Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre chien et loup

 | 
Bertrand Hell

Introduction

Texte intégral

1. Terrains d’enquête dans la France de l’Est

1. Terrains d’enquête dans la France de l’Est

1Entre chien et loup, dans une lumière incertaine, aube ou crépuscule, les chasseurs poursuivent, d’un bout à l’autre des Vosges, en une quête passionnée, l’animal-gibier.

2Entre chien et loup, une voie étroite, parfois dangereuse, mène le chasseur du domestique au sauvage ; oscillant entre les deux pôles, marqué d’une fièvre singulière, le chasseur se voit, dans la France de l’Est, assigner un statut particulier et s’inscrit en marge du groupe. On entrevoit sans peine à quelle approche sémantique des pratiques et des représentations de chasse cet ouvrage convie le lecteur. Qu’il soit dès à présent permis de souligner la cohésion présente et l’actualité des représentations dont notre recherche se propose de restituer l’ordonnancement. Si la spécificité du champ européaniste impose parfois au chercheur le recours à une véritable méthode d’archéo-ethnologie, c’est à la restitution d’un système actuel qu’aspire une ethnologie des pratiques cynégétiques contemporaines, menée à partir de quatre années d’observation directe sur plusieurs terrains d’enquête de la France de l’Est. Quelque peu surannée nous semble dès lors cette conception de l’ethnologie qui transparaît explicitement dans certaines approches sociologiques :

Quant à « l’ethnologisation » de la culture du chasseur français, étudiée comme celle de l’aborigène australien ou du chasseur-cueilleur amazonien, ne voue-t-elle pas à saisir les pratiques contemporaines comme vestiges dégradés et appauvris (Bozon, Chamboredon 1980 : 87).

3Se pose en fait le problème de l’intelligibilité d’un fait social « non-exotique ». Perçu comme un champ de stratégies d’appropriation, l’espace cynégétique ne serait apte à signifier que des antagonismes sociaux : seule alors une problématique centrée sur l’usage social et les transformations de la pratique s’avérerait scientifiquement pertinente (Bozon, Chamboredon, Fabiani 1980 ; Bozon 1982).

4De récents travaux ethnologiques soulignent par la richesse de l’éclairage proposé — que l’on songe à cette circulation du ferum que les rites de partage du sanglier permettent de suivre (Fabre-Vassas 1982) ou à cette consommation « ordonnée » qui suit, dans la communauté villageoise ardennaise, la capture des grives (Jamin 1979) — le caractère éminemment réducteur d’une telle méthodologie et les limites qu’elle impose de fait au chercheur.

5Que la pertinence d’interrogations sur les significations sociales du « jeu » cynégétique ne soit pas ici mise en cause. Peu convaincant nous semble en revanche le fait de réduire toute polysémie sociale à une dichotomie quelque peu manichéenne :

La chasse bourgeoise est pratiquée et codifiée comme une occasion d’intégration des fractions diverses des classes supérieures : en particulier contrôle des divergences, censure des sujets de discorde dans les repas mondains d’avant ou d’après chasse. Ces fonctions de sociabilité s’opposent à celles de la pratique populaire, culte du groupe, occasion de renforcement et célébration de l’intégration, riche en rituels festifs (Bozon, Chamboredon 1980 : 75).

  • 1 Caractère arbitraire d’une démarche que n’omettent pas de relever — mais faut-il s’en étonner ? — (...)

6Et surtout pour le moins arbitraire1 paraît la projection déductive d’une telle thématique, faisant fi de toute spécificité régionale, sur tous les terrains de chasse ; dans les départements de l’Est, terres de « chasses bourgeoises », le braconnage traduit « naturellement » une forme de « résistance populaire », gardes et traqueurs se voient maintenus dans une « subordination féodale » et l’éthique du chasseur ne vise qu’à asseoir « une puissance sociale » (Bozon 1982).

7Notre objet se veut résolument différent. Le primat de la dichotomie sociale s’est vu écarté au bénéfice d’une récolte des faits et dits de chasse, de même qu’à la théorisation et à l’extrapolation on aura préféré le travail d’induction qui, comme nous le rappelle Robert Cresswell (Cresswell 1967 : 79), caractérise par ailleurs la démarche ethnologique face à la sociologie.

8Gestes quotidiens, représentation symboliques de l’animal et du trophée, techniques de chasse se répondent et renvoient l’ethnologue à un système général ; l’observation de terrain permet ainsi au fil du travail ethnographique de révéler les grandes articulations d’une pensée ordonnatrice dans laquelle s’inscrit toute l’organisation régionale de la pratique. Car tel se veut l’objet de notre réflexion ; le lecteur ne trouvera dans cet ouvrage ni une étude exhaustive des pratiques régionales, ni même une monographie détaillée d’une chasse particulière. Richesse et complexité de la sémantique des pratiques et des représentations incitent à restituer soigneusement en tout premier lieu le système général tissant la trame des pratiques de chasse. La spécificité et les fondements historiques de l’exercice cynégétique régional, la compréhension du statut particulier du chasseur et du Jagdfieber, pivots de l’armature conceptuelle dans laquelle s’inscrivent toutes les pratiques, et enfin la conception caractéristique de la chasse-récolte, principe s’opposant fortement à la chasse-cueillette, prédation non ordonnée, nous paraissent les clés indispensables à toute compréhension de la véritable nature de l’acte de chasse.

9Depuis 1981 plusieurs enquêtes de terrain avaient été entreprises dans les Vosges du Nord dans le cadre des recherches menées par l’Institut d’ethnologie de Strasbourg sur le Nord-Est de la France. A partir de l’automne 1983, grâce au soutien de la mission du patrimoine ethnologique du ministère de la Culture, le champ d’investigation a pu s’élargir ; l’aire « régionale » retenue comprend les trois départements de la France de l’Est soumis depuis 1881 au droit local de chasse, cadre législatif dont la spécificité délimite un ensemble cohérent. Des collines du Sundgau à la plaine mosellane plusieurs terrains d’enquête ont été retenues.

10Centré sur quelques communes du piémont des Vosges du Nord, un terrain s’est vu accorder un statut particulier ; grâce à une approche monographique détaillée, il a permis d’observer le fonctionnement réel du système dans un ensemble précis, véritable microcosme de l’espace cynégétique, et de mesurer constamment la distance qui sépare la norme, en l’occurence l’éthique du « vrai » chasseur, et la réalité d’une pratique.

Notes

1 Caractère arbitraire d’une démarche que n’omettent pas de relever — mais faut-il s’en étonner ? — d’autres sociologues :
« ... la démarche qui consiste à n’envisager la chasse qu’en termes de reflet ou de révélateur — des rapports de classe, des nouveaux enjeux de l’espace rural, etc. — nous semble réductrice et impropre à en saisir la spécificité actuelle en France. » (Pelosse, Vourc’h 1982 : 295.)

Table des illustrations

Titre 1. Terrains d’enquête dans la France de l’Est
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540