Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ViSA

 | 
Laurent Veillard
, 
Andrée Tiberghien

Chapitre 6

Le cas de ViSA dans l’instrumentation en sciences humaines et sociales

Andrée Tiberghien et Laurent Veillard

Texte intégral

1Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, ViSA est un instrument de recherche (Vidéos de situations d’enseignement et d’apprentissage) : il ne s’agit pas seulement d’une base de données mais aussi de partage des pratiques de recherche et donc de leur développement. Son impact est donc à la fois théorique, méthodologique, épistémologique et éthique.

2Rappelons que ViSA couvre les recherches mettant en jeu des enregistrements filmiques dans le domaine des apprentissages, qu’ils soient réalisés à l’école, à l’université, sur le lieu de travail ou dans la vie quotidienne. Dans tous les cas, il existe une intention d’apprentissage. La communauté associée à ViSA est pluridisciplinaire, elle regroupe en particulier des chercheurs des sciences de l’éducation incluant les différentes didactiques, des psychologues, des sociologues.

3Ainsi ViSA participe du secteur des infrastructures des sciences de l’homme et de la société.

ViSA : hypothèses sous-jacentes à ses objectifs et conséquences sur le changement de pratiques

4Les enregistrements vidéo sont des matériaux d’étude de plus en plus utilisés, aussi bien dans les recherches sur l’éducation que dans la formation des maîtres. En même temps, la constitution d’un bon enregistrement filmique permettant son utilisation en recherche et respectant des règles éthiques est coûteuse, en particulier en temps. Ces constats ont directement infléchi les objectifs assignés à ViSA :

  • mettre à la disposition de la communauté des scientifiques des enregistrements vidéo de situations d’enseignement et de formation et plus largement de situations où il existe une intention d’apprentissage, avec les documents qui leur sont associés. Ces documents peuvent être de diverses natures (préparation des professeurs, cahiers d’élèves, transcription de séances, pré-test/post-test, etc.) ;

  • susciter et collecter de nouveaux enregistrements filmiques ;

  • aider les chercheurs à informer et à gérer leurs données vidéo ;

  • « outiller » les communautés de chercheurs et de formateurs pour gérer et traiter les enregistrements filmiques et permettre des collaborations autour d’enregistrements communs ;

  • développer une réflexion théorique, méthodologique et empirique sur les données filmiques qui permette de mieux comprendre le rôle qu’elles peuvent jouer et en conséquence d’orienter le développement de l’instrument ;

  • conserver dans des conditions de pérennité adaptées les corpus ainsi constitués.

5Ces objectifs dépassent ceux d’une base de données ; « l’instrument ViSA » peut jouer un rôle central, structurant le développement des recherches en éducation utilisant les enregistrements filmiques, aussi bien au niveau des questions de recherche, des méthodes mais aussi des règles juridiques et du respect de l’éthique vis-à-vis des personnes filmées. Un tel instrument n’est pas seulement important pour la recherche, il nourrit aussi le développement de ressources pour l’enseignement et la formation. Par exemple, quand les règles juridiques et éthiques sont respectées, les analyses de situations sont essentielles pour construire des outils pour la formation des maîtres.

Hypothèses sous-jacentes aux objectifs

  • 1 Le COREM a été créé et dirigé Guy Brousseau puis Marie-Hélène Salin, de 1969 à 1999. Des situations (...)

6ViSA fait le pari que la constitution et l’utilisation de corpus vidéo peut se partager au sein d’une communauté scientifique élargie qui s’intéresse aux questions d’enseignement et d’apprentissage. Il s’agit de mettre à la disposition de cette communauté des corpus vidéo et des documents associés qui les rendent compréhensibles. Ce travail repose sur l’hypothèse que des corpus, composés d’ensembles d’enregistrements et de documents associés et récoltés dans le cadre d’une recherche avec des problématiques spécifiques, peuvent être utilisés par d’autres chercheurs pour qu’ils constituent leur propre corpus avec leur propre problématique. Cette hypothèse est partagée par un nombre significatif de chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) qui travaillent sur l’éducation et qui y voient plusieurs avantages. L’un est lié à une pratique courante dans le champ de l’éducation qui consiste à constituer des corpus d’enregistrements vidéo de plusieurs dizaines voire une centaine d’heures. La mise à disposition de ces corpus peut éventuellement éviter certaines nouvelles collectes même si elle doit être accompagnée d’un temps d’appropriation des données. Un autre avantage réside dans la richesse de ces corpus et les possibilités d’exploitation qui en résultent. Les chercheurs ont souvent bien conscience que seule une partie de leur corpus a été analysée alors qu’il aurait pu donner lieu à d’autres travaux. Ainsi le chapitre 4 de Serge Quillio donne une idée de l’exploitation possible de fonds importants comme celui du Centre d’observation et de recherche sur l’enseignement des mathématiques (COREM)1 par d’autres chercheurs que ceux qui ont participé à sa constitution. Les autres avantages touchent aux questions théoriques, méthodologiques et épistémologiques liées aux débats et validations de recherches ouverts par ce genre d’instrument. Les trois premiers chapitres, de Gérard Sensevy, Randy Engle, Serge Leblanc, Luc Ria, Philippe Veyrunes, et le chapitre 5 de Laurent Veillard permettent ces débats : le premier par une réflexion sur l’adéquation du recueil de données filmiques à l’épistémologie de la théorie de l’action conjointe en didactique, ouvrant à une modification des rôles du texte et de l’image et conduisant à une nouvelle ontologie texte/image ; les deux suivants, présentant des approches théoriques différentes, permettent une mise en perspective et un débat sur les méthodologies comme dans le chapitre 5.

Changement de pratiques, un exemple : le rapport aux données

  • 2 Cette conclusion rejoint les travaux en ergonomie, psychologie et sociologie du travail et des tech (...)

7Les historiens et épistémologues des sciences s’accordent à considérer que l’usage d’un nouvel instrument change les pratiques de manière plus ou moins importante2. Nous proposons ci-dessous un exemple des possibilités de changement de la pratique de certains chercheurs des sciences de l’homme et de la société concernant leurs rapports aux données.

8Globalement on peut considérer que la situation actuelle en matière de données dans le monde scientifique est très différenciée. Les sciences de la matière et de la nature ont une pratique de mise à disposition des données pour de larges communautés qui s’est beaucoup développée ces dernières décennies, en lien avec des technologies et des grands équipements comme les stations spatiales, les accélérateurs de particules, les bases de données sur le génome humain… Les sciences de l’homme et de la société manient également un large spectre de données allant de l’ouvrage ou de l’article publié jusqu’aux données d’enquêtes qualitatives. On peut citer par exemple les nombreuses bases de données produites dans les domaines de l’art et de l’archéologie3, les enquêtes nationales ou internationales faites par des instituts tel l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), les ministères ou encore l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE avec l’enquête Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Ces enquêtes permettent de constituer des bases de données qui sont, pour un certain nombre d’entre elles, à la disposition des communautés scientifiques. La communauté des linguistes développe quant à elle, des bases de données de corpus écrits et oraux de langues variées.

9Dans la majorité de ces cas, il faut noter que les données intégrées dans ces bases sont constituées de textes (livres ou autres publications), de documents publics (comme les objets d’art et archéologiques), de données construites dans le cadre de recherches à grandes échelles (enquêtes nationales, internationales). Les corpus oraux des linguistes sont une exception qui se rapproche de la situation de ViSA. Dans ce cas, les recherches associées peuvent aussi bien être des études de cas que des études à grande échelle.

  • 4 « La notion de Très grandes infrastructures de recherche (TGIR) recouvre des réalités très variées. (...)

10L’importance croissante de ces bases de données dans le travail de recherche, liée au développement du numérique et des réseaux, a conduit les responsables du système de recherche à reconnaître, fin 2007, par un avis du Haut Conseil de la science et de la technologie, le rôle stratégique des infrastructures de recherche pour les SHS4. Trois très grandes infrastructures ont été inscrites, fin 2008, en SHS. La première, PROGEDO (Production et gestion de données pour les sciences humaines et sociales), concerne les données quantitatives, la seconde, CORPUS (Coopération des opérateurs de recherche pour un usage des sources numériques), à laquelle ViSA se rattache, rassemble les ensembles de documents constitués par les chercheurs pour mener leurs recherches, et ADONIS (Accès unifié aux données et documents numériques des sciences humaines et sociales), déjà en service, vise à rendre interopérables les documents édités dans le secteur des sciences humaines et sociales. Les SHS sont également concernées par une quatrième infrastructure : BSN (Bibliothèque scientifique numérique), qui touche l’ensemble des disciplines.

11ViSA répond parfaitement aux critères du très grand instrument CORPUS puisque la plupart des enregistrements filmiques, au moins actuellement, ont été réalisés dans le cadre de recherches menées par un ou plusieurs chercheurs. Il faut noter un cas remarquable, le corpus dit COREM, qui a été constitué par cet organisme dans le cadre d’une école primaire (l’école Michelet) sur trente ans et qui a impliqué de nombreux acteurs (professeurs et chercheurs) centrés sur l’enseignement des mathématiques à des élèves de tous les degrés de l’enseignement élémentaire, de 3 à 11 ans. Ce n’est pas un hasard si l’initiateur et le responsable de cette opération a soutenu la création de ViSA, qui permet à ce précieux patrimoine de continuer à vivre en donnant matière à comparaisons pour des travaux actuels.

  • 5 Dans ViSA, les enregistrements peuvent être déposés et indexés en restant accessibles aux seuls che (...)

12Le rapport aux données des chercheurs en SHS en dehors des grandes enquêtes statistiques va vraisemblablement évoluer avec le développement de bases de données d’enregistrements filmiques comme ViSA. On peut en particulier avancer qu’un chercheur (ou un petit groupe de chercheurs) qui a fait des enregistrements filmiques dans une classe ou lors d’un entretien réalisé avec un enseignant ou un élève, établit un rapport personnel avec ces enregistrements, en particulier du fait de son vécu dans la situation de réalisation et de leur visionnement et re-visionnement. Quand ces enregistrements sont mis à la disposition de la communauté5 et que d’autres chercheurs les réutilisent, leur statut change ; ils deviennent une référence commune aux différents chercheurs, ceux qui les ont recueillis et ceux qui les utilisent. Les rapports à ces enregistrements devraient donc évoluer ; le chercheur qui a recueilli les enregistrements va être amené à établir une certaine distance : une partie de l’implicite qui est en jeu dans ses analyses du fait de son vécu pourra être explicité par d’autres ou par lui-même, à la suite d’échanges entre chercheurs sur un même corpus. De nouvelles interprétations des données vidéo (en lien avec les autres) pourront émerger. Le chercheur qui a récolté les données pourra donc être conduit à expliciter de nouvelles composantes de ses données, à en construire de nouvelles interprétations ; ses propres données lui apparaîtront sous un autre jour. On peut également dire que la notion d’interprétations établies et définitives n’a plus lieu d’être avec la possibilité de collaboration autour et/ou de partage de données entre chercheurs (Goldman-Segall 1998).

13En participant au développement de l’instrumentation dans les sciences de l’homme et de la société, ViSA crée non seulement une infrastructure mais contribue à développer de nouvelles pratiques de recherche situées, pour certaines (le rapport aux données), au cœur de l’activité du chercheur.

Mise en œuvre d’une base de données et vie d’un réseau

14Nous présentons succinctement les deux étapes qui ont permis d’aboutir à la réalisation de la base de données (BDD) ViSA en lien avec le développement d’un espace scientifique. Tout au long de cette activité de réalisation, il apparaît une très forte interdépendance des aspects éthiques, juridiques, scientifiques et techniques, ce qui est une caractéristique d’une instrumentation scientifique.

Mise en place de ViSA

15Le projet de base de données a été initialement soutenu par l’Action concertée incitative (ACI) du ministère de la Recherche « Éducation et formation », avec une aide financière afin de préparer un cahier des charges. Simultanément, l’UMR ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations) a organisé une école thématique « Méthodes d’enregistrement et d’analyse de données vidéo prises en situations de formation » qui s’est tenue en janvier 2005. Cette école était soutenue par la même ACI et par le programme associé : « Programme incitatif de recherche en éducation et en formation » (PIREF).

16Durant cette première année 2004-2005, le travail réalisé a principalement porté sur :

  • les données potentielles en France susceptibles d’être mises dans ViSA ;

    • 6 Cette maquette a été réalisée par Sophie Bazin, qui à l’époque était ingénieur de l’Institut nation (...)

    une première étude des informations à donner pour qu’une unité vidéo soit utilisable par d’autres chercheurs que ceux ayant assuré la responsabilité de l’enregistrement. Cette étude a permis la réalisation d’une maquette informatique6 établissant une première organisation des données (enregistrements vidéo et documents associés) au sein de la base ;

  • une première évaluation du coût de développement de cette base de données.

17Ce travail a mis en évidence les besoins de la communauté. En particulier, l’école thématique tenue en janvier 2005 a été un lieu privilégié de l’expression de ces besoins. Il y est clairement apparu que de nombreux chercheurs travaillant dans le champ de l’éducation utilisaient la vidéo comme source de données avec des demandes aussi bien sur la méthodologie que sur son articulation avec le cadre théorique ou encore sur les aspects techniques (allant de la prise de vue et de la prise de son jusqu’aux techniques de numérisation). À partir de l’expression de ces besoins, les objectifs du projet ViSA ont pu être explicités. Ce travail a ainsi contribué à une demande spécifique au ministère de la Recherche, qui a ensuite accepté de financer une étude de faisabilité pendant l’année 2005-2006.

Étude de faisabilité

18Cette étude a été menée par un groupe de travail, comportant des chercheurs et des ingénieurs. Des réunions régulières ont permis de discuter et de mettre au point les éléments du cahier des charges. Les éléments essentiels de structuration de la base ont été mis au point dans ce groupe, aidé toutefois par la communauté des chercheurs mobilisée autour de ViSA. Certains choix, plus particulièrement issus de réflexions juridiques et éthiques ont orienté la réalisation de la base. Les journées ViSA d’avril 2006 ont constitué un temps fort de cette réflexion et ont permis d’avancer sur l’indexation des enregistrements vidéo et sur la gestion des données des chercheurs. ViSA a été conduit à proposer aux chercheurs un service de dépôt continu des données, celles-ci restant strictement réservées aux chercheurs impliqués dans le travail en cours. Notons que le site créé (http://visa.inrp.fr/​) à ce moment-là est actuellement le site de ViSA.

Questions juridiques et éthiques

19Les questions juridiques mais aussi éthiques ont guidé de nombreux choix. Notons que ce type de questions n’est pas spécifique à VISA mais concerne d’autres bases de données de corpus oraux et vidéo (Baude 2006).

  • 7 Au moment de la création de ViSA, l’établissement était l’ENS-LSH (Lettres et sciences humaines).

20Les institutions tutelles de ViSA étaient l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) et l’École nationale supérieure de Lyon (ENS-Lyon)7 ; l’INRP en était l’établissement porteur ; aujourd’hui l’INRP est devenu l’Institut français d’éducation au sein de l’ENS-Lyon qui devient ainsi l’unique établissement porteur. Comme le précise la convention sur laquelle est fondé ViSA : « La gestion scientifique de la base ViSA est assurée par un responsable [le coordinateur] […] [et] la responsabilité scientifique est assurée par un conseil scientifique représenté par son président. » Le conseil scientifique joue un rôle fondamental en donnant les orientations pour le développement de ViSA et en supervisant son fonctionnement, en particulier la mise à disposition et le retrait d’enregistrements filmiques et des données associées, en étudiant tout spécialement les questions éthiques.

  • 8 La convention d’application et la charte associée peuvent être téléchargées à partir de la page web (...)
  • 9 Cette convention est en cours d’adaptation du fait que seule l’ENS-Lyon est signataire, mais les co (...)

21La formalisation des engagements respectifs des responsables de ViSA et des chercheurs qui déposent et utilisent des enregistrements filmiques a nécessité de longues mises au point et a conduit à établir des responsabilités collectives et individuelles. Ce sont les équipes de recherche qui sont « partenaires » de ViSA comme le précise la convention d’application de ViSA : « La base de données ViSA est un instrument commun au réseau des équipes de recherche dont l’établissement a signé cette convention d’application » ; une charte a été établie8. La signature de cette convention entre les établissements de tutelle de ViSA (INRP et ENS-Lyon) et de chaque équipe (en général une université) permet à chacun des chercheurs de ces équipes d’accéder aux procédures de mise à disposition ou de dépôt d’enregistrements filmiques et des données associées9. Chaque projet de recherche donne lieu à un accord du conseil scientifique aussi bien pour le dépôt que pour la mise à disposition ; le responsable et chaque partenaire du projet s’engage personnellement à respecter les droits à l’image.

  • 10 Une équipe de recherche (Unité mixte de recherche (UMR), Équipe d’accueil (EA), etc.) n’est pas une (...)
  • 11 Des exemples d’autorisations sont disponibles sur le site ViSA : http://visa.inrp.fr/visa/ressource (...)

22Un choix initial a été de considérer qu’un chercheur travaille au sein d’une équipe de recherche et non de manière isolée et que son équipe est engagée dans la mise à disposition des données recueillies ou dans l’utilisation des données de ViSA pour de nouvelles recherches. Il a donc fallu que ViSA, les équipes, ainsi que chaque chercheur puissent formaliser des engagements réciproques. Ces engagements se sont traduits par une convention signée entre les directeurs des établissements porteurs et le président de l’université de tutelle principale de l’équipe de recherche10 (ou le responsable d’un établissement équivalent). Dans cette convention, il y a une charte établissant les conditions d’accès et de dépôt et les droits et devoirs de chacun. Ils se traduisent aussi par des attestations signées par chaque chercheur lors du dépôt ou de la mise à disposition d’enregistrements vidéo et des données associées pour lesquelles il s’engage à respecter la convention et les dispositions particulières liées aux enregistrements. ViSA doit respecter et faire respecter les informations données par les chercheurs qui déposent des enregistrements filmiques et en particulier les autorisations de mise à disposition des images filmiques11 des personnes filmées. Il faut noter que la base de données ViSA est déclarée à la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Notons également sur le plan juridique que ViSA n’est pas propriétaire des données mises sur la base par le chercheur. Celui-ci, en accord avec son équipe de recherche, les met à disposition ; la base ViSA est uniquement propriétaire des indexations des enregistrements filmiques.

23D’autres choix ont influencé la structure informatique des demandes de participation à la base des chercheurs. Nous en précisons deux, essentiels, qui portent sur le module de requête des enregistrements vidéo et sur les procédures de mise à disposition ou de retrait d’enregistrements vidéo et des données associées sur ViSA.

