Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Expériences et réalités asiatiques

Essai d’interprétation de la relation sino-européenne

Feng Shaolei

Texte intégral

1L’Union européenne et la Chine figurent parmi les entités politiques les plus en vue de la communauté internationale. L’évolution de leur relation bilatérale attire forcément l’attention de tous les acteurs intéressés. Ces dernières années, les perspectives de la relation sino-européenne après les difficultés rencontrées en 2008 ont été jugées de façon très diverse par l’opinion publique et les analystes chinois et internationaux. Je me permets de présenter ici mon point de vue personnel. Globalement, pendant les dernières décennies, cette relation a certes connu certaines difficultés mais la plupart du temps, elle s’est traduite par des coopérations et des ententes bilatérales encourageantes.

Première partie

2La relation sino-européenne traverse actuellement une période cruciale. Il est temps de réfléchir à une nouvelle donne répondant à la nouvelle configuration géopolitique et à l’évolution des relations bilatérales. J’ai pu accéder aux derniers rapports d’études concernant les relations entre l’Union européenne et la Chine. Il est évidemment impossible que les points de vue de l’Union européenne soient identiques à ceux de la Chine, mais la profondeur des analyses et la franchise des questions posées par les auteurs de ces rapports méritent réflexion.

3Les trois rapports de l’UE que j’ai lus sont issus du travail des experts de plusieurs institutions de recherche bien connues :

4Le premier s’intitule A Power Audit of EU-China Relations, publié le 17 avril 2009 et écrit par John Fox et François Godement, les hauts conseillers du Conseil européen des relations étrangères (ECFR, European Council of Foreign Relations).

5Le deuxième est The Elusive Axis Evaluating the EU-China Strategic Partnership, écrit par Jonathan Holslag, de l’Institut de recherche sur la Chine contemporaine de Bruxelles (BICCS, Brussels Institute of Contemporary China Studies), publié sur le site web de l’Institut bruxellois le 8 avril 2009.

6Le troisième rapport intitulé Can Europe and China Shape a New World Order ? a été publié plus tôt, en novembre 2008, et écrit par Charles Grant et Katinka Barysch, spécialistes d’une institution actuellement très active : le Center for European Reform.

7Eu égard à leur date de publication, il est évident que les deux premiers rapports avaient pour objectif de conseiller les décisions politiques, à la veille de la venue du Premier ministre chinois Wen Jiaobao à Prague en mai 2009, pour participer au 11e sommet UE-Chine reporté en raison de la dispute politique sino-européenne. De plus, ces rapports ont été publiés avant l’élection parlementaire de l’UE afin de susciter un intérêt pour ces questions. En outre, il est temps de bien évaluer l’impact de la crise financière à l’échelle mondiale. Par conséquent, la parution des deux premiers rapports avait assurément pour but de conférer une influence déterminante à la relation bilatérale sino-européenne et à la politique internationale de l’Union européenne. Tandis que le troisième rapport a été réalisé par un « think tank » (groupe de réflexion) indépendant à partir d’une série de visites en Chine et d’échanges avec des institutions de recherche chinoises en automne 2008.

8L’idée clé de ces trois rapports est de définir précisément la nature et le positionnement de la relation sino-européenne aujourd’hui. L’un des sujets essentiels est de juger et d’évaluer l’état actuel du « partenariat stratégique sino-européen ». Le rapport de Holslag indique qu’en général, un partenariat stratégique classique se définit par « cinq caractéristiques essentielles » : attentes et intérêts communs ; durabilité ; objectifs politiques, économiques ou militaires partagés ; vocation mondiale et régionale dont la réalisation dépend exclusivement de ce partenariat. Selon ces critères, Holslag ne croit pas qu’il existe un vrai partenariat entre la Chine et l’Union européenne. Le rapport de Charles Grant partage son point de vue en affirmant clairement que l’UE et la Chine ne sont liés aujourd’hui que par un « partenariat non stratégique ». La conclusion du rapport de l’ECFR est que la relation sino-européenne demeure telle qu’elle était dans le passé.

9Le rapport de Holslag fonde son argumentation sur l’étude des principes énoncés dans les discours et de leur « mise en pratique ».

A. Les discours :

10Selon lui, malgré un grand nombre de communiqués conjoints publiés entre 2001 et 2008, les analyses lexicographiques ont d’abord montré une prolifération des termes « dialogue » et « échange » sans que l’on puisse clairement démontrer un intérêt commun. Ensuite, même si une certaine idée de l’intérêt commun est évoquée, celle-ci est toujours limitée au domaine économique et commercial. Il aura fallu attendre aujourd’hui pour que les sujets de la politique internationale et de la sécurité soient davantage abordés sans pourtant avoir précisé un objectif commun. De plus, les sujets bilatéraux (la plupart restent toujours d’ordre commercial) y ont toujours plus de poids que les affaires internationales. Finalement, les statistiques ont prouvé que le partenariat sino-européen n’a été vaguement qualifié qu’en termes d’une relation autre que le partenariat avec les États-Unis, sans que sa différence par rapport aux partenariats avec les autres puissances mondiales soit abordée.

B. La mise en pratique :

11Pour juger si ce partenariat est une réussite dans la pratique, l’auteur a pris comme preuve le résultat du traitement de huit sujets communément privilégiés par les communiqués conjoints sino-européens à savoir, l’Afrique, l’Iran, la Corée du Nord, la Birmanie, l’Afghanistan, la réforme de l’ONU, l’Accord sur l’OMC et le changement climatique. L’auteur constate que certes, après les échanges aux sommets sino-européens sur lesdits sujets, l’UE et la Chine disposent d’un moyen pour continuer le dialogue sur les problèmes de l’Afrique et du changement climatique, mais c’est seulement pour quelques détails spécifiques que les politiques des deux parties peuvent être sur la même longueur d’onde. Quant aux « pays problématiques », les deux parties tiennent des positions très différentes. À propos de l’initiative de coopération multilatérale, leurs points de vue s’opposent souvent. En outre, la Chine et l’UE ne disposent pas non plus de politiques ou de programmes communs pour coopérer sur certains projets communs. Même s’il existe quelques projets à développer ensemble, ceux-ci n’ont qu’une taille modeste. En conséquence, aucune partie ne considère l’autre comme un « partenaire stratégique ».

12Basé sur la différence entre les politiques internationales des deux parties et le déséquilibre commercial bilatéral, le rapport de l’ECFR a cherché à prouver que la tentative de faire adhérer la Chine aux positions européennes ou occidentales s’est toujours soldée par un échec.

13Si les trois rapports ont tiré des conclusions relativement pessimistes sur le « partenariat stratégique sino-européen », il est important de tenir compte des analyses qu’ils ont menées, notamment de la façon dont ils mettent en cause la politique de l’UE sur le plan de la compréhension des choses. Selon Holslag, les Européens ont adopté deux stratégies : essayer soit d’inscrire la Chine dans « leur cercle », soit « d’amener la Chine à participer aux organisations internationales et à l’élaboration des règles internationales, pour que Pékin accepte les clauses rédigées par les Européens dans leurs chartes politiques ». Holslag a reconnu que cela n’a jamais marché, et qu’au contraire, « la Chine insiste davantage sur ce principe en pensant que la coopération se fera sur la base de la diversité et de l’intérêt commun ». L’autre problème de compréhension est lié à ce premier point : l’UE tend à penser que « depuis l’apparition d’un monde multipolaire, les différentes parties doivent développer, de manière effective, des coopérations multilatérales » et que les grands pays tels que la Chine doivent ainsi abandonner leur « principe de non-ingérence ». Or en réalité, Pékin est en train de profiter de sa propre influence pour renforcer sans relâche ce principe. Holslag a conclu que l’idée préétablie de prendre simplement « intégration » pour « homogénéisation » et « multipolaire » pour « multilatéral » a conduit à l’échec la politique de l’Union européenne à l’égard de son partenaire chinois. Le rapport de l’ECFR analyse le problème sous un autre aspect : l’UE continue à considérer la Chine comme un pays émergent sans prendre en considération le fait que celle-ci est déjà devenue une puissance à l’échelle mondiale. En tant que spécialiste des relations internationales, Holslag est au regret d’affirmer que « la diplomatie de l’UE n’est pas encore entrée dans sa maturité ».

Deuxième partie

14Comment interpréter l’évaluation de la relation sino-européenne exposée dans les deux rapports ci-dessus, élaborés par des « think tanks » de l’UE ? Pour répondre à cette question, il faut éclairer les points suivants : 1) Comment analyser la définition et l’état actuel du partenariat stratégique sino-européen ? 2) Quelles sont les sources profondes de ces problèmes de compréhension entre l’UE et la Chine au sujet de leur relation bilatérale ? Pour faciliter la chose, je vais commencer par la deuxième question au sujet des difficultés de compréhension, ce qui nous aidera à trouver la réponse à notre première interrogation.

15À la deuxième question, lesdits rapports ont déjà apporté une réponse nous invitant à réfléchir : en fait, l’attente de l’UE concernant la relation sino-européenne résulte toujours d’un état d’esprit spécifique : « Faisons en sorte que la pensée des Chinois soit identique à la nôtre. » Telle est la clé du problème révélée par le rapport de l’ECFR. À mon avis, celle-ci explique effectivement le pessimisme des experts de l’UE sur la relation actuelle Chine-UE.

16Quel est donc le point essentiel de la relation sino-européenne ? Au-delà des apparences de la relation entre les États souverains, il s’agit d’un processus d’interaction entre, d’une part, un État ou un groupe d’États démocratiques bien développés sur le plan économique et, d’autre part, un État ou un groupe d’États émergents ou en voie de développement. Cette interaction correspondant à une nouvelle catégorie des relations internationales traduit-elle une lutte idéologique et un conflit d’intérêt, comme la guerre froide l’a montré, ou bien une intégration complète qui voit un partenaire contraint de se soumettre aux idées de l’autre ? Les opinions actuelles des analystes internationaux peuvent être schématiquement résumées par les deux avis suivants :

17Un premier avis témoigne de l’esprit du néoconservatisme, dont le représentant est le chercheur américain Robert Kagan. Selon son long article « The Return of History » publié dans le New Republican en avril 2008 : « Le principal trait caractéristique du xxie siècle sera la concurrence mondiale entre régime démocratique et régime dictatorial. » Selon lui, le capitalisme autoritariste représenté par la Russie et la Chine et le capitalisme libéral américano-européen se livrent bataille en formant deux camps catégoriquement opposés. Dans un autre article qu’il écrit quelques mois plus tard, il en donne même une preuve : en 2008, la Russie a envoyé ses troupes en Géorgie en même temps que la Chine a organisé avec succès les Jeux olympiques. Quelle idée fantastique que celle-ci ! Même le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov partage le point de vue de Kagan en déclarant : « C’est la première fois depuis de nombreuses années qu’on assiste à l’apparition d’un environnement favorable à une vraie compétition entre différents systèmes de valeur et modes de développement sur le marché de la pensée. »

18Deuxièmement, sur le plan géostratégique, il n’existe plus, selon Kagan, d’organisation internationale qui peut assurer le pilotage et qu’on peut interpeller. Les grands pays ne partagent quasiment plus les mêmes valeurs ou la même morale ; au contraire, ils cultivent des soupçons mutuels et une hostilité grandissante.

19Troisièmement, Kagan a souligné la possibilité qu’un régime dictatorial devienne extrêmement riche, ainsi que l’impossibilité d’empêcher des conflits entre des États ayant des idéologies différentes malgré des liens commerciaux très étroits. Le développement des puissances totalitaires et des extrémismes religieux à l’échelle mondiale, constate-t-il, est en train d’affaiblir l’ordre international du « monde libre ». Dès lors, la victoire des puissances démocratiques n’est pas garantie.

  • 1 Robert Kagan, « The Return of History », New Republican, vol. 4, 2008.

20Cet avis s’inscrit dans la continuité de la pensée néoconservatrice de Robert Kagan1, qui en conclut que le monde entre dans une époque de « nouvelle guerre froide ».

21Le deuxième avis est représenté par le théoricien américain du libéralisme, G. John Ikenberry. L’opinion de ce professeur de relations internationales de l’université de Princeton s’oppose catégoriquement à celle de Kagan sur les quatre points suivants :

22Primo, la montée en puissance de la Chine mettra inéluctablement fin au leadership américain. Cela n’implique pas forcément une lutte violente ou un renversement des régimes occidentaux.

23Secundo, l’explication principale du point ci-dessus est que l’ordre international actuel dans lequel se situe la Chine n’a rien à voir avec celui du passé : comme le système actuel conçu par les États-Unis présente plus de légitimité, il sera donc plus résistant à tout défi. Plus concrètement, le jeu international en vigueur est basé sur un pilotage des regroupements régionaux et des partenariats respectant le principe de la non-discrimination et l’ouverture du marché, en outre, il contient un nombre de règles largement reconnues par les différents États.

24Tertio, l’ordre international actuel a mis fin à la guerre froide de manière pacifique. Sans compter qu’auparavant, il avait aussi encouragé la réforme de l’ex-Union soviétique sans pourtant provoquer un bouleversement mondial.

25Quarto, incapables d’empêcher la montée en puissance de la Chine, les États-Unis peuvent pourtant assurer que celle-ci exerce son pouvoir dans le cadre des règles du jeu occidentales qu’ils ont définies. Comparée avec la théorie de Robert Kagan, celle de G. John Ikenberry est très bien structurée.

  • 2 G. John Ikenberry, « The Rise of China and the Future of the West », Foreign Affairs, janvier-févr (...)

26Autrement dit, le premier est un pessimiste prévoyant une lutte inévitable sur la base du rapport de force entre la Russie et la Chine d’un côté et l’Occident de l’autre, tandis que le second n’adhère pas à la théorie d’un monde divisé en deux blocs antagonistes où la démocratie et le totalitarisme se battent pour survivre. Au contraire, Ikenberry se montre optimiste et fait confiance à l’efficacité et à la légitimité des démocraties libérales. Il considère qu’il existe une grande marge de tolérance et de coopération entre les régimes occidentaux et chinois (il en va de même pour la Russie)2.

27Malgré les différences entre ces deux célèbres théoriciens occidentaux, leurs analyses sont sous-tendues par une thèse commune : le rôle décisif du « régime » ou du « système » dans l’évolution des relations internationales. D’après Kagan, si les deux régimes sont compatibles, l’ordre international établi sera maintenu. Dans le cas contraire, aura lieu un inévitable affrontement. Alors que selon Ikenberry, le système international est suffisamment puissant pour intégrer les pays émergents et les pays en transition : l’Orient et l’Occident peuvent donc cohabiter.

28Mais, dans la pratique, l’histoire a également révélé une troisième possibilité de relations internationales entre les pays développés dominants et les pays émergents ou en transition. Il s’agit de l’intégration mutuelle ou « emboîtement » par un apprentissage mutuel. En se fondant sur ce principe, nous pouvons espérer que la future relation entre les démocraties de marché et les pays émergents ou en transition se développe dans le cadre d’un système international issu de la synthèse de l’expérience de ces deux types de pays.

29En effet, rares sont les pays ou les régions en développement qui sont devenus exactement ce qu’auraient voulu les pays dominants après « l’exploitation » ou « le pilotage » de ces territoires. Le chemin de la modernisation d’un pays ou d’une région en développement résulte forcément de l’interaction avec le pays dominant. Cette interaction est, à son tour, influencée par l’héritage historique du pays en phase de modernisation. Prenons l’exemple de la Chine, elle n’a jamais eu l’expérience démocratique de la cité-État hellénique ou d’une société civile, ni vécu la Renaissance et le baptême de la Réforme religieuse, ni hérité d’une économie de marché développée depuis des siècles, ni même connu l’industrialisation et le régime de l’État moderne. La Chine est, au contraire, issue d’une très ancienne civilisation agricole. Il est donc impensable qu’en un laps de temps très court la Chine puisse parcourir le long chemin de développement – qui a nécessité des siècles à l’Europe occidentale – et adopter le système de valeurs européen dans son ensemble, le tout en devant nourrir presqu’un milliard de nécessiteux. Certes, cela ne signifie pas que la Chine n’ait pas besoin d’apprendre des civilisations avancées (au contraire, les acquis diplomatiques chinois sont un bon exemple de cet apprentissage), mais l’apprentissage ne signifie pas l’acceptation totale sans discernement.

30Si les experts européens cités ci-dessus avaient pu adopter cette logique dans leurs réflexions, ils ne seraient ni trop optimistes en imaginant que la pensée chinoise devrait « être identique à celle des Européens », ni trop pessimistes sur les perspectives de la relation sino-européenne. Ils auraient pu adopter une vision plus ouverte, plus tolérante, en termes d’intégration mutuelle pour accroître la compréhension réciproque entre la Chine et l’UE, fondée sur la construction d’un nouvel ordre international uni dans la diversité.

31Après avoir répondu à la première question, il est assez facile de trouver la solution pour la seconde : le partenariat Chine-UE peut-il être considéré comme une relation dite « stratégique » ? À mon avis, tout partenariat réussi est accompagné de nouvelles réflexions sur cette expérience. C’est le seul moyen de l’améliorer et de l’actualiser. En fait, l’idée des analystes européens que ni la relation bilatérale Chine-UE ni son titre de « partenariat stratégique » ne correspondent à la réalité n’est pas une nouveauté. L’opinion publique l’a évoqué depuis longtemps. Le vrai problème est la façon d’interpréter ce décalage entre la réalité et l’expression politique. Le développement de la relation sino-européenne est certes loin d’être satisfaisant sur de nombreux sujets, notamment les échanges commerciaux et les positions politiques, mais il est important de signaler qu’il se fait dans un contexte délicat : d’un côté, les deux parties doivent agir sous la pression de la mondialisation, de l’autre côté, chaque partie doit faire face à des processus de transition et de transformation sans précédent dans de nombreux domaines tant à l’intérieur du pays qu’au niveau de l’Union. D’où l’importance stratégique d’un effort sino-européen, qui est un geste de solidarité nécessaire à l’essor d’un monde diversifié, à la compréhension et au soutien mutuels des deux parties. En conséquence, le rôle « stratégique » de ce partenariat est évident, si nous adoptons une vision à long terme. Tout comme l’a indiqué le Premier ministre Wen Jiaobao à Bruxelles en mai 2004 : cette « stratégie » impliquerait une collaboration durable et à long terme concernant tous les domaines. Elle s’émanciperait des oppositions entre les systèmes idéologiques et sociaux ; elle ne pourrait être subvertie pat tel ou tel événement isolé. Le « partenariat » signifie une coopération respectant les principes d’égalité, de l’intérêt mutuel et de l’objectif gagnant-gagnant. Avec une confiance et un respect réciproques, les deux parties doivent s’appliquer à promouvoir leurs intérêts communs. Elles doivent prendre en compte les points de convergence sur les sujets essentiels en mettant de côté leurs différends sur les sujets secondaires. Tel est alors le sens d’un « partenariat stratégique sino-européen ».

  • 3 Ici, j’ai choisi le mot « diversifié » au lieu de l’expression « multipolaire », car l’ordre inter (...)

32Dans la politique internationale, il ne manque pas d’occasions exceptionnelles de promouvoir un partenariat stratégique. Quant à la relation entre Pékin et Bruxelles, globalement, il existe une convergence de principe sur une grande variété d’affaires, à savoir, la construction d’une communauté internationale diversifiée3. En effet, dans le monde actuel, il n’y a qu’un ou deux acteurs internationaux ayant à la fois un poids aussi important que celui de l’UE ou de la Chine et un partenariat résultant d’un consensus sur de nombreux sujets comme le partenariat entre Bruxelles et Pékin. Évidemment, un partenariat ayant un poids si important doit avoir des obligations et des responsabilités dites stratégiques qui dépassent largement celles d’un partenariat ordinaire. Sous cet angle, le choix de la catégorie « partenariat stratégique » par l’UE et la Chine impliquait et implique toujours le souhait de pouvoir résoudre des problèmes d’une importance stratégique.

33Pour le moment, on pourrait penser que la relation sino-européenne n’en est, en quelque sorte, qu’à un premier stade, à un niveau insuffisant. D’un point de vue objectif, ce jugement rationnel correspond assez bien à la réalité, et va certainement contribuer à l’amélioration progressive du partenariat Chine-UE. Par ailleurs, j’apprécie particulièrement l’autocritique des chercheurs européens qui ont notamment reconnu que les décideurs européens ont dû prendre pour fondement de la politique chinoise l’idée que la pensée des Chinois « doit être identique à celle des Européens » et que ce principe montre ni plus ni moins que « la diplomatie de l’UE n’a pas encore atteint sa maturité ».

34Si les décideurs européens pouvaient adopter une telle autocritique pour fonder à nouveau leur méthode d’analyse, nous aurions davantage de raisons de prévoir, de manière optimiste, des progrès substantiels dans la relation sino-européenne.

Troisième partie

35Au regard de la réflexion et de l’évaluation faites dans les deux rapports de l’UE, les avis du public chinois sont encourageants et peuvent susciter un optimisme prudent.

36J’ai donc choisi de présenter ici les résultats de quelques sondages sur l’opinion publique chinoise fournis par le jeune chercheur Fan Yongpeng de l’Académie des sciences sociales de Chine (CASS). À cela s’ajoutent quelques données des anciens sondages et données comparatives du Centre de recherche sur les affaires européennes auprès de l’Université normale supérieure de la Chine de l’Est. Il est à noter que le sondage sur la connaissance des relations internationales des simples citoyens d’une part et celui des élites d’autre part ont des objectifs différents. Étant un jugement spontané et non spécialisé, le premier est à la fois influencé par l’environnement social et influent sur les décideurs de la politique. Tandis que le deuxième est une analyse spécialement affinée menée par des chercheurs indépendants mais proches du cercle des décideurs. Bien que ces deux types de documents aient des fonctions différentes et que les caractères de l’un ne correspondent pas tout à fait à ceux de l’autre, leur confrontation permet plus ou moins de montrer dans quelle mesure les opinions sur le même sujet peuvent être différentes ou semblables. La lecture des sondages nous indique qu’il est nécessaire de présenter à l’opinion publique chinoise l’état actuel de la relation sino-européenne. En tant que preuve, ces sondages ont un rôle d’autant plus significatif qu’ils ont été réalisés en 2008, l’année précisément où la relation Pékin-Bruxelles a connu des moments difficiles.

37D’abord, l’enquête de l’Institut des affaires européennes de la CASS a montré que, d’après les personnes interrogées, la hiérarchie des acteurs les plus influents de la communauté internationale est la suivante : les USA en premier, suivis de l’UE, puis successivement : la Chine, la Russie et le Japon. Ainsi, l’Union européenne est considérée comme ayant une importance moindre que celle des USA mais supérieure aux trois autres pays (tableau 1).

Tableau I : Sondage de 2008 sur l’influence internationale (%) par l’Institut des affaires européennes. Source : Fan Yongpeng, « L’impression européenne sur les Chinois : recherche initiale sur la base des enquêtes positives », publié au « Rôle mondial de l’UE » dont Feng Shaolei est le rédacteur en chef, Maison d’édition de l’École normale supérieure de Chine Est, 2009.

38Par contre, concernant l’évaluation de l’importance de chaque acteur majeur vis-à-vis de la Chine, les résultats des sondages chinois ne révèlent pas le même point de vue. Cependant, ils montrent qu’en général, les Chinois pensent que la relation sino-européenne est moins importante que la relation entre la Chine et les USA ou que le lien Pékin-Moscou. Quant aux indices de « l’amitié » entre les peuples, nous constatons que les Russes sont regardés comme les meilleurs amis des Chinois, suivis par les Indiens et les Européens. Alors que Bruxelles a enregistré la plus grande popularité en tant que « partenaire » de la Chine par rapport à Washington, Moscou, New Delhi ou Tokyo. Si nous examinons la « position de neutralité », les Chinois estiment que ce sont les Européens qui sont les plus susceptibles d’adopter une position neutre face à la Chine (tableaux 2 et 3).

Tableau 2 : Sondage de 2008 concernant l’opinion publique chinoise sur les relations bilatérales, par Fan Yongpeng (Robert Kagan 2008, voir note 1 p. 152).

Tableau 3 : Sondage de 2008 concernant l’opinion publique chinoise sur l’attitude des étrangers envers les Chinois, par Fan Yongpeng (Robert Kagan 2008).

39Selon les enquêtes du jeune chercheur Fan Yongpeng de la CASS :

Depuis 2007, les relations sino-allemandes et sino-françaises ont connu une série de difficultés. Mais les résultats des sondages suivants ont montré que le sentiment favorable des Chinois à l’égard de la France et de l’Allemagne n’a pas fondamentalement changé. Cela signifie que le développement des bonnes relations de la Chine avec ces deux pays est relativement bien connu de l’opinion publique chinoise. Cependant, si les grands pays de l’UE tels que la France et l’Allemagne ne savent pas prendre en considération et valoriser ce sentiment favorable à leur égard, et s’ils ne mettent pas en pratique de nouvelles mesures pour améliorer leur relation avec la Chine, cette opinion publique favorable risque de disparaître progressivement.

40Voici les deux sondages qui soutiennent le raisonnement de Fan Yongpeng (tableaux 4 et 5) :

Tableau 4 : Sondage de 2008 sur le sentiment des Chinois pour les pays de l’UE (les 10 pays ayant gagné le plus de voix), par l’Institut des affaires européennes (Robert Kagan 2008).

Tableau 5 : Sondage de 2008 concernant l’opinion chinoise sur le sentiment des pays de l’UE à l’égard de la Chine (les 10 pays ayant gagné le plus de voix), par l’Institut des affaires européennes (Robert Kagan 2008).

41Nous constatons aussi un net décalage entre l’ordre des pays européens « les plus appréciés » par les Chinois et celui des pays européens qui « traitent le mieux la Chine » aux yeux des Chinois. En effet, en raison d’une série de comportements choquants de la France et de l’Allemagne en 2007 et 2008, les deux pays « les plus aimés » par les Chinois ont chuté respectivement aux 6e et 4e places sur la liste des États de l’UE qui « traitent le mieux la Chine ». Et en dépit des difficultés diplomatiques entre la Chine et les deux pays européens, les sentiments amicaux des Chinois envers la France et l’Allemagne n’ont pas faibli.

42De plus, il est intéressant de signaler que, selon les sondages réalisés par la CASS et l’Université normale supérieure de la Chine de l’Est, les trois principales sources d’information auxquelles les Chinois ont accès pour connaître l’UE sont les émissions télévisées (83,1 % des personnes interrogées), les journaux (52,1 % des personnes interrogées) et internet (50,1 % des personnes interrogées), tandis que seuls 22,1 % des gens connaissent l’Europe par la lecture des manuels scolaires d’histoire et 15,1 % en écoutant la radio. On peut en conclure que la connaissance des personnes interrogées est très influencée par les médias. Autrement dit, la façon dont les Chinois appréhendent les relations internationales est étroitement liée à la diffusion des informations. Les chercheurs occidentaux devraient ainsi penser que la « montée du nationalisme » des Chinois a été « induite » par les informations officielles. Mais, d’après les résultats ci-dessus, c’est plutôt la diffusion des informations qui a préservé la position rationnelle de l’opinion publique chinoise sur l’Europe en 2008.

43Globalement, l’opinion publique chinoise est demeurée sereine face aux turbulences qu’a traversé la relation sino-européenne en 2008. Étant bien au courant du changement d’attitude des principaux pays de l’UE, les Chinois, avec la tolérance et l’esprit d’ouverture de l’Orient, ont patiemment attendu que la situation évolue et s’améliore. Cette façon d’agir tranche totalement avec l’angoisse et la déception de certains experts occidentaux. Naturellement, dans un contexte défavorable voire une crise, une attitude tolérante et sage peut contribuer à l’amélioration de la situation.

44La connaissance mutuelle est un problème déterminant qui influence la relation bilatérale dans beaucoup de domaines. Dans la période de développement de cette relation bilatérale, tous les acteurs sont très intéressés par les perspectives d’échanges politiques et économiques. Éblouis par la rhétorique des hauts fonctionnaires et des médias, les gens ignorent la différence entre les deux parties sur la façon de voir les choses. Pourtant, quand la relation bilatérale rencontre des obstacles et quand l’échange politique ou économique ne fonctionne plus avec sérénité, les médias sont les premiers à semer le trouble. Du coup, à un certain moment, l’échange bilatéral des informations et la compréhension mutuelle diminuent. Le jugement et le choix politique des décideurs sont donc mis à l’épreuve par de nombreux problèmes. Si jamais l’opinion publique est progressivement découragée par de nouvelles informations défavorables, le sentiment favorable des Chinois à l’égard des Européens risque de disparaître au détriment de l’amélioration des relations diplomatiques. Il sera alors difficile de restaurer cette relation bilatérale. C’est pourquoi je pense que les résultats de ces sondages constituent un message encourageant, car ils ont signalé une stabilisation de la vision de l’Europe par les Chinois malgré les troubles des relations Chine-UE de 2008.

Quatrième partie

45En réalité, dans la relation sino-européenne, les facteurs positifs l’emportent largement sur les éléments négatifs, qu’il s’agisse de la stratégie conçue, de la politique souhaitée et de la perspective à long terme.

  • 4 Charles Grant et Katinka Barysch, « Can Europe and China Shape a New world Order ? The Center for (...)

46Aux yeux des Européens, la dispute économique et commerciale est le sujet le plus préoccupant. Selon Charles Grant : « Si l’on ne trouve pas une solution au problème économique et commercial, il pourrait déclencher un conflit. » Je reconnais que si nous ne voyons de ce problème que l’augmentation du déficit ou l’aggravation des antidumpings bilatéraux, la situation est bien sûr inquiétante. Mais la raison d’être du « partenariat stratégique » est d’adopter une vision à long terme pour traiter tous les problèmes commerciaux. D’après la tendance de son développement économique, la Chine pourrait devenir, à un rythme soutenu et assez rapidement, l’une des premières puissances économiques du monde. Le grand marché domestique et les opportunités coopératives d’une Chine en développement offrent de belles perspectives à la relation sino-européenne. Ainsi, même dans la situation tendue de l’échange commercial bilatéral, le rapport de Grant reconnaît que, généralement, la croissance économique chinoise est favorable à l’UE. Se référant à un rapport néerlandais, il indique que l’arrivée des produits chinois sur le marché de l’UE réduit la dépense de chaque ménage de trois cents euros en moyenne4. Il sera donc impossible que la production chinoise dans le domaine des télécommunications, du réseau à haut débit, de la fabrication automobile, ainsi que ses normes de sécurité alimentaire soient très influencées par l’UE sans que l’investissement européen en Chine augmente pour devenir bien supérieur à 30 ou 40 milliards d’euros. Il est également impensable qu’il n’existe pas de possibilité de coopération entre l’UE, la plus grande économie du monde, et la Chine, le plus grand marché en voie de développement, dont le concept de l’exploitation est énormément influencé par l’idée écologique et le mode de développement durable de l’Europe. La solution apparaît donc clairement sans avoir besoin de raisonner davantage : plus de coopération, c’est la clé pour surmonter les problèmes du développement de la relation bilatérale.

  • 5 « Comment les deux côtés de l’atlantique construisent-ils leurs relations stratégiques chinoises ? (...)
  • 6 « A Power Audit of EU-China Relations » par John Fox et François Godement, European Council of For (...)

47À propos de la sécurité commune, la Chine et l’UE n’ont jamais eu de disputes ou conflits stratégiques dans leur histoire bilatérale. L’Europe n’est pas un acteur majeur en Asie, peu d’Européens considèrent la Chine comme une menace, l’UE n’a pas non plus créé une ligue en Asie pour contenir la Chine tout comme l’ont fait les USA. Les plus récents rapports indiquent le manque de discussion sérieuse parmi les États membres de l’UE sur l’objectif à long terme de leur politique chinoise commune : démocratiser la Chine ? Ou l’encourager à piloter une communauté régionale de l’Asie orientale (cet avis émis dans les rapports ne traduit pas forcément le mien) ? Même sur les sujets sensibles de la sécurité chinoise tels que Taïwan, l’UE insiste sur la politique « Une Chine » et n’est pas d’accord sur le principe de l’adhésion de cette île aux organisations internationales5. De plus, afin de joindre leurs efforts pour le maintien de la sécurité, la Chine et l’UE ont aussi besoin de discuter et de réfléchir ensemble sur un grand nombre de sujets à l’échelle mondiale ou régionale, de façon bilatérale ou multilatérale, notamment sur le désarmement, la lutte antiterroriste, la sécurité non conventionnelle, etc. Le rapport de l’ECFR a ainsi exposé que, pour obtenir le soutien de Pékin à la politique de non-prolifération des armes (nucléaires ou de destruction massive), « il faut chercher à conclure un accord permettant de lever l’embargo sur la vente d’armes à la Chine6 ». Voici une proposition qui mérite d’être en prise en considération.

48En outre, d’un point de vue scientifique, il existe également une raison pour justifier les belles perspectives de la relation Chine-UE : les deux parties partagent un grand intérêt pour leurs intégrations respectives. La raison pour laquelle Pékin accepte l’intégration de l’Europe et y prête une grande attention est que la Chine bénéficie d’un autre type d’intégration depuis ces dernières décennies. Elle veut aussi s’investir pleinement en faveur de l’intégration régionale et de la mondialisation en espérant y trouver son compte et sa place. Ces intérêts et objectifs communs sino-européens leur donnent un langage commun dans un immense espace de coopération stratégique. À noter qu’en général, ces motifs inhérents et favorables à la diplomatie bilatérale existent rarement entre les autres grands pays. Or ils caractérisent la relation sino-européenne et ont un important effet de levier sur elle.

49L’évaluation de la relation entre la Chine et l’UE tient aussi compte d’une interprétation de la construction de l’Union européenne : dans le monde actuel, cette construction a nécessité de très nombreux efforts et a ainsi acquis le plus de résultats fructueux relatifs à l’édification des systèmes à vocation mondiale ou régionale. La pratique politique courageuse et l’ensemble des mesures concrètes prises au sein de l’UE servent de modèle à la fondation de nombreuses organisations régionales ayant un caractère communautaire, à l’exemple de l’Organisation de coopération de Shanghai (SCO, Shanghai Cooperation Organization) qui pourraient s’inspirer de l’expérience de l’UE dans certains domaines. L’UE a également proposé le multilatéralisme en vue de régler des problèmes de dimension mondiale. Bien que le contenu de ce sujet reste à discuter, la méthode de Bruxelles et sa définition du multilatéralisme constituent une aide significative pour résoudre certains problèmes internationaux et notamment celui du développement durable. En effet, le multilatéralisme ouvre de nouvelles perspectives à la coopération Chine-UE, qui mérite de nouvelles recherches sérieuses sino-européennes afin de concrétiser les propositions préconisées par le rapport de Charles Grant.

50Malgré les nombreux sujets qui restent à examiner, malgré l’impossibilité de tout mettre en pratique, et en dépit de beaucoup de problèmes bilatéraux difficiles à résoudre dans l’immédiat (habitués à l’inaction, les gens se sentent gênés d’aborder les sujets délicats ou potentiellement dangereux de la relation Chine-UE), je suis stimulé par l’esprit d’autocritique qui marque les rapports européens à travers leurs remarques sur le manque de motivation dans le développement de la relation sino-européenne. De plus, l’attitude des Chinois envers l’UE dévoilée par les sondages me permet d’être prudemment optimiste face à une situation de crise. Bien sûr, il ne suffit pas d’avoir confiance en l’avenir, il faut aussi le préparer concrètement, en traitant les problèmes au cas par cas et en dialoguant sur chaque sujet. L’expérience historique nous a démontré qu’il n’y a jamais de difficultés insurmontables ni de barrières infranchissables dans la relation entre la Chine et l’Europe.

Notes

1 Robert Kagan, « The Return of History », New Republican, vol. 4, 2008.

2 G. John Ikenberry, « The Rise of China and the Future of the West », Foreign Affairs, janvier-février 2008.

3 Ici, j’ai choisi le mot « diversifié » au lieu de l’expression « multipolaire », car l’ordre international que je propose ne possède pas de caractère antagoniste, mais repose sur un mécanisme préconisant le respect mutuel des différentes civilisations dans le développement intérieur ou à l’extérieur, la coexistence et la complémentarité d’opinions diverses ainsi que l’adoption éclectique des différents systèmes. De cette manière, nous allons rendre le monde plus « diversifié ».

4 Charles Grant et Katinka Barysch, « Can Europe and China Shape a New world Order ? The Center for European Reform », 2008.

5 « Comment les deux côtés de l’atlantique construisent-ils leurs relations stratégiques chinoises ? » (traduction rédactionnelle) par Huang Yufen, extrait de « Grande conception : l’Union européenne de 2020 » dont Liu Jun est le rédacteur en chef, Maison d’éditions de l’École normale supérieure de Chine Est, en 2009.

6 « A Power Audit of EU-China Relations » par John Fox et François Godement, European Council of Foreign Relations, le 17 avril 2009.

Table des illustrations

Légende Tableau I : Sondage de 2008 sur l’influence internationale (%) par l’Institut des affaires européennes. Source : Fan Yongpeng, « L’impression européenne sur les Chinois : recherche initiale sur la base des enquêtes positives », publié au « Rôle mondial de l’UE » dont Feng Shaolei est le rédacteur en chef, Maison d’édition de l’École normale supérieure de Chine Est, 2009.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Tableau 2 : Sondage de 2008 concernant l’opinion publique chinoise sur les relations bilatérales, par Fan Yongpeng (Robert Kagan 2008, voir note 1 p. 152).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Tableau 3 : Sondage de 2008 concernant l’opinion publique chinoise sur l’attitude des étrangers envers les Chinois, par Fan Yongpeng (Robert Kagan 2008).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Tableau 4 : Sondage de 2008 sur le sentiment des Chinois pour les pays de l’UE (les 10 pays ayant gagné le plus de voix), par l’Institut des affaires européennes (Robert Kagan 2008).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Tableau 5 : Sondage de 2008 concernant l’opinion chinoise sur le sentiment des pays de l’UE à l’égard de la Chine (les 10 pays ayant gagné le plus de voix), par l’Institut des affaires européennes (Robert Kagan 2008).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1791/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

Auteur

Feng Shaolei est directeur de l’Institut de recherche sur les relations internationales et le développement régional de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine. Il dirige le Centre de recherche sur la Russie. Il est également membre du Comité sino-russe d’amitié, de paix et de développement en Chine, et du Comité des sciences sociales auprès du ministère de l’Éducation. Parmi plus de cent publications et travaux, on peut citer Domestic Transition and Foreign Relations : Russia since 1992 (1997), primé par le ministère chinois de l’Éducation.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540