Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratiser la culture multimédia ?

 | 
Fabien Labarthe

Chapitre 1 : Qui sont les « jeunes du quartier » ?

Entrées d'index

Mots clés :

Marseille, immigration, populaire

Texte intégral

1On l’aura peut-être deviné, les adolescents dont nous allons retracer le parcours au sein de l’ECM sont tous de sexe masculin. Peu de filles en effet fréquentent l’ECM. Les informations que j’ai pu recueillir à ce propos indiquent que les adolescentes de la Belle de Mai, lorsqu’elles se rendent dans des lieux d’accès à Internet, privilégient les cybercafés, certes payants mais situés loin du quartier. Plusieurs interprétations de cet évitement peuvent être proposées : à l’adolescence, toute considération territoriale mise à part, filles et garçons ne se mélangent guère, et la présence d’un nombre important de garçons à l’ECM a vraisemblablement découragé les filles de s’y rendre. En outre, la coprésence est d’autant moins bien tolérée par les filles qu’elle concerne des garçons susceptibles d’interagir avec leur environnement habituel (parents, connaissances…). Leurs activités se trouvent de ce fait « sous le regard » d’un autrui qui pourrait, potentiellement, porter atteinte à leur « réputation ». À partir de 2003, le lieu paraît définitivement approprié par les garçons, et les quelques filles présentes au début ne viennent plus.

  • 1 « Réné » est un adjectif fréquemment utilisé par les jeunes Marseillais. Nous n’en connaissons ni l (...)

2Lorsque je rencontre les « jeunes du quartier » pour la première fois, au cours de l’année 2001, ils sont âgés de 13 à 15 ans. Pour la majorité d’entre eux, ils vivent avec leurs frères et sœurs (allant de un à quatre) dans des familles monoparentales. Les pères sont le plus souvent absents, en raison d’un divorce ou d’un décès. Les jeunes entretiennent peu de relations avec leurs pères, dont certains ont pu faire preuve de violence et dont l’image est généralement dévalorisée (un « mec réné1 », me dira Kader). Les mères, pour la plupart, n’ont pas d’activité professionnelle. Certaines effectuent ponctuellement des heures de ménage chez des particuliers. Je n’ai jamais entendu parler d’autres types d’activités, ce qui ne signifie pas qu’ils n’aient pas existé mais constitue un signe de leur vraisemblable rareté.

  • 2 Pierre Bourdieu, 2002 [1978], « La jeunesse n’est qu’un mot », in P. Bourdieu, Questions de sociolo (...)

3Avant d’aller plus loin, arrêtons-nous sur la terminologie employée ici. Qu’entendons-nous en effet par l’expression « jeunes du quartier » ? Il faut d’abord noter ce que l’expression a d’insatisfaisant : on sait que la « jeunesse » est une catégorie socialement construite, dont le sens et le contenu varient en fonction des époques et des lieux. Si « la jeunesse n’est qu’un mot », comme l’affirme Pierre Bourdieu2, c’est parce qu’il n’existe pas de jeunesse « en soi », mais des classes d’âge définies en fonction d’un certain nombre de paramètres, généralement en vue de circonscrire des groupes-cibles, en particulier dans le cadre de politiques publiques (les « emplois-jeunes », par exemple).

4Je conserve néanmoins le terme « jeunes », auquel je substituerai parfois en équivalence celui d’« adolescents », afin de désigner des individus en âge d’être scolarisés (du moins au début de l’enquête), mais aussi et surtout qui se situent dans un moment de leur vie caractérisé par une certaine indétermination quant à leur avenir, notamment professionnel. Certes, le sociologue sait que les cartes sont en partie jouées, tant on connaît la force des mécanismes de reproduction sociale. Mais il sait également que les destins sociaux ne sont en rien figés, et l’on regardera avec attention (c’est finalement là tout l’objet de ce livre) la manière dont les ressources numériques mises à disposition dans un équipement culturel tel que l’ECM de la Friche la Belle de Mai vont pouvoir s’acquérir au cours de ces quelques années et être reconverties (ou non) sur d’autres scènes sociales. Nous parlons donc ici des « jeunes », non pas seulement par commodité de langage, mais parce que la catégorie pointe sur la question du « devenir social » qui nous intéresse. Il est en effet capital de garder à l’esprit que le temps de l’enquête a correspondu au passage de l’adolescence à l’âge adulte et que des modifications significatives, en matière d’aspiration comme de rapport au monde, se sont produites au cours de cette période.

Les jeunes, l’école et l’ECM

  • 3 Certificat d’aptitude professionnelle.
  • 4 Brevet d’études professionnelles.

5Au début de mes observations, les jeunes qui fréquentent l’ECM sont tous scolarisés au collège. Si certains éprouvent déjà de fortes difficultés (redoublement, renvoi, absentéisme, etc.), ce n’est qu’à partir de la classe de troisième qu’ils sont, dans leur grande majorité, orientés vers des filières professionnelles (CAP3 et BEP4). Et pour ceux qui poursuivent en seconde, l’« orientation » interviendra immanquablement l’année suivante. D’une manière générale, les jeunes qui sortent du système éducatif à l’âge de 16 ans, c’est-à-dire lorsqu’ils ne sont plus tenus à une scolarité obligatoire, ne viennent généralement plus à l’ECM, si ce n’est de manière très sporadique. Avec l’entrée dans la vie active, et donc dans l’âge adulte, d’autres logiques prennent vraisemblablement le pas sur celles, récréatives, qui dans un premier temps sont associées à la fréquentation de l’ECM. Certains font des gâches dans le bâtiment, d’autres sont livreurs de pizzas ou serveurs dans un snack. L’un d’eux s’engage dans la Légion étrangère, un autre deale du cannabis.

  • 5 Cette question de la projection de soi, notamment dans le domaine professionnel, est complexe : il (...)

6Ceux qui passent le cap de la troisième et entament un BEP ne connaissent pas pour autant un parcours moins chaotique. Parmi le groupe restreint de jeunes que je suis dans la dernière phase de l’enquête, tous connaissent un ou plusieurs redoublements. Les périodes de scolarité se succèdent, interrompues par des abandons. Il faut dire que tous (à l’exception de Momo) ont été orientés vers des BEP comptabilité et qu’unanimement ils disent n’y trouver aucun intérêt. Les orientations dans des filières techniques vont rapidement délimiter un champ des possibles5 pour les jeunes du quartier, tant il est clair que « s’en sortir » ne sera pas facile et que pauvreté comme délinquance menacent constamment.

Tu sais, par rapport à qu’est-ce que je fais à la Friche, je suis déjà une personne qui s’en sort bien par rapport au quartier. Parce que la plupart des jeunes du quartier, ben franchement, y’a rien, ils ont rien, ils tombent dans la délinquance totale, plein de trucs bizarres, à faire n’importe quoi, voler, vendre… C’est un truc qui m’intéresse pas, que j’aimerais pas faire, que je voudrais pas faire. Mais si un jour, j’ai vraiment rien, rien, rien, rien, c’est possible que… je me mette dedans. Parce que moi dans ma vie, je me sens pas d’avoir le RMI tous les jours, donc voilà, c’est difficile mais bon. (Ismaïl, 2006)

  • 6 Momo est encouragé dans cette voie par son frère aîné, qui a entrepris et réussi des études en info (...)
  • 7 Stéphane Beaud, 2003 [2002], 80 % au bac… Et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Pa (...)

7Lorsque se termine l’enquête en 2006, parmi les derniers jeunes qui restent à l’ECM, un seul (Momo) a obtenu son BEP. Il passe ensuite un bac pro de vente, puis fait une première année en faculté de droit, qu’il interrompt au bout de quelques semaines6. Il connaît en cela le même échec scolaire que de très nombreux jeunes des classes populaires qui, bien qu’ayant obtenu le bac, ne franchissent jamais le cap du DEUG (ou de la licence actuellement) et se retrouvent « perdus à la fac7 ».

8Dans un premier temps de l’enquête, l’ECM m’apparaît comme un espace affranchi des normes scolaires. Certes, il accueille régulièrement des classes de primaire, qui viennent s’initier au multimédia sous la houlette de leurs enseignants. Mais pour les jeunes du quartier, c’est un lieu de détente et de rencontre, où les règles disciplinaires sont beaucoup plus lâches qu’elles ne le sont à l’école. Les quelques tentatives des animateurs pour qu’une complémentarité avec le collège ou le lycée puisse s’instaurer, par exemple en incitant les jeunes à effectuer des recherches dans le cadre des exposés qu’ils ont à préparer, s’avèrent inopérantes. Non seulement on se rend à l’ECM en dehors des temps scolaires, mais aussi parfois au lieu d’aller en cours : on « taille » l’école, comme ils disent, lieu de la contrainte et de la mise à l’épreuve, pour se réfugier dans un espace de (relative) liberté, d’autant plus commode qu’il permet de faire l’école buissonnière en toute discrétion, sans prendre le risque d’être vu dans le quartier en train de « traîner ».

9Mais la suite de l’enquête montrera que le rapport ECM/système scolaire ne se réduit pas à cette opposition (ou cette complémentarité). Les jeunes seront finalement les principaux instigateurs de l’immixtion de l’école à l’ECM. À leur arrivée en troisième, ils doivent trouver un lieu de stage, et plusieurs vont faire une demande pour l’effectuer à l’ECM (demandes qui seront accordées). À l’occasion de ces stages, quelques projets verront le jour avec des enseignants se montrant à la fois intrigués et intéressés par le choix de cette structure atypique par rapport aux habituelles entreprises de manutention et autres supérettes. L’ECM est aussi un espace dans lequel on affiche son éventuelle réussite scolaire : ainsi de Momo qui, lorsqu’il réussit son bac professionnel, après être sorti puis revenu dans le système d’enseignement, épingle son bulletin scolaire au mur. Les animateurs (en particulier Fouad) jouent pour leur part un rôle de prescripteurs vis-à-vis de l’école, en valorisant l’institution scolaire et en incitant fortement les jeunes à « s’accrocher ». Enfin, dans les derniers temps de l’enquête, l’ECM sera vu par les jeunes comme une instance susceptible d’être « diplômante » (nous y reviendrons dans le dernier chapitre).

Prégnance et ambivalence de la relation au quartier

  • 8 Sylvain Aquatias, 1997, « Jeunes de banlieue, entre communauté et société. Une approche socio-anthr (...)
  • 9 Stéphane Beaud & Michel Pialoux, 2003, Violences urbaines, violences sociales. Genèse des nouvelles (...)

10Qu’en est-il à présent de l’attribut du quartier ? Là encore, l’expression est partiellement malheureuse. D’abord parce qu’à nouveau, elle « aplatit » le réel. À l’instar de « jeunes de banlieue », ou autres « jeunes des cités », elle subsume des situations qui sont en réalité caractérisées par l’hétérogénéité. Comme le note Sylvain Aquatias, « la désignation “jeunes de banlieue” elle-même ne correspond pas à un groupe parfaitement déterminé. Si l’on veut tenter de dépasser les clichés qui constituent la conception ordinaire du jeune banlieusard, la diversité des situations est si grande que toute tentative de catégorisation échoue à saisir la spécificité d’un tel objet8 ». En outre, elle véhicule un ensemble de représentations négatives et stigmatisantes, favorisant l’assimilation spontanée de ces jeunes à de « nouvelles classes dangereuses9 », des délinquants, des auteurs d’incivilités, etc.

  • 10 Il faudrait encore ajouter que le singulier prémunit quelque peu du stigmate : l’expression « jeune (...)

11Si j’ai malgré tout décidé d’en faire usage, c’est pour trois raisons essentielles : la première est que le groupe se définit effectivement par une base territoriale. D’autres jeunes fréquenteront l’ECM, mais le groupe qui s’installe durablement dans les lieux, et sur lequel j’ai par conséquent porté mes observations, se caractérise par une interconnaissance fondée sur l’appartenance au quartier de la Belle de Mai. Un autre point, secondaire, tient à ce que la dimension territoriale constitue l’une des entrées problématiques à partir de laquelle nous allons travailler la question de l’accès public à l’ECM de la Friche (voir chapitre 3), et que l’expression permet d’en souligner l’importance. Enfin et surtout, elle recouvre une terminologie vernaculaire, puisque les jeunes se disent eux-mêmes « du quartier ». Le quartier construit le groupe et le sentiment d’appartenance au groupe. Le choix d’adopter les termes qu’ils emploient m’est apparu comme le moins porteur de violence symbolique implicite10.

12Quartier de longue tradition ouvrière et migratoire (italienne et arménienne dans l’entre-deux guerres), la Belle de Mai demeure aujourd’hui un lieu important d’installation des primo-migrants, en particulier originaires du Maghreb et des Comores, dans une moindre mesure des anciens pays de l’est européen. L’importance du parc de logements privés à bon marché, qui joue le rôle d’un « parc social de fait », constitue une opportunité d’accès au logement pour de nouveaux arrivants, ainsi que pour des secondes ou troisièmes générations de condition modeste. Si la proportion de petits propriétaires occupants, souvent âgés, y a longtemps été particulièrement forte, cette population est aujourd’hui en déclin. Le quartier a perdu bon nombre de ses habitants et connu une forte récession économique et sociale dans les années 1980 et 1990. En outre, les nombreux programmes de rénovation urbaine du centre de Marseille, qui depuis une vingtaine d’années se succèdent afin de dynamiser l’économie de la ville et de réhabiliter le bâti, ont peu ou n’ont pas concerné la Belle de Mai.

  • 11 Bien que l’absence de station de métro (et aujourd’hui de tramway) contribue à accroître les distan (...)
  • 12 Selon les chiffres donnés par l’INSEE (2004), soit un revenu fiscal médian par unité de consommatio (...)

13Située dans le 3e arrondissement de Marseille, à proximité de l’entrée de l’autoroute Nord, proche de la gare Saint-Charles et de la Faculté de Provence, la Belle de Mai est relativement centrale11. Mais le quartier se trouve dans l’arrondissement le plus pauvre de Marseille12, concentrant également le plus grand nombre de structures de lutte contre l’exclusion (hébergement, dons alimentaires et de vêtements, santé et administration des droits sociaux). Un foyer Sonacotra et plusieurs associations d’insertion sont d’ailleurs installés à proximité de l’ECM, procurant une partie du public de la structure à ses débuts. C’est aussi là, à l’instar des quartiers nord de la ville (14e, 15e et 16e arrondissements), que l’on trouve la proportion la plus élevée de la population disposant d’un bas niveau de diplôme (absence de diplôme, ou BEPC, CEP, CAP et BEP), qui s’élève à plus de 80 % (source : recensement général de la population de 1999). Au moment où les jeunes arrivent à l’ECM, en 2000, le recensement général de l’INSEE indique une population de 12 190 personnes dans le quartier (41 707 dans le 3e et 797 491 à Marseille), et un taux de chômage de 33,4 %, soit dix points de plus que pour l’ensemble du territoire marseillais (23,30 %).

  • 13 David Lepoutre, 2001 [1997], Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, coll. (...)

14Quel rapport entretiennent les adolescents qui fréquentent l’ECM avec ce quartier défavorisé ? L’attachement au quartier des « jeunes de banlieue » a souvent été décrit par la littérature sociologique. Le quartier est le lieu de l’appartenance commune et de la sociabilité quotidienne, de l’interconnaissance et de la familiarité13. Cet attachement, je le retrouve énoncé de manière similaire par les jeunes de l’ECM. Lorsque je les interroge à ce sujet, ils parlent de la solidarité qui existe entre les voisins de leur immeuble. Ils évoquent les fêtes religieuses comme l’Aïd, moments de rassemblement et de convivialité, citent des anecdotes sur l’entraide des mères (dépannage lorsque des ingrédients alimentaires viennent à manquer, garde d’enfants et échange de divers services…). La famille, mais aussi tout le réseau relationnel que constituent les parents, les amis des parents, les voisins, les commerçants, ainsi que les pairs, constituent des éléments de stabilité qui font du quartier un espace d’interconnaissance. Les jeunes expriment clairement le sentiment d’un « chez soi », d’un quartier connu dans ses moindres recoins, approprié, sentiment qu’une pratique intensive des espaces publics contribue à favoriser.

  • 14 Même s’ils connaissent bien certaines d’entre elles : Félix Pyat (3e), La Rose (13e), la Busserine (...)

15Les adolescents font clairement la distinction entre le quartier de la Belle de Mai et les quartiers nord de Marseille, plus facilement assimilés à des « cités ». Ces dernières sont supposées plus « chaudes », plus dangereuses14. La Belle de Mai, qui de fait ne partage en rien l’architecture de tours typiques des cités HLM, échappe au stigmate de la banlieue, qui pèse si lourdement sur les jeunes issus de l’immigration maghrébine. Mais le quartier n’a pas pour autant bonne réputation et défraye régulièrement la chronique dans les médias locaux et nationaux. S’ils s’y sentent chez eux, les jeunes disent eux aussi pâtir de l’image péjorative que l’appartenance au quartier est susceptible de renvoyer.

Qu’est-ce que tu dirais sur ton quartier ?

C’est un quartier pourri, un vrai quartier pourri. Il est sale, il est mal famé. Chaque semaine y’a quelque chose, bagarre, ça descend avec les fusils, y’a la police, malheureusement, elle ne fait rien. De plus en plus ça se dégrade, c’est n’importe quoi, y’a rien qui reste neuf… Je me suis un peu résigné, ça fait un peu longtemps que j’habite là donc je sais comment ça se passe. J’ai pas de préférence en terme de quartier, je suis content où je vis même si c’est pas très bien, voilà.

Tu vas dans d’autres quartiers ?

Non, pas trop, je reste beaucoup dans le quartier quand même… J’aimerais pas forcément habiter ailleurs parce que je suis bien où je suis, je connais tout le monde presque. J’habite dedans donc moi aussi, je suis un peu pourri, voilà, c’est l’habitude.

Tu penses ça ?

Non, je sais pas, au vu des autres peut-être on est comme ça, moi je le vois comme ça. Je sais très bien que c’est pas un bon quartier mais voilà, je suis dedans et je suis bien où je suis.

Tu as le sentiment d’être mal vu ?

Y’a des fois, par exemple à l’école ou quoi, quand je dis que je viens de la Belle de Mai, y’en a qui disent « Oh ! quartier pourri ! ». Ca se dit ça mais bon, voilà, on est habitués aussi. De toutes façons, je m’en fous, c’est pas sur le quartier qu’on va me juger, hein, c’est sur ma personne. (Momo, 2004)

16L’apparent paradoxe d’un quartier que l’on trouve « sale et mal famé », mais aussi dangereux, et dans lequel on se sent pourtant chez soi, est corrélé à l’intensité des sociabilités que nous évoquions ci-dessus. Mais il est également à mettre en relation avec un sentiment de captivité ou, plus exactement, avec l’impossibilité de se projeter dans un autre territoire, moins disqualifiant, mais dans lequel on ne disposerait plus de ces ressources de la proximité. Si les jeunes sont attachés à la Belle de Mai, ils expriment néanmoins le désir d’en partir un jour.

  • 15 Par exemple : Dominique Duprez & Michel Kokoreff, 2000, Les mondes de la drogue : usages et trafics (...)

17Notons enfin pour terminer sur cette question de l’usage générique de la terminologie « jeunes du quartier », que nous ne sommes pas face à un groupe de jeunes s’appropriant un territoire et se définissant dans une relation agonistique aux « bandes » voisines, telle que décrite dans un nombre important de travaux sociologiques sur les jeunes de cité15. Il semble que de tels processus se produisent plutôt en France dans des quartiers périphériques d’habitat social. Le groupe tel que nous l’avons observé n’est pas exclusif, ni fermé, et tout au long de l’enquête, il ne cessera de se recomposer, de se redéfinir.

Jeunes « maghrébins », « issus de l’immigration », « marseillais »

  • 16 Hugues Lagrange, 2010, Le déni des cultures, Paris, Seuil.
  • 17 Nous simplifions là le débat, qui porte également sur les possibilités méthodologiques et éthiques (...)

18Un autre point à éclaircir concerne le fait que ces jeunes soient tous, à l’exception d’un seul (Tony), issus de l’immigration maghrébine, en particulier algérienne. On sait à quel point les sciences sociales françaises sont mal à l’aise avec la question de la catégorisation ethnique. Si pendant longtemps, de crainte de figer les appartenances ou de les essentialiser, la question ethnique a été rabattue sur la question sociale (les problèmes rencontrés par les jeunes de banlieue étant interprétés sous l’angle de la pauvreté économique), depuis peu, des voix se font entendre qui appellent à la prise en compte de l’histoire migratoire et culturelle de ces jeunes – ou plus précisément, de celle de leurs parents16. Ce débat a pris une tournure particulièrement vive dans le cadre des études démographiques qui opposent, depuis près de vingt ans maintenant, les partisans de l’intégration de variables « ethniques » dans la statistique publique à ceux qui y sont hostiles. Les premiers arguent de ce qu’en l’absence de ces variables, les faits de discrimination ne sont pas mesurables et demeurent donc difficiles à combattre ; les seconds redoutent que la production de tels chiffres ne donne lieu à une montée des communautarismes, à un usage politique des données allant à l’encontre de la lutte contre les discriminations, enfin à un recouvrement de la problématique sociale par la problématique ethnique17.

  • 18 Comme l’écrit Jean-Pierre Zirotti, « être “black” ou “beur”, “antillais” ou “maghrébin” sont des ca (...)
  • 19 Et c’est ainsi aussi qu’ils l’interprètent, par exemple lorsque Kader explique qu’il est parfois co (...)
  • 20 Sur la question des différents âges de l’immigration algérienne en France, c’est-à-dire de la maniè (...)
  • 21 La notion d’« identité narrative », développée par Paul Ricœur, relève du travail de « l’interpréta (...)

19Sans nous prononcer sur cette question complexe, nous voudrions préciser pourquoi nous faisons le choix de ne pas utiliser ici les expressions « jeunes maghrébins » ou « jeunes issus de l’immigration ». Si ces expressions peuvent recouvrir dans certains cas un contenu positif18, et constituer par conséquent une ressource identitaire pour les adolescents dont nous parlons, ces derniers ont aussi été à de multiples reprises l’objet d’un mépris social, dont tout laisse à penser qu’il est en partie au moins relatif à leur apparente « arabité »19. Il ne fait pas de doute que comme tout un chacun, ces jeunes sont le produit d’une histoire sociale et culturelle qui, dans leur cas, a trait à la culture algérienne, à l’histoire sociale de l’immigration algérienne en France et à la condition sociale de l’immigré (et de ses descendants) dans ce pays20. Il reste que les jeunes que nous avons interrogés se sentent très peu « immigrés ». Et de fait, eux n’ont à aucun moment migré. Si donc l’expression « jeunes issus de l’immigration » est exacte du point de vue terminologique (à la différence de celle de « jeunes maghrébins » puisque tous sont de nationalité française), elle s’avère erronée d’un point de vue factuel, d’autant qu’elle met l’accent sur un versant de l’identité peu assumé, ou peu actif dans les processus de subjectivation. Il nous faut par conséquent insister, en nous référant aux approches interactionnistes et ethnométhodologiques, sur le fait que les identités sociales et les « catégorisations d’appartenance » sont produites en fonction des contextes et des situations. Nous parlerons donc moins ici de l’identité sui generis de ces jeunes Marseillais, qui nécessiterait un travail sociologique en soi, que de la manière dont ils produisent leurs identités narratives21 dans le cadre de l’espace d’interactions au sein duquel je les ai rencontrés, à savoir l’ECM de la Friche la Belle de Mai.

20Si tous les jeunes de l’ECM sont nés en France et ont la nationalité française, ils évoquent pour la plupart un lien affectif avec l’Algérie, quoique sur un mode très hétérogène. Certains n’y sont jamais allés, alors que d’autres y passent tous leurs étés. Certains adolescents parlent arabe, d’autres non (c’est du moins ce qu’ils en disent, car ils n’en font jamais usage, autrement que par l’utilisation de quelques expressions courantes typiques du parler « quartier » à Marseille). Un même individu peut avoir des relations fluctuantes avec le « bled » : il refuse de s’y rendre pendant une période, puis y retourne volontiers ; un adolescent peut déclarer au cours d’un entretien « ne rien en avoir à foutre de l’Algérie », puis dire l’inverse quelques mois plus tard au cours d’une discussion. Il en va de même de l’islam, avec lequel tous paraissent entretenir un rapport relativement relâché, mais avec des variations là encore en fonction des individus et des périodes (pour ce qui est de la pratique de l’islam : faire le Ramadan ou pas, boire de l’alcool ou pas…). Nous noterons enfin que la référence à une « identité algérienne » ou « maghrébine » est peu souvent verbalisée, et qu’elle se traduit peu dans des actes quotidiens immédiatement préhensibles. Les tentatives des premiers animateurs d’intéresser les jeunes à des sites « culturels » par l’entremise de sites consacrés à l’Algérie par exemple ne rencontreront qu’un très faible succès.

  • 22 Une telle observation n’est par ailleurs pas surprenante, relativement aux résultats d’études porta (...)
  • 23 Allusion au titre « Planète Mars » du groupe de rap marseillais IAM.
  • 24 La partition Marseillais/non-Marseillais est fortement activée par les jeunes du quartier bien au-d (...)

21La référence identitaire la plus souvent convoquée par les jeunes à l’ECM, dans le cadre de la Friche, sans qu’elle annule bien évidemment les autres, est celle relative au fait d’être « marseillais »22. Là, a contrario, le référencement est omniprésent. Il passe d’abord par un soutien répété et inconditionnel à l’Olympique de Marseille (OM), dont les péripéties footballistiques animent une bonne partie des conversations : « Marseille for ever », disent-ils, en dépit des déceptions parfois (souvent) provoquées par les défaites de l’équipe. Il se matérialise également par la manière dont se formulent les présentations de soi sur les tchats : si, comme nous le verrons (voir chapitre 5), bien des caractéristiques effectives sont modifiées ou camouflées (âge, apparence physique…), en revanche, l’identité marseillaise est toujours mise en avant. Cette appartenance revendiquée se traduit enfin et surtout par le fait que les jeunes scindent l’espace social de la Friche en deux catégories de personnes : les Marseillais et les non-Marseillais. Ainsi Mathieu, technicien de l’ECM, ou Pierre-Alain, administrateur du Cabaret aléatoire, parce qu’ils sont nés à Marseille mais surtout parce qu’ils mobilisent des modes d’interaction que les jeunes interprètent comme étant typiquement marseillais (recours à la vanne, franc-parler, accent…), sont considérés comme faisant partie de la « planète Mars23 », même s’ils ne sont pas assimilés au groupe de pairs, également défini en fonction d’un âge et d’un milieu social24.

22C’est donc finalement vers le plus grand dénominateur commun que se tournent volontiers les jeunes, le plus consensuel, mais aussi le moins excluant ; car le fait d’être « marseillais » peut s’acquérir en quelques mois et ne dépend ni de son lieu de naissance, ni de celui de ses parents. Ainsi Ismaïl, natif du Mans, est tout aussi « marseillais » (à ses yeux comme à ceux de ses pairs) que Kader ou Sami, qui sont nés ici. L’identification marseillaise présente enfin, pensons-nous, l’avantage d’être moins stigmatisante que celle relative à l’Algérie – que l’accent soit mis sur l’immigration, l’arabité ou l’islam. En ce sens, les jeunes de l’ECM effectuent moins un « retournement du stigmate », classiquement repéré dans les processus identitaires des groupes dominés, qu’ils n’y ajoutent un référant identitaire au contenu positif.

  • 25 Erving Goffman, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : La présentation de soi, A. A (...)
  • 26 Cet espace des variations n’est pas cependant infini : il se déroule dans le cadre d’engagements si (...)

23Les jeunes de l’ECM disposent donc de plusieurs « répertoires de rôles25 » mobilisables : ceux de la jeunesse, du quartier, du genre, du groupe, du milieu social, de l’histoire migratoire, de la ville et, on le verra, de la Friche et même de l’atelier TVK, dont nous reparlerons plus loin (voir chapitres 4 et 7), sortes de « boîtes » identitaires encastrables et mobilisées en fonction des situations26.

Notes

1 « Réné » est un adjectif fréquemment utilisé par les jeunes Marseillais. Nous n’en connaissons ni l’origine ni la signification première. Le mot se prononce « à l’arabe », avec une accentuation du « r » guttural. Le terme désigne ce qui est « nase », « nul », « moisi », mais aussi parfois bizarre ou étrange.

2 Pierre Bourdieu, 2002 [1978], « La jeunesse n’est qu’un mot », in P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Reprise » : 143-154.

3 Certificat d’aptitude professionnelle.

4 Brevet d’études professionnelles.

5 Cette question de la projection de soi, notamment dans le domaine professionnel, est complexe : il n’est pas rare que les jeunes interrogés évoquent les professions de médecin ou d’avocat comme des futurs auxquels ils aspirent. En cela, ils adhèrent à des espoirs de promotion sociale qui ne leur sont en rien spécifiques. Nous ne pensons pas pour autant qu’ils perçoivent de tels projets comme effectivement réalisables, mais plutôt qu’ils expriment là ce que serait un idéal de carrière.

6 Momo est encouragé dans cette voie par son frère aîné, qui a entrepris et réussi des études en informatique et exerce dans cette branche.

7 Stéphane Beaud, 2003 [2002], 80 % au bac… Et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte/Poche, coll. « Sciences humaines et sociales » : 149-169.

8 Sylvain Aquatias, 1997, « Jeunes de banlieue, entre communauté et société. Une approche socio-anthropologique du lien social », Socio-Anthropologie, no 2, document en ligne, consulté le 01-03-2012 : http://socio-anthropologie.revues.org/index34.html.

9 Stéphane Beaud & Michel Pialoux, 2003, Violences urbaines, violences sociales. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard.

10 Il faudrait encore ajouter que le singulier prémunit quelque peu du stigmate : l’expression « jeunes des quartiers » est en effet la plus communément utilisée par les médias pour désigner les jeunes des banlieues, dont on parle généralement à la suite de violences ou d’émeutes urbaines…

11 Bien que l’absence de station de métro (et aujourd’hui de tramway) contribue à accroître les distances réelles avec l’hypercentre économique et commerçant (bas de la Canebière, Vieux-Port) de la ville.

12 Selon les chiffres donnés par l’INSEE (2004), soit un revenu fiscal médian par unité de consommation de 6 353 euros par an contre 12 837 pour Marseille (et 14 650 pour la France métropolitaine). Les autres quartiers de l’arrondissement, Saint-Lazare, Saint-Mauront et La Villette, sont également des quartiers pauvres, et considérés comme relégués.

13 David Lepoutre, 2001 [1997], Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, coll. « Poches » ; Cyprien Avenel, 2004, Sociologie des « quartiers sensibles », Paris, Armand Colin, coll. « 128 ».

14 Même s’ils connaissent bien certaines d’entre elles : Félix Pyat (3e), La Rose (13e), la Busserine et les Flamants (14e) notamment, sont fréquentées. On y connaît d’autres jeunes et l’on s’y rend parfois.

15 Par exemple : Dominique Duprez & Michel Kokoreff, 2000, Les mondes de la drogue : usages et trafics dans les quartiers, Paris, Odile Jacob ; Gérard Mauger, avec Kamel Ikachamene, 2004, « Le monde des bandes et ses transformations. Une enquête ethnographique dans une cité HLM », rapport final à la DIV, mission « Droit et Justice », Paris, Centre de sociologie européenne ; Thomas Sauvadet, 2006, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, coll. « Sociétales ».

16 Hugues Lagrange, 2010, Le déni des cultures, Paris, Seuil.

17 Nous simplifions là le débat, qui porte également sur les possibilités méthodologiques et éthiques d’établir un tel recensement des origines ethniques et sur leur légitimité. Une large littérature est consacrée au sujet. On se reportera à l’article de Patrick Simon et Joan Stavo-Debauge (2004, « Les politiques anti-discrimination et les statistiques : paramètres d’une incohérence », Sociétés contemporaines, no 53 : 57-84) pour une analyse critique de ce qu’il est convenu d’appeler « la controverse des démographes ».

18 Comme l’écrit Jean-Pierre Zirotti, « être “black” ou “beur”, “antillais” ou “maghrébin” sont des caractéristiques constitutives de l’expérience sociale de ces jeunes, autant comme critère de classement subi que comme ressource interprétative de leurs expériences ou horizon d’une affirmation identitaire » (Jean-Pierre Zirotti, 1991, « Jeunes maghrébins : un groupe sociologiquement pertinent ? », in T. Blöss et I. Feroni [dir.], La socialisation de la jeunesse, no 6 de Enquête. Cahiers du CERCOM : 185-197, ici 189).

19 Et c’est ainsi aussi qu’ils l’interprètent, par exemple lorsque Kader explique qu’il est parfois convoqué par des agences d’intérim, qui finalement déclarent l’emploi déjà pourvu lorsqu’elles le voient.

20 Sur la question des différents âges de l’immigration algérienne en France, c’est-à-dire de la manière dont la société d’accueil construit la figure de l’immigré algérien mais aussi des modifications du contexte de la société de départ, on se reportera au travail d’Abdelmalek Sayad (1999, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, coll. « Liber »).

21 La notion d’« identité narrative », développée par Paul Ricœur, relève du travail de « l’interprétation de soi », qui prend la forme d’un récit. Ce récit n’est ni « imaginaire », dans le sens où il se fonde sur une histoire effectivement vécue, ni « réaliste », dans le sens où il donne lieu à interprétation et sélection de traits et de faits (Paul Ricœur, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « L’ordre philosophique »).

22 Une telle observation n’est par ailleurs pas surprenante, relativement aux résultats d’études portant sur les identités des jeunes habitants de Marseille : ainsi Jocelyne Cesari, Alain Moreau et Alexandra Schleyer-Lindenmann montrent (statistiques à l’appui) que les adolescents dont les parents sont originaires d’Algérie déclarent se sentir marseillais, beaucoup plus que français, européens, méditerranéens, algériens, arabes ou musulmans – ce qui, selon les auteurs, attesterait de la grande capacité d’intégration qu’offre Marseille (Jocelyne Cesari, Alain Moreau & Alexandra Schleyer-Lindenmann, 2001, « Plus Marseillais que moi tu meurs ! » Migrations, identités et territoires à Marseille, Paris, L’Harmattan).

23 Allusion au titre « Planète Mars » du groupe de rap marseillais IAM.

24 La partition Marseillais/non-Marseillais est fortement activée par les jeunes du quartier bien au-delà du cadre de l’ECM. Younes Amrani, lui-même lyonnais, écrit ainsi au sociologue Stéphane Beaud : « Comme je vous ai expliqué, on rencontre de tout à l’armée. Moi, y a un type de mecs que j’ai appris à détester, ce sont les Marseillais, qu’ils soient français ou arabes. Pour les Marseillais, tout ce qui se trouve à 30 km au nord de Marseille est à jeter. Ce qui m’a choqué à l’époque, c’était les Arabes de Marseille. Par exemple, ils préféraient les Français de Marseille à nous [les Arabes d’ailleurs]… J’ai trouvé ça très bizarre » (Younes Amrani & Stéphane Beaud, 2004, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres » : 61).

25 Erving Goffman, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : La présentation de soi, A. Accardo (trad.), Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

26 Cet espace des variations n’est pas cependant infini : il se déroule dans le cadre d’engagements situationnels supports à des modes d’identification et de subjectivation que des modulations, davantage que des retournements, viennent affecter.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540