Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Politiques

Quelles politiques pour une professionnalisation des Humanités numériques ?

Note de l’éditeur

Atelier animé le 19 octobre 2013 par Pierre Mounier, professeur certifié à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et directeur-adjoint du Cléo (Centre pour l’édition électronique ouverte).

Texte intégral

État des lieux

  • 1 Digital humanities à l’IHA, Résumé du colloque « Quelles perspectives pour les jeunes chercheurs en (...)

1Le colloque « Quelles perspectives pour les jeunes chercheurs en DH ? » (DHIHA5)1 qui s’était tenu les 10 et 11 juin à l’Institut historique allemand de Paris a dégagé 3 angles de réflexion :

2l’évaluation des compétences ;

3la formation aux DH dans la formation des chercheurs en SHS ;

4la structuration des financements pour des projets DH et le problème du « court-termisme » des financements.

  • 2 Digital humanities à l’IHA, « Jeunes chercheurs et humanités numériques : un manifeste », http://dh (...)

5À l’issue du colloque, un manifeste « Jeunes chercheurs et humanités numériques » a été publié2. Il s’agit d’interroger la place des « nouvelles générations », sachant que « jeunes chercheurs » ne rend pas bien compte de la diversité des réalités et des appellations. En allemand, Nachwuchs ne correspond pas aux « jeunes chercheurs » mais à l’idée d’une nouvelle génération.

6Alors que le « Manifeste des digital humanities » de 2010 fixait un horizon, le Manifeste de 2013 se concentre sur les questions matérielles qui deviennent de plus en plus cruciales. La tonalité est moins positive qu’en 2010 et le découragement guette. Les dynamiques digital humanities se heurtent à des structurations qui les empêchent de s’épanouir pleinement et de se développer de façon optimale.

7Ce manifeste pose donc de nouvelles revendications à destination de la communauté scientifique. Parmi ces revendications clés :

  • une reconnaissance plus importante de la publication en libre accès et notamment la publication de données ouvertes ;

  • la reconnaissance du droit de diffuser en libre accès ses propres publications dans des archives ouvertes ;

  • le déploiement d’infrastructures numériques de recherche, construction de bases de données publiques des projets numériques européens ;

  • l’organisation de formations dédiées à tous les niveaux autour des problématiques posées par les DH ;

  • La possibilité de consulter la liste des projets relevant des digital humanities déposés aux niveaux européen et national : projets retenus et non-retenus.

8Des revendications sont également posées au niveau des institutions de recherche pour qu’elles légitiment les initiatives et réalisations de projets en libre accès. L’ensemble des revendications du manifeste est consultable en ligne.

9Il en ressort un consensus sur la nécessité de faire évoluer les choses, notamment en faisant bouger les classements et les critères d’évaluation des activités scientifiques. Il serait souhaitable que les publications en ligne soient mieux définies, afin d’éviter de les qualifier de « site Web », ce qui ne signifie rien. Une évolution des critères d’évaluation est souhaitable, notamment par la prise en compte de critères techniques, supposant ainsi une évolution des comités d’évaluation.

10Il est regrettable de constater la persistance des clichés pouvant circuler autour des digital humanities comme l’entend fréquemment Laure Brossin, doctorante en anthropologie de l’art à l’université Paris-Sorbonne-Paris IV : « Les digital humanities, c’est un passe-temps de jeunes. »

11Huguette Rigot, enseignant-chercheur à l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), remarque qu’il est opportun que chaque catégorie puisse s’exprimer, mais qu’il est souhaitable d’envisager une prise de position généralisée sous peine d’avoir une déclinaison de manifestes entre les jeunes chercheurs, les doctorants et les enseignants-chercheurs. Le manifeste de 2010 parait à ce titre une référence fondatrice et importante.

La mise en œuvre

Un copilotage ingénieur/chercheur

12À travers la question de la complémentarité entre recherche et ingénierie, Paul Girard, ingénieur au MediaLab de l’Institut des études politiques de Paris (SciencesPo) cite l’exemple de son laboratoire où un poste d’ingénieur et un poste de chercheur ont été créés. P. Girard espère qu’à terme le laboratoire pourra intégrer un poste de designer.

13Il est également suggéré de développer des unités de services et de recherche (statut du CNRS, à ouvrir aux universités) avec des feuilles de route claires pour les chercheurs qui y seraient affectés, afin de diminuer la mécanique « dominants/dominés » dans les labos. Cela permettrait d’aller vers un copilotage des projets de recherche. La reconnaissance des activités des ingénieurs passerait peut-être par une structuration plus forte des fiches d’évaluation (comme celles des chercheurs).

14Cynthia Pedroja travaille à la maison européenne des sciences de l’homme et de la société (type USR) de Lille qui n’héberge aucun chercheur en son sein. Cependant, des actions de recherche sont réalisées dans le cadre de projets. Cette situation n’est pas propre à la métropole lilloise et elle se retrouve dans d’autres MSH (MSH Val de Loire, FMSH Paris, MSH Ange-Guépin de Nantes, ISH de Lyon, MMSH d’Aix-Marseille...).

15Il est également rappelé que les digital humanities existent aussi en dehors des universités (dans les archives, dans le monde patrimonial, dans le privé, etc.).

Le lobbying ?

16Tout le monde se dit spécialiste du numérique : il faut affronter de l’intérieur cette situation et donc accepter d’intervenir dans des lieux de prise de décision (conseil scientifique, conseil d’UFR, CNU, etc.). De plus, il apparaît souhaitable et opportun d’intégrer des acteurs évoluant hors du périmètre des DH mais qui ont des savoir-faire (artistes, ingénieurs).

17Investir l’institution à titre personnel pour faire avancer les choses est indispensable, même si ce travail de lobbying, visant à rendre la question publique, est certes chronophage. Des progrès sont encore à réaliser : au CoCNRS, les ingénieurs ne sont pas assez écoutés lorsqu’on évalue les chercheurs. Les ingénieurs sont d’ailleurs évalués par leur directeur d’unité uniquement et non pas par leurs pairs.

18Vraisemblablement, cet investissement implique de prendre des risques pour défendre les équipes, les labos et les projets, notamment en encourageant les travaux des jeunes chercheurs. Il s’agit d’envisager une construction commune et progressive.

19La stratégie mise en œuvre par Mareike König (organisatrice du DHIHA5) a consisté à inviter au colloque des personnes en position de pouvoir et de décision. Certaines ont pu ainsi signer le manifeste (Jean-Michel Salaün, Pascal Arnaud, Milena Zic-Fuchs, etc.). Le colloque était précédé d’un « call for blogs » qui a permis à certains de participer à distance en rédigeant un article de blog en amont (et inclus dans la liste des signataires).

20H. Rigot pense qu’il faut faire du lobbying à différents niveaux : il ne suffit pas de convaincre le niveau A pour être finalement bloqué au niveau B. C’est souvent au niveau national qu’il est plus facile d’arriver à convaincre.

21Pour Alexandre Serres, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Urfist (unité régionale de formation à l’information scientifique et technique) de l’université Rennes 2, il faut agir également à la base, au niveau de la formation. À Rennes 2, un dispositif réalisé auprès des chercheurs sur leur utilisation des outils numériques a révélé une forte hétérogénéité des pratiques : certains n’utilisent pas de logiciels bibliographiques, d’outils de veille, etc. et travaillent avec des outils qui ne sont pas forcément adaptés : bibliographie statique dans un fichier Word qui ne pourra pas être analysée ou réutilisée dans quelques années. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas un phénomène générationnel. Il faut prendre la mesure de ces différences car elles ralentissent la mise en œuvre de pratiques. Juliette Hueber, ingénieur d’études au laboratoire InVisu (USR 3103) de l’Institut national de l’histoire de l’art, confirme cette hétérogénéité et elle estime nécessaire de faire un travail de fond, voire de fourmi, auprès des instances et des laboratoires pour inciter à ce que chacun puisse prendre le train en marche.

22Les jeunes chercheurs se trouvent dans une situation critique et la méthode « bottom up » (du bas vers le haut) est aussi lente que le travail de lobbying. « L’urgence c’est maintenant ! », estime P. Mounier : aujourd’hui, les jeunes chercheurs investis dans le champ des humanités numériques voient passer devant eux des collègues qui ont des pratiques plus traditionnelles et mieux reconnues.

Implications et prises en compte

23Jean-Pierre Masse, chargé de mission édition humanités numériques au CERI SciencesPo, signale la proposition portée par son laboratoire de faire en sorte que l’on tienne compte, sous forme de bonus, des « objets » qui ne sont pas des publications. Cette proposition n’a pas été acceptée. Une telle démarche pourrait venir du bas, des jeunes chercheurs notamment, pour mener à une reconnaissance.

24P. Girard signale que la reconnaissance en interne des pratiques professionnelles est difficile. On doit « tricher » en permanence pour travailler, assister à des manifestations comme le THATCamp…

Pistes esquissées

Une revue

25Il faudrait envisager la création d’une revue de « méthodes » scientifiques et techniques. La revue comporterait également des articles classiques pour obtenir une reconnaissance officielle. Cette revue pratiquerait la transparence complète sur l’acceptation et refus des papiers, avec publications de comptes rendus de lecture.

Cursus et évaluation

26Un travail spécifique sur la réécriture des textes réglementaires (normes) est nécessaire, notamment sur les cursus. Les fiches de poste (emplois-types) devraient correspondre aux activités réelles. Dans le même esprit, il faudrait structurer les fiches d’évaluation des ingénieurs pour rendre compte de leurs différentes activités et des objets produits.

Diffuser les bonnes pratiques

27Un « Manifeste des tricheurs » pourrait mutualiser les trucs et les astuces utilisés pour assister aux manifestations autour des digital humanities, car il n’est pas toujours aisé d’y participer notamment pour les THATCamps qui ne rentrent pas dans les critères académiques. Des éléments à prendre en compte pour la future version du manifeste.

28La piste visant à développer une argumentation type « advocacy pour décideurs » est aussi évoquée. Nicolas Thély, professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, témoigne de son rôle à l’université et au CNU pour promouvoir ces recherches et défendre les dossiers des candidats.

29Les succès et les échecs méritent d’être mieux connus. Ainsi, P. Girard signale qu’il faut développer l’auto-critique sur les différentes pratiques « numériques » et sur ses « ratés ». Il rappelle l’importance du « pragma-brique » ! Ce pragmatisme implique selon H. Rigot de faire en sorte que les cursus puissent aussi déboucher sur des métiers dans le privé. Il faut arriver à le penser et à intégrer les DH dans des maquettes.

Notes

1 Digital humanities à l’IHA, Résumé du colloque « Quelles perspectives pour les jeunes chercheurs en DH ? » #dhiha5, http://dhiha.hypotheses.org/1124 (consultée le 06/12/13).

2 Digital humanities à l’IHA, « Jeunes chercheurs et humanités numériques : un manifeste », http://dhiha.hypotheses.org/1108 (consultée le 06/12/13).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable