Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fils et le neveu

 | 
Suzanne Bernus
, 
Pierre Bonte
, 
Lina Brock
, 
et al.

8. A qui sert l’unifiliation ?1

Hélène Claudot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image img01.jpg

L’image que la société des Kəl Ahaggar présente d’elle-même est élaborée autour d’une double charpente : l’une est le réseau généalogique reliant les parties à un tout unifié, l’autre est la hiérarchie tranchant l’ensemble social en strates irréductibles.

L’antagonisme de ces deux ordres, traduisant l’un la jonction et l’autre le cloisonnement, se retrouve en écho dans l’énoncé des règles sociales. C’est ainsi que l’axe matrilinéaire qui cimente les diverses unités domestiques au sein d’une communauté parentale, économique et politique, côtoie la norme d’endogamie, traçant les limites de l’échange et la fermeture de chaque groupe sur lui-même.

La communauté la plus vaste à laquelle les individus se rattachent habituellement s’arrête à l’əṭṭəbəll2 confédération politique regroupant sous l’égide d’un chef, l’amənûkal, plusieurs tawsit (pl. tiwsătîn) de rangs inégaux (suzerains, tributaires). Les membres d’une tawsit se définissent comme les descendants utérins d’une ancêtre fondatrice é...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540