24Les requêtes ne se font que sur les informations données à propos des vidéos (métadonnées) et non à partir du visionnement des enregistrements vidéo eux-mêmes. Cela permet d’avoir un accès libre aux requêtes. Ces requêtes aboutissent à une demande de mise à disposition des enregistrements vidéo sélectionnés à partir des informations données lors de l’indexation des vidéos (métadonnées). Ce choix a des conséquences sur l’indexation des enregistrements vidéo. Ceux-ci doivent être suffisamment informés pour que les chercheurs puissent faire des requêtes selon leur besoin. En même temps, les informations à donner ne doivent pas être trop lourdes pour que les chercheurs puissent indexer leurs enregistrements ; ceci est une condition du développement de la base. Un équilibre a dû être trouvé entre ces deux contraintes apparemment contradictoires.

25Le développement informatique relatif aux procédures de mise à disposition ou de retrait d’enregistrements vidéo et des données associées sur ViSA respecte deux étapes, celle de la reconnaissance d’une équipe comme participant à ViSA et celle de l’acceptation d’une recherche. À chaque étape, le conseil scientifique donne un avis qui, s’il est positif, permet la validation informatique.

26Les questions éthiques débattues ont porté essentiellement sur les possibilités de jugement sur les personnes filmées. Une grande partie des vidéos de la base de données permet de reconnaître les personnes et de voir leur comportement dans des situations de classe. Ces situations sont familières à tout le monde et ont tendance à conduire à des jugements de valeur sur le professeur et les élèves en rapport avec la qualité de l’enseignement. Ces jugements peuvent être dommageables pour les personnes, y compris s’ils sont émis devant un public averti et restreint. En particulier, dans le cas de la formation des maîtres, où les valeurs de la profession sont très présentes, le visionnement de ces vidéos peut conduire rapidement à juger les personnes filmées en fonction des critères de la profession. Dans une situation de recherche, ce type de jugement n’aurait a priori pas lieu d’être car la visée d’une recherche est explicative ou interprétative, et s’il y a des interprétations négatives, ce n’est pas la personne qui est en jeu mais certains événements qui sont associés à son comportement. Pour éviter des interprétations trop proches du jugement, ViSA s’est gardé la possibilité d’un contrôle. Le choix de ViSA de se limiter à la recherche ne signifie pas que les vidéos ne constituent pas des matériaux riches de formation des maîtres, bien au contraire ; cependant les vidéos pour la formation ne peuvent pas être mises à disposition avec les mêmes conditions. Un champ de recherche est en cours de développement sur l’utilisation des films pour la formation en lien avec la recherche.

Processus de dépôt et de requête dans le cahier des charges

27Nous limitons ici la présentation à ce que doit faire un chercheur d’une part, pour déposer des vidéos et les indexer et d’autre part, pour faire des requêtes et obtenir des données vidéo et associées pour une recherche.

28La figure 1 simule le processus de dépôt qui consiste à mettre des enregistrements vidéo et documents associés dans ViSA. Elle montre que la base de données ViSA est à la fois une aide au chercheur qui démarre une recherche car il peut y déposer ses vidéos et les indexer au fur et à mesure, et une mise à disposition de ces vidéos par la suite à une communauté plus large. Le chercheur peut utiliser la base pour organiser ses données et les stocker sans qu’elles soient visibles à d’autres personnes que lui-même ou les chercheurs avec qui il collabore. La figure 1 donne aussi les procédures à réaliser pour accéder au dépôt, en particulier la convention que l’institution tutelle de l’équipe de recherche doit signer, la demande au conseil scientifique pour que les données d’une recherche puissent être déposées dans ViSA. Notons que, dans le stockage temporaire, les données associées ne sont pas indispensables, elles peuvent être déposées quand le chercheur le juge nécessaire et bien sûr avant que la recherche soit rendue « visible » dans la base pour les requêtes. Plus spécifiquement, quand le chercheur fait une demande de dépôt d’un corpus vidéo, il doit décrire succinctement la recherche. Cette description à laquelle il peut ajouter des documents supplémentaires est soumise au conseil scientifique. À la suite de l’acceptation de ce dernier, le coordinateur valide la recherche et le chercheur reçoit un mot de passe pour rentrer les unités vidéo correspondantes. On voit ici le rôle essentiel du conseil scientifique en tant que garant de l’éthique des recherches dans ViSA.

Fig. 1 : Processus de dépôt d’une recherche dans ViSA

Fig. 1 : Processus de dépôt d’une recherche dans ViSA

* CINES : Centre informatique national de l’enseignement supérieur.

29Cette structuration suppose l’organisation des instances de ViSA :

  • de l’établissement porteur du projet ViSA (ENS-Lyon) ;

  • un conseil scientifique ;

  • un coordinateur ;

  • un responsable éditorial ;

  • un service informatique.

30En ce qui concerne les requêtes, la simulation réalisée est présentée dans la figure 2.

Fig. 2 : Requête de documents et leur mise à disposition du chercheur

Fig. 2 : Requête de documents et leur mise à disposition du chercheur

31Rappelons que les raisons éthiques relatives aux jugements des personnes filmées nous ont conduits à ce que chaque requête d’enregistrements vidéo en vue d’une recherche soit examinée par le conseil scientifique comme dans le cas des dépôts. Cet examen n’a pas pour but d’évaluer la qualité de la recherche envisagée mais le risque pris d’émettre des jugements de valeur sur les personnes filmées.

La structuration de la base de données et l’indexation des enregistrements vidéo et des documents associés

32Le choix de l’unité documentaire dans la base de données est crucial. On a fait le choix suivant : un enregistrement vidéo pris en un temps et un lieu donnés représente une unité documentaire. Cette unité est aisée à définir dans le cas d’enregistrements pris lors de séances d’enseignement. Dans ce cas, une unité est l’enregistrement d’une séance par une caméra ; s’il y a plusieurs caméras dans la salle de classe, chacun des enregistrements donne lieu à une unité vidéo. Il existe bien sûr des cas limites qui seront traités de manière spécifique.

33Ce choix est justifié par les objectifs de ViSA. En particulier, un chercheur qui fait des requêtes peut choisir diverses unités vidéo qui ont été réalisées dans différentes recherches par différents chercheurs. Il est donc nécessaire que la requête porte sur les unités vidéo et non sur la recherche qui a permis de constituer les enregistrements vidéo. La base doit donc pouvoir les dissocier. Cependant, il est essentiel que les unités vidéo soient largement documentées pour que le chercheur, qui les a choisies dans ViSA, puisse les utiliser. Chaque unité vidéo sera donc associée à la fois aux données en lien avec la situation filmée mais aussi aux données associées à l’ensemble de la recherche. Le développement de l’indexation tient compte de cette nécessité.

34Il y a ainsi deux contraintes, une unité vidéo doit être associée à une recherche afin de pouvoir être comprise et sélectionnée par un chercheur qui fait une requête et être éventuellement associée à des unités vidéo issues d’autres recherches. Ces contraintes ont conduit à la nécessité que le chercheur qui dépose une unité vidéo donne des informations sur la recherche et sur chaque unité vidéo.

Fig. 3 : Page écran à laquelle on accède quand une recherche a été validée sur ViSA

Fig. 3 : Page écran à laquelle on accède quand une recherche a été validée sur ViSA

35Nous avons introduit la notion de documents associés soit à une recherche soit à une unité vidéo. Les documents associés à une recherche sont par exemple les rapports et les publications. Pour ceux associés à des unités vidéo, il s’agit plutôt de données dites secondaires, comme nous le précisons ci-dessous.

36Pour distinguer les données primaires des données secondaires, nous suivons les chercheurs linguistes (Baude 2006 : 45) :

« On distingue généralement entre données primaires et données secondaires :

  • les données primaires sont constituées par les enregistrements, ayant un lien le plus proche possible avec l’événement documenté. Elles comprennent aussi les autres objets recueillis dans le contexte de l’action, comme les documents lus ou écrits durant l’action enregistrée, les objets manipulés, les images consultées, etc. Elles comprennent aussi les traces informatiques laissées par l’activité ;

  • les données secondaires sont constituées par la série de descriptions, transcriptions, annotations qui viennent enrichir les données primaires et qui sont souvent fournies après coup et sur la base des données primaires. Elles comprennent aussi les métadonnées, les conventions de transcription, les autorisations des participants, etc. »

37Baude poursuit sur les limites de la distinction entre ces deux types de données (ibid. : 45-46) :

« Elle [la distinction] ne doit pas faire oublier le fait que tout enregistrement est le fruit de décisions à la fois techniques et théoriques – concernant p.ex. le choix du moment à enregistrer et la délimitation du segment enregistré, le choix du cadrage et de l’optique pour la vidéo, du positionnement et de l’orientation du micro pour l’audio – qui reposent sur une connaissance préalable de l’activité enregistrée. Le terme de “donnée” de ce point de vue doit aussi être réinterrogé : les “données” ne sont jamais “offertes” ni “(re)cueillies” mais elles sont activement produites par les chercheurs. Du côté des données secondaires, l’importance de la dimension interprétative semble plus évidente : celle de la transcription a été soulignée dans la littérature […]. »

  • 12 Cyril Mathevon.

38La mise au point de l’indexation de l’unité documentaire (un enregistrement) a fait l’objet d’un long travail à plusieurs niveaux : celui du documentaliste12 de l’INRP, celui du groupe de travail de ViSA pour l’année 2005-2006, et celui de la communauté des chercheurs lors d’un séminaire organisé les 3 et 4 avril 2006, qui était principalement centré sur cette composante de ViSA. La grille d’indexation est basée sur le schéma de métadonnées « Dublin Core », ce choix permet une interopérabilité avec des bases de données similaires faites dans d’autres langues.

39L’indexation doit :

  • donner les informations nécessaires au chercheur sur chaque vidéo pour lui permettre d’en construire une signification suffisante pour la sélectionner (ou non) et pour ensuite en construire une autre signification grâce à une nouvelle recherche ;

  • permettre de faire partager au sein de la communauté scientifique la (les) signification(s) d’une vidéo construite par un chercheur.

  • 13 Cette réalisation a été faite par Oliver Morel, étudiant en stage sous la responsabilité d’Yvonnick (...)

40La réalisation informatique du module d’indexation a été faite à l’INRP13.

41Le tableau 1 donne la structure générale des informations demandées pour chaque enregistrement filmique. Certaines informations sont obligatoires, la validation ne peut se faire sans ces informations. Il est possible de dupliquer l’indexation pour un enregistrement. Cette duplication est pratique si, par exemple, une même classe est filmée pendant plusieurs séances.

Tableau 1 : Structure des informations données sur chaque enregistrement vidéo (métadonnées)

Tableau 1 : Structure des informations données sur chaque enregistrement vidéo (métadonnées)

* Cette rubrique n’est à informer que si la situation filmée est une situation d’enseignement.

Les dimensions de l’instrumentation ViSA : méthodologique, épistémologique, théorique, et éthique

42Ce livre montre que les directions prises s’appuient à la fois sur des travaux de recherche empirique, utilisant principalement des données vidéo, dont certains avec une forte composante théorique, et sur des réflexions méthodologiques et épistémologiques. Ainsi, le travail actuel dans le réseau scientifique autour de ViSA porte sur quatre axes et met également l’accent sur la formation des chercheurs.

43Un axe épistémologique qui recouvre la dimension scientifique, par exemple, celle du statut des données et de leur rôle dans la validation d’une recherche. Nous avons présenté ci-dessus la possibilité d’un changement du rapport du chercheur aux données, mais ce changement peut aussi conduire à celui de la validation des résultats d’une recherche ; les rôles que jouent les enregistrements vidéo dans ces validations peuvent être modifiés par rapport à la situation actuelle. Nous avons également montré combien des considérations éthiques ont influencé le fonctionnement de la base ViSA ; sa mise en œuvre à une plus grande échelle va vraisemblablement soulever de nouvelles questions.

  • 14 http://www.transana.org/%22%22 (Leadership, Woods, D., WCER) (consulté le 2 juillet 2012).
  • 15 R. Rimmele (2002). Videograph. Kiel : IPN Leibniz-Institut für die Pädagogik der Naturwissenschafte (...)

44Un axe méthodologique d’analyse d’enregistrements vidéo en lien avec la technologie. Il s’agit, en particulier, d’un partage de pratiques d’analyse de vidéo avec des outils d’annotation de vidéo comme Transana14, Videograph (Rimmele 200215). Comme cela a été abordé dans le chapitre 5, l’utilisation de l’une ou l’autre application informatique d’annotation n’est pas neutre, elle oriente le type de méthodologie, par exemple une approche statistique par catégories prédéfinies, un raffinement progressif d’hypothèses, etc. L’utilisation de différentes applications permet donc d’expliciter et de débattre des méthodes utilisées. D’autres aspects comme l’organisation des données, leurs représentations, mais aussi les résultats obtenus vont aussi émerger. De plus, l’utilisation de la base aussi bien dans l’indexation que dans les requêtes va sans doute conduire à des réflexions avec une forte composante technologique. Des liens avec d’autres bases au niveau international vont aussi soulever de nouvelles questions.

45Un axe d’études empiriques, grâce au rapprochement des études qui font appel à un large éventail d’enregistrements vidéo de situations d’enseignement/apprentissage. La base de données et le réseau scientifique ViSA vont permettre d’approfondir la visée comparatiste des pratiques de classe. Il s’agit par exemple de comparer des classes d’un même niveau pour des disciplines différentes et de différents niveaux pour des disciplines similaires. Une des questions sous-jacentes est celle des phénomènes qui permettent de faire émerger un savoir nouveau et le partage de ce savoir dans une classe. Ce type d’approche peut aussi conduire à un nouveau rapport du chercheur à ses propres données par la recherche de nouveaux phénomènes et la comparaison à d’autres situations.

46Enfin, la formation des chercheurs a joué et continuera à jouer un rôle majeur dans l’instrumentation ViSA. Tout d’abord, elle répond à un besoin des jeunes chercheurs comme en témoignent les demandes de participation aux journées ViSA, mais aussi à celui de chercheurs confirmés qui utilisent la vidéo. Cette formation est d’autant plus importante que non seulement les technologies des prises de vue se développent, mais aussi la réflexion sur la nature des données filmiques ; le suivi est donc essentiel.

47On le constate, comme pour bon nombre d’infrastructures de recherche, l’apport de ViSA dépasse de loin le strict équipement mais touche à l’ensemble du procès lui-même.

Bibliographie

Akrich M., 1998. « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Éducation permanente, vol. 1, n° 134 : 79-90.

Baude O., 2006. Corpus oraux. Guide des bonnes pratiques pour la constitution, l’exploitation, la conservation et la diffusion des corpus oraux. Orléans, Presses universitaires d’Orléans/CNRS Éditions.

Goldman-Segall R., 1998. Points of Viewing Children’s Thinking. Mahwah (NJ), LEA.

Mallard A., 1999. « Être garagiste au temps de l’informatique », in C. Bromberger et D. Chevallier (dir.), Carrières d’objets. Innovations et relances. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 59-81.

Rabardel P., 1995. Les hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains. Paris, Armand Colin.

Notes

1 Le COREM a été créé et dirigé Guy Brousseau puis Marie-Hélène Salin, de 1969 à 1999. Des situations pour l’enseignement des mathématiques y ont été imaginées, expérimentées, mises en place et reproduites durant toute la période. Chaque semaine, l’une d’elles était retravaillée, enregistrée et observée conjointement par l’équipe enseignante et les chercheurs. Nous disposons aujourd’hui de 440 de ces enregistrements, sur la période 1982-1999.

2 Cette conclusion rejoint les travaux en ergonomie, psychologie et sociologie du travail et des techniques qui mettent en évidence la reconfiguration de pratiques des utilisateurs autour de nouveaux outils techniques (Akrich 1998 ; Mallard 1999 ; Rabardel 1995).

3 Voir par exemple le site : http://scd.u-bordeaux3.fr/Resultats/Bddomet.php?Domet=16#2- (consulté le 2 juillet 2012).

4 « La notion de Très grandes infrastructures de recherche (TGIR) recouvre des réalités très variées. Longtemps limitée aux seuls grands instruments de l’astronomie puis de la physique, ces infrastructures concernent à présent une large part des communautés scientifiques les plus diverses œuvrant dans tous les secteurs de la science incluant la chimie, la biologie mais aussi les sciences humaines et sociales. » Avis sur les TGIR du 20 décembre 2007.

5 Dans ViSA, les enregistrements peuvent être déposés et indexés en restant accessibles aux seuls chercheurs qui travaillent sur ceux-ci. ViSA est alors une aide au stockage et à l’organisation des données vidéo. Le ou les chercheurs rendent visibles ces enregistrements ultérieurement à un moment qu’ils jugent opportun (par exemple après des publications ou une thèse).

6 Cette maquette a été réalisée par Sophie Bazin, qui à l’époque était ingénieur de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) à l’Unité mixte de recherche (UMR) ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations).

7 Au moment de la création de ViSA, l’établissement était l’ENS-LSH (Lettres et sciences humaines).

8 La convention d’application et la charte associée peuvent être téléchargées à partir de la page web : http://vmware-visa.inrp.fr/visa/prod/ (menu de gauche, partie « juridique-contrats ») (consulté le 2 juillet 2012).

9 Cette convention est en cours d’adaptation du fait que seule l’ENS-Lyon est signataire, mais les conventions déjà établies restent valables.

10 Une équipe de recherche (Unité mixte de recherche (UMR), Équipe d’accueil (EA), etc.) n’est pas une entité juridique et son responsable ne peut donc signer une convention.

11 Des exemples d’autorisations sont disponibles sur le site ViSA : http://visa.inrp.fr/visa/ressources/ressources-juridiques-et-ethiques/exemples-dautorisations-pour-les-prises-de-vue (consulté le 2 juillet 2012).

12 Cyril Mathevon.

13 Cette réalisation a été faite par Oliver Morel, étudiant en stage sous la responsabilité d’Yvonnick Fesselier, du service commun informatique (SCI) de l’INRP.

14 http://www.transana.org/%22%22 (Leadership, Woods, D., WCER) (consulté le 2 juillet 2012).

15 R. Rimmele (2002). Videograph. Kiel : IPN Leibniz-Institut für die Pädagogik der Naturwissenschaften an der Universität Kiel.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Processus de dépôt d’une recherche dans ViSA
Légende * CINES : Centre informatique national de l’enseignement supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 : Requête de documents et leur mise à disposition du chercheur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 : Page écran à laquelle on accède quand une recherche a été validée sur ViSA
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 1 : Structure des informations données sur chaque enregistrement vidéo (métadonnées)
Légende * Cette rubrique n’est à informer que si la situation filmée est une situation d’enseignement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteurs

Unité mixte de recherche (UMR) ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations), Centre national de la recherche scientifique (CNRS) – université de Lyon.

Unité mixte de recherche (UMR) ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations), Centre national de la recherche scientifique (CNRS) – université de Lyon – École normale supérieure de Lyon.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter