Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ViSA

 | 
Laurent Veillard
, 
Andrée Tiberghien

Chapitre 7

ViSA : construction d’un objet-frontière et d’une forme de métacommunication

Wendy Leeds-Hurwitz

Texte intégral

La métacommunication comme stratégie dans la recherche interdisciplinaire

1Littéralement, métacommunication signifie communication sur la communication (Bateson 1956 ; Leeds-Hurwitz 1989). Une interaction possède toujours au moins deux niveaux : le niveau concret (le contenu du message) et le niveau abstrait (la discussion à propos de ce contenu). Les personnes sont capables de gérer ces deux niveaux simultanément : parler (ou agir) et dans le même temps envoyer un second message expliquant comment interpréter ce qu’ils disent ou font. Ainsi, la métacommunication est davantage un qualificateur du comportement qu’un comportement de plus. À chaque fois que quelqu’un discute le processus de la communication plutôt que le contenu spécifique ou l’information transmise, il se déplace vers le niveau de la métacommunication. Les mots peuvent devenir le sujet (« Que vouliez-vous dire quand vous avez dit X ? »), de la même façon que des actions (« Pourquoi avez-vous choisi la méthode X plutôt que la méthode Y ? ») ou des pensées (« Est-ce que ce que vous pensez pourrait expliquer vos résultats ? »).

2Aller au niveau méta (en s’appuyant sur la métacommunication) est un moyen interactionnel très utile dans la mesure où il permet aux participants de geler une interaction afin de prendre le temps d’analyser ce qui s’est passé, ce qui est en train d’arriver, ou pour changer ce qui se passera dans le futur. De cette façon, les incompréhensions peuvent devenir le sujet de la discussion. En tant que résultat, elles peuvent être analysées et parfois, résolues. Une fois qu’ils ont fini de la discuter, les participants gardent la possibilité de reprendre l’interaction là où elle s’était arrêtée. De multiples hypothèses et interprétations peuvent ainsi être verbalisées et contribuer à la discussion en tant que sujet de plein droit, avant qu’une quelconque conclusion soit posée. La métacommunication sert à ouvrir une pause dans l’interaction.

3La métacommunication est l’unique concept de communication qui soit réellement important pour des chercheurs engagés dans des projets interdisciplinaires. Elle permet un déplacement vers des niveaux d’abstraction plus élevés pour venir à bout des incompréhensions, des désaccords ou encore des écarts dans les connaissances partagées (par exemple quand le sens d’un terme technique est compris différemment selon les disciplines ou lorsque des façons de formuler des questions de recherche s’avèrent très différentes). Se déplacer au niveau méta est alors un vecteur pour la coordination des connaissances entre champs de spécialisation. Même des chercheurs qui n’ont jamais étudié le concept de métacommunication et même des acteurs non familiers de ce terme peuvent l’utiliser comme une stratégie. Ainsi, former des personnes qui collaborent à faire des pauses délibérées et mettre le processus interactif entre parenthèses afin de changer de niveau de discussion et de s’intéresser à leurs hypothèses, méthodes ou processus, devrait permettre de prévenir, voire de résoudre des conflits de signification et d’interprétation et accélérer la résolution d’autres.

Les objets-frontières : des instruments pour la recherche interdisciplinaire

4Une partie du processus de métacommunication est la capacité à discuter sur l’interaction et le comportement ; une autre partie renvoie à l’apprentissage d’un vocabulaire pour faciliter ce type de discussion. Les chercheurs travaillant sur des projets interdisciplinaires peuvent s’appuyer sur un lexique entier pour discuter de leurs processus collaboratifs. Parmi ces termes, les objets-frontières (boundary objects) ont fait l’objet, à ce jour, d’une plus grande attention.

