Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Expériences et réalités asiatiques

Réforme et néoconservatisme chinois

Nanping Yu

Texte intégral

Introduction

1Au fur et à mesure de la croissance économique de la Chine et de son développement commercial, dans le contexte de la mondialisation et de son adhésion à l’OMC, son rôle et son poids dans les relations internationales ont discrètement changé. Nombre de spécialistes de la Chine à l’étranger, y compris ceux d’origine chinoise, ont analysé le modèle de « l’émergence pacifique » promu par Pékin. Ces chercheurs, qui envisagent soit le développement d’une Chine de plus en plus menaçante soit d’une Chine en progressif déclin, se fondent sur l’étude de l’évolution des forces politiques et économiques, ou bien sur l’hypothèse que le pays ne puisse plus, dans le futur, trouver des solutions à ses problèmes intérieurs. Malheureusement, faute d’une compréhension réelle de l’évolution de la politique intérieure et en particulier de la restructuration sociale et économique en cours, ces études prospectives, souvent d’inspiration « néolibérale », interdisent une analyse pertinente de l’orientation de la société chinoise actuelle. C’est pourquoi nous nous attachons ici à étudier les valeurs et les principes politiques qui détermineront la prochaine étape de la réforme du pays. Si cette mutation semble résulter du simple changement de l’équipe dirigeante il y a deux ans, force est de constater qu’au fond, il s’agit d’un choix inévitable que les hommes d’État chinois ont fait en traitant avec prudence l’héritage politique et les problèmes sociaux laissés par leurs prédécesseurs. Ce choix relève aussi d’une nouvelle réflexion de toutes les couches sociales du pays sur les acquis et les erreurs des réformes antérieures.

La réforme chinoise : analyses rétrospectives

2Vingt-six années de réforme ont profondément transformé l’économie chinoise et restructuré la société : les ouvriers ont perdu le statut de classe dirigeante qu’ils possédaient à l’époque de Mao Zedong. D’autres groupes sociaux émergents leur ont ravi cette position respectable. Nous pouvons les définir de différentes façons : classes sociales, modes de vie ou bien groupes sociaux, expression la plus neutre, privilégiée par les sociologues. Ces nouvelles couches sociales n’ont pas hésité, tout au long de la constitution d’une économie de marché aux caractéristiques chinoises, à revendiquer leurs intérêts économiques par leurs propres moyens. Elles ont ainsi formé, de manière spontanée, des groupes d’intérêts spéciaux afin de progresser dans la hiérarchie sociale.

3Nous pouvons résumer clairement la réforme chinoise en trois étapes décisives.

4La première étape de la réforme, de 1978 à 1985, est caractérisée par la mise en place du mode d’exploitation familial sous contrat forfaitaire lié au rendement des terres. Les paysans, le plus grand groupe social du pays, en sont alors les principaux bénéficiaires. Ce nouveau système a non seulement augmenté la productivité agricole, entraîné le développement rapide des entreprises rurales fondées sur la propriété collective, mais aussi suscité la mise en place d’un mécanisme de fixation du prix des produits agricoles déterminé par l’économie de marché.

5La deuxième étape, entre 1985 et 1998, a été consacrée à la réforme urbaine : divers leviers, tels que la prime au travail et le partage des bénéfices par la gestion déléguée, ont été conçus en vue d’inciter les ouvriers à adopter l’économie de marché ; le système planifié du salariat figé a été annulé. Bien que cette réforme ait créé des écarts de revenu entre les salariés, ou entre salariés et sous-traitants, et qu’elle ait fait perdre leur poste à certains employés, ces changements avaient été anticipés par la majorité des employés qui attendaient des réformes, et pouvaient s’y adapter.

6Les deux premières étapes ont un point commun : elles constituent toutes les deux « un changement auquel tout le monde participe pour y trouver son compte ». Malgré les événements de la place Tian An Men en 1989 et compte tenu des réels avantages de ces réformes dont elle a pu bénéficier, la majorité de la population a opté pour un maintien de l’ordre politique et économique et notamment pour le prolongement d’une réforme à un rythme mesuré. Cela peut expliquer en partie leur peu de soutien actif aux manifestations des étudiants de Pékin.

  • 1 Mais je ne partage pas l’avis de Francis Fukuyama selon lequel l’individu n’est qu’un atome sous l (...)
  • 2 Cette dégradation économique est facilement constatée dans la comparaison entre les revenus des ci (...)
  • 3 Durant les vingt-six ans de la réforme chinoise, ont eu lieu trois débats sur la réforme, le premi (...)

7La troisième étape, de 1998 à 2003, a marqué un tournant de la réforme, qui est désormais inspirée par la logique de l’économie libérale. Les dirigeants des gouvernements central et locaux ont mis en place un nouveau régime économique qui prévoit la privatisation d’entreprises étatiques et de services publics. Dans le domaine social, le gouvernement a ainsi renoncé à ses responsabilités, telles que l’éducation, les soins médicaux et le logement social, en s’attachant à promouvoir les performances économiques. Bénéfiques seulement pour un petit nombre de gens en étroite relation avec les pouvoirs publics, les restructurations de ces trois domaines sociaux ont été rejetées par la majorité des Chinois. Elles sont ainsi qualifiées de « réforme favorable à la minorité aux dépens de la majorité ». La logique « gagnant-gagnant » de la réforme menée auparavant a été remplacée par la logique de « jeu à somme nulle ». La cohésion sociale, fondée sur l’économie planifiée pendant trente ans, a donc disparu définitivement. La plupart des gens sont devenus des « atomes sociaux1 » dans un nouveau contexte où cohabitent une économie de marché métamorphosée et un régime politique fondé sur le parti unique. Cela a entraîné la dégradation du niveau de vie des travailleurs2 et leur déclassement sur le plan politique. Le pire est que la logique du « laisser-faire » de l’économie libérale prive sans pitié les travailleurs de tous les acquis sociaux que le régime de l’économie planifiée avait pu leur offrir : emploi à vie, logement peu cher, soins médicaux gratuits, scolarité gratuite, fussent-ils insuffisants et à un niveau très bas. Ce bouleversement a complètement détruit l’ancien tissu social et la conscience collective des individus. D’où un vide moral qui se crée et règne dans la société chinoise. Le mécontentement suscité par la logique de la troisième étape de la réforme s’est traduit par un tollé général sur internet et dans la société civile, qui a lui-même provoqué, depuis fin 2005, le troisième « débat3 » sur la légitimité de la réforme, au sein de la communauté intellectuelle.

8Ainsi, en Chine, une nouvelle évolution est en cours, caractérisée par la transformation en profondeur de la société : apparition de nouvelles couches sociales, émergence de nouveaux groupes de pression et mise en place de politiques issues des conflits sociaux dus au bouleversement économique et social. Il est intéressant de constater qu’en dehors de deux courants principaux qui opposent le conservatisme classique préconisant l’économie planifiée et le libéralisme avocat de l’économie de marché au sens plein du terme, un troisième courant qualifié de « néoconservatisme » a pris corps dans des classes sociales défavorisées, incarnant leurs revendications politiques et économiques. En effet, le néoconservatisme dispose d’un fort potentiel de développement dans le cadre de la prochaine étape de la réforme, basée sur sa critique du libéralisme d’une part, et son refus du conservatisme traditionnel d’autre part. Il est donc indispensable de mettre au clair ce nouveau phénomène pour mieux apprécier la nouvelle orientation de la réforme et la modification de la stratégie chinoise dans le domaine de la diplomatie et de la coopération internationale.

Quelle est la définition du « néoconservatisme chinois » ?

  • 4 Voir l’essai de Michael Oakeshott, Rationalism in Politics, New York, Methuen & Co. Ltd, 1962 : 16 (...)
  • 5 Pour plus d’informations sur la définition du « conservatisme » et les quatre catégories afférente (...)
  • 6 Voir l’ouvrage de Karl Polanyi, The Great Transformation, Boston, Beacon press, 1957 [1944].

9Au lieu de procéder à un simple jugement de valeur pour voir si le terme « néoconservatisme » est péjoratif selon la conscience politique collective des Chinois ou bien s’il s’agit d’un simple emprunt à la définition occidentale, nous préférons chercher à le cerner selon son sens intrinsèque : d’après Michael Oakeshott (discours de 1962), il vise à « profiter et jouir des acquis sans vouloir chercher et espérer d’autres choses. Autrement dit, il s’agit de préférer les choses connues aux inconnues, ou d’aimer les choses prouvées plutôt que des choses à prouver4 ». Si cette explication est trop abstraite pour éclairer la nature du conservatisme, nous proposons une version simplifiée de la théorie de Clinton Rossiter qui distingue le « conservatisme » du « Conservatisme » avec une capitale de la façon suivante : le premier décrit une simple attitude, idée ou préférence de l’individu (soit une façon de pensée ou un caractère personnel qui est recouvert par le « conservatisme » de nature et de sentiment mentionné par Rossiter), le second désigne le « Conservatisme politique et philosophique ». Fondamentalement, le « néoconservatisme chinois » relève plus d’une idéologie politique, d’une vision de l’économie ou du lien social que d’une préférence culturelle5. Suivant cette logique, il se distingue de la vogue du « confucianisme contemporain » en dehors de la Chine et des « grandes traditions intellectuelles chinoises » auxquelles se réfèrent un petit nombre de chinois. Si nous adoptons une approche socio-économique, la compréhension du néoconservatisme nous conduira à traiter la problématique soulignée par Karl Polanyi en ces termes : « Plus développée est l’économie de marché, plus grave est son incapacité à maintenir la cohésion sociale6. »

  • 7 Concernant les bases et la logique du conservatisme anglo-américain, on peut se référer à William (...)

10Par conséquent, s’appuyant sur les us et coutumes, le conservatisme possède une connotation collective plutôt qu’individuelle et constitue une revendication commune fondée sur l’expérience commune ou sur des objectifs partagés, tant au niveau local qu’au niveau national7. Ainsi, le « néoconservatisme chinois » actuel, qui se traduit par « notre revendication » au lieu de « ma revendication », tient à rappeler la vocation initiale de la réforme : l’« enrichissement commun » tant au niveau de l’État qu’au niveau du peuple, et non la production de richesses au profit exclusif de quelques individus ou groupes minoritaires. C’est en quoi le néoconservatisme se distingue du conservatisme classique : le premier, ne remettant pas en cause la légitimité de l’économie de marché, est convaincu que le développement de l’État de droit et de la démocratie permet au peuple de mettre fin à la dépossession systématique de ses droits par le totalitarisme et la bureaucratie et donc qu’il œuvre à la cohésion et aux progrès sociaux. Le néoconservatisme chinois diffère aussi de la doctrine du libéralisme par sa vision de la valeur sociale, économique et politique : ne s’opposant pas à la liberté, il considère toutefois qu’une liberté absolue, sans limites, ne peut pas conduire à la justice sociale ou à une économie de marché irréprochable. De plus, le néoconservatisme affirme que toute société s’organise et se développe selon un schéma fondé sur sa tradition culturelle. Cette tradition, qu’elle représente une expérience réussie ou une mémoire douloureuse, marque fortement l’organisation sociale. En préconisant la liberté absolue, le libéralisme coupe le lien entre les individus et celui entre l’individu et la société ou sa communauté. Or ces liens constituent le socle du développement social et économique. Le préfixe néo- du terme « néoconservatisme » exprime sa nouveauté par rapport au conservatisme classique associé au totalitarisme politique et à la planification de l’économie, tandis que le terme « conservatisme » le distingue de la conception économique et politique libérale. Il est important de signaler que le terme « conservatisme » (dans « néoconservatisme ») ne s’oppose pas à la notion de « progrès » et implique l’expérience commune : cette valeur « conservatrice » est donc au fondement de toutes les structures sociales, économiques et politiques, il s’agit d’un droit « commun » que la population réclame légitimement.

Quelles sont les bases sociales et politiques du néoconservatisme chinois ?

  • 8 Selon les statistiques sur le salaire moyen du premier emploi à Shanghai, un étudiant a besoin de (...)

11En exprimant l’intérêt collectif et les valeurs communes au nom de « notre revendication », le néoconservatisme chinois s’enracine dans les couches populaires et affirme sa représentativité sur le plan politique. Il accorde une grande attention à ce que sa position soit largement reconnue pour pouvoir concevoir le futur itinéraire de la réforme. Mais quelles sont, en fin de compte, ses bases sociales et sa représentativité ? Le néoconservatisme chinois croit que ses bases se trouvent chez les gens ordinaires dépourvus de protection sociale, dont la voix n’a pas été entendue depuis longtemps. Ils ont subi, pendant vingt-six ans de réforme, l’inégalité des chances, qui s’est accrue ces dernières années à cause du développement de l’économie de marché. Les groupes sociaux qui ont pâti des nouvelles priorités de la réforme sont les paysans qui étaient à l’origine très motivés par le système des contrats forfaitaires, les ouvriers qui étaient contraints de compter, centime par centime, le montant des primes dues pour le travail supplémentaire, les citadins qui ont eu le courage de développer des petits commerces sur les bords des rues, les petit entrepreneurs qui se levaient tôt et se couchaient tard, ou bien les étudiants dont les familles sont très endettées et qui cherchent désespérément un emploi8. Ces laissés-pour-compte ont été abandonnés par les politiques d’autant que la dernière étape de la réforme a rejeté le principe du service public d’assistance sociale, considéré comme un fardeau pour le gouvernement. La situation de ces individus est en fait celle de la grande majorité des Chinois : ils constituent la base sociale et la source d’inspiration politique du néoconservatisme. Leur parole est actuellement portée par une nouvelle élite, instruite, soucieuse de l’intérêt public, dotée d’une largeur de vue et capable de mener des analyses comparées avec un sens des responsabilités. Cette élite appartient en partie au cercle des conseillers politiques qui proposent des réformes politico-sociales à la nouvelle équipe dirigeante chinoise fraîchement renouvelée.

  • 9 En Chine, les débats sur « le péché originel du capital » sont nombreux. Généralement, il ne s’agi (...)
  • 10 Bien que les chercheurs occidentaux croient que l’augmentation de la part des capitaux privés élar (...)

12Ayant acquis sa base politique et sociale, le néoconservatisme chinois va certainement affronter ses opposants, qui, profitant des failles du système juridique et des niches de la réforme pour s’approprier avec mauvaise foi les biens publics9, font fortune grâce au monopole des entreprises dans des secteurs stratégiques. Ces gens, qualifiés d’« entrepreneurs » ou de « rénovateurs » par les économistes néolibéraux, s’opposent par nature à ce que les gens ordinaires acquièrent des droits politiques et démocratiques, car ces individus corrompus craignent les lumières de la démocratie et de l’État de droit. Cette démocratie, sur le plan politique ou économique, constitue l’arme la plus redoutable et même l’unique arme pour contrebalancer le pouvoir du marché et de l’argent10.

  • 11 Il faut signaler que la réforme chinoise prédominée par la valeur du néolibéralisme économique est (...)

13Du point de vue des sciences politiques, l’élite néoconservatrice chinoise est plutôt convaincue que la légitimité politique, de nos jours, trouve sa source dans l’acquisition effective des droits politiques par la population et dans sa participation au fonctionnement du régime, qui doit garantir le bon déroulement du dialogue social. Cette doctrine politique préconise une concurrence libre et légale des différents groupes d’intérêts qui doit conduire à une répartition ou redistribution du pouvoir, et in fine promouvoir l’intérêt général, selon le modèle républicain. La base théorique des néoconservateurs s’inspire du projet démocratique proposé par le PCC – fondé en 1921 – pour lutter contre le gouvernement en place à cette époque, et correspond aux attentes actuelles de nombreux Chinois éduqués qui revendiquent désormais leurs droits. Les représentants du néoconservatisme apprécient la force et l’esprit créatif des gens ordinaires, considérés comme les vrais patriotes qui, privés des moyens d’émigrer à l’étranger, comptent le plus souvent sur le développement et la puissance de la Chine. Seule la démocratie pourra les protéger et les aider à faire face à tous les défis et à toutes les difficultés de l’avenir. De ce point de vue, nous pouvons déduire que la dimension conservatrice du néoconservatisme correspond à la revendication de droits collectifs. Ce concept de l’intérêt général est le fondement politique de la « Constitution chinoise », héritage historique et fruit de la réflexion collective de l’esprit républicain. La notion d’intérêt général peut aussi, dans la pratique, se décliner en « droits individuels ». En conséquence, la réclamation collective de ces droits constitue le socle politique et social du courant néoconservateur aujourd’hui. C’est sans doute la raison pour laquelle le néoconservatisme chinois se présente explicitement comme le défenseur de l’intérêt général. Le néoconservatisme rejette rationnellement la « politique de la populace » habilement instrumentalisée par tous les régimes dictatoriaux et demeure vigilant face à la frénésie populiste. D’une part, il ne permet pas que soient violés les droits des minorités en position de faiblesse, d’autre part, en invoquant les principes républicains, il remet en cause l’intervention des groupes de pression économiques dans la politique publique. Dans un contexte où la majorité des Chinois sont exclus de la sphère du pouvoir, le néoconservatisme est davantage fondé à revendiquer la participation du peuple aux affaires politiques et un contrôle plus efficace du pouvoir exécutif. En même temps, il s’oppose toujours à la monopolisation du droit d’expression par un petit groupe de gens s’autoproclamant « élite »11. Formée par dix ans de pratique économique libérale et très critiquée par l’opinion publique, cette « élite » profite de cette parole publique pour influer sur l’élaboration de politiques ou de mesures défavorables au peuple. En Chine, le néoconservatisme possède ainsi une base sociale très populaire et diversifiée, mêlant « couches sociales défavorisées » et « cols blancs ». Défendant l’intérêt général, ce courant a pour fondement la tradition républicaine. Devant la contestation de la gouvernance actuelle et les problèmes causés par les réformes, les néoconservateurs affirment la nécessité de se tourner vers les « gens ordinaires » et de restaurer « l’équité et l’égalité socialistes » enracinées dans la mémoire de la population chinoise. En rappelant la valeur historique de ces principes, les néoconservateurs espèrent pouvoir recréer le lien entre les différentes classes sociales afin de leur redonner confiance en l’État et en ses institutions. Telle est la clé du nouveau programme politique qui milite pour la « société harmonieuse » et la « priorité accordée aux êtres humains ».

Quelles sont les solutions proposées par le néoconservatisme ?

14Incarnant la tradition républicaine et disposant d’une large base sociale, le néoconservatisme chinois doit encore pouvoir proposer des solutions claires et opérationnelles aux problèmes politiques, économiques et sociaux, sans lesquelles il serait incapable de représenter réellement les couches sociales qu’il prétend défendre. Pour éviter de se transformer en simple concept académique ou en un mouvement exclusivement contestataire, le néoconservatisme chinois qui inspire la nouvelle équipe dirigeante doit élaborer de nouveaux principes de développement et concevoir un schéma directeur solide et précis afin de réformer le régime. Ses idées directrices peuvent être définies dans les termes suivants :

  • 12 Il faut signaler qu’après leur entrée en fonction en 2003, les nouveaux dirigeants chinois ont acc (...)
  • 13 Il faut tenir compte du propos des dirigeants chinois sur la démocratie socialiste après 2003. Cep (...)
  • 14 En Chine, de nombreux travaux de recherche invitent à s’interroger de nouveau sur la nature du soc (...)
  • 15 Voici un exemple typique : après 2004, toutes les ventes non réglementées de biens publics ont été (...)
  • 16 Nous remarquons que, depuis 2005, les procès civils contre des décisions injustes du pouvoir publi (...)

15Dans le domaine politique, le néoconservatisme va continuer à exploiter la théorie socialiste et préserver l’héritage politique des anciens leaders pour susciter l’adhésion politique de l’ensemble de la société12. Après l’obtention de cette adhésion et de l’équilibre entre les différents groupes politiques, son principal objectif d’ici à deux ou trois ans sera sans doute la redéfinition du terme « socialisme ». Il s’agira de démontrer que le socialisme ne s’oppose pas, par sa nature, à la démocratie populaire, mais que bien au contraire, le véritable socialisme n’est possible que dans un cadre démocratique13. Fondée sur la doctrine socialiste, la logique politique du néoconservatisme est de poursuivre à nouveau le combat anti-inégalité et anti-injustice du socialisme chinois entamé dans les années 1950. Le terme « conservatisme » correspond autant à la recherche de la justice sociale préconisée par le socialisme traditionnel qu’à la pratique démocratique au sein du PCC, dans l’opposition par le passé comme au pouvoir aujourd’hui. Quant au préfixe néo, il est issu d’une interprétation évolutionniste du mouvement socialiste. Il indique que le néoconservatisme chinois adopte de nouveaux concepts développés et largement acceptés depuis la fin du xxe siècle, comme par exemple la protection de l’environnement ; de plus, il reconnaît et exige que le gouvernement assume la responsabilité de l’État moderne, les idées développées depuis le xxe siècle, à savoir la protection sociale, le bien-être, les droits spéciaux des femmes et des enfants. Ainsi que tous les droits fondamentaux14 du citoyen que garantit la « Constitution » actuelle de la Chine. Eu égard aux principes politiques du néoconservatisme, les droits ci-dessus doivent être accessibles aux gens ordinaires. Toute réforme contraire à la Constitution, qu’elle soit « de bonne foi » ou « de mauvaise foi », sera considérée par les néoconservateurs comme une grande source de trouble social. Ils sont en train d’évaluer et de corriger ce genre d’erreur, déjà commise15. Ils envisagent de permettre à la société civile de participer au débat sur les parties de la Constitution jugées contestables. Le néoconservatisme pourrait ainsi être qualifié de « défenseur de la suprématie constitutionnelle » parce qu’il considère que le véritable respect des droits des citoyens prévus par la Constitution préservera le fondement de la société mais renforcera aussi la cohésion et inspirera davantage le sentiment patriotique. En accédant aux bienfaits de leurs valeurs communes, les Chinois, plus solidaires, auront une plus grande confiance en l’avenir. Aux yeux des néoconservateurs, le principe « citoyen d’abord, patriote ensuite » sera concrétisé par des droits civiques qu’aucun pouvoir exécutif ni aucune administration ne pourront abroger de manière autoritaire ou illégale16.

16Dans le domaine économique, le néoconservatisme ne s’oppose pas à l’économie de marché. Bien au contraire, en tant qu’héritier de la réforme du système économique, il souhaite que l’économie de marché entraîne la création de richesses matérielles et spirituelles. Mais le néoconservatisme se distingue fondamentalement du libéralisme pour plusieurs raisons.

  • 17 Il faut remarquer que la nouvelle version de 2008 du « Code du travail » a nettement valorisé la p (...)
  • 18 Dans les deux dernières décennies, la croissance économique a toujours joué un rôle idéologique. E (...)

17Primo, selon le néoconservatisme, une économie de marché juste doit posséder une dimension humaine. Cette dernière ne doit pas être une idée abstraite ou un objet de discussions purement métaphysiques : il convient de la réaliser par des normes du code du travail et par des conventions sociales respectées sur le plan international. Par conséquent, l’économie de marché préconisée par le néoconservatisme chinois refuse catégoriquement le retour au libéralisme des xviiie et xixe siècles caractérisé par l’exploitation sauvage des travailleurs, de misérables conditions de travail et la faible protection des droits des salariés et des citoyens. Les néoconservateurs réclament l’intervention de l’État, qui devra agir de manière efficace et coercitive pour empêcher toute violation de la dignité humaine au profit de l’accumulation excessive de richesses17. Sur cette question, le néoconservatisme pourrait agir comme le SPD (Parti social-démocrate allemand) en refusant, dans ses statuts, la légalité de toute acquisition ou possession de biens remettant en cause la dignité humaine. De plus, les néoconservateurs ne considèrent pas que la croissance rapide de l’économie constitue l’unique critère d’évaluation de la politique gouvernementale18. Avec la nouvelle politique favorable à la création d’emplois et à la transformation de l’économie fondée sur l’investissement lié à la consommation, le néoconservatisme se met à réévaluer la valeur économique de l’« avantage comparatif des coûts de main-d’œuvre » et ses effets négatifs éventuels. Il s’oppose à ce que cet avantage soit acquis au moyen de conditions de travail dangereuses et de relations conflictuelles entre travailleurs et employeurs. À condition que la situation mondiale soit favorable et que les échanges commerciaux soient équilibrés, le néoconservatisme pourrait ainsi recommander une législation rigoureuse afin de renforcer le pouvoir nominal et surtout effectif des syndicats et des assemblées générales de travailleurs. Il souhaite en outre garantir l’autonomie des dirigeants syndicaux par rapport aux chefs d’entreprises et encourager l’action des syndicats en faveur de la défense des droits des travailleurs. Bref, cette législation devra constituer le cadre du développement de la Chine qui doit incarner la « démocratie industrielle » du xxie siècle.

18Secundo, les néoconservateurs pensent que la valeur essentielle de l’économie de marché est la concurrence et non la simple privatisation. À leurs yeux, peu importe la nature de la propriété, à partir du moment où la concurrence est équitable, toute inégalité de revenus collectifs ou individuels est jugée acceptable. En revanche, ils refusent l’enrichissement d’un groupe d’intérêts ou d’un individu provenant d’une concurrence illégale. La doctrine néoconservatrice ne tolère qu’un seul type de monopole économique : celui qui sert l’intérêt général, tel le monopole d’État dans le secteur de l’énergie. Le néoconservatisme chinois ne pense jamais que l’égalité soit, par essence, incompatible avec l’efficacité. D’ailleurs, il est évident que l’antonyme du terme « égalité » n’a rien en commun avec le terme « efficacité ». Par ailleurs, ce courant croit qu’une économie de marché humaine, qui protège les droits civiques fondamentaux et fait appliquer les obligations de l’État moderne en matière de protection sociale, est susceptible de réaliser l’égalité des chances qui, à son tour, est la condition du bon fonctionnement de l’économie de marché. L’égalité des chances qui se traduit par l’égalité de résultats correspond aux conceptions du conservatisme classique chinois dans le cadre d’une économie planifiée : cette interprétation de l’égalité est aujourd’hui rejetée par l’opinion publique. De plus, grâce à la mise en œuvre de l’égalité des chances et à la protection juridique des citoyens, l’écart entre les revenus résultant de la libre concurrence sera réduit et toléré par l’opinion publique. En conséquence, le néoconservatisme chinois pourrait naturellement préférer l’économie de marché et le modèle social européens qui sont fondés sur la coexistence de la concurrence et de la cohésion sociale. Cette coexistence ne sera possible que lorsque la démocratie et les droits civiques seront garantis. Le néoconservatisme chinois n’accepte pas la loi de la jungle du darwinisme social, considéré comme un outil de « haute efficacité » par les économistes néolibéraux. Aussi convient-il de préciser que, dans ce domaine, les États-Unis ne sont pas un exemple à suivre. Bien que les Américains aient remporté de nombreux succès, notamment à l’occasion de la conception de leur système politique, leur expérience ne peut être copiée en Chine en raison des différences sociales et culturelles entre les deux pays. L’objectif économique du néoconservatisme chinois est la poursuite de la croissance et de la restructuration économique dans la mesure où le modèle actuel de croissance par les exportations est à bout de souffle. Le constat de l’obsolescence de ce modèle fait aujourd’hui consensus. En effet, grâce à la restructuration industrielle à partir de 2004, l’État a renforcé son contrôle dans les secteurs de l’armement, de l’énergie ainsi que de certaines technologies clés. De plus, il souhaite encourager la consommation intérieure pour favoriser la croissance. Ce modèle économique semble proche de celui de la France à l’époque de Charles de Gaulle. Sans mettre la Chine totalement à l’abri de l’impact de la crise financière internationale, ce nouveau modèle pourrait sans doute être porteur d’un nouveau miracle économique en Asie.

19Dans le domaine social, la doctrine économique du néoconservatisme considère qu’il faut développer les droits fondamentaux de l’être humain. Le but étant de réaliser le bien-être de l’humanité, l’économie de marché n’est qu’un moyen et non la finalité ni la raison d’être du développement. Se référant à l’histoire économique et sociale, le néoconservatisme affirme qu’un libéralisme aveugle, en particulier un développement économique aux dépens du développement social, conduit toujours l’humanité vers la catastrophe. Profitant de la crise, la dictature réapparaît donc sur la scène politique. Que ce totalitarisme soit de « gauche » ou de « droite », son émergence est toujours due à un « réflexe excessif » de la société dans un contexte de crise de l’économie libérale. Cette dictature, qui se présente comme une cure, méprise en réalité la vie et la dignité humaines. En conséquence, concernant la relation entre l’économie et la société, le néoconservatisme croit que le marché économique ne peut survivre qu’en promouvant le développement social et qu’il n’existe donc pas « un modèle unique et standardisé de l’économie de marché » qui pourrait être le même pour toutes les sociétés humaines. En outre, les secteurs tels que l’éducation, la recherche, la culture, la santé publique et le logement doivent s’appuyer sur l’économie de marché pour remplir leurs missions et ainsi garantir efficacement les droits fondamentaux des citoyens. Au contraire, dans la plupart des cas, le modèle de « développement social par le marché » sacrifie sauvagement les droits fondamentaux que l’État moderne doit garantir à tous les citoyens, notamment les droits des individus les plus démunis. Pour les protéger, le néoconservatisme préconise une « responsabilité limitée et générale de l’État » :

20D’un côté, celle-ci diffère du principe de « la responsabilité illimitée de l’État omnipotent » préconisé par le conservatisme traditionnel. Dans le modèle de l’économie planifiée, le conservatisme traditionnel a confié à l’État toutes les responsabilités concernant la vie des citoyens (à l’exclusion des ennemis de classe bien sûr) : naissance, logement, retraite, maladie, décès, emploi, etc.

  • 19 Ayant dressé le bilan de l’évolution des politiques sociales depuis 2004, nous voyons clairement l (...)

21D’un autre côté, la « responsabilité limitée mais générale de l’État » du néoconservatisme chinois se distingue aussi de la « privatisation des services publics » prônée ces dernières années par le néolibéralisme. Ce dernier a encouragé « la privatisation des secteurs d’intérêt public », « la libéralisation des services publics tels que l’éducation nationale, les soins médicaux » ainsi que « la commercialisation intégrale du logement ». En effet, la réforme dite du « développement social par le marché » promue par les néolibéraux a permis au gouvernement et notamment aux autorités locales de décliner leur responsabilité sociale fondamentale19.

  • 20 Nous avons constaté quelques modifications des critères d’évaluation des fonctionnaires chinois de (...)
  • 21 Karl Polanyi, op. cit.

22Évidemment, la société souhaitée par les néoconservateurs est une communauté de citoyens. Selon eux, la « perte de dignité et de repères moraux » n’est pas due au déclin de la conscience citoyenne, mais à la pénurie des services publics et à l’échec de la politique sociale du gouvernement. Insistant sur la priorité du développement social, les néoconservateurs indiquent que la croissance économique seule ne signifie pas le progrès social et qu’elle ne suffit pas à légitimer le gouvernement en place. Au-delà du critère de la croissance économique, il existe de nombreux indices qui doivent être pris en considération pour évaluer le respect des droits fondamentaux des citoyens20 : taux d’emploi et de scolarisation, conditions d’hygiène, efficacité et accessibilité du système médical, sécurité alimentaire, protection de l’environnement, etc. Ces indices, ignorés par le néolibéralisme, sont résolument retenus par le néoconservatisme. Ce dernier ne semble pas prêt à sacrifier les précieuses valeurs communes telles que la communauté, la famille, l’écologie, la santé, l’harmonie et la solidarité pour satisfaire le seul objectif du bénéfice, la seule logique du capital. Le néoconservatisme, radical de ce point de vue, pense que « le triomphe de l’étape de l’impérialisme économique a entraîné la séparation définitive entre l’économie et la politique : il faudrait sacrifier la justice et la sécurité pour accéder à la liberté21 ». Il estime donc qu’il est nécessaire d’améliorer les droits des citoyens.

  • 22 Voir Susan Strange, States and Markets, London, Pinter Publisher, 1988 : 22-32.
  • 23 La renationalisation de ces secteurs peut à la fois renforcer leur concentration industrielle, fac (...)
  • 24 Le bilan de la diplomatie chinoise depuis 2004 révèle trois missions clés : a) assurer la sécurité (...)

23Le néoconservatisme accorde également une grande importance à la sécurité. Il appréhende de façon globale ce sujet sensible en tenant compte de la sécurité du territoire et, sur le plan non conventionnel, des risques économiques, énergétiques, criminels, sanitaires, etc. Contrairement au conservatisme traditionnel chinois qui identifie les différences idéologiques ou culturelles comme des sources de conflits, le néoconservatisme privilégie l’ouverture, la coopération et l’intérêt commun en tant que fondements du maintien de la sécurité. Il adopte une vision multiculturaliste pour appréhender les questions internationales et participer à la gouvernance mondiale. À la différence du concept de « citoyen mondial » du libéralisme, le néoconservatisme ne pense pas que la mondialisation économique parvienne à faire disparaître le rôle traditionnel des États souverains. Face aux conflits qui ne sont plus d’ordre idéologique mais économique, les néoconservateurs chinois adoptent une vision globale des problèmes économiques provoqués par la mondialisation, car ils savent que le maintien de la souveraineté économique constitue, au même titre que celui de la souveraineté territoriale, un élément fondamental du développement et de la paix du pays. Traduite dans le langage de l’économie politique internationale, cette logique de base peut être reformulée comme suit : dans une situation de crise ou de conflit, l’évaluation des relations entre le pouvoir politique et le marché devra respecter un ordre prioritaire rationnel : d’abord la sécurité, ensuite les biens, puis la justice, et enfin le libre choix22. Le néoconservatisme chinois souhaite donc que la sécurité nationale soit une priorité. De plus, la prise de décision relevant de la politique économique doit être prudente par rapport à l’imposition de « normes » ou de « coutumes » dites générales, pour éviter d’être influencée par les concepts libéraux. Il faut également rejeter la stratégie « marché contre technologie » et le critère d’évaluation du degré d’ouverture en fonction du traitement plus ou moins privilégié accordé aux capitaux étrangers. Pendant ces dernières années, le néoconservatisme chinois a démontré l’existence de groupes de pression libéraux et il a constaté que beaucoup de pays en voie de développement ont rencontré des difficultés économiques et sociales à cause de l’intervention bienveillante ou malveillante du libéralisme. Il est inquiétant de s’apercevoir que les organisations internationales telles l’OMC et le FMI n’ont qu’un rôle limité pour faire respecter le principe d’équité dans le commerce international. Dans ce contexte de mondialisation économique qui n’est pas forcément bénéfique aux pays en voie de développement, le néoconservatisme chinois attache une importance spécifique au développement des innovations technologiques et à la croissance de la demande intérieure de ces pays. C’est le point sur lequel le néoconservatisme chinois risque de s’attirer les foudres de ses adversaires libéraux. De plus, il tient particulièrement à l’investissement dans les hautes technologies, notamment dans l’industrie de l’armement, car les résultats des recherches scientifiques dans le domaine militaire pourront à la fois augmenter le niveau de la sécurité nationale et profiter aux secteurs civils en créant de nombreux pôles technologiques. Cette politique a déjà été appliquée aux États-Unis à l’époque de Ronald Reagan. En outre, les néoconservateurs chinois ont pris acte des nouveaux changements politiques en Russie sous la présidence de Vladimir Poutine. En effet, ils sont en train de s’inspirer des pratiques de Poutine pour renationaliser les secteurs énergétiques et les matières premières23 dans le but de répondre aux besoins stratégiques à long terme et de garantir la sécurité économique chinoise. La renationalisation est fondée sur le constat que les bénéfices, l’efficacité et la création d’emplois dans ces secteurs ne sont pas étroitement liés à la nature de leur propriété. Alors que leur renationalisation pourra réduire les accidents catastrophiques et les atteintes à l’environnement tout en augmentant le niveau de la sécurité économique et politique. Par-delà ce concept de sécurité, le néoconservatisme s’attache plus encore à ce que la sagesse issue de la mémoire chinoise puisse être conservée et transmise de génération en génération. Ainsi le néoconservatisme chinois s’est adapté à la pratique courante des échanges au sein de la communauté internationale tout en insistant sur la politique de l’« ouverture » du pays. Tenant fermement à sa ligne fondamentale et au principe de développement de sa puissance effective, la Chine des néoconservateurs commence, d’ores et déjà, à jouer le « rôle international de grand pays responsable ». Mais dans cette période de création de sa nouvelle image, la Chine doit encore affronter la méfiance et le scepticisme de la communauté internationale24.

Conclusion

  • 25 L’histoire de la Chine ne manque pas d’exemples de guerres ou de divisions émanant de conflits ent (...)
  • 26 À travers le changement annuel des responsables régionaux et ministériels depuis 2004, nous avons (...)
  • 27 D’après les recherches sur l’histoire du PCC, nous observons qu’effectivement, avant son VIIe cong (...)

24Au niveau de la conception et de la réalisation de son programme, il est encore trop tôt pour dire que les objectifs politiques du néoconservatisme chinois sont atteints et traduits en une politique sociale opérationnelle. De même, nous ne pouvons toujours pas confirmer le retrait définitif de la scène politique des pratiques économiques néolibérales qui ont inspiré les réformes chinoises durant de nombreuses années. En vue de se perfectionner pour faire face aux grands défis actuels, l’élite néoconservatrice doit savoir composer avec l’héritage politique des équipes dirigeantes précédentes et avec les différents groupes d’intérêts formés au cours des dernières décennies. De plus, elle doit effectuer une reconfiguration complexe de ses compétences afin de contrebalancer le pouvoir accru des autorités locales résultant d’une décentralisation commencée il y a trente ans. Cela implique que, à court terme, les dirigeants néoconservateurs chinois sont contraints de maintenir un équilibre politique nécessaire à l’application de leur new deal25. Même si ce problème peut être résolu dans deux ou trois ans par le biais du renouvellement des dirigeants locaux26, le néoconservatisme aura encore un autre défi à relever dans le futur : les hommes d’État néoconservateurs auront-ils le courage politique d’abandonner leur autorité exclusive et leur contrôle absolu sur le parti afin de réaliser une véritable démocratie interne au sein du PCC, sur la base de laquelle serait aussi développée une démocratie populaire27 ? En plus d’un large soutien de la population chinoise, ce changement politique aurait tout intérêt à bénéficier de l’appui de la communauté internationale. L’intégration de la Chine dans la communauté internationale nécessite plusieurs conditions : la croissance rapide et durable de l’économie chinoise, le règlement des grands problèmes intérieurs, un espace de développement et un contexte international favorable, en particulier, l’adhésion au programme politique du néoconservatisme chinois, ainsi que l’amélioration sensible du niveau de protection sociale. En fait, le mode de gouvernance actuel du néoconservatisme chinois est une combinaison originale : son régime politique se fonde sur le pouvoir d’un seul parti tandis que son système économique a intégré une dose importante d’économie de marché – avec reconnaissance de la propriété privée, entrée des capitaux étrangers – tout en conservant des propriétés publiques. Ce système complexe est un ensemble d’éléments divers, voire hétérogènes : le modèle politique de l’ex-Union soviétique et l’économie du capitalisme d’État sont associés à la gouvernance sociale social-démocrate européenne et à la logique du multiculturalisme. Quelle que soit l’opinion étrangère sur cette combinaison, les néoconservateurs chinois la trouvent pertinente et efficace. Notamment depuis la crise financière de 2008 qui a débuté aux États-Unis, les néoconservateurs chinois sont persuadés que l’application en Chine de l’économie néolibérale et de la politique néoconservatrice américaine conduirait le pays à la catastrophe. Tant espérée par les chercheurs occidentaux, une réforme établissant la démocratie politique occidentale en Chine ne serait pour l’instant pas acceptée par l’élite politique néoconservatrice chinoise. Mais on peut espérer qu’avec le développement soutenu de l’économie chinoise et dans un environnement international favorable, il sera possible de promouvoir la démocratie interne au PCC, attendue par tout le monde, au cours du prochain XVIIIe congrès national du parti. En cas de succès, l’élite néoconservatrice pourrait déclencher la réforme du système politique chinois.

Notes

1 Mais je ne partage pas l’avis de Francis Fukuyama selon lequel l’individu n’est qu’un atome sous la dictature du régime soviétique. Au contraire, il est un membre social sous forme d’une molécule dans un organigramme contrôlé, l’entité où il travaille constituant sa base organisationnelle et sociale.

2 Cette dégradation économique est facilement constatée dans la comparaison entre les revenus des citadins et ceux des paysans depuis 1998, dans la grande évolution des indices « Income Quintile » sur les revenus des Chinois, ainsi que dans la progression de « Gini coefficients » à ce propos. Actuellement, de nombreux chercheurs chinois admettent un rapport de revenus entre les paysans chinois et les citadins de 3,22 à 1 ; de plus, 20 % de la population chinoise possède 48 % des richesses du pays. Le coefficient Guinness a atteint 0,45. Compte tenu des facilités publiques mises à la disposition des citadins, le rapport de revenus réel entre les paysans chinois et les citadins serait de 1 à 6. Le taux de concentration des richesses est probablement encore plus élevé.

3 Durant les vingt-six ans de la réforme chinoise, ont eu lieu trois débats sur la réforme, le premier de 1981 à 1984 (avant et après la 3e session plénière du XIIe congrès du Parti communiste chinois), le deuxième de 1989 à 1992 (avant et après le XIVe congrès du PCC), le troisième sur la réforme des entreprises étatiques qui, ayant commencé en 2004, a effectué une analyse rétrospective de la réforme et a lancé de nouveaux débats à partir de 2005 sur le parcours de la réforme. En l’état actuel, nous pouvons tirer trois conclusions : a) la réforme qui a échoué doit être suspendue ; b) la réforme ayant provoqué de nouveaux problèmes doit susciter une réflexion sur de nouvelles approches ; c) la réforme réussie doit être menée jusqu’au bout. Dans ce contexte, lors de sa participation à la discussion avec la délégation de Shanghai devant l’Assemblée nationale et la Conférence consultative politique de mars 2006, le secrétaire général du PCC Hu Jintao a souligné qu’il fallait renforcer et pousser davantage la réforme en profitant des opportunités, tout en ménageant les intérêts des différents groupes sociaux en vue de gagner le soutien du peuple. Son discours « bien équilibré » a apparemment mis fin aux débats.

4 Voir l’essai de Michael Oakeshott, Rationalism in Politics, New York, Methuen & Co. Ltd, 1962 : 168-169.

5 Pour plus d’informations sur la définition du « conservatisme » et les quatre catégories afférentes, voir Clinton Rossiter, « Conservatism », in David L. Sills (ed.), International Encyclopedia of the Social Science, New York, Macmillan, 1968-1991, vol. 3 : 290-294.

6 Voir l’ouvrage de Karl Polanyi, The Great Transformation, Boston, Beacon press, 1957 [1944].

7 Concernant les bases et la logique du conservatisme anglo-américain, on peut se référer à William R. Harbour, The Foundations of Conservative Thought : an Anglo-American Tradition in Perspective, Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, Indiana, 1982.

8 Selon les statistiques sur le salaire moyen du premier emploi à Shanghai, un étudiant a besoin de travailler cinq années entières pour rembourser ses frais de scolarité, alors que le taux d’emploi des nouveaux diplômés n’est que de 70 % aujourd’hui, avec un niveau de chômage très élevé chez les hauts diplômés.

9 En Chine, les débats sur « le péché originel du capital » sont nombreux. Généralement, il ne s’agit pas de l’accumulation du capital initial, mais de l’exploitation des failles de la réforme pour faire « fortune » du jour au lendemain. Par exemple, parmi les cinquante premières fortunes chinoises, 60 % sont des promoteurs immobiliers, leurs fortunes colossales ont été réalisées, d’après l’opinion publique, par des moyens illégaux ou par l’exploitation des failles du système juridique. Cela explique l’hostilité de l’opinion publique à l’égard des riches. Cette haine ne provient pas de la culture chinoise mais des problèmes sociaux profonds que traverse la Chine.

10 Bien que les chercheurs occidentaux croient que l’augmentation de la part des capitaux privés élargira la base populaire de la démocratie, il suffit d’examiner le taux d’adhésion des entrepreneurs privés au PCC et leur niveau de participation directe ou indirecte au pouvoir politique pour comprendre qu’ils sont, au contraire, le groupe le moins favorable à la démocratie. Car une démocratisation générale porterait atteinte à leurs intérêts tandis que le choix rationnel pour la plupart d’entre eux serait d’adhérer au PCC, le groupe d’intérêts le plus important.

11 Il faut signaler que la réforme chinoise prédominée par la valeur du néolibéralisme économique est fustigée par le public du pays. Quelques économistes libéraux chinois sont devenus les cibles principales des critiques sur internet. Les nouveaux dirigeants étant favorables au changement des think tanks, la doctrine du néolibéralisme a une influence de moins en moins importante sur la prise de décision, bien que certains d’entre eux restent encore influents à travers certains médias.

12 Il faut signaler qu’après leur entrée en fonction en 2003, les nouveaux dirigeants chinois ont accordé la priorité, pour leur inspection sur le terrain, aux zones rurales, en particulier aux régions pauvres. Sur le plan idéologique, bien qu’ils aient exploité la nostalgie collective de l’époque de Mao Zedong pour souligner que les principes de l’égalité et de l’équité appartenaient au socialisme traditionnel, les nouveaux dirigeants ont systématiquement abandonné l’idéologie de la lutte des classes et de l’égalitarisme à laquelle Mao s’était attaché.

13 Il faut tenir compte du propos des dirigeants chinois sur la démocratie socialiste après 2003. Cependant, au lieu d’être généralisée et effective, la démocratie chinoise n’est que formelle actuellement. La question clé nécessitant une réflexion en profondeur sur le néoconservatisme chinois est donc celle-ci : comment réaliser et développer une démocratie effective sans compromettre la croissance économique et le maintien de l’ordre social ?

14 En Chine, de nombreux travaux de recherche invitent à s’interroger de nouveau sur la nature du socialisme, et notamment sur celle de la démocratie et de la liberté, tandis que les pratiques des sociaux-démocrates et des partis socialistes européens ont enrichi le concept de développement. En conséquence, le futur socialisme chinois devrait plutôt intégrer une forte dose de la démocratie socialiste au lieu de prendre la voie du communisme. Le totalitarisme de l’ancien régime communiste n’a plus de partisans ni chez les Chinois ni chez les chercheurs. De ce constat provient un autre sens du terme néo, qui distingue le néoconservatisme de l’« ancien » conservatisme totalitariste.

15 Voici un exemple typique : après 2004, toutes les ventes non réglementées de biens publics ont été arrêtées. Certains biens publics déjà vendus ont été inspectés par les autorités et mis sous leur contrôle. Un autre exemple représentatif : la discussion du projet de loi relatif au « droit de propriété » a soulevé tellement de questions, notamment des interrogations liées à la constitutionnalité de la propriété publique, aux relations entre propriété publique et propriété privée, et à la propriété des terres rurales, que la mission a été momentanément suspendue. Finalement, la législation a pu être adoptée en assurant l’inviolabilité de la propriété publique.

16 Nous remarquons que, depuis 2005, les procès civils contre des décisions injustes du pouvoir public se multiplient au moment où les citoyens chinois commencent à avoir confiance dans les juridictions administratives. En même temps, la diffusion sur internet des informations sur les « affaires » contribue à dissuader les pouvoirs publics de se livrer à divers abus. Tout cela a effectivement déclenché un mouvement de promotion des droits fondamentaux du citoyen chinois prévus par la Constitution.

17 Il faut remarquer que la nouvelle version de 2008 du « Code du travail » a nettement valorisé la protection des droits des employés. À noter que cet exploit est dû non seulement à la demande des chercheurs mais surtout au soutien des hommes politiques. Bien que l’expansion internationale de la crise financière de 2008 ralentisse l’application du code, cette législation favorisera à long terme le respect des droits des employés.

18 Dans les deux dernières décennies, la croissance économique a toujours joué un rôle idéologique. Elle est soulignée comme un élément essentiel, voire le seul critère pour légitimer le PCC au pouvoir. Mais, actuellement, son importance sur le plan idéologique est atténuée alors que la doctrine de la « haute croissance » est remplacée par celle du « développement rationnel ». De plus, la vitesse de la croissance économique est revue à la baisse en faveur du développement durable.

19 Ayant dressé le bilan de l’évolution des politiques sociales depuis 2004, nous voyons clairement l’État renforcer la protection sociale par les mesures suivantes : gratuité de l’enseignement primaire, priorité à la généralisation des services médicaux publics, construction de logements sociaux, etc. Ces mesures marquent non seulement une différence nette entre le néoconservatisme et l’économie de marché libérale, mais aussi le retour au principe du « marché au service du développement social ».

20 Nous avons constaté quelques modifications des critères d’évaluation des fonctionnaires chinois depuis la régulation macroéconomique de 2004. L’application du critère du « développement rationnel » permet non seulement de former une nouvelle équipe administrative tout en éliminant l’ancienne génération, mais aussi de construire une nouvelle image des dirigeants. Selon le tout récent « Avis sur la réforme du système d’évaluation des fonctionnaires » de juin 2009, les anciens critères tels que « développement économique », « volume des investissements extérieurs attirés et création d’entreprise » ont été remplacés par « développement social », « sécurité publique », « taux de satisfaction ». Le poids du développement économique a donc été réduit de façon radicale.

21 Karl Polanyi, op. cit.

22 Voir Susan Strange, States and Markets, London, Pinter Publisher, 1988 : 22-32.

23 La renationalisation de ces secteurs peut à la fois renforcer leur concentration industrielle, faciliter la taxation énergétique et inciter les fonctionnaires à céder leurs actions dans ces industries, en particulier dans l’industrie du charbon.

24 Le bilan de la diplomatie chinoise depuis 2004 révèle trois missions clés : a) assurer la sécurité des approvisionnements d’énergie et de matières premières en faveur de la réindustrialisation du pays ; b) maintenir la paix régionale et mondiale pour assurer un espace de développement ; c) s’en tenir à la défense nationale. Ces trois missions résument la conception de la sécurité nationale et de la diplomatie défendue par le néoconservatisme chinois.

25 L’histoire de la Chine ne manque pas d’exemples de guerres ou de divisions émanant de conflits entre le gouvernement central et les autorités locales. À présent, les éléments anticoncurrentiels du système économique chinois proviennent généralement des pouvoirs locaux. La raison pour laquelle la régulation macroéconomique de 2004 n’a pas eu le résultat escompté réside principalement dans la résistance des intérêts locaux, la politique du gouvernement central ne pouvant pas s’appliquer facilement. Il est important de signaler qu’actuellement, dépourvu d’une surveillance démocratique efficace, l’accroissement du pouvoir local constitue une grande menace pour la stabilité sociale.

26 À travers le changement annuel des responsables régionaux et ministériels depuis 2004, nous avons pu remarquer un renouvellement ou une recomposition des forces politiques. Ce changement a radicalement modifié l’influence des différents groupes d’intérêts sur la prise de décision politique.

27 D’après les recherches sur l’histoire du PCC, nous observons qu’effectivement, avant son VIIe congrès national, le parti a entretenu une démocratie interne. Promouvoir cette démocratie au sein du parti jouera un rôle clé sur la démocratie chinoise tout entière.

Auteur

Yu Nanping est professeur associé en politique et économie internationales à l’université normale supérieure de l’Est de la Chine, directeur-adjoint du Centre d’études européennes et expert au comité des conseillers du gouvernement de Shanghai. Il a édité notamment Comparative Research of European Social Models : A perspective of European Housing Policies and Housing Markets & With the View of European Integration to Observe CFSP.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540