Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratiser la culture multimédia ?

 | 
Fabien Labarthe

Introduction : en quête de public populaire

Entrées d'index

Mots clés :

culture, ethnographie, numérique

Texte intégral

1Le 15 octobre 2004, un événement d’importance se déroule à la Friche la Belle de Mai, structure culturelle située dans un quartier populaire de Marseille. Il s’agit du Festival Arborescence, qui réunit de nombreux acteurs du monde de l’art numérique. Étienne Rey, artiste en résidence à l’Espace Culture Multimédia (ECM), arrive en trombe dans le cybercafé en fin de journée. Il a besoin en urgence d’une caméra, car il faut filmer les performances qui sont en train de se dérouler. Il se trouve justement qu’Ismaïl et Momo – adolescents du quartier – sont dans l’ECM en train de surfer sur le Web. Ce sont eux qui finalement prendront les choses en main, tourneront et monteront les images, puis éditeront un DVD – DVD qui sera ensuite remis à l’ensemble des partenaires et participants du festival.

2Cette courte séquence, d’apparence anecdotique, résume en quelque sorte l’énigme de ce livre : comment en effet des jeunes gens issus de milieux populaires, habituellement éloignés des équipements culturels, en sont-ils venus à participer à la production d’une œuvre numérique et à devenir acteurs d’un événement artistique ?

Fracture numérique versus démocratisation culturelle

  • 1 Le programme ECM constitue le fer de lance du volet culturel du Programme d’action gouvernemental p (...)
  • 2 Julie Bouchard, 2008, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, (...)

3Lorsque le programme ECM est mis en place par le ministère de la Culture et de la Communication en 1998, la notion de « fracture numérique » est au centre des discours institutionnels portant sur la société de l’information1. Trois raisons peuvent être avancées au succès rhétorique qu’elle rencontre en France à partir du milieu des années 1990. La première est qu’elle répond au concept anglo-saxon de digital divide, popularisé par l’ancien vice-président américain Al Gore, qui cherche alors à promouvoir les « autoroutes de l’information ». La deuxième est qu’elle prend appui sur la thématique du « retard français », récurrent dans les débats publics sur l’innovation technologique en France2. Enfin, elle fait écho au thème de la « fracture sociale », placé au centre de la campagne électorale de Jacques Chirac lors des présidentielles de 1995 : les technologies de l’information et de la communication (TIC) étant considérées comme facteurs de nouvelles inégalités (on parle alors d’illectronisme), promouvoir l’« alphabétisation numérique » constituerait un moyen de les résorber. L’une des solutions apportées en France au problème de la fracture numérique passe dès lors par l’instauration d’une politique de l’accès public à Internet.

  • 3 Michel Arnaud et Jacques Perriault, à qui nous empruntons la notion, montrent que le terme recouvre (...)
  • 4 Jean-Christophe Théobalt, 2001, « Les Espaces Culture Multimédia », Agora, no 26 : 79-83.
  • 5 Jean-Claude Passeron, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement na (...)
  • 6 Comme il sera détaillé infra, les animateurs multimédia ont une double fonction : accueillir le pub (...)

4Ainsi, à l’instar des bibliothèques qui tentent de rendre accessible le livre, ont été aménagés sur l’ensemble du territoire français des Espaces publics d’accès à Internet3. Les ECM sont les premiers Espaces publics de ce type. Ils ont par conséquent pour mission de « réduire la fracture numérique » mais aussi de « développer de manière prioritaire la dimension culturelle des nouvelles technologies de l’information et de la communication à la fois comme outils d’accès à la culture et au savoir et comme outils d’expression et de création »4. Par quels truchements cette double mission a-t-elle été pensée et programmée ? « L’économisme latent des politiques de planification tend toujours à opérer une réduction sociologique », écrit Jean-Claude Passeron à propos des bibliothèques publiques, « celle qui ramène le problème de la diffusion de la culture à celui, plus maîtrisable, de l’accessibilité matérielle des supports de la pratique culturelle. À la limite, la bonne volonté de l’offre démocratique ne s’intéresse plus qu’au voiturage de l’objet le plus près possible du consommateur »5. Or les ECM ont ceci de particulier que les conditions du voiturage (ou, si l’on veut, de la médiation) sont clairement indiquées par les textes, qui instaurent dans chaque dispositif la mise en place d’un accompagnement des usagers par des « animateurs multimédia »6. Le programme ECM prévoit en outre que la dimension culturelle des TIC doit être stimulée par l’implantation de ces équipements au sein de structures culturelles déjà existantes.

5Trois ordres de questions émergent alors, qui fournissent la trame de cet ouvrage : en premier lieu, quels sont les modes opératoires selon lesquels va se produire, ou non, l’accès effectif des publics aux structures culturelles dans lesquelles sont implantés les ECM, et donc aux ECM eux-mêmes ? Comment ensuite les usages de l’informatique et d’Internet s’orientent-ils (s’ils le font) vers des finalités dites « culturelles » ? Quel rôle enfin les animateurs multimédia jouent-ils dans ce processus ?

Une démarche inductive

  • 7 Ces chiffres sont indiqués par la structure [consultables à l’adresse : http://www.lafriche.org/con (...)
  • 8 Fabrice Lextrait, 2001, Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires… : un (...)
  • 9 Sur les 150 ECM que compte en moyenne le programme en 2001, 8 seulement sont situés dans des friche (...)

6L’ECM sur lequel s’est portée mon attention est situé dans l’une des plus grandes friches culturelles de France. Cette dernière a ouvert ses portes en 1992, dans les bâtiments industriels vacants d’une ancienne manufacture de tabac (la Seita) situés dans l’un des quartiers les plus pauvres de Marseille. La Friche la Belle de Mai occupe aujourd’hui une surface de 45 000 m², s’enorgueillit d’accueillir 500 événements culturels par an, d’héberger 1 000 artistes en résidence, et d’avoir contracté 180 partenariats internationaux7. Vingt ans après son ouverture, la structure jouit d’une réputation internationale dans le domaine de l’art contemporain. Elle a par ailleurs acquis ses lettres de noblesse auprès du ministère de la Culture en imposant la notion de Nouveaux Territoires de l’art (NTA) et en se positionnant comme précurseur d’une « Nouvelle époque de l’action culturelle »8. Mais la Friche se singularise aussi par le fait d’héberger l’un des tout premiers ECM créés en France9.

7Mes premières visites à l’ECM de la Friche la Belle de Mai se sont déroulées au cours de l’année 2001, à la suite de ma décision de réaliser une thèse de doctorat. Mon intérêt se porte alors sur un public défini comme tel par la structure : les artistes avec lesquels les animateurs multimédia de l’ECM engagent des coopérations. J’entends observer leurs dynamiques collaboratives et les formes d’hybridation propres à l’art numérique qui en découlent. Mais cette première ligne d’attention va se trouver largement parasitée par une seconde, littéralement plus envahissante. Depuis son ouverture, l’ECM est en effet confronté à la présence d’un public populaire, certes visé théoriquement, mais largement imprévu empiriquement : ce sont les « jeunes du quartier ».

  • 10 Howard S. Becker, 2002, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales(...)

8Au cours des premiers temps de l’enquête, je suis peu réceptif à ce que font ces adolescents qui fréquentent l’ECM. Comme les artistes et les animateurs du lieu, je suis souvent agacé par leur présence et dérangé dans mes observations du travail artistique par le chahut qu’ils provoquent. Mes contacts avec les jeunes de l’ECM, sur lesquels portera finalement mon enquête, sont donc dans un premier temps marqués par la distance. Ceci est d’autant plus vrai que précisément, j’ai le sentiment qu’ils ne font « rien », que de leur côté « il ne se passe rien », sans savoir alors que cette impression d’immobilisme, d’absence d’événement à observer, caractérise bon nombre d’expériences de terrain à leurs débuts10.

  • 11 Dans le cadre de ce livre, j’ai choisi de ne pas anonymiser Fouad. D’une part, parce qu’il ne l’a p (...)
  • 12 Jean-Louis Fabiani, 2007, « De l’analyse des objets culturels », in J.-L. Fabiani, Après la culture (...)
  • 13 Il faudrait nuancer le propos : les adolescents font bien partie des publics théoriquement priorita (...)

9La réorientation de ma recherche fait suite à ma rencontre avec l’animateur multimédia Fouad Maaskri11. Fouad a été recruté à l’ECM pour, dit-il, « catalyser les jeunes » et pacifier les relations avec les autres publics présents dans le local. Nous sympathisons et de plus en plus souvent, je le suis dans son travail. En sa compagnie, j’observe les difficultés de la fonction d’animateur, mais également les nombreuses ressources dont il dispose pour y faire face. Grâce aux éclaircissements qu’il me fournit, je comprends quels sont pour lui les enjeux liés à la présence dans l’ECM des jeunes du quartier, avec lesquels il partage une histoire migratoire, des codes de sociabilité, bref, une culture populaire. L’empathie qu’il éprouve à leur égard va en quelque sorte « déteindre » sur moi au fil de nos échanges. Alors qu’il m’explique ses efforts pour créer une offre spécifique qui leur soit destinée, je m’interroge à mon tour sur les modalités de transformation de ce public, « dénié » mais « constaté », pour reprendre la distinction proposée par Jean-Louis Fabiani12, en un public que l’on pourrait dire pleinement « visé »13. Les questions relatives aux modalités d’usages de l’Internet et aux compétences acquises vont s’agréger par la suite, au cours de l’enquête.

Une enquête coopérative

10Au fil du temps, Fouad devient pour moi ce que les anthropologues ont coutume d’appeler un « informateur privilégié ». Par son intermédiaire, je suis tenu au courant des situations familiales, scolaires et personnelles des jeunes. Fouad me donne accès à un monde social que je connais mal et me communique des informations qu’il m’aurait été difficile d’obtenir autrement, en tout cas dans un premier temps – car le temps long de l’enquête modifiera la donne. À chacune de mes venues à l’ECM, Fouad m’informe des derniers événements. Il retrace l’évolution de ses rapports avec chacun des jeunes, les discussions marquantes qui se sont tenues, l’ambiance générale, les départs et les arrivées.

11Mais plus encore qu’un « informateur privilégié », Fouad s’avère être ce que l’on pourrait appeler un auxiliaire de recherche. Fouad n’entend pas seulement me transmettre des informations : il souhaite aussi connaître mon avis, sollicite mes commentaires. Nous avons régulièrement de longues discussions, en fin de journée ou au moment de la pause déjeuner, au cours desquelles je l’interroge tout autant qu’il me questionne. Je lui fais part de mes observations, sur lesquelles il réagit ; je discute à nouveau ses interprétations, avant qu’il ne conteste ou nuance les miennes.

  • 14 Daniel Cefaï, 2010, « Un pragmatisme ethnographique. L’enquête coopérative et impliquée », in D. Ce (...)

12Nos échanges aboutissent à une forme d’« enquête coopérative14 », mais ce sont aussi des moments où, parallèlement aux récits sur les jeunes, affleurent les récits de soi. Ces récits s’effectuent dans une sorte de mise en abyme entre la situation actuelle de ces adolescents et la trajectoire sociale de Fouad. « Comment en suis-je arrivé là où je suis », s’interroge-t-il en substance, « et comment éviter aux jeunes le cheminement dont je sais, pour l’avoir vécu, qu’il débouche sur une impasse » ? L’écoute et la mise en forme que je propose à travers un travail universitaire constituent alors l’occasion de dire, d’expliciter, de restituer des mécanismes que Fouad pressent (avec une acuité qui souvent me surprendra), sans toujours parvenir à les objectiver, si ce n’est sur le mode de la dénonciation.

  • 15 Fouad et Younes ont de nombreux points communs : ils ont des origines sociales similaires (un père (...)
  • 16 Younes Amrani & Stéphane Beaud, 2004, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Par (...)

13On retrouve chez Fouad la « rage de témoigner » dont Stéphane Beaud fait état à propos de Younes Amrani15, dans l’ouvrage qu’ils cosignent (Pays de malheur ! paru en 2004). Il écrit : « Younes est ainsi littéralement porté par ce projet de témoigner : d’une part, pour dire tout ce qu’il a vécu et subi comme humiliations (tout comme son père) et, d’autre part, pour faire voir autrement la banlieue, décaler le regard, tordre le cou à tous les clichés qui surgissent spontanément – et à foison – dès que l’on prononce aujourd’hui dans l’espace public les mots “immigrés”, “Arabes”, “islam”, “musulmans” […]. Ce qui l’anime, le fait se tenir droit et le maintient dans sa vie, c’est cette capacité, qu’il a gardée intacte, à l’indignation, à la révolte contre les injustices sociales, petites ou grandes16 ». Ce passage formule avec justesse ce qui motive Fouad à nos échanges. Je repère au cours de nos discussions la même nécessité impérieuse de « gueuler », de casser les visions stéréotypées, de raconter l’expérience répétée du mépris.

14Parce qu’il possède une connaissance pratique des modes de sociabilité de la jeunesse populaire des quartiers nord de Marseille, et parce qu’il m’offre une grille interprétative des usages observés, Fouad me permet d’analyser un nombre de données qu’il aurait été infiniment plus long de comprendre par moi-même ; il m’aide à « déplacer mon regard ». Pour autant, mon point de vue ne sera pas dans une relation d’adhérence au sien. Mon travail consiste à situer l’activité de Fouad, comme les modalités de l’accueil des jeunes, dans le cadre des possibilités, mais aussi des contraintes, d’une structure culturelle. L’analyse ne consiste donc pas à relayer la manière dont Fouad (ou les jeunes) se représente(nt) l’espace social de l’ECM de la Friche, mais bien à intégrer ces représentations dans une interprétation globale des conditions d’accès d’un public populaire à un Espace Culture Multimédia.

L’embarras du populaire, l’énigme du public

  • 17 Claude Grignon & Jean-Claude Passeron, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme (...)
  • 18 Pour un aperçu des travaux conduits au sein de ce courant de recherche à partir des années 1960 en (...)
  • 19 Pierre Bourdieu, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, col (...)

15Toute étude portant sur les pratiques culturelles des classes populaires se trouve confrontée au double écueil du « populisme » et du « misérabilisme »17. Le populisme, rappelons-le, découle d’un excès de relativisme culturel. Il consiste à considérer la culture populaire comme un univers autonome de significations. Certains travaux portant sur les cultures ouvrières, juvéniles et médiatiques, menés notamment au sein des cultural studies18, ont pu faire l’objet de cette critique. En occultant les effets de la domination, culturelle ou symbolique, ces travaux pêcheraient par un excès de « romantisation » ou d’« héroïsation » de la culture populaire. Le misérabilisme, quant à lui, est lié à la théorie de la légitimité culturelle. Il caractérise les « dérives » d’une sociologie française qui, dans la lignée des travaux de Pierre Bourdieu en particulier19, analyserait par trop unilatéralement la culture populaire comme une culture dominée et déficitaire, en demeurant aveugle aux capacités d’action et d’interprétation des classes populaires.

  • 20 C’est du reste ce à quoi invite aussi Jean-Claude Passeron lorsqu’il écrit que « la sociologie des (...)
  • 21 Daniel Cefaï & Dominique Pasquier, 2003, « Introduction », in D. Cefaï et D. Pasquier (dir.), Les s (...)
  • 22 Samuel Bordreuil, 2007, « Introduction et mise en perspective », in S. Bordreuil (dir.), « Les port (...)

16Mon parti pris méthodologique consiste non pas à m’inscrire doctement dans l’un ou l’autre de ces pôles de la controverse, ni d’ailleurs à prétendre pouvoir totalement m’en dégager, mais à tenter de faire provisoirement abstraction du poids théorique de la sociologie de la légitimité culturelle afin qu’elle n’écrase pas l’observation des pratiques en situation20. Il s’agit de s’orienter vers une sociologie pragmatique, qui vise « moins à déterminer objectivement des marchés, des champs ou des institutions ou à pénétrer les arcanes de la vie subjective des individus qu’à examiner des performances en train de se faire en situation et des contraintes écologiques qui pèsent sur des pratiques21 ». En intégrant dans l’analyse la dimension performative des pratiques et des expériences, j’aspire à analyser un « faire public22 », plus qu’un public « résistant », ou « aliéné », et à observer au plus près des usages en train de se faire, sans présupposer de leur nature autonome ou dominée.

  • 23 Isaac Joseph, 1998, La ville sans qualités, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube : 32 (il souligne)
  • 24 En d’autres termes, il s’agit de procéder à une « sociologie des publics de la culture “reterritori (...)

17Isaac Joseph résume ainsi la « grande leçon » de l’école de Chicago : « Comment penser ensemble des dispositifs (des opérateurs ou des “programmes”) qui élaborent ou instituent des normes d’usage et des dispositions (des compétences sociales et techniques) qui ajustent ou redéfinissent ces normes d’usage dans une situation singulière23 ? ». En observant les emboîtements entre la Friche et l’ECM, ainsi que les réactions/adaptations des publics qui les fréquentent, surgissent des prescriptions et des réinterprétations vernaculaires, qui agissent comme autant de marges de manœuvres et de manières de déroger24. La question devient alors celle de savoir comment se fabrique un public, c’est-à-dire d’une part comment il est construit comme tel par l’institution, et d’autre part comment il s’approprie un espace et des technologies : toutes choses dont on arguera qu’elles gagnent, dans notre cas, à être saisies par une enquête de type ethnographique et longitudinal.

Une ethnographie des usages et des apprentissages

  • 25 Terme que j’emploie pour me distinguer de cet « inconfort ethnographique » décrit par les anthropol (...)

18Comme cela a été souligné plus haut, Fouad est un excellent informateur, et plus encore, cet auxiliaire de recherche capable d’alimenter et de faire progresser ma réflexion. Mais son rôle ne s’arrête pas là : sur le terrain, Fouad est aussi médiateur entre les jeunes et moi. Il l’est d’abord en ce que notre interconnaissance me permet assez vite de venir à l’ECM sans avoir le sentiment d’y être, pour ainsi dire, « mal-venu ». L’accueil chaleureux qu’il me réserve, notre familiarité, sa perception favorable de l’enquête, tout cela me procure un certain confort ethnographique25. Je peux donc me rendre sur le site aussi fréquemment que je le désire, à l’improviste, sans avoir le sentiment de gêner, et y demeurer aussi longtemps que je souhaite. Aux yeux des jeunes, je suis un « collègue » de Fouad, et j’acquiers ainsi une place.

  • 26 Erving Goffman, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 2 : Les relations en public, A.  (...)
  • 27 Colette Pétonnet, 1982, « L’observation flottante, l’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vo (...)

19Mais au début de l’enquête, je ne sais pas comment observer des « usages ». J’essaie pour l’essentiel de faire en sorte que ma présence ne dérange pas. Pour ce faire, il faut bien sûr éviter de scruter avec trop d’insistance ce que font les uns et les autres : nous sommes dans un lieu public, et si chacun sait que ce qui s’affiche sur son écran peut être aperçu par d’autres, la règle d’or n’en demeure pas moins cette « inattention polie » caractéristique des relations en public26. Je pratique alors une sorte d’« observation flottante », pour reprendre l’expression de Colette Pétonnet, qui « consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser “flotter” afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repères, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes27 ». Je m’essaie également un temps à regarder l’historique des sites visités par les jeunes après qu’ils ont quitté les lieux, en fin de journée. Mais le procédé me gêne un peu et, s’il me donne une idée globale des navigations, il ne se révèle pas très probant. Je ne peux pas relier une navigation à un individu (plusieurs individus étant passés par le même ordinateur), et je ne sais pas ce que les jeunes font, disent et pensent des sites qu’ils visitent. J’en apprendrai davantage en les écoutant commenter leurs pratiques entre pairs, au cours de la navigation, et en approfondissant certains points lors des entretiens effectués par la suite.

  • 28 Gérard Mauger, 1991, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6 : 125-143.

20Si ma présence dans le lieu ne semble à aucun moment les « troubler », les jeunes de l’ECM ne sont en revanche pas très enclins à participer aux entretiens. La chose a été bien analysée par les sociologues des classes populaires : le dispositif spatial (le face à face, généralement autour d’une table), technique (l’enregistrement…) et relationnel (questions-réponses) de l’entretien rejoue une forme de mise à l’épreuve scolaire ou professionnelle, qui s’est bien souvent soldée pour ces jeunes par un échec. Celle-ci est encore renforcée par l’asymétrie caractérisant la relation entre l’enquêteur universitaire et les enquêtés éloignés de la culture lettrée28. Cela les contraint en outre à sortir du groupe et à coopérer avec un adulte, ce qui suscite blagues et moqueries. Le statut de « grand frère » acquis par Fouad (statut dont on verra qu’il n’allait pas nécessairement de soi) lui confère une certaine autorité, dont il jouera pour les inciter à m’accorder un entretien et à « tout me dire ». Il leur répète qu’avec moi, « ils peuvent avoir confiance ». Fouad interfère, signale de loin par des gestes l’obligation de rester assis, vient s’assurer que tout se passe bien, répète si nécessaire la consigne de docilité.

  • 29 Benoît Lelong, 2002, « Savoir-faire technique et lien social. L’apprentissage d’internet comme inco (...)

21Dans ces conditions, les premiers entretiens ne sont guère fructueux. Ils se déroulent généralement au bar de la Friche et ne durent souvent pas plus de quelques minutes. Certains jeunes me mènent carrément « en bateau » (« c’est Internet qui m’a appris le foot… non, je rigole » me dit par exemple l’un d’eux), répondent des inepties ou par monosyllabes. D’autres jouent davantage le jeu. Mais ils ont peu l’habitude de décrire, d’expliciter leurs pratiques comme leurs points de vue. Il faut dire que la manipulation des outils informatiques, une fois incorporée, est peu verbalisée, et qu’elle est de surcroît peu verbalisable29.

22Le déménagement de l’ECM en 2004 dans de nouveaux locaux va progressivement induire la constitution d’un groupe de jeunes plus restreint. Je réalise alors une nouvelle série d’entretiens. Les jeunes sont plus mûrs ; ils sont aussi et surtout dans un engagement beaucoup plus intensif vis-à-vis de l’ECM, via la mise en place d’un atelier de pratiques audiovisuelles et multimédia (dont on reparlera). Ils ont à cœur de décrire avec justesse ce qui s’y déroule, d’utiliser le mot juste, s’excusant parfois de ne pas le trouver. Les entretiens sont aussi l’occasion de revenir sur les débuts de l’ECM et le temps écoulé permet des récits plus détaillés, plus sereins aussi. Les entrevues sont donc plus longues que les précédentes et cette fois, Fouad n’a plus besoin d’intimer aux jeunes l’ordre de s’y soumettre.

23Je quitterai le terrain de l’ECM à l’été 2006. Le départ de Fouad, et consécutivement celui des jeunes, signent la fin de mon enquête ethnographique et la fin d’une situation qui en constituait la matière essentielle.

***

24L’objet de ce livre est de rendre compte de l’observation sur un temps long, au plus près des usages et des apprentissages, de ce que produit un équipement dont la mission est d’offrir un accès aux outils multimédia afin de rapprocher de la culture des publics dit « éloignés ».

25Le premier chapitre consiste en une présentation de ces jeunes : il s’agit de mettre en perspective les dispositions du public populaire de l’ECM. Le chapitre 2 se concentre quant à lui sur le dispositif en tant que tel. Il propose une posture bottom-up attentive à la manière dont les acteurs de la Friche ont contribué à l’élaboration des principes d’action du programme ECM, mais aussi – nous le verrons – de la « nouvelle époque de l’action culturelle ». Le chapitre 3 retrace le cheminement, pour le moins chaotique, par lequel les jeunes de l’ECM vont accéder à l’espace physique et social de la Friche, avant même que de pouvoir s’asseoir devant un écran d’ordinateur. Le chapitre 4 s’intéresse parallèlement à la manière dont les animateurs multimédia réagissent à l’arrivée des jeunes du quartier dans l’ECM. Notre hypothèse est celle d’une mise à l’épreuve des principes d’action précédemment mis au jour, sous l’effet de la présence d’un public qui réclame de facto une spécialisation des tâches.

  • 30 Dans le sens que Philippe Breton et Serge Proulx donnent à ce terme : « Nous pouvons parler d’“appr (...)
  • 31 Le tchat s’orthographie généralement « chat », puisqu’il vient du verbe anglais to chat, qui signif (...)

26Les chapitres suivants portent sur la démocratisation de la culture multimédia, abordée désormais sous l’angle des régimes de familiarisation de l’outil informatique d’une part, et de l’orientation des usages d’Internet vers des pratiques labellisées comme culturelles d’autre part. Les parcours des jeunes de l’ECM s’apparentent à un processus d’appropriation30 : nous verrons dans le chapitre 5 comment les jeux Shockwave et les tchats31, sortes de « proto-usages » appréhendés comme des pratiques ludiques « inefficientes » sur le plan des apprentissages par les animateurs, vont à la fois permettre l’acquisition d’une certaine maîtrise technique et cognitive d’Internet, s’inscrire dans des pratiques effectivement routinières, et déboucher in fine sur des usages plus créatifs, caractérisés par le détournement (chapitre 6). La question de la « participation directe des usagers à la conception des innovations » sera plus spécifiquement appréhendée dans le chapitre 7, consacré aux « innovations par l’usage » et au désir de professionnalisation suscité par un atelier de pratique multimédia, dont on décrira la configuration et les effets performatifs.

  • 32 Ainsi, il existait environ 150 ECM en 2001 (Jean-Christophe Théobalt, 2001, « Les Espaces Culture M (...)
  • 33 Comme cela est le cas pour l’ex-ECM de la Friche la Belle de Mai, devenu en 2006 le ZINC (Zone d’in (...)
  • 34 Olivier Donnat, 2003, « La question de la démocratisation dans la politique culturelle française », (...)

27Entre le début de cette enquête et son achèvement, le ministère de la Culture s’est largement désengagé du programme ECM32. En 2008, alors que les ECM fêtent leurs dix ans d’existence, le ministère opère des coupes budgétaires conduisant à la fermeture de la plupart des structures et obligeant celles qui se sont pérennisées à orienter leur recherche de financement vers les collectivités territoriales33. En outre, une série de mesures récentes qui marquent un retrait global de l’État en matière de démocratisation de la culture, viennent conforter le constat émis par Olivier Donnat dès 2003 de l’érosion de ce principe comme catégorie de l’action culturelle34. Face à de telles évolutions, nous proposons non pas de répondre globalement et définitivement à la question de l’efficience des ECM en matière de lutte contre les inégalités d’accès aux biens culturels et numériques, mais bien de regarder empiriquement ce qui se passe dans l’un d’entre eux, et de quels possibles une structure de ce type était porteuse.

Notes

1 Le programme ECM constitue le fer de lance du volet culturel du Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information (PAGSI), lancé en août 1997 par le Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin.

2 Julie Bouchard, 2008, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité, 1940-1970, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Information-communication ».

3 Michel Arnaud et Jacques Perriault, à qui nous empruntons la notion, montrent que le terme recouvre une grande diversité de labels, en rapport avec la diversité des dispositifs institutionnels qui les soutiennent (Michel Arnaud & Jacques Perriault, 2002, Les espaces publics d’accès à Internet, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et formation »). Le terme Espaces publics numériques (EPN) est également utilisé par la Délégation aux usages de l’Internet (DUI).

4 Jean-Christophe Théobalt, 2001, « Les Espaces Culture Multimédia », Agora, no 26 : 79-83.

5 Jean-Claude Passeron, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches » : 338 (il souligne).

6 Comme il sera détaillé infra, les animateurs multimédia ont une double fonction : accueillir le public et l’initier à Internet d’une part, concevoir et réaliser des contenus multimédia d’autre part.

7 Ces chiffres sont indiqués par la structure [consultables à l’adresse : http://www.lafriche.org/content/lannuaire-de-la-friche. S’ils sont donc à prendre avec prudence, ils fournissent un ordre de grandeur quant à l’activité qui y prend place.

8 Fabrice Lextrait, 2001, Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires… : une nouvelle époque de l’action culturelle, rapport au secrétariat d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Paris, La Documentation française.

9 Sur les 150 ECM que compte en moyenne le programme en 2001, 8 seulement sont situés dans des friches culturelles. Les autres sont répartis majoritairement dans des bibliothèques ou médiathèques, des centres culturels municipaux et des MJC (Jean-Christophe Théobalt, 2001, « Les Espaces Culture Multimédia », Agora, no 26 : 79-83). En dépit de missions similaires, les ECM n’ont pas tous les mêmes modalités de fonctionnement. Ils donc difficilement analysables en dehors de leurs contextes particuliers.

10 Howard S. Becker, 2002, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, J. Mailhos (trad.), H. Peretz (éd.), Paris, La Découverte, coll. « Guides Repères ».

11 Dans le cadre de ce livre, j’ai choisi de ne pas anonymiser Fouad. D’une part, parce qu’il ne l’a pas souhaité et d’autre part, parce que rendre à Fouad son identité réelle participe d’une reconnaissance à laquelle il aspire fortement. Il en va de même pour les jeunes de l’ECM qui, à maintes reprises, m’ont signifié l’importance d’être désignés par leurs prénoms respectifs, et m’ont repris – parfois vertement – lorsqu’il m’arrivait de les confondre sur le terrain. Pour autant, et après mûre réflexion, j’ai finalement opté pour l’usage de pseudonymes les concernant. Je suis en effet soucieux que les quelques informations sur les activités « délictueuses » dont il sera fait état ne puissent pas leur nuire d’une quelconque manière – même s’ils ne partagent pas cette inquiétude.

12 Jean-Louis Fabiani, 2007, « De l’analyse des objets culturels », in J.-L. Fabiani, Après la culture légitime. Objets, publics, autorités, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales » : 7-26.

13 Il faudrait nuancer le propos : les adolescents font bien partie des publics théoriquement prioritaires de l’ECM, car ils sont à la fois habitants du quartier et issus de milieux populaires. Mais dans les premiers temps de leur présence au moins, tout indique qu’ils ne correspondent pas à l’image du public souhaitable ou souhaité à la Friche – ce que Jean-Louis Fabiani appelle encore le « public inventé » (ibid. : 20).

14 Daniel Cefaï, 2010, « Un pragmatisme ethnographique. L’enquête coopérative et impliquée », in D. Cefaï (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS : 449-472.

15 Fouad et Younes ont de nombreux points communs : ils ont des origines sociales similaires (un père ouvrier non qualifié, une mère au foyer), sont de la même génération et les cadets d’une famille nombreuse. Ce sont les seuls de leur fratrie à avoir atteint le niveau du baccalauréat, et ils incarnent pendant un temps aux yeux de leurs parents l’espoir d’une promotion sociale par l’école. Tous deux ont grandi dans une cité HLM, dans laquelle ils vivent encore une fois adultes. Ils occupent le même type d’emploi : Younes est animateur multimédia dans une bibliothèque où des ordinateurs sont installés en accès libre, et lui aussi a la charge de « canaliser » les jeunes de banlieue qui s’y rendent.

16 Younes Amrani & Stéphane Beaud, 2004, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres » : 230-231.

17 Claude Grignon & Jean-Claude Passeron, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Seuil.

18 Pour un aperçu des travaux conduits au sein de ce courant de recherche à partir des années 1960 en Angleterre, voir Hervé Glévarec, Éric Macé & Éric Maigret, 2009, Cultural studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures ».

19 Pierre Bourdieu, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

20 C’est du reste ce à quoi invite aussi Jean-Claude Passeron lorsqu’il écrit que « la sociologie des consommations culturelles et de la composition sociale des publics utilise un filet dont les mailles sont bien trop grosses pour trier ces différences [entre les modalités de l’expérience artistique]. C’est au plus près des lieux, des spectacles et de la pratique quotidienne du loisir que le bilan aurait un sens pour l’évaluation de la réception artistique et de son histoire » (Jean-Claude Passeron, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches » : 300).

21 Daniel Cefaï & Dominique Pasquier, 2003, « Introduction », in D. Cefaï et D. Pasquier (dir.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France : 13-62, ici p. 24.

22 Samuel Bordreuil, 2007, « Introduction et mise en perspective », in S. Bordreuil (dir.), « Les portées publiques des NTIC », rapport pour le conseil régional PACA : 2-16.

23 Isaac Joseph, 1998, La ville sans qualités, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube : 32 (il souligne).

24 En d’autres termes, il s’agit de procéder à une « sociologie des publics de la culture “reterritorialisée” », ainsi que la nomment Emmanuel Ethis et Jean-Louis Fabiani (2002, « Pour une sociologie des publics de la culture “reterritorialisée” », in E. Ethis [dir.], Avignon, le public réinventé. Le Festival sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation française, coll. « Questions de culture » : 273-284).

25 Terme que j’emploie pour me distinguer de cet « inconfort ethnographique » décrit par les anthropologues pour évoquer les réticences des enquêtés, ou les difficultés relationnelles qu’ils rencontrent sur le terrain (Florence Bouillon, Marion Fresia & Virginie Tallio [dir.], 2006, Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’études africaines/École des hautes études en sciences sociales).

26 Erving Goffman, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 2 : Les relations en public, A. Kihm (trad.), Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

27 Colette Pétonnet, 1982, « L’observation flottante, l’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, no 4 : 37-47.

28 Gérard Mauger, 1991, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6 : 125-143.

29 Benoît Lelong, 2002, « Savoir-faire technique et lien social. L’apprentissage d’internet comme incorporation et autonomisation », Raisons pratiques, no 13 : 267-292.

30 Dans le sens que Philippe Breton et Serge Proulx donnent à ce terme : « Nous pouvons parler d’“appropriation” lorsque trois conditions sociales sont réunies. Il s’agit pour l’usager, premièrement, de démontrer un minimum de maîtrise technique et cognitive de l’objet technologique. En deuxième lieu, cette maîtrise devra s’intégrer de manière significative et créatrice aux pratiques quotidiennes de l’usager. Troisièmement, l’appropriation ouvre vers des possibilités de détournements, de contournements, de réinventions ou même de participation directe des usagers à la conception des innovations » (Philippe Breton & Serge Proulx, 2005 [2002], L’explosion de la communication. Introduction aux théories et aux pratiques de la communication, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères ». : 255-256).

31 Le tchat s’orthographie généralement « chat », puisqu’il vient du verbe anglais to chat, qui signifie bavarder. Nous avons choisi de l’écrire de manière phonétique, afin de faciliter la lecture et d’éviter d’éventuelles confusions avec le mot français « chat ».

32 Ainsi, il existait environ 150 ECM en 2001 (Jean-Christophe Théobalt, 2001, « Les Espaces Culture Multimédia », Agora, no 26 : 79-83), 70 au début de l’année 2008 (selon Jean-Marc Manach, journaliste au Monde, article « Une pétition pour sauver la démocratisation des arts du Web » du 8 février 2008) et une vingtaine à la fin de la même année (si l’on en croit les listes de discussion consacrées à cette question). En 2012, il n’existait plus aucune structure labellisée ECM.

33 Comme cela est le cas pour l’ex-ECM de la Friche la Belle de Mai, devenu en 2006 le ZINC (Zone d’intervention numérique et culturelle) et financé en partie par le conseil régional PACA au travers du programme ERIC (Espace régional Internet citoyen).

34 Olivier Donnat, 2003, « La question de la démocratisation dans la politique culturelle française », Modern & Contemporary France, vol. 11, no 1 : 9-20.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540