5Les disciplines se définissent en dressant une invisible mais puissante ligne de démarcation autour de contenus, méthodes et théories typiques, qui les distingue les unes des autres. Ces lignes de frontières sont des inventions sociales et constituent une petite partie de la production de connaissances. Même lorsque l’on sait que ces démarcations sont des constructions sociales, elles ont malgré tout tendance à se réifier, à se solidifier voire à devenir permanentes. De ce fait, elles sont extrêmement difficiles à ignorer, à dépasser et quasiment impossible à détruire. Les similarités au niveau des théories, des méthodes, des hypothèses en viennent à être ignorées et les différences amplifiées. Par conséquent, il devient important de ne pas seulement se préoccuper de la construction et de la préservation des frontières disciplinaires, mais aussi des voies par lesquelles les contributeurs à des projets interdisciplinaires peuvent les gérer, plus spécifiquement quand ils ont à les franchir.

6Pour faciliter leur analyse sur les façons dont les participants assurant des rôles fonctionnels différents pouvaient collaborer dans le contexte de l’université de Californie au Musée de zoologie des vertébrés dans les années 1900, Star et Griesemer (1989) ont créé le concept d’objet-frontière, défini comme « ces objets scientifiques capables à la fois d’habiter plusieurs mondes sociaux en intersection […] et de satisfaire les exigences informationnelles de chacun » (p. 393). En d’autres termes, les objets-frontières servent de vecteur de conversation à travers les frontières disciplinaires. Les objets-frontières ont les caractéristiques suivantes : « ils sont suffisamment plastiques pour s’adapter à des besoins locaux et aux contraintes des différentes parties qui les utilisent et suffisamment robustes pour maintenir une identité commune à travers les différentes situations » ; et « ils ont des significations différentes dans les mondes sociaux mais leur structure est commune à plus d’un de ces mondes, ce qui les rend reconnaissables et en fait un moyen de traduction » (ibid. : 393). Dans le cas de ce musée, les différents partenaires incluaient « les administrateurs de l’université, les professeurs, les chercheurs, les conservateurs, les collectionneurs amateurs, les sponsors et mécènes privés, les employés temporaires, les représentants du gouvernement et les membres des clubs scientifiques » (ibid. : 392).

7Qu’est-ce qui peut faire fonction d’objet-frontière ? Dans leur étude du musée d’histoire naturelle, Star et Griesemer ont proposé la liste suivante :

  • les espèces et sous-espèces de mammifères et d’oiseaux ;

  • le sol de l’État de Californie ;

  • les facteurs physiques de l’environnement californien ;

  • les habitats des espèces d’animaux recueillis.

  • Finalement, ils ont défini quatre types d’objets-frontières :

  • les dépôts : les collections d’objets classifiés, comme une bibliothèque ou un muséum ;

  • les idéaux-types : une abstraction, comme un atlas, qui n’est véritablement réductible à aucun exemple réel ;

  • les frontières identiques : les objets qui ont les mêmes frontières mais des significations différentes, comme les cartes de la Californie créées pour les conducteurs et celles créées pour les écologiques ;

  • les formes standardisées : des formes qui doivent être complétées pour être à même de partager de l’information entre des groupes (ibid. : 411).

8En résumé, les objets-frontières constituent une réponse à ce que Star et Griesemer nomment la tension fondamentale de la science : « Comment des découvertes qui incorporent des significations radicalement différentes peuvent-elles devenir cohérentes ? » (ibid. : 392). Ceci ne peut être sans une ambivalence fondamentale des objets-frontières, qui sont tels un Janus à deux têtes, parce qu’ils doivent servir (au moins) deux maîtres à la fois.

9Depuis leur création par Star et Griesemer, d’autres chercheurs ont trouvé le concept utile et ont proposé plusieurs autres objets pouvant être considérés comme des objets-frontières. En particulier, on peut citer les outils de management de projet utilisés « comme des moyens concrets de partage de connaissances entre différents groupes » (Sapsed et Salter 2004 : 1515), permettant ainsi le travail collaboratif et facilitant la discussion sur des significations autres par les différents groupes (ibid. : 1519). Comme le montre bien l’étude de cas présentée par Sapsed et Salter, les objets-frontières ne fonctionnent que s’ils sont entretenus par les représentants des groupes compétents dans une collaboration donnée : « un objet-frontière que l’on cesse d’utiliser d’un côté, cesse de fonctionner pour tous » (ibid. : 1527). En d’autres termes, comme toutes les constructions sociales, les objets-frontières requièrent une attention continue de toutes les parties concernées si l’on veut qu’ils demeurent utiles. Ils fonctionnent comme « un pont partiel et temporaire qui est faiblement structuré quand il est utilisé conjointement et fortement structuré quand il est utilisé par un des mondes impliqués » (Trompette et Vinck 2009 : 7). Les objets-frontières servent comme un mécanisme d’intersection ; ils permettent le travail de coordination entre des acteurs venant de mondes sociaux hétérogènes.

En quoi la base de données ViSA constitue-t-elle un objet-frontière ?

10East (2009) note que le concept d’objet-frontière a été très peu utilisé par les chercheurs dans le champ de l’éducation, malgré le fait que le contexte de la classe, avec ses intersections entre les communautés enseignantes et les communautés d’élèves, constitue une situation de premier ordre pour l’utilisation de ce concept ; le travail de Buxton et de ses collègues (Buxton, Carlone et Carlone 2005 : 120) constitue cependant un contre-exemple. ViSA (Vidéos de situations d’enseignement et d’apprentissage) est un projet de recherche interdisciplinaire et, comme d’autres projets de ce type, pour qu’ils réussissent, des acteurs venant de différents mondes sociaux doivent trouver des façons de coordonner leurs activités, tout en maintenant leurs différences parce que cette diversité est ce qui conduit à des innovations inhérentes à de telles collaborations interdisciplinaires.

11ViSA peut être décrit comme un objet-frontière de trois façons différentes :

  • La base de données, en elle-même, est un objet-frontière au sens littéral : elle a été construite par des chercheurs dans le domaine de l’éducation (intéressés par le contenu) en collaboration avec des experts en technologies de l’information (qui ont introduit le système de métadonnées) et un ingénieur informaticien (qui a contribué à la conception de l’architecture de la base et l’a développée).

  • De manière un peu moins tangible, la base en usage peut être considérée comme un objet-frontière dans la mesure où, une fois élaborée, cette base permet à des chercheurs individuels d’accéder à des enregistrements vidéo et à des informations associées qui ont été déposés antérieurement par d’autres chercheurs, sans qu’il y ait besoin d’un contact direct ou d’une collaboration entre eux.

  • Enfin, la troisième façon résulte des deux précédentes : lorsqu’il y a à la fois utilisation de la base de données et collaboration entre des chercheurs. Cette dernière fonction est la conséquence d’une décision récente, prise par l’équipe responsable de ViSA pour encourager des analyses croisées de mêmes corpus vidéo par deux ou trois chercheurs différents. L’objectif est de produire un métatravail à partir de ces analyses croisées. Cette troisième façon renvoie à une conception plus littérale de la base en tant qu’objet-frontière parce qu’elle demande une collaboration spécifique entre chercheurs issus de différentes équipes de recherche (et dans ce processus, entre plusieurs communautés de pratique).

12Alors que dans le premier cas, la base de données ViSA nécessite une collaboration entre des frontières disciplinaires, ceci n’est pas vrai dans le deuxième : le corpus de vidéos et leur recherche associée peuvent être utilisés par des chercheurs indépendamment du chercheur qui a initialement produit ce corpus. Dans le troisième cas, le corpus vidéo est un objet-frontière pour les chercheurs dans la mesure où leurs analyses nécessitent une collaboration. On peut ajouter que, dans ce troisième cas, l’analyse en elle-même peut devenir un objet-frontière pour le travail en réseau si elle acquiert une valeur en elle-même, séparée des données.

13Revenons maintenant sur l’idée que ViSA peut être décrit comme un objet-frontière délibérément conçu comme tel, car il s’agit là d’une idée peu commune et qui mérite plus d’attention. ViSA a été conçu pour réunir des chercheurs de différents horizons autour de préoccupations et d’intérêts communs. Quand des participants au projet ViSA travaillent avec les enregistrements vidéo qui sont dans la base de données, ils ont besoin de définir ce qui peut garantir le succès de leur collaboration scientifique. Les objets-frontières, qui ont pour première fonction de « relier des mondes sociaux » (Fleischmann 2006 : 78), peuvent être conçus ou utilisés dans l’intention de mettre en lien des acteurs. La plupart du temps, les objets-frontières existent déjà pour une communauté de pratique et ne sont pas construits comme un outil promouvant la collaboration (par exemple, dans l’étude de Cobb et al. 2003, l’objet-frontière était une fiche conçue pour aider les enseignants à organiser les contenus d’enseignement en mathématiques). Il y a des précédents comme dans Cobb et al. (2003). Une fois comprise leur valeur, il est probable que d’autres projets interdisciplinaires chercheront à concevoir leurs propres objets-frontières.

14La base de données ViSA fonctionne comme un objet-frontière dans la mesure où elle permet la coordination dans et entre des équipes de recherche et des universités ; elle renforce des apprentissages organisationnels qui ne seraient pas possibles dans une seule organisation. Sa création devrait aussi conduire à des innovations : comme le dit Appadurai, « la frontière est la province de l’invention » (Wissoker 2000 : 9). En même temps, comme tous les objets-frontières, si on veut qu’elle continue à fonctionner de manière productive, cette base de données nécessitera des efforts continus et une maintenance minutieuse. Ce travail devra s’inscrire dans la longue durée pour permettre aux nouveaux membres du réseau d’apprendre à tirer profit de ce qui leur est offert.

Autres concepts liés à la notion d’objet-frontière

15Compte tenu de ce que les frontières constituent un point central pour la compréhension des recherches disciplinaires et interdisciplinaires, un ensemble de termes a été développé par les chercheurs qui s’intéressent à ces problématiques. Ces termes sont plus anciens que celui d’objet-frontière et n’en sont pas dérivés :

  • Le travail frontalier (boundary work) décrit le travail des participants sur les frontières, que ce soit pour les définir, les entretenir, voire les éliminer (Gieryn 1983).

  • La rhétorique frontalière (boundary rhetoric) sert pour l’analyse de l’activité de mise en cohérence des discours des différentes traditions langagières.

  • Les rencontres frontalières (boundary encounters) permettent d’expliquer les interactions entre personnes de part et d’autre d’une ligne frontalière, que ce soit en face à face ou dans des situations où les personnes communiquent en utilisant différents médias (Internet, téléphone, etc.).

  • La négociation des frontières (boundary negotiation) renvoie aux efforts déployés pour faire bouger ou dissoudre une frontière une fois qu’elle a été établie.

  • Le passage de frontière (boundary crossing) décrit « le flux d’idées, de constructions et d’innovations réalisées à travers les frontières » (Dillon 2008 : 259 ; voir aussi Postlethwaite 2007) ; le terme se réfère quelquefois au processus par lequel des individus liés à l’origine à une organisation ou une discipline donnée transfèrent leur allégeance à une autre. Parfois, quand l’accent est mis sur des éléments de transgression, le terme utilisé est brouillage de frontières (boundary blurring). Dans ce cas, il n’y a pas de passage des frontières ; elles deviennent simplement floues pour les acteurs de part et d’autre car elles cessent d’être un point critique : personne ne les traverse, elles sont simplement ignorées.

  • Un passeur (boundary spanner) désigne une personne qui sert de médiateur entre plusieurs disciplines, en particulier dans un projet de recherche interdisciplinaire (Buxton et al. 2005 ; Williams 2002). La plupart du temps, les passeurs possèdent une expérience préalable des projets de recherche interdisciplinaires qui leur a permis d’apprendre à gérer des objets-frontières et d’autres outils métacommunicationnels (Jeffrey 2003).

16Certains de ces termes pourraient se révéler utiles aux membres du projet ViSA, puisqu’ils doivent non seulement discuter de leurs travaux respectifs entre eux, mais aussi réfléchir au processus même du projet tel qu’il se développe progressivement.

Conclusion

17Les collaborations interdisciplinaires peuvent être très productives dans la mesure où, par définition, elles sont conçues pour multiplier les points de vue sur un même phénomène. Mais, dans le même temps, elles génèrent des problèmes impossibles à anticiper parce que la connaissance disciplinaire est tenue pour acquise et les membres du groupe qui réalise le projet n’ont pas toujours conscience qu’ils ne partagent pas certains concepts et certaines hypothèses, théories ou pratiques. La métacommunication ouvre une voie pour traiter des problèmes de ce type, en générant une pause au cours de laquelle les difficultés peuvent être négociées et l’interaction mise en suspens jusqu’à ce que le ou les problème(s) soi(en)t résolu(s). Les objets-frontières sont un concept métacommunicatif parmi beaucoup d’autres qui peut être utilisé pour encourager la réflexion sur le processus (de recherche) plutôt que sur le contenu ou les résultats. En particulier, le concept peut aider à expliquer que des membres de différents mondes sociaux peuvent trouver une base commune leur permettant de poursuivre leur collaboration. Comme d’autres contextes où des individus ou des groupes produisent et manipulent de l’information et des connaissances, les membres du projet ViSA peuvent trouver utile d’utiliser la métacommunication pour discuter spécifiquement de leur processus. Dans ce cas, la base de données d’enregistrements vidéo a été délibérément construite comme un objet-frontière, une innovation peu commune. De plus, on peut considérer que la base de données ViSA fait fonction d’objet-frontière de différentes façons, à des étapes variées du processus de recherche. Ce type d’élaboration et ses multiples fonctions mériteraient une investigation plus approfondie dans d’autres projets de recherche interdisciplinaires.

Bibliographie

Bateson G., 1956. « The message “this is play” », in B. Schaffner (dir.), Group Process : Transactions of the Second Conference. New York, Josiah Macy, Jr. Foundation : 145-242.

Buxton C. A., Carlone H. B., Carlone D., 2005. « Boundary spanners as bridges of student and school discourses in an urban science and mathematics high school », School Science and Mathematics, vol. 105, n° 6 : 302-312.

Cobb P. et al., 2003. « Situating teachers’ instructional practices in the institutional setting of the school and district », Educational Researcher, vol. 32, n° 6 : 13-24.

Dillon P., 2008. « A pedagogy of connection and boundary crossings : Methodological and epistemological transactions in working across and between disciplines », Innovations in Education & Teaching International, vol. 45, n° 3 : 255-262.

East K., 2009. « Content : Making it a boundary object in the college classroom », College Teaching, vol. 57, n° 2 : 119-125.

Fleischmann K. R., 2006. « Boundary objects with agency : a method for studying the Design-Use Interface », The Information Society, n° 22 : 77-87.

Gieryn T. F., 1983. « Boundary-work and the demarcation of science from non-science : Strains and interests in professional ideologies of scientists », American Sociological Review, vol. 48, n° 6 : 781-795.

Jeffrey P., 2003. « Smoothing the waters : Observations on the process of cross-disciplinary research collaboration », Social Studies of Science, vol. 33, n° 4 : 539-562.

Leeds-Hurwitz W., 1989. Communication in everyday life : A social interpretation. Norwood (NJ), Ablex.

Postlethwaite K., 2007. « Boundary crossings in research : Towards a cultural understanding of the research project ‘Transforming Learning Cultures in Further Education’« , Educational Review, vol. 59, n° 4 : 483-499.

Sapsed J., Salter A., 2004. « Postcards from the edge : Local communities, global programs and boundary objects », Organization Studies, vol. 25, n° 9 : 1515-1534.

Star S. L., Griesemer J. R., 1989. « Institutional ecology, “translations” and boundary objects : Amateurs and professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social Studies of Science, vol. 19, n° 3 : 387-420.

Trompette P., Vinck D., 2009. « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1 : 5-27.

Williams P., 2002. « The competent boundary spanner », Public Administration, vol. 80, n° 1 : 103-124.

Wissoker K., 2000. « Negotiating a passage between disciplinary borders : A symposium », Items & Issues, vol. 1, n° 3-4 : 5-13.

Auteur

University of Wisconsin-Parkside, USA.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter