Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fils et le neveu

 | 
Suzanne Bernus
, 
Pierre Bonte
, 
Lina Brock
, 
et al.

10. La tăwshet est-elle un groupe de filiation ? Alliance, pouvoir et appartenance sociale chez les Kəl Gәrәs

Pierre Bonte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image img01.jpg

Image img02.jpg

Niger Central : zone d’implantation des Kəl Gәrәs (près de Madawa) (Y. Poncet)

La tăwshet présente chez les Kəl Gәrәs des caractères distincts de ceux des groupes appelés du même nom dans d’autres sociétés touarègues restées plus exclusivement pastorales. Dans un précédent article (Bonte, 1976) je rapprochais ces caractères originaux de l’évolution de la société Kəl Garas au dix-neuvième siècle, après son départ de l’Ayăṛ et son installation dans une région plus méridionale, déjà occupée par des cultivateurs hausa. Cette évolution est le résultat de l’essor de la production agricole pratiquée par les dépendants ighăwelăn, qui constituent de nos jours près de 80 % de la société Kəl Garas. Les imajәghăn, restés longtemps éleveurs et nomades, prélevaient une partie de cette production agricole pour leur consommation personnelle d’une part, et d’autre part, grâce en particulier aux échanges contre du sel saharien qu’ils transportaient, pour accumuler des biens importants (bétail et escla...

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540