Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés II

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Première partie. Éléments sur la construction européenne

Les penseurs et les acteurs de l’intégration européenne face à l’Histoire

Gérard Bossuat

Texte intégral

En hommage à Bronislaw Geremek,
Historien de l’Europe
disparu le 13 juillet 2008.

  • 1 Terme utilisé pour nommer la Première Guerre mondiale, 1914-1918.

1Les écrivains, penseurs et acteurs de l’intégration européenne affrontent des représentations de l’histoire que les sociétés dans lesquelles ils se trouvent acceptent comme des évidences propres à affaiblir leur projet d’intégration. Les premières générations prises en considération sont les élites culturelles, économiques et politiques qui ont subi la Grande Guerre1 et réfléchi à l’unité européenne entre les deux guerres. Les secondes générations sont composées d’hommes et de femmes confrontés aux temps difficiles de la crise politique, économique et sociale de 1929, de la Seconde Guerre mondiale et de la reconstruction-modernisation qui a suivi.

  • 2 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882.

2Nous partons de l’hypothèse que construire l’Europe exige une remise en cause radicale de l’interprétation de l’histoire et des systèmes d’organisation du monde antérieurs fondés sur la primauté de la nation et le rôle prééminent de l’Europe dans les relations internationales. « Penser l’Europe » semble bien être une révolution profonde qui remet en question certaines lectures de l’histoire apprise des nations et des États européens. Les projets d’intégration relativisent l’expérience historique des États-nations, ébranlent la certitude des grandes cultures européennes d’être au cœur du progrès humain quand elles recherchent l’universalisme (Révolution française) ou l’excellence (culture allemande ; démocratie parlementaire britannique). Envisager l’intégration européenne invite à réinterpréter immédiatement l’histoire de sa nation, de sa « tribu » ou de sa culture. Elle contraint les citoyens comme les « clercs » à créditer ses voisins d’une histoire jusque-là ignorée, peut-être méprisée et donc à les respecter, condition indispensable pour construire l’union. Le philosophe français Ernest Renan évoquait la nécessité d’oublier certains événements pour constituer une nation : « Tout citoyen français doit avoir oublié la Saint-Barthélemy, les massacres du Midi au xiiie siècle2. » Les élites inté-grationnistes, en répondant aux événements qui bouleversent l’Europe, développent un nouveau discours sur l’histoire. Veulent-elles faire oublier des pans d’histoire pour construire l’unité ? Est-il possible de comprendre quelles représentations de l’histoire les penseurs, écrivains et acteurs de l’intégration européenne contemporaine produisent quand ils proposent des projets d’intégration européenne et comment le mouvement de l’histoire du xxe siècle les amène à imaginer l’intégration européenne ?

L’effondrement des certitudes

  • 3 Alfredo Canavero, Jean-Dominique Durand, « Les phénomènes religieux et l’identification européenne (...)
  • 4 Actes du colloque international sur la notion d’Europe, 1961, PUF, travaux du Centre de recherches (...)

3La vulgate des représentations de l’histoire européenne tient en quelques stéréotypes. Aux époques médiévales, l’histoire de l’Europe s’identifie à celle de la Chrétienté3. Charlemagne, empereur d’Occident, est crédité d’un projet d’unité européenne. L’Europe est la terre de l’Humanisme et de la Renaissance. L’Europe a développé le grand mouvement de libération individuelle que représentent l’habeas corpus anglais, la déclaration d’indépendance américaine de 1776 ou la Révolution française et les révolutions de 1848. L’histoire européenne est associée aux progrès et à la science, à la découverte du monde et par extension à la « Civilisation »4.

  • 5 Érasme, la complainte de la paix, [1515], Paris, Aubier-Montaigne, 1973, cité par Yves Hersant et (...)
  • 6 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882.
  • 7 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 3 vol.
  • 8 Max Gallo, « Oublier les nations, un mirage dangereux », in Manière de voir (Le Monde diplomatique(...)

4Mais d’autres images se présentent : celles de nations en rivalité ou hostiles. Érasme écrit : « L’Anglais est l’ennemi du Français uniquement parce qu’il est français, le Breton hait l’Écossais simplement parce qu’il est écossais ; l’Allemand est à couteaux tirés avec le Français, l’Espagnol avec l’un et l’autre5. » La célébration des héros nationaux fait partie de l’enseignement dispensé aux jeunes enfants ; la glorification des réussites scientifiques, littéraires ou sportives nationales entre dans la représentation de l’histoire des peuples européens. « Une sorte d’équilibre est établi pour longtemps, affirme Renan. La France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Russie seront encore, dans des centaines d’années, et malgré les aventures qu’elles auront courues, des individualités historiques, les pièces essentielles d’un damier, dont les cases varient sans cesse d’importance et de grandeur, mais ne se confondent jamais tout à fait6. » L’histoire racontée est remplie de succès nationaux contre d’autres peuples, européens ou non. Les nations, les États et les peuples, les grandes idéologies se sont donné des lieux de mémoire de leur identité7. En revanche les lieux de mémoire communs aux Européens dans leur ensemble existent-ils ? Les plus spectaculaires, qu’on ne peut ériger en commémorations, sont négatifs : la guerre de Trente ans, les conquêtes militaires napoléoniennes, la Shoah ! On ne peut oublier, écrit Max Gallo, « Montaigne ou l’abbé Raynal pour qui l’Européen a été plus sauvage que les sauvages et a manifesté au Nouveau Monde sa soif de sang8. » Point de lecture commune de l’histoire européenne alors ?

  • 9 Se référer à Denis de Rougemont, Vingt-huit siècles d’Europe, [1961], Paris, Éd. Christian de Bart (...)
  • 10 Y. Hersant et F. Durand-Bogaert, Europes, de l’Antiquité au xxe siècle..., op. cit. : « préface », (...)
  • 11 Kurt Wais, Actes du colloque international sur la notion d’Europe, op. cit. : 7.
  • 12 Pierre Nora, « Les “ lieux de mémoire ” dans la culture européenne », in Europe sans rivage, de l’ (...)
  • 13 Olivier Todd, intervention in Europe sans rivage, de l’identité culturelle européenne, op. cit. : (...)
  • 14 Michel Trebitsch, « Ulysse l’européen », in Andrée Bachoud, Josefina Cuesta, Michel Trebitsh, Les (...)

5Après le choc de la Première Guerre mondiale, certaines élites littéraires européennes ont jugé que l’histoire de l’Europe était terminée, en ce sens que la République des lettres venait de s’effondrer dans le drame de la grande guerre. Les catastrophes du xxe siècle ont forcé les citoyens et les élites, les écrivains, les hauts fonctionnaires et les intellectuels européens, les leaders d’opinion et de grandes personnalités à réfléchir sur le sens de l’Histoire pour l’Europe. Des écrivains s’émeuvent du risque de disparition de l’identité européenne forgée par l’Histoire : parmi eux Thomas Mann, Paul Valéry, Julien Benda, Denis de Rougemont9. Leur étonnement ne manifestait-il pas le dernier sursaut d’une « culture agonisante10 », tuée par la guerre ? N’était-ce pas en effet la fin des valeurs de la Renaissance et des Lumières, la fin des humanistes de la République des lettres11 ? Mais n’était-ce pas illusion de penser ainsi ? Pierre Nora a raison de décrire l’identité européenne comme « ce qu’il y a de moins charnel et de moins incarné dans une identité culturelle ». Il oppose même la culture européenne des élites à la culture vernaculaire ou « indigène »12. « En dehors de l’intelligentsia, nous n’avons pas de perception commune de l’histoire », affirme Olivier Todd13. « Pour les intellectuels, être européen cela va souvent sans dire, mais cela va parfois moins bien en le disant », écrit l’historien Michel Trebitsch. L’homme européen est fait d’enchevêtrements identitaires, c’est un « homme labyrinthique ». Il n’y a pas une, mais des « identités européennes » et donc des interprétations de l’histoire14. Alors ! Qu’est-ce qui est mort en 1918 ?

  • 15 Josep Fontana, l’Europe en procès, Paris, Seuil, 1995.
  • 16 Hermann Hesse, Souvenirs d’un Européen, Paris, Calmann-Lévy, 1988.
  • 17 Paul Valéry, « Première lettre », La crise de l’Esprit, Paris, NRF, 1919.
  • 18 H. Hesse, Souvenirs d’un Européen, op. cit., cité par Y. Hersant et F. Durand-Bogaert, op. cit. : (...)

6La représentation que ces écrivains et penseurs avaient de l’Europe relevait peut-être de la nostalgie toujours présente d’un empire européen de l’esprit. Stefan Zweig écrivait : « Nous poussâmes des cris d’allégresse à Vienne quand Blériot survola la Manche comme s’il était un héros de notre patrie ». Mais ce sentiment de fierté européenne était-il partagé par les peuples ? Brutalement la guerre venait de révéler l’inanité de la force de l’esprit européen15. Ainsi naquit une littérature de la décadence européenne. Cette souffrance face à l’histoire européenne est béante chez Paul Valéry, dans La Crise de l’Esprit de 1919 ou chez Hermann Hesse dès 1917 dans « L’Européen16 ». Valéry, démiurge du verbe, lance : « Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortels... Un frisson extraordinaire a couru la moelle de l’Europe. Elle a senti par tous ses noyaux pensants, qu’elle ne se reconnaissait plus, qu’elle cessait de se ressembler, qu’elle allait perdre conscience17. » L’Européen de Hesse, dernier spécimen d’Européen après les grandes guerres, peut « créer à nouveau le monde », mais Noé qui l’accueille sur l’Arche alors que le Déluge provoqué par l’Europe s’étend sur la terre, explique à ses hôtes : « Je dois vous accorder que cet homme venu du pays de la guerre n’est pas un hôte particulièrement agréable », mais Dieu l’a installé là pour en faire « un rappel, une impulsion, un revenant18 ». L’image de l’Europe que les écrivains de la conscience européenne ont développée depuis plusieurs siècles, que les humanistes ont défendue, que la tolérance instaurée par les Droits de l’homme de 1789 a magnifiée s’effondre sous les coups de boutoir des États-nations.

  • 19 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882 : 11. T (...)
  • 20 Jacques Rivière, « Une communauté européenne ? », Luxemburger Zeitung, 9 septembre 1924, in Une co (...)
  • 21 André Suarès, « Vues d’Europe : le principe européen », Revue des vivants, 1926, cité par Y. Hersa (...)
  • 22 J. Benda, Discours à la nation européenne, op. cit.

7L’effondrement des certitudes concernant la pérennité de l’esprit européen, générateur de valeurs et de pratiques communes, conduit certaines élites à chercher l’intégration européenne. Déjà Renan, en 1892, à la fin de son discours sur la nation, annonce : « Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera19. » L’expérience concrète de la captivité en Allemagne conduit l’écrivain Jacques Rivière, fondateur de la NRF, à écrire : « Une communauté européenne, oui c’est ce que nous voulons20. » Des écrivains comme André Suarès ou Julien Benda tentent de mieux définir « la mission spirituelle » des Européens (A. Suarès) qui renoue avec la grande tradition humaniste européenne. Suarès estime que la mission spirituelle des Européens est de rechercher la paix en Europe et dans le monde. « L’européen véritable croit aux puissances de l’esprit, et les préfère : il y met sa prédilection et son honneur. Il les vénère, même quand il les nie21... » Il affirme avec force ce principe européen contre Mein Kampf et contre les États-Unis. Dans La trahison des clercs (1927), Julien Benda accuse les intellectuels d’avoir oublié la cause de l’esprit au profit d’un engagement politique mal conduit. Son Discours à la nation européenne, écrit en 1933 pour servir de « manuel » à ceux qui voudraient enseigner l’Europe, demande aux clercs, intellectuels, professeurs, écrivains de respecter l’esprit de l’Europe. Pour Benda, l’Être de l’Europe n’existe pas : « Vous ferez l’Europe par ce que vous direz, non par ce que vous serez – l’Europe sera un produit de votre esprit, de la volonté de votre esprit, non un produit de votre être. » Benda croit que l’Europe est liée essentiellement à la culture gréco-latine seule capable d’aller à l’universel. Il rêve à la période bénie où les clercs faisaient l’Europe au nom de Rome et du Saint Empire romain. Il s’oppose au germanisme qui s’appuie sur l’élan vital, le sentiment, l’instinct. Benda écrit encore : « Flétrissons les Bodin, les Machiavel, inventeurs des souverainetés nationales, glorifions Érasme. » Il rappelle qu’au lieu de conférer aux nations la souveraineté et le droit de guerre, Érasme en appelait à l’unité de la Chrétienté. « Sa statue, explique Benda, devrait se dresser depuis la mer du Nord jusqu’à l’Adriatique, à Oxford, à Paris, à Mayence, à Venise, en tous ces lieux sous la diversité desquels il restait semblable à lui-même parce qu’il ne vivait que la vie de l’esprit, parfait symbole du citoyen de l’Europe, transcendant à ses divisions22. »

8Le choc de la guerre provoqua un double mouvement de révision de l’histoire de l’Europe. Le plus impressionnant est le doute porté sur le rôle moteur de l’Europe dans l’élaboration des valeurs de la société internationale ; le second concerne, paradoxalement, la légitimité des nations, pourtant triomphantes en 1919 dans les traités, puisque la conférence de la Paix reconnaît que les États doivent être encadrés par une Société des Nations.

Réviser l’histoire franco-allemande

9À considérer les penseurs et les acteurs de l’intégration européenne de 1919 aux premières réalisations concrètes (Conseil de l’Europe, CECA ou CEE) des années 1950, il est habituel de souligner l’importance de la relation franco-allemande. Le regard réciproque de ces deux nations a été nourri de défiance et d’admiration. Louis XIV, allié des Suédois durant la guerre de Trente ans, est une menace pour les Allemands, encore désunis, mais l’empire des Habsbourg puis la Prusse ne cessent d’inquiéter la France. Au début du xxe siècle, la défiance, voire la haine, l’emporte, avec la guerre de 1914-1918. Elle est confortée du fait du nazisme et de l’Occupation. Les ressentiments des peuples peuvent ainsi se cristalliser même si les élites se retrouvent parfois, au début de la Révolution française, après l’épisode napoléonien (Germaine de Staël, De l’Allemagne), dans le romantisme et pendant la Révolution industrielle qui fait envier les réussites technologiques allemandes.

  • 23 Émile Mayrisch, précurseur de la construction européenne, « cahier rouge » de la Fondation Jean Mo (...)
  • 24 Aristide Briand, Édouard Herriot, Marcel Cachin, Philippe Berthelot, Léon Blum, Henri de Jouvenel, (...)

10Mais ces penseurs et acteurs de l’intégration européenne ont compris, à partir de 1919, que la condition de la paix en Europe résidait dans l’entente franco-allemande et qu’une révision de la représentation de l’histoire des deux peuples s’imposait. Ces personnalités s’emploient donc concrètement à modifier le regard porté sur chacune des deux nations. L’industriel luxembourgeois Émile Mayrisch réunit des écrivains, des financiers ou des responsables politiques français et allemands pour créer un climat de confiance propice aux affaires et au développement du « génie » des deux peuples23. Mayrisch est le premier à concevoir une paix durable entre la France et l’Allemagne par le biais d’une entente sectorielle des producteurs d’acier. Dans un contexte différent, Jean Monnet rejoint son intuition de mettre en commun le charbon et l’acier. Émile Mayrisch, avec Wladimir d’Ormesson, Jean Schlumberger, Ernst Robert Curtius, Wilhelm Hass, crée en 1926 un Comité d’information et de documentation franco-allemand pour assainir le climat psychologique en Allemagne et en France – c’est-à-dire la vision de l’autre –, dégradé par les malentendus de l’histoire récente. En septembre 1925, Louis Loucheur, ministre français des Finances, voudrait s’appuyer sur un axe économique franco-allemand pour créer les « États-Unis d’Europe » comme contrepoids à la puissance anglo-saxonne. Louise Weiss, journaliste reconnue, est la porte-parole de « la génération sacrifiée » de la jeunesse européenne durant la guerre. Sa revue, l’Europe nouvelle, rassemble les meilleures collaborations de l’époque et s’engage en faveur de nouvelles relations franco-allemandes24.

  • 25 André Suarès, op. cit. : 168-173.

11L’esprit du pacte de Locamo (1925) renoue avec la tradition historique de l’entente équilibrée des puissances en Europe. Le bien suprême n’est pas la destruction ou l’humiliation de l’adversaire mais la solution juste des problèmes qui ont déclenché la guerre. Le succès de Locamo en octobre 1925 ouvre une période faste dans les relations internationales et franco-allemandes. Le cercle des contacts s’élargit. Paris reprend sa tradition d’hospitalité envers les intellectuels allemands. Thomas Mann y fait un séjour important de dix jours. Il est du cercle de Louise Weiss et de l’Europe nouvelle dans les salons des de Pange. Thomas Mann comme Stephan Zweig retrouvent l’idéal européen dépeint par Romain Rolland dans Jean-Christophe, dont la revue Europe est un lieu de rencontre franco-allemande. Partisan d’un rapprochement avec l’Allemagne dès 1926, Suarès écrit que « La France et l’Allemagne doivent être les agents invincibles de l’unité spirituelle et de l’Europe, si elles y tendent ensemble25 ».

  • 26 Le comte Bernstorff à la tête de la Ligue allemande pour la Société des Nations, Haljmar Schacht ( (...)

12Quelques hommes politiques tentent de construire des formes d’intégration européenne tout en rénovant la relation franco-allemande entre les deux guerres. Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères de France, propose aux Européens, le 5 septembre 1929, de nouer un lien fédéral. Il est mû par des préoccupations politiques immédiates d’homme d’action, mais il est convaincu que l’accord avec l’Allemagne est la condition de la paix. Il est influencé par le comte Richard Coudenhove-Kalergi et son projet de Pan-Europe. Coudenhove tenait pour indispensable la réorganisation progressive du continent européen sous forme d’une confédération d’États démocratiques et souverains axée sur un noyau franco-allemand réconcilié. La Pan-Europe pourrait ainsi permettre à une Europe plus forte de retrouver sa place dans la nouvelle compétition mondiale. Les collaborateurs de Briand sont animés d’intentions différentes. Jacques Seydoux, directeur adjoint des Affaires politiques et commerciales au Quai d’Orsay, veut une coopération économique avec l’Allemagne pour renforcer la puissance économique de la France. Alexis Léger, diplomate, directeur de cabinet de Briand, est partisan d’une coopération franco-allemande, en opposition avec Philippe Berthelot, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères qui prône un renforcement des alliances traditionnelles de la France, notamment avec l’Angleterre. Briand participait, sans en avoir conscience, à l’esprit européen d’Erasme. Un autre dirigeant européen, le chancelier allemand Gustav Stresemann, accepte de répondre à la nouvelle situation de l’Allemagne en coopérant avec Briand et en trouvant l’appui de certaines élites économiques, bancaires et politiques allemandes26. Sa politique ressemble à celle de Briand, c’est pourquoi il est perçu comme un autre apôtre de la paix en Europe tout en cherchant légitimement à améliorer le sort de son pays. En 1925 à Locarno, il dit qu’être bon Allemand ou bon Français suppose d’être aussi « bon Européen, pénétré de la notion de culture européenne ». Propos de circonstances peut-être, mais il essaie de régler la question des réparations avec la France et approuve, sur le principe, le projet Briand.

  • 27 Jean Guéhenno, « Réflexions sur l’Europe » in Europe, 15 mai 1933.

13Toutefois l’action de ces inventeurs d’unité n’est pas couronnée de succès car l’esprit impérialiste et nationaliste exacerbé triomphe avec Mussolini et Hitler, ainsi que dans d’autres pays d’Europe. Des intellectuels contestent même les valeurs de paix, de progrès, de liberté et de respect des personnes propres à l’antique humanisme européen. Le nazisme trouve des oreilles et des esprits complaisants chez des clercs : le poète Gottfried Benn, Alphonse de Chateaubriand, Friedrich Sieburg, pour ne prendre que ceux-là. Otto Abetz, le fondateur des Cahiers franco-allemands en 1934, mobilise des écrivains, pour un temps comme Jules Romains ou pour longtemps comme Pierre Drieu La Rochelle, des journalistes de Notre Temps, comme Émile Roche ou Bertrand de Jouvenel. Un autre élément est à prendre en considération : les peuples. Leur conversion à l’intégration européenne est timide à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ce qu’observe Jean Guéhenno dans la revue Europe de mai 1933 : « Et si l’Europe doit se faire, c’est que l’idée de l’Europe a commencé d’inspirer les Européens les plus humbles27. » Or elle est rapidement détournée de son sens par le nazisme, qui met Charlemagne et Jeanne d’Arc au service de son organisation raciste de l’Europe.

Résistance, exil et conversion

  • 28 Henri Michel, « Quand la Résistance préparait l’Europe », Le Monde, 11-12 août 1985.

14La Résistance en Europe et l’exil transforment le regard des Européens sur l’histoire. La Résistance, « fait européen, est à l’origine de l’Europe », avance même un historien, Henri Michel28.

15Trois Italiens, Ernesto Rossi, Eugenio Colorni, et Altiero Spinelli, opposants relégués par Mussolini à Ventotène, rédigent en 1941 un Manifeste pour une Europe libre et unie. Ce texte essentiel, publié à Rome seulement en janvier 1944, repose sur le constat d’échec historique de l’État-nation ainsi que sur la critique sévère du principe de souveraineté nationale absolue, considéré comme la cause principale du désordre international : « La souveraineté absolue des États nationaux a conduit à la volonté de domination de chacun d’eux, vu que chacun se sent menacé par la puissance des autres et considère comme son “espace vital” des territoires de plus en plus vastes devant lui permettre de se mouvoir librement et de s’assurer ses moyens de subsistance sans dépendre de personne. » Spinelli prône une refonte totale des institutions nationales afin de créer une fédération européenne démocratique conçue comme un futur pilier de la paix mondiale. Les leçons de l’histoire commencent d’être tirées par les dirigeants des résistances en Europe ou des gouvernements en exil : l’idée de fédérations régionales en Europe anime les projets de tous les dirigeants en exil, dont les plus connus intéressent les Balkans, l’Europe centrale et orientale, les pays Scandinaves, le Benelux, voire même l’Europe de l’Ouest. Ces projets réagissent contre l’esprit des traités de 1919 puisqu’ils envisagent des partages de souveraineté. Ils contestent donc le dogme de l’État-nation souverain absolu, sans renouer toutefois totalement avec l’idée impériale de confédération européenne.

  • 29 Léon Blum, Œuvres V, 1940-1945, Mémoires, La prison et le procès, À l’échelle humaine, Paris, Albi (...)
  • 30 Discours du général de Gaulle, Alger, 15 mars 1944, cité par Hervé Alphand, 31 mars 1944, « Note s (...)

16Témoin et acteur de cette évolution, le socialiste Léon Blum donne le ton des relations avec l’Allemagne. Il écrit de sa prison de Bourassol, dans À l’echelle humaine, avant d’être déporté à Buchenwald : « On ne met pas à néant un peuple, une langue, une tradition, une légende. L’abus de la force crée la volonté de revanche. » Il demande qu’une communauté internationale assez puissante puisse « rééduquer l’Allemagne, la discipliner, la maîtriser », tout en l’intégrant aux autres nations du continent29. Le général de Gaulle, fin connaisseur de l’histoire, explique dès le temps de guerre qu’en Europe « certains groupements devront s’y réaliser, sans que doive être, bien entendu, entamée la souveraineté de chacun. Pour ce qui concerne la France, nous pensons qu’une sorte de groupement Occidental, réalisé avec nous, principalement sur la base économique, et aussi large que possible pourrait offrir de grands avantages30 ». Jean Monnet, dont on sait le rôle visible dans l’intégration européenne à partir de 1948, a su utiliser la dramatique histoire du premier xxe siècle pour rassembler les Européens et unir les hommes du monde atlantique, disait-il. En 1939-1940, alors que l’effort de guerre franco-britannique se développe, il propose, sans obtenir satisfaction, d’installer les usines de guerre françaises et britanniques aux États-Unis et au Canada, montrant ainsi sa perception globale du conflit et son sens de l’histoire. L’historien Arnold Toynbee, directeur du Royal Institute of International Affairs, pense, au début de la guerre, établir une union permanente franco-anglaise afin de lutter contre l’hégémonie allemande. Monnet est lui aussi convaincu de la nécessité d’une union complète et institutionnalisée entre la France et la Grande-Bretagne. Le 15 juin 1940, Monnet, sir Robert Vansittart (Foreign Office), Arthur Salter et René Pleven rédigent un projet d’union, présenté au cabinet britannique le jour même, accepté par Churchill, Premier ministre et de Gaulle, sous-secrétaire d’État à la Guerre, le 16 juin. En rupture avec les conceptions anciennes de l’intérêt national, Monnet travaille avec les Britanniques et les Américains à l’effort de guerre allié, rejoignant de Gaulle en 1943 seulement. Il entend aussi, comme Blum, ne pas humilier le peuple allemand et associer l’Allemagne vaincue dans un ensemble économique et industriel en Europe pour la reconstruction commune. L’intuition de 1943 sera reprise avec succès le 9 mai 1950. Exilés et résistants en majorité ont la certitude que l’exaspération du sentiment national a conduit aux deux désastres de 1914 et de 1939 et qu’il faut en finir avec les souverainetés nationales. Néanmoins il subsiste des conservatismes nationalistes chez les communistes ou dans des groupes politiques de droite qui préfèrent un système classique de relations intergouvernementales.

17Comment, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la génération d’Européens favorables à l’intégration européenne utilise l’histoire récente et plus rarement longue pour forger l’unité ? Quelques points seulement seront évoqués.

  • 31 Témoignages : Guy Mollet, 1905-1975, Fondation Guy Mollet, 1977 : « l’Européen », p. 68, par Émile (...)
  • 32 Avec Arnaud Dandieu, bibliothécaire à la Bibliothèque nationale, Robert Aron, journaliste et histo (...)
  • 33 Georges Bidault a également présidé le MRP : Mouvement républicain populaire.

18Nombreux sont les résistants européens, y compris allemands, qui veulent construire l’Europe pour interdire à tout jamais le retour à la barbarie. Sensibilisés au côté sombre de l’histoire européenne par des expériences familiales, nationales ou personnelles éprouvantes, ils cherchent à mettre en avant l’héritage humaniste, consensuel, tolérant, diversifié des cultures européennes. Ils accueillent avec reconnaissance le discours de Churchill, prononcé à Zurich, en 1946 et saluent avec enthousiasme le congrès de La Haye de 1948, à l’origine du Mouvement européen. Churchill appelait explicitement les Européens à se souvenir de leur civilisation commune pour reconstruire la solidarité européenne dans des « États-Unis d’Europe » reposant sur la paix, la sécurité et la liberté. La fin de toute barbarie sur le continent suppose de clore le chapitre des tensions franco-allemandes. La réconciliation franco-allemande paraît indispensable à Robert Schuman pour l’établissement d’une paix durable en Europe. Mais il estime qu’il faut prendre envers l’Allemagne les « précautions nécessaires » pour tenir compte des leçons de l’histoire, à savoir organiser l’Europe. Le socialiste Daniel Mayer est loin pourtant de faire confiance à l’Allemagne, ce qui provoque l’échec d’une construction européenne emblématique : la Communauté européenne de défense, en août 1954. D’autres acteurs de l’intégration européenne imaginent construire une troisième force européenne. Un des successeurs de Blum à la tête du parti socialiste français, Guy Mollet, convaincu par ses théories sur la limitation de la « souveraineté des États », dont l’excès pourrait être transféré à une instance européenne31, partage avec lui et le travailliste Clement Attlee le souhait de construire une troisième force européenne, libre, démocratique, socialiste, capable de résister aux Soviétiques et de gérer, à égalité, les relations euro-américaines. La guerre froide tua dans l’œuf cette position. L’expérience de l’histoire conduit encore certains des acteurs politiques de l’intégration à juger les affres du premier xxe siècle comme des guerres civiles européennes. Von Brentano, ministre des Affaires étrangères de la RFA en 1955, intégrationniste, francophile, atlantiste, veut réagir contre la guerre civile européenne selon le témoignage de Spaak. Adenauer, Hallstein et Von Brentano présentent le fédéralisme comme une réponse aux crimes du nazisme et un retour aux valeurs humanistes de l’Allemagne. L’inspiration est identique pour Hendryk Brugmans, socialiste néerlandais qui se lance avec force dans un combat en faveur de l’unification européenne et qui adhère aux thèses fédéralistes. Von Brentano estime encore que pour relever le défi que l’histoire impose à l’Europe, la Communauté européenne est la seule voie « qui permette à ce continent dans lequel vivent les Européens, et auquel ils sont liés par la tradition, l’histoire et la culture, de survivre dans cette confrontation mondiale ». Konrad Adenauer, antinazi, rhénan et catholique, réclame un retour aux valeurs chrétiennes de la vieille Europe, qui exigent un partage fraternel avec les autres nations européennes. Certes, que pouvait-il offrir d’autre ? Les valeurs chrétiennes catholiques et protestantes sont une réponse au bouleversement européen pour d’autres acteurs de l’intégration, que ce soit Helmut Kohl ou Jacques Delors à la fin du siècle ou Denis de Rougemont, un des fondateurs du per-sonnalisme chrétien32. Les bouleversements nés de la guerre ayant donné sa chance à l’expérience communiste, l’intégration européenne est vécue comme un moyen de lutter contre la subversion communiste en Europe de l’Ouest. C’est la teneur des positions politiques de Raymond Aron, un grand intellectuel libéral engagé, ou de Georges Bidault, ministre français des Affaires étrangères et relevant de la mouvance démocrate chrétienne française33. Cependant l’enthousiasme européen des acteurs politiques obsédés par la menace soviétique peut s’émousser pour donner la priorité à la construction de la communauté atlantique : c’est le cas de Dirk Stikker, ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, hostile à une communauté européenne supranationale et sans la Grande-Bretagne. Tirant les leçons de l’expérience de l’histoire, certains acteurs de l’intégration européenne appartenant à de petits pays ou à des pays affaiblis, tels le Luxembourg, la Belgique ou l’Italie, ne voient leur salut que dans l’intégration européenne. Le Luxembourgeois Joseph Bech, plusieurs fois ministre, conscient que le Luxembourg est susceptible de passer sous l’emprise de l’un de ses grands voisins, défend les unions douanières pour protéger l’intégrité de son pays. La Belgique de Paul Van Zeeland, avant et après la Seconde Guerre mondiale, espère tirer le meilleur parti d’une union économique européenne qui nécessairement protégera son intégrité politique ! Le Néerlandais Dirk Spierenburg est d’abord intéressé par le Benelux, une entente destinée à souder les intérêts économiques des trois pays, contre les appétits, croit-il, de la France et de l’Allemagne. L’intégration européenne permet aussi de protéger les petits États contre leurs démons internes : le Belge Jean Rey, Wallon, libéral, député de Liège, se déclare très tôt favorable au fédéralisme européen pour cette raison. En Italie, le chrétien-démocrate Alcide De Gasperi ne parie pas d’emblée sur l’unité européenne car il veut rétablir l’Italie tout en dépassant le funeste nationalisme mussolinien. Pourtant le comte Sforza, ministre italien des Affaires étrangères, entend rompre l’isolement de l’Italie et engager le pays sur la voie de l’unification européenne. Son européisme n’est pas seulement une réaction à l’événement car Sforza exprime la pensée de Giuseppe Mazzini et critique le concept de souveraineté nationale, tenu pour principal responsable du désordre international. D’autres acteurs de l’intégration veulent profiter des circonstances pour créer les conditions du développement économique en abaissant les barrières aux échanges intereuropéens. Le Néerlandais Joan W. Beyen propose un marché commun mis en place par le traité de Rome de mars 1957. La lutte contre la parcellisation économique du continent anime aussi Robert Marjolin, secrétaire général de l’OECE (Organisation européenne de coopération économique), favorable à une coopération intereuropéenne et à une libéralisation contrôlée des échanges en Europe en réponse au mal-développement européen. Proche de lui et de Monnet, René Mayer prend fait et cause pour la construction européenne dans l’espoir de mieux assurer le succès économique des industries françaises dans un monde plus ouvert. Enfin, les défis de l’histoire du premier xxe siècle conduisent les jeunes générations de l’après-guerre à choisir l’intégration européenne pour se donner un idéal de vie parce que la paix entre les Européens par l’intégration est un idéal généreux digne de la jeunesse résistante. L’histoire d’Émile Noël, premier secrétaire général de la Commission européenne, entre dans ce cas de figure comme celle de François Duchêne, Max Kohnstamm ou Jacques Van Helmont et bien d’autres encore, conquis par Monnet à l’idéal d’unir les hommes.

Conclusion

19Face à l’histoire tumultueuse du xxe siècle, face à l’héritage historique européen, face à leur propre histoire parfois délicate, les écrivains de la conscience et de l’intégration européenne et les acteurs de l’intégration européenne savent qu’ils relèvent un des plus grands défis de l’histoire de l’Europe. La conscience du déclin européen suppose d’inventer des formes nouvelles de présence européenne dans le monde, à moins de se satisfaire d’une Europe « petit cap de l’Asie », car le cycle de la puissance européenne sans partage s’est effondré en 1945. Il a fallu trente ans depuis le traité de Versailles pour que les réactions des premiers penseurs soient acceptées et transformées en actes politiques et en institutions communes du fait des nouveaux malheurs survenus avec la Seconde Guerre mondiale. L’approfondissement de l’engagement personnel de grands politiques en faveur de l’intégration, la remise en cause de l’histoire apprise par leur comportement rappellent que l’histoire de l’Europe a produit des valeurs de solidarité, de liberté et de respect mutuel sur lesquelles il est possible de bâtir un avenir. En dépit de la guerre froide, l’Europe de l’Ouest a trouvé un mode de relation et d’organisation qui puise dans l’histoire de ses héritages culturels partagés, pour dépasser les conflits séculaires entre ses peuples et qui s’appelle la Communauté européenne.

Notes

1 Terme utilisé pour nommer la Première Guerre mondiale, 1914-1918.

2 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882.

3 Alfredo Canavero, Jean-Dominique Durand, « Les phénomènes religieux et l’identification européenne », rapport pour le colloque international de Paris, Les identités européennes au xxe siècle, septembre 1999, non publié.

4 Actes du colloque international sur la notion d’Europe, 1961, PUF, travaux du Centre de recherches sur la civilisation de l’Europe moderne, fase. 1, 1963 ; voir aussi la réflexion sur la pensée d’Alphonse Dupront, dans François Crouzet et François Furet (dir.), L’Europe dans son histoire, La vision d’Alphonse Dupront, Paris, PUF, 381 p., 1998.

5 Érasme, la complainte de la paix, [1515], Paris, Aubier-Montaigne, 1973, cité par Yves Hersant et Fabienne Durand-Bogaert, Europes, Paris, Robert Laffont, 2000.

6 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882.

7 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 3 vol.

8 Max Gallo, « Oublier les nations, un mirage dangereux », in Manière de voir (Le Monde diplomatique), n° 22, « Europe, l’utopie blessée », mai 1994 : 11.

9 Se référer à Denis de Rougemont, Vingt-huit siècles d’Europe, [1961], Paris, Éd. Christian de Bartillat, 1990 et à Yves Hersant et Fabienne Durand-Bogaert, Europes, de l’Antiquité au xxe siècle, anthologie critique et commentée, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2000 ; « Les écrivains de la conscience européenne », cahier hors série de la revue Légendes, 1997 ; Julien Benda, Discours à la nation européenne, [1933], Paris, Gallimard (Folio), 1979 ; L’identité culturelle, laboratoire de la conscience européenne, actes du colloque de l’université de Franche-Comté, novembre 1994, textes édités par Marita Gilli, Annales littéraires de l’université de Besançon, 587, 1995.

10 Y. Hersant et F. Durand-Bogaert, Europes, de l’Antiquité au xxe siècle..., op. cit. : « préface », p. XII.

11 Kurt Wais, Actes du colloque international sur la notion d’Europe, op. cit. : 7.

12 Pierre Nora, « Les “ lieux de mémoire ” dans la culture européenne », in Europe sans rivage, de l’identité culturelle européenne, symposium international, Paris, Albin Michel, janvier 1988, et du même, Les lieux de mémoire, op. cit.

13 Olivier Todd, intervention in Europe sans rivage, de l’identité culturelle européenne, op. cit. : 58.

14 Michel Trebitsch, « Ulysse l’européen », in Andrée Bachoud, Josefina Cuesta, Michel Trebitsh, Les intellectuels et l’Europe de 1945 à nos jours, Paris, Publications universitaires Denis Diderot, 2000 : 183-194.

15 Josep Fontana, l’Europe en procès, Paris, Seuil, 1995.

16 Hermann Hesse, Souvenirs d’un Européen, Paris, Calmann-Lévy, 1988.

17 Paul Valéry, « Première lettre », La crise de l’Esprit, Paris, NRF, 1919.

18 H. Hesse, Souvenirs d’un Européen, op. cit., cité par Y. Hersant et F. Durand-Bogaert, op. cit. : 586.

19 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882 : 11. Téléchargeable sur le site http://ourworld.compuserve.com/homepages/bib_lisieux/

20 Jacques Rivière, « Une communauté européenne ? », Luxemburger Zeitung, 9 septembre 1924, in Une conscience européenne, 1916-1924, Les Cahiers de la NRF, Paris, Gallimard, 1992 : 248.

21 André Suarès, « Vues d’Europe : le principe européen », Revue des vivants, 1926, cité par Y. Hersant et F. Bogaert, op. cit. : 168-173.

22 J. Benda, Discours à la nation européenne, op. cit.

23 Émile Mayrisch, précurseur de la construction européenne, « cahier rouge » de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe, 1967.

24 Aristide Briand, Édouard Herriot, Marcel Cachin, Philippe Berthelot, Léon Blum, Henri de Jouvenel, Wladimir d’Ormesson, Guillaume Apollinaire, Paul Valéry, Drieu La Rochelle, Alexis Leger.

25 André Suarès, op. cit. : 168-173.

26 Le comte Bernstorff à la tête de la Ligue allemande pour la Société des Nations, Haljmar Schacht (Reichsbank), des industriels autour de la Société d’économie politique de Marguerite Gartner (organisation révisionniste du traité de Versailles).

27 Jean Guéhenno, « Réflexions sur l’Europe » in Europe, 15 mai 1933.

28 Henri Michel, « Quand la Résistance préparait l’Europe », Le Monde, 11-12 août 1985.

29 Léon Blum, Œuvres V, 1940-1945, Mémoires, La prison et le procès, À l’échelle