Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie II. Aux limites de la régionalisation en Europe

L’identité nationale britannique et l’intégration européenne

Pan Xingming

Texte intégral

1Grand pays européen, un des douze pays membres fondateurs de l’Union européenne, l’Angleterre reste la note la moins en accord dans le processus de l’intégration européenne : elle se met volontairement en dehors de la zone euro et de l’espace Schengen. La singularité de l’Angleterre, portée par sa forte identité forgée au cours de sa longue histoire, fait qu’à l’intérieur, les tensions communautaristes ne se désamorcent pas au sein du Royaume-Uni, et qu’à l’extérieur, le pays insulaire rentre constamment en rapport de force ou en négociation avec les autres grands pays européens du continent. C’est à ce titre que nous essaierons, dans ce texte, de réfléchir sur la relation entre l’identité britannique et l’intégration européenne.

Le discours sur l’identité nationale et l’identité britannique

  • 1 Benedict Anderson, Communauté imaginaire : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Wu (...)
  • 2 Ibid. : 45.

2L’apparition et l’évolution du discours sur l’identité nationale est en relation étroite avec le développement de la théorie sur les sciences politiques comparées et de la théorie sur les relations internationales. Sur le plan des sciences politiques comparées, la question de l’identité nationale est devenue, avec la fin de la guerre froide et le changement des rapports de forces au niveau international, une question d’actualité pour de nombreux pays et fait l’objet d’études pour beaucoup de chercheurs en la matière. Aujourd’hui, rares sont ceux qui pensent que l’origine d’une nation ne se résume qu’aux liens du sang alors que la plupart estiment que la nation est une notion qui réunit divers éléments comme la culture, la langue, le lien du sang, la religion et la proximité géographique. Benedict Anderson, représentant de ce point de vue, a avancé la thèse de la communauté imaginaire. Selon lui, la notion de nation et d’identité nationale relève d’un champ subjectif : « Du point de vue anthropologique, je préfère définir la nation en communauté politique imaginaire, c’est-à-dire une communauté imaginée déterminée par sa nature mais dotée d’une souveraineté1. » Il considère que l’humanité a pu repenser les relations interhumaines pour remodeler l’identité nationale de manière différenciée et pour construire un État-nation à l’ère moderne grâce à la technique de l’imprimerie permettant la vulgarisation des connaissances scientifiques. À cette dernière s’ajoutent le rôle du capitalisme et de la variété des langues. « L’association du capitalisme, de la technique de l’imprimerie et de la diversité linguistique qui relève d’une fatalité, a rendu possible une nouvelle forme de communauté imaginaire qui prédit l’émergence de l’État-nation à l’ère moderne2. »

3Sur le plan de la théorie des relations internationales, des chercheurs ont très tôt prêté leur attention à la notion d’identité nationale dans les années 1980. Alexander Wendt, représentant de la théorie américaine du constructivisme social, la plus connue dans le domaine, pense que dans la vie de la politique internationale, les relations entre les acteurs majeurs, amicales ou hostiles, dépendent de l’identité collective construite dans des contextes donnés. Les chercheurs qui partagent le point de vue de Wendt concluent que l’identité nationale n’a pas une existence objective, mais est le résultat d’une construction interactive d’intersubjectivité entre les acteurs et leurs environnements. Wendt explique cette construction :

  • 3 Alexander Wendt, Théorie sociale de la Politique internationale, Qin Yaqing (trad.), Shanghai, Mai (...)

Du point de vue constructiviste, le signe de l’intériorisation totale d’une culture est l’identification de cette dernière et la transformation, avec la culture de l’Autre au sens général du terme, en objet de connaissance de soi-même. Cette identification est en fait la conscience d’un groupe, ou d’un groupe de « Moi », qui fait partie de l’identité sociale ou collective et qui présente à chaque acteur social son intérêt à défendre son identité. L’intérêt collectif, en revanche, pousse l’acteur individuel à prendre le bonheur collectif pour son propre bonheur et aide par conséquent l’acteur à surmonter la difficulté qui oppose l’égoïsme à l’action collective3.

4L’identité reflète la différence qui sépare mon groupe de celui de l’Autre, sentie d’une part par différents groupes de manière subjective, et d’autre part consolidée et confirmée grâce à une interaction entre les deux groupes. C’est dans ce sens-là que nous pouvons dire que l’identité est un résultat du processus de l’identification subjective.

5L’Angleterre est un des pays les plus anciens de l’Europe. Ce fait semble incontestable du point de vue d’un étranger ; or, il est controversé au sein du Royaume-Uni. Non seulement le problème de l’identité britannique n’a pas été bien résolu, mais il existe encore un autre problème plus grave tant sur le plan théorique que sur le plan pratique, à savoir la tendance à la « débritannisation » (de-Britishization). Nous savons tous que le Royaume-Uni est composé de quatre régions ou parties distinctes, à savoir l’Angleterre, l’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande du Nord. Le nom du pays, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, est un des noms les plus compliqués du monde. Du fait de cette complexité, les noms désignant l’Angleterre sont nombreux – Bretagne, Grande-Bretagne, Royaume-Uni ou Angleterre : on recourt le plus souvent à ce dernier pour nommer ce pays dont l’identité prête à confusion. Les Anglais adhèrent à leur identité de manière très différente, les gens en Angleterre le font de la façon la plus convaincue, alors que ceux de l’Écosse et du pays de Galles revendiquent leur propre identité et le sentiment nationaliste s’y affirme avec le temps. En Irlande du Nord, la paix s’étant récemment installée, l’identité nationale n’est plus une priorité pour les habitants actuellement, mais sa réaffirmation n’est qu’une question de temps : quand et comment l’Irlande du Nord rejoindra l’Écosse et le pays de Galles pour revendiquer sa propre identité. L’Irlande, qui avait été une partie composante de la Grande-Bretagne, a déjà gagné son indépendance dans les années 1920 en se séparant d’elle. Il ne nous est pas impossible d’imaginer dans le futur une Angleterre divisée en plusieurs pays, puisque l’Irlande en est un bon exemple dans le passé et que le sentiment nationaliste est de plus en plus prononcé en Écosse et au pays de Galles. Cette division semble d’ores et déjà reconnue pour le football, sport national, car l’Angleterre forme quatre équipes pour se présenter aux compétitions internationales.

  • 4 Tom Nairn, The Break-Up of Britain : Crisis and Neonationalism, Londres, NLB, 1977.
  • 5 Peter Hitchens, The Abolition of Britain, Londres, Quatet, 1999.
  • 6 Norman Davis, The Isles : A History, Londres, Macmillan, 1999 : 1039.
  • 7 Andrew Barnett, This Time, Londres, Vintage, 1999 : 299.
  • 8 Roger Scruton, England : An Elegy, Londres, Chatto & Windus, 2000.

6Au sein de la communauté savante britannique, certains, à partir du concept de « nation culturelle » développé par une école allemande, pensent même que la Grande-Bretagne n’existe déjà plus. Tom Nairn a été le premier à avancer, dans son livre publié en 1977 intitulé The Break-up of Britain (« La division britannique ») qui a eu un très grand retentissement, la thèse selon laquelle la structure sociale britannique existante n’arriverait plus à maintenir longtemps la cohésion de la Grande-Bretagne4. Au moment où l’humanité entre dans le troisième millénaire, cette thèse fait davantage son chemin dans le public. Andrew Marr, premier journaliste politique de la BBC, a employé le mot « mort » pour l’illustrer tandis que Peter Hitchens a utilisé le terme « abolition » pour évoquer l’avenir5. La thèse de Nairn ne constitue pas seulement, semble-t-il, une fuite en avant, puisque des savants anglais veulent déjà l’appliquer au passé du pays. Norman Davis fait état de son point de vue disant que la Grande-Bretagne n’a jamais été un État-nation6 alors qu’Andrew Barnett va encore plus loin en pensant que, même si l’Angleterre (England) pouvait avoir un caractère d’un État-nation, le Royaume-Uni n’est jamais devenu une telle structure7. Même pour l’Angleterre, son statut n’est pas sans être mis en cause. Roger Scruton insiste sur le fait que l’Angleterre n’est qu’un pays au sens géographique du terme au lieu d’être un État-nation et que l’Angleterre, en tant que pays, est déjà morte8.

7Parallèlement, à cause de leur insularité et de leurs relations complexes avec les pays du continent européen, les Anglais désignent souvent l’Europe comme l’autre rive de la Manche et se mettent par conséquent en dehors du continent. Nous commençons par élaborer une définition du terme « Europe ». Avec les paramètres historique, ethnologique, culturel, géographique et géopolitique, nous pouvons dire que l’Europe renvoie à des réalités générales telles que : a) une civilisation chrétienne ; b) un peuple de race blanche ; c) un des deux plus petits continents du monde, avec les archipels britanniques et islandais ; d) l’Union européenne, avec des pays qui la soutiennent ; e) des valeurs et des normes européennes, etc. Pour les Anglais, l’Europe représente le continent à l’exception de l’archipel britannique. La petite phrase de Winston Churchill nous paraît très caractéristique de la mentalité de ses compatriotes :

  • 9 Ralph Charles Atkins, « United Kingdom », in Encyclopedia Britannica, Londres, Deluxe Edition, Enc (...)

Nos vœux les plus chers qui vont aux Européens se traduisent en plus de richesse et plus de liberté de fantaisie. Alors que nous, nous avons nos propres rêves et nos propres vocations. Nous sommes du côté des Européens mais nous n’appartenons pas à l’Europe. La Grande-Bretagne et l’Europe s’impliquent réciproquement mais l’une ne couvre pas l’autre. Les deux partagent des intérêts communs qui les lient mais elles ne se sont pas intégrées dans une seule structure9.

  • 10 George Macauley Trevelyan, English Social History : A Survey of Six Centuries from Chaucer to Quee (...)
  • 11 Roy Denman, Missed Chances : Britain and Europe in the Twentieth Century, Londres, Indigo, 1997 : (...)

8La séparation de l’Angleterre d’avec l’Europe n’est pas seulement géographique, elle est davantage géopolitique. Depuis la fin de la guerre de Cent Ans qui a consommé la séparation, l’Angleterre s’est engagée dans un chemin de développement autonome. George M. Trevelyan, célèbre historien britannique, a indiqué que, depuis lors, le pays est devenu insulaire de manière très particulière, et « ne prétend plus à être le prolongement naturel du continent européen ni sa rive ouest10 ». Le modèle anglais, au cours de sa conceptualisation et de sa construction, a non seulement devancé les autres pays du continent de l’Europe, mais il préserve aussi les spécificités du pays, telles que le système juridique, dit Common Law, le système parlementaire, le cabinet en tant que gouvernement, le système des partis politiques, la monarchie constitutionnelle, le concept très particulier de sa souveraineté, etc. Même après 1973, l’année où l’Angleterre a mis fin à sa séparation d’avec l’Europe en entrant dans la Communauté économique européenne, le discours de « l’exception anglaise » reste toujours monnaie courante. Les Anglais, majoritairement méfiants à l’égard de l’Europe, se sentent au contraire très proches des autres pays anglo-saxons. L’Observateur et Harris ont coréalisé un sondage en 1990 à ce sujet et le résultat n’a guère démenti cette affinité. À la question « Si vous ne résidiez pas en Angleterre, quels seraient les pays où vous aimeriez vous installer ? », 50 % des personnes interrogées ont opté pour l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada ou les États-Unis ; ceux qui ont choisi la France, l’Allemagne ou l’Espagne ne représentent que 3 %11. Quand les Anglais évoquent les États-Unis ou le Canada, ils utilisent souvent l’expression « de l’autre côté de l’étang », comme si l’océan Atlantique n’était pour eux qu’un lieu de passage aux frontières de leur village. Pour eux, ces deux pays d’outre-Atlantique ressemblent à des villages voisins.

  • 12 Voir Mark Leonard (ed.), The Future Shape of Europe, Londres, Foreign Policy Centre, 2000.
  • 13 Eurobarometer, 53, printemps 2000.

9Le passage au troisième millénaire n’a pas changé sensiblement cette mentalité malgré l’approfondissement de l’intégration européenne. Tony Blair, ex-Premier ministre britannique sympathisant de l’Union européenne, a ainsi surpris le public quand il a déclaré, en octobre 2000 au cours de son intervention à Varsovie, que l’Angleterre est un « pays insulaire avec des idées tout à fait indépendantes et fier de l’être12. » Le résultat du sondage d’opinion réalisé au printemps 2000 par l’Union européenne via l’Eurobaromètre, qui est un sondage régulier, ne dit pas autre chose. Il montre que, concernant l’adhésion des citoyens des pays membres à l’Union européenne, ce sont les Anglais qui sont les plus mauvais élèves. À la question « Avoir le statut de pays membre au sein de l’Union européenne est-il pour vous une bonne chose ou une mauvaise ? », 25 % des Britanniques interrogés ont répondu que c’est une bonne chose. À la question « Avez-vous confiance en la Commission européenne ? », 24 % des interrogés ont donné une réponse affirmative. À la question « Est-ce que vous soutenez la monnaie Euro ? », 22 % des interrogés ont répondu par oui. Aux autres questions telles que « Est-ce que vous soutenez la politique de la défense commune européenne ? », ou « Pensez-vous que l’élargissement européen est une priorité ? », ceux qui ont donné une réponse affirmative ne représentent que 26 %13. Certes, jusqu’aujourd’hui, de plus en plus nombreux sont ceux qui soutiennent l’Union européenne en Angleterre, mais le nombre des eurosceptiques reste non négligeable. Un sondage réalisé par The Guardian et ICM, rendu public le 26 janvier 2008, montre que le nombre de ceux qui soutiennent la relation anglo-américaine dépasse largement le nombre de ceux qui soutiennent la relation anglo-européenne. À la question « Quel pays, selon vous, est le pays le plus amical pour l’Angleterre ? », 64 % des interrogés pensent qu’il s’agit des États-Unis, 29 % seulement pensent à l’Union européenne. Le public anglais a aussi accordé une très faible confiance au traité de Lisbonne, comme l’indiquent les tableaux ci-dessous :

  • 14 Julian Glover, « Happy in Europe but still best friends with the US », The Guardian, 26 Janvier 20 (...)
  • 15 Ipsos-Mori, EU Referendum Survey, téléchargeable sur le site http://www.ipsos-mori.com/researchpub (...)

10Le sondage14 a été réalisé alors que les Irlandais venaient de voter contre le traité de Lisbonne lors du référendum, ce qui a provoqué de vives réactions dans les autres pays membres de l’Union européenne et davantage d’inquiétude chez les Anglais. Le gouvernement de Gordon Brown avait déjà décidé de ne pas procéder à un référendum à ce sujet et de recourir à la ratification parlementaire. Quelle serait alors la position des Anglais ? L’Institut Ipsos-Mori a réalisé entre le 21 et le 28 février 2008 un sondage auprès de 1 026 citoyens anglais âgés de 18 ans et plus. Voici les résultats15 :

11Première question : « Pensez-vous qu’il faut un référendum pour le statut de pays membre de l’Angleterre au sein de l’Union européenne ? »

12Deuxième question : « S’il y a un référendum au sujet de la relation anglo-européenne, souhaitez-vous qu’on vote pour le traité de Lisbonne ou pour le statut de pays membre de l’Angleterre au sein de l’Union européenne ? »

  • 16 Ian Traynor, « Quick fix over treaty could backfire, EU leaders are warned », The Guardian, 17 jui (...)
  • 17 Clare Dyer et Ian Traynor, « Judge forces delay in ratification of Lisbon treaty to await legal ru (...)

13Il est évident que la majorité des Anglais souhaitent organiser un référendum au sujet de la relation anglo-européenne, y compris sur le traité de Lisbonne. Ceux qui s’y opposent sont une minorité. Bien que le gouvernement dirigé par le parti travailliste ne souhaite pas organiser un référendum au sujet du traité de Lisbonne, le parti n’a pourtant pas modifié sa position sur l’intégration européenne. Après le résultat négatif du référendum irlandais sur le traité de Lisbonne, le Parlement britannique a poursuivi son processus de ratification et y a abouti le 18 juin 2008. L’Angleterre est devenue ainsi le 19e pays membre ayant ratifié le traité. Ce qui est quand même un peu surprenant si l’on se rappelle le comportement de la Grande-Bretagne dans le passé. Cependant, le pays ne partage pas la position de la France et de l’Allemagne, qui lui demandent d’exercer une pression sur l’Irlande pour que cette dernière organise un deuxième référendum. David Miliband, ministre britannique des Affaires étrangères, a déclaré : « Nous devons accorder à l’Irlande un peu plus de marge de manœuvre. Ils ont déjà dit qu’ils ont besoin de temps pour faire des analyses. Je pense qu’il faudrait leur donner du temps. Je comprends que dans ce monde il y a souvent des gens qui souhaitent avoir des réponses immédiates, mais là, il va falloir que la lucidité l’emporte16. » Enfin, une petite anecdote mérite d’être mentionnée : le 20 juin, Richards, magistrat de la Cour suprême, a déclaré que le gouvernement britannique ne pourrait pas terminer son processus de ratification tant que le dossier d’une affaire relative au référendum sur le traité de Lisbonne ne serait clos17. Heureusement l’Angleterre a fini par ratifier le traité. En résumé, si la politique européenne britannique demeure très particulière, c’est parce qu’il existe bel et bien des problèmes au sujet de l’identité nationale de la Grande-Bretagne, et encore plus au sujet de son identité européenne.

L’influence de l’héritage historique

14Un siècle auparavant, l’Angleterre disposait du plus grand empire colonial au monde, souvent appelé « empire où le soleil ne se couche jamais ». Centre de gravité du monde entier, elle était une puissance de premier ordre, s’imposait face aux autres puissances européennes et pratiquait une politique étrangère « d’isolement glorieux », inimaginable aujourd’hui pour un certain nombre de gens. Même si le pays s’est vu obligé d’abandonner cette politique au début du xxe siècle, il garde toujours sa liberté d’agir : l’Angleterre persiste et signe et prend les autres puissances européennes pour ses moyens diplomatiques. Arthur Nicolson, vice-ministre permanent anglais des Affaires étrangères a dit en 1912 :

  • 18 George P. Gooch et Harold W. Temperley (eds), British Documents on the Origins of the War, 1898-19 (...)

Nos politiques ne sont pas compliquées, car elles ont pour objectif de pouvoir porter nos propres jugements sur les choses, de manière autonome et indépendante sans avoir les mains et les pieds attachés par personne ni de quelque manière que ce soit. Nous continuerons à privilégier nos relations étroites avec la France et avec la Russie, ce qui constitue la meilleure garantie de paix, tout en préservant une relation parfaitement amicale avec l’Allemagne et nous sommes prêts à discuter avec elle de tous les dossiers dont nous cherchons à trouver des solutions18.

15Il est clair que, même si l’Empire britannique n’existe plus aujourd’hui, son héritage s’exprime de manière visible dans la culture anglaise. Ceci d’autant plus que le Commonwealth qui s’inscrit dans la continuité a remplacé l’empire colonial et est devenu un des organismes les plus importants en dehors des Nations unies.

16Pendant la Seconde Guerre mondiale, toute l’Europe occidentale a été placée sous l’occupation allemande et seule l’Angleterre s’y est opposée. Avec les États-Unis et les autres pays alliés, la Grande-Bretagne a fini par battre l’Allemagne et par libérer les pays de l’Europe de l’Ouest. À la fin de la guerre, l’Angleterre victorieuse était considérée comme la plus grande puissance européenne, à côté des trois autres pays vainqueurs qui sont les États-Unis, l’Union soviétique et la Chine. Confortée dans cette position, l’Angleterre pensait tout naturellement qu’elle avait une place importante voire centrale dans la prise de décision quant aux affaires européennes et à l’avenir de l’Europe, qu’elle était incontestablement le leader et porte-parole de celle-ci.

17Or, les choses ont évolué de manière contraire aux prévisions des Anglais. Après la guerre, comme l’Angleterre attachait une importance particulière au système de défense européenne piloté par l’OTAN, et comme elle s’occupait de la gestion des revendications relatives à la décolonisation au sein de l’Empire britannique au lieu d’investir davantage dans les affaires européennes, c’est finalement la France qui en a profité pour prendre l’initiative de l’intégration européenne. Le 9 mai 1950, Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères a avancé, au nom de son gouvernement, la proposition de créer la Communauté européenne du charbon et de l’acier. La proposition a été accueillie de manière favorable par la France, l’Allemagne, l’Italie, la Hollande, la Belgique et le Luxembourg. Les six pays ont donc signé le 18 avril 1951, à Paris, le traité instituant la CECA, autrement dit le traité de Paris. Le 25 juillet 1952 a été officialisée la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Le 25 mars 1957, les six pays ont signé le traité de Rome, créant ainsi la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l’énergie atomique. Le Royaume-Uni ne s’est réveillé du beau rêve qu’il caressait jusque-là qu’au moment où il a découvert que l’intégration européenne avait été copilotée par l’axe franco-allemand. Les Anglais ont tout de suite réagi pour établir un nouvel équilibre en créant en janvier 1960, avec la Suisse, le Danemark, la Norvège, la Suède, l’Autriche et le Portugal, pays sceptiques à l’égard du processus d’intégration européenne, l’Association européenne de libre-échange (European Free Trade Association). Or, cet organisme, conduit sous la houlette britannique, n’a pas fonctionné aussi bien que prévu. Mais le mal était fait et l’Angleterre s’est vue exclue du courant principal de l’intégration européenne.

  • 19 Derek W. Urwin, Western Europe since 1945 : a Short Political History, Zhang Dingzhao (trad.), Com (...)

18Pour sortir de cette situation embarrassante, l’Angleterre, contrainte d’adopter un profil bas pour pouvoir rentrer dans les jeux de la construction européenne, demandait à adhérer à la Communauté économique. Or c’est la France qui ne semblait pas prête à lui accorder le ticket d’entrée. En 1963, Charles de Gaulle, président français, a imposé son veto à la demande anglaise, prétendant que « l’adhésion britannique signifierait le début d’une immense communauté atlantique dépendante des États-Unis et sous le contrôle de ceux-ci, qui finirait par avaler rapidement la Communauté économique européenne19 ». En 1967, l’Angleterre a renouvelé sa demande, qui a de nouveau été rejetée. Il aura fallu attendre la démission et le décès de Charles de Gaulle pour que la situation se débloque, car Georges Pompidou, qui lui a succédé à la présidence française, était pour l’élargissement de la Communauté économique européenne. À sa troisième demande, l’Angleterre a été admise dans la Communauté et y a fait son entrée en janvier 1973, après douze ans d’attente si l’on compte à partir de 1961, année où elle entamait sa négociation d’entrée. Cette histoire malheureuse a évidemment rendu les Anglais rancuniers, qui sont traditionnellement bien orgueilleux, d’autant qu’ils n’arrivent toujours pas à s’adapter au mécanisme de prise de décision de l’Union européenne (autrefois, de la Communauté européenne), toujours contrôlé par le couple franco-allemand. La place qu’occupe l’Angleterre au sein de l’UE et le rôle qu’elle y joue sont tellement ambigus que les gouvernements britanniques ont multiplié des gestes protestataires. Tout cela a exercé une influence négative sur la politique européenne du Royaume-Uni quant à son rôle dans l’intégration européenne.

Les conflits d’intérêts

  • 20 Press Association, « Cameron : PM treating public like fools over EU treaty », The Guardian, 19 oc (...)
  • 21 Deborah Summers, « Our national interest is protected, claims Brown », The Guardian, 18 octobre 20 (...)

19En juin 2007, Gordon Brown a succédé à Tony Blair pour devenir le nouveau dirigeant britannique. Sur le plan diplomatique, il tend plutôt à établir un équilibre, ceci le conduit à être plus actif dans les affaires européennes. Au sommet de Lisbonne, il a favorisé le vote du traité de Lisbonne et a abandonné la position traditionnelle tenue jusque-là par le parti travailliste selon laquelle toute décision relevant de l’intégration européenne doit passer par un référendum. Ce qui a déclenché une onde de choc dans son pays au point que David Cameron, chef du parti conservateur, lui a reproché de prendre ses concitoyens pour des imbéciles20. Or en ce qui concerne les affaires qui touchent les intérêts nationaux, Gordon Brown n’a pas changé de cap ni fait de concession. Par exemple, il a clairement affirmé que l’Angleterre ne discuterait pas de son entrée dans la zone euro et qu’il y a une ligne rouge à ne pas franchir par son pays quant à l’intégration européenne21. Ceci lui a non seulement permis d’exprimer ses réserves par rapport aux autres dirigeants européens, en valorisant une nouvelle fois l’exception britannique, mais aussi de mettre en évidence les conflits d’intérêts entre la Grande-Bretagne et les autres pays d’Europe continentale tels que la France et l’Allemagne. Pour être bref, les conflits et les divergences majeurs entre l’Angleterre et les autres pays au sein de l’Union européenne se manifestent dans les domaines suivants :

  • 22 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 (...)
  • 23 Timothy Garton Ash, « Decadent Europe », The Guardian, 9 juin 2005.

20Premièrement, la question de la réforme de l’Union européenne et la manière de procéder à la réforme. Sur la nécessité de la réforme, les pays membres sont parvenus à un consensus, en revanche, au niveau des objectifs, des chantiers à ouvrir et de la manière de réformer, l’Angleterre garde sa propre vision des choses. D’abord, à propos des objectifs, le Royaume-Uni souhaite construire un marché européen intégré et dominé par l’économie libérale pour avoir une meilleure compétitivité européenne dans la mondialisation et pour préserver une puissance économique et un niveau de vie élevé. Évidemment cet objectif s’éloigne beaucoup de celui fixé par la France et l’Allemagne qui, eux, donnent la priorité à la construction européenne sur le plan politique pour parvenir à doubler l’Union européenne au sens économique du terme d’une union au sens politique. Pour les chantiers à ouvrir, l’Angleterre pense qu’il faudra traiter des problèmes très concrets auxquels font face les Européens, tels que la mondialisation, l’emploi, la protection environnementale, la sécurité et la lutte antiterroriste, l’émigration illégale, le crime organisé, la relance économique et le rétablissement de la confiance des euro-citoyens. « Il est temps d’agir pour l’Union européenne qui a besoin de résoudre des problèmes d’une importance majeure, tels que la mondialisation et le changement climatique, l’emploi et la croissance, la sécurité énergétique au sein de l’Union », prévient Gordon Brown22. En ce qui concerne la manière de procéder à la réforme, l’écart entre l’Angleterre et le couple franco-allemand se creuse davantage. La France et l’Allemagne optent pour la promotion de la protection sociale dans l’ensemble de l’UE et pour conditionner les objectifs de la réforme européenne avec des paramètres sociaux. La France a, dès l’année 2000, mis en place ses « 35 heures hebdomadaires de travail ». Alors que le Royaume-Uni propose d’orienter davantage la réforme européenne vers l’économie libérale, en ouvrant encore le marché à l’extérieur, en renforçant la compétitivité, en éliminant la bureaucratie des fonctionnaires de l’Union, et en révisant et réduisant les dépenses colossales de l’Union. La presse britannique pose, avec beaucoup d’inquiétude, la question suivante : si les Européens cherchent à ne travailler que 35 heures par semaine pour avoir plus de loisir alors que les Asiatiques cherchent à produire en une journée les mêmes valeurs que celles produites en 35 heures en Europe, comment voulez-vous que l’Europe soit plus compétitive que les pays asiatiques ? C’est à ce titre que le quotidien britannique The Guardian a tiré la sonnette d’alarme en disant que l’Europe est en train de se diriger vers son déclin23.

  • 24 Ian Traynor, « Brown loses fight to bar Mugabe from summit », The Guardian, 3 octobre 2007.
  • 25 Nicholas Watt, « EU slams Brown on terrorism », The Guardian, 14 octobre 2007.

21Deuxièmement, la question du leadership au sein de l’Union. Malgré le fait que les trois premiers pays qui cotisent le plus pour l’Union sont l’Allemagne, l’Angleterre et la France, le Royaume-Uni, pour des raisons historiques, n’est toujours pas rentré dans le premier cercle décisionnel de l’Union alors que le pouvoir de décision reste dans les mains du couple franco-allemand. Le dispositif traditionnel de la prise de décision depuis les quarante dernières années, au sein de la Communauté économique européenne comme au sein de l’Union européenne, consiste à ce que la France et l’Allemagne s’accordent entre eux dans un premier temps pour trouver un consensus qui sera appliqué dans un deuxième temps par tous les autres pays membres. Face à ce dispositif, l’Angleterre ne cesse de protester. En 1987, Madame Thatcher, Premier ministre de l’époque, a carrément opposé son veto au budget communautaire de l’année pour exprimer son insatisfaction au sujet de la politique agricole commune ; en 1994, John Major, Premier ministre lui aussi, a utilisé son veto contre le candidat à la présidence de la Commission de l’Union européenne soutenu par les onze autres pays membres et a obligé l’Union à proposer une nouvelle candidature. En 2005, après la crise liée au traité établissant une Constitution pour l’Europe, Jacques Chirac, président français et Gerhard Schröder, chancelier allemand, ont tenu à Berlin une réunion d’urgence pour tenter de préserver et de continuer à faire fonctionner l’axe franco-allemand dans le dispositif de prise de décision. Encore une fois, l’Angleterre a joué le challenger en annonçant le report pour une durée indéterminée du référendum sur le traité constitutionnel européen dans le pays et le refus de faire des concessions au sujet du « rabais britannique » (EU member rebate), et en demandant à l’UE de remettre en question la politique financière et la politique agricole commune de l’Union. Il y a peu de temps, l’Union européenne voulait inviter Robert Mugabe à se présenter au sommet Europe-Afrique, tandis que l’Angleterre s’est fermement opposée à cette invitation en menaçant de boycotter le sommet si la position britannique n’était pas respectée24. Ce genre de comportement met souvent l’Union mal à l’aise. Monsieur Barroso, président de la Commission européenne, l’avait dit un jour à l’adresse de l’Angleterre : « La meilleure façon d’exercer l’influence sur les affaires communes aux pays membres est d’apporter des solutions aux problèmes auxquels tout le monde fait face plutôt que de dire simplement non25. » Certes, avec les nouveaux dirigeants élus en Angleterre, en France et en l’Allemagne, les relations entre ces trois pays sont en train de se réajuster et de se reconstruire de manière positive : ceci permettra à terme à l’Angleterre d’avoir plus de poids dans les décisions. Mais il faut voir encore si elle pourra réellement entrer un jour au centre de la prise de décision au niveau de l’Union.

22Troisièmement, le problème du « rabais britannique » à l’Angleterre. Actuellement, la cotisation britannique à l’Union européenne est la deuxième la plus importante derrière l’Allemagne. Selon un arrangement entre l’Union et l’Angleterre, cette dernière a droit, chaque année, à un rabais d’un montant de 4,8 milliards d’euros et elle en est le seul pays bénéficiaire dans l’Union. À cause des difficultés budgétaires de celle-ci, la France et l’Allemagne demandent au Royaume-Uni de réduire de manière progressive la somme du rabais, ce qui a été appuyé par d’autres pays membres d’une façon ou d’une autre. Du coup l’Angleterre qui ne souhaite absolument pas céder sur ce dossier se trouve isolée. Son ex-Premier ministre Tony Blair a même affirmé que son pays refuserait de négocier sauf si l’Union remettait en examen son projet budgétaire, y compris sa politique agricole commune et les subventions aux agriculteurs. À cela s’opposait le président français Jacques Chirac, qui a écarté toute éventualité de modification ou de concession au sujet de la subvention agricole de l’Union européenne. En fait, le rabais accordé à l’Angleterre est un dossier étroitement lié à la subvention européenne pour l’agriculture et il renvoie au compromis auquel est parvenu le sommet de Fontainebleau de la Communauté européenne tenu en 1984. Madame Thatcher, convaincue que l’Angleterre bénéficiait trop peu de subvention et d’affectation d’argent communautaire alors qu’elle contribuait beaucoup sur le plan financier au budget de la Communauté, a déclaré : « Il nous faut récupérer notre argent », en menaçant d’opposer son veto au budget communautaire si l’Angleterre n’obtenait pas gain de cause. Résultat : le sommet communautaire de Fontainebleau a décidé de rendre chaque année à l’Angleterre 66 % de la somme qui représente l’écart entre la contribution que le pays apporte à la Communauté et l’argent que celle-ci affecte à la Grande-Bretagne, y compris les subventions agricoles. Cette pratique perdure jusqu’à nos jours. La faible allocation que l’Angleterre reçoit de l’Union européenne s’explique par la faible subvention communautaire dans l’agriculture britannique par rapport aux autres pays agricoles, notamment la France. Actuellement, le Royaume-Uni perçoit chaque année une subvention agricole de l’UE de l’ordre de 3,7 milliards d’euros alors que la France est subventionnée à hauteur de 10,5 milliards d’euros : la subvention française représente déjà 25 % de l’ensemble de la subvention européenne. C’est ainsi que les Anglais se sentent victimes d’une politique communautaire injuste et injustifiée. Ceci d’autant plus que, même si on ajoute le rabais attribué à l’Angleterre, cette dernière reçoit toujours 2 milliards d’euros de moins de la part de l’UE par rapport à la France alors que la cotisation britannique à l’Union est bien supérieure à celle de la France. Monsieur Strauss, ministre des Affaires étrangères britannique, a commenté cette situation :

  • 26 Nicholas Watt et Luke Harding, « UK launches offensive on EU rebate », The Guardian, 13 juin 2005.

Le problème du rabais est, au fond, une expression de la distorsion du système budgétaire de l’Union européenne qui, à cause de l’efficacité d’exploitation et de la relative faible ampleur du secteur agricole, continue à faire de l’Angleterre le pays bénéficiant du plus petit montant d’allocation par citoyen reçu de l’Union européenne26.

  • 27 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 (...)
  • 28 Nicholas Watt, « EU slams Brown on Terrorism », The Guardian, 14 octobre 2007.

23Quatrièmement, la question des « lignes rouges ». Lorsque l’Angleterre participe aux affaires de l’UE, elle prête une attention particulière à la protection de sa souveraineté, de son identité et à son intérêt d’État. C’est justement pour préserver sa souveraineté et le contrôle sur ses frontières qu’elle n’a pas voulu signer les accords de Schengen ; elle a refusé également d’entrer dans la zone euro pour garder son contrôle financier et pour protéger son identité monétaire chère aux Britanniques. En ce qui concerne le traité constitutionnel européen, elle a choisi une position passive en décidant de le ratifier par référendum et en repoussant le référendum au début de l’année 2006. De plus, elle a été le premier pays à avoir annoncé le report de la ratification après les référendums négatifs de la France et de la Hollande tandis que Tony Blair, Premier ministre britannique, a été le premier homme politique européen à avoir recouru au terme « réflexion » en évoquant l’intégration européenne. Cette fois-ci, le gouvernement travailliste britannique a instauré quatre lignes rouges infranchissables avant le sommet européen pour protéger le Royaume-Uni contre toute contrainte due à de nouveaux traités stipulant la réforme de l’Union. Lesdites quatre lignes rouges définies par Tony Blair sont : a) le système juridique britannique doit être à l’abri de toute contrainte imposée par de nouveaux traités contenant « la Charte des droits fondamentaux » ; b) il n’est pas question d’obliger la Grande-Bretagne à accepter des décisions européennes relatives aux affaires juridiques et aux affaires intérieures de chaque pays membre votées selon le principe de la majorité ; c) il est hors de question de placer la diplomatie britannique sous le contrôle de l’UE ; d) il ne faut pas demander au Royaume-Uni de soumettre ses politiques relatives à la sécurité sociale et à la loi fiscale au contrôle de l’Union. Gordon Brown a bien insisté sur ces points lors du sommet de Lisbonne et a dit à ses compatriotes : « Toujours déterminés à préserver l’intérêt d’État, nous protégeons également celui des Anglais contre toute atteinte. » Il a même assuré avec satisfaction que « l’intérêt des Anglais a été protégé, les lignes rouges n’ont pas été franchies au moment où le traité de la réforme européenne a été admis »27. La manière dont l’Angleterre place son intérêt au-dessus de celui de l’UE a fait l’objet de critiques de la part de celle-ci. Monsieur Barroso s’est montré « furieux » en indiquant que la position britannique non coopérative aux affaires juridiques et sécuritaires a compromis la lutte antiterroriste menée par l’ensemble des pays de l’UE. Mais comme le sommet européen devait entériner le traité de la réforme, l’UE s’est vue obligée de faire des concessions à l’Angleterre28. Ceci étant, cette dernière n’est pas prête à réduire la sphère de son manque de synchronisme avec les autres pays membres de l’Union. Elle préservera son image d’autonomie d’action et gardera sa position habituelle. Ce qui implique naturellement des frictions et des conflits au sein de l’Union et un effet négatif sur l’intégration britannique dans l’UE.

Les facteurs contraignants pour l’Angleterre

24Derrière l’héritage historique et le conflit d’intérêts, il existe encore d’autres facteurs contraignants, plus profonds, qui marquent la politique européenne de l’Angleterre et sa position singulière.

  • 29 Brian Brivati er Harriet Jones (eds), From Reconstruction to Integration, Britain and Europe since (...)
  • 30 Financial Times, 23 mars 1985. Cité dans Qian Chengdan et Pan Xinming (eds), L’Angleterre au xxe s (...)

25Primo, la priorité de la relation anglo-américaine dans la diplomatie britannique. Durant la Seconde Guerre mondiale, les deux pays ont noué, pour combattre l’Allemagne nazie, l’Italie et le Japon, une relation particulière bien plus étroite que les autres relations bilatérales. L’idée de la diplomatie britannique aux « triples cercles », propre à Churchill et devenue le socle de la politique extérieure du pays, est respectée par tous les gouvernements depuis cette époque. Le premier volet du socle est justement la priorité accordée à la relation anglo-américaine par rapport à l’intégration européenne. Ceci parce que l’Angleterre pense que seules la relation privilégiée entre le Royaume-Uni et les États-Unis et la puissance militaire américaine lui permettraient de pouvoir s’opposer, dans le contexte de la guerre froide, à l’URSS et au bloc soviétique. Même au niveau des affaires européennes, le Royaume-Uni mettait toujours en avant la relation anglo-américaine. C’est ainsi que, lorsque la France et l’Allemagne ont proposé la Communauté européenne de défense, la Grande-Bretagne a fait valoir clairement sa volonté politique de ne pas les rejoindre et s’est contentée de signer avec les États-Unis un traité bilatéral supplémentaire. En 1961, l’Angleterre a décidé d’adhérer enfin à la Communauté économique européenne, mais la relation privilégiée avec les États-Unis constitue à la fois sa motivation et son objectif, car l’Angleterre « n’a fait qu’essayer une dernière fois de prendre le contrôle politique de l’Europe afin de pouvoir maintenir sa place traditionnelle d’allié majeur des Américains sur le Vieux Continent29 ». En d’autres termes, l’Angleterre souhaitait, grâce à son adhésion à la Communauté européenne, renforcer son rôle dans la relation privilégiée anglo-américaine et pouvoir par conséquent exercer une influence plus importante sur les affaires européennes. Ce qui explique le fait que, même après qu’elle est devenue membre de la Communauté européenne et de l’Union européenne, la relation anglo-américaine n’a pas connu le moindre affaiblissement. L’ère de Madame Thatcher a été considérée comme un nouvel apogée de la relation anglo-américaine d’après la guerre, tant celle-ci était marquée par une complicité jamais atteinte. D’ailleurs Madame Thatcher l’a dit elle-même au président Ronald Reagan : « Sur de nombreux dossiers nous partageons le même point de vue, tellement que j’aimerais bien dire, sans aucune réserve, que nous sommes sur la même longueur d’onde. La relation entre nos deux pays est de celles extrêmement privilégiées30. » Certes, la relation bilatérale a connu depuis lors quelques accrocs, mais elle n’a pas pris une ride tant au niveau de sa qualité qu’au niveau de son importance. Le meilleur exemple en est que le Royaume-Uni n’a pas hésité à s’engager dans la guerre en Irak en suivant les États-Unis, qui ont lancé le conflit sans la couverture de l’ONU et malgré les vives oppositions et condamnations de la part de nombreux pays, y compris la France, l’Allemagne et d’autres pays européens. Cette démarche a, une fois de plus, prouvé et consolidé ladite relation privilégiée. Tony Blair a fait, quant à lui, le bilan de cette relation avant de quitter son mandat de Premier ministre :

  • 31 Jim Garamone Bush, « Blair call U.S.-U.K. relationship key to world peace », American Forces Press (...)

Convaincu que la relation anglo-américaine correspond tant aux intérêts de nos deux pays qu’aux intérêts, à une plus grande échelle, du monde quant à sa paix et à sa stabilité, je n’ai jamais mis en doute les enjeux de cette relation, encore moins les principes, les valeurs et les objectifs communs sur lesquels est construite notre relation bilatérale. Ce sont ces derniers qui rendent notre planète plus belle, plus libre et plus juste et qui offrent un refuge aux peuples de différents pays et de différentes croyances religieuses31.

  • 32 Andrew Grice, « US relations will not change, pledges Brown », The Independent, 24 juillet 2007.

26Or c’est justement cette relation qui, jugée trop étroite par le public, a déclenché des protestations parmi les Anglais et particulièrement au sein du parti travailliste. Leur ampleur était telle que Tony Blair, Premier ministre le plus jeune que la Grande-Bretagne a jamais connu dans son histoire, a été obligé d’effectuer la passation du pouvoir à Gordon Brown avant terme. Il est certain que, après l’installation de ce dernier à Downing Street, la relation anglo-américaine ne sera plus aussi étroite qu’auparavant ; au moins la relation personnelle avec George W. Bush ne sera plus la même que celle entretenue par Tony Blair. En revanche, la relation transatlantique privilégiée entre les deux pays sera continuellement maintenue. Lors de sa première conférence de presse tenue en qualité de Premier ministre, Gordon Brown a précisé que la relation privilégiée anglo-américaine est « celle bilatérale la plus forte qu’on puisse imaginer ». « Je suis persuadé, a-t-il dit, que le lien entre le Premier ministre britannique et le président américain sera un lien fort et devra l’être ; il le sera davantage dans les années à venir32. » Cela revient à dire que la diplomatie britannique, ainsi que la politique européenne du pays, sera toujours assujettie à la relation anglo-américaine et que le Royaume-Uni continuera à manifester son particularisme dans le processus de l’intégration européenne.

  • 33 Andrew Geddes, The European Union and British Politics, Houndmills (United Kingdom), Palgrave Macm (...)
  • 34 Nicholas Henderson, « Britain’s decline : its causes and consequences », The Economist, 2 juin 197 (...)
  • 35 Andrew Grice, « Britain to keep its border controls, says Home Office », The Independent, 28 mars (...)
  • 36 Ibid.

27Secundo, l’Angleterre, depuis toujours très vigilante vis-à-vis de tout ce qui est susceptible de porter atteinte à sa souveraineté et à sa liberté d’agir seule, cherche à les préserver tout au long de la construction européenne. En ce qui concerne les institutions européennes, le Royaume-Uni préconise depuis le début une structure intergouvernementale qui met au cœur le gouvernement national des pays membres et garde ainsi une nette distance avec toute revendication fédéraliste ou supranationaliste33. Il est vrai que Churchill avait avancé un plan des États-Unis européens à la fin des années 1940, or, il avait pour intention de créer une fédération européenne dont les rênes auraient été tenues par la Grande-Bretagne. Le contexte historique lui avait offert une opportunité unique en son genre, et c’est à ce titre que Monsieur Henderson, diplomate britannique hautement placé de l’époque, avait évoqué que « pendant des années à la suite de la guerre, tous les gouvernements des pays occidentaux tournaient leur regard vers nous pour chercher à obtenir des faveurs et nous bénéficiions d’une influence et d’un prestige incomparables. Nous aurions pu marquer l’Europe de notre empreinte comme nous le souhaitions34 ». Quand, dans les années 1950, la France et l’Allemagne ont lancé les premiers projets d’intégration européenne, le Royaume-Uni a choisi dans un premier temps de refuser d’y participer ; puis, dans un deuxième temps, quand il s’est trouvé obligé d’y adhérer, il a toujours gardé en même temps une haute vigilance et une distance proportionnelle aux enjeux, quitte à recourir à son droit de veto pour préserver sa souveraineté. En 1994, John Major a opposé, au cours de l’élection du président de la Commission européenne, son veto à la candidature de Jean-Luc Dehaene, Premier ministre belge, tout simplement parce que Major jugeait que le projet d’accélérer le processus d’intégration européenne, porté par le candidat belge, risquerait d’atteindre la souveraineté britannique. En outre, l’Angleterre émet souvent des réserves avant que l’Union européenne ne prenne des décisions de grande envergure pour éviter d’être assujettie à des contraintes qu’elle juge non nécessaires. Par exemple, au moment où le Royaume-Uni devait ratifier le traité de Maastricht, le pays a déclaré qu’il ne participerait à l’union économique et monétaire que partiellement et a ainsi obtenu le droit à l’exception au sujet de l’unification monétaire. Par conséquent, le pays continue à faire circuler ses livres à l’effigie de son monarque, refusant d’adhérer à la zone euro et de laisser le contrôle de sa monnaie à la Banque centrale européenne dont le siège se trouve à Francfort. La réaction britannique était encore plus vive au sujet des accords de Schengen, dossier encore plus brûlant car plus susceptible de déclencher des polémiques et des frictions sur le plan politique. Le pays refuse toujours de renoncer à son contrôle des frontières alors que des pays comme la Norvège, l’Islande et la Suisse, qui ne sont pas membres de l’Union à ce jour, ont décidé de rejoindre successivement l’espace Schengen. Les leaders britanniques comprennent tous qu’il s’agit là d’un dossier fort important et sensible, de sorte que Tony Blair a même dû faire une intervention spéciale à ce sujet pour calmer le public en assurant que le pays « ne saurait jamais renoncer au contrôle des frontières35 ». Barbara Roche, ministre de l’Intérieur chargée des affaires d’immigration et de réfugiés, a même déclaré ouvertement que son pays n’accepterait jamais toutes les clauses des accords de Schengen ni ne renoncerait à son pouvoir de contrôler les frontières36. La position intransigeante de l’Angleterre s’explique bien sûr par les sérieux problèmes d’immigration auxquels le pays doit faire face. Le pays a pu préserver sa souveraineté aux multiples aspects, mais force est de constater qu’il se met à distance, voire s’éloigne d’autres pays membres en termes d’échanges et de coopération, ce qui, inévitablement, affaiblit le rôle et l’influence britanniques au sein de l’Union.

  • 37 Philip Webster, « EU in chaos as leaders spurn deal to resolve budget row », The Times, 18 juin 20 (...)
  • 38 The Wall Street Journal, 27 juin 1994.

28Tertio, l’Angleterre souffre encore de ses traditions insulaires qui entretiennent son manque de confiance à l’égard d’autres pays européens. Influencé par le principe d’équilibre des forces, le pays reste toujours très sceptique et vigilant vis-à-vis des autres puissances du continent européen. À l’heure actuelle, ce que l’Angleterre reproche le plus à l’Union, c’est le contrôle du pouvoir par le tandem franco-allemand, mais elle n’arrive pas, pour le moment, à proposer une alternative pour modifier cet ordre. La politique passive de l’Angleterre, en recourant au droit de veto, peut produire à court terme les effets escomptés, mais à long terme, elle ne permettra guère au pays de gagner la confiance et le soutien des autres pays membres, encore moins de remporter un jour le leadership de l’Union, même si l’Angleterre décidait de s’engager pleinement dans l’intégration. Au mois de juin 2005, la situation était cependant très favorable à l’ambition britannique dans ce sens, lorsque le référendum de la France et celui de la Hollande ont rejeté le traité constitutionnel de l’Union européenne, car l’axe franco-allemand a essuyé un échec cuisant alors que le Danemark, la République tchèque, l’Irlande et le Portugal ont tous suivi l’exemple de l’Angleterre en annonçant soit l’annulation soit le report du référendum. De plus, la revendication britannique de réviser le budget de l’Union a recueilli de bons échos : l’Espagne, la Finlande, la Suède et la Hollande se rangeaient derrière l’Angleterre et s’opposaient à la réduction du rabais au Royaume-Uni. Tony Blair, très satisfait, a souligné ainsi : « L’intention d’isoler l’Angleterre, si elle existe, a enfin fini par échouer. Nous ne sommes pas seuls autour de la table de négociation37. » Or, la position britannique au sujet de la guerre en Irak et au sujet de l’adhésion de la Turquie à l’Union a vite renversé la situation favorable à l’ambition britannique. Ensuite, la présidence tournante assurée par l’Angleterre a été également marquée par très peu d’actions effectuées. Un autre élément important est que les dirigeants anglais ne prêtent pas suffisamment d’attention à la qualité et à l’interaction vertueuse de leurs relations avec les autres dirigeants du continent européen de sorte que de temps en temps se produisent des épisodes de tension, voire de friction. Par exemple, dans les années 1960, le manque de confiance entre Harold Macmillan et Charles de Gaulle constituait l’une des causes principales des efforts frustrés de l’Angleterre quant à son adhésion à la Communauté économique européenne. Dans les années 1980, Madame Thatcher s’est fait connaître pour son caractère de « Dame de Fer » notamment en tenant une position extrêmement dure, en opposant son veto contre le plan de budget communautaire de 1987. John Major qui lui a succédé, a surpris, quant à lui, plus d’un chef d’État au sommet communautaire lorsqu’il s’est opposé, contre vents et marée, à Jean-Luc Dehaene, candidat belge à la présidence de la Communauté européenne, obligeant ainsi la Communauté à trouver une autre candidature. À force d’agir de telle manière, l’Angleterre a dû payer elle aussi son impopularité. François Mitterrand a qualifié le sommet en question de « crise manifeste » pendant que Rasmussen, Premier ministre danois, le décrivait comme « un sommet tragique » 38. Tony Blair ne cède en rien à ses prédécesseurs quand il rentre en conflit assumé avec les dirigeants français, allemand et ceux d’autres pays à propos de la guerre en Irak. Gordon Brown a connu une situation moins tendue quand il a succédé à Tony Blair, mais il faudra du temps pour apprécier les effets de sa différence personnelle par rapport aux Premiers ministres précédents.

  • 39 Stephen George, Britain and European Integration Since 1945, Oxford, Basil Blackwood Ltd, 1991 : 4 (...)
  • 40 Paul Kennedy, The Realities behind Diplomacy, Glasgow, Fontana Press, 1981 : 371.
  • 41 Tony Blair, « British Prime Minister Tony Blair’s address at the Commonwealth business forum », Lo (...)
  • 42 Tony Blair, « Tony Blair reports on Commonwealth heads of Government meeting in Nigeria », Londres (...)
  • 43 Ministère du Commerce chinois : « Aperçu général du commerce extérieur de l’Angleterre en 2006 », (...)

29Enfin, le Commonwealth demeure une plate-forme majeure de la géostratégie britannique. Le Commonwealth, issu de l’Empire britannique, est l’une des organisations de pays souverains les plus importantes après l’ONU. Du point de vue historique et de celui de l’actualité, la place qu’y occupe l’Angleterre et son rôle pèsent beaucoup au sein de l’organisation. Le complexe impérial et la mémoire du passé glorieux se sont projetés dans le Commonwealth. C’est la raison pour laquelle Churchill classait après la Seconde Guerre mondiale le Commonwealth à la tête de trois cercles diplomatiques anglais. Il faudrait souligner aussi la continuité des politiques extérieures du pays de sorte que la diplomatie anglaise en trois cercles est devenue une partie très importante du consensus partagé par le parti conservateur et le parti travailliste. Par conséquent, quel que soit le cas, l’Angleterre ne saurait trop s’éloigner de ce centre de gravité traditionnel qu’est la diplomatie différenciée, d’autant que les relations économiques entre le Royaume-Uni et le Commonwealth relèvent d’une importance particulière. Dans les années 1950, le commerce entre l’Angleterre et d’autres pays membres du Commonwealth représentait à peu près 50 % du commerce extérieur du pays. Jusqu’en 1962, les échanges entre le Royaume-Uni et les membres du Commonwealth dépassaient chaque année ceux entre l’Angleterre et les pays occidentaux39. Pour l’Angleterre, « depuis Élisabeth Ire, son engagement vis-à-vis du continent européen n’est qu’une obligation stratégique au lieu d’être une alliance politique ou économique40 ». C’est pourquoi l’Angleterre se sert habituellement du Commonwealth comme d’un prétexte pour refuser de s’intégrer dans l’Europe. Tout le monde sait que les dirigeants anglais prêtent une importance particulière à ses relations avec le Commonwealth. La reine d’Angleterre adresse chaque année ses meilleurs vœux du Nouvel An à ses sujets dispersés dans les pays du Commonwealth au même titre qu’à ses sujets des îles britanniques. Tandis que Tony Blair a lui aussi précisé : « Depuis toujours je suis un supporter le plus ferme du Commonwealth, car celui-ci représente un tiers de la population mondiale, regroupée dans des pays grands comme petits, développés ou en voie de développement, et travaillant dans les secteurs agricole, industriel et tertiaire41. » Et il a insisté sur le rôle important du Commonwealth dans l’économie mondiale42. Il est à noter cependant que l’influence du Commonwealth aujourd’hui de même que le commerce entre l’Angleterre et celui-ci sont loin d’être comparables avec la situation passée. Parmi les partenaires commerciaux les plus importants à l’heure actuelle, le Royaume-Uni compte les États-Unis, la France et l’Allemagne comme les trois premiers, et on ne trouve plus aucun pays du Commonwealth parmi les dix premiers pays destinataires de l’exportation anglaise, selon les statistiques faites en 2006. Le Canada ne s’est classé qu’au 12e rang, étant le partenaire le plus important parmi les pays du Commonwealth43. Ceci étant, le Commonwealth restera un lien stratégique entre l’Angleterre et les pays en voie de développement et la vitrine principale pour la démonstration et la promotion des valeurs britanniques, telles que l’économie de marché libérale et la démocratie. Dans les affaires internationales, le Commonwealth demeure un immense appui pour la Grande-Bretagne : c’est grâce aux voix des comités olympiques des pays membres que Londres a remporté l’organisation des Jeux de 2012. En ce qui concerne les décisions majeures prises dans le domaine de la diplomatie, le Commonwealth exerce encore une influence non négligeable. Par exemple, la polémique entre le Royaume-Uni et l’Union européenne autour de la présence du Zimbabwe au sommet euro-africain relève de la décision de l’embargo du Commonwealth contre le Zimbabwe.

Le Royaume-Uni et la perspective de l’intégration européenne

30Depuis la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier en 1952 et surtout depuis celle de l’Union européenne en 1993, la construction européenne s’est plutôt bien passée malgré quelques difficultés et compte tenu de l’élargissement. L’intégration s’est consolidée, la puissance globale et l’influence géopolitique de la Communauté ont été de plus en plus renforcées de manière symétrique. Or si nous essayons de nous projeter dans l’avenir de l’Union européenne, nous constatons qu’il existe de nombreux éléments d’incertitude, dont il est difficile de prévoir le développement à petite échelle. En revanche, à grande échelle, nous pourrons pressentir trois perspectives possibles pour l’Union, à partir des expériences tirées de l’histoire des unions d’États ou des unions semblables. Primo, si l’intégration continuait et s’approfondissait, l’Union se transformerait à terme, passant d’une évolution quantitative à une évolution qualitative, en un grand État européen, dont la forme resterait à définir. Ce grand pays européen pourrait même reprendre le contrôle du monde entier au cas où les États-Unis auraient décliné. Secundo, si l’intégration européenne progressait plus lentement que prévu, la configuration géopolitique européenne resterait à peu près la même qu’aujourd’hui et l’Union européenne existerait toujours en tant que pôle d’un monde multipolaire. Tertio, si, l’intégration échouait, conduisant l’Union européenne à sa désintégration, l’Europe retournerait à son état d’avant 1993. Dans ce cas, l’Europe serait affaiblie, subirait une réorganisation des relations entre les pays membres et connaîtrait une plus grande incertitude et une plus forte instabilité.

31Maintenant, nous estimons que le parti travailliste britannique favoriserait, de manière active mais toujours avec une certaine mesure, l’intégration européenne. Les deux nouveaux architectes du programme du parti travailliste, Peter Benjamin Mandelson et Roger Liddle, pensent que,

  • 44 David J. Bailey, « Obfuscation through integration : legitimating “new” social democracy in the Eu (...)

Dans le monde actuel, l’Angleterre ne pourra préserver sa réelle souveraineté qu’à travers son intégration dans l’Union européenne. En d’autres termes, cette dernière lui permettra d’avoir une capacité de résoudre des problèmes relevant des intérêts publics. Ceci parce que beaucoup de problèmes dépassent la capacité d’un seul État-nation, que ce soit le réchauffement planétaire, la prévention contre les guerres en Europe dans l’avenir, ou le développement économique et le plein-emploi dans le cadre européen à travers la coopération internationale44.

  • 45 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 (...)
  • 46 Deborah Summers, « Brown backs Blair for EU president », The Guardian, 19 octobre 2007.

32Au poste de Premier ministre, Gordon Brown s’est montré plus actif pour traiter les affaires européennes que Tony Blair, son prédécesseur. Au lieu de se rendre aux États-Unis, il a choisi Paris et Berlin pour effectuer ses premières visites, un message fort qui traduit la nouvelle tendance de la Grande-Bretagne, qui souhaite intensifier ses relations avec les pays européens. Lors du sommet de Lisbonne, Gordon Brown était de ceux qui favorisaient le bon déroulement de la réunion au lieu de jouer le rôle de trouble-fête. Il a pris l’initiative de collaborer avec la France et l’Allemagne pour empêcher que la situation financière internationale ne se dégrade dans le contexte de la crise45. Il a refusé de recourir au référendum pour ratifier le traité de Lisbonne, préférant la voie parlementaire pour faciliter la ratification. Il a également soutenu la candidature de Tony Blair pour le poste de président de l’Union européenne : « Quels que soient les postes d’importance, je crois que Tony Blair est toujours un excellent candidat. La mission qu’il assure au Proche-Orient est justement d’une grande importance internationale46. » À ce sujet, il a d’ailleurs trouvé un consensus avec Nicolas Sarkozy. Pour faire face à la crise financière, l’Angleterre, qui n’est pas un pays de la zone euro, a participé activement au plan commun de sauvetage et de relance mené par l’Union, en faisant des efforts plus importants que les autres pays membres, ce qui montre que le Royaume-Uni, en tant que grand pays européen conscient de sa responsabilité, souhaite jouer un plus grand rôle dans les affaires européennes, tout en surmontant ses propres difficultés économiques.

33À présent, l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, l’émergence d’un nouveau leadership anglo-franco-allemand pour l’Union européenne ainsi que la reconstruction des relations entre les trois grands pays ont modifié de manière subtile les perspectives d’évolution tant pour le Royaume-Uni que pour l’intégration européenne. Ceci parce que, premièrement, le couple franco-allemand est susceptible d’être remplacé par la troïka anglo-franco-allemande. Les relations personnelles entre les trois nouveaux dirigeants se sont beaucoup améliorées et on assiste à une montée en puissance de l’influence britannique. Deuxièmement, le mode de fonctionnement interne de l’Union va connaître des changements et la politique élitiste laissera la place à une politique plus démocratique. L’écart se creuse entre l’élite politique et les peuples au sein de l’Union au point qu’elle devient victime de son poids bureaucratique. C’est pour cette raison que nous pouvons espérer une plus grande participation et un plus grand contrôle par le peuple. En même temps, l’Angleterre gardera son comportement singulier, parce qu’elle est toujours soumise à ses propres contraintes : son identité, sa difficulté de s’intégrer dans l’Europe et le conflit entre son intérêt et les intérêts de l’Europe. On peut envisager que dans un proche avenir la politique britannique au sujet de l’intégration européenne ne connaîtra pas de changements sensibles.

34Toutefois, pour l’Angleterre, quelle que soit l’importance de sa relation privilégiée avec les États-Unis, elle restera d’emblée un pays européen, pris dans une interdépendance sur le plan économique avec les autres pays membres de l’Union, et ayant beaucoup d’intérêts communs sur le plan politique. Le Royaume-Uni ne saurait donc se mettre en dehors du processus de la construction européenne. Cependant, il le favorisera à sa propre manière.

Notes

1 Benedict Anderson, Communauté imaginaire : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Wu Ruiren (trad.), Shanghai, Maison d’Édition du Peuple de Shanghai, 2005 : 6.

2 Ibid. : 45.

3 Alexander Wendt, Théorie sociale de la Politique internationale, Qin Yaqing (trad.), Shanghai, Maison d’Édition du Peuple de Shanghai, 2008 : 328.

4 Tom Nairn, The Break-Up of Britain : Crisis and Neonationalism, Londres, NLB, 1977.

5 Peter Hitchens, The Abolition of Britain, Londres, Quatet, 1999.

6 Norman Davis, The Isles : A History, Londres, Macmillan, 1999 : 1039.

7 Andrew Barnett, This Time, Londres, Vintage, 1999 : 299.

8 Roger Scruton, England : An Elegy, Londres, Chatto & Windus, 2000.

9 Ralph Charles Atkins, « United Kingdom », in Encyclopedia Britannica, Londres, Deluxe Edition, Encyclopædia Britannica, Inc., 2005.

10 George Macauley Trevelyan, English Social History : A Survey of Six Centuries from Chaucer to Queen Victoria, Harmondsworth, Penguin Books, 1986 : 14.

11 Roy Denman, Missed Chances : Britain and Europe in the Twentieth Century, Londres, Indigo, 1997 : 289.

12 Voir Mark Leonard (ed.), The Future Shape of Europe, Londres, Foreign Policy Centre, 2000.

13 Eurobarometer, 53, printemps 2000.

14 Julian Glover, « Happy in Europe but still best friends with the US », The Guardian, 26 Janvier 2008.

15 Ipsos-Mori, EU Referendum Survey, téléchargeable sur le site http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive/poll.aspx ?oItemId= 154

16 Ian Traynor, « Quick fix over treaty could backfire, EU leaders are warned », The Guardian, 17 juin 2008.

17 Clare Dyer et Ian Traynor, « Judge forces delay in ratification of Lisbon treaty to await legal ruling », The Guardian, 21 juin 2008.

18 George P. Gooch et Harold W. Temperley (eds), British Documents on the Origins of the War, 1898-1914, Londres, H.M.S.O., 1926-1938, vol. 6 : « Anglo-German tension : armaments and negotiation » (1930), p. 279.

19 Derek W. Urwin, Western Europe since 1945 : a Short Political History, Zhang Dingzhao (trad.), Compagnie chinoise de Traduction des Livres étrangers, 1985 [Londres, Longman, 1968] : 315.

20 Press Association, « Cameron : PM treating public like fools over EU treaty », The Guardian, 19 octobre 2007.

21 Deborah Summers, « Our national interest is protected, claims Brown », The Guardian, 18 octobre 2007.

22 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 octobre 2007.

23 Timothy Garton Ash, « Decadent Europe », The Guardian, 9 juin 2005.

24 Ian Traynor, « Brown loses fight to bar Mugabe from summit », The Guardian, 3 octobre 2007.

25 Nicholas Watt, « EU slams Brown on terrorism », The Guardian, 14 octobre 2007.

26 Nicholas Watt et Luke Harding, « UK launches offensive on EU rebate », The Guardian, 13 juin 2005.

27 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 octobre 2007.

28 Nicholas Watt, « EU slams Brown on Terrorism », The Guardian, 14 octobre 2007.

29 Brian Brivati er Harriet Jones (eds), From Reconstruction to Integration, Britain and Europe since 1945, Leicester, Leicester University Press, 1993 : 147.

30 Financial Times, 23 mars 1985. Cité dans Qian Chengdan et Pan Xinming (eds), L’Angleterre au xxe siècle, Hong Kong, Presse Shangwu, 1997 : 423.

31 Jim Garamone Bush, « Blair call U.S.-U.K. relationship key to world peace », American Forces Press Service, Washington, 17 mai 2007, disponible sur le site http://www.globalsecu-rity.org/military/library/news/2007/05/mil-070517-afps03.htm

32 Andrew Grice, « US relations will not change, pledges Brown », The Independent, 24 juillet 2007.

33 Andrew Geddes, The European Union and British Politics, Houndmills (United Kingdom), Palgrave Macmillan, 2004 : 5 et 11.

34 Nicholas Henderson, « Britain’s decline : its causes and consequences », The Economist, 2 juin 1979 : 34.

35 Andrew Grice, « Britain to keep its border controls, says Home Office », The Independent, 28 mars 2000.

36 Ibid.

37 Philip Webster, « EU in chaos as leaders spurn deal to resolve budget row », The Times, 18 juin 2005.

38 The Wall Street Journal, 27 juin 1994.

39 Stephen George, Britain and European Integration Since 1945, Oxford, Basil Blackwood Ltd, 1991 : 46.

40 Paul Kennedy, The Realities behind Diplomacy, Glasgow, Fontana Press, 1981 : 371.

41 Tony Blair, « British Prime Minister Tony Blair’s address at the Commonwealth business forum », Londres, 22 octobre 1997, téléchargeable sur le site http://www.thecommonwealth.org

42 Tony Blair, « Tony Blair reports on Commonwealth heads of Government meeting in Nigeria », Londres, 10 Downing Street, 12 septembre 2003.

43 Ministère du Commerce chinois : « Aperçu général du commerce extérieur de l’Angleterre en 2006 », « L’Angleterre et ses principaux pays partenaires, destinations d’exportation », téléchargeables sur le site http://countryreport.mofcom.gov.cn/assay/view.asp?news_id=5855

44 David J. Bailey, « Obfuscation through integration : legitimating “new” social democracy in the European Union », Journal of Common Market Studies, vol. 43, 1 : 13-35. Cité dans Social Sciences Perspectives in Higher Education, 2, Wu Xiaoguang (trad.), 2006 : 34.

45 Deborah Summers, « EU treaty agreement marks new start for Europe, says Brown », The Guardian, 19 octobre 2007.

46 Deborah Summers, « Brown backs Blair for EU president », The Guardian, 19 octobre 2007.

Auteur

Pan Xingming est professeur à l’Institut de recherche sur les relations internationales et le développement régional de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine et dirige le Centre d’études européennes. Ses domaines d’études spécialisés sont les relations extérieures de l’Union européenne, les émigrations en Europe et l’histoire de la Grande-Bretagne. Il a publié notamment La Grande-Bretagne au XXe siècle, Les relations sino-anglaises au XXe siècle etc.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540