Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

VII. La biométrie entre intériorisation et contestation

Chapitre 20

« Acceptabilité » de la biométrie : linéaments d’un cadre analytique

Ayse Ceyhan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon un sondage réalisé en 2009, environ deux tiers des Américains se déclarent concernés par le vol d’identité et 58 % seraient prêts à fournir leurs données biométriques aux autorités publiques et privées afin de protéger leur identité (Third Factor 2009). Parmi les répondants, 93 % seraient d’accord pour utiliser les empreintes digitales, tandis que 78 % opteraient pour la reconnaissance de l’iris. Mais, contrairement aux réponses des Américains, des sondages effectués en Malaisie (un des premiers pays d’Asie du Sud-Est à avoir largement adopté les solutions biométriques depuis le début des années 2000) montrent que les Malais se déclarent préoccupés par les failles de sécurité de leurs données biométriques et ne considèrent plus la biométrie comme « la » solution idéale pour protéger leur identité. Les sondages font ici état d’un affaiblissement du niveau de confiance à l’égard des solutions biométriques qui baisserait de 9 % pour les empreintes digitales et de 12 % pour la rec...

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540