Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Postface

Feng Shaolei

Texte intégral

1Conjointement organisée par la Société chinoise d’études de l’histoire de France, la Maison des sciences de l’homme, l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et l’Institut de recherche sur les relations internationales et le développement régional de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine (ECNU), l’Université d’automne a déjà six ans d’histoire derrière elle.

2Chaque édition de l’université présente les derniers travaux de recherches, au plus haut niveau, portant sur l’histoire et la culture de l’Europe, aux collègues de l’ECNU et à des étudiants venant de diverses régions chinoises. Ayant un niveau si élevé et une dimension si importante, ce projet est un cas unique dans les échanges culturels sino-européens menés ces dernières années. En tant que directeur de l’Institut de recherche sur les relations internationales et le développement régional auprès de l’ECNU, je me réjouis de pouvoir participer à l’organisation de chaque édition et de favoriser l’échange d’études dans son cadre, d’autant que ses programmes annuels avancent au même rythme que le cycle de la recherche de notre Institut. De plus, avoir la chance de suivre les interventions passionnantes faites par des chercheurs eux-mêmes passionnés issus des institutions européennes prestigieuses constitue pour moi un grand plaisir intellectuel et humain.

3Je suis d’abord touché par l’enthousiasme et le dévouement des chercheurs européens qui investissent beaucoup dans cet échange. Chaque fois que je lis la magnifique liste des conférences soigneusement programmée de chaque édition, je sens la cohérence rigoureuse entre les interventions et les objectifs bien définis ; chaque fois que j’entre dans la salle de classe, je vois les professeurs européens s’adonner à leurs enseignements ou répondre aux questions des étudiants chinois ; chaque mois de septembre, je les vois arriver en Chine d’une Europe lointaine, et après des journées d’enseignement, ils repartent pour un long voyage. Je regrette toujours de ne pas avoir pu leur laisser plus de temps de repos entre leurs interventions intensives.

4À cause de mes obligations professionnelles, il m’est impossible d’assister à toutes les conférences, pourtant attractives, de chaque Université d’automne, et c’est la raison pour laquelle je suis très heureux de pouvoir lire ce recueil qui regroupe beaucoup de ces interventions tant appréciées. Face à l’évolution historique, les Chinois ont besoin de reconstituer leur mémoire nationale. Chaque génération ayant la mémoire de sa propre expérience historique, comment pouvons-nous intégrer les différents morceaux de la mémoire vécus par différentes générations afin d’assurer la continuité de la mémoire et celle de l’histoire ? Telle est notre mission d’historiens. C’est en suivant les travaux de recherches faits par les chercheurs européens sur leur mémoire, leur culture et leur histoire que leurs homologues chinois ont pu prendre davantage conscience du rôle fondamental de la préservation de la mémoire nationale au moment où la société chinoise vit une transition en profondeur. L’autre problème aussi important que la mémoire est la méthodologie de la discipline de l’histoire. Je me rappelle ce que le professeur Maurice Aymard, héritier de Fernand Braudel, a dit lors de son exposé : « Aux États-Unis, la discipline de la politologie applique progressivement la méthode de la segmentation, tandis qu’en Europe, les disciplines des sciences humaines tendent à l’intégration. La segmentation et l’intégration sont sans doute les deux premiers modes cognitifs dans la méthodologie des sciences humaines. En pratiquant la segmentation sans intégration, notre étude est incapable d’atteindre le critère “multidisciplinaire”, dimension essentielle de la recherche contemporaine. » D’après mon expérience, le plus grand acquis de l’université serait de surprendre l’auditoire chinois à travers des comparaisons : en assistant aux cours, j’ai d’abord perçu un grand décalage entre la civilisation européenne et celle de la Chine (les deux civilisations suivent chacune leur propre chemin historique, différent de l’autre). Ensuite, quand l’imagination fertile des amis européens les a poussés à comparer le développement du bassin méditerranéen avec celui de la côte occidentale du Pacifique pour parler de la Méditerranée asiatique, nous étions surpris par le paradoxe de l’histoire humaine.

5Bien que l’Université d’automne soit essentiellement assurée par les partenaires français, ceux-ci n’ont jamais manqué de présenter également aux étudiants chinois les travaux de chercheurs en Allemagne, Italie, Suisse et Russie. Rappelons que les enseignants européens de l’Université d’automne suivent tous le même principe durant leurs interventions en Chine : rester ouvert et être prêt à apprendre, interagir et dialoguer sur un pied d’égalité. Évidemment, cette attitude a largement favorisé l’échange intellectuel et établi le respect mutuel. Je voudrais donc profiter de cette occasion pour exprimer mes remerciements sincères à nos amis français ainsi qu’à nos collègues chinois qui ont contribué immensément au bon fonctionnement de cette université.

6Un texte classique chinois nous dit que « les gens sont nombreux à commencer un projet, mais ils sont très peu à pouvoir le mener jusqu’au bout ». Je souhaite que l’Université d’automne puisse continuer son chemin tout comme les longues civilisations chinoise et européenne qui ne s’interrompent jamais. J’espère également que ce recueil composé des meilleurs acquis de l’université sera aussi hautement et longuement apprécié par nos descendants que les pensées des grands esprits dans l’histoire de l’homme.

7le 8 octobre 2009

Auteur

Feng Shaolei est directeur de l’Institut de recherche sur les relations internationales et le développement régional de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine. Il dirige le Centre de recherche sur la Russie. Il est également membre du Comité sino-russe d’amitié, de paix et de développement en Chine, et du Comité des sciences sociales auprès du ministère de l’Éducation. Parmi plus de cent publications et travaux, on peut citer Domestic Transition and Foreign Relations : Russia since 1992 (1997), primé par le ministère chinois de l’Éducation.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable