Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Saint-Malo 2013

Contextes

Ouverture des données de recherche

Note de l’éditeur

Atelier animé le 19 octobre 2013, par Alexandre Serres, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, co-responsable de l’Urfist de Rennes et Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo.

Texte intégral

Sur l’ouverture des données de recherche

Open data de la recherche : de quoi parle-t-on ?

  • 1 OCDE, « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds (...)

1Tout d’abord, qu’entend-on par données de recherche (research data) ? Selon le rapport de l’OCDE1 de 2007 :

Les « données de la recherche » sont définies comme des enregistrements factuels (chiffres, textes, images et sons), qui sont utilisés comme sources principales pour la recherche scientifique et sont généralement reconnus par la communauté scientifique comme nécessaires pour valider des résultats de recherche.

2Les données de recherche englobent ainsi une réalité protéiforme, composée à la fois des données utilisées et produites par les chercheurs dans toutes les disciplines, et des systèmes documentaires de données (les bases de données scientifiques). Il faut noter que ces données de recherche ne sont pas forcément numériques (au sens de « numériquement nées » – digital natives).

  • 2 Etalab, Bilan du troisième comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMA (...)

3En France, la mission Étalab, rattachée au Premier ministre et qui s’occupe de la politique d’ouverture en ligne des données publiques (open data), rappelle la diversité de ces données de recherche, en distinguant « données sur la recherche, données produites par la recherche, données utiles à la recherche, recherche sur les sciences de la donnée2 » .

  • 3 Sur l’Open Data, voir notamment :
    la page Wikipedia sur les « données ouvertes » : http://fr.wikiped (...)

4Comment situer l’ouverture des données de recherche (open research data) par rapport au mouvement dit de l’Open Data, beaucoup plus connu et généralement écrit avec des majuscules ? Ce mouvement de l’Open Data désigne l’ouverture des données publiques, depuis le niveau des gouvernements et des administrations centrales jusqu’à celui des collectivités locales3. L’Open Data est un mouvement de fond, porteur d’enjeux très lourds, à la fois économiques, sociétaux et politiques, et l’ouverture des données de recherche, l’open research data (que l’on écrira sans majuscules pour le distinguer de l’autre) est à replacer dans ce contexte plus global de l’ouverture des données publiques. Et dans le cadre de cet atelier, il n’a été question que de l’open data, sans majuscules !

  • 4 Les chiffres du big data sont vertigineux, comme l’indique Wikipedia : « Le volume des données stoc (...)

5Si l’open research data fait partie intégrante de l’Open Data des données publiques, ces deux mouvements sont à replacer dans le cadre du phénomène encore plus vaste et massif, désigné par l’expression anglo-saxonne de big data (les « grandes masses de données »), qui désigne les gigantesques volumes de données de toutes sortes4, générées et disponibles sur le Web et traitées par tous les data centers du Web. La part des données de recherche dans le Big Data est évidemment considérable, notamment par leur volume.

6Un dernier terme à définir : le linked data, appelé parfois « Web des données » (Web of data), issu des travaux menés sur le Web sémantique par le W3C, initiés par Tim Berners-Lee, et qui vise

à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d’informations5.

  • 6 Pour voir les données de recherche dans le linked data, voir notamment le diagramme du LOD Cloud : (...)

7La distinction ici est d’abord technique : l’Open Data (qu’il s’agisse des données publiques ou de recherche) fait partie du Linked Data6, mais dans la mesure où les données ont fait l’objet d’un traitement préalable, respectant les standards du Web sémantique (métadonnées, URI, etc.).

8Enfin, l’open data (des données de recherche) doit également être différencié de l’open access, qui renvoie aux archives ouvertes et à l’accès aux publications des chercheurs. Mais les deux mouvements partagent évidemment la même philosophie, celle de l’ouverture et du libre accès aux résultats de la recherche, qu’il s’agisse des publications ou des données.

9Soulignons d’ailleurs que l’open access n’est pas un combat gagné et passé, puisque toutes les publications ne sont pas encore accessibles en ligne gratuitement.

Un nouveau contexte : un engagement politique fort

  • 7 Silberman R., « Rapport Silberman. Les sciences sociales et leurs données », Paris, ministère de l’ (...)

10On observe une évolution notable depuis l’étude pionnière de Roxane Silberman7, réalisée en 1999 et qui visait déjà à rendre publiques les données statistiques de la recherche en sciences sociales.

11Les éléments présentés ici sur les politiques en faveur de l’ouverture des données de la recherche sont issus, pour la plupart, de la journée d’étude « Données de la recherche : quel rôle pour la documentation ? », organisée le 19 septembre dernier au Havre, dans le cadre du

  • 8 Site de l’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et (...)

1243e congrès annuel de l’ADBU (Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires)8.

13Au niveau international, un nouveau cadre politique a été fixé par l’OCDE en 2007, dans le rapport « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds publics ». Ce rapport de l’OCDE, sans doute le meilleur pour comprendre le mouvement de l’open research data, définit, non seulement les données de recherche, les enjeux de leur mise en libre accès, mais aussi, comme l’indique son titre, tous les principes de base pour l’accès aux données, notamment dans le cas de financements publics. Ces principes, qui ne peuvent être détaillés ici, sont les suivants :

  • 9 OCDE, « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds (...)

Ouverture, Flexibilité, Transparence, Conformité au droit, Protection de la propriété intellectuelle, Responsabilité formelle, Professionnalisme, Interopérabilité, Qualité, Sécurité, Efficience, Responsabilité de rendre compte, Pérennité9.

14Au niveau européen, le mouvement pour l’ouverture des données de recherche bénéficie actuellement d’un engagement fort des institutions européennes, notamment dans le cadre de la stratégie européenne « Horizon 2020 »10. Ce programme de financement de la recherche dans l’Union européenne, qui prévoit un budget de 70 milliards d’euros, fait de l’ouverture des données de recherche un enjeu majeur. En effet, l’un de ses objectifs est de donner une plus grande visibilité aux partenaires de la recherche et aux chercheurs, par une diffusion plus large des données, appliquant ainsi la problématique de l’Open Access aux données de la recherche.

  • 11 « Scientific information package » : « Pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dyna (...)

15Cette politique en faveur du libre accès s’est déjà traduite, en juillet 2012, par la recommandation de la Commission européenne11, dans laquelle la Commission préconise, sans le rendre obligatoire, un meilleur accès aux données en vue de « dynamiser » la recherche. Les États membres sont incités à mener une politique de libre accès aux publications et aux données de la recherche, et de leur côté, les chercheurs sont invités à mettre leurs publications en libre accès. Ces préconisations sont censées être relayées en cascade au niveau des États.

16Au niveau des États européens, les situations varient d’un pays à l’autre. Ainsi, la Grande-Bretagne semble bien plus avancée que la France, comme en témoigne le programme sur l’open science, Managing research data (MRD)12, lancé dès 2011 par le JISC (Joint Information System Committee).

  • 13 Tutoriels et projets de formation mis en place dans le cadre du RDM, notamment grâce au DCC (Digita (...)
  • 14 The Royal Society Science Policy Center, “Science as an open enterprise”, Rapport de La Royal Socie (...)

17Ce programme central, qui prévoit la mise en place de différentes infrastructures, recouvre de nombreux projets, concernant plusieurs universités. Signe de l’importance de ce programme Managing research data : plusieurs tutoriels13 sur le traitement et la gestion des données ont été réalisés dans différentes universités, dont la plupart sont destinés aux professionnels des bibliothèques, qui jouent un rôle clé dans ce mouvement pour l’ouverture des données de recherche. À noter également pour la Grande-Bretagne, le rapport de la Royal Society, en juin 2012, « Science as an open enterprise14 », qui a joué un rôle important dans ce mouvement pour l’ouverture des données de recherche.

18En France, le mouvement pour l’ouverture des données de recherche semble moins développé qu’outre-Manche : en sciences exactes, il faut souligner le rôle pionnier de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), qui développe un projet sur les données de recherche, mobilisant fortement les professionnels de l’information de l’Institut ; en SHS existe, bien entendu, le TGIR Huma-Num, bien connu des participants du THATCamp. Enfin, il faut signaler, au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la création d’un nouveau groupe de travail sur les données de recherche, BSN 10, au sein du projet BSN (Bibliothèque scientifique numérique).

19Signalons enfin la tenue prochaine d’un colloque scientifique international, début 2014, organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « portant sur les données en matière de recherche et leur accessibilité, en lien avec l’axe “Open data” du programme-cadre européen Horizon 2020 »15.

Les raisons et les ressorts de l’Open Data : pourquoi ouvrir les données ? 

20Dans cet atelier, il s’agissait de se demander en quoi ces questions et ces enjeux concernent ou impliquent les sciences humaines et sociales, en amont comme en aval de la recherche. Quelles sont les raisons et les conséquences de l’Open Data ? Quelle politique peut-on et doit-on mener ? Plusieurs questions ont été proposées par l’animateur à la discussion.

Le mythe de l’open data

21Au plan épistémologique, quel impact sur la recherche en SHS, sur les disciplines, sur les modèles épistémologiques de la recherche dans les disciplines ? Par exemple en histoire, que peut changer une ouverture complète des données des chercheurs, en lien avec le big data, sur le statut du document, des sources, etc. ?

22Danah Boyd et Kate Crawford ont intitulé l’un de leurs articles Six provocations à propos des big data.

23Pour certains participants de l’atelier, on peut en effet se demander si les big data représentent vraiment un enjeu pour les sciences humaines et sociales : les chercheurs seraient inégalement concernés par l’open data et, par exemple, un historien qui travaille sur le XIXe siècle semble moins concerné par les big data, qui relèveraient plus du « mythe ». Le changement épistémologique ne touche donc qu’une partie des chercheurs. Le saut quantitatif ne produit pas nécessairement un changement épistémologique. Les big data sont d’abord un outil et la question n’est pas entièrement nouvelle pour les historiens. Le courant des Annales par exemple prônait un changement d’échelle et l’utilisation de grandes masses de données statistiques au service d’une histoire dite « quantitative ».

24Pour d’autres chercheurs au contraire, la massification des données change la volumétrie de ce que l’on traite et ce sur quoi l’on fait porter la recherche. Le numérique implique un changement qui relève de la vitesse du traitement.

Le mythe de l’objectivité des données

25L’objectivité des données est-elle un mythe ou une réalité ? Quelle est l’objectivité réelle des données ? Suffit-il de mettre des données en libre accès pour qu’elles disent le vrai ? Les données « brutes » sont un mythe : selon Bruno Latour, les données, comme les « faits » scientifiques, sont fabriquées. L’open data ne concerne pas les données algorithmiques, la part algorithmique des données. Or, il est nécessaire d’expliciter les algorithmes, contrairement à Google : Dominique Cardon parle à ce titre de « politique des algorithmes » et du besoin d’élaborer différentes formes de classement de l’information sur le Web.

Le mythe de la transparence

26Quelles limites apporter à l’ouverture des données ? Quels sont les présupposés du discours majoritaire, quasi-idéologique, qui consiste à prôner l’ouverture et la transparence à tout prix ? Open data, open access (libre accès aux publications des chercheurs) et open source (libre accès aux licences) convergent dans le principe et l’injonction d’une « transparence » de la science. L’Open Knowledge Foundation (OKN) a cherché à définir les principes de l’open definition16. Pour certains, cette injonction de publication de données libres est une illusion. Cette idéologie de la transparence des données, d’une sorte de « libre échange » des données, repose sur l’illusion d’un marché tout aussi transparent, où la « concurrence » serait libre et non faussée. La question de l’open data n’est donc pas seulement éthique, mais politique et économique.

Quelle politique de l’open data : obligation ou incitation ?

27Faut-il aller vers une obligation de dépôt dans les archives ouvertes ? A-t-on les moyens « d’obliger » les chercheurs à rendre leurs données librement accessibles ? Il existe de nombreux obstacles, pratiques et techniques : collecter et chercher pour soi est une chose, déposer et mettre à disposition, échanger et partager en est une autre. Il faut distinguer au cas par cas. Dans le cas de publications scientifiques, qui mobilisent les données des applications visuelles ou interactives par exemple, ces données devraient être facilement récupérables dans un format qui permet leur traitement secondaire, afin d’aider à l’analyse secondaire. Dans d’autres cas, la mise à disposition des données est plus difficile, pour des raisons techniques, d’une part, et parce que les programmes de recherche ne sont pas structurés ni budgétés pour intégrer cette étape. Il faut repenser la structuration des projets de recherche pour intégrer cette étape. Il faudrait prévoir un plan global de gestion des données, impliquant les professionnels de l’IST (information scientifique et technique). Ces plans devraient être soutenus par l’ANR. L’évaluation scientifique pourrait prendre en compte la publication des données de recherche, moyen indirect de valoriser les compétences informatiques que les chercheurs auraient développées pour cette tâche. Rendre disponible ses données à l’issue des recherches représente un investissement en temps considérable pour le chercheur, qui n’est souvent pas formé pour cela. On pourrait intégrer à la formation des doctorants une sensibilisation aux enjeux de l’archivage et de la publication des données de recherche. Il est nécessaire aussi d’expliciter les conditions de collecte, de fabrication, d’utilisation des données, d’établir une sorte de charte des « bonnes pratiques » pour conjurer les risques de dérive et le mythe d’une objectivité des données.

Les conséquences et les risques de l’open data

28Il existe tout d’abord des conséquences épistémologiques et méthodologiques sur les pratiques des chercheurs. Le changement épistémologique impliqué par l’usage des données est encore très largement ignoré. Est-ce qu’on n’assiste pas à une double émergence :

29D’une part, l’émergence de nouveaux paradigmes de la démarche de recherche, surtout en sciences exactes, avec la déduction d’hypothèses à partir de l’analyse des données. Quid en SHS ? Les théories et les modèles risquent d’être déterminés par l’analyse des données et non l’inverse. N’y a-t-il pas aussi un risque de réification des données, de retour à un empirisme classique, d’une vision « objectiviste » de la réalité ?

30D’autre part, l’émergence de nouveaux objets de recherche : la mise en place de grands corpus de données en libre accès contribue à faire émerger de nouveaux objets de recherche, notamment en SHS.

31L’open data pose également la question des critères de validation et d’évaluation des données, de savoir quels sont les processus mis en place pour contrôler les données et en expliciter la récolte. L’open data participe à la redéfinition des compétences : on voit émerger de nouveaux métiers comme celui de data scientist, dont les entreprises sont particulièrement friandes. L’open data soulève également des enjeux sociaux et sociétaux. D’une part, en terme de formation à travers la question des information litteracies, c’est-à-dire de savoir comment former les usagers, les étudiants, et plus largement les citoyens, à la maîtrise de l’information. D’autre part, l’ouverture des données ouvre la possibilité et les risques d’un usage hors recherche. Le centre de données socio-politiques (CDSP) de Science-Po publie les données politiques auxquelles les citoyens ne peuvent accéder (réseau Quetelet17). Des problèmes juridiques aussi sont en jeu, relatifs au droit d’auteur et à la propriété intellectuelle notamment.

Bibliographie

Publications, rapports

Deuxième labo, « Appel aux chercheurs à publier leurs codes et données », Le Monde, juillet 2013, en ligne : http://www.deuxieme-labo.fr/article/notre-tribune-sur-la-recherche-reproductible-dans-le-monde/

Commission européenne, « Pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dynamiser les avantages des investissements publics dans le domaine de la recherche », juillet 2012, en ligne: http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf

Kemman M., Kleppe M. & Scagliola S., Just Google It – Digital Research Practices of Humanities Scholars, 2013, en ligne : http://arxiv.org/abs/1309.2434

OCDE, « Déclaration sur l’accès aux données de la recherche financée par des fonds publics », 2004, en ligne : http://acts.oecd.org/Instruments/ShowInstrumentView.aspx?InstrumentID=157&Lang=fr&Book=False

OCDE, « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds publics », 2007, en ligne : http://www.oecd.org/fr/science/sci-tech/38500823.pdf

Rieder B. & Röhle T, “Digital methods: five challenges,” in Berry D. M. (Ed.), Understanding digital humanities, Houndmills, Palgrave Macmillan, p. 67-84.

Silberman R. « Rapport Silberman. Les sciences sociales et leurs données ». Paris, ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, Juin 1999, 180 p, en ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/004000935/0000.pdf

The Royal Society Science Policy Center, “Science as an open enterprise”, Rapport, juin 2012, en ligne: http://royalsociety.org/uploadedFiles/Royal_Society_Content/policy/projects/sape/2012-06-20-SAOE.pdf

Journées d’étude, séminaires

Compte-rendu de l’atelier « open data et SHS »,THATCamp 2012, Paris, en ligne : http://books.openedition.org/editionsmsh/364

Journée d’étude de l’ADBU : « Données de la recherche : quel rôle pour la documentation ? », Le Havre, 19 septembre 2013, en ligne : http://adbu.fr/actualites/journee-detude-donnees-de-la-recherche-quel-role-pour-la-documentation-19-septembre-2013/

Rencontres FréDoc, « Gestion et valorisation des données de la recherche », 7-10 octobre 2013, Aussois, en ligne : http://renatis.cnrs.fr/spip.php?article266. Notes complètes : https://docs.google.com/document/d/1H_bjt7O5ayMDU8FNmUac_3jI7VG-0fbmHkjB-T_aZEM/edit ?pli =1

Séminaire Sens Public/Invisu « Nouvelles formes d’éditorialisation », séance du 13 janvier 2011 INHA, Paris.

Autres ressources

De nombreux éléments peuvent être trouvés sur http://openaccess.inist.fr/ et également sur http://www.donneesdelarecherche.fr/.

Typologie des données de la recherche, publiée par Etalab, mission du Premier ministre français concernant l’ouverture des données publiques : http://www.etalab.gouv.fr/article-bilan-du-troisieme-comite-interminiteriel-pour-la-modernisation-de-l-action-publique-cimap-concern-119116071.html

Exemple de licence ouverte pour les données : http://www.etalab.gouv.fr/pages/Licence_ouverte_Open_licence-5899923.html

L’équipe de l’équipex DIME-SHS s’intéresse de près à ces problématiques au niveau quantitatif (panel ellips), qualitatif (bequali) et Web (dime-Web) http://www.sciencespo.fr/dime-shs/

Voir le collectif citoyen Regard citoyen qui est très mobilisé sur le sujet : http://www.regardscitoyens.org/open-data-en-france/

Exemples de publication de résultats scientifiques avec les données

http://www.ipol.im/ « IPOL is a research journal of image processing and image analysis. Each article contains a text describing an algorithm and source code, with an online demonstration facility and an archive of online experiments. The text and source code are peer-reviewed and the demonstration is controlled. IPOL is an Open Science and Reproducible Research journal. »

Autre journal qui publie les codes et données: http://journal.code4lib.org :« The Code4Lib Journal exists to foster community and share information among those interested in the intersection of libraries, technology, and the future. » « Articles are encouraged where appropriate to include code samples, algorithms, and pseudo-code (We may be able to host extensive code passages in a yet to be determined repository). »

Notes

1 OCDE, « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds publics ». 2007, p. 18. En ligne : http://www.oecd.org/fr/science/sci-tech/38500823.pdf (Consultée le 09/12/13).

2 Etalab, Bilan du troisième comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) concernant l’ouverture des données publiques, http://www.etalab.gouv.fr/article-bilan-du-troisieme-comite-interminiteriel-pour-la-modernisation-de-l-action-publique-cimap-concern-119116071.html (Consultée le 09/12/13).

3 Sur l’Open Data, voir notamment :
la page Wikipedia sur les « données ouvertes » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_ouvertes
le site OpenDataFrance : http://opendatafrance.net/
des exemples d’Open Data, comme le site officiel du gouvernement français : http://www.data.gouv.fr/

4 Les chiffres du big data sont vertigineux, comme l’indique Wikipedia : « Le volume des données stockées aujourd’hui est en pleine expansion. Selon une étude IDC sponsorisée par EMC Gartner, les données numériques créées dans le monde seraient passées de 1,2 zettaoctets par an en 2010 à 1,8 zettaoctets en 2011, puis 2,8 zettaoctets en 2012 et s’élèveront à 40 zettaoctets en 2020. À titre d’exemple, Twitter génère à l’heure actuelle teraoctets de données chaque jour et Facebook 10 teraoctets. » (Wikipedia, page Big Data : http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_data). Pour mémoire, un teraoctet (To) représente 1000 gigaoctets (Go), soit 1 000 000 000 000 octets. Et un zettaoctet, nouvelle mesure du trafic sur internet, représenterait mille milliards de gigaoctets !

5 Page Wikipedia, Web des données, http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_des_donn%C3%A9es (Consultée le 09/12/13).

6 Pour voir les données de recherche dans le linked data, voir notamment le diagramme du LOD Cloud : http://linkeddata.org/ et http://lod-cloud.net/ (Consultée le 09/12/13).

7 Silberman R., « Rapport Silberman. Les sciences sociales et leurs données », Paris, ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1999, 180 p., en ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/004000935/0000.pdf (Consultée le 09/12/13).

8 Site de l’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation, http://adbu.fr/ (Consultée le 09/12/13).

9 OCDE, « Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds publics ». 2007, p. 19-26. En ligne : http://www.oecd.org/fr/science/sci-tech/38500823.pdf (Consultée le 09/12/13).

10 Research and innovation, Horizon 2020, http://ec.europa.eu/research/horizon2020/index_en.cfm (Consultée le 09/12/13).

11 « Scientific information package » : « Pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dynamiser les avantages des investissements publics dans le domaine de la recherche », Commission Européenne, juillet 2012. En ligne : http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf (Consultée le 09/12/13).

12 JISC, Managing Research Data, http://www.jisc.ac.uk/whatwedo/programmes/mrd.aspx (Consultée le 09/12/13).

13 Tutoriels et projets de formation mis en place dans le cadre du RDM, notamment grâce au DCC (Digital Curation Center : http://www.dcc.ac.uk/) (Consultée le 09/12/13) :
RDM for librarians : http://www.dcc.ac.uk/sites/default/files/documents/events/RDM-for-librarians/RDM-for-librarians-booklet.pdf (Consultée le 09/12/13)
RDMRose : http://rdmrose.group.shef.ac.uk/ (Consultée le 09/12/13).
Data Intelligence 4 Librarians : http://dataintelligence.3tu.nl/en/home (Consultée le 09/12/13).
Mantra : http://datalib.edina.ac.uk/mantra/diy.html (Consultée le 09/12/13).
Support DM : http://www.uel.ac.uk/trad/outputs/resources/ (Consultée le 09/12/13).

14 The Royal Society Science Policy Center, “Science as an open enterprise”, Rapport de La Royal Society, juin 2012. http://royalsociety.org/uploadedFiles/Royal_Society_Content/policy/projects/sape/2012-06-20-SAOE.pdf (Consultée le 09/12/13).

15 Voir la note 2, http://www.etalab.gouv.fr/article-bilan-du-troisieme-comite-interminiteriel-pour-la-modernisation-de-l-action-publique-cimap-concern-119116071.html (Consultée le 09/12/13).

16 Open Definition, Définition du savoir libre, http://opendefinition.org/okd/francais/ (Consultée le 10/12/13).

17 Réseau Quetelet, Présentation du réseau Quetelet, http://www.reseau-quetelet.cnrs.fr/spip/ (Consultée le 10/12/13).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable