Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Pratiques

Recherches en histoire et humanités numériques : un témoignage

Note de l’éditeur

Atelier animé le 18 octobre 2013 par Martine Cocaud, enseignant-chercheur en histoire à l’université Rennes 2.

Texte intégral

Contexte de la recherche

1L’atelier propose d’examiner ce que signifie « prendre des initiatives en termes d’humanités numériques » au sein d’une unité de recherche comme le CEHRIO1, une unité de recherche en histoire généraliste où l’on retrouve des projets d’historiens, d’anthropologues et aussi d’ethnologues. Les ressources traitées au sein du laboratoire sont d’ordre textuel, visuel et sonore (enregistrement des sons d’enquêtes des années 1960).

2Les chercheurs se confrontent à des problèmes de diffusion dans leur volonté de mettre ces ressources en ligne : comment travailler sur des formats différents ? De là émerge l’idée de constituer une bibliothèque numérique se présentant comme un outil pour les chercheurs. Parmi les outils utilisés : Omeka2, qui permet de traiter tous les types de données. Les chercheurs sont toutefois obligés d’externaliser le processus de travail, de collaborer avec des prestataires (une société externe développe actuellement le code – c’est l’unité du CNRS ex-TGIR Huma-Num), afin de mettre les vidéos et le son en ligne. Pour ces chercheurs, il est important de rester dans une logique de laboratoire et d’unité de recherche. La bibliothèque doit être un outil de mise à disposition et obéir à une logique d’open data (cf. atelier 11). Par exemple, Nicolas Richard met à disposition les entretiens multilingues utilisés dans ses recherches pour ne pas laisser mourir ces données3. Mais ce sont là des petites initiatives qui reposent sur des individualités, c’est pourquoi il est important d’intégrer ces recherches dans une réflexion globale portant sur l’archive en histoire.

Un nouveau projet en humanités numériques : cartographie des saints bretons

3Martine Cocaud a proposé à ses collègues de revenir sur un travail conduit il y a dix ans avec un autre historien, André Le Meur, qui portait sur les saints bretons.

Cartographie de Sainte Brigitte

Cartographie de Sainte Brigitte

4Le défi à l’époque était le suivant : comment un historien, qui n’aime pas spécialement les ordinateurs, peut-il produire du texte, le diffuser sur le Web et permettre une facile consultation de son travail ? Il s’agissait en fait de mettre sur le Web un outil collaboratif qui permette d’afficher et d’enrichir ou de consulter de lourdes notices (environ 5 000 pages de texte et d’images) concernant les saints bretons. Ces notices avaient été construites à partir d’un dépouillement systématique de la bibliographie érudite et d’un collectage de photos. Les informations étaient destinées aux chercheurs mais une partie pouvait intéresser beaucoup le grand public.

  • 4 Cocaud M., Le Meur A., « Du texte à la base de données : le libriciel comme outil de production et (...)

5La réponse fut à l’époque expérimentale et pris le nom de Libriciel. Basé sur le balisage des textes en HTML, ce prototype proposait des outils de recherches et d’affichage d’informations textuelles4. Un site a été créé, il a vécu quelques mois puis il a été abandonné par manque de temps et de financement.

6Dix ans après, M. Cocaud a ré-ouvert ce projet de recherche dans le contexte des humanités numériques. Sur les conseils de Jean-Daniel Fekete, un wiki est créé et comprend 5 000 pages. Il s’agit de former une communauté de chercheurs et d’amateurs qui sont de vrais spécialistes de l’hagiographie bretonne.

7L’idée est celle d’un dictionnaire collectif. Ce projet ouvre de nouvelles perspectives et offre des outils pour la recherche. Il permet entre autres de visualiser les résultats sous forme de cartes ou/et de réseau, pour permettre à un historien de voir d’un autre œil.

Réseau de saints

Réseau de saints

8Ce wiki a pour ambition de fédérer une communauté pour que celle-ci, enrichie, s’ouvre aussi à d’autres communautés celtiques (Pays de Galles et Irlande). Jacques Cellier présente le wiki.

9J. Cellier qui collabore avec M. Cocaud a produit une base de données à partir du wiki. Cette base de données contient entre autres les références de géolocalisation de tous les lieux cités dans les notices. Cette base de données alimente une carte qui serait en mise à jour permanente.

10Les historiens peuvent également regarder du point de vue de l’analyse de réseau en utilisant Pajek et Visone5.

Analyse de réseaux

Analyse de réseaux

Pérennité des outils et des données de la recherche

11Ces recherches sont déposées sur le réseau, mais après, que deviennent-elles ?

12L’outil développé reste dépendant des chercheurs. Qui va faire évoluer cet outil ?

13Les historiens sont confrontés à un problème de transfert et de partage de compétences. Le projet est géré à l’échelle du laboratoire. Il doit donner envie à d’autres chercheurs d’utiliser ces technologies et de les réadapter selon leurs exigences. D’où l’idée de faire une « banque d’outils ».

14L’objectif de l’institution doit être de garantir l’accès à des outils qui évoluent. Mais qui porte cette question au sein de l’institution ? Qui doit faire le travail ? Le chercheur porteur de projet ? La DSI de l’université ? Le TGIR Huma-Num s’engage à assurer la pérennité des données (30 ans aujourd’hui).

15Mais le TGIR Huma-Num peut-il accueillir tout le monde ?

Bibliographie

Cellier J., Cocaud M., Le traitement des données en histoire et sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 554 p.

Cellier J., Cocaud M., Traiter des données historiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, 150 p.

Cellier J., Cocaud M., « Grande pêche et cabotage dans le quartier de Saint-Brieuc au milieu du xixe siècle », in Des galères méditerranéennes aux rivages normands : recueil d’études en hommage à André Zysberg, Caen-Rouen, Annales de Normandie, coll. Cahiers des Annales de Normandie, 2011, p. 283-302, en ligne sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?label=SHS&halsid=e2rdaneo4jhlgpsgtfb8797ha1&action_todo=view&id=halshs-00594529&version=1 (Consultée le 06/12/13).

Genet J.-P., compte-rendu d’ouvrage, « Jacques Cellier, Martine Cocaud, Traiter des données historiques. Méthodes statistiques/Techniques informatiques », Histoire & mesure, vol. XVII, no 1, 2002, mis en ligne le 09 décembre 2005, consulté le 1er décembre 2013. URL : http://histoiremesure.revues.org/1241

Notes

1 Centre de recherches historiques de l’Ouest http://www.univ-rennes2.fr/cerhio (consultée le 06/12/13).

2 La plateforme de publication Web Omeka, http://omeka.org/ (consultée le 06/12/13).

3 La tribune d’Adonis, Mémoire indiennes de la guerre du chaco, http://www.huma-num.fr/sites/default/files/lettre_infoinshs_23_partage-experience.pdf (consultée le 06/12/13).

4 Cocaud M., Le Meur A., « Du texte à la base de données : le libriciel comme outil de production et de diffusion du texte scientifique. Une application à l’hagiographie bretonne ». In Journal for Association History and Computing , vol. 4, no. 2, 2001. http://hdl.handle.net/2027/spo.3310410.0004.201 (consultée le 06/12/13).

5 Analysis & visualization of social network, Visone, http://visone.info/html/demo.html et Pajek – Program for Large Network Analysis, http://pajek.imfm.si/doku.php?id=pajek, (Consultées le 06/12/13).

Table des illustrations

Titre Cartographie de Sainte Brigitte
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Réseau de saints
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Analyse de réseaux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 699k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable