Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratiser la culture multimédia ?

 | 
Fabien Labarthe

Chapitre 4 : Les animateurs multimédia à l’épreuve du public

Entrées d'index

Mots clés :

éducation, médiation, médiateur

Texte intégral

1Une fois décrites les modalités de l’appropriation de l’espace physique à l’ECM, reste à savoir comment la structure fait face à l’arrivée des jeunes du quartier. Le récit est abordé cette fois à partir du point de vue des animateurs multimédia en charge de réguler l’accès public au lieu et à Internet.

  • 1 Philippe Urfalino, 2004 [1996], L’invention de la politique culturelle, Paris, Hachette Littérature (...)
  • 2 Nicolas Auboin, Frédéric Kletz & Olivier Lenay, 2010, « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestio (...)

2Ce chapitre vise également à documenter les modes d’apparition et de gestion de la tension inhérente à la double mission d’animation et de conception multimédia qui incombe aux ECM. Cette dualité n’est pas nouvelle dans le secteur culturel : Philippe Urfalino a montré que les animateurs du théâtre populaire, à la sortie de Mai 68, se sont trouvés confrontés à une injonction contradictoire du même type – démocratiser la culture, en même temps qu’innover artistiquement1 ; et depuis, on pourrait dire qu’elle caractérise l’ensemble des équipements qui touchent à la médiation culturelle en France2. Mais dans le cadre de la Friche, la modalité de résolution de cette tension consiste à impliquer les publics dans le processus même de création artistique. Elle se matérialise à l’ECM par la volonté de ne pas dissocier les fonctions d’animation et de conception, qui sont supposées fonctionner ensemble, dans une unité de temps et de lieu. Les animateurs multimédia sont donc en charge de deux missions conjointes, et la question est de savoir comment ils s’y prennent, concrètement, pour y répondre. L’observation révèlera que l’épreuve du public, qui réclame de facto une spécialisation des tâches, impose dès lors à la structure une division du travail d’animation.

La division du travail d’animation

3L’ECM de la Friche ouvre officiellement ses portes en janvier 1998. Progressivement, un nombre croissant d’individus en viennent à le fréquenter. Certains, les adultes surtout, qui découvrent Internet, demandent à être guidés. Les jeunes sont davantage autonomes, mais aussi plus « agités ». C’est alors à Jeff et à Renaud, les deux premiers animateurs recrutés par la structure, que revient la charge de « gérer » ce public.

Moi, quand je faisais de l’animation, c’était plus d’essayer de gérer le public. Il faut leur attribuer un ordinateur. Quand il y en a un qui est là depuis le matin, il faut qu’il s’en aille pour laisser l’ordinateur à quelqu’un d’autre. Quand il y a le bordel, qu’ils arrêtent de foutre le bordel tout le temps. Donc voilà, essentiellement ça et quand il y avait de nouvelles personnes qui arrivaient, qui avaient besoin de savoir comment ça marchait, ben je leur expliquais. Mais ça prenait une demi-heure, une heure et après les gens, ils se débrouillent. Après, au bout d’un moment, je les aide à faire un mail et puis voilà, quoi. (Jeff, 2006)

4Aux yeux de Jeff, le travail de l’animation se divise en deux tâches essentielles : l’accueil public, c’est-à-dire sa réception et son installation devant un poste, et l’initiation, c’est-à-dire l’aide à la navigation, qui consiste à en indiquer les bases et à intervenir en cas de question ou problème. Jeff a une conception « minimaliste » de chacune de ces tâches. En matière d’accueil public, il se doit d’assurer l’attribution et la rotation des ordinateurs et de faire en sorte que le calme prédomine. C’est un contrôleur général, pourrait-on dire. En matière d’initiation, Jeff improvise quelques explications, puis retourne à son ordinateur dès qu’il le peut. Sa pratique n’est pas sous-tendue par une quelconque réflexion pédagogique, ni orientée vers une finalité bien précise. Il le dit et le répète au cours de l’entretien : l’animation est une contrainte.

5L’animation interfère en effet lourdement avec le travail de conception auquel Renaud et Jeff aspirent à se consacrer. D’autant que la conception est elle-même source de pression : il faut apprendre tout en faisant, répondre à des cahiers des charges, rendre des comptes aux artistes et aux structures avec lesquels on collabore, achever des projets multimédia et des sites Internet à temps. Bref, c’est le rush, et ce public bruyant et « dérangeant » complique encore une situation déjà source de stress. Il faut dire aussi que les deux animateurs ne sont pas formés à l’animation et ne disposent d’aucune expérience antérieure dans laquelle puiser techniques et idées.

  • 3 Il s’agit d’une association d’insertion professionnelle, qui axe une partie de ses activités sur la (...)

6En septembre 1998, une nouvelle animatrice, Virginie, est recrutée. Si l’animation ne la rebute pas de prime abord (elle dispose d’une première expérience en la matière, forgée au sein de l’association Initial3), Virginie est surtout motivée par le fait d’intégrer la structure de la Friche et de se rapprocher des milieux artistico-culturels. Mais très vite, elle se trouve en charge du public, tandis que Jeff et Renaud profitent de son arrivée pour se concentrer sur les projets de conception d’art numérique et de sites Internet pour les événements culturels de la Friche. Comme ses prédécesseurs, Virginie constate que le dispositif ne fonctionne pas et que le public – en particulier les jeunes du quartier – gêne. Elle exprime à son tour la frustration de devoir faire du « gardiennage », alors qu’elle n’est « pas là pour ça ».

Avec les jeunes, il y a eu de sacrées prises de gueule parce que c’est vrai que pendant longtemps je pense qu’ils ont cru que c’était leur quartier quoi tu vois, et que voilà, c’était difficile de… Et que leur dire « taisez-vous, nanana », on avait l’impression d’être la maîtresse d’école, quoi. C’était une super contrainte, parce qu’on avait l’impression de ne pas être là pour ça. Parce que souvent avec Jeff, j’ai des souvenirs où on avait des discussions, on se disait « non mais, le public, à quoi ça sert ? » Parce qu’on ne trouvait pas de motivation, on se disait « mais à quoi ça sert, quoi ? Ce n’est pas artistique ». (Virginie, 2004)

7Virginie exprime de manière très directe les interrogations que formulent les animateurs relativement au sens même des activités d’accueil public : « le public, à quoi ça sert », puisque « ce n’est pas artistique » ? Nous sommes ici au cœur de la tension animation/conception. Jeff raconte, pour sa part, que lorsqu’une personne se manifeste afin de demander de l’aide, les animateurs baissent tous la tête, signalant leur indisponibilité, espérant qu’elle se dirigera vers quelqu’un d’autre, ou se découragera. Face à une demande parfois pressante en ces débuts d’Internet où la pratique de la navigation n’est pas encore maîtrisée, mais aussi où le réseau comme les applications font très souvent « planter » l’ordinateur, les animateurs choisissent donc l’esquive. Mais ils savent qu’ils n’assument pas correctement cette mission d’animation, et leur sentiment d’insatisfaction le dispute à l’énervement.

8Si l’accueil public demeure pénible pour les premiers animateurs, voire conflictuel, la mission d’initiation à Internet n’est guère plus gratifiante : l’aspect répétitif de la tâche, le sentiment qu’il s’agit là d’un apprentissage évident, ne la rendent pas stimulante. Au cours de l’entretien, Virginie évoque également le flou méthodologique dans lequel elle se trouve. « On a pataugé », dit-elle, « c’est par défaut que les choses se sont structurées » (« de façon plus qu’empirique », dira aussi Renaud). Les animateurs, qui n’ont pas de guide pour l’action à leur disposition, doivent improviser un mode opératoire, le plus souvent au cas par cas. Si tous expriment leur insatisfaction à devoir procéder de la sorte et partagent l’idée d’un travail peu efficace, bâclé, approximatif, il n’y a pas pour autant de temps réservé à la réflexion collective sur ce que sont, et devraient être, la nature et les objectifs de l’initiation à Internet dans l’ECM.

  • 4 Les visites de sites pornographiques existent indiscutablement, mais elles ne sont pas fréquentes. (...)
  • 5 Il reste que le cédérom peut effectivement constituer un « support transitionnel » dans les groupes (...)

9De fait, les règles et prescriptions d’usage sont peu nombreuses et peu formalisées au sein de l’équipe. Il s’agit, pour l’essentiel, d’empêcher, lorsqu’elles sont détectées, les navigations sur des sites à teneur pornographique4, de faire en sorte que les ordinateurs ne soient pas endommagés ni leurs connexions à Internet déréglées. Quelques tentatives pour orienter les usages d’Internet vers des finalités jugées « culturelles » seront néanmoins envisagées. Les trois animateurs racontent ainsi avoir testé différents portails, celui du site Internet de la Friche, ou celui de grands musées nationaux, dans l’espoir que les jeunes auraient l’envie de suivre ces liens hypertextes. Mais d’un commun accord, ils concluent à l’échec de ces tentatives : les jeunes ne sont guère intéressés par le Louvre, fût-il virtuel. Les animateurs tentent également d’imposer l’usage de cédéroms de type ludoéducatif mais la résonance « scolaire » attachée à ces logiciels les rend peu attirants pour des adolescents qui vivent tous un rapport plus ou moins conflictuel avec l’école et les valeurs livresques qu’elle véhicule : seuls certains jeunes les utiliseront parfois, de manière solitaire5.

10Il faut dire aussi que, de leur côté, les jeunes sollicitent rarement les animateurs de l’ECM. Ceci est d’autant plus vrai que la peur de « déranger » constitue un véritable obstacle à l’interaction.

Tu demandes aux animateurs des fois pour t’aider ?

Ouais, des fois. Mais des fois j’ai honte. Je demande pas parce qu’après ils vont me dire « tu demandes trop de choses » alors des fois, je comprends pas trop. Je suis timide de partout, j’aime pas demander les trucs aux gens parce que j’ai peur qu’on me dise « oh, tu es chiant, tu es fatiguant » et tout, des trucs comme ça, c’est pour ça je demande pas, je me débrouille tout seul. (Farid, 2002)

Au début je connaissais que les gens qui étaient en bas, les petites personnes, mes copains. Je connaissais pas les gens d’en haut, ça me mettait un peu mal à l’aise à chaque fois que je les voyais descendre ou monter.

Les gens d’en haut ?

C’est les gens d’en haut de la mezzanine, les grandes personnes, Virginie, et tout et tout. Eux, c’était les patrons, tu vois [rire]. Moi, je crois qu’à eux, j’essayais de les appeler le moins possible au début. (Ismaïl, 2004)

11On le voit, les jeunes disent avoir « honte » de demander de l’aide aux animateurs. Comme nous le notions plus haut, les premiers animateurs sont peu disponibles, et les jeunes perçoivent clairement les signes implicites de cette indisponibilité. La mezzanine marque une frontière symbolique entre les « petites personnes » et les « grandes personnes », comme le dit Ismaïl. Distance due à la différence d’âge, certainement, mais aussi et surtout construite sur la base d’une catégorisation sociale hiérarchisée (les grands sont les « patrons »). Face à ces adultes qui surveillent et appartiennent à des mondes sociaux que l’on perçoit comme « supérieurs », les jeunes ressentent malaise et intimidation. Il faut alors que les ressources du groupe soient épuisées pour que l’on ose interpeller l’animateur. D’autant que le rapport d’observabilité qu’instaure la coprésence dans la salle multimédia rend nécessairement publique toute demande de ce type et expose auprès des camarades présents l’incapacité à se débrouiller par soi-même. Même si la communication entre jeunes et animateurs prendra davantage de consistance avec le temps, le souci de « conserver la face » est une des clés majeures de compréhension de cette autodidaxie collective dont nous reparlerons dans le chapitre 5.

L’art de l’intéressement

  • 6 Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur.
  • 7 Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur de centres de vacances et de loisirs.

12On l’a dit, lorsque Céline est recrutée, elle est d’emblée en charge de l’accueil public, et en particulier des jeunes du quartier. Diplômée du BAFA6 et du BAFD7, Céline dispose d’une longue expérience de l’animation socioculturelle, acquise en colonies de vacances et en centres aérés. À son arrivée, elle instaure un certain nombre de règles administratives et comportementales, inspirées du fonctionnement classique des structures d’encadrement de la jeunesse. L’accès aux ordinateurs se fait dorénavant sur réservation (à travers l’instauration d’un planning), les publics sont incités à prendre une carte d’inscription, à « baisser le ton » et à saluer les personnes présentes en arrivant. Il devient interdit de fumer, de boire ou de manger sur le site (y compris pour les animateurs et les publics intégrés).

13Si de l’avis général, ces quelques règles ont contribué à engager le processus de « pacification » de l’ECM, il reste que les premiers temps de la cohabitation avec les jeunes du quartier sont laborieux. Comme elle l’analyse, Céline vient d’un milieu social « classes moyennes », très différent de celui des jeunes. Les enfants et adolescents avec lesquels elle avait l’habitude de travailler jusqu’alors ne sont pas non plus issus des « quartiers ». Elle fait état d’une incompréhension réciproque.

Moi, je connaissais pas ce milieu-là. Parce que j’en ai eu des réflexions de leur part, genre « ah ! Ben pour toi, c’est sûr, hein ! C’est facile la vie et tout ». Tu vois, des trucs comme ça. Et moi, je leur disais « tu sais, moi, je te comprends pas toujours, hein. La façon dont tu parles, la façon dont tu me réponds, tout ça. Moi, je ne perçois pas toujours, je ne suis pas toujours dans votre monde. Parce que moi, je tape pas sur mon frère, mon copain, tout ça. Je perçois pas non plus qu’on puisse me répondre comme ça [agressivement], mais maintenant ça va pas faire qu’on ne puisse pas s’entendre quoi, tu vois ? » (Céline, 2006)

14Si, comme elle le dit, Céline a le sentiment d’appartenir à « un autre monde », elle s’emploie à nouer le dialogue. Avec une certaine pugnacité, elle incite les jeunes à lui expliquer leurs points de vue, leurs manières de faire et de voir. Mais l’entrée en relation se fait avec délicatesse : il ne faut pas brusquer les choses, ne pas s’imposer lorsque ce n’est pas le moment, jauger les réactions et s’y adapter, saisir l’occasion d’une discussion, quelle qu’elle soit. « Quand tu veux faire des choses avec ces jeunes-là, il faut s’intéresser un minimum à leur vie », indique-t-elle. Peu à peu, l’interconnaissance gagne du terrain et Céline assiste avec satisfaction à l’évolution de leur comportement dans l’ECM. « Ce qui a marché dans le quotidien, c’est la politesse, le respect des gens, le respect du lieu », dit-elle encore à propos de ceux qu’elle appelle parfois « mes jeunes ».

15Céline fait également preuve de souplesse vis-à-vis des usages « spontanés » des adolescents, en ne cantonnant pas les échanges à la question des navigations sur Internet, mais en les rattachant à des sujets ayant trait à la civilité ou la moralité, dont elle pense qu’ils pourront être fédérateurs. La question qui se pose alors est celle de la régulation, des limites à ne pas dépasser, des règles fixées et des usages tolérés.

Faut savoir que tchatter, moi, je l’ai découvert là, avec toutes les peurs que ça entraîne aussi hein, parce que moi j’en ai vu des horreurs. Souvent, ils étaient à trois ou quatre devant l’ordi. Alors quand ils avaient fini d’insulter les gens qu’ils connaissaient pas, ils s’insultaient entre eux. Ils étaient à deux bureaux à côté et finalement ça devenait le souk rapidement et tout ça parce que comme nous, quand on est devant un ordinateur, qu’on n’a pas de but, on ne sait pas où on va quoi ! Alors il a fallu dire qu’est-ce qu’on autorise dans ce lieu, tu vois ? Parce que c’était un lieu public avec la liberté. Et la liberté, ça commence et ça s’arrête où ? Tu vois ? Donc ça c’est un truc qu’on a discuté au fur et à mesure avec les jeunes, à dire qu’est-ce qu’on a le droit de faire ici, comment on a le droit de se tenir. Et on avait un problème aussi, est-ce que l’ordinateur c’était un lieu de jeu ? Qu’est-ce qu’ils avaient le droit de toucher ? Et puis, c’est resté flou, hein. Parce que de toutes les façons, on pouvait pas empêcher les gens de taper sur l’ordi, hein. Mais je restais derrière, donc j’étais un espèce de surveillant de la morale. (Céline, 2006)

16Les usages du tchat posent un double problème : du fait qu’il se pratique à plusieurs, le tchat donne lieu à des réunions bruyantes et il faut ramener le calme, pour le bien des animateurs comme des autres publics de l’ECM. Alertée par l’agitation qu’il suscite ou par les plaintes des autres usagers du lieu, Céline tente de se connecter aux mêmes tchats que les jeunes pour s’assurer de temps à autre de la tenue correcte des conversations. Comme elle l’indique ci-dessus, elle essaie également de discuter avec les jeunes des « bonnes » et des « mauvaises » pratiques, et d’obtenir leur coopération.

17Céline pressent en effet qu’une trop grande rigidité en matière de discipline serait contre-productive. Plutôt que d’en réfréner vainement l’usage, elle tente d’intégrer le tchat à une activité ou à un projet plus vaste. « L’initiation, il faut un but », dit-elle. Les séances seront requalifiées dorénavant « ateliers multimédia » et devront déboucher sur un « produit » finalisé, aussi modeste soit-il (une page Web, le plus souvent).

  • 8 Comme l’écrivent Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour dans leur article intitulé « L’art (...)

18La question de l’intéressement demeure néanmoins entière : il s’agit désormais d’encourager les jeunes à participer aux ateliers multimédia, et donc de trouver les moyens de s’en faire des alliés8. D’autant que l’animatrice est « tributaire » des jeunes pour valoriser son activité. « Il fallait qu’ils viennent, qu’ils s’intéressent, pour montrer que ce qu’on pouvait faire ensemble, c’était intéressant », dit-elle. Progressivement, Céline adopte une attitude défensive vis-à-vis des autres animateurs. Cette « défense » des jeunes et de l’accueil public, si elle relève indubitablement d’une posture éthique, a aussi à voir avec le travail de reconnaissance de la fonction d’animation au sein de l’ECM. Céline parle d’un travail peu identifiable, peu valorisant, peu quantifiable. À la différence d’un site Web, que l’on peut terminer et montrer, le travail de l’animation n’a ni début ni fin, et il est difficile d’en publiciser la teneur ou les « résultats ».

  • 9 « Le personnage du “payo” ou celui de la “payote”, désigne, à l’intérieur de la cité, un jeune garç (...)

19L’art de l’intéressement auquel s’adonne l’animatrice se déroule sur le mode de la flexibilité et de l’adaptabilité. Les jeunes, d’abord, ne sont pas toujours disponibles. Ils viennent parfois en coup de vent, trop rapidement pour qu’une activité leur soit proposée. D’autres fois, ils restent plus longtemps, mais ont envie de naviguer librement. Céline procède par ajustements, répond aux demandes lorsqu’elles sont formulées, ou « tente » quelque chose avec les adolescents qu’elle perçoit bien disposés. Elle essaie de construire des passerelles avec des activités labellisées comme culturelles, par exemple les spectacles qui se produisent à la Friche. Mais ces premières tentatives ne seront guère fructueuses. Si une partie minoritaire des jeunes accepte de « jouer le jeu », celui du respect des règles comportementales comme celui de la participation à un atelier, la grande majorité demeure soigneusement à distance de rôles qui sont associés à des figures sociales négatives, au premier rang desquelles celle du « payo9 ».

  • 10 L’AMI est une structure associative implantée dans l’enceinte de la Friche, dont l’objectif est de (...)

20Céline ne se satisfait pas de cette situation. Lorsqu’elle découvre les ateliers de « scratch » et de « musique assistée par ordinateur » menés par l’AMI10 dans le domaine du rap, elle pense, à juste titre, « tenir » une idée. Début 2002, soit près de deux ans après que les premiers jeunes sont arrivés à l’ECM, Céline décide de mettre en place un atelier d’« écriture rap ». Elle sollicite la collaboration de Prodige Namor, rappeur intervenant dans les ateliers réalisés par l’AMI. Cet atelier apparaît à l’équipe de l’ECM comme une bonne formule d’accroche vers une action à proprement parler éducative et culturelle, d’autant plus légitime qu’elle se double d’une nouvelle tentative pour « canaliser les énergies » vers une plus grande docilité.

21Pour Céline, il s’agit en choisissant le rap de se « rapprocher » des jeunes. Elle insiste en effet au cours de l’entretien sur la difficulté qu’elle éprouve à susciter leur intérêt pour des ateliers dont l’objet impose, dans son principe comme dans son intitulé, de « faire du multimédia ». En mettant cette fois-ci le rap en avant, elle inverse donc la perspective des ateliers précédents en prenant en compte non plus l’activité qui structure l’ECM, mais les goûts culturels spécifiques des jeunes qui le fréquentent. Cette initiative a été interprétée par les jeunes comme un signe de reconnaissance de leur présence à l’ECM, de leur légitimité à être là, mais aussi, à travers elle, du style musical auquel ils s’identifient. De fait, ils considèrent l’atelier d’écriture rap comme le premier atelier organisé à l’ECM, manière de signifier qu’ils se sont sentis pour la première fois concernés.

  • 11 Si le groupe ne survit que pendant quelques mois, certains continueront à avoir une pratique musica (...)

22L’idée de départ de l’atelier rap est d’accompagner les jeunes dans l’écriture de textes, pour ensuite les mettre en ligne sur le site Internet de l’ECM. Les adolescents qui se prêtent au jeu (les plus assidus à l’ECM) se révèlent à cette occasion très demandeurs d’activités. L’atelier se déroule pendant les vacances scolaires de février. Une fois les textes écrits, Céline, qui ne maîtrise pas suffisamment les logiciels permettant de les publier sur Internet, propose de les faire enregistrer, « rappés » par les jeunes, grâce au plateau technique de Radio Grenouille. Elle négocie avec la radio la possibilité d’utiliser les studios, et les enregistrements ont lieu. Cinq des jeunes décident alors de monter un groupe, qu’ils appellent Infra-rooge11. Ils enregistrent à nouveau les titres, qui seront diffusés par la radio, en alternance avec l’interview des membres du groupe. Celui-ci sera ensuite sollicité pour réaliser une prestation scénique dans le cadre du festival Logique hip-hop qui se produit à la Friche.

  • 12 Andrée Chazalette, 1979, « Milieu populaire et animation », in G. Poujol et R. Labourie (dir.), Les (...)

23Pour conduire ce projet, Céline a pris en compte un groupe « réel ». Dès lors que le groupe est passé au premier plan, qu’il a été reconnu et accepté comme tel, une dynamique propre s’est développée en son sein et Céline a pu faire de nouvelles propositions, qui ont alors été accueillies favorablement. Ce cheminement, patient et chaotique, montre que la participation des jeunes a pour condition la mise en place d’un projet de création qui émane en partie d’eux-mêmes. Nous redécouvrons là un constat bien établi. En 1979 déjà, Andrée Chazalette écrivait à propos de l’animation socioculturelle en milieu populaire : « Il faut prendre en compte l’importance considérable du groupe qui passe au premier plan et domine complètement l’activité, qui ne peut se développer qu’en son sein. Il y a un renversement complet de la perspective habituelle des équipements où l’activité, à l’origine de la fréquentation, suscite des rencontres et, dans de meilleurs cas, des groupes. On peut dire, pour parler vite, que le mode de sociabilité qui sous-tend les pratiques socioculturelles mises en place par et pour des personnes appartenant aux strates moyennes, est largement inadéquat dans les quartiers populaires. Par contre, dès lors que les groupes sont reconnus, acceptés comme tels, les activités, les techniques les plus diverses peuvent être prises en compte et permettre l’expression12 ». Tout se passe comme si cette règle élémentaire de l’animation était régulièrement oubliée par les animateurs issus des classes moyennes (mais pas par ceux des classes populaires), pour être empiriquement redécouverte.

Fouad, un médiateur « de quartier »

  • 13 Élisabeth Maurel souligne qu’il existe deux marchés du travail social, l’un régi par la logique de (...)

24En mai 2002, « épuisée », Céline décide de quitter l’ECM et Fouad est recruté. Fouad n’a pas de diplôme d’animateur. Mais il a d’autres atouts : une longue expérience en bénévole de l’animation socioculturelle en milieu populaire dans les quartiers nord de Marseille, une connaissance pratique de cet univers, dont il est issu. À la différence de Céline, il est donc recruté sur une logique de compétence, et non de certification13. Son malaise initial relève moins de son affectation à l’animation d’un public populaire, conforme à son expérience et à ses aspirations, que du rôle de « maton » auquel il a le sentiment d’être d’emblée assigné.

Moi, il y a personne qui m’a présenté à eux. En quelque sorte, ils [les jeunes du quartier] ont trouvé une espèce de tête cramée d’un mètre quatre-vingt-trois dans le cyber où ils faisaient d’habitude un peu les fous. Ils se sont dit « on nous a envoyé un maton ». Il y avait ça au début, hein. Au début, ils m’ont considéré comme un gardien, tu vois ? Un peu comme les mecs de quartier qui font le gardiennage dans les grandes surfaces. Et c’est vrai qu’on m’a embauché un peu pour ça, je le sais, quoi. Parce que si tu veux, quand je suis arrivé, les événements n’étaient pas maîtrisés. Donc au début, j’en suis persuadé, c’était pour catalyser les jeunes. Au départ, j’étais un peu vu comme l’Arabe qui vient pour fouetter les autres petits Arabes, tu vois [rire] ? Donc c’était difficile, hein, surtout pour leur expliquer ma posture. (Fouad, 2004)

25Lors de sa prise de fonction, Fouad se conforme au rôle de surveillant qui lui a été, lui semble-t-il, dévolu. Il fait preuve de sévérité, d’intransigeance. Il élève la voix, annonce un changement de politique, siffle la fin de la récréation. Il pense d’ailleurs que certains jeunes ont cessé de venir à ce moment-là, ne supportant pas d’être soudain contraints de suivre des règles que Céline appliquait avec moins de rigidité. Les relations avec les adolescents qui persistent à venir se déroulent souvent sur un mode conflictuel.

  • 14 Voir par exemple Nasser Tafferant, 2007, Le Bizness. Une économie souterraine, Paris, Le Monde/Pres (...)

26Comme la littérature à propos des animateurs de quartier en fait souvent état14, le nouveau venu est longuement « testé ». Les jeunes veulent savoir qui il est, questionnent la légitimité de son autorité et de ses directives, le provoquent. Il lui faut alors à la fois montrer qu’il « en a dans le ventre », qu’il n’est pas impressionné par les tentatives d’intimidation, mais aussi travailler à construire une relation qui soit fondée sur la réciprocité. Comme Céline avant lui, Fouad estime que le respect des règles et le rétablissement du calme présupposent l’instauration d’une relation de confiance mutuelle.

Le juste regard

27Fouad n’est cependant pas à proprement parler dans une relation d’égalité avec les jeunes : il tire de sa place d’ancien, de son expérience et de sa capacité à la transmettre, un certain ascendant. Mais c’est un ascendant dépourvu de mépris, et qui se combine à l’expression répétée d’une attitude bienveillante. Au fondement du travail relationnel de Fouad, il y a en effet la question du juste regard posé sur les jeunes, qu’il évoque pour en souligner à la fois l’importance et la subtilité.

C’est quelque chose d’infime, c’est le regard qu’on porte sur ces jeunes-là. Moi, je les considère comme tout le monde et ça c’est infime. Mais le regard de peur ou d’indifférence en même temps, c’est deux choses qui, à vivre, c’est pas évident, hein ! Ces jeunes-là, ils sont sensibles à ça et le fait que tu viennes vers eux en les tolérant, c’est une forme de tolérance pour eux. Tu viens, tu parles avec eux, c’est rien et pourtant ça fait toute la différence. Tu casses l’espèce de paroi que eux se sont faite pour se défendre de ça. Parce que quand tu vois un regard qui est entre la peur et l’indifférence, alors que tu es là, tu existes quoi, t’es physique, et ben ça blesse. (Fouad, 2004)

28Fouad évoquera plus loin le malaise qui l’étreint à chaque fois qu’il se trouve dans un groupe dans lequel il est le seul à pouvoir être étiqueté comme « typé ». Il exprime avec intensité, et parfois émotion, la manière dont les jeunes le renvoient à sa propre position. Pour eux, comme pour lui, l’environnement de la Friche est un espace subrepticement humiliant, dans lequel les jeux de regard, ou leur absence, manifestent une forme de violence symbolique. Il est donc particulièrement réceptif au différentiel interactionnel dont les jeunes font selon lui l’objet, et dont on a vu précédemment qu’il était également perçu par les adolescents.

29Au fil du temps, non seulement Fouad gagne la confiance des jeunes, mais il entretient avec eux une véritable complicité. Les adolescents que nous avons interrogés insistent tous sur l’importance prise par Fouad dans le plaisir qu’ils éprouvent à venir à l’ECM, après que la période orageuse est passée. Le travail du dialogue l’explique pour une large part. Fouad s’enquiert sans cesse du moral des jeunes, est attentif au moindre signe de « décrochage » ou de renfermement. Il procède de manière progressive, par ajustements : il faut savoir attendre que les adolescents se confient, mais il faut aussi trouver l’occasion de s’isoler avec un jeune qui paraît avoir un problème particulier. Une grande partie du temps de Fouad, peut-être l’essentiel, est consacrée à la construction minutieuse de ces espaces de parole, dont il sait la fragilité, mais aussi l’impérieuse nécessité.

Comme on vient des quartiers, qu’on est des Arabes issus de l’immigration, moi, je joue sur ça à la base. Je m’en sers comme une amorce. C’est vrai qu’au début, j’utilise ce sentiment-là avec les jeunes. Genre on est pareils, pour pouvoir après partir sur autre chose. C’est juste une amorce, en fait. Au début, ils voient, ils savent que j’ai vécu les mêmes choses, si c’est pas pire, et des fois on en parle. Et après je pars sur autre chose, je vais à l’essentiel en fait pour eux. C’est les faire sortir de cet enfermement, le fait de ne plus subir les choses, au contraire de s’exprimer, de dire les choses simplement, d’exister. (Fouad, 2004)

  • 15 Si la communauté des parcours constitue bien une ressource, la singularité de la trajectoire de Fou (...)
  • 16 Pascal Duret, 1996, Anthropologie de la fraternité dans les cités, Presses universitaires de France (...)
  • 17 Les autres caractéristiques du « médiateur » tel que décrit par Michel de Certeau et Luce Giard cor (...)

30Fouad indique ici que la similarité des expériences avec les jeunes lui permet surtout de disposer d’une « amorce » (d’un shifter, disent les Anglo-Saxons), d’un appui à partir duquel il sera possible d’aborder de nouveaux horizons. L’ethnicité, la migration, le quartier, sont des répertoires de rôles, comme nous le disions précédemment à propos des modalités de construction identitaire des jeunes. À ce titre, ils sont mobilisables (ou non) en fonction des situations. La connivence ne relève donc pas d’une quelconque naturalité, ou spontanéité – preuve en est d’ailleurs que d’autres personnels de la Friche « issus de l’immigration » ne parviendront jamais à instaurer une relation de confiance avec les jeunes15. Elle constitue une ressource qui peut être mobilisée pour créer du lien et, dans le cas de Fouad, pour s’affranchir, précisément, de son appartenance au « monde des quartiers ». C’est un « levier interactionnel » vers un ailleurs émancipateur, ce qui l’éloigne du seul aspect pacificateur de la figure du « grand frère16 » à laquelle il est communément identifié. En ce sens, Fouad peut être davantage vu comme un médiateur, dans le sens que Michel de Certeau et Luce Giard donnent à ce terme, à savoir la figure de l’individu-ressource capable de susciter l’intérêt et la curiosité des pairs, d’initier des usages inédits et des idées novatrices que les autres membres du groupe adopteront à sa suite17.

La juste mesure

  • 18 Cette démarche est également prétexte à des transmissions de savoir-faire « par la bande ». Lorsqu’ (...)

31Concernant les usages d’Internet, les jeunes passent progressivement à une pratique intensive du téléchargement (voir chapitre 6). Comment Fouad régule-t-il cette pratique, en grande partie illégale et susceptible d’entraver la bonne marche des ordinateurs ? La gestion du téléchargement passe par la recherche d’une juste mesure. Si seule la navigation a officiellement droit de cité à l’ECM, Fouad estime qu’il est légitime que les jeunes téléchargent et qu’ils gravent des fichiers. Mais un certain nombre de limites sont posées : le téléchargement est toléré et tolérable tant qu’il n’y a pas d’« abus », c’est-à-dire tant que les ordinateurs ne sont pas surchargés et restent utilisables par les autres usagers du lieu. Aussi n’hésite-t-il pas à effacer des données stockées si le besoin s’en fait sentir18.

32S’il fait parfois preuve d’autorité, Fouad n’est donc pas dans une condamnation morale per se de la pratique du téléchargement, loin s’en faut.

Les jeunes, ils font pas du trafic avec Internet, mais ils s’accaparent tous les moyens possibles et imaginables. […] Ils téléchargent, mais tous les jeunes téléchargent, même les moins jeunes et même les artistes qui condamnent le téléchargement, ils téléchargent. C’est ce qui est rigolo, d’ailleurs, hein. Et on te parle de pratiques illégales ? Parce qu’ils savent bien qu’il y a une esbroufe là dedans, je veux dire, c’est les industries du disque qui fournissent les CD vierges, c’est les industries du disque qui te fournissent le service et c’est eux après qui te disent, « c’est pas bien de »… Les artistes, ils se font arnaquer par les industries, ils se font pas arnaquer par les gens quoi, il faut arrêter de déconner. Enfin bref, c’est un vaste sujet mais comme en plus c’est un facteur de connaissances, parce que tu imagines la démarche du pirate ? Tu vois, à l’époque, c’était con, hein, on prenait la cassette vidéo d’une certaine œuvre et tu faisais une copie grâce à une double cassette. Mais aujourd’hui la démarche d’un mec qui va télécharger, il va le télécharger, il va le réencoder au bon format, il va l’exporter, il va le compiler avec d’autres choses, lui-même, tu vois, c’est une démarche quand même ! On ne peut pas demander au type qui a fait la démarche, surtout pour mes publics, moi je pense à eux, tu peux pas leur demander à eux, de financer l’industrie culturelle. (Fouad, 2005)

  • 19 On peut reconnaître ici le « je-m’en-fichisme » qui, selon Richard Hoggart, traduit sous une forme (...)

33Si Fouad informe les jeunes du quartier du caractère illicite du téléchargement de fichiers, il ne le leur interdit pas pour autant. Il s’agit plutôt de les responsabiliser et c’est à eux de décider, semble dire l’animateur. Mais Fouad développe également l’idée selon laquelle cette illégalité est à bien des égards légitime. Le discours sur le vol que constituerait le téléchargement lui paraît injustifié et infondé. La condamnation de ces pratiques est en réalité orchestrée par les industries culturelles qui, quoi qu’elles en disent, manipulent le consommateur pour en tirer profit. Fouad parle d’« esbroufe », d’« arnaque » : il s’agit de ne pas se « laisser avoir » par les puissants, dont on n’est pas dupes et dont on sait, d’expérience, qu’ils finissent toujours par tirer avantageusement leur épingle du jeu19. Ici, Fouad inclut les adolescents dans la défense d’une dignité populaire que les accusations de « trafic » peuvent mettre à mal.

  • 20 Ce terme est généralement utilisé aujourd’hui pour désigner les simples utilisateurs du téléchargem (...)

34À écouter Fouad, la figure du « pirate20 » apparaît comme la menace du redoublement du stigmate de « délinquant » dont souffrent les jeunes du quartier. Fouad y oppose d’abord l’argument de la banalité du téléchargement illégal : celui-ci concerne toutes les couches sociales, y compris les artistes qui s’élèvent contre cette pratique. Il substitue ensuite à cette lecture une interprétation positive et constructive de la pratique : l’idée de rapine fait place à l’exposé des apports pédagogiques du téléchargement, l’opiniâtreté et la persévérance des jeunes venant démentir leur supposé ethos de « profiteurs ». En s’opposant au discours dominant sur le téléchargement comme atteinte à la création, Fouad en réhabilite paradoxalement un autre : celui qui consiste à affirmer la propension des TIC à favoriser la créativité.

35Il faut enfin mentionner que la permissivité relative dont fait preuve l’animateur vis-à-vis du téléchargement est à interpréter dans le cadre général d’une économie du don/contre-don. La pratique étant massive, l’interdire complètement exposerait au risque de voir les jeunes se désengager de l’ECM. Or en 2003, Fouad commence à mettre en place des ateliers, dans la continuité des tentatives effectuées par Céline, et il espère que les jeunes vont y participer : la réussite des ateliers en dépend et, par ricochet, la légitimité de l’animation également. Pour qu’ils s’investissent à certains moments, il faut donc les « rétribuer » par l’attribution d’un temps au cours duquel ils peuvent utiliser le cyber en véritable libre accès, c’est-à-dire en fonction de leurs propres curiosités et intérêts.

L’appui sur le groupe

36C’est fort de l’expérience de l’atelier rap initié par Céline, mais aussi et surtout de ses compétences en matière d’animation en milieu populaire, que Fouad entreprend à son tour de développer des ateliers qui prennent « appui sur le groupe ». Ce sera d’abord l’inscription du groupe de rap des Infra-rooge à un tremplin musical organisé dans le quartier des Flamants (dans lequel habite Fouad) en juillet 2002, puis la mise en place des ateliers Webcartoons, qui permettront de réaliser un clip vidéo du groupe sous la forme d’un dessin animé en animation Flash21. Pour réaliser ces Webcartoons, Fouad fait appel à des jeunes des Flamants qu’il a précédemment encadrés, et sur lesquels il sait avoir une certaine autorité, dont il escompte qu’elle « déteigne » sur les adolescents de l’ECM. Quand ces derniers constatent que d’autres jeunes, auxquels ils peuvent s’identifier, dessinent pendant plusieurs heures, élaborent des scénarios… puis quand ils voient le produit final, ils réalisent être en capacité d’effectuer un travail similaire. La réalisation du Webcartoon par les jeunes des Flamants dans les locaux de l’ECM est pensée comme une tactique d’intéressement fonctionnant à la fois sur la proximité sociale et sur la curiosité suscitée par une activité encore jamais pratiquée. Quelques jours après la visualisation du Webcartoon, les adolescents de l’ECM (Karim en tête) demandent à Fouad d’en réaliser un à leur tour. La dynamique de groupe se met en place et un Webcartoon est effectivement conçu22.

37Aux yeux de Fouad, le groupe constitué dans le cadre du Webcartoon apparaît maintenant susceptible d’être engagé dans une démarche collaborative, en adéquation avec le principe de la Friche voulant qu’on associe les publics aux artistes. Une première expérience est tentée avec la troupe de spectacle de rue Komplex Kapharnaüm, qui entame une résidence à la Belle de Mai. Il s’agit de recueillir les témoignages d’habitants du quartier, destinés à intégrer une « œuvre multimédia ». Les entretiens sont réalisés, mais ni Fouad ni les jeunes n’ont le sentiment qu’il s’agit d’une réelle collaboration. L’impression est plutôt celle de l’instrumentalisation, dans le cadre d’une production dont ils ne retirent guère les bénéfices symboliques ou financiers.

38Le constat fait par l’animateur est celui d’une relation difficile à établir avec les artistes de la Friche, frustrante en ce qu’elle ne permet pas de situer les acteurs en présence dans un véritable travail de co-conception. Ce constat se double de celui d’une temporalité trop brève et segmentée des ateliers. Cette temporalité ne correspondrait pas selon lui au temps réel de l’apprentissage des jeunes, qui ont besoin de voir des actions se pérenniser. Fouad explique vouloir valoriser des individus (et non des projets), et par conséquent les amener vers des activités au long cours, seules susceptibles d’être réellement émancipatrices. L’animateur souhaite enfin trouver une forme d’atelier qui lui permette de se situer lui aussi dans un temps long, gage d’une meilleure insertion dans la structure et d’une meilleure visibilité de son travail d’animation.

39L’idée émerge alors de créer une « Web TV » qui consiste à filmer les expositions et les concerts qui se déroulent dans la toute nouvelle salle de spectacles de la Friche – le Cabaret aléatoire –, afin de les diffuser sur Internet. Fouad a des compétences audiovisuelles qu’il peut mobiliser ; avec ce projet, il reste par ailleurs dans le cadre de la mission de l’ECM. L’atelier TVK (pour « TV Cabaret », donc) obtient le consensus et rencontre même l’enthousiasme de l’ensemble des protagonistes. Il se situe à la croisée des intérêts : le projet est en parfaite cohérence avec le principe de transversalité mis en avant par l’ECM de la Friche, en même temps qu’il constitue l’occasion d’une collaboration avec le Cabaret aléatoire qui parvenait jusqu’alors difficilement à trouver un dispositif adéquat.

  • 23 Dans un premier temps, Fouad convainc Sedik de venir travailler bénévolement à ses côtés à la réali (...)

40Mais TVK relève également d’une tactique propre à Fouad, qui entend se saisir de cette opportunité pour créer une activité dégagée d’un certain nombre de contraintes, et en particulier de ce qu’il a vécu comme la « tutelle » de certains artistes. L’animateur est en effet à la recherche de personnes « de confiance », proches affectivement et socialement, et dont il pressent qu’elles pourront être dans un rapport de proximité avec les jeunes. Il s’entoure cette fois de Mathieu, technicien à la Friche avec qui il a sympathisé, et d’un artiste réalisateur qu’il connaît bien, Sedik, ami d’enfance et habitant du quartier nord de la Busserine, formé à l’école d’audiovisuel d’Avignon23. Ainsi Fouad, en plus d’assurer la mobilisation des jeunes, aide Mathieu à l’installation technique des caméras et Sedik au montage des films (voir chapitre 7).

  • 24 Michel de Certeau, 1990 [1980], L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. (...)

41En répondant au cahier des charges des principes « frichistes », qu’il a à présent parfaitement intégrés, Fouad a aussi espoir que cette activité sera porteuse d’une reconnaissance de son travail et de celui des jeunes, d’un statut social dont il se sent toujours privé. C’est en ce sens que la mise en place de TVK nous paraît pouvoir être qualifiée de dispositif de ruse24, en ce qu’il se déploie dans un espace social hiérarchisé (celui de la Friche la Belle de Mai) et qu’il relève d’une tactique des plus « fragiles » pour résister à l’hétéronomie.

Notes

1 Philippe Urfalino, 2004 [1996], L’invention de la politique culturelle, Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel ».

2 Nicolas Auboin, Frédéric Kletz & Olivier Lenay, 2010, « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines », Culture études, no 1, document en ligne, consulté le 20-11-2011 : http://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2010-1.htm.

3 Il s’agit d’une association d’insertion professionnelle, qui axe une partie de ses activités sur la lutte contre la fracture numérique.

4 Les visites de sites pornographiques existent indiscutablement, mais elles ne sont pas fréquentes. Elles se déroulent généralement seul ou à deux, en fin de journée, lorsque l’ECM est presque désert. Les jeunes se révèlent très pudiques à ce propos. Momo par exemple l’évoque au cours d’un entretien, mais sans oser les désigner explicitement : « Sur Internet, il y a des trucs qu’il faut pas faire quand même, mais on sait c’est quoi. Pas la peine de le dire. Avant, ouais, on faisait ça en traître, maintenant on est grands, on sait que c’est pas la peine » (2004). D’après ce que nous avons observé, les navigations sur les sites pornographiques auront effectivement tendance à disparaître avec le temps, les jeunes étant de plus en plus soucieux de ne pas avoir la « hchouma » (la honte, en arabe phonétique) et se conformant au jugement commun d’immoralité de la pornographie.

5 Il reste que le cédérom peut effectivement constituer un « support transitionnel » dans les groupes sociaux où le livre est valorisé, comme le montrent Emmanuel Pedler et Olivier Zerbib (2001, Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques. Usages d’Internet et des cédéroms, Paris, BPI/centre Pompidou, coll. « Études et recherche »).

6 Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur.

7 Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur de centres de vacances et de loisirs.

8 Comme l’écrivent Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour dans leur article intitulé « L’art de l’intéressement » (titre que nous avons donc emprunté aux auteurs) : « Pour comprendre le succès ou l’échec, c’est-à-dire la diffusion et ses péripéties, il faut accepter l’idée qu’un objet n’est repris que s’il parvient à intéresser des acteurs de plus en plus nombreux ». Et d’ajouter : « faire comme si le contexte socio-économique était connu une bonne fois pour toutes, le produit pouvant être défini en dehors de toute interaction avec lui, est contraire à tout ce que nous savons de l’innovation. Celle-ci est perpétuellement en quête d’alliés. Elle doit s’intégrer dans un réseau d’acteurs qui la reprennent, la soutiennent, la déplacent » (Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour, 1988, « À quoi tient le succès technique des innovations ? 1 : L’art de l’intéressement », Gérer et comprendre. Annales des Mines, no 11 : 4-17, ici 13).

9 « Le personnage du “payo” ou celui de la “payote”, désigne, à l’intérieur de la cité, un jeune garçon, ou une jeune fille, n’adhérant pas aux “codes relationnels” inhérents à la cité », écrit Nathalie Binisti à propos du « parler interethnique » des jeunes Marseillais (Nathalie Binisti, 2000, « Les marques identitaires du “parler interethnique” de jeunes Marseillais », in J.-L. Calvet et A. Moussirou-Moyama [dir.], Le plurilinguisme urbain, Paris, Institut de la francophonie, coll. « Langues et développement » : 281-299, ici 284).

10 L’AMI est une structure associative implantée dans l’enceinte de la Friche, dont l’objectif est de mettre en œuvre des actions d’« Aides aux Musiques Innovatrices ».

11 Si le groupe ne survit que pendant quelques mois, certains continueront à avoir une pratique musicale, et l’un des jeunes deviendra à son tour animateur d’ateliers de musique rap dans une maison de quartier de la Belle de Mai. En outre, deux adolescents (Ismaïl et Karim) seront plus tard moteurs de l’atelier TVK, dont nous reparlerons plus loin.

12 Andrée Chazalette, 1979, « Milieu populaire et animation », in G. Poujol et R. Labourie (dir.), Les cultures populaires. Permanence et émergence des cultures minoritaires locales, ethniques, sociales et religieuses, Toulouse, Privat/Institut national d’éducation populaire : 105-109, ici 107.

13 Élisabeth Maurel souligne qu’il existe deux marchés du travail social, l’un régi par la logique de qualification, l’autre par celle de compétence. Elle note par ailleurs une tendance générale à la déprofessionnalisation et à la spécialisation du secteur des emplois sociaux, pouvant conduire à un appauvrissement des tâches lorsque la reconnaissance institutionnelle est faible, toutes choses dont Céline et Fouad diront pâtir (Élisabeth Maurel, 2000, « De l’observation à la typologie des emplois sociaux », in J.-N. Chopart [dir.], Les mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, Paris, Dunod, coll. « Action sociale » : 25-52).

14 Voir par exemple Nasser Tafferant, 2007, Le Bizness. Une économie souterraine, Paris, Le Monde/Presses universitaires de France, coll. « Partage du savoir ».

15 Si la communauté des parcours constitue bien une ressource, la singularité de la trajectoire de Fouad – sa socialisation précoce à l’« effervescence associative » qui caractérise le quartier des Flamants dans les années 1980, l’histoire contrariée de sa famille avec l’Algérie liée au passé harki de son père, son extrême sensibilité à l’injustice, etc. – est au moins tout autant à l’origine de sa compétence relationnelle et de sa capacité à la réflexivité. Sur l’« effervescence associative » du quartier des Flamants, voir CERFISE (Centre d’études, de recherche et de formation institutionnelles du Sud-Est), 1988, Entrevues citadines : Les Flamants, Marseille, Marseille, CERFISE/Direction des musées de Marseille.

16 Pascal Duret, 1996, Anthropologie de la fraternité dans les cités, Presses universitaires de France, coll. « Le sociologue ».

17 Les autres caractéristiques du « médiateur » tel que décrit par Michel de Certeau et Luce Giard corroborent la pertinence du rapprochement avec Fouad : « Ces médiateurs amateurs ne se posent pas en leaders de communautés, en guides d’opinion investis d’un charisme qui leur donnerait savoir, pouvoir, et droit de jugement ou de décision sur autrui. Ce sont en fait des agents de liaison, devenus tels par une obscure cooptation, elle-même dépendant des hasards d’un métier, d’une histoire ou d’un tempérament […]. Digne de confiance, mais d’une confiance soupçonneuse, attentive à ne pas s’en laisser compter, le médiateur a été recruté par le groupe sur le mode affinitaire, il est lié au groupe qui l’a coopté par un lien d’amitié plus que d’allégeance ; c’est pourquoi il n’est pas dangereux, contrairement au fonctionnaire en poste dans l’institution » (Michel de Certeau & Luce Giard, 1994 [1983], « L’ordinaire de la communication », in M. de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, coll. « Points. Essais » : 163-224, ici 196-198).

18 Cette démarche est également prétexte à des transmissions de savoir-faire « par la bande ». Lorsqu’il répare une machine de l’ECM, lorsqu’il installe des logiciels ou réinstalle un système d’exploitation, Fouad montre aux jeunes comment il procède. Il leur explique les choix qu’il fait, discute avec eux des différentes solutions possibles, etc. Fouad leur délègue aussi certaines tâches, certaines réparations simples à effectuer – y compris le reformatage des ordinateurs qu’ils ont « bourrés » de fichiers téléchargés. Installer, désinstaller, nettoyer une souris, brancher un graveur, le réparer… Autant de compétences techniques acquises à l’ECM et qui seront rapatriées par les jeunes dans la sphère des usages « ordinaires » (voir chapitre 6).

19 On peut reconnaître ici le « je-m’en-fichisme » qui, selon Richard Hoggart, traduit sous une forme larvée l’esprit protestataire des milieux populaires : « Il faudrait être idiot pour ne pas “piquer” ou “se débrouiller” toutes les fois qu’on peut : “Faut bien vivre, non ?” – “Ils me baisent bien, je vois pas pourquoi je ferais pas pareil” […]. À entendre les membres des classes populaires utiliser quotidiennement ces expressions, on pourrait croire à un cynisme achevé de leur part. Mais il faut prendre garde que ce genre de discours, presque toujours symbolique, relève avant tout de l’affirmation de principe : on veut montrer qu’on n’est pas un imbécile, qu’on ne prend pas les vessies pour des lanternes et qu’on ne se fait pas d’illusion sur la marche du monde ou les profits de l’industrie » (Richard Hoggart, 1970 [1957], La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun » : 334).

20 Ce terme est généralement utilisé aujourd’hui pour désigner les simples utilisateurs du téléchargement peer to peer. Cet usage ne nous paraît guère pertinent, étant donné que ce mode de téléchargement, pour le moins répandu comme le souligne Fouad, relève d’une culture commune du Web chez les adolescents, qui n’a pas grand-chose à voir avec le hacking de systèmes informatiques, comme nous le verrons dans le chapitre 6.

21 Visible à l’adresse : http://ateliers.zinclafriche.org/infrarooge/.

22 Il peut être vu à l’adresse : http://ateliers.zinclafriche.org/thehappycase/. Il raconte l’histoire de jeunes habitants d’une cité de Marseille, qui trouvent miraculeusement de l’argent, partent aux États-Unis, et se font finalement « dépouiller » des habits qu’ils ont acquis là-bas par leurs voisins, une fois de retour dans leur cité. À noter aussi que l’atelier Webcartoon initié par Fouad fait l’objet d’un reportage dans le DVD Vidéomulo consacré à l’appropriation sociale des TIC et édité en 2002 par la MAPI (Mission de l’accès public à Internet). Vidéomulo a été largement diffusé auprès des acteurs de l’accès public à Internet citoyen en France.

23 Dans un premier temps, Fouad convainc Sedik de venir travailler bénévolement à ses côtés à la réalisation d’une « fiction interactive ». Le film est visible à l’adresse : http://ateliers.zinclafriche.org/lapoursuite/. Outre les rues de la Belle de Mai, l’action se situe dans l’enceinte de la Friche et de l’ECM. Les acteurs de la fiction sont Karim, Sofiane, Momo, Willo, Ismaïl et Nabil, tandis que le chien appartient à Tony et le scooter à Sami. La Poursuite est une œuvre interactive et collective, réalisée avec et pour les « collègues ». Elle montre deux jeunes qui se croisent dans le quartier, et dont l’un prend l’autre en chasse. À chacune des étapes, trois scénarios sont possibles, que l’internaute choisit ou non de développer.

24 Michel de Certeau, 1990 [1980], L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Essais » : 26.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable