Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'action culturelle allemande en Chine

 | 
Françoise Kreissler

II. Les réalisations culturelles

5. L’enseignement supérieur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un projet d’école technique supérieure à Hankou

L’école technique supérieure sino-allemande de Hankou (Hankou zhongde gongxiao), terminée en 1917 et qui par suite du déclenchement de la guerre ne fut jamais ouverte, s’était fixé des buts semblables à ceux de la section technique de Tongji à Shanghai (cf. infra, chap. 5, p. 163-168). L’enseignement devait être axé surtout sur la métallurgie et permettre la formation d’ingénieurs chinois pour les aciéries de Hanyang (Hubei). L’école aurait été, en quelque sorte, un centre de formation pour la région minière de Daye (Hubei). L’achat du terrain et la construction des bâtiments avaient été financés par l’Association pour l’Extrême-Orient (Verband fur den Fernen Osten). Après la signature, en 1921, du traité de paix entre la Chine et l’Allemagne, l’association espère récupérer son bien que le gouvernement chinois avait confisqué en 1917, lors de la déclaration de guerre à l’Allemagne1. En effet, dès leur retour à Hankou — fin 1920, début 1...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540