Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Pratiques

Sémantisation des données culturelles

Note de l’éditeur

Atelier animé le 19 octobre 2013 par Virginie Pringuet, Doctorante en esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, et Antoine Courtin, ingénieur au sein du Labex « Les passés dans le présent ».

Texte intégral

Un atlas de l’art dans l’espace public

1Depuis 1997, Virginie Pringuet exerce une activité de commissaire d’exposition à l’intersection de l’art, de l’architecture et des nouveaux médias. Travaillant principalement à la réalisation d’œuvres in situ et plus généralement dans l’espace public, elle réfléchit parallèlement à l’historicisation et l’historiographie de ces œuvres sans musées.

  • 1 theses.fr, Cartographie de l’art et art cartographique : vers un atlas numérique d’un « musée à cie (...)

2Sa thèse porte sur la conception d’un outil d’inventaire et de visualisation de l’histoire de l’art public1. Cet outil s’adressera aux experts (artistes, commissaires d’exposition, partenaires, commanditaires) et aux citoyens, c’est-à-dire aux habitants qui ont constitué au fur et à mesure des archives informelles.

3La problématique de la recherche s’articule autour de la question suivante : la cartographie numérique et le Web sémantique ouvrent-t-ils la voie à l’élaboration d’un atlas de l’art dans l’espace public, à une visualisation du « musée à ciel ouvert » ?

4À travers les développements des systèmes d’information géographique, de la fusion entre représentation géographique et représentation visuelle de l’information, de la visualisation et la sémantisation des données, la recherche en cours a pour objet de concevoir un outil potentiel d’inventaire, de représentation et d’historicisation de l’art contemporain dans l’espace public.

5Dans le cadre de sa thèse, V. Pringuet a ainsi conçu une base de données, une cartographie et des notices d’œuvres spécifiques utilisant une plateforme Wiki afin de récolter et de structurer des données et des ressources concernant ces œuvres.

Sémantisation du corpus

6Le projet de thèse qui s’est progressivement déployé autour de la problématique de la cartographie numérique comme pratique d’inventaire de l’art public et de l’atlas comme instance muséale (Atlasmuseum2,3) s’attache désormais à deux corpus d’œuvres :

7Les publications L’Art à ciel ouvert, éditions Flammarion/CNAP et Cent1 %, éditions du Patrimoine/DGCA, soit environ 800 œuvres entre 1983 et 2013 ;

8Les 12 000 œuvres 1 % qui ont été répertoriées par le ministère de la Culture et de la Communication dans un fichier OpenOffice, où l’on peut identifier les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’œuvre, les artistes retenus, l’adresse des œuvres, les dates de réalisation, etc. Le corpus en cours de traitement concerne près de 800 œuvres avec une perspective plus vaste si une seconde phase du projet devait se mettre en place.

9La sémantisation du corpus est envisagée à travers l’extension sémantique de MediaWiki4. Les extensions Semantic Maps, SemanticForms et de SemanticMediawiki ouvrent des possibilités de contributions variées en termes de description des œuvres et de géolocalisation. Elles permettent d’envisager différentes étapes : de la cartographie des œuvres à un atlas sémantique, de l’atlas sémantique à des visualisations de données dans le champ de l’art public.

10Par ailleurs, V. Pringuet signale que depuis le mois de janvier 2013, un projet complémentaire d’application mobile est en cours de développement avec le master MIAGE de l’université Rennes 1. Elle doit donner les moyens à tout à chacun d’enrichir la base de données « Image » d’Atlasmuseum directement depuis son téléphone portable.

11Deux autres projets sont signalés :

Présentation des maquettes du futur site Wiki « Atlasmuseum »

  • 7 N.D.E : une infobox, sur les sites de la nébuleuse Wikipédia, est une table préformatée de données (...)

12Une notice d’œuvre est consacrée à chaque pièce. Comme il s’agit d’une archive vivante, il faudra songer à documenter et à actualiser ces notices dans la durée, d’où l’importance de la contribution ouverte et collective. Chaque notice d’œuvre est composée de trois « infobox »7 qui vont permettre de structurer les données concernant les œuvres, les sites où elles sont installées et les artistes (les données concernant les artistes – les éléments biographiques – seront issus de DBpédia).

13Chaque notice d’œuvre est composée d’une image de l’œuvre, d’une image cartographique du site, de plusieurs galeries d’images (esquisses, plans, montage, prises de vue récentes, autres œuvres en lien, références en histoire de l’art ou dans d’autres domaines, œuvres à proximité, etc.)

14La richesse du contenu dépendra de la sémantisation des données d’une part et du degré d’investissement des contributeurs d’autre part.

Problématique juridique

15La première phase du projet intègre une sémantisation partielle et expérimentale des données concernant les œuvres afin de créer des liens non seulement géographiques mais aussi thématiques. Il s’agira dans un second temps, et notamment dans le cadre de la thèse, d’interroger les notions de « lien », de « concordance », d’ « affinité » entre les œuvres à travers la sémantisation des données artistiques.

16En l’absence de « liberté de panorama » (exception au droit d’auteur8) en France, la problématique juridique influence très fortement la conception et le déploiement d’un projet contributif dans le domaine de l’art public. Les artistes, architectes, photographes sont contactés un à un pour s’assurer de leur accord, et pour les sensibiliser à cette notion de liberté de panorama, notamment à travers l’acception (ou non) d’une licence Creative Commons concernant leurs œuvres dans l’espace public. Un accord avec l’ADAGP (Société des auteurs d’art graphiques et plastiques) doit être finalisé également.

17Le choix technologique de MediaWiki pour Atlasmuseum permet de s’inscrire dans une ergonomie et une philosophie de contribution développées à travers les projets WikiMedia depuis les débuts d’Internet.

18Le choix « philosophique » et « curatorial » de l’inventaire participatif est fondé sur la spécificité des œuvres d’art in situ dans leurs rapports à leur environnement et au public. Ce choix résulte d’un compromis entre les possibilités et les contraintes de développement inhérentes à une plateforme WikiMedia et Semantic MediaWiki. D’autres choix technologiques auraient été possibles et peut-être plus souples (notamment en terme de base de données relationnelles).

19Le projet s’articule avec le Web des données ouvertes : d’une part, MediaWiki structure des données d’une certaine façon (infobox, catégories, etc.) compatible avec DBpédia ; d’autre part, l’extension Semantic MediaWiki, peut permettre une articulation avec des modèles sémantiques de référence existants pour les données culturelles9 ou en cours de développement (projet HADOC du ministère de la Culture et de la Communication10).

20V. Pringuet montre comment intégrer des éléments du CIDOC CRM dans la syntaxe d’un site Wiki, en référence au document de V. Ribaud et P. Leboeuf.

21La question du public est au centre de la réflexion. La dialectique œuvre/visiteur/musée questionnée à travers la contribution inscrit le projet dans une problématique d’esthétique et d’histoire de l’art. Les possibilités envisagées de visualisation des données culturelles à travers la sémantisation soulèvent des questions en terme de choix technologiques et ontologiques.

Open data culturel

22Depuis octobre 2013, Antoine Courtin est ingénieur au sein du Labex « Les passés dans le présent » dont l’objet d’étude porte sur les enjeux d’une médiation dynamique du passé à partir d’objets complexes (archives, images, sons, objets) et sur leurs conditions d’intelligibilité auprès du public dans le contexte des technologies numériques.

23Avant d’intervenir sur la question de l’open data culturel, Antoine Courtin revient sur les raisons d’une telle proposition d’atelier et de sa fusion avec celle de V. Pringuet. Bien que pouvant être largement dissociées, les notions de « Web sémantique et patrimoine » et de « libération des données culturelles » participent à une nouvelle dynamique commune qui encourage une réappropriation des données culturelles dans le futur Web de données.

24Antoine Courtin rappelle les différents moments-clés de l’Open Data, notamment l’ouverture de la plateforme data.gouv.fr11 en 2011 réalisée par la mission Étalab mais aussi la frilosité, encore actuelle, des institutions culturelles à intégrer le mouvement. En reprenant l’expression « le mouton noir de l’Open Data » de Lionel Maurel, il revient ainsi sur le rapport et les recommandations émises par le groupe de travail Open GLAM (Galleries, Librairies, Archives, Museums – bibliothèques, archives et musées), un réseau informel de personnes et d’organisations cherchant à favoriser l’ouverture des contenus conservés ou produits par les institutions culturelles.

  • 12 Ministère de la Culture et de la Communication, Automne numérique : l’innovation au service de la c (...)
  • 13 Cblog le labo du numérique, Tutoriel de l’open data culture, http://cblog.culture.fr/2013/07/11/tut (...)
  • 14 Cblog le labo du numérique, Développeurs, graphistes, porteurs de projets, talents numériques : du (...)

25Cependant, depuis quelques mois, notamment sous l’impulsion du programme Automne numérique12, la question de l’open data culturel semble être prise avec intérêt par le ministère de la Culture et de la Communication : publication d’un rapport, d’une vidéo intitulée Tutoriel de l’open data culture13, organisation du hackathon Dataculture14, etc. Pour ce dernier évènement, 150 jeux de données d’institutions culturelles ont été libérés à cette occasion rejoignant la centaine déjà présente sur la plateforme data.gouv.fr.

26La question de la réutilisation commerciale, considérée comme indispensable à toute libéralisation de données culturelles, a suscité quelques réactions et a permis d’aborder la question des licences. Les archives municipales de Toulouse ont été utilisées comme exemple pour l’utilisation d’une clause très intéressante à savoir le partage à l’identique (« share-alike »).

Formats et qualités des données

  • 15 data.gouv.fr, Ressources pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire des arts, http://www.data.g (...)

27L’open data pose la question du format des données. Paradoxalement, les formats utilisés ne sont pas pérennes notamment, car les données n’avaient pas été prévues à l’origine pour un usage ouvert (voir le référentiel de l’annuaire Histoire des arts téléchargeable uniquement en fichier de traitement de texte15). L’instabilité d’un format fait courir des risques pour l’exploitation des données qu’elle soit commerciale ou pas. Plus frappant encore, la structure même des données peut varier suite à une mise à jour, rendant ainsi presque impensable la création d’une chaîne de traitement économiquement viable.

28L’open data ne doit pas être considéré comme de l’export de données, mais comme leur exploitation dynamique. Ont ainsi été évoqués les entrepôts SPARQL de DBpédia ou encore Isidore comme alternative de requête dans un ensemble de métadonnées. À noter également que le terme générique d’open data culturel désigne à la fois les métadonnées descriptives des bases telles que Mémoires des hommes16 et les données statistiques produites par des institutions culturelles (taux de fréquentations, etc.) apportant ainsi une certaine confusion.

29La question du CIDOC CRM est ensuite revenue. Afin de définir brièvement ce modèle conceptuel, Antoine Courtin présente le projet Researchspace à l’aide d’une vidéo présentant les possibles avantages d’un tel modèle de description pour les « objets » du « cultural heritage » via des recherches spécifiques17.

30Une mise en relation serait possible entre l’approche open data et le web sémantique collaboratif en histoire de l’art. Pour améliorer les initiatives open data dans le milieu culturel, il ne faut pas faire intervenir l’aspect documentaire trop tardivement dans l’élaboration d’un projet. Cependant, il y a un paradoxe difficilement surmontable : il ne faut pas présager des usages des données libérées mais ces usages possibles n’étant pas précisés, les détenteurs de données restent souvent dans l’expectative. Lors d’une intervention le 7 novembre 2013, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a réaffirmé l’engagement du ministère de la Culture et de la Communication pour l’open data culturel.

Bibliographie

Liens utiles

Groupe de travail Open GLAM, Rapport Open GLAM : recommandations pour l’ouverture des données et des contenus culturels, http://www.donneeslibres.info/ (Consultée le 22/01/14).

Ministère de la Culture et de la Communication, Guide Data Culture : Pour une stratégie numérique de diffusion et de réutilisation des données publiques numériques du secteur culturel (PDF), https://semaphore.culture.gouv.fr/documents/10746/1502772/GUIDE+DATA+CULTURE (Consultée le 22/01/14).

Étalab, service du Premier ministre français créé en 2011, chargé de créer un « portail unique interministériel des données publiques » françaises dans le cadre d’une politique de données ouvertes http://www.etalab.gouv.fr/ (Consultée le 22/01/14).

Liste (PDF) des jeux de données pour le hackathon Dataculture http://cblog.culture.fr/wp-content/uploads/2013/10/Jeux-de-donnees1.pdf de la Bibliothèque nationale de France. (URL consultées le 22/01/14.)

Scinfolex, blog de Lionel Maurel, Open GLAM – Recommandations pour l’ouverture des données et des contenus culturels, http://scinfolex.com/2012/09/17/open-glam-recommandations-sur-louverture-pour-louverture-des-donnees-et-des-contenus-culturels/?relatedposts_exclude=6693 (Consultée le 22/01/14).

Archives municipales de Toulouse, Règlement relatif à la réutilisation des données des archives municipales, http://www.archives.mairie-toulouse.fr/index.php?id=374 (Consultée le 22/01/14).

Sparna Labs, http://labs.sparna.fr (Consultée le 22/01/14).

Antidot, l’application Web Monuments historiques, http://labs.antidot.net/monuments/widgets/#search (Consultée le 22/01/14).

Vue statique des relations « œuvre », « expression » issue du modèle conceptuel CIDOC CRM http://www.cidoc-crm.org/frbr_graphical_representation/graphical_representation/work_expression_static.html (Consultée le 22/01/14).

Notes

1 theses.fr, Cartographie de l’art et art cartographique : vers un atlas numérique d’un « musée à ciel ouvert » par Virginie Pringuet, Projet de thèse en esthétique, http://www.theses.fr/s70465 (Consultée le 22/01/14).

2 hypothese.org, atlasmuseum, http://atlasmuseum.hypotheses.org/ (Consultée le 22/01/14).

3 MédiaWiki, Atlasmuseum : Public Art Map, http://www.atlasmuseum.org/mediawiki-1.18.1/index.php?title=Main_Page (Consultée le 22/01/14).

4 MediaWiki, Extension: Semantic MediaWiki, http://www.mediawiki.org/wiki/Extension:Semantic_MediaWiki (Consultée le 22/01/14).

Semantic MediaWiki.org, Help : Introduction to Semantic MediaWiki, http://www.semantic-mediawiki.org/wiki/Help:Introduction_to_Semantic_MediaWiki (Consultée le 22/01/14).

5 The Atlantic, Google’s Ngram Viewer Goes Wild, http://www.theatlantic.com/technology/archive/2013/10/googles-ngram-viewer-goes-wild/280601 (Consultée le 22/01/14).

6 HAL archives ouvertes, Un Wiki sémantique basé sur le CIDOC CRM (PDF), http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/05/79/PDF/Wiki_CIDOC.pdf (Consultée le 22/01/14).

7 N.D.E : une infobox, sur les sites de la nébuleuse Wikipédia, est une table préformatée de données dynamiques qui présente de façon sommaire des informations dans un encadré.

8 Wikipédia, Liberté de panorama, http://fr.wikipedia.org/wiki/Libert%C3%A9_de_panorama (Consultée le 22/01/14).

9 Cidoc-crm.org, The CIDOC Conceptual Reference Model, http://www.cidoc-crm.org/ (Consultée le 22/01/14).

10 Ministère de la Culture et de la Communication, Présentation du projet HADOC, http://www.culturecommunication.gouv.fr/Etudes-et-documentation/HADOC/Presentation-du-Programme/Presentation-du-programme (Consultée le 22/01/14).

11 La plateforme data.gouv.fr.

12 Ministère de la Culture et de la Communication, Automne numérique : l’innovation au service de la culture, http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Dossiers/Automne-numerique-l-innovation-au-service-de-la-culture (Consultée le 22/01/14).

13 Cblog le labo du numérique, Tutoriel de l’open data culture, http://cblog.culture.fr/2013/07/11/tutoriel-de-lopen-data-culture (Consultée le 22/01/14).

14 Cblog le labo du numérique, Développeurs, graphistes, porteurs de projets, talents numériques : du 25 au 27 octobre, participez au Hackathon Dataculture !, http://cblog.culture.fr/2013/10/22/developpeurs-graphistes-porteurs-de-projets-talents-numeriques-du-25-au-27-octobre-participez-au-hackathon-dataculture (Consultée le 22/01/14).

15 data.gouv.fr, Ressources pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire des arts, http://www.data.gouv.fr/fr/dataset/ressources-pedagogiques-pour-l-enseignement-de-l-histoire-des-arts (Consultée le 22/01/14).

16 Ministère de la Défense, Mémoire des hommes, http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1 (Consultée le 22/01/14).

17 Youtube, CIDOC CRM Cultural Semantic Search using Fundamental Relationships, http://www.youtube.com/watch?v=HbYgaxctGV8 (Consultée le 22/01/14).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable