Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Contextes

Les fractures numériques dans les ALL-SHS

Note de l’éditeur

Atelier animé le 19 octobre 2013, par Frédéric Clavert, docteur en histoire contemporaine, ingénieur de recherche pour le LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », auteur du site Clavert.net http://www.clavert.net/.

Texte intégral

1Les inégalités dans la numérisation entraînent un biais bibliographique et historiographique dans les recherches. Frédéric Clavert est revenu sur la genèse de cet atelier et sur les raisons qui l’ont incité à le proposer : le constat que les inégalités dans la numérisation des archives pouvaient entraîner des biais dans la recherche et dans le choix des objets d’étude. Par exemple, des chercheurs se sont étonnés que la malaria ait fait l’objet de nombreuses études, tandis que d’autres maladies ont été quelque peu négligées. Ce déséquilibre s’explique notamment par le fait que les archives concernant la malaria ont été massivement numérisées, contrairement aux autres. L’inégale numérisation introduit donc un biais évident dans nos recherches et dans l’historiographie.

Typologie des fractures

2Dans un billet publié sur son site le 24 septembre 20131, Frédéric Clavert distinguait quatre types d’inégalités au sein des humanités numériques :

  • des inégalités dans la numérisation des archives : tous les pays ne mènent pas de grandes politiques de numérisation, certains pays ou certaines cultures sont très peu représentés. Des fractures peuvent aussi être de nature technique et provenir de l’inégale qualité de la numérisation ;

  • des inégalités d’accès aux ressources et aux données de la recherche, qui proviennent d’une inégale répartition des ressources financières entre chercheurs et entre laboratoires, de l’accès payant à certaines données, du problème plus général de financement par les institutions, ou encore d’une proximité variable avec les entreprises ;

  • des inégalités dans les financements, qui dépendent des contacts qu’ont les chercheurs avec les décideurs et les sources de subventions, des structures qui sont mises en place, du temps requis pour la mise en place des infrastructures numériques, qui sont en concurrence avec d’autres besoins de financement ;

  • des inégalités dans les compétences, notamment en informatique : c’est le problème de « l’analphabétisme numérique ».

3Deux axes ont été proposés pour la discussion :

  • peut-on identifier d’autres fractures numériques ? ;

  • quelles pistes, sinon quelles solutions peut-on proposer, à notre modeste échelle, pour remédier à ces inégalités et améliorer la situation ?

Natures et origines des fractures numériques

4Certains ont pu observer une fracture dans le cours-même du THATCamp : des personnes se sont trouvées exclues lorsque les débats devenaient trop techniques. Les chercheurs doivent fournir un effort d’explication, voire de traduction, pour n’exclure personne (explicitation des acronymes, documentation du cadre conceptuel des ateliers en amont…). Il a été proposé également de réaliser une sorte de glossaire ou de dictionnaire des humanités numériques, voire d’élaborer un langage commun pour se comprendre en interne, pour dépasser les « langages-métiers ». Cette revendication était déjà présente dans le Manifeste des Digital Humanities2 en 2010. Elle pourrait se concrétiser, dans un premier temps, par un travail de réécriture de la page Wikipédia consacrée aux humanités numériques. Le problème est que ce qui était à l’origine une spécialisation nécessaire et souhaitable (des différences de compétences entre chercheurs) est devenu un véritable handicap. Au sein même de la communauté des humanités numériques, certaines fractures résultent du mélange entre différents métiers ou compétences (communication, documentation, design, recherche, ingénieur…). Certains métiers servent de passeurs ou de médiateurs, et en font souvent les frais. À l’opposé, l’isolement ou le manque de dialogue et de complémentarité est un autre facteur de fracture. L’inégale acculturation numérique des chercheurs empêche certains d’entre eux d’avoir accès aux ressources (bases de données…). Beaucoup de projets, qui ne sont pas forcément reliés entre eux, ne sont pas reconnus : c’est ce que Marin Dacos nomme le « syndrome de l’archipel ».

La fracture numérique : un « mythe » construit par l’élitisme moralisant des chercheurs ?

5Le débat au sein de l’atelier a porté également sur la dimension « morale », ou non, de cette notion de fracture numérique. Ainsi, pour certains participants, le terme même « d’inégalité » poserait problème, car il revêtirait une connotation morale, voire moralisante. Il est nécessaire de préserver les différences, les spécialisations et leur mise en complémentarité, plutôt que de succomber à la tentation d’une certaine uniformisation ou d’un nivellement. De plus, un biais discursif peut être introduit par le lieu d’où l’on parle : plutôt que l’élitisme moralisateur, il faudrait plaider pour un discours de l’inclusion au sein de la communauté en fonction des besoins de chacun. L’idée d’une connotation « morale » est cependant contestée par d’autres participants, pour qui la fracture numérique relève avant tout d’un problème de compétences. Une analogie est faite avec le processus d’alphabétisation au XIXe siècle, où la fracture séparait les personnes alphabétisées et les analphabètes, l’analphabétisme constituant alors un handicap social très lourd. Aujourd’hui, la nouvelle alphabétisation est celle du numérique et l’absence de compétences numériques constitue également un nouveau handicap social. Enfin il faut distinguer entre deux grands ensembles d’inégalités : l’inégalité d’accès aux outils et l’inégalité d’accès et d’utilisation des ressources elles-mêmes.

Un autre risque : fractures « inversées », fractures « hybridées »

  • 3 Turkel, William J. « Intervention : Hacking history, from analogue to digital and back again ». Ret (...)

6La numérisation elle-même peut créer des fractures paradoxales ou inverses : une fois un manuscrit numérisé, les chercheurs n’y ont souvent plus accès physiquement. Certaines entreprises de numérisation confinent ainsi à l’absurdité : en fermant l’accès à la matérialité des archives, elles excluent une partie des chercheurs qui travaillent sur ces aspects matériels des manuscrits, et doivent être comblées par d’autres outils numériques, comme la reconstitution 3D. La numérisation suppose une sélection et donc une perte d’information. William Turkel avait déjà mis en évidence ce problème en soulevant l’hypothèse d’une possible numérisation des odeurs3. Ces questions ne sont finalement pas nouvelles et s’étaient déjà posées avec l’apparition des microfilms. Les chercheurs devraient établir une sorte de cahier des charges de numérisation. Il faudrait établir des fiches techniques accompagnant la numérisation, pour en expliciter les choix et les méthodes (date, contenus, raisons, processus de numérisation, qu’est-ce qui a été numérisé…) et en documenter le processus. L’utilisation de formats fermés, propriétaires, peut enfin expliquer la perte d’accès à certains corpus, ou l’impossibilité de les exploiter. Il faut aussi, en aval, diffuser la connaissance des corpus.

Quelles solutions pour résorber les fractures numériques ?

  • 4 Ici en PDF (PDF).

7Il est nécessaire d’hybrider les savoirs et savoir-faire anciens et nouveaux. Il faudrait aussi interroger la numéricité même du numérique, sa spécificité, et se demander comment articuler ces spécificités. Il est nécessaire de comprendre la relation qui se joue entre les codes millénaires, les signes et les symboles anciens, et le code numérique. Il faut acquérir également une littératie visuelle, ce qui suppose d’apprendre à travailler avec les designers. On peut citer à ce titre l’ouvrage que Johanna Drucker a co-écrit avec deux auteurs impliqués dans le design, qui enracinent les humanités numériques dans le design même4.

8La fracture numérique est peut-être aussi un problème de communication, de sensibilisation et il faudrait commencer par faire connaître le numérique. Mieux vaudrait alors parler « d’humanités médiatiques » que d’humanités numériques.

  • 5 Isidore ici.
  • 6 Europeana ici.

9Sur un plan plus pratique et technique, nous avons besoin d’un espace unifié où l’on aurait accès à des ressources, des données, des outils, un peu sur le modèle du moteur de recherche Isidore5. Si Isidore est une bonne solution pour retrouver des corpus peu accessibles, le portail lui-même reste encore mal connu des chercheurs. Ce manque d’information devrait être comblé par un effort de communication. Il en va de même du projet européen Europeana6 : tous les chercheurs n’ont pas encore compris à quoi cet outil pouvait leur servir, car il a été construit et présenté sous une étiquette patrimoniale. Une limite d’Isidore, pointée par certains participants de l’atelier, serait la difficulté pour trouver certaines informations ou retrouver certaines données que l’on a déposées. Les choix d’indexation sont fondamentaux et sur ce point, les résultats ne semblent pas toujours satisfaisants ; l’outil peut parfois paraître moins convaincant qu’un moteur de recherche plus classique et familier comme Google Scholar. Isidore pourrait être enrichi par les équipes elles-mêmes, en aval du moissonnage de leurs publications, et les auteurs devraient pouvoir éditer les mots-clés pour les modifier, afin de réduire certaines erreurs ou aberrations dans l’indexation. D’une manière générale, les concepteurs et développeurs des outils ont besoin des retours d’expériences, des commentaires et des critiques des utilisateurs pour améliorer ces outils.

10Concernant Google, plusieurs études ont montré que Google Web est l’outil de recherche de contenu le plus utilisé par les chercheurs, avant même Google Scholar. Certains participants s’interrogent sur la question de savoir si Google réduit les fractures numériques ou au contraire en créée de nouvelles. La recommandation est faite aux chercheurs de se former à la recherche avancée sur les moteurs de recherche, et de mieux utiliser les « outils de découverte » des SCD.

11Enfin, il faut souligner le rôle primordial des bibliothécaires et des archivistes. Comme lieu d’accès à la connaissance et à l’information, les bibliothèques ont un rôle certain à jouer dans la formation au numérique et dans la transmission des outils et des méthodes de recherche. Alors qu’on avait pu redouter leur « disparition » ou leur effacement, elles retrouvent une fonction et une importance inattendues à l’ère numérique. Et les chercheurs devraient profiter davantage des formations offertes.

Bibliographie

Clavert, Frédéric. « Des fractures numériques ». In Frédéric Clavert, 24 septembre 2013. Disp. sur: http://www.clavert.net/des-fractures-numeriques/ 

Lunenfeld, Peter, Burdick, Anne, Drucker, Johanna, Presner ; Todd et Schnapp, Jeffrey. “Digital_Humanities”. Cambridge (MA) : MIT Press, 2012. 153 p. Disp. sur : http://mitpress.mit.edu/sites/default/files/titles/content/9780262018470_Open_Access_Edition.pdf

« Manifeste des Digital Humanities », 2010. In THATCamp Paris, 25-26 septembre 2012. 2010. Disp. sur: http://tcp.hypotheses.org/318 

Séminaire 2012-2013 « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs », Aurélien Berra, Pierre Mounier, Marin Dacos. Présentation du séminaire sur : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/

Turkel, William J. « Intervention : Hacking history, from analogue to digital and back again ». Rethinking History 15, no 2 (juin 2011) : 287 296. doi : 10.1080/13642529.2011.564840.

Europeana : http://www.europeana.eu/ 

Isidore : http://www.rechercheisidore.fr/

Notes

1 Voir le billet ici http://www.clavert.net/des-fractures-numeriques/.

2 Le Manifeste des Digital Humanities http://tcp.hypotheses.org/318

3 Turkel, William J. « Intervention : Hacking history, from analogue to digital and back again ». Rethinking History 15, no 2 (juin 2011) : 287 296. doi:10.1080/13642529.2011.564840.

4 Ici en PDF (PDF).

5 Isidore ici.

6 Europeana ici.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable