Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Expériences et réalités asiatiques

Les voies de l’intégration régionale en Asie orientale

Li Wannan

Texte intégral

1Devant le succès de l’intégration européenne, on pourrait penser qu’il existe en Asie une volonté équivalente pour la formation d’une telle communauté. Or la réalité est tout autre. Bien qu’on ait l’habitude d’affirmer que le xxie siècle sera celui de l’Asie, les peuples asiatiques ne semblent cependant pas prêts pour une union, tant la « conscience de l’identité asiatique » leur fait encore défaut. Dans ce vaste « continent », le plus grand du monde, constitué de nombreux États très différents les uns des autres, l’éventuelle intégration régionale mettra plus de temps à se concrétiser qu’en Europe, du fait de la complexité des situations politiques, économiques, culturelles, et des contextes historiques des pays concernés.

  • 1 Association des nations de l’Asie du Sud-Est, qui compte les membres suivants par ordre chrono-alp (...)

2Actuellement, c’est en Asie orientale que le développement des collaborations régionales est le plus rapide. Ces collaborations suivent essentiellement cinq voies : (1) collaboration des « 10 », interne aux dix États membres de l’ASEAN1 ; (2) dialogue et collaboration entre l’ASEAN et respectivement la Chine, le Japon et la Corée du Sud, c’est ce qu’on appelle les trois voies « 10 + 1 » ; (3) échanges au sein du trio formé par la Chine, le Japon et la Corée, c’est-à-dire la collaboration des « 3 » ; (4) échanges et collaborations entre tous les pays de l’Asie orientale et du Sud-Est, soit l’« ASEAN + 3 » ; (5) et, pour finir, une forme de collaboration récemment apparue, à savoir le sommet de l’Asie orientale (EAS) qui réunit les «10 + 3 + 3 ».

3Commençons par présenter le développement et les échanges internes de l’ASEAN, fondée le 8 août 1967 à Bangkok, où l’on a fêté ses quarante ans en 2007. Au cours de ces quarante années, le développement de l’ASEAN a connu trois phases. La première, de 1967 à 1975, est la période d’harmonisation des relations diplomatiques aussi bien entre États membres qu’entre l’ASEAN et le reste du monde. La deuxième phase, de 1976 à 1991, voit s’intensifier les coordinations politiques et les échanges économiques, avec notamment, en 1976, la signature du traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est ; toutefois, la progression des collaborations économiques est lente, et se limite au niveau le plus bas des conditions préférentielles de commerce. La troisième ère, qui débute en 1992, constitue l’étape d’approfondissement des collaborations politiques et économiques : sur le plan politique, l’ASEAN complète et perfectionne de jour en jour ses organismes et s’élargit, regroupant de nouveaux pays membres ; sur le plan économique, l’année 2002 voit la création de la zone de libre-échange de l’ASEAN constituée des six États membres fondateurs. Depuis 2003, l’ASEAN préconise également la création d’une communauté économique, sécuritaire, sociale et culturelle, en prenant modèle sur la forme initiale de l’Union européenne.

4L’ASEAN joue un rôle incontournable dans les coopérations économiques en Asie de l’Est, et presque tous les pays de la zone s’accordent à lui reconnaître un certain leadership régional. En effet, du fait de la richesse des expériences accumulées depuis sa création, l’ASEAN est particulièrement adroite dans l’organisation des projets coopératifs subrégionaux en Asie : elle applique le principe de concertation pour le traitement des relations internes ; quant aux relations extérieures, elle adopte la stratégie d’équilibre entre des grands pays. C’est pourquoi certains préconisent d’étendre l’ASEAN de l’Asie du Sud-Est à toute l’Asie de l’Est. Peut-on alors espérer que toutes les collaborations en Asie de l’Est finiront par s’inscrire dans le cadre d’une « Union est-asiatique » ? La clé de la question est de savoir si l’ASEAN saura s’imposer comme leader, face aux poids lourds économiques que sont notamment la Chine et le Japon.

5Ensuite, présentons les coopérations et les dialogues entre l’ASEAN et la Chine, le Japon et la Corée. Cette forme de collaboration est en plein essor, surtout sur le plan économique. La création d’une zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN contribue fortement au développement de ce modèle. En novembre 2001, la Chine propose la création d’une zone de libre-échange avec l’ASEAN pour les dix années à venir, ce qui aboutira à la signature de l’« accord-cadre sur la coopération économique globale Chine-ASEAN ». Puis, par l’application d’un accord de « vente anticipée des récoltes », plus de cinq cents produits essentiellement agricoles ont bénéficié d’une réduction de droits de douane. L’ouverture de la Chine à l’égard de l’ASEAN dans le domaine des produits agricoles, un secteur très sensible, manifeste la volonté du gouvernement chinois d’agir avec responsabilité en tant que puissance locale. En 2004 et 2007, la Chine et l’ASEAN signent tour à tour des accords de libre-échange pour les marchandises puis pour les services. La zone de libre-échange est donc en voie de réalisation et les collaborations entre la Chine et l’ASEAN alimenteront la locomotive de l’intégration régionale en Asie de l’Est.

6Stimulés par les relations étroites entre la Chine et l’ASEAN, le Japon et la Corée du Sud ont eux aussi intensifié leurs collaborations avec les pays de l’ASEAN. En octobre 2003 est conclu l’« accord-cadre sur la coopération économique globale Japon-ASEAN ». Mais le Japon est plus enclin à établir des voies de libre-échange avec chacun des pays membres plutôt qu’avec l’ASEAN dans sa globalité. De plus, le protectionnisme prononcé du Japon sera un obstacle majeur pour ces échanges. Quant à la Corée du Sud, elle signe en août 2006 un accord sur la libre-circulation des marchandises, mis en application en juin 2007. Cependant, comme la Corée du Sud ne voulait pas inclure le riz dans le cadre de cet accord, la Thaïlande a refusé d’apposer sa signature. C’est la raison pour laquelle les collaborations de l’ASEAN avec la Corée avancent plus lentement qu’avec la Chine et le Japon.

7En troisième lieu, on peut considérer les dialogues et les collaborations triangulaires entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Mais, à cause des différends hérités de l’histoire, le développement de cette voie d’intégration reste relativement lent. Actuellement, les domaines de collaborations économiques sont assez restreints.

8Quatrièmement, les échanges à l’échelle de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, dans le cadre de « ASEAN + 3 », représentent la voie principale de coopération en Asie orientale à l’heure actuelle. En réalité, le développement du modèle « ASEAN + 3 » a été favorisé par les dialogues Asie-Europe, dans le cadre de l’ASEM (Asia Europe Meeting), dont les huit sommets de 1996 à 2008 ont fourni autant de moments et de lieux de rencontre aux pays de la région. La mise en place de l’« ASEAN + 3 » a débuté en 1997 avec le sommet de Singapour réunissant l’ASEAN et les dirigeants des gouvernements chinois, japonais et coréens, et ce sommet sera réitéré chaque année. En 2002, les dirigeants ont validé le rapport du groupe d’étude sur l’Asie de l’Est (EASG) préconisant la création d’une union est-asiatique. La déclaration de Tokyo, fin 2003, lors d’un sommet entre le Japon et les responsables de l’ASEAN, est venu confirmer cet objectif final d’une union est-asiatique. En janvier 2007 a eu lieu le dixième sommet de l’ASEAN + 3. Néanmoins, le rôle de l’ASEAN + 3 s’arrête maintenant à la phase de dialogue et de négociation.

9En dernier lieu vient le sommet de l’Asie orientale, ou EAS (East Asia Summit). Le 14 décembre 2005 s’est tenu le premier sommet de l’Asie orientale dans la capitale malaisienne, où une « déclaration de Kuala Lumpur sur l’EAS » a été est signée. Cette nouvelle formation est considérée comme une avancée majeure dans les échanges régionaux en Asie.

10Tandis qu’une initiative sud-coréenne a été à l’origine de la création de ce sommet de l’Asie orientale, des propositions plus concrètes ont été formulées en 2001 par l’EAVG (East Asian Vision Group) composé de vingt-six experts issus des treize pays, dans le but de la création d’une union est-asiatique. À l’époque, il ne prévoyait que la réunion des dix pays membres de l’ASEAN plus la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Or les États-Unis ont tenté de participer au sommet et ont préconisé la création d’une « Union du Pacifique », qui serait fondée sur les valeurs américaines. Toutefois, à cause de leur désaccord sur trois conditions imposées par l’ASEAN, les États-Unis n’ont finalement pas pu participer au sommet en tant que pays membre. Les trois conditions imposées aux États-Unis sont les suivantes : (1) établir un partenariat global avec l’ASEAN ; (2) adhérer au traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est ; (3) matérialiser ses relations avec l’ASEAN. Mais cela ne suffit pas à dissuader les Américains d’exercer leur influence de manière indirecte : par l’intermédiaire du Japon, les États-Unis ont réussi à faire adhérer au sommet l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Avec l’Inde, celles-ci sont les trois participants supplémentaires au sommet, répondant aux trois conditions de l’ASEAN citées ci-dessus. Ainsi est né le modèle du sommet « ASEAN + 3 + 3 » ou encore « ASEAN + 6 », considéré par les experts chinois comme marquant le début d’une nouvelle ère de « réinvention de l’Asie par le peuple asiatique ».

11En conclusion, bien que l’idée d’une intégration régionale ou d’une union soit communément acceptée en Asie de l’Est, il existe néanmoins des désaccords profonds entre les différents pays, quant à la détermination du type de fédération à bâtir. Il est encore trop tôt pour prédire quel chemin empruntera cette construction, car il reste quelques problèmes à résoudre : (1) le Japon doit renoncer au révisionnisme sur certains points de l’histoire, sinon ce sera un sérieux obstacle pour la conciliation des pays en Asie orientale ; (2) la délimitation géographique est à préciser, pour savoir si cette nouvelle communauté inclura les pays de l’ASEAN + 3, de l’ASEAN + 6 ou encore de l’ASEAN + X. Cette délimitation a en effet toujours été un sujet de discorde entre la Chine, qui veut que l’union soit fondée sur l’ASEAN + 3, et le Japon, qui insiste pour que la base soit constituée par l’ASEAN + 6 ; (3) une autre difficulté se rapporte à la capacité d’une union est-asiatique à résister aux tentatives d’interférence ou d’ingérence des États puissants situés hors de la zone. Aussi, si les pays de l’Asie orientale veulent concrétiser l’union de leur rêve, il leur faut avant tout développer la conscience communautaire et identitaire est-asiatique.

Notes

1 Association des nations de l’Asie du Sud-Est, qui compte les membres suivants par ordre chrono-alphabétique : Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande (1967) ; Brunei (1984) ; Viêtnam (1995) ; Laos et Myanmar (1997) ; Cambodge (1999).

Auteur

Li Wannan est docteur en histoire de l'Asie du Sud-Est. Elle est chercheuse à l'Institut d'études de l'Asie du Sud-Est de l'université Ji Nan à Canton (Guangzhou). Ses travaux portent sur l'histoire de l'Asie du Sud-Est et l'intégration régionale. Elle est l'auteur d'une série d'articles sur l'intégration asiatique, en particulier sur l'Asie du Nord-Est et du Sud-Est.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540