Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Pratiques

Dans les coulisses d’une recherche en ALL-SHS

Note de l’éditeur

Atelier animé le 19 octobre 2013 par Camille Bosqué et Alexandre Dupont, Doctorants en esthétique à l’université Rennes 2.

Texte intégral

FabLabs, makerspaces, hackerspaces

1Camille Bosqué est doctorante en deuxième année à l’université Rennes 2 en esthétique sous la direction de Nicolas Thély et à l’ENSCI (École normale supérieure de création industrielle). Diplômée de l’école Boulle en design produit. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Cachan, agrégée d’arts appliqués.

Présentation rapide de l’objet de la recherche

2Le sujet de sa thèse porte sur les FabLabs, makerspaces, hackerspaces.

3Les FabLabs (ou laboratoires de fabrication) sont des lieux équipés de machines à commandes numériques de prototypage rapide (imprimantes 3D, découpeuse laser, fraiseuses numériques, Arduino…) qui fonctionnent en réseau. Dans la définition originelle, ce sont des lieux « pour n’importe qui, pour fabriquer n’importe quoi » ; ils sont accessibles et ouverts.

4Pour résumer très rapidement, on peut dire que les FabLabs existent depuis une dizaine d’années. Ils ont été impulsés par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) à Boston qui a commencé par implanter des lieux équipés de machines de fabrication dans des régions du monde très diverses, comme par exemple en Inde, au Ghana ou au nord de la Norvège. L’idéal qui motivait la construction de ces lieux était la possibilité de pouvoir s’échanger des fichiers d’un bout à l’autre de la planète, pour partager des modes de fabrication pour des projets innovants, exportables ou réadaptables pour telle ou telle communauté.

5Mais les choses ont évolué avec le temps et on observe depuis un moment une forme d’auto-proclamation des FabLabs, qui se créent désormais en dehors du pilotage du MIT. Ce mouvement est devenu une mode, avec toutes les variations que cela suppose.

6En France, le gouvernement a récemment engagé un appel à projets massif pour financer le développement de ce type de lieux. Ils se multiplient dans tous les pays de manière protéiforme. Pour l’instant, il s’agit d’une forme de pratique sans théorie, il existe peu de littérature critique sur les FabLabs.

7Il est important de garder en tête qu’il s’agit là de la partie la plus médiatisée d’un mouvement plus ample. La thèse ne se focalise pas sur les FabLabs mais considère plus largement le « mouvement maker », donc les makerspaces et les hackerspaces, les lieux communs de fabrication en général. Il existe plusieurs modèles, plus ou moins privés, plus ou moins accessibles, avec des publics variés et des modes de fonctionnement et de financement tout aussi différents.

8Les hackerspaces par exemple ont une autre généalogie, même si leur public peut recouper celui des FabLabs.

Présentation rapide du terrain

9Camille Bosqué présente une grande enquête de terrain qui l’a menée dans plusieurs lieux :

  • À Paris : La Blackboxe1, le /tmp/lab2, La Paillasse3, le FacLab4 (un terrain plus long et un lieu d’enquête régulier) mais aussi l’atelier FabLab de l’ENSCI qui a été récemment rebaptisé « fabrication flexible ».

  • À Barcelone : FabLab IAAC, FabLab influent dans le réseau qui se développe à l’échelle de la ville et a ouvert récemment une antenne « Green FabLab » sur une colline un peu à l’extérieur de Barcelone.

  • En Californie :

    • TechShop à San Francisco, une version « à l’américaine » du makerspace, c’est un club qui fonctionne en service payant avec des coachs pour accompagner les gens. Exemple à l’extrême inverse : NoiseBridge, ouvert 24 h/24, lieu mythique qui fonctionne sans hiérarchie.

    • À Oakland en Californie, Hackermoms qui ressemble plus à un espace de co-working de garderie déguisé. Forme dérivée de la définition admise du hackerspace. Est-ce qu’elles « hackent » leur condition de mères ?

    • La Maker Faire de San Mateo, grand rassemblement de makers qui présentent leurs créations, avec aussi une forte dimension entrepreneuriale ou start-ups qui se développe. Piloté par le magazine Make.

  • En Norvège : FabLab MIT Norway, à Lyngen, au-dessus du cercle polaire arctique. L’un des premiers implantés par le MIT, au quotidien plutôt désert bien que très bien équipé.

  • Aux Pays Bas : OHM (Observe Hack Make), grand festival de hackers internationaux ; FabLab Waag, installé dans un des plus vieux bâtiments de la ville.

  • Au Japon : FAB9 à Yokohama, grande réunion annuelle internationale des FabLabs, discussions sur l’avenir du réseau. FabCafé à Tokyo : FabLab dans un café. FabLab Kamakura : FabLab dans une ville d’artisans, qui tente de faire le pont entre artisanat et fabrication numérique.

  • En Italie : Maker Faire Rome : la première édition européenne de la Maker Faire américaine.

La méthode

Blog

10Camille Bosqué a un blog de recherche qui n’est pas un carnet de recherche Hypothèse5. Sur ce site, elle met en ligne ses comptes rendus, des photos, des récits de visites et de rencontres. La question du choix d’un Tumblr plutôt que d’un Wordpress s’est posée. Le choix s’est fait par affinité et habitude,Tumblr offre un rapport « plus décomplexé » à la publication progressive des étapes d’une enquête de terrain.

11Résultat non calculé au départ, la publication du blog a produit des effets, suite aux comptes rendus publiés en ligne, qui contribuent à faire circuler des informations sur tels ou tels projets, lieux ou acteurs du réseau. De cette manière, la recherche a un rôle de pollinisateur ou amplificateur par la publication de ses enquêtes, qui influe donc également sur son propre objet et le modifie.

12Par exemple, en Norvège, l’émergence du projet Electronic Shepherd (système de tracking de troupeaux couplé à un GPS) – célèbre pour avoir été conçu par des bergers locaux –, est souvent mentionnée pour illustrer l’intention originelle du MIT.

13Aller sur place a permis de révéler quelques failles dans la réalité de ce projet, au-delà du récit qui en est fait. L’activité effective de certains lieux est également difficile à cerner à distance (par leurs sites Web) et c’était le cas du FabLab MIT Norway.

Dessins

  • 6 Bosqué C., Make Hack Fab, « Oh my god : you’re hacking the perspective, it’s genius. », http://make (...)

14Outil d’enquête personnel, le dessin est aussi une forme « low tech » de visualisation de données : répartition des machines dans l’espace, gestes de personnes dans la fabrication de leurs projets6, etc.

15Dessiner est aussi une façon de passer du temps avec les gens interrogés dans des lieux où la « participation » est une forme d’injonction et où la posture de l’observateur inactif est malvenue. C’est aussi une forme de « contre-don » un peu déviée : Camille Bosqué donne ses dessins et laisse les gens regarder.

Visualisation de données

16Que faire de ces données et de ces expériences ?

17Camille Bosqué présente un grand tableau réalisé avec le logiciel Illustrator qui liste les lieux visités, les objets et les acteurs qu’elle a retenus. Au lieu de constituer une base de données dans Excel, c’est un graphe de très grande taille dans lequel on peut naviguer pour zoomer sur certaines parties et révéler certains types d’informations et de catégorisation : qui a fait quoi, qui parle de qui, où…

18Des pictogrammes de couleur identifient la nature des données pour commencer à qualifier les projets et les personnes croisées pendant cette grande enquête. Cela indique aussi les types de ressources accumulées sur le sujet : dessins, photos, interviews… Comment travailler à partir de calques de cette visualisation pour manipuler ces données ?

19Le corpus est très hétérogène : il y a des lieux, des gens, des projets. La question de la recherche est encore en phase de définition mais pourrait consister à montrer la manière dont ces lieux sont davantage des lieux d’expérimentation, de test, de discussion, de projection plutôt que des lieux d’ « innovation ». La manière dont ces praticiens souvent amateurs de do it yourself, de fabrication numérique flexible et open source modifient les pratiques plus classiques de l’industrie et des structures d’innovation, est également une question.

  • 7 Turner F., 2013, Aux sources de l’utopie numérique, Caen, C&F Éditions, 430 p. Spécimen (PDF) en li (...)

20Le livre de Fred Turner7 décrit bien l’histoire de ces allers-retours entre contre-culture et cyberculture mais ne va pas jusqu’au bout pour décrire les FabLabs et ces nouveaux lieux.

La visualisation de données

21Alexandre Dupont est doctorant en première année à l’université Rennes 2, sous la direction de Nicolas Thély, en esthétique. Après un parcours universitaire de premier et second cycles en histoire de l’art, sa recherche doctorale porte sur une large étude critique du Net Art, afin de retracer son émergence en tant que genre artistique.

22Cette seconde partie de l’atelier embrassait le thème de la visualisation de données. Plus précisément, il s’agissait d’évoquer d’éventuels retours d’expériences, afin d’interroger la pertinence des épreuves obtenues par des outils tels que Gephi, ainsi que leur articulation dans une méthodologie de recherche. Cette proposition d’échanges était circonscrite autour de questionnements sur les utilisations pensées en amont, les productions issues des manipulations, mais également le rôle fondamental de la base de données. Plus généralement, ce temps dans l’atelier se destinait à plonger au cœur de la notion de pertinence, à travers le choix d’une utilisation de certains outils de visualisation de données, en tant que chercheur situé dans le champ disciplinaire des arts et des lettres, et non graphiste ou designer.

23L’opportunité, qui se présentait, a permis dans un même mouvement de faire écho à des éléments évoqués au cours de l’atelier intitulé « Design et outils sémantiques, définir, identifier, qualifier les relations » et animé par Alexis Chazard et Gilles Rouffineau. Une des remarques qui y avait été formulée avançait l’idée que la mise en visualisation des données pouvait être construite dans le cadre d’une organisation triangulaire entre chercheur, programmeur et designer.

24En effet, la production d’un graphe dans Gephi ne devrait pas être une finalité en soi, mais posséder une valeur heuristique.

25Suite à une question sur ce qu’était Gephi, la réponse fut : un outil de visualisation de données vectorielles, permettant de créer des cartes relationnelles ou réseautiques à partir d’entrées dans une base de données. L’algorithme du logiciel développe un graphe selon une table de liens, qui permet les mises en relation des données.

26A. Dupont montre une épreuve qu’il a produite avec Gephi. Le document affiché présente une visualisation des expositions collectives de Manfred Mohr, dont les données structurées sur tableur, sont construites à partir d’informations textuelles disponibles sur le site de l’artiste. La question soulevée porte sur la manière d’interpréter les résultats. Il est précisé que ce type de graphe arrive en appui d’un article (« Manfred Mohr. Enquête pour une histoire du Computer Art en France »)8, publié sur le blog Hypothèses de Pierre Braun, qui en est l’auteur. Ici, la visualisation relaie des analyses déjà élaborées et pensées en amont. La discussion collective permet d’évoquer d’ailleurs l’importance de la documentation liée à la sollicitation de ce genre d’outil logiciel, surtout parce que cela intervient dans les recherches en arts et en lettres.

27À l’évocation de la recherche d’A. Dupont sur le Net Art, la constitution de la base de données en cours de construction est abordée suite à une remarque. À l’heure actuelle, il s’agit d’une base structurée dans un tableur à partir des ouvrages traitant significativement de ce sujet. À court terme, l’usage de Gephi serait envisagé, afin de générer une carte relationnelle du tissu littéraire associé. L’ambition est de pouvoir déterminer quels sont les différents réseaux et pratiques affiliées au Net Art.

28Sur le point déterminant de la valeur productive et de l’utilité des visualisations, Nicolas Larousse évoque Jean-Daniel Fekete, responsable de l’équipe Aviz9, ainsi que son travail au sein de l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique)10. Parlant de J.-D. Fekete, N. Larousse reprend la critique qu’il formule à propos des graphes réalisés sous Gephi, qualifiés de « plats de spaghettis » et dont la clarté et la lisibilité sont mises en débat.

29Toujours concernant les réflexions élaborées dans ce domaine, le nom de David MacCandless est cité à propos notamment de son activité sur le site Information is beautiful11, sous-titré « ideas, issues, knowledge, data-vizualised ».

« C’est très tendance »

  • 12 Présentation (PDF) disponible en ligne : Matrices de Bertin, graphique pour lire l’information cont (...)

30Pierre Braun intervient pour indiquer qu’une forme aussi simple qu’un dessin est une représentation de données en soi, une pensée qui se donne à voir. En conséquence, la visualisation de données n’est pas intrinsèquement liée aux formes graphiques réalisées numériquement. Ainsi, quels apports spécifiques peuvent apporter l’utilisation de différents outils ? Quels sont les intérêts d’une programmation sur Processing dans une optique de visualisation de données ? Sur ces questions, l’un des intervenants fait référence aux matrices de Bertin12.

  • 13 Drucker J., SpecLab: Digital Aesthetics and Speculative Computing, Chicago, University of Chicago P (...)

31Le nom de Johanna Drucker est évoqué concernant l’importance de l’interprétation et des habitudes de lectures, en l’occurrence ici, sur la dimension visuelle d’un projet de recherche. Cette réflexion est notamment développée dans un ouvrage paru en 200913, et dont l’auteur interroge, à travers des projets de recherches spécifiques, des aspects tels que la place de la subjectivité, l’importance de l’interface, mais aussi le défi que représente la visualisation de la temporalité. En prolongement, et pour revenir à l’exploitation au sens strict des données, la consultation de projets et de travaux semble indispensable, afin de tirer des enseignements de ce qui se joue dans la production de ce type de contenus.

32Sont évoqués :

  • Les travaux de Santiago Ortiz sur le site Moebio14 ;

  • Le projet ALPAGE (Analyse diachronique de l’espace urbain parisien : approche géomatique15). Il s’agit d’un programme de recherche initié en 2006 et porté par une collaboration d’historiens, de géomaticiens et des informaticiens sur l’espace urbain parisien. Ici, le projet reprend ce qui fut évoqué plus tôt, concernant l’association des compétences, ainsi qu’une vision précise de l’objet d’étude ;

33Le projet de recherche et les perspectives méthodologiques développé par Lieve Van Hoof dans son « Analyse numérique des réseaux antiques : le corpus épistolaire de Libanios »16.

Plutôt que de partir d’une interprétation qualitative d’une sélection de lettres, l’analyse des réseaux examine la collection entière des lettres d’un point de vue aussi bien quantitatif que qualitatif. Il en résulte une image différente de l’auteur et de ses lettres, mettant en lumière notamment les interactions interculturelles et interreligieuses du quatrième siècle et les évolutions diachroniques du réseau de Libanios.

34Un autre projet qui, depuis la diffusion de sa première visualisation réalisée par des étudiants en design, fut beaucoup analysé, commenté et critiqué : il s’agit du laboratoire Mapping the Republic of Letters17, situé à l’université de Stanford (Californie, États-Unis). Travaillant sur des corpus et des données héritées, l’intention de cette entreprise est de tracer les réseaux de diffusion des idées, en appliquant les fruits d’une réflexion concomitante sur les « outils de visualisation interactifs » :

These networks were the lifelines of learning, from the age of Erasmus to the age of Franklin. They facilitated the dissemination and the criticism of ideas, the spread of political news, as well as the circulation of people and objects. But what did these networks actually look like? Were they as extensive as we are led to believe? How did they evolve over time? Mapping the Republic of Letters, in collaboration with international partners, seeks to answer these and other questions through the development of sophisticated, interactive visualization tools.

35e-Diaspora18 réunit des chercheurs dont l’objectif est d’étudier les communautés migrantes qui s’organisent et communiquent via différents médias numériques, mais aussi de leurs occurrences mutuelles. L’ensemble de ces travaux en cours permettent d’obtenir un atlas en ligne. La construction des données en corpus s’effectue par l’utilisation d’outils informatiques tel que Navicrawler19. La visualisation se fait ici avec Gephi, qui permet d’obtenir des graphes esthétiquement très agréables à consulter. Néanmoins, une remarque vient renforcer l’idée selon laquelle les cartes ne sont pas le résultat et qu’il s’agit bien du texte associé à la visualisation, qui est essentiel.

  • 20 DataParis, Des données sur Paris et les Parisiens localisées par le biais du réseau métropolitain, (...)
  • 21 INSEE, Paris 1er arrondissement, évolution et structure de la population, http://www.statistiques-l (...)

36Sur ce point de la valeur informative ou heuristique d’une visualisation, le projet DataParis20, réalisé par quatre étudiants d’HETIC (Hautes études des technologies de l’information et de la communication, Montreuil) permet de s’attarder sur l’importance du traitement des données. Dans ce cas-ci, elles proviennent des chiffres obtenus par le recensement de la population par l’INSEE en 2009. En vue de fournir différentes informations à travers une cartographie, il est intéressant de noter que ces données publiques font déjà l’objet d’un traitement par l’INSEE21. De cet exemple, la question qui se pose est de savoir si les graphes fournissent de l’information, ce qui n’est pas évident sans une connaissance précise des données. Cela rejoint l’idée fondamentale d’être attentif sur les données et du recul nécessaire devant le pouvoir de séduction d’un beau visuel.

37Le dispositif Palladio développé par Nicole Coleman à l’université de Stanford, est présenté comme un outil mieux adapté aux recherches d’histoire, tandis que Gephi est probablement plus orienté dans le champ de la sociologie. Cela devrait prendre la forme d’un service Web dont le design d’interface s’adapterait au contexte des données (spatial, temporel, relationnel) dans le cadre de recherche quantitative par exemple.

Notes

1 Hackerspaces, BlackBoxe, http://hackerspaces.org/wiki/BlackBoxe (Consultée le 20/01/14).

2 /Tmp/lab, Creative Use of Technology, http://www.tmplab.org/contact/ (Consultée le 20/01/14).

3 La paillasse, Page d’accueil, http://www.lapaillasse.org/ (Consultée le 20/01/14).

4 Université de Cergy-Pontoise, FacLab, http://www.faclab.org (Consultée le 12/12/13).

5 Camille Bosqué, Make Hack Fab, http://makehackfab.tumblr.com/ (Consultée le 12/12/13).

6 Bosqué C., Make Hack Fab, « Oh my god : you’re hacking the perspective, it’s genius. », http://makehackfab.tumblr.com/post/51170049062/oh-my-god-youre-hacking-the-perspective-its (Consultée le 12/12/13).

7 Turner F., 2013, Aux sources de l’utopie numérique, Caen, C&F Éditions, 430 p. Spécimen (PDF) en ligne : http://cfeditions.com/Turner/ressources/Turner_Specimen.pdf (Consultée le 12/12/13).

8 http://computerdrawing.hypotheses.org/579 (Consultée le 12/12/13).

9 http://www.aviz.fr/ (Consultée le 12/12/13).

10 http://www.inria.fr/ (Consultée le 12/12/13).

11 http://www.informationisbeautiful.net/ (Consultée le 12/12/13).

12 Présentation (PDF) disponible en ligne : Matrices de Bertin, graphique pour lire l’information contenue dans une matrice rectangulaire, http://anf-visualisation.huma-num.fr/sites/default/files/matrices-de-bertin-chauchat.pdf (Consultée le 12/12/13).

13 Drucker J., SpecLab: Digital Aesthetics and Speculative Computing, Chicago, University of Chicago Press, 2009, 264 p.

14 Ortiz S., Santiago Ortiz Website, http://moebio.com/ (Consultée le 12/12/13).

15 ALPAGE, Analyse diachronique de l’espace urbain parisien : approche géomatique, http://alpage.tge-adonis.fr/fr/ (Consultée le 12/12/13).

16 Philologie à venir, DH EHESS : analyse de réseaux et Digital Classics, http://philologia.hypotheses.org/1119 (Consultée le 12/12/13).

17 Stanford University, Mapping The Republic of Letters, http://republicofletters.stanford.edu/ (Consultée le 12/12/13).

18 e-Diasporas, The concept, http://www.e-diasporas.fr/ (Consultée le 12/12/13).

19 WebAtlas, Navicrawler, http://webatlas.fr/wp/navicrawler/ (Consultée le 12/12/13).

20 DataParis, Des données sur Paris et les Parisiens localisées par le biais du réseau métropolitain, http://dataparis.io/ (Consultée le 12/12/13).

21 INSEE, Paris 1er arrondissement, évolution et structure de la population, http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/ARM/DL_ARM75101.pdf (Consultée le 12/12/13).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable