Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratiser la culture multimédia ?

 | 
Fabien Labarthe

Conclusion : la démocratisation culturelle à l’épreuve des technologies numériques

Entrées d'index

Mots clés :

amateur, innovation, participation

Texte intégral

  • 1 Philippe Urfalino, 1997, « Quelles missions pour le ministère de la Culture ? », Esprit, janvier : (...)
  • 2 Laurent Fleury, 2007, « Le discours d’“échec” de la démocratisation de la culture : constat sociolo (...)
  • 3 Olivier Donnat, 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Pari (...)

1En France, la question de la « démocratisation culturelle » se trouve au cœur des débats sociologiques et politiques depuis plus de quarante ans. Mais aujourd’hui une telle notion est en perte de souffle, sinon de sens1. Sans doute la sociologie d’inspiration bourdieusienne, qui a longtemps servi de matrice aux enquêtes ministérielles sur Les pratiques culturelles des Français, a-t-elle contribué malgré elle à en épuiser la doctrine, en même temps qu’elle démontrait la difficulté de conversion des habitus. Comme l’écrit Laurent Fleury, « un glissement est opéré entre l’incontestable constat sociologique de taux différentiels de fréquentation des équipements culturels et le discours, plus idéologique, de l’invalidation du projet même de démocratisation de la culture, comme en témoignent certaines prises de position de chercheurs au sein d’articles, ou d’essais sans équivoque sur l’échec de la démocratisation de la culture2 » (2007 : 90-91). Tout se passe en outre comme si ce constat d’inanité trouvait dans celui de la démocratisation effective des technologies numériques3 un nouvel appui argumentatif pour transférer à ces seules technologies la charge de démocratiser la culture. C’est ce double constat que l’expérience des jeunes de l’ECM de la Friche vient interroger.

2Sur le terrain, un équipement tel que l’ECM de la Friche apparaît comme étant effectivement susceptible de faire émerger un nouveau public de la culture, si l’on entend par là la fréquentation inédite d’une structure culturelle par une population qui y est statistiquement sous-représentée. Supports des sociabilités juvéniles, objets de consommation convoités, les outils numériques exercent un fort pouvoir attractif. Ils constituent une accroche d’autant plus efficace pour les jeunes du quartier qu’Internet est peu démocratisé quand ils commencent à fréquenter l’ECM au début des années 2000, et que les classes populaires sont alors très peu équipées à domicile. Progressivement investi par des jeunes de plus en plus nombreux, l’ECM devient une ressource en technologies et en contenus numériques, en même temps qu’un espace de loisirs et de sociabilité. Par ailleurs, des pratiques et des dispositifs innovants ont pu voir le jour. Au cours des deux premières années de fréquentation de l’ECM, les usages juvéniles du Web, peu légitimes du point de vue de l’encadrement, vont agir comme des rampes de lancement dans l’acquisition d’une culture de l’écran d’une part, d’une culture du numérique d’autre part. L’atelier « TV Cabaret » sera à la fois un espace de reconversion des savoir-faire acquis précédemment et le lieu d’une nouvelle montée en compétences. Mais ces habiletés, comme ce nouveau public, n’ont pu exister qu’à certaines conditions, qui ne se résument pas à la mise à disposition d’un accès public à Internet.

Accès public, accès en public, accès à la publicité

3Ces conditions relèvent en priorité de trois ordres : en premier lieu, elles dépendent des agencements spatiaux à partir desquels sont aménagées les modalités de l’accessibilité physique à la structure et aux ordinateurs. Elles s’arriment ensuite aux dynamiques de l’animation qui y ont cours. Elles reposent enfin sur les espaces d’opportunités pratiques qu’est susceptible d’offrir un équipement culturel tel que celui de l’ECM de la Friche la Belle de Mai.

4La situation de voisinage entre l’ECM et le quartier de la Belle de Mai, comme la quasi-gratuité de l’utilisation des ordinateurs, ont joué un rôle crucial dans la fréquentation des lieux par les adolescents. L’« accès public » suppose en effet que l’espace de l’ECM, et plus largement encore celui de la Friche dans lequel il se situe, soient accessibles au public, au sens de « libre d’accès » – ce que théoriquement ils sont. Mais en pratique, le passage par la Friche et l’entrée dans l’ECM impliquent le franchissement de barrières symboliques qui ne sont pas toujours faciles à lever pour qui, précisément, ne se considère pas et/ou n’est pas considéré comme « public ». De fait, les jeunes du quartier se démarquent socialement du public intégré de la Friche, c’est-à-dire les artistes, les administrateurs, les médiateurs et autres professionnels ou amateurs de la culture qui habituellement et majoritairement se rendent dans les lieux. Public théoriquement ciblé mais empiriquement imprévu, public éloigné des structures culturelles telles que celle dans laquelle est implanté l’ECM, les adolescents du quartier constituent un public spontané. C’est d’ailleurs par la « petite porte » qu’ils entrent à la Friche, au sens propre comme au figuré, et ils ne se départiront jamais totalement du sentiment de ne pas y être à leur place.

5Pour que les jeunes se sentent néanmoins autorisés à être là, puis que leur présence se pérennise, des ajustements interactionnels et relationnels ont été nécessaires. Ces ajustements relèvent, dans un premier temps, de l’instauration d’un « bas seuil d’exigence », comme on le dit généralement des structures sanitaires et sociales. Car c’est paradoxalement cet accueil public en quelque sorte « minimal » et peu contrôlé qui a favorisé l’appropriation, ou plutôt la privatisation de l’espace physique de l’ECM par les adolescents, condition sine qua non de leur accès pratique au parc informatique. Si donc la gratuité de l’accès a indéniablement joué un rôle dans la fréquentation de l’ECM par les jeunes du quartier, le caractère largement informel des régulations, la souplesse de la gestion de l’espace et la tolérance des animateurs vis-à-vis de pratiques et de comportements jugés « déviants » ont également été décisifs dans ce processus.

6L’agencement spatial de l’ECM a également des effets sur les modalités d’usage du numérique par les adolescents. L’accès à Internet se pratique ici « en public ». Cette détermination n’est pas anodine, car de la sorte les écrans d’ordinateurs – et ce qui s’y passe – sont toujours susceptibles d’être portés à la vue de tous. Ce dispositif spatial, que l’on pourrait qualifier de panoptique, contribue à l’autorégulation des usages du Web jugés immoraux ou puérils par les pairs. Il favorise aussi des apprentissages réciproques, encouragés par l’émulation du groupe, et qui donneront lieu à ce que nous appelons une autodidaxie collective. Reste que ces usages ne sont pas conformes à ceux qu’est censée promouvoir la structure. D’abord essentiellement utilisé à des fins ludiques (tchats, jeux en ligne, navigation sur des sites générationnels ou pornographiques), Internet a ensuite rapidement été identifié comme un espace de ressources et de consommations susceptible de pallier le manque d’argent. Outre les téléchargements de films, musiques et autres logiciels « crackés » pouvant par la suite être échangés entre « collègues », on assiste progressivement à des recherches de programmes et d’informations spécialisés visant le piratage de cartes de décodeur de télévision numérique, de téléphones portables et même de cartes bancaires. C’est alors sur la base de ces compétences techniques acquises de manière intermittente, inopinée et collective que vont se déployer de nouveaux usages, autrement créatifs.

7Avant d’y revenir, rappelons que cet accès à la conception multimédia, s’il est bien assisté par ordinateurs, le sera aussi et surtout par des animateurs, et en particulier par l’un d’entre eux, Fouad Maaskri. Lui-même autodidacte et habitant des quartiers nord de Marseille, Fouad a construit une relation aux jeunes fondée sur la confiance et la responsabilité. Le travail relationnel de l’animateur consiste ainsi, à la manière d’un équilibriste, à trouver, d’une part, le bon dosage entre complicité et autorité et, d’autre part, à imaginer des activités qui recoupent les intérêts (dans les deux sens du terme, les curiosités et les utilités) des publics populaires. Sa stratégie consiste également à convertir les usages partiellement déviants du Web en habiletés dignes d’être publicisées par les jeunes. Progressivement identifiés par les frichistes comme étant de « bons techniciens », les adolescents sont peu à peu sollicités pour prêter main forte, ce qui de proche en proche les conduit à collaborer avec des artistes présents sur le site. Mais une frustration demeure : la dimension créatrice du travail entrepris par les jeunes souffre, aux yeux de Fouad, d’un déficit de valorisation. C’est fort de ce constat que l’animateur conçoit un nouveau projet associant médiation culturelle et formation professionnelle.

  • 4 Howard S. Becker, 1988, Les mondes de l’art, J. Bouniort (trad.), Paris, Flammarion.

8L’atelier « TV Cabaret » (les résidents de la Friche l’appellent TVK) a pour objectif de filmer puis de diffuser via les outils multimédia les concerts et les événements programmés dans la salle de spectacle du Cabaret aléatoire. Cet atelier devient l’occasion d’une ouverture originale à l’esthétique puisque par ce biais, les adolescents sont mis en présence de formes artistiques (et en particulier musicales) qu’ils méconnaissaient auparavant. TVK est ainsi source de nouveaux apprentissages techniques dans le domaine de l’audiovisuel. La pratique du cadrage a constitué une forme d’éducation à l’image, doublée de compétences dans la scénographie : travail du son et de la lumière, variation des plans, enchaînements de séquences, anticipation et construction d’une narration filmique. Le montage puis la réalisation de DVD ont été l’occasion d’approfondir des pratiques numériques acquises antérieurement : recherche d’informations sur le Web, modification des formats numériques, amélioration des logiciels utilisés ; ils ont également permis d’acquérir des connaissances dans le domaine de la conception : maîtrise de nouveaux logiciels de graphisme et d’animation. C’est ainsi que les jeunes du quartier, au fur et à mesure qu’ils se forment au cadrage, au montage et à l’édition numérique, vont s’imposer comme « personnels de renfort4 » au sein de la chaîne de coopération artistique de la Friche.

  • 5 Nina Eliasoph, 2011, Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton Univer (...)

9On peut lire in fine cette enquête comme un parcours au terme duquel les jeunes du quartier vont réussir à passer des coulisses privatives de l’ECM à la scène publique de la Friche. En ce sens, l’atelier TVK peut être vu comme un « projet d’empowerment5 », résultat d’un agencement particulier entre le dispositif Friche et les dispositions du public populaire.

10À l’heure où beaucoup pensent que la mission du ministère de la Culture devrait se recentrer sur le soutien aux artistes, et déléguer au système scolaire la tâche de diffuser les œuvres et former à l’éducation artistique, il ressort que c’est précisément dans un espace social éloigné de l’école qu’ont pu prendre forme ces montées en compétences. Car c’est précisément l’accroche par la créativité qui s’est avérée ici porteuse de sens, parce qu’elle échappait aux référents scolaires comme à ceux de la formation labellisée. C’est dans un entre-deux (un « tiers-lieu » pour reprendre un terme aujourd’hui plébiscité par les acteurs de l’accès public à Internet) et dans un entre-soi, dans les interstices d’un équipement culturel et dans le cadre d’un apprentissage qui ne dit pas vraiment son nom, que les jeunes des milieux populaires ont participé.

Participation du public et innovation sociale

11Au terme de ce parcours, une réflexion peut s’amorcer quant aux principes de transversalité et de publicité soutenus par la Friche et son ECM, principes qui recouvrent l’idée de faire participer le public à la production d’œuvres artistiques et numériques. En permettant à des publics dits « éloignés » de se rapprocher d’univers culturels et multimédias, puis d’entrer dans un projet collaboratif et créatif, l’ECM de la Friche la Belle de Mai a bien rempli son cahier des charges. Avec l’atelier TVK, en particulier, des jeunes en quasi échec scolaire sont entrés dans un processus générateur de savoir-faire expressifs (cadrer, monter, éditer), porteurs à leur tour d’une expérience émancipatrice.

  • 6 Albert O. Hirschman, 1995 [1970], Défection et prise de parole, C. Besseyrias (trad.), Paris, Fayar (...)
  • 7 Hannah Arendt, 1994 [1958], Condition de l’homme moderne, G. Fradier (trad.), P. Ricœur (préf.), Pa (...)

12Pourtant, du point de vue de ce public participant, le bilan s’avère mitigé. La fin de TVK est suivie d’une période de chômage qui perdure encore actuellement pour Fouad. Quant aux jeunes, leur déception est réelle, même si elle demeurera largement invisible : en quittant définitivement la Friche, ils choisissent la « défection » (exit) plutôt que la « prise de parole » (voice), pour reprendre la célèbre terminologie d’Albert Hirschman6, ne livrant qu’à Fouad (et à moi au cours des entretiens) leur ressentiment et leur colère, sans en référer aux responsables des structures concernées. Car si l’ECM a indéniablement généré un « espace public » au sens de Hannah Arendt7, qui à la fois sépare et unit, en créant les conditions de l’instauration de « liens forts » entre jeunes du quartier et de « liens faibles » avec les résidents de la Friche, tout se passe comme si cette expérience venait également confirmer une perception des institutions (école, entreprise, services publics) déjà fortement teintée de méfiance et de suspicion : pour ces adolescents, les institutions sont des mondes de la promesse non tenue.

  • 8 Fabrice Lextrait, 2001, Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires… : un (...)
  • 9 Charles Leadbeater & Paul Miller, 2004, The Pro-Am Revolution: How enthusiasts are changing our eco (...)
  • 10 Même si cette image positive occulte les formes de précarisation du travail créatif (Elsa Vivant, 2 (...)

13Lorsque cesse TVK, que demandent en effet ces jeunes ? Des ratifications de compétences et des connexions avec le monde de la formation ou du travail. Mais ces espoirs de professionnalisation ne trouveront à se réaliser ni à l’intérieur, ni à l’extérieur de l’enceinte de la Friche. Certes, ni la Friche, ni l’ECM n’ont pour mission d’effectuer ce travail de validation des acquis et de mise en réseau. Mais la démocratisation culturelle balisée par les outils numériques a constitué un espace de formation, produisant dans le même temps des attentes en termes de statut et de reconnaissance. La catégorie même de « public » s’en trouve modifiée. Car ce « personnel de renfort » ne se confond pas avec le « spectActeur » cher à la Friche et aux Nouveaux Territoires de l’art8, ni même avec le « pro-am » – ce professionnel-amateur révélé par les études portant sur les loisirs numériques9. S’il partage avec eux le fait d’être participatif et compétent, il se spécifie en revanche par des velléités affirmées de professionnalisation. Ce désir prend forme à la suite de la découverte non seulement de technologies mais aussi et surtout de métiers dits « créatifs ». Ces derniers sont jugés plus attrayants et valorisants que ne le sont ceux du travail manuel disqualifié auxquels ces jeunes sont souvent assignés. Espoir d’une autre vie, associée au statut prestigieux de l’artiste et accordant davantage d’espace à l’expression d’une singularité10. Ainsi la désillusion est à la hauteur de l’intensité de l’expérience et de l’espoir d’un infléchissement des destins sociaux qu’elle a fait naître.

  • 11 Pierre-Michel Menger, 2009, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Seuil/Gallima (...)
  • 12 Pour Fabrication Laboratory (laboratoire de fabrication). Le concept de « Fab Lab » a été élaboré e (...)

14Il y là un objet des politiques publiques de la culture à interroger, a fortiori lorsque celles-ci entendent favoriser l’accès aux outils numériques : comment faire en sorte que les modes d’apprentissage « sur le tas », en situation et par la pratique, typiques du travail créateur11, soient repérés, valorisés et puissent se pérenniser ? Si l’ECM de la Friche a apporté des compétences sans pour autant fournir de réel statut, alors d’autres modalités d’accompagnement, ou d’autres dispositifs, sont certainement à inventer, qui puissent faire se côtoyer les mondes de l’art, les industries créatives et la culture populaire, en prenant à bras le corps ces questions de la validation des acquis, et de leur valorisation sur le marché du travail. À cet égard, les organisations de type Fab Lab12 pourraient constituer un début de réponse, si l’on considère que ces dispositifs, en sus d’encourager la participation des usagers dans les processus d’innovation numérique, sont à même de favoriser l’« innovation sociale » en permettant par exemple à leurs publics de s’arrimer aux réseaux professionnels locaux, puisqu’il est bien compris que l’interconnaissance joue de manière fondamentale non seulement dans l’accès à la culture mais aussi dans l’accès à l’emploi.

  • 13 John Dewey, 2003 [1927], Œuvres philosophiques II. Le public et ses problèmes, J. Zask (trad.), Pau (...)

15Dans son ouvrage Le public et ses problèmes13, John Dewey avançait déjà l’idée selon laquelle faire perdurer l’idéal démocratique dans des sociétés technicisées, de plus en plus complexes, suppose que les individus soient en mesure de proposer des solutions nouvelles aux problèmes sociaux qui se posent à eux. Fouad et les jeunes de l’ECM, en imaginant des dispositifs susceptibles d’accroître et de valoriser leurs compétences, ont effectué, en quelque sorte, la moitié du chemin. Dewey dit aussi que les sciences sociales ont pour tâche, dans une société démocratique, d’aider à la décision, de mettre en visibilité les solutions, d’alimenter le débat : espérons que notre travail puisse contribuer, modestement, à ce que l’autre moitié du chemin soit empruntée.

Notes

1 Philippe Urfalino, 1997, « Quelles missions pour le ministère de la Culture ? », Esprit, janvier : 37-59.

2 Laurent Fleury, 2007, « Le discours d’“échec” de la démocratisation de la culture : constat sociologique ou assertion idéologique ? » in S. Girel et S. Proust (dir.), Les usages de la sociologie de l’art : constructions théoriques, cas pratiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales » : 75-99, ici 90-91.

3 Olivier Donnat, 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris, La Découverte/Ministère de la Culture et de la Communication.

4 Howard S. Becker, 1988, Les mondes de l’art, J. Bouniort (trad.), Paris, Flammarion.

5 Nina Eliasoph, 2011, Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton University Press.

6 Albert O. Hirschman, 1995 [1970], Défection et prise de parole, C. Besseyrias (trad.), Paris, Fayard.

7 Hannah Arendt, 1994 [1958], Condition de l’homme moderne, G. Fradier (trad.), P. Ricœur (préf.), Paris, Presses Pocket, coll. « Agora ».

8 Fabrice Lextrait, 2001, Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires… : une nouvelle époque de l’action culturelle, rapport au secrétariat d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Paris, La Documentation française.

9 Charles Leadbeater & Paul Miller, 2004, The Pro-Am Revolution: How enthusiasts are changing our economy and society, Londres, Demos ; Patrice Flichy, 2010, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, coll. « La République des idées ».

10 Même si cette image positive occulte les formes de précarisation du travail créatif (Elsa Vivant, 2011, « Travail créatif, emplois précaires », Métropolitiques, document en ligne, consulté le 09-11-2011 : http://www.metropolitiques.eu/Travail-creatif-emplois-precaires.html).

11 Pierre-Michel Menger, 2009, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes études ».

12 Pour Fabrication Laboratory (laboratoire de fabrication). Le concept de « Fab Lab » a été élaboré en 2000 par Neil Gershenfeld, professeur au MIT. Concrètement, il s’agit de promouvoir des ateliers de fabrication numérique, permettant à l’usager de produire « soi-même » des prototypes de biens et de services. Pour un état des lieux de ces dispositifs, voir le « tour d’horizon » produit par la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération) à l’adresse suivante : http://fing.org/?Tour-d-horizon-des-Fab-Labs,866.

13 John Dewey, 2003 [1927], Œuvres philosophiques II. Le public et ses problèmes, J. Zask (trad.), Pau, Publications de l’université de Pau.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable