Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Expériences et réalités asiatiques

La construction européenne et l’Asie : relations et correspondances

Hugues Tertrais

Texte intégral

  • 1 Hugues Tertrais, Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Paris, Gallimard (Folio), 20 (...)

1À première vue, la comparaison entre l’Europe et l’Asie apparaît difficile : la petite Europe et la gigantesque Asie, pour autant que cette dernière existe vraiment – nous y reviendrons –, ressortent d’une représentation européenne de la planète, plus ou moins arbitrairement découpée en cinq « continents ». Mais les mots sont là, fussent-ils victimes d’une importante déformation de perspective. Par contre, si les éléments classiquement géographiques sont laissés de côté (superficie, population, etc.), la comparaison devient pertinente en termes d’organisation – ou de non-organisation – régionale. À défaut d’être toujours unie, l’Europe « en construction » fonctionne déjà, avec des institutions communes et dans une intégration interétatique dont les citoyens eux-mêmes n’ont pas toujours conscience de l’importance. En Asie, au contraire, il n’existe globalement rien de tel, malgré une intégration économique croissante entre les pays, ou alors plus ponctuellement, comme en Asie du Sud-Est1.

2Pour qui remonte l’histoire du xxe siècle, les deux ensembles – Europe et Asie – peuvent être pensés ensemble, notamment en termes de construction régionale ou de « déconstruction » impériale. Il est pour la première fois question d’Europe unie au tournant des années 1930, à l’initiative du ministre français des Affaires étrangères Aristide Briand, mais, dans le contexte de la crise économique qui débute alors, l’idée fait long feu. Notons qu’à l’époque, la France et plus encore le Royaume-Uni sont également des puissances asiatiques : de l’Inde au Japon, en passant par l’Asie du Sud-Est et la Chine, elles contrôlent sous des formes diverses — et d’autres pays européens avec elles – de vastes territoires et une part sans doute plus grande encore de l’économie marchande. Rares sont les pays asiatiques (Siam, Japon) qui échappent alors à la mainmise occidentale : colonies, protectorats et « concessions » (en Chine) forment un ensemble territorial presque continu ou, du moins, solidement constitué en réseau ; les puissantes banques occidentales s’assurent du reste – la Banque de l’Indochine est fondée à Saigon en 1875 et, progressivement, étend sa toile sur l’ensemble de l’Asie et des territoires du Pacifique, battant monnaie dans de nombreux pays.

  • 2 Un Comité de l’Asie française, comme il en existe d’autres en France dans le cadre du « parti colo (...)

3De manière significative, il ne s’agit pas tant – ou pas seulement – d’exporter vers l’Asie ou de drainer les ressources asiatiques vers la lointaine Europe que de s’inscrire dans les dynamiques locales. Dès le début du xxe siècle, les groupes de pression français intéressés à développer une « Asie française » autour de l’Indochine le reconnaissent : « Il s’agit moins encore, pour eux, de vendre aux Asiatiques des produits européens que d’avoir le bénéfice de diriger la production et la répartition des marchandises que l’Asie doit produire. » Or, précisent-ils en substance, l’Europe n’est pas le centre de cette partie du monde, c’est la Chine qui joue ce rôle2.

  • 3 Hugues Tertrais, « Behind the Indochina War, Victory for Asia », in Rethinking International Histo (...)

4La Seconde Guerre mondiale va entraîner, on le sait, une large redistribution des cartes dans laquelle, à nouveau, Europe et Asie peuvent être pensées ensemble. Après 1945, en particulier, la construction européenne et la décolonisation vont de pair, au point que la seconde apparaît même comme l’un des facteurs de la première. Or la décolonisation commence précisément en Asie (Indochine et Indonésie dès 1945) et s’y achève (Hong Kong en 1997). En Indochine, la France, qui échoue dans sa reconquête du territoire, se heurte alors aux Japonais vaincus mais encore présents, aux Vietnamiens bien sûr, mais aussi aux Chinois qui, après la révolution de 1949, soutiennent ces derniers3. Pour le reste, dans une guerre mal gérée, le choix français au début des années 1950, face à une « menace communiste » croissante en Asie comme en Europe est clairement de privilégier sa position en Europe, alors que la guerre de Corée pose également la question de la défense européenne.

  • 4 Traités de Paris en 1951 pour la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) et de 1952 (...)
  • 5 Conférence de presse de Robert Schuman, 9 mai 1950.
  • 6 Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie, Philippines.

5La construction européenne effectue alors ses premiers pas, principalement autour de la CECA dès 1950 et de la CEE en 1957, malgré l’échec de la CED4. L’idée majeure qui guide cette construction est la paix : « La solidarité de production qui sera ainsi nouée [dans les domaines du charbon et de l’acier] manifestera que toute guerre entre la France et l’Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible5. » En retour, pourrait-on dire, et dans le contexte de la guerre froide, l’idée régionale commence à prendre corps en Asie du Sud-Est, important et ancien carrefour des colonisations pour l’Europe, et peut-être par mimétisme : dix ans après les traités de Rome, la déclaration de Bangkok fonde l’ASEAN en 1967. L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, d’abord fondée par cinq pays de la zone6, affiche alors, plus ou moins explicitement, une double volonté : neutraliser comme en Europe les tensions entre deux de ses pays membres (Malaisie et Indonésie, qui se déchirent pour les territoires britanniques du Nord-Bornéo) ; et « contenir » le foyer de guerre anticommuniste en Indochine – la guerre du Viêtnam bat son plein depuis 1965. Les relations entre la CEE et l’ASEAN se sont depuis lors développées de façon continue, en particulier dans les années 1970 grâce à la forte impulsion donnée par l’adhésion britannique (1974) – alors encore puissance asiatique.

6Le grand tournant de 1989-1990, soit l’écroulement du communisme en Europe et la fin du face-à-face Est-Ouest, change à nouveau la donne. Il n’est pas ressenti de la même manière en Europe et en Asie, où les régimes communistes tiennent bon, à Pyongyang, Beijing ou Hanoi. Mais il y réactive l’idée de puissance nationale, relativise la « menace communiste » et encourage l’idée d’intégration régionale – dans une réorganisation du monde autour de ses grands pôles économiques, justement mal définis en Asie : les autres grands pôles sont précisément l’Union européenne et l’Amérique du Nord autour des États-Unis (ALENA, Accord de libre-échange nord-américain, qui se constitue alors).

  • 7 Les dernières adhésions à l’Union européenne – Bulgarie, Roumanie – se font en 2007. La dernière a (...)

7La construction régionale – ou ce qui en tient lieu – est ainsi plus récente en Asie qu’en Europe, ne concernant d’abord que l’Asie du Sud-Est, maillon le plus faible de la zone, mais les deux se développent parallèlement. Deux moments marquent ce parallélisme de la façon la plus spectaculaire, les années 1992 et 1995. En 1992 d’abord, le traité de Maastricht institue d’une part l’Union européenne – qui se substitue à la CEE – et prévoit la monnaie unique européenne (euro) ; et le traité de Singapour met à terme en place une zone de libre-échange entre les pays membres de l’ASEAN (AFTA, Asean Free Trade Area). L’année 1995 sera ensuite marquée dans les deux régions par d’importants élargissements : le passage à l’Europe des quinze (avec l’Autriche, la Suède et la Finlande) d’une part, l’adhésion du Viêtnam communiste à l’ASEAN d’autre part. L’Union européenne réunit bientôt toute l’Europe, comme l’ASEAN toute l’Asie du Sud-Est7.

8Mais prise dans son ensemble, l’Asie ne fonctionne pas dans le même calendrier que l’Europe ni dans un espace géopolitique comparable. Elle dispose d’une première expérience de regroupement régional à l’échelle de la zone, mais en quelque sorte non dite, ou évoquée comme un contre-exemple : la « Sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale », que Tokyo entreprit – vainement – de constituer par la conquête au début des années 1940, sur toute la façade pacifique de l’Asie, du Japon à l’Asie du Sud-Est en passant par la Chine occupée.

  • 8 Mahathir Mohamad et Shintaro Ishihara, politicien japonais, publieront ensemble une sorte de manif (...)

9Dans les années 1990, la fin de la bipolarité invitant à de nouveaux regroupements, d’autres tentatives, plus larges et souvent plus formelles, sont envisagées. Dans l’ordre chronologique apparaît d’abord l’APEC (Asia Pacific Economic Cooperation), à une échelle quasi planétaire : initiative australienne en 1989, réactivée en 1993 par les États-Unis du président Clinton, au sommet de Seattle, l’APEC réunit depuis lors en sommets annuels tous les chefs d’État et de gouvernement de cette vaste zone qui inclut l’Amérique ; structure de concertation, elle agit principalement en faveur du libre-échange international. Plus « asiatique », l’EAEC (East Asian Economic Caucus) est proposée en 1991 par la Malaisie et son Premier ministre Mahathir, autour d’un axe entre l’Asie du Sud-Est et le Japon : le projet rappelle un peu le slogan « l’Asie aux Asiatiques » cher au Japon du début des années 1940 ; l’époque est à la promotion des « valeurs asiatiques8 », mais l’EAEC ne dépassera jamais le stade de la proposition et les valeurs asiatiques se dilueront dans la crise du même nom en 1997-1998. Entre-temps, l’ASEM (Asia Europe Meeting) est fondée en 1996 face à 1APEC, comme structure de concertation entre l’Union européenne d’un côté, et l’ASEAN de l’autre, avec les pays asiatiques qui commencent à devenir ses « partenaires de dialogue » (Chine, Japon, Corée du Sud).

  • 9 L’expression a été formulée par le géographe français Elisée Reclus et popularisée par l’orientali (...)

10Mais parmi ces tentatives, malgré sa position géographiquement marginale – à « l’angle de l’Asie9 » –, l’ASEAN garde une position « centrale » : faible en elle-même mais unique par son existence en tant qu’organisation régionale – qu’elle est seule à pouvoir aujourd’hui prétendre être –, elle est devenue le lieu de rencontre possible pour tous les pays de l’Asie. Les sommets de l’ASEAN ont ainsi tendance à se transformer progressivement en sommets « asiatiques ». Dans le contexte de la crise asiatique de 1997-1998 apparaît ainsi l’« ASEAN + 3 » (les dix pays de l’Asie du Sud-Est plus la Chine, la Corée du Sud et le Japon) : l’idée vient de Corée du Sud, sans doute un peu à l’étroit entre Chine et Japon. La crise a en effet montré la nécessité d’une vison plus large, voire d’une tentative de régulation, alors qu’une intégration économique de facto – plutôt « sauvage » – existe déjà entre les principaux acteurs de la zone : Japon, Corée, Chine, Taïwan, etc.

11Il faut noter que, à la différence de l’APEC, structure de concertation aux dimensions de l’ensemble du bassin du Pacifique, la structure euro-asiatique de concertation qu’est également l’ASEM accompagne ce dernier processus : les pays asiatiques qui en sont membres sont précisément ceux de l’« ASEAN + 3 », qui ne regroupe que des pays « asiatiques » ; et quand l’Inde, engagée depuis le début des années 1990 dans sa « Look East Policy », s’est invitée plus récemment dans le « concert » asiatique, elle a aussi été admise au sein de l’ASEM – elle-même progressivement augmentée des nouveaux pays membres de l’Union européenne.

12Le réveil des puissances et de leurs ambitions nationales, également conséquence en Asie de la fin des blocs, concerne plus directement les grands pays de la zone. La centralité chinoise, une réalité ancienne qui n’a jamais vraiment disparu, refait surface de façon spectaculaire. Ce retour de la Chine sur la scène mondiale était anticipé en Europe depuis plusieurs décennies, en relation avec la construction européenne, qui promettait elle aussi un rééquilibrage des rapports de forces dans le monde.

  • 10 Archives nationales françaises, Papiers Giscard d’Estaing, 5 AG 3 / AE 81, Chine, 1974-1980, compt (...)

13Les entretiens de 1975 à Paris entre le président français Giscard d’Estaing et le vice-Premier ministre Deng Xiaoping, dont les minutes sont disponibles, l’illustrent bien10. Immédiatement après la guerre du Viêtnam, l’époque avait sa propre tonalité. Le dirigeant chinois évoque en effet le « danger d’éclatement d’une troisième guerre mondiale », d’origine soviétique, que Pékin semble prendre très au sérieux. Mais la réponse de Giscard d’Estaing va au-delà et intègre la construction européenne : « Si l’on envisage la situation à une échéance de 20 ou 30 ans, explique-t-il, on doit tenir compte de deux éléments qui, d’ici là, vont intervenir. D’abord l’influence de la Chine qui sera devenue une puissance mondiale, et aura la possibilité de se faire entendre. Ensuite l’union de l’Europe. L’Europe aura atteint, dans 20 ans, un degré d’union politique qui sera un élément important de l’équilibre global. Aujourd’hui, on raisonne sur deux superpuissances. Mais celles-ci auront perdu dans 20 ans la position particulière qui est la leur. » On le sait, l’effondrement du bloc de l’Est et de l’URSS elle-même a considérablement modifié la perspective. « vingt ou trente ans » après, l’union politique de l’Europe reste en chantier, mais sur un espace considérablement élargi, et la Chine est en effet devenue « une puissance mondiale ». Le raisonnement tient.

  • 11 L’un des plus récents a été signé le 13 août 2009 entre l’Inde et les dix pays de l’ASEAN : ne por (...)

14Aujourd’hui, certains posent la question d’une Union asiatique – celle de l’union politique de l’Europe restant en suspens – : le sommet de Kuala Lumpur en décembre 2005, un peu éclipsé par celui de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong au même moment, a été une première tentative, difficilement relayée par le sommet de Cebu (Philippines) un an plus tard. Mais il reste bien des incertitudes. Les enjeux sont considérables sur le plan économique : en termes de PIB, par exemple, et en pondérant les taux de croissance, la seule « ASEAN + 3 » (comprenant il est vrai Chine et Japon) rattraperait l’Union européenne autour de 2010. Déjà, à l’instar de celui qui se met en place entre la Chine et l’ASEAN, de multiples accords de libre-échange sont signés en Asie11. Mais au-delà ?

15En termes de dimension et de configuration, une Union asiatique ne serait pas l’Union européenne. Outre le problème de la définition même de l’Asie, il n’est d’ailleurs pas sûr que l’idée corresponde aux intérêts de ses principaux acteurs : les « petits » pays se sentent les plus concernés (la Corée du Sud, on le sait, est l’inventeur du concept d’« ASEAN + 3 ») ; mais les grands ? La Chine ou l’Union indienne sont aussi vastes, plus peuplées et potentiellement aussi puissantes que l’Union européenne – sans parler du Japon. Entre eux se posent des questions de concurrence et de leadership. Il n’est pas certain non plus que les États-Unis, toujours très présents, soient pressés d’avoir en face d’eux une Union asiatique capable de devenir plus puissante qu’eux.

16Un des aspects importants de la question est donc la définition de l’Asie : celle-ci existe-t-elle autrement que comme une représentation occidentale ? Il s’agit sans doute d’une idée importée mais elle a également été intériorisée : les « Asiatiques » semblent maintenant chercher à en définir l’existence. Mais l’identité asiatique, en dépit du débat des années 1990 sur les « valeurs asiatiques », est certainement plus difficile à trouver que l’identité européenne.

17Où commence et où s’arrête l’Asie ? La question des limites, des frontières, se révèle essentielle. Frontières extérieures : accessoirement, l’Australie et la Nouvelle-Zélande participent déjà aux sommets « asiatiques ». Mais aussi frontières intérieures : la guerre froide est-elle finie en Asie ? Le 38e parallèle est sûrement moins stratégique que ne l’était la frontière interallemande, mais, sans organisation régionale pour les encadrer, la question des réunifications coréennes et chinoises comporte toujours le risque de sérieux dérapages.

18Pour cette Asie en gestation, ou à la recherche d’elle-même, l’Europe aurait ainsi un rôle à jouer. La Banque asiatique de développement (BAD), dont le siège est à Manille, le pense pour d’autres raisons. Son président japonais Kuroda intervient périodiquement dans ce sens, notamment dans la presse internationale : pour lui, le modèle européen est clairement une « source d’inspiration pour l’Asie ».

  • 12 Haruhiko Kuroda, président de la Banque asiatique de développement, « L’Union européenne peut être (...)

19Il analyse que la construction régionale a été un facteur déterminant pour réduire les décalages entre niveaux de richesse et de développement existant en Europe, et il voit aujourd’hui celle-ci « bien placée pour poursuivre son intégration régionale ». En Asie également, dans le contexte d’une croissance économique impressionnante : « Bien que le régionalisme économique soit moins avancé qu’en Europe, écrit-il, l’intégration fondée sur les mécanismes de marché, le commerce et les investissements, a été la clé de la croissance et de la réduction de la pauvreté en Asie. » Mais il faut aller plus loin, en prenant modèle sur ce qui se fait en Europe et dans trois directions : la création d’institutions communes, le principe de subsidiarité (modulations nationales face à des institutions centralisées) et le parti pris en faveur des petits pays (discrimination positive)12.

20L’Europe pourrait être aussi une source d’inspiration quant au rapport que chaque « région » entretient avec sa propre histoire, sur le plan mémoriel donc. L’Union européenne s’est construite grâce une vraie réconciliation entre ses deux principaux États antagonistes, la France et l’Allemagne, et dispose d’une forte expérience en la matière – l’image du président français Mitterrand et du chancelier allemand Kohl, la main dans la main à Verdun en 1984, en reste le symbole. Les grands acteurs de la zone Asie pourraient-ils être tentés un jour par une voie de même nature ? Compte tenu de leurs rapides montées en puissance, il n’est pas certain que leurs intérêts les y portent naturellement.

Notes

1 Hugues Tertrais, Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Paris, Gallimard (Folio), 2002.

2 Un Comité de l’Asie française, comme il en existe d’autres en France dans le cadre du « parti colonial », est fondé en 1901. Il édite une publication mensuelle, du premier numéro de laquelle est extraite cette citation.

3 Hugues Tertrais, « Behind the Indochina War, Victory for Asia », in Rethinking International History from Asian Perspectives, Tokyo, Tokyo University of Foreign Studies, 2005 : 113-127.

4 Traités de Paris en 1951 pour la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) et de 1952 pour la CED (Communauté européenne de défense), ce dernier jamais ratifié ; traités de Rome pour la CEE (Communauté économique européenne) et l’Euratom.

5 Conférence de presse de Robert Schuman, 9 mai 1950.

6 Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie, Philippines.

7 Les dernières adhésions à l’Union européenne – Bulgarie, Roumanie – se font en 2007. La dernière adhésion à l’ASEAN – le Cambodge – remonte à 1999.

8 Mahathir Mohamad et Shintaro Ishihara, politicien japonais, publieront ensemble une sorte de manifeste de ces valeurs asiatiques : The Voice of Asia. Two Leaders Discuss the Corning Century, Tokyo, 1995.

9 L’expression a été formulée par le géographe français Elisée Reclus et popularisée par l’orientaliste Paul Mus.

10 Archives nationales françaises, Papiers Giscard d’Estaing, 5 AG 3 / AE 81, Chine, 1974-1980, compte rendu de la visite de Teng Hsiao Ping (Deng Xiaoping), mai 1975.

11 L’un des plus récents a été signé le 13 août 2009 entre l’Inde et les dix pays de l’ASEAN : ne portant pas sur les services, il prévoit l’abolition progressive des droits de douane sur 4 000 produits. Le Monde, 19 août 2009.

12 Haruhiko Kuroda, président de la Banque asiatique de développement, « L’Union européenne peut être un modèle pour la région asiatique », Le Monde économie, 15 mars 2005.

Auteur

Hugues Tertrais est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC, Institut Pierre Renouvin). Il est l’auteur notamment de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, et directeur de la publication de Angkor, viiie-xxie siècle. Mémoire et identité khmères, Paris, Autrement, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540