenance du ban communal. Écoutons H. O. conseiller municipal d’une localité du Sundgau :

Au conseil, on ne parle de la chasse qu’une seule fois par an, c’est pour l’indexation du bail. L’état du gibier, les types de chasse pratiquées sur le territoire de la commune n’intéressent personne. Seul compte le fric (Région d’Altkirch. Septembre 1984).

91Cette situation n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes aux chasseurs locaux. Ils dénoncent cette vision purement mercantile de la chasse :

Les paysans louent les chasses mais n’offrent rien en contrepartie ; pas de protection, de refuge pour le gibier. Au contraire le remembrement s’accélère ; on coupe les haies, débroussaille, comble les fossés (Georges P., chasseur de plaine. Hatten. Octobre 1984).

92Dictée par le seul principe de rentabilité, la gestion communale en matière de chasse est perçue comme contraire à toute véritable politique cynégétique :

Dans la plupart des communes de mon secteur, les conseillers municipaux n’y connaissent absolument rien. Ils sont incapables de dire quelles espèces de gibier se trouvent sur le territoire de la commune. Mais pour accroître les revenus du fermage, ils sont prêts à morceler à l’extrême le ban communal. Prenez X... ils ont fait trois lots de 250 hectares, à Y... quatre lots (P. F., garde national. Région de plaine. Octobre 1984).

93De plus le « bon » chasseur, celui qui respecte l’éthique de la chasse, se pense pénalisé :

Ici la commune ne s’intéresse qu’à celui qui met l’argent sur la table. Moi, pendant des années je me suis imposé des quotas de tir, j’ai géré mon territoire alors, forcément, j’ai du gibier. Mais aux prochaines adjudications cela va attirer du monde, les prix vont sacrément monter et je ne suis pas sûr de pouvoir garder ma chasse (Serge W., chasseur de plaine. Région d’Altkirch. Septembre 1984).

94Il apparaît tout à fait significatif qu’on puisse établir, dans cette dernière région, une distinction entre les communes en matière de politique cynégétique d’apres l’importance des agriculteurs au sein du conseil municipal. Quelques communes ont en effet par le biais du cahier des charges mis en place une véritable gestion cynégétique et favorisent nettement les chasseurs locaux. Mais ces communes sont principalement circonscrites à la banlieue de Mulhouse (Lutterbach, Heimsbrunn...) et leurs conseils municipaux sont fortement influencés par la présence d’écologistes.

95Cette distance par rapport à l’espace cynégétique revêt de multiples aspects que révèle l’enquête de terrain. Au sein de l’alimentation carnée, le venaison occupait une place particulière. Dans le champ des représentations, le Wild (sauvage) ne pouvait prétendre au statut du bœuf. L’analyse minutieuse des modes de cuisson, des ingrédients s’avère indispensable pour pénétrer des systèmes de pensée s’articulant autour du cuit et du rôti. Contentons-nous, dans ce chapitre, de relever l’absence du gibier dans les repas de fête :

Le chevreuil, le sanglier et même la truite qu’on peut trouver aujourd’hui dans les restaurants c’est tout récent. Avant les gens préféraient un bon pot-au-feu. La viande (Fleisch) sauvage, on disait que cela avait mauvais goût, le goût de la nature. Le gibier, c’était pas un plat noble (Madame H.C., 85 ans, sage-femme d’un village forestier. Avril 1984).
Ici, dans la vallée les gens disaient « la biche c’est comme la génisse »... les bouchers utilisaient le cerf pour faire des salamis (S.H., boucher à la retraite. Canton de Schirmeck. Mars 1984).
Il y a vingt ans, dans les villages du coin personne ne mangeait de la viande sauvage. On vendait la venaison au marchand de gibier ou aux restaurateurs. Maintenant ça a changé, pour les communions les gens viennent me voir. (Armand D., garde-chasse. Meisenthal. Mars 1984.)

96Les « râbles de lièvre », « guignes de chevreuil aux pommes », « filets de cerf à l’alsacienne », « terrines de biche » ou le « marcassin des Vosges » que proposent aujourd’hui les restaurateurs durant la saison de chasse ont incontestablement conféré à la venaison un prestige nouveau. Les chasseurs régionaux vendent toujours, à la différence des « chasseurs de l’intérieur », le gibier sans le découper. L’utilisation récente dans les villages du congélateur permet, aux dires des utilisateurs, de résoudre les problèmes de conservation. Donnée économique non négligeable, l’accroissement du pouvoir d’achat dans les campagnes depuis le début du xxe siècle a sensiblement modifié les habitudes alimentaires, particulièrement dans l’alimentation carnée. Malgré tous ces facteurs de diffusion, le venaison reste une viande marginale.

97Dans les sociétés de chasse le garde est chargé de la vente du gibier, l’argent revenant à la caisse collective. Il tient conformément à la loi un cahier consignant de manière précise le poids, le prix du gibier ainsi que l’identité de l’acheteur. On constate que d’une année à l’autre ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent :

Quand le gibier est tiré, je sais d’avance à qui je peux le vendre : Joseph il me prend chaque année un marcassin ; Madame X., une biche de cette taille ça l’intéresse... les nouveaux, il y en a mais c’est rare (Charles B., garde-chasse. Offwiller. Mars 1984).

98Ainsi le manger sauvage partage encore l’espace villageois, et l’on pourrait légitimement s’interroger non seulement sur les sphères délimitées par le type d’alimentation carnée mais également sur les stratégies d’alliance s’articulant autour de la viande braconnée.

99Au sein de la médecine populaire l’ingestion, la fumigation ou l’application du gibier s’avèrent singulièrement absentes. Quelques rares utilisations relèvent de circonstances adventices : la graisse de cerf — « à l’intérieur, du côté des abats » — permet de guérir efficacement les gerçures et crevasses des mains :

... Je l’ai appris en Autriche au cours d’une chasse, depuis je l’utilise couramment, j’ai des copains qui le savent et qui viennent m’en demander. J’en ai toujours un pot plein (Armand D., garde-chasse. Meisenthal. Mars 1984).

100La seule « médecine » fréquemment relevée sur le terrain — aussi bien dans les communes de plaine qu’en forêt — concerne un nuisible, le blaireau (d’Dachs) :

La graisse du blaireau, il faut la préparer pour la rendre propre puis on l’applique sur les blessures. Les blessures restent propres et ne se ferment pas trop vite. J’en ai toujours un pot prêt sur l’étagère de la cuisine (Madame E. S., 70 ans. Litchtenberg. Avril 1984).
La graisse de blaireau, c’est meilleur qu’une pommade... pour les blessures, les furoncles quand ils ne mûrissent pas mais aussi pour les chevaux (Pierre W., agriculteur. Uhrwiller. Septembre 1984).

101Cette démarcation entre monde rural et espace cynégétique mériterait une étude approfondie dépassant largement le cadre de notre propos. Signalons cependant en dernier lieu une étude de l’I.N.S.E.E. sur le fusil de chasse dont certains aspects nous intéressent directement. Entreprise en 1981 sur le plan national dans le cadre des enquêtes de conjoncture auprès des ménages, cette recherche présente les taux d’équipement selon le lieu d’habitat, la catégorie socio-professionnelle et en souligne les variations régionales.

102On constate que les départements de l’Est et tout particulièrement l’Alsace s’inscrivent nettement en marge des grandes tendances observées nationalement.

18. Taux d’équipement en fusil de chasse selon les régions Moyenne nationale : 18 %

18. Taux d’équipement en fusil de chasse selon les régions Moyenne nationale : 18 %

(Verger. I.N.S.E.E. 1981)

103Au sein du tableau des disparités régionales, l’Alsace et à un degré moindre la Lorraine forment le peloton des régions les plus faiblement équipées.

19. Les taux de possession du fusil de chasse en France

19. Les taux de possession du fusil de chasse en France

(Verger. I.N.S.E.E. 1981)

104Si le taux d’équipement en fusil de chasse révèle une tradition de chasse fortement ancrée en milieu rural, particulièrement chez les petits ou moyens exploitants (Verger 1981), ceci est vérifié pour 58 % des agriculteurs, qui possèdent un fusil de chasse ; l’Alsace présente de loin la plus faible densité observée en milieu rural, moins de 10 % des agriculteurs possédant un fusil.

105Un système ordonnateur semble s’esquisser. Le continuum spatiotemporel de la nature relève au vu des faits et dits d’une abstraction. Une partition de l’espace naturel ordonne et rythme les interventions de l’homme. L’existence de ces champs respectifs d’activité éclaire l’absence d’une opposition populaire à la chasse. Absence qui s’avère a priori étonnante dans le contexte régional d’une telle pratique sélective. Vision naïve de l’ethnologue obnubilé par une quête quasi obsessionnelle du « consensus originel » ? L’écho des critiques possibles nous incite à détailler quelque peu l’observation.

106Entre les agriculteurs-villageois et les chasseurs des tensions, parfois violentes, existent :

Les chasseurs, les X. ils exagèrent. Y a trop de cochons. Cela ne peut plus durer. Je leur ai dit, si je vois un marcassin, moi, je le tue à coups de bâton. Le fils X. cela le rend fou de rage. Il me tirerait dessus (F. Z., agriculteur, région d’Ingwiller. octobre 1984).
Les agriculteurs ? C’est tous des râleurs. Sont jamais contents. Ils en veulent toujours plus (J. P., chasseur. Lembach. Mars 1984).

107L’évaluation des dégâts agricoles, l’appréciation des densités de gibier donnent lieu à d’âpres discussions, voire à des débordements plus violents. On parle çà et là d’échanges aigres-doux, d’inimitiés tenaces suite au décès « accidentel » d’un chien de chasseur ou à la chute tout aussi fortuite d’un mirador. Ces antagonismes se cristallisent cependant autour des dégâts agricoles et relèvent d’oppositions ponctuelles ne débouchant pas sur une remise en cause du principe de la chasse. Les « ils exagèrent », « ils n’ont qu’à faire leur boulot » dénoncent l’incompétence du chasseur sans condamner son existence.

108Nous avons précédemment relevé la modification sensible de certains rapports agriculteurs/chasseurs suite à l’émergence d’un nouveau groupe de chasseurs ; sont alors fustigés les « chasseurs du dimanche » au comportement hautain : « ils ne saluent personne » ; « ils se croient en terrain de safari » ; « ceux-là, personne ne les connaît, ils amènent même leurs traqueurs » ; mais ces griefs s’accompagnent invariablement de considérations générales ou de références à quelque chasseur exemplaire : « avec les R., c’était pas pareil. Ils avaient un chalet au Katzenthal. Ils étaient là tous les week-ends, été comme hiver. » (Vosges du Nord.)

109« A X. (village voisin) le chasseur, ça fait trente ans qu’il a le lot. Pensez, il a vu grandir tous les gars du village. Il les connaît tous. » (Sundgau.) Se profile ainsi, au fil des discours, l’image du « vrai chasseur », celui qui vient souvent, dont on connaît la femme et les enfants, qui parle en dialecte avec les vieux des hivers qui ne sont plus comme avant, mais aussi celui qui, même non dialectophone, a su « rester fidèle » à un territoire de chasse depuis de nombreuses années...

110Présent sur la scène villageoise, le chasseur est intégré dans certains réseaux de sociabilité. Choix du garde, des traqueurs, relations avec les forestiers, les agriculteurs : des stratégies d’alliance se développent. Le chasseur pénètre dans le jeu villageois des sympathies et des antipathies. Refusant la place qui lui est assignée, le « chasseur du dimanche » se place à l’extérieur de la sphère villageoise, il reste un étranger. Son intrusion, par l’exercice de la chasse, dans l’espace communal se voit dès lors condamnée.

111Face à la pratique cynégétique plusieurs regards sont possibles. Devant une grande battue de plaine, devant le sursaut du vieux cerf frappé par une balle mortelle s’impose à l’esprit l’acte de mort. Témoin des gestes quotidiens du garde et du chasseur, le villageois exprime une conception sensiblement différente. On évoque les tournées quotidiennes d’agrainage en hiver, l’existence dans la chasse de « fourrés », de « remises » où personne, pas même le chasseur, ne doit pénétrer. On rappelle la location de prés qu’on ne fauche pas pour que le petit gibier puisse trouver un refuge, celle de rangées complètes d’arbres fruitiers dont on laisse volontairement tomber les fruits pour nourrir le gibier.

Sur le Hochfelsen, ils (le garde et le chasseur) ont fait une culture à gibier. Mais là-haut rien ne pousse, c’est du sable. Ils ont amené plusieurs tonnes de bonne terre, de l’engrais. Rien que sur le massif du Bàrenkopf, il y a déjà au moins deux hectares de cultures pour les cochons et les cerfs (Louis S., bûçheron. Baerenthal. Septembre 1984).

112Les différents travaux requièrent souvent la participation active d’une partie de la population : bûcherons pour la construction des mangeoires, agriculteurs pour la vente des semis, la location du matériel agricole... Apparaît alors au fil des discours l’image paradoxale du chasseur « protecteur du gibier ». Diffuse ou clairement énoncée, cette représentation affleure constamment :

C’est une sacrée chasse de plaine qu’il a, le X. Du gibier, il y en a, des coqs, des poules, des lièvres. Il pourrait faire des sacrés tableaux. Mais des battues, il en fait deux par an, pas plus et là faut voir si un chasseur tire une poule, alors là ça pète ! (Serge T., ouvrier agricole, traqueur. Région de Brumath. Avril 1984).
Dans le village, je n’ai jamais entendu dire : d’Jäger isch e Murder (le chasseur est un meurtrier), au contraire on dit que sans lui il n’y aurait depuis longtemps plus de gibier dans la forêt (Madame H. C. 85 ans, sage-femme d’un village forestier. Février 1984).

113Une anecdote de terrain mérite ici d’être relatée. Le décor, un village des Vosges du Nord par une petite matinée brumeuse d’octobre ; les acteurs : un chasseur, des villageois et... l’ethnologue. La jeep du chasseur s’arrête sur l’unique place du village. Le chasseur déclare : « il faut que j’aille voir Émile » et disparaît. Dans la remorque débâchée, deux magnifiques cerfs morts, c’est-à-dire le flanc béant, les abats sanguinolents jetés dans un seau en plastique. De la boucherie et de « l’épicerie-boulangerie-tabac » sortent bientôt quelques ménagères. Premiers regards intéressés. On s’approche. Le cercle s’élargit : le boucher flanqué de deux apprentis s’avance, connaisseur ; des ruelles débouche — prévenue on ne sait comment — ce qui apparaît alors comme la totalité de la population villageoise. Inquiet, l’ethnologue s’attend à devoir répondre de sa participation (toute relative) à un acte — quelques gouttes de sang coulent de la remorque — somme toute criminel.

  • 9 — Quels beaux gaillards !
    — Diable ! Quel beau coup de fusil !
    — Regarde, ces morceaux !

114— Sind das schöni Kerle !
— Verdammt ! das isch e güter Schuss !
— Schau mal, diese Stücke !9 (parlant des bois.)

115S’ensuit alors une discussion animée sur l’âge, le poids, la couleur du pelage, bientôt suivie d’un feu roulant de questions sur les péripéties de la chasse. De reproches même voilés ou simplement de regrets devant la mort de ces deux « magnifiques bêtes » on ne relève nulle trace. Au contraire, la conversation s’orientant sur le brame, on me signale la présence d’autres « coiffés » : « Il y en a un juste derrière chez moi. Je l’entends gueuler tous les soirs. Il doit être vieux, c’est rauque... Il faudrait aller voir. »

116Est-il dès lors étonnant qu’il n’existe dans les départements de l’Est aucun mouvement structuré d’opposition à la chasse ? Les manifestations d’hostilité envers les chasseurs relevant d’une véritable opposition au principe de la chasse sont rares et ne proviennent pas de milieux ruraux.

117Il est même possible de faire nôtre cette observation relevée dans une monographie détaillant la place des équipes de chasseurs de sangliers dans la vie sociale cévenole : « L’opposition à la chasse vient de personnes peu intégrées à la société locale, fonctionnaires de passage, résidents secondaires néo-ruraux. » (Pelosse, Vourc’h 1982 : 302.)

20. Lettre d’un chasseur au président de la fédération départementale des chasseurs
Monsieur C.R. de BADONVILLER nous écrit : Monsieur le Président,
Je viens d’être convoqué ce jour à la gendarmerie de Badonviller pour être entendu au sujet d’une buse qui aurait été tuée le 30 décembre dernier vers 16 heures sur mon territoire de chasse (O. Lot n° 4).
Comme je l’ai déclaré lors de ma déposition, nous avons effectivement chassé le 20 décembre 1982, mais je n’ai eu connaissance d’une buse tirée et tuée lors de cette partie de chasse.
J’ai été adjudicataire de la chasse de G. (Bas-Rhin) pendant 18 ans (du 2 février 1961 jusqu’au 1er février 1979, avant d’être adjudicataire de ce même (du 2 février 1970 au 1er février 1979), avant d’être adjudicataire de ce même lot depuis le 2 février 1979.
Pendant toutes ces années de chasses sur des territoires dépendant de votre fédération, je n’ai jamais eu le moindre problème, tant sur la Police de la Chasse avec les Gardes Fédéraux que dans les règlements et les contacts avec les municipalités.
Il ne fait cependant pas de doute que depuis le dernier Bail (février 1979), nous sommes davantage confrontés sur ce lot de chasse avec un environnement « Anti-chasseur » de plus en plus fort surtout de la part des habitants des nouveaux lotissements et des promeneurs, conservant cependant de bons rapports avec les exploitants agricoles et vinicoles du territoire.
Beaucoup donc de déceptions sur cette chasse avec surtout cette convocation surprenante à la gendarmerie.
Je vous serais reconnaissant, M. le Président, de bien vouloir me conseiller à cette occasion.
Et dans cette attente, je vous prie de croire, M. le Président, à mes salutations distinguées.

118(La chasse en Alsace et en Lorraine, janvier 1983)

119Cette place occupée par le chasseur au sein de la population mais également la conception régionale de la pratique cynégétique constituent une réalité dont les différents mouvements de protection de la nature tiennent compte. Force est de constater par ailleurs que les relations chasseurs/protecteurs se posent dans les départements de l’Est en des termes tout à fait particuliers. Tel responsable de la fédération des chasseurs de la Moselle participe aux émissions d’une radio verte locale ; son collègue de la fédération des chasseurs du Bas-Rhin vient d’être élu au comité directeur de la plus importante association de protection de la nature du département ; les gardes-chasse mosellans verbalisent les ramassages d’escargots en période de fermeture et la fédération des chasseurs se constitue partie civile...

120Malgré des cas ponctuels de convergence (la défense d’un environnement comme le ried alsacien par exemple) les sources de conflits prévalent dans les relations chasseurs/protecteurs. Le principe de régulation, de gestion avancé par les chasseurs comme principale justification de l’acte cynégétique, se voit totalement récusé pour le gibier d’eau (populations migratoires). En opposition complète avec les chasseurs, les protecteurs prônent une protection intégrale des nuisibles (rapaces et mammifères) et dénoncent chez le chasseur cet abus de langage qui assimile faune sauvage à gibier. A partir de 1976, les fédérations départementales reçurent, au terme de l’article 40 de la loi du 10 juillet, l’agrément préfectoral « protecteur de la nature ». De très nombreuses associations de protection de la nature introduisirent immédiatement des requêtes auprès du Conseil d’État en vue d’obtenir l’annulation de ces arrêtés : Charente, Cher, Eure, Finistère, Gers, Hérault, Indre, Seine-et-Marne, Nièvre... On remarquera avec intérêt qu’aucune action de ce type ne fut entreprise par les protecteurs ni en Alsace ni en Moselle.

  • 10 Association fédérative régionale pour la protection de la nature. Le mouvement associatif de prote (...)

121L’image du chasseur esquissée précédemment irait-elle jusqu’à trouver un écho chez les protecteurs ? 11 existe au sein de la principale association de protection de la nature, l’A.F.R.P.N.10, un groupe de travail « chasse ». Pour les membres de ce groupe, « certains particularismes » de la pratique cynégétique régionale définissent une véritable « spécificité » :

Il faut reconnaître que le chasseur alsacien ne naît pas avec un fusil dans les mains, il ne tire pas n’importe quoi... La mentalité du chasseur n’est pas la même que dans le reste de la France (entretien avec un responsable A.F.R.P.N. Strasbourg. Octobre 1984).

122Spécificité qui s’impose comme une donnée essentielle à toute réflexion sur la chasse en Alsace :

... l’image du chasseur est relativement bonne et toute campagne de sensibilisation ou d’action, pour les nuisibles par exemple, est à manier avec la plus grande prudence... Il n’apparaît au sein du groupe, malgré l’existence de certains clivages, aucune opposition systématique, globale, au principe de la chasse.

Pratique élitiste et fonction sociale

123Devant la prépondérance dans l’exercice régional de la chasse d’une catégorie sociale à fort capital économique, il convient de s’interroger sur les fonctions de la pratique : directes par l’existence des chasses d’affaires, par le caractère ostentatoire du code cynégétique ou indirectes par l’importance du gibier, instrument privilégié d’un rite d’échange réservé à un groupe endogame.

124La chasse dite « d’affaires » permet, par le biais des invitations, d’entretenir un réseau de relations professionnelles ; André P., industriel à Strasbourg, loue depuis plusieurs années une chasse en forêt dans les Vosges. Sur le massif du Schwarzenberg se succèdent fournisseurs, clients importants et fonctionnaires influents des ministères de l’Industrie, de l’Environnement ou de la préfecture. Une stratégie relationnelle bien rodée régit la pratique des invitations ; de la biche au cerf coiffé, de l’hébergement en hôtel à la « chambre d’amis », de subtiles distinctions révèlent l’importance accordée à chaque « chasseur »... Au cours de la journée on aborde alors — avec décontraction — certains problèmes délicats :

Pour moi, une partie de chasse c’est bien plus efficace qu’un repas d’affaires. L’excitation du tir, les péripéties de la chasse créent un climat tout à fait particulier. Peu de clients y résistent ! (A. P. Strasbourg. Septembre 1983.)

  • 11 Réalité fort ancienne : la première mention de la chasse « gratification » apparaît dès le xe sièc (...)

125L’acquisition d’une chasse fournit ainsi à l’entreprise le cadre privilégié d’une politique somptuaire et d’une stratégie relationnelle. Cette réalité sociale de la chasse11 s’est vue entériner par le code fiscal jusqu’à il y a une vingtaine d’années, chaque entreprise pouvant faire figurer les dépenses inhérentes à la chasse dans la rubrique des frais généraux. Aujourd’hui encore le poids des charges financières liées à l’exercice cynégétique incline certains chasseurs à recourir à « quelques arrangements » dont les modalités exactes sont pudiquement à taire. L’importance, au sein de la pratique régionale, de cette chasse intéressée ne doit cependant pas être surestimée. L’observation sur le terrain des sociétés de chasse et du mécanisme des invitations permet au contraire de souligner une diffusion clairsemée de la chasse d’affaires et de révéler une forte opposition, de principe et de fait, à son usage.

126De 1920 à 1970, Paul W., industriel à Strasbourg (secteur alimentaire, distribution essentiellement régionale), loue, à titre individuel pendant ces cinquante années, une importante chasse de plaine (1 500 hectares) à Innenheim. Cette chasse ne figura jamais sur les comptes de l’entreprise familiale :

Mon père n’a jamais voulu ; il disait : la chasse c’est pas les affaires ; de plus il n’était pas question pour lui d’être obligé de faire des invitations commerciales (Paul W. fils. Février 1984).

127Dans les faits un certain nombre de clients viennent chasser mais ce sont, au-delà de relations strictement professionnelles, des ententes sur le terrain de chasse qui permettent aux invitations de se renouveler régulièrement et aux relations de perdurer. Quant aux autres invitations :

Le patron invitait de temps en temps des gros clients pour les battues. Moi je devais les surveiller. Si un de ces tireurs ne respectait pas les consignes de tir, on ne le revoyait plus jamais (Jean S., ancien garde-chasse. Mars 1984).

128Georges C. gère une importante entreprise familiale de construction en Moselle. Avec ses deux fils et deux cousins, il loue une chasse de 2 000 hectares de forêt (versant mosellan des Vosges du Nord). Sur ce territoire chasse exclusivement la famille élargie aux proches amis impérativement « bons chasseurs ». Ce critère renvoie à une pratique cynégétique conforme à l’éthique — recherche du gibier blessé, vidage de l’animal par le chasseur lui-même — et se révèle parfois une source de conflits avec l’un des fils, jugé négligent dans le choix de ses relations. Lors des quatre grandes battues annuelles (novembre-décembre-janvier) on relève sur vingt invitations, trois ou quatre à caractère professionnel. Une dizaine de chasseurs sont par ailleurs des ouvriers de l’entreprise, des forestiers ou des villageois de communes voisines :

Ici nous n’invitons pas de viandards. Celui qui tire à tort et à travers ne termine même pas la journée... Les gens que nous invitons viennent tous depuis plusieurs années (Georges C. Octobre 1984).

129Michel H., 30 ans, est le fils d’un industriel-chasseur. Il vient de créer sa propre entreprise (diffusion et sous-traitance de vêtements) qu’il développe par une politique commerciale active. Avec trois partenaires (même génération, cadres supérieurs) il a acquis aux dernières adjudications une chasse de forêt de 1 000 hectares (Vosges du Nord). Sa pratique des invitations ?

J’essaye le plus possible de cacher que j’ai une chasse. Sinon je suis pratiquement obligé d’inviter la plupart des clients surtout ceux de l’intérieur. Et cela, c’est la fin d’une chasse convenablement gérée... Regarde le tableau d’hier, pas une erreur de tir : sept cochons, tous en dessous du poids imposé ; les biches, les faons, que des tirs propres. Ce n’est pas un hasard. (Michel H. Décembre 1983.)

130Le tableau renvoie à la battue de la veille. Sur les vingt chasseurs, quatre invitations sont « professionnelles » ; les autres concernent les forestiers (quatre), les locaux (cinq) et les amis « chasseurs » (sept) tous habitués de cette chasse.

  • 12 Un juriste allemand du xixe siècle, retraçant l’évolution du droit de chasse dans les pays germani (...)

131La chasse d’affaires se voit ainsi doublement condamnée : reposant sur une conception utilitaire, elle s’oppose à l’éthique12; introduisant un « viandard », elle met en danger une gestion précieuse. L’observation de terrain laisse apparaître un autre aspect dont les chasseurs semblent pour la plupart parfaitement conscients : l’invitation professionnelle s’avère une redoutable arme à double tranchant.

132Marc F., hilare, raconte une anecdote. Forestier à la retraite, il donne parfois « un coup de main » et « sort » avec des invités en cas d’affluence. Les péripéties de chasse des « chasseurs du dimanche » fournissent la matière quasi inépuisable à d’innombrables récits :

Celui-là, un gros détaillant du Centre, je l’avais collé, comme convenu, sur le mirador. Je m’installe à côté de lui et bien sûr je dors... Au bout de deux heures, il me réveille : dites il n’y a rien, je ne vois rien ! Tu parles ! Ce mirador, il est au milieu d’un terrain aux trois quarts engrillagé ! Mais catastrophe, en rentrant il veut pisser et, s’écartuat un peu du sentier de pirsch, découvre le grillage... Il a ri plutôt jaune le gars ! (Sehirmeck. Septembre 1983.)

133Les parties de chasse ne se terminent pas toujours aussi bien. La chasse au cerf, particulièrement pendant le brame, s’avère incontestablement la plus prestigieuse, la plus estimée par les invités. C’est au cours de telles chasses qu’il a été permis de relever — bien à l’opposé de l’effet recherché par le chasseur — l’émergence de certaines tensions. Les invités sortent soit avec le garde-chasse, le chasseur lui-même ou, cas de figure le plus fréquemment observé, avec un garde occasionnel (forestier, bûcheron). La chasse au cerf ne procède nullement du hasard ; le savoir du garde (connaissance du terrain, des habitudes du gibier, etc.) joue un rôle capital dans la réussite de l’approche. Et, à raison de deux sorties par jour, l’invité a tôt fait de se rendre compte des disparités existant quant aux probabilités de rencontrer un cerf et de mesurer ses réelles chances de ramener un trophée.

134Tôt le matin, avant le lever du jour, le petit groupe des chasseurs se réunit en forêt (le chasseur, son partenaire, un ou deux invités et les gardes). On « fait le point » : les gardes relatent les derniers mouvements du gibier, évaluent la valeur — « c’est un petit huit cors à tirer » ; « le vieux à double empaumure... » — des cerfs présents sur le massif. Le chasseur doit alors procéder à la répartition des secteurs où chacun, accompagné d’un garde, partira chasser. Phase cruciale de toute chasse ! Car il s’agit bien entendu de présenter cette ordonnance comme la plus favorable possible pour l’invité, ce qui est loin d’être le cas ; on évoque alors à demi-mots avec le garde et le partenaire le « beau vieux cerf » qu’on veut se réserver et on insiste avec emphase sur le secteur où se rend l’invité :

C’est le meilleur coin ; il y a un fourré où l’on n’a pas chassé depuis trois ans. Je suis sûr qu’il y en a au moins deux ou trois là-dedans. Marcel, tu l’emmènes là-bas et tu lui en fais tirer un beau ! (Vosges moyennes. Octobre 1983.)

135Si le néophyte se laisse ainsi facilement tromper, le chasseur quelque peu averti comprendra rapidement, rien que par l’observation des traces, de quoi il retourne.

136Jean B., industriel à Paris, chasseur passionné, est venu pour le week-end. Mais au cours des cinq dernières sorties il n’a pas approché un seul cerf ; le chasseur et son partenaire ont eu, « par pur hasard », la chance de tirer chacun un cerf et au repas du soir le climat s’est quelque peu tendu. Le chasseur téléphone à son garde et prévoit alors de le faire sortir avec l’invité : il lui demande de le faire tirer à tout prix, on est déjà lundi et c’est la dernière sortie avant le retour en avion. Malheureux concours de circonstances, pendant la nuit le beau vieux cerf, dont on avait perdu la trace ces derniers jours, vient de se manifester au Bärenberg. Il faut faire vite, « il est malin, il ne va rester longtemps ». Entre la passion du trophée et la raison des affaires le chasseur n’hésite pas longtemps : il part avec son garde laissant l’invité avec un jeune forestier. Plus tard dans la voiture nous amenant à l’aéroport, Jean B. laisse poindre sa colère : « Vous savez je ne suis pas dupe... il ne faudrait tout de même pas me prendre pour un imbécile. »

137L’idéal pour le chasseur serait de faire tirer les biches par les invités. Cette solution n’est cependant satisfaisante que pour les chasseurs occasionnels, souvent étrangers à la région, pour lesquels la chasse consiste essentiellement en un tir. Quant à l’invité « vrai » chasseur, il éprouvera les mêmes réticences que son hôte pour le « tir des vaches », chasse sans trophée qui reste peu estimée.

138L’invitation la plus classique, la plus courante demeure en forêt la participation à une battue aux sangliers. Mais l’organisation de cette chasse risque également de faire surgir certains problèmes. Écoutons un chasseur :

La répartition des postes à une battue ! C’est un véritable casse-tête, pire qu’un dîner protocolaire à la sous-préfecture ! Un de mes gros clients m’a d’ailleurs lâché à cause d’une erreur. Parce que je ne l’avais pas posté au sortir du fourré, la meilleure place à laquelle il pensait avoir droit, il s’est vexé et, dès la fin de la traque, il est parti sans prévenir personne (Région de Saverne. Décembre 1983).

139La grande battue de plaine fournit incontestablement à la chasse d’affaires le cadre d’exercice le plus favorable à la pratique de l’invitation. Peu importe alors la science du chasseur. Lorsque le gibier « lève », déterminante s’avère l’habilité au tir. Dans cette chasse, on ne valorise pas le trophée mais « le beau coup de fusil ». Ce sont cette fois les invités qui peuvent s’attirer la rancœur, voire la colère du chasseur :

Comme toujours on ne tirait pas les poules. Un invité, un monsieur important de Lyon, avait déjà tiré deux poules à la première traque. A la fin de la deuxième traque, après les coups de trompe, un lièvre lève et lui il tire. Le patron, il est devenu comme fou, il l’a secoué en hurlant en alsacien. (Jean S., garde-chasse. Région d’Obernai. Mars 1984.)

140Afin de ne pas rester sur l’impression d’une série d’exemples grapillés çà et là, il est nécessaire de focaliser le regard sur un terrain plus précis. L’étude à caractère monographique entreprise sur un massif des Vosges du Nord et son proche piémont (10 000 hectares ; 17 sociétés de chasse ; chasse de plaine et de forêt) corrobore les observations relevées précédemment. L’unanimité se fait dans le secteur autour de l’interdiction des invitations à caractère professionnel. Invitations qui, d’après les dires des chasseurs, s’avèrent la principale source possible de discorde entre partenaires. Dans les faits, seules deux sociétés pratiquent couramment ce type d’invitations, les autres ne les autorisent que lors des battues annuelles. Dans toutes les sociétés un règlement intérieur — soit simple accord tacite, soit consignation précise d’un code ou encore consensus autour de l’autorité émanant d’un capitaine de chasse — fixe les modalités des grandes battues. Leur nombre (deux à quatre selon les sociétés), l’effectif des invités (un par partenaire, rarement deux) sont limités, restreignant ainsi dans la pratique l’importance effective de la chasse d’affaires.

141Au cœur du massif, une chasse s’étend sur 2 500 hectares. Connue régionalement cette chasse est souvent décrite comme un des « hauts-lieux de la tradition cynégétique » ; la rigueur de sa gestion est citée en exemple ; ses responsables, membres influents de la fédération et des diverses commissions, exercent une incontestable autorité sur la politique cynégétique du département, voire de la région, ainsi qu’un ascendant moral sur une grande partie des chasseurs du secteur. La société de chasse groupe, autour du noyau fondateur (deux familles d’industriels de Strasbourg), une dizaine de partenaires, tous issus d’un milieu social comparable (professions libérales, cadres supérieurs). Le caractère monolithique de cette société se voit en outre renforcé par l’absence quasi totale de fluctuation des co-fermiers : les adjudicataires de ce territoire sont les mêmes depuis 1920 et tous les partenaires s’intègrent dans un réseau de relations familiales précis depuis de longues années. A l’extérieur on évoque dès lors le « milieu très particulier », le « groupe fermé » : on parle de « véritable caste ». Le caractère quasi exemplaire de cette chasse incite à se pencher quelque peu sur la pratique des invitations. Quatre grandes battues sont organisées et chaque partenaire peut inviter un chasseur. La battue du 18 novembre 1983 réunit 29 chasseurs : tous les partenaires (15) et 14 invités. Détaillons ces invités :

  1. Médecin. Strasbourg.
  2. Garagiste. Strasbourg.
  3. Chef de secteur. France de l’Est.
  4. Industriel. Köln (R.F.A.).
  5. Technicien génie civil. Niederbronn.
  6. Entrepreneur. Paris.
  7. Pharmacien. Strasbourg.
  8. Directeur O.N.F. Paris.
  9. Médecin. Strasbourg.
  10. Industriel retraité. Strasbourg.
  11. Boucher. Strasbourg.
  12. Délégué médical. Strasbourg.
  13. Cadre supérieur. Bonn (R.F.A.).
  14. Administrateur de biens. Paris.

142Une seule invitation revêt un caractère professionnel ; la présence de fonctionnaires de l’Office national des forêts renvoie à cette stratégie relationnelle (à tous les niveaux, du forestier au haut fonctionnaire) que bon nombre de chasseurs mettent en place vis-à-vis des gestionnaires de la sylviculture. Huit invités sont par ailleurs sociétaires d’une chasse, ce qui autorise une réciprocité de l’invitation. Précisons enfin que tous les chasseurs connaissaient cette chasse, treize venant régulièrement c’est-à-dire chaque année.

143Prix exorbitant des locations et lustre d’une activité de grande tradition confèrent à la chasse un indéniable prestige : il est du meilleur effet dans un certain milieu de justifier le port d’un loden élégant par quelques anecdotes de chasse. Celle-ci s’inscrit dès lors dans la sphère de comportements somptuaires ; expression d’une puissance sociale, renforcement périodique de réseaux de sociabilité, cadre privilégié d’intégration des diverses composantes du groupe dominant... C’est un champ d’investigation particulièrement riche qui s’ouvre au sociologue.

  • 13 Avec en particulier les travaux du colloque « La chasse au Moyen-Âge », Actes du colloque de Nice, (...)

144L’intelligibilité fonctionnaliste ainsi définie se voit en outre validée par la pérennité de la facture somptuaire : des capitulaires de Villis aux mémoires de Saint-Simon, les témoignages sur la noblesse et la magnificence de la « grande chasse » abondent. Et rares deviennent les analyses des pratiques actuelles qui ne fassent pas référence au Livre de la chasse de Gaston Phœbus. De fait la constance de certaines caractéristiques étonne. On se référera avec intérêt aux travaux des historiens qui, à travers les épopées, romans ou chroniques, restituent l’image de la chasse médiévale13. Minoration du rôle alimentaire et occultation de toute utilité pour la collectivité, célébration de vertus aristocratiques, renforcement de la cohésion d’un groupe strictement endogame (Queffelec 1980, Tucoo-Chala 1980) : les traits pertinents relevés fournissent le cadre d’une problématique actuelle.

145Une erreur importante consisterait à assimiler chasse élitiste et chasse mondaine. La société des chasseurs se présente comme un corps social à caractère endogamique fortement marqué, un groupe fermé. Dans un environnement imprégné de philosophie égalitaire, la noblesse de son éthique fascine, le caractère discriminatoire de sa pratique attire : l’adhésion en son sein s’avère un moyen privilégié d’asseoir une position sociale. De plus, perçue comme une activité écologique et sportive à la fois, la chasse permet de marquer avec ostentation un « splendide isolement » au sein des usages sociaux de l’espace naturel. Le pouvoir de l’argent, la puissance d’un rang social favorisent l’accession à la pratique d’individus pour qui la chasse s’impose dans le jeu des reconnaissances sociales. Doit-on pour autant parler d’intégration ?

146Au cœur de la société des chasseurs, des frontières précises apparaissent. La possession d’une chasse pas plus que l’habilité au tir ne confère le titre de chasseur :

Pour moi le vrai chasseur, c’est pas celui qui vient chasser quelques week-ends pendant la saison... Le chasseur, il sort toute l’année. Sa vie il la passe sur sa chasse ; s’occuper du gibier en hiver, surveiller les naissances au printemps, voir les traces... Il a de quoi meubler tous ses loisirs (Armand D., garde-chasse. Meisenthal. Mars 1984).
Rien ne m’énerve plus que d’entendre un de ces tireurs relater ses parties de chasse. Vous savez, le style moi, j’ai fait quatre sangliers ! Ils ne parlent que de tir, d’allumer le gibier (Georges D., chasseur. Ingwiller. Septembre 1983.)
Il y en a parce qu’ils sont bons tireurs, ils croient qu’ils sont des chasseurs. Mais la chasse c’est pas du tir aux pigeons (Jean S., garde-chasse. Krautergersheim. Mars 1984).
Le chasseur de salon, pour lui, la chasse n’est qu’un passe-temps ; ça en hiver et autre chose en été. Le vrai chasseur, il n’y a que cela dans sa vie : le gibier, sa chasse (J.-P., garde national, Alsace. Septembre 1984).

147Au sein de la société des chasseurs, le respect des convenances sociales s’impose. 11 est rare, sauf en cas d’inimitiés avouées, qu’on accuse publiquement un autre pratiquant d’être un « mauvais chasseur ». 11 est pourtant possible au fil des discussions de saisir, sans recourir à de subtiles interprétations, certaines distinctions signifiantes. Ainsi, qualifier un chasseur de « Ah oui ! c’est un excellent tireur » renvoie non pas tant à une reconnaissance de son habilité au tir qu’à une critique implicite de sa compétence cynégétique.

148La valorisation exagérée de certaines coutumes (pratique de la brisée, du tableau de chasse) et l’adoption stricte du code vestimentaire ne semblent guère plus faire illusion.

  • 14 La « balle de cul » renvoie au respect de l’éthique. Ce genre de tir faisant souffrir l’animal est (...)

Malheureusement on en voit de ces chasseurs ! Ils sont parfaits... jusqu’au bout des ongles. Mais les balles de cul je ne t’en parle même pas14. La recherche au sang ? Connaissent pas ! Mais le cor de chasse, tout le tralala, ça oui ils connaissent (J. P., garde national. Alsace. Septembre 1984).

149Pour les chasseurs, l’élaboration des gestes de chasse, le respect de la coutume ne relèvent pas du simple registre des convenances, d’un code des bonnes manières inhérent à toute pratique sociale. Devant ce qui leur apparaît comme une véritable confiscation, un mouvement inverse semble se dessiner.

  • 15 Kettner, grande firme allemande, diffuse dans l’Est de la France un catalogue très coté avec tous (...)

...Se transformer en mannequin de chez Kettner15, on n’a pas besoin de ça pour prouver qu’on est chasseur... Les traditions, elles sont devenues du folklore pour chasseur du dimanche ou citadin, on ne les fait plus. La vraie chasse, c’est autre chose... (Charles P., famille de chasseurs depuis plusieurs générations. Lembach. Octobre 1984.)

150Ainsi émerge au fil des discours — d’abord singulièrement éclipsée par les chasseurs eux-mêmes — la distinction, pourtant précise et opérante, chasseur/tireur qui s’établit au cœur même du groupe ; clivage dont il est possible de suivre dans les faits, par l’analyse des réseaux de sociabilité dans lesquels le chasseur s’insère, l’importance effective.

151Le caractère systématique des enquêtes menées sur quelques terrains nous incite à relativiser l’importance qu’il convient de reconnaître, au sein de l’exercice régional, à la pratique des invitations ; chasses d’affaires et chasses mondaines, que nous qualifierons de pratiques périphériques, s’inscrivent à notre sens nettement en marge d’un acte de chasse qualifié régionalement d’authentique et qui constitue de fait la réalité quotidienne de la pratique cynégétique régionale. Ceci ne doit pas pour autant occulter une indéniable dimension ostentatoire attachée à l’acte cynégétique dans son exercice collectif. Mais faut-il ne voir dans la pratique du tableau (le gibier abattu est présenté aux chasseurs qui se recueillent pendant un court instant) qu’une manifestation de la puissance sociale, l’expression d’une magnificence ? Retenir comme seul niveau d’approche l’analyse des relations sociales nous paraît une méthodologie impropre à pénétrer le système de représentation s’articulant autour de l’acte de chasse, système dans lequel s’inscrit, de la structure endogamique du groupe des chasseurs aux modalités concrètes de la pratique quotidienne, toute la spécificité de l’exercice cynégétique régional. La période des battues et la mise en place du système des invitations marquent le point fort du cycle de la chasse collective. Il existe cependant une autre réalité cynégétique moins ostensible, espace ordinaire de la pratique : chasses avec le garde, avec un ou deux amis, longs affûts solitaires en forêt, sorties pendant la fermeture...

152Moins porteuse de sociabilité manifeste, cette chasse ne s’en avère pas moins signifiante.

153Délaissant volontairement, et sans pour autant en nier l’intérêt, une approche sociologique des antagonismes sociaux, des mécanismes de comportements somptuaires et des différentes stratégies socio-économiques que les chasses périphériques peuvent révéler, il nous semble temps, après avoir dans ce premier chapitre souligné la spécificité de la pratique régionale, de pénétrer le clan des vrais chasseurs et de s’interroger sur la nature de l’acte cynégétique.

Notes

2 La loi du 3 mai 1844 subordonne le droit de chasse à la détention d’un permis dont la délivrance dépendait de l’inscription au rôle des impôts (Malafosse 1979).

3 Les chasseurs pouvant prendre plusieurs validations départementales, on ne peut confondre nombre de validations et nombre de chasseurs dans le département. On estime à 200 000, sur un total de 2 069 950 validations, le nombre des chasseurs prenant en 1980 plusieurs validations. Ce rajustement d’environ 10 % entre nombre de validations et nombre de chasseurs ne s’applique pas de manière systématique pour tous les départements. En Alsace, région riche en ternies de cynégétique, il est probable que les chasseurs y ayant fait valider leur permis chassent principalement dans le département de validation.

4 Le permis coûtait 25 francs, somme importante. En 1844 seuls 140 000 porteurs de permis exerçaient le droit de chasse.

5 Sur les transformations récentes du droit de chasse (loi Verdeille et système des associations de chasse agréées), cf. Malafosse 1979 et Guilbaud 1976.

6 « Sortir » renvoit ici aux activités parallèles à l’action de chasser que tout « vrai » chasseur doit réaliser : tournée d’agrainage, d’inspection, voire sortie de nuit pour le braconnage.

7 Ces dénominations traduisent la dichotomie sociale entre gros propriétaires (qui labourent avec des chevaux) et journaliers, petits exploitants (labourant avec des vaches).

8 Le système d’indemnisation est jugé « satisfaisant » par les parties concernées (agriculteurs-chasseurs). Il ne prend cependant pas en considération le type d’agriculture et les variations régionales de production agricole. S’observent dès lors des variations parfois importantes quant à la « sensibilité » face aux dégâts agricoles ; on peut nettement opposer les terres de labours du Kochersberg ou du grand Ried à certaines zones de production bovine avec ensilage du maîs-fourrage : Sundgau, collines des Vosges du Nord.

9 — Quels beaux gaillards !
— Diable ! Quel beau coup de fusil !
— Regarde, ces morceaux !

10 Association fédérative régionale pour la protection de la nature. Le mouvement associatif de protection de la nature procède en Alsace d’une longue tradition. Issu de la société philomatique du xixe siècle, ce mouvement éclata en 1974. La tendance écologiste de l’après-68 se regroupa au sein de la nouvelle A.F.R.P.N. tandis que l’ancien mouvement, sous l’influence des premiers animateurs, devenait un « groupement d’étude et de concertation » (G.E.C.E.N.A.L.).

11 Réalité fort ancienne : la première mention de la chasse « gratification » apparaît dès le xe siècle : en 912 le roi Conrad autorise l’évêque d’Eichstätt (Bavière) à chasser chaque année trois sangliers, trois cerfs et trois biches (Mon. Germ. Diplo. Con. 1 N° 3). Vers la fin du Moyen-Âge l’octroi de tel droit de chasse temporaire s’accompagne de la formule « aus gnaediger Zuneigung » (par affection bienveillante). Cf. Acte du comte Albrecht de Brandenburg en 1480 (Schwappach 1886 ; 304).

12 Un juriste allemand du xixe siècle, retraçant l’évolution du droit de chasse dans les pays germaniques, décrit la chasse somptuaire caractéristique des xviie et xviiie siècles comme la période « sombre » de la tradition cynégétique allemande : « l’esprit de chasse disparaît ... on cherche par des « artifices » des manières élaborées à masquer ce qui n’est qu’une tuerie... on tuait sans tenir compte ni de l’âge ni du sexe » (Man lötete ohne Rücksicht auf Aller und Geschlecht) (Schwappach 1886 : 635).

13 Avec en particulier les travaux du colloque « La chasse au Moyen-Âge », Actes du colloque de Nice, Paris, les Belles Lettres, 1980, 554 p.

14 La « balle de cul » renvoie au respect de l’éthique. Ce genre de tir faisant souffrir l’animal est fortement condamné. Le chasseur se doit, pour le gros gibier, d’assurer son tir (distance adéquate et choix du calibre).

15 Kettner, grande firme allemande, diffuse dans l’Est de la France un catalogue très coté avec tous les articles de chasse : vêtements, fusils, accessoires (du couteau « weidmännisch » — conforme à l’éthique — au mobilier rustique).

Table des illustrations

Titre 2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre 2. Nombre de validations du permis de chasse et taux de chasseurs par département (suite)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre 3. Taux de chasseurs par département 1954 1975
Légende Par J.-L., Chamboredon (Chamboredon 1982 : 255).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre 4. Taux de population rurale en 1954
Légende Par J.-L., Chamboredon (Chamboredon 1982 : 258).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 5. Cartes de densité de chasseurs (1980)
Légende Départements comptant plus de 7 % de chasseurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Départements comptant moins de 1 % de chasseurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre 6. Densité de chasseurs en Europe occidentale (en pourcentage de la population active)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre 7. Recrutement social des chasseurs
Légende (Fédérations départementales des chasseurs)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 8. Recrutement social des chasseurs de la Meuse (8 700 validations ; taux de chasseurs 4,3 %)
Légende (J. Delvert 1983. Fédération départementale des chasseurs de la Meuse)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 9. Recrutement social des chasseurs d’une société de chasse de Seine-et-Marne
Légende (J.-L. Fabiani 1982 : 320)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre 10. Évolution de 1977 à 1982 des catégories socio-professionnelles des porteurs du permis de chasse dans le Bas-Rhin
Légende (Fédération départementale des chasseurs du Bas-Rhin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 11. Une chasse de plaine du Bas-Rhin de 1920 à 1984 (500 hectares)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende 12. Versant mosellan des Vosges
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Légende 13. Village forestier des Vosges du Nord
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Titre 14. Une chasse de forêt des Vosges du Nord de 1860 à 1984 (1 900 hectares)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre 15. Les exploitations agricoles dans les départements de l’Est
Légende * (Schwab 1982 : 76)** (Monographie agricole de la Moselle. Chambre départementale d'agriculture. Metz 1976 : 53)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre 16. Structure de la propriété forestière dans les départements de l’Est
Légende Chiffres pour 1979 (Kœbele 1983 : 3 060).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 18. Taux d’équipement en fusil de chasse selon les régions Moyenne nationale : 18 %
Légende (Verger. I.N.S.E.E. 1981)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre 19. Les taux de possession du fusil de chasse en France
Légende (Verger. I.N.S.E.E. 1981)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2264/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540