Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratiser la culture multimédia ?

 | 
Fabien Labarthe

Chapitre 3 : L’accès du public populaire à l’ECM

Entrées d'index

Mots clés :

espace, fréquentation, quartier

Texte intégral

1Après avoir fait connaissance avec les jeunes du quartier, puis avoir analysé les principes d’action de l’ECM de la Friche la Belle de Mai, il est temps de voir comment les adolescents ont accédé physiquement à cet équipement culturel.

  • 1 L’expression n’est pas totalement convaincante : d’abord parce que nous ne disposons pas de statist (...)
  • 2 Notons par ailleurs que la Friche n’est pas pour autant un équipement massivement investi par la no (...)

2Notre énigme de départ concerne l’« anomalie statistique1 », si l’on peut dire, que constitue la présence de plusieurs dizaines de jeunes (à certaines époques) issus de milieux populaires au sein de l’ECM et, conséquemment, de la Friche. Il n’y a en effet rien d’évident à la présence de ces adolescents dans cette structure. Certes, la Friche se veut « ouverte sur le quartier » et désireuse de favoriser la venue et la participation des publics populaires. Mais dans les faits, les publics de la Friche sont avant tout des publics cultivés et des publics artistes, appartenant aux vastes « classes moyennes ». Sans que nous disposions là encore de chiffres précis (aucune étude quantitative sur les publics de la Friche n’existe à notre connaissance), une observation sur le temps long nous a montré la faible part des habitants du quartier parmi les personnes qui se rendent aux événements et aux expositions (à l’exception notable du festival Logique hip-hop, qui a pu drainer un temps un vaste public populaire). Cela n’a par ailleurs rien d’étonnant : la Friche demeure un équipement culturel qui, à l’instar des lieux de création artistique en général, attire peu les milieux faiblement dotés en capital culturel2. Ensuite, la Friche est un lieu de création, plus encore peut-être qu’un lieu de diffusion : en dehors des temps de spectacles ou de rencontres, l’accueil du public ne constitue pas sa principale activité. Aussi les personnes issues de milieux modestes présentes sur le site de la Friche sont-elles le plus souvent des personnels de service (femmes de ménage, cuisiniers, serveurs du bar, médiateurs, vigiles) et, dans une moindre mesure, des techniciens du spectacle.

3La présence des jeunes du quartier ne va pas non plus de soi à l’ECM. D’abord parce que sa localisation particulière, au cœur de la Friche, n’est pas sans produire un marquage social, qui joue comme une frontière symbolique. Ensuite parce que si, là encore, les publics populaires sont théoriquement attendus, c’est plutôt dans le cadre du partenariat avec des structures socio-éducatives et sur la base de projets culturels. L’ECM fonctionne sur le mode de l’« offre », c’est-à-dire en tissant des liens avec des associations, des groupes scolaires ou des centres sociaux auxquels il est proposé des initiations à Internet et des ateliers de pratique multimédia. Si quelques ordinateurs sont dès les débuts installés en « libre accès », ils sont le plus souvent occupés par des artistes en résidence à la Friche, ou par des salariés. En ce sens, les jeunes du quartier, public qui vient sans y être nécessairement attendu, et sans paraître intéressé par la dimension culturelle du multimédia, sont un public que l’on peut qualifier de « spontané ». Non pas « hors cadre », puisqu’il intègre théoriquement les missions de l’ECM, mais « hors situation », puisque l’ECM privilégie d’autres modalités de l’accès public.

4L’intérêt de la notion de public spontané est de souligner le fait qu’il existe un public qui se saisit d’une offre existante (celle du libre accès), sans y avoir pour autant été formellement invité. Il se différencie en cela du public encadré inscrit dans un partenariat institué (écoles, associations d’insertion, centres sociaux, etc.). Il se distingue également en ce qu’il n’est pas inscrit dans le cadre d’une activité prescrite par la Friche ou l’ECM ; il navigue le plus souvent de manière autonome, sans solliciter les animateurs de la structure, si ce n’est pour régler d’éventuels problèmes techniques survenus sur les ordinateurs. Enfin, il se caractérise par le fait de ne pas appartenir aux « mondes de l’art » de la Friche, à la différence cette fois du public intégré (artistes en résidence, artistes amateurs, technicien du spectacle, agents administratifs).

5Le public spontané est d’une grande diversité, à la fois sociale, générationnelle et motivationnelle. La Friche a bien sûr une notoriété qui est sans commune mesure avec celle de son ECM, et c’est elle, d’abord, qui draine du public à l’occasion d’un concert ou d’un verre bu au bar, par exemple. Mais il s’agit là plutôt d’un public adulte. Les entretiens avec les jeunes du quartier témoignent de ce qu’un autre mécanisme préside à leur fréquentation de l’ECM. À la différence des publics intégrés, et d’autres types de publics spontanés (les spectateurs de la Friche), les jeunes du quartier ne découvrent en effet pas l’ECM via la Friche, mais par interconnaissance avec d’autres jeunes déjà usagers.

La constitution d’un public spontané

6Les témoignages dont nous disposons concordent pour indiquer que Mehdi, jeune habitant de la Belle de Mai, fut le premier jeune à se rendre à l’ECM « spontanément », dans le sens que nous avons donné à ce terme. Mehdi est même une figure quasi idéal-typique du public spontané : il a repéré l’ECM sans intermédiaire, s’y rend seul, interagit très peu avec les animateurs.

7Comment Mehdi a-t-il découvert l’ECM ? Je n’ai pas de réponse précise à cette question : lorsque j’arrive sur le terrain, Mehdi a déjà pratiquement cessé de s’y rendre et je n’aurai jamais l’occasion de le rencontrer. Quelques suppositions peuvent néanmoins êtres avancées : Mehdi a peut-être eu connaissance de l’ECM lors d’une présentation extérieure de la structure, à l’occasion d’une fête de quartier ; il en a peut-être entendu parler par l’intermédiaire d’un habitant du quartier travaillant au sein de la Friche, au bar, à la technique, ou à l’entretien ; enfin, troisième possibilité, Mehdi a peut-être repéré l’ECM à l’occasion d’un concert de rap et compris qu’il pouvait y accéder gratuitement à Internet.

  • 3 Jean-Claude Passeron & Michel Grumbach (dir.), 1985, L’œil à la page. Enquête sur les images et les (...)

8Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach distinguent, dans leur étude sur les usages de l’audiovisuel dans les bibliothèques publiques, le profil des inaugurateurs de celui des séjourneurs3. Les inaugurateurs ont pour caractéristique de figurer parmi les premiers à tester, utiliser une innovation technique. Selon les auteurs, ils sont motivés par le fait d’être « les premiers », par le sentiment de devancer des pratiques, par la jubilation d’initier des maniements. Mehdi correspond-t-il à ce profil de l’inaugurateur ? Il semble plausible qu’il ait joui lui aussi du fait de pouvoir s’adonner à une pratique qui se caractérisait alors par sa nouveauté. Mais, contrairement aux inaugurateurs décrits par Passeron et Grumbach, lui devient un « usager au long cours » (un séjourneur). Mehdi paraît être en effet motivé par une autre raison, qui est celle de l’apprentissage. D’après ce que j’ai appris par la suite, il fera des études en informatique, et on peut supposer que les mois passés seul à l’ECM correspondent à un temps d’auto-formation. Il ne publicisera d’ailleurs l’existence de l’ECM auprès d’autres jeunes du quartier que plusieurs mois après l’avoir découvert, au cours de l’été 2000. Si plusieurs raisons à cette « monopolisation » peuvent certainement être avancées, je table sur la crainte de voir le lieu perdre son calme, et donc sa qualité d’espace de travail. Il est d’ailleurs remarquable que Mehdi ne vienne plus qu’exceptionnellement à l’ECM une fois les autres jeunes arrivés.

Comment tu es venu ici la première fois ?

  • 4 L’accès à l’ECM se fait théoriquement sur présentation de la carte d’adhésion à la Friche, qui coût (...)

En fait, c’était quelqu’un qui est venu, je suis venu avec. C’est un collègue, quoi, quelqu’un que je connaissais. Il m’a fait découvrir, quoi, je suis venu, ça m’a plu, j’ai pris la carte4 et c’est bon.

C’est quelqu’un qui continue de venir ?

Non, il vient plus. C’est Mehdi ! Tu vois le grand là ? Il a une Seat Marbela, tu vois ? L’ancienne là.

Et pourquoi tu es venu ?

Ben, ça m’intéressait, Internet. Mais j’avais pas trop les moyens et tout, et je savais pas qu’il y avait ça ici. Bon, je voulais faire Internet, je voulais voir ce que c’était et tout. Je suis allé, ça m’a plu. Et voilà, je suis resté jusqu’à maintenant. (Sofiane, 2002)

9Par l’intermédiaire de Mehdi, quelques jeunes (Nabil, Sofiane et Kader) découvrent ainsi que l’ECM met des ordinateurs à disposition, qu’ils sont connectés à Internet, et que les connexions sont gratuites. Or les accès publics à Internet sont rares à l’époque. Le Web fait timidement son entrée dans les écoles et les connexions privées sont chères. La fermeture momentanée de la bibliothèque Saint-Charles – située en périphérie du quartier et où jusqu’alors les jeunes avaient l’habitude, selon leurs propres dires, de « squatter » le parvis, « draguer les filles » et « lire des BD » –, la présence de Mehdi et la découverte de la connexion gratuite semblent être les trois facteurs ayant motivé les premières visites des jeunes. Ce n’est donc pas la Friche qu’ils commencent à fréquenter, mais bien cet espace public particulier qu’est son ECM.

10De fait, avant leur première venue à l’ECM, les jeunes du quartier n’ont jamais franchi l’enceinte de la Friche. Bien qu’ils situent l’emplacement du bâtiment, ils ignorent la nature des activités qu’elle propose. Les jeunes que nous avons interrogés sur ce point indiquent que la Friche n’est pas assimilée à l’espace du quartier. Ils expriment à la fois de la méconnaissance et de la curiosité.

La première fois que tu es venu, tu connaissais la Friche ?

Je savais pas, je savais même pas c’est où qu’il [Sofiane] m’avait amené. Je connaissais pas le chemin au début. Après, après, après, on est allé, on est allé et j’ai commencé à connaître. Au début, je savais même pas que ça existait. (Momo, 2003)

Tu connaissais la Friche avant de venir ?

Non, je connaissais pas. J’en avais entendu parler sur M6 Marseille. J’ai dit « c’est où ça ? » Ils ont dit « c’est à la Belle de Mai et tout ». J’avais jamais vu […]. En fait, j’avais vu une fois à la télé, la Friche. Et j’avais vu les ordinateurs et tout ça. Ça m’a intéressé et lui [Sofiane], il m’en parlait. J’ai dit « c’est où ? » Parce qu’une fois, je suis venu jusqu’ici tout seul, j’ai fait le tour, j’ai même pas su rentrer. (Karim, 2002)

Tu connaissais la Friche la Belle de Mai ?

Ouais, la Friche, je connaissais, je savais qu’il y avait une association, l’AMI, parce qu’il y avait des concerts de rap. Il y avait un truc de radio aussi. Mais je savais pas trop à quoi ça servait, quoi, je me posais pas trop de question […]. En fait, moi, je voyais la Friche comme… C’était un peu le mystère, quoi ! (Sofiane, 2002)

  • 5 L’expérience n’est pas propre aux jeunes du quartier : les récits sont nombreux de ceux qui disent (...)

11Pour les jeunes du quartier, la Friche est un espace soit inconnu, soit méconnu, et dans lequel, dans tous les cas, on ne pénètre pas. Certains jeunes n’ont jamais entendu parler de la Friche avant de venir à l’ECM. D’autres, comme Sofiane ou Karim, ont connaissance de son existence, mais ne savent pas bien ce qui s’y passe. Une fois la ressource de l’ECM identifiée, ils essaient sans succès de s’y introduire. En l’absence de signalétique claire, il n’est pas évident de se repérer dans la Friche5. Mais dans le cas de Karim, c’est l’entrée même dans la structure qui pose problème, et s’avère décourageante. Il ne reviendra ensuite qu’accompagné de Sofiane, qui est déjà familier des lieux.

  • 6 Jean-Claude Passeron, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement na (...)

12La distance sociale des jeunes à la Friche nous semble pouvoir être utilement éclairée par un parallèle avec la fréquentation des bibliothèques telle que l’analyse Jean-Claude Passeron : « Toutes les enquêtes montrent que l’espace social où se formule une offre de communication a déjà communiqué quelque chose avant tout contact du récepteur avec le message. Par son aménagement, par l’attitude de ses personnels comme par le symbolisme de son mobilier, par l’allure des gens que l’on y croise, de ceux que l’on y reconnaît ou de ceux que l’on éviterait ailleurs, par toutes les interactions sociales qu’il encourage ou qu’il dissuade, l’espace de la bibliothèque met inégalement à l’aise ou en état de malaise (voire en état de crise) les diverses catégories sociales. Il incite différemment à la venue et au passage à l’acte, en tout cas à l’assiduité des visites6 ». Une multitude de signes émis par la Friche ont été interprétés par les jeunes de la Belle de Mai comme des indicateurs de leur non-appartenance à son monde (et réciproquement) : l’imagerie employée sur les affiches, le style vestimentaire des publics, l’architecture industrielle… les ont « mis en état de malaise », ou plutôt (le malaise intervenant plus tard), ont placé la Friche hors de leurs centres d’intérêt, et donc de leurs champs de vision.

13En revanche, le marquage social dont souffre le livre dans les groupes sociaux les plus éloignés de la culture lettrée n’est pas du même ressort que celui qui labellise Internet dans ces mêmes groupes. C’est même la valeur positive dont sont affublées les technologies numériques (et en particulier les jeux sur ordinateur), en ce qu’elles sont soumises aux phénomènes de mode et aux injonctions consuméristes, qui a permis aux jeunes du quartier de se sentir finalement autorisés à pénétrer les bâtiments à la fois de la Friche et de l’ECM.

14Les jeunes du quartier qui arrivent tour à tour à l’ECM le font toujours via des « collègues » qui les y introduisent. Après Mehdi, Sofiane sera l’un des principaux « recruteurs ». Pour lui comme pour ses pairs, l’important est de ne pas arriver seul à l’ECM. À la différence de Mehdi, plus âgé, les adolescents paraissent redouter de perdre la face s’ils s’aventurent isolés au sein de l’ECM, ce qui nécessite, rappelons-le, de traverser la Friche, espace de l’inconnu et de l’altérité. Ainsi, même lorsqu’ils en connaissent l’existence, les jeunes s’arrangent-ils toujours pour venir accompagnés d’un camarade.

Tu connais des gens ici ?

Ouais, je connais les gens ici, ils sont au quartier. C’est Nassim qui m’a dit de venir ici.

Comment ça s’est passé ?

C’est parce qu’il venait tout seul, alors il m’a demandé. Il m’a dit « viens, s’te plaît, pour voir comment c’est ». Moi, au début, je voulais pas. Après, il m’a dit « s’te plaît, viens, s’te plaît ». Après j’ai dit « d’accord ». Après, je suis venu, après il m’a montré. J’ai dit que c’était bien et après il m’a dit « si tu veux t’inscrire, tu amènes les sous ». Et voilà, là, je me suis inscrit. (Hamid, 2002)

15La publicisation de l’ECM dans le quartier se fait dans les premiers temps sur le mode de la cooptation, du « bon plan » que l’on partage, du camarade que l’on accompagne, mais toujours à partir d’une personne qui connaît déjà la structure. Si certains d’entre eux (une minorité) dérogent à la règle de l’interconnaissance (Nassim, par exemple, fera ses premiers pas à l’ECM dans le cadre d’une visite du collège), lorsqu’ils y reviennent de leur propre chef, c’est là encore accompagnés de quelques « collègues ».

Appropriation et privatisation de l’ECM

  • 7 Jean-Claude Passeron & Michel Grumbach (dir.), 1985, L’œil à la page. Enquête sur les images et les (...)

16À partir de l’été 2000, les jeunes viennent de plus en plus nombreux au sein de l’ECM. De l’extérieur, le lieu ressemble à une loggia, séparée du bar par deux pans de murs vitrés. Le local d’une quarantaine de mètres carrés est éclairé sur le mur opposé par de grandes fenêtres de type industriel. À l’intérieur, cinq ordinateurs sont posés sur des tables ordinaires, de type scolaire (plateau en plastique et pieds en métal), devant lesquelles sont disposées une ou deux chaises. La pièce ne comprend pas d’autre mobilier. De nombreux fils courent sur et sous les tables. La décoration est sommaire : sur l’un des murs, un tableau blanc permet d’écrire au feutre effaçable. Des affiches annonçant des événements de la Friche seront peu à peu apposées. L’espace de ECM est donc à ses débuts un lieu relativement peu marqué « culturellement » : la signalétique n’est pas caractéristique de celle d’un équipement culturel, les « normes de discrétion7 » comme les règles de fonctionnement sont peu matérialisées. L’impression de désordre et de « laisser faire » qui se dégage de cet espace n’est certainement pas étrangère au fait qu’on pense pouvoir s’y « laisser aller ».

17Les témoignages des adolescents et des animateurs concordent pour confirmer que les débuts de la présence des jeunes du quartier sont « mouvementés ». À l’égard des employés de la Friche, des animateurs multimédia et des autres usagers du lieu, les jeunes optent pour une attitude de défiance. Bagarres collectives, injures entre jeunes ou à l’encontre des animateurs, hausses ostentatoires du volume de la musique des ordinateurs, exclamations tapageuses, mais aussi dégradations ou vols de matériels informatiques : les jeunes, ils le disent ainsi, viennent « faire bordel ».

Avant, quand on venait ici, on venait pour rigoler, on faisait n’importe quoi. On mettait le son à fond, on criait, on venait pour rigoler entre nous, pour faire bordel à la Friche. On venait, on venait, on disait « venez, on fait bordel à la Friche ». C’est ça qu’on faisait ici, on venait ici, on criait, on s’emboucanait avec tout le monde, on se battait dans l’ECM et tout. On se battait entre nous, on faisait n’importe quoi, on mettait le son à fond, tout ce qu’on pouvait pour emmerder, on faisait. (Momo, 2004)

18Les premiers temps de la présence des jeunes sur le site de l’ECM se déroulent donc sur le mode du conflit. Les comportements jugés irrespectueux des jeunes garçons provoquent de nombreuses crises. Aux jeunes de la Belle de Mai s’agrègent peu à peu d’autres jeunes venus de quartiers plus éloignés : le Panier, la Joliette, Saint-Mauront. Une trentaine de jeunes occupent régulièrement l’espace de l’ECM, qui ne fait pas plus d’une quarantaine de mètres carrés. C’est le chahut : les adolescents se disputent les ordinateurs, crient, s’interpellent, s’insultent… Les autres usagers ne supportent pas leur présence envahissante, et beaucoup cessent totalement de venir, en particulier les mercredis – jour de vacance scolaire hebdomadaire.

  • 8 Serge Pouts-Lajus & Sophie Tiévant, 2000, « ECM et politique de la Ville », étude thématique, Minis (...)

19La tension qui traverse alors l’ECM a été observée dans d’autres lieux d’accès public à Internet implantés dans des quartiers populaires8. Comment interpréter les comportements agressifs des jeunes ? En premier lieu, ils l’expriment clairement, les jeunes considèrent non pas seulement les ordinateurs, mais aussi l’ECM et la Friche comme des aires de jeu. Ils le disent, ils viennent à l’ECM spécifiquement pour se retrouver et, éventuellement, se « bagarrer ». Les rixes, l’invective, l’injure, le « parler fort », la « mise en boîte » font partie des modes routiniers de la sociabilité juvénile et populaire.

  • 9 Nasser Tafferant, 2007, Le Bizness. Une économie souterraine, Paris, Le Monde/Presses universitaire (...)

20L’ECM apparaît alors comme un défouloir, dans lequel on peut tester sa virilité, mais aussi passer du bon temps, à rire, échanger des vannes, etc. Sur un territoire où les équipements de proximité destinés aux adolescents sont rares, l’ECM constitue une opportunité pour se retrouver entre pairs et occuper ses temps de loisirs. L’ECM est devenu par et pour les jeunes l’équivalent d’une « maison de quartier », dans le sens où ils le construisent comme un espace de rencontre et d’interconnaissance entre « collègues » du quartier. « Le sentiment d’appropriation de l’espace chez les jeunes s’explique par le fait que le “local” est le “local” du quartier et que, étant issus du quartier, par syllogisme, le local leur “appartient” », écrit Nasser Tafferant à propos de la maison de quartier de Mantes-la-Jolie9. Il faut donc lire le chahut perpétré par les jeunes à l’ECM comme significatif d’une forme de monopolisation et d’appropriation de l’espace, qui devient impraticable pour d’autres usagers.

21Mais les entretiens indiquent que l’un des ressorts de cette attitude se situe également dans la distance sociale qui sépare les frichistes des jeunes du quartier, et donc dans l’absence d’échanges de signes d’interconnaissance. Ainsi Karim explique : « En fait, la Friche pour moi, c’est surtout l’ECM. Les gens, je les connais comme ça, c’est pas mes potes, je vais pas aller discuter avec eux, je vais pas rentrer dans les bureaux, “ouais, comment tu vas et tout ça”. Peut-être plus tard mais pas maintenant quoi ». La défiance dont ils font montre envers les autres publics de l’ECM et de la Friche nécessite par conséquent d’intégrer dans l’analyse la notion de violence symbolique : une fois franchie l’enceinte de la Friche en effet, ces jeunes éprouvent un état de gêne diffuse. Kader l’exprime par une formule expressive :

Des fois, j’ai l’impression d’être en pyjama dans un snack ici. On dirait que ça juge un peu mais franchement, ça me fait rien, ils peuvent penser ce qu’ils veulent.

Tu as l’impression d’être mis à l’écart ?

Non, pas trop mais voilà… Y’a certaines personnes qui te regardent d’une certaine manière, voilà, je vais pas commencer à parler… Je vais pas critiquer… Même si on me critique, j’aime pas critiquer, voilà, j’ai rien à dire sur ça. (Kader, 2004)

  • 10 Pour se rendre à l’ECM, les jeunes ne passent pas par l’entrée principale de la Friche, mais par l’ (...)

22Cette impression de ne pas être à sa place résulte notamment d’un ensemble d’interactions avec les frichistes, que les jeunes du quartier perçoivent sur le mode de l’offense. Si Kader rechigne à « critiquer », à une époque où les relations qu’il entretient avec la Friche et l’ECM sont largement apaisées, les jeunes évoquent fréquemment lors de nos discussions les regards appuyés, interrogateurs et suspicieux des gens de la Friche lorsqu’ils traversent les lieux pour se rendre au cyber10. Les mêmes frichistes parlent eux de « surprise », dénuée de toute animosité. Reste que les jeunes, qui ont accumulé de multiples expériences offensantes (au sens goffmanien du terme), perçoivent fortement le « différentiel interactionnel » dont ils font l’objet. Nous le disions, les adolescents se rendent systématiquement à l’ECM en groupe, comme s’il s’agissait de faire front face à l’hostilité. La présence du groupe autorise également le maintien de soi, dans le sens où elle permet l’expression d’une subjectivité, d’une personnalité, qui peut être assumée au sein du collectif mais est susceptible d’être réprouvée par l’extérieur.

  • 11 Samuel Bordreuil montre ainsi que les situations au cours desquelles les personnes engagées « s’exe (...)

23La défiance dont font preuve les adolescents de la Belle de Mai est facilement assimilable à de l’« incivilité ». L’incivilité fait couramment l’objet d’une interprétation en termes d’agressivité spontanée, ou bien d’incapacité à maîtriser les codes comportementaux. Or il paraît plus pertinent de suivre la piste interactionnelle et d’analyser ces « incivilités » à l’aune des situations dans lesquelles elles se produisent. Les jeunes du quartier – nos échanges au long cours en attestent – savent pertinemment comment « bien » se conduire, c’est-à-dire comment produire des signes de réciprocité et de réparation dans les interactions quotidiennes ; ils estiment cependant que la réponse à l’offense, c’est-à-dire à l’absence de production de ces signes à leur égard, ne peut que résider dans ces infractions aux « codes de la bonne conduite » : ceux-ci n’ont plus lieu d’être puisqu’ils considèrent, à tort ou à raison, qu’ils ne sont pas partagés11.

Avant je prenais ma chaise, je m’asseyais et je parlais à personne. Avant, je me disais « ouais, c’est là, ça doit être pour tout le monde, voilà, c’est ici, c’est accessible à tous, c’est au public donc c’est pour moi, donc ce n’est pas forcément la peine que je sois poli avec eux ».

Tu es quelqu’un de poli d’habitude ?

Moi, je suis poli avec les gens qui sont polis avec moi. Voilà, à la base, il faut être poli, il faut être gentil. Mais voilà, on va pas être poli avec quelqu’un qui n’est pas poli. Mais avant, c’est vrai que j’étais plus con que maintenant, donc poli… Je sais pas aussi, hein, je me rappelle plus trop. Je dirais que j’avais une attitude un peu infantile mais provoquer ou quoi, je sais pas, il faut demander aux gens ici, pas à moi. (Momo, 2004)

24Cet extrait d’entretien, qui date de 2004, montre bien la gêne éprouvée par les jeunes à se remémorer cette époque où, préadolescents, ils ont été dans le conflit et le défi. Mais Momo souligne aussi clairement la dimension profondément interactive de l’incivilité : il est poli, dit-il, avec ceux qui le sont avec lui. Si les jeunes n’ont pas été l’objet de modalités « aiguës » d’impolitesse, telles l’injure, tout concorde à indiquer que l’ignorance, l’absence de salutations ou les regards suspicieux, la non-prise en compte de leur présence… sont bel et bien vécues comme des offenses.

25C’est dans ce contexte de tension qu’une mezzanine est construite pour permettre aux animateurs multimédia de s’isoler pour travailler sur leurs projets artistiques. Mais si la mezzanine institue de manière significative une séparation des espaces destinée à « protéger » les animateurs multimédia de l’intrusion et du chahut des jeunes, elle met également en lumière une division du travail de l’animation, entre « concepteurs » et « animateurs » (voir chapitre 4).

Familiarisation et préservation de l’ECM

26C’est à cette époque qu’une nouvelle animatrice est recrutée. Céline est la première à avoir pour mission principale « l’accueil public » à proprement parler (nous reviendrons plus en détails dans le chapitre suivant sur le travail qu’elle entreprend). Les mesures qu’elle adopte pour « calmer le jeu » contribuent à ce qu’un dialogue se noue entre les animateurs et les jeunes.

  • 12 « Faire la halla » est une expression de l’arabe algérien, qui signifie faire la fête, mais aussi « (...)

Je sais à la Friche quand je viens je dois rester tranquille, je dois pas crier et tout. Ouais, en vérité la Friche, ça m’a appris des trucs, ça m’a fait comprendre un peu, je reste tranquille maintenant. C’est grâce à la Friche que j’ai grandi et tout maintenant parce qu’avant, avant j’étais un bordélique moi aussi, il faut le dire, hein, tu demandes à tout le monde, on venait, on faisait la halla12, on faisait n’importe quoi, on touchait pas les ordinateurs… Mais ça va maintenant, on fait plus ça. Bon, j’ai grandi. Des fois, encore ça m’arrive de faire des conneries, mais pas comme ça. Ouais, maintenant ça va, on se tient tranquilles et tout. Ils ont mis la discipline, mais y’en a plus besoin. C’est mieux, hein. (Nassim, 2003)

27Les jeunes sont désormais plus calmes, plus posés. Comme l’indique Nassim, la discipline n’est plus vraiment nécessaire : ils ont intégré les normes de comportement à suivre. Ce sont eux d’ailleurs qui souvent transmettent ces normes aux nouveaux venus et font en sorte de contenir les éventuels débordements. L’adoption des règles disciplinaires et comportementales s’accompagne d’un certain confort interactionnel. Les jeunes se sentent plus à l’aise avec l’entourage, moins épiés ou jugés. Ils peuvent plaisanter, discuter, rire, sans avoir le sentiment de gêner : c’est ce que Sami appelle un effet de familiarité.

  • 13 Il s’agit d’un autre cybercafé, privé, également situé dans le quartier, tenu par des Comoriens, et (...)

Je sais pas, ici, quand on vient on se sent… Parce que comme on connaît, ça fait longtemps qu’on vient, on se sent un peu à l’aise. Parce que là-bas13, pour demander des informations, on hésite un peu, ici, on peut demander des informations parce qu’on connaît déjà les gens. C’est l’effet de familiarité en fait, comme ça fait depuis longtemps qu’on se connaît, c’est un peu, on est un peu… Comment dire ça ? On est un peu rapproché, on peut plaisanter et tout, tu vois ? C’est un sentiment en fait, ici, on est plus libres dans nos mouvements, qu’ici on peut dire des conneries, ils s’en foutent les gens, je pense. (Sami, 2004)

28Enfin, ce processus de familiarisation s’accompagne de davantage d’interconnaissance avec les frichistes. Progressivement, le spectre des personnes avec lesquelles s’échangent des salutations s’est élargi. Les habitués sont maintenant identifiés, et ils sont interpelés individuellement par leur prénom. Le moment du stage accélère encore ce processus d’habituation. Nous le disions dans le premier chapitre, la plupart des jeunes qui se sont inscrits de manière durable à l’ECM y ont effectué un stage (voire plusieurs) dans le cadre de leur scolarité. Si l’objet de celui-ci n’était pas toujours très clair, le changement de statut est d’importance : le stage marque l’intégration, l’attribution d’une place, d’autant plus légitimante qu’elle préexiste à l’arrivée des jeunes et qu’elle ne leur est pas spécifique. Le statut de stagiaire autorise des déplacements précédemment interdits : la mezzanine, certains couloirs, certains bureaux… Là où les jeunes ont pu susciter la méfiance (notamment en raison des vols qui se sont produits), les stagiaires peuvent circuler librement et motiver leur présence. Le stage est aussi l’occasion de travailler avec les animateurs, de déplacer du matériel ou de réparer un ordinateur.

29Au fil du temps, les jeunes vont constituer un véritable soutien pour les animateurs, qui leur délèguent régulièrement la tâche de « gérer » l’ECM. Cette délégation leur permet alors de se délester d’une partie du travail. Ils peuvent parfois s’absenter, laissant à certains jeunes le soin d’aider les autres usagers du lieu dans leurs recherches sur Internet, ou de répondre à certaines de leurs sollicitations quand des difficultés techniques ou manipulatoires surviennent sur les machines, ou au téléphone… Et donc d’être vus et appréhendés comme faisant partie du personnel de la Friche. En retour, les jeunes de l’ECM se perçoivent progressivement comme assimilés à la Friche, et pourront même aller jusqu’à s’auto-désigner comme « frichistes ».

  • 14 Laissant ainsi la place, rue Guibal, au pôle Média de la Friche la Belle de Mai (pépinière d’entrep (...)

30Cette étape de la familiarisation est interrompue par le déménagement de la Friche en septembre 2004 à quelques encablures, de la rue Guibal à la rue Jobin14. Si quelques jeunes participent bénévolement au déménagement de l’ECM, témoignant par là de leur attachement à la structure, une grande partie du public spontané, adolescent comme adulte, ponctuel comme régulier, cesse de s’y rendre, y compris parmi les jeunes les plus assidus (Sofiane, Hamid, Nabil, Nassim, Sami…). Comment comprendre cette désaffection ?

31Une première raison tient très certainement à la longue fermeture de l’ECM qu’entraîne le déménagement. Le cyber en effet ne rouvre pas ses portes avant plusieurs semaines. Tout laisse à penser que les habitudes de fréquentation d’une grande partie du public se perdent alors peu à peu. Les jeunes, pour leur part, hésitent à revenir : ils ne sont plus certains de croiser des « collègues », moins présents désormais. Le renouvellement, non plus, n’est pas au rendez-vous : quelques « nouveaux » préadolescents viennent bien taper à la porte, et les animateurs essaient de relancer la dynamique de l’accueil public, mais ça ne « prend » pas.

32D’autant qu’une nouvelle politique est impulsée par l’ECM, qui recentre ses activités sur les projets et les coopérations artistiques. À la suite du déménagement, l’ECM se sophistique : une petite bibliothèque est installée, des lampes de chevet font leur apparition, le mobilier est plus « design », des journaux et flyers culturels sont mis à disposition… Le nouveau cyber contraste avec l’ancien. L’ambiance y est plus feutrée, le volume sonore a considérablement baissé, en même temps que la lumière s’est tamisée. L’ECM a perdu son aspect quelque peu « amateur », « foutoir ». Le cyber se rapproche stylistiquement d’un équipement culturel traditionnel et la sémiotique de l’espace renvoie à des codes plus éloignés de la culture populaire, ce qui rend certainement moins aisée son appropriation par les jeunes du quartier.

33La fermeture de l’ECM et sa réorganisation ne sont cependant pas seules en cause. Près de quatre années se sont écoulées depuis l’arrivée des premiers adolescents. Entre temps, les outils multimédias se sont diffusés avec une extrême rapidité. Autre dimension diachronique : les jeunes du quartier ont grandi. Le déménagement coïncide avec la fin de la scolarisation de plusieurs d’entre eux. Ils entrent alors dans un nouveau cycle de vie, dans de nouvelles préoccupations liées au fait de trouver du travail, de s’assumer financièrement. On l’a dit, la fréquentation de l’ECM apparaît comme fortement corrélée à celle du milieu scolaire, et à la désaffection de l’une répond l’arrêt de l’autre. Enfin, les modes de sociabilité des « jeunes de l’ECM », qui le sont donc de moins en moins, ont changé. Ils ne sont plus aussi bagarreurs, bruyants et chahuteurs qu’ils l’étaient. Ils se sont autonomisés, fonctionnent moins sur le principe du groupe, et l’ECM ne constitue donc plus un point de ralliement. Certains ont acquis une forme de « gravité », en lien avec les nouvelles responsabilités qui leur incombent ; gravité qui peut confiner à l’accablement, quand ils ne trouvent ni travail, ni formation, et que le désœuvrement le dispute à l’ennui.

34Qu’en est-il de la dizaine d’adolescents, tous habitants de la Belle de Mai, qui continuent à venir à l’ECM ? Les jeunes du quartier qui vont finalement s’inscrire durablement dans le nouvel ECM le font d’abord et avant tout via un atelier de pratique audiovisuelle numérique intitulé « TVK » (pour « TV Cabaret », sur lequel nous reviendrons dans les chapitres 4 et 7), qui a débuté peu avant le déménagement. Il faut dire aussi que ces adolescents ne paraissent guère souhaiter divulguer l’existence de cette activité auprès des autres jeunes du quartier. Comment le comprendre ? Cette situation n’est pas sans rappeler celle de Mehdi, relatée en début de chapitre. L’absence de publicisation paraît en effet relever d’un processus de préservation face à la « menace » du quartier. Nous avons vu dans le premier chapitre que le sentiment d’appartenance au quartier cohabitait avec une certaine méfiance, l’assimilation du quartier à une zone de déviance et de danger. Les années passant, des carrières se sont dessinées parmi les jeunes, et certains ont clairement opté pour diverses activités frauduleuses (deal, vol, etc.). Pour ceux-là, le « bizness » est devenu un « métier », avec ce qu’il comporte de risque de marginalisation et de violence, dont les autres veulent se préserver.

  • 15 Rappelons-nous d’Ismaïl expliquant que la « plupart des jeunes du quartier tombent dans la délinqua (...)

35L’investissement de ce petit groupe de jeunes dans l’ECM, via l’atelier TVK, doit donc se lire dans le contexte temporel et social qui est le leur : celui où se jouent des destins sociaux, sur fond d’incertitude et de risque de « dérapage »15. Dans cette dernière phase de fréquentation, l’ECM est un espace-refuge, ainsi que l’exprime Karim.

Déjà, je passe la plupart de mon temps ici [à l’ECM]. Parce que mon quartier, franchement, c’est pas un quartier trop fréquentable. Ouais, je crois que j’aurais pu virer un peu de travers, quoi, tu vois. C’est important, ça, quand même. Parce que c’est l’environnement… Comment dire ça ? L’environnement, il te fait changer. Par exemple, si tu vis dans un endroit où il fait froid, tu vas prendre l’habitude à vivre dans le froid, tu es d’accord avec moi ? Si tu passes du froid au chaud, après tu vas prendre l’habitude à rester au chaud. Donc voilà, c’est pareil : si tu vis dans un environnement pas très bien, forcément au bout d’un moment, tu pars de travers, tu prends à gauche ou à droite, hein. (Karim, 2005)

  • 16 L’expression, typiquement marseillaise, vient du provençal bebeïroun, qui signifie biberon. La bibe (...)

36À la manière d’un foyer, d’un abri, l’ECM incarne une forme d’intériorité, une enveloppe protectrice. Il protège d’un monde extérieur certes familier, mais agressif et menaçant. Il protège aussi de l’influence que peuvent exercer certains « collègues » qui « traînent » dans le quartier. Les jeunes font bien la distinction en effet entre ceux d’entre eux qui sont encadrés, par leur famille et par diverses institutions, et ceux qui « partent en biberine16 », ne sont plus contrôlés ni contrôlables, et sont entrés dans une sorte de spirale (auto)destructrice. L’espace de l’ECM, ainsi que l’activité TVK, apparaissent alors comme des remparts face à ce type de fréquentation et in fine face à un type de carrière sociale et morale dans laquelle les jeunes redoutent de devoir un jour entrer.

Notes

1 L’expression n’est pas totalement convaincante : d’abord parce que nous ne disposons pas de statistiques précises sur la fréquentation de la Friche la Belle de Mai. Ensuite parce que des travaux ont montré que certains équipements culturels à Marseille étaient massivement fréquentés par des publics populaires, en particulier les bibliothèques (voir : Jacques Vialle, 1995, « Les bibliothèques municipales de Marseille : rendement différentiel des équipements et effets non voulus d’une politique publique », in B. Seibel [dir.], Lire, faire lire. Des usages de l’écrit aux politiques de lecture, Paris, Le Monde éditions, coll. « Rencontres » : 305-318 ; Martine Burgos, Christophe Evans, Nassira Hedjerassi, Patrick Perez, Fabienne Soldini & Philippe Vitale, 2003, Des jeunes et des bibliothèques. Trois études sur la fréquentation juvénile, Paris, BPI/Centre Pompidou, coll. « Études et recherche »).

2 Notons par ailleurs que la Friche n’est pas pour autant un équipement massivement investi par la notabilité locale, qui ne retrouve guère dans cet environnement « bourgeois-bohème » les formes du spectacle classique auxquelles elle est habituée. La question de la relation entre niveau socioculturel et type d’équipement fréquenté est cependant complexe. Emmanuel Pedler insiste dans ses travaux, à propos de l’opéra, sur la difficulté à catégoriser un « public cultivé » et sur la surévaluation par la sociologie de l’impact du niveau de scolarité dans les pratiques culturelles, discutant en cela la perspective bourdieusienne (Emmanuel Pedler, 2003, Entendre l’opéra : une sociologie du théâtre lyrique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales »). Cette complexité est renforcée à Marseille par le fait que la bourgeoisie locale est d’abord industrielle, peu diplômée et faiblement dotée en ressources culturelles.

3 Jean-Claude Passeron & Michel Grumbach (dir.), 1985, L’œil à la page. Enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, BPI/centre Pompidou, édition abrégée.

4 L’accès à l’ECM se fait théoriquement sur présentation de la carte d’adhésion à la Friche, qui coûte 50 francs (7,6 euros) pour une année. Une grande partie des jeunes ne prendra jamais de carte, mais sera quand même tolérée dans le lieu.

5 L’expérience n’est pas propre aux jeunes du quartier : les récits sont nombreux de ceux qui disent s’y être « perdus », et j’ai le souvenir d’avoir moi-même longuement hésité sur les chemins à prendre et les portes à pousser lors de mes premières visites.

6 Jean-Claude Passeron, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches » : 342.

7 Jean-Claude Passeron & Michel Grumbach (dir.), 1985, L’œil à la page. Enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, BPI/centre Pompidou, édition abrégée.

8 Serge Pouts-Lajus & Sophie Tiévant, 2000, « ECM et politique de la Ville », étude thématique, Ministère de la Culture et de la Communication, délégation au Développement et à l’Action territoriale ; Michel Arnaud & Jacques Perriault, 2002, Les espaces publics d’accès à Internet, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et formation ».

9 Nasser Tafferant, 2007, Le Bizness. Une économie souterraine, Paris, Le Monde/Presses universitaires de France, coll. « Partage du savoir ».

10 Pour se rendre à l’ECM, les jeunes ne passent pas par l’entrée principale de la Friche, mais par l’entrée du bar. Ainsi ils ne traversent pas le bâtiment principal, mais le longent par l’extérieur.

11 Samuel Bordreuil montre ainsi que les situations au cours desquelles les personnes engagées « s’exemptent de tout frais de réparation » sont nombreuses : « c’est notamment le cas chaque fois qu’un individu entre dans une situation en se sachant (à tort ou à raison) jugé par avance, pré-jugé, et où il suppose symétriquement que l’autre sera hors d’atteinte de la prise de son jugement. Dans ces circonstances, il sera évidemment moins porté à l’échange de considérations réciproques, ou du moins, celles-ci seront-elles souvent entachées d’un soupçon de “mauvaise grâce”. Dans tous ces cas, on sera donc plus avisé de lire l’incivilité non comme une incapacité expressive, mais comme un énoncé grammaticalement bien construit pour épeler la riposte à un mépris » (Samuel Bordreuil, 2002, « La construction de l’incivilité comme cause publique. Pour une intelligence des interactions civiles », in D. Cefaï et I. Joseph [dir.], L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Société et territoire » : 301-318, ici 314).

12 « Faire la halla » est une expression de l’arabe algérien, qui signifie faire la fête, mais aussi « foutre le bordel ».

13 Il s’agit d’un autre cybercafé, privé, également situé dans le quartier, tenu par des Comoriens, et dans lequel Sami m’expliquait s’être rendu une fois (il n’y retournera pas).

14 Laissant ainsi la place, rue Guibal, au pôle Média de la Friche la Belle de Mai (pépinière d’entreprises innovantes dans le domaine des TIC) et aux studios de cinéma et télévision (où est tournée en particulier la fameuse série télévisée marseillaise Plus belle la vie).

15 Rappelons-nous d’Ismaïl expliquant que la « plupart des jeunes du quartier tombent dans la délinquance totale », et que s’il n’avait aucune perspective de travail et d’avenir, il serait « possible qu’il [se] mette dedans », car il refuse l’idée de dépendre des aides sociales pour survivre.

16 L’expression, typiquement marseillaise, vient du provençal bebeïroun, qui signifie biberon. La biberine était une poudre blanche acidulée, contenue dans des bonbons en forme de biberon destinés aux enfants. Des études ont démontré sa forte toxicité, la biberine consommée à haute dose pouvant causer des troubles psychomoteurs graves chez l’adulte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540