Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Politiques

Humanités numériques et bibliothèques

Note de l’éditeur

Atelier animé le 18 octobre 2013, par Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’université de Bordeaux 3.

Texte intégral

1L’atelier avait pour objectif de faire le point sur le rôle des bibliothèques et des services documentaires et archivistiques, dans leur apport aux projets en humanités numériques. Leurs rôles, en tant qu’espaces physiques et espaces virtuels, sont interrogés. Une évolution des structures documentaires apparaît nécessaire à plusieurs égards. En effet, outre une évolution des espaces physiques et des espaces virtuels de diffusion des connaissances, il s’agit surtout d’envisager une évolution des compétences des bibliothécaires. C’est donc un enjeu de formation qu’il faut envisager dès à présent, tant les besoins se font de plus en plus sentir d’une part, mais aussi d’autre part pour anticiper les besoins futurs et se positionner stratégiquement vis-à-vis des initiatives et projets en humanités numériques qui se feront jour.

2Olivier Le Deuff articule sa réflexion avec une idée de projet à Bordeaux qui vise à réaliser un cours en ligne sur les rapports entre humanités numériques et les bibliothèques en partenariat avec le Québec (notamment la bibliothèque de l’université Laval). L’objectif étant à la fois de former les professionnels des bibliothèques, mais aussi de rapprocher bibliothécaires et chercheurs avec la volonté que les problématiques « bibliothéconomiques » et archivistiques soient identifiés dès le lancement des projets. La question concerne au premier chef les bibliothèques universitaires, mais les dimensions de médiation et de valorisation ne doivent pas se confiner au monde universitaire. Dès lors, c’est l’ensemble des bibliothèques qui peut être intéressé par cette démarche, afin d’ouvrir les humanités numériques à un public élargi et de susciter la participation. Le débat fait ressurgir les clivages, de plus en plus dépassés, entre le conservateur qui garde et classe et le chercheur qui exploite. Le changement de paradigme montre que les bibliothèques s’inscrivent de plus en plus dans des processus de médiation et d’exploitation voire de démarches éditoriales, comme ce peut être le cas de l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).

3Les espaces documentaires comme les bibliothèques présentent des avantages évidents en constituant des lieux bien identifiés et des espaces présentant une pérennité appréciable, tandis que les projets de type humanités numériques reposent sur des financements limités dans le temps ne leur permettant pas de finaliser et de pérenniser des réalisations qui apportent des résultats, ce qu’on ne peut que déplorer. En se tournant vers les bibliothèques dès le début des projets, et en veillant stratégiquement à ce que certaines compétences soient mieux identifiées et préservées, on se permettrait d’établir les projets sur un socle d’expériences et on s’éviterait ainsi de réinventer la roue systématiquement. Mais le dialogue doit être réciproque, il faut une nécessaire concertation entre bibliothécaires et chercheurs pour identifier les œuvres qui mériteraient une valorisation numérique particulière.

4Mais n’y a-t-il pas un risque que la structure documentaire s’efface derrière les impératifs de recherches et ne soit placée dans un rôle de prestataire de projet ?

5Le meilleur moyen de s’en prémunir serait d’éviter l’écueil d’une délégation technique en intégrant les bibliothèques dans les comités de pilotage et la gestion de projet relevant des humanités numériques, comme c’est le cas des bibliothèques rennaises.

La bibliothèque, comme pôle central de réunification de compétences

  • 1 Voir notamment son blog Bibliobsession et les publications autour du tag « médiation numérique »
  • 2 Galaup X. (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Paris, Presses de l’Enssib, 2011, (...)

6Les bibliothèques vivent depuis une vingtaine d’années un changement de paradigme, en passant de la conservation à la circulation et à l’ensemble des dispositifs de médiation, dont l’un des aspects récent concerne les travaux autour de la médiation numérique (voir par exemple les travaux de Silvère Mercier1, bibliothécaire à la Bibliothèque publique d’information et l’ouvrage dirigé par Xavier Galaup2, président de l’Interassociation des archivistes, des bibliothécaires et des documentalistes) et les initiatives pionnières menées notamment au sein de la bibliothèque universitaire d’Angers, à la fois dans la disposition des espaces physiques mais également dans les offres numériques. Ces évolutions notables sont à prendre en considération par les chercheurs qui peuvent bénéficier de compétences clés, dont il leur faut prendre conscience.

7Les évolutions naissent parfois d’individualités qui permettent de sortir des logiques de silo ou des logiques hiérarchiques, au profit de logiques de réseaux qui privilégient l’identification et la mutualisation des compétences et des pratiques. C’est le cas des bibliothèques rennaises qui ont une position renforcée en termes de compétences organisationnelles et sociales.

8Les enjeux sont importants dans un contexte où l’on s’interroge sur le rôle des grandes bibliothèques numériques et de la position stratégique de Google, ce que rappelle Séverine Giordan, docteure en science de l’information et ATER à l’université d’Avignon, au cours de la discussion.

Des compétences à développer et à faire reconnaître

9Un consensus se dégage sur l’intérêt de présenter des projets incluant une expertise bibliothécaire dès le dépôt de dossier. L’ANR (Agence nationale pour la recherche) pourrait défendre plus nettement cette logique et encourager ces bonnes pratiques. Il reste ensuite à construire un équilibre entre bibliothèques et structures de recherche : une relation efficace qui irait au-delà du seul regard d’ingénierie sous la houlette des chercheurs comme donneurs d’ordres.

10On peut dégager deux facteurs de reconnaissance : la légitimité institutionnelle et les initiatives personnelles. Il y a un enjeu important à défendre le rôle des bibliothèques dans le cadre de l’association francophone des humanités numériques dans son travail de lobbying. La position des bibliothèques au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est aussi à repenser, du fait d’un rôle parfois peu évident ou peu lisible dans l’organigramme de la recherche nationale : il n’est pas toujours facile de se former et d’élargir ses compétences ; certains bibliothécaires ont parfois du mal à convaincre leur hiérarchie de l’intérêt qu’ils ont à suivre des formations leur permettant de développer des compétences allant au-delà de leurs prérogatives quotidiennes. Cet ostracisme organisationnelle nie parfois des compétences en interne. Il est bon de rappeler alors les possibilités de formations existantes entre l’Enssib, les Urfist (unités régionales de formation à l’information scientifique et technique), et les CFCB (centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques).

11Les formations proposées par l’Enssib, notamment son master 2 « Publication numérique3 », mériteraient de concerner davantage de conservateurs. Ces compétences valent cher dans les bibliothèques actuellement à condition qu’elles soient mieux reconnues et mises en avant. Il est également rappelé que la France constitue un cas particulier par rapport à d’autres pays où un double cursus est parfois exigé (doctorat et formation en bibliothéconomie). Les profils français sont parfois insuffisamment orientés « recherche », malgré les nouvelles injonctions faites au corps des conservateurs sur ce plan.

12L’importance de la variété des situations locales est aussi défendue afin que chaque service documentaire puisse défendre ses spécialisations et ses points forts. Il est également rappelé qu’un travail conjoint avec les MSH (maisons des sciences de l’homme) est souligné. L’enjeu pour les bibliothèques est de ne pas laisser échapper des compétences et d’encourager la reconnaissance des compétences liées à l’autoformation.

Une formation idéale ?

13L’idée d’une formation à double entrée « bibliothéconomie et recherche » est évoquée : la formation devrait permettre aux bibliothécaires de développer leurs compétences pour les mettre à profit au sein de projets de recherche dans lesquels ils seraient partie prenante voire initiateurs. De même, les chercheurs seraient incités à mieux identifier les compétences proposées par la bibliothèque pour créer une mutualité constructive. Il serait alors possible d’envisager des formations croisées et des collaborations afin de faciliter le dialogue et améliorer les méthodes de travail. Cela signifie qu’il ne s’agit pas de concevoir la bibliothèque uniquement comme prestataire de service, vassaliser la relation en renvoyant la bibliothèque à une délégation technique. Il s’agit au contraire, dans un esprit « humanités numériques », de faciliter les conditions du « travailler ensemble ». Il est donc primordial que les compétences en bibliothèques soient mieux connues des chercheurs dans leur ensemble, ce qui suppose des actions de communication.

14Émerge donc un besoin d’analyser les représentations qu’on se fait des métiers (bibliothécaires, chercheurs et ingénieurs). La mise en avant du succès de certaines démarches internationales pourrait constituer un élément clé : la bibliothèque de l’Institut Max-Planck à Munich est présentée comme un modèle de bon fonctionnement.

15Les contenus possibles d’une telle formation seraient au minimum les suivants :

  • Compétences organisationnelles et sociales :

    • méthodes de participation au sein des projets de recherche ;

    • valorisation des compétences auprès des chercheurs ;

    • savoir se positionner et créer un réseau ;

    • études de cas et témoignages sur les réussites ou les échecs, impliquant une forte dynamique d’échanges et des capacités d’analyse ;

    • méthodologie portant sur l’identification des besoins et des usagers.

  • Culture numérique :

    • culture informationnelle (concepts, outils, savoir-faire, savoirs) ;

    • culture informatique (différents outils, etc.) ;

    • utilisation de logiciels (Omeka, etc.).

16L’atelier met en avant le besoin d’une enquête qui pourrait être pilotée par l’Enssib autour des relations entre chercheurs et bibliothécaires.

Bibliographie

À signaler sur la répartition des compétences, la cartographie ADBS (PDF) des métiers : http://www.adbs.fr/html/observatoire/carte_metiers_ADBS.pdf#KLINK/ (Consultée le 06/12/13).

Voir aussi les enquêtes menées par les Urfist :

L’enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs, menée par l’Urfist de Nice. http://urfist.unice.fr/2011/12/02/epi-enquete-sur-les-pratiques-informationnelles-des-chercheurs/ (Consultée le 06/12/13).

L’enquête de l’Urfist de Rennes et des SCD de Bretagne sur les pratiques des doctorants : http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/veille-recherche/culture-informationnelle/enquete-sur-les-besoins-de-formation-des-doctorants (Consultée le 06/12/13).

Le dispositif de la Minute numérique du chercheur à l’université Rennes2, qui mobilise SCD, Urfist et laboratoires. Une présentation du dispositif (PDF) : http://weburfist.univ-bordeaux.fr/wp-content/uploads/2013/02/berthelot-2012.pdf (Consultée le 06/12/13).

Notes

1 Voir notamment son blog Bibliobsession et les publications autour du tag « médiation numérique »

http://www.bibliobsession.net/?s=m%C3%A9diation+num%C3%A9rique (consultée le 06/12/13).

2 Galaup X. (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Paris, Presses de l’Enssib, 2011, 228 p.

3 Enssib, Master 2 Publication numérique, http://www.enssib.fr/master2-publication-numerique-lyon (Consultée le 06/12/13).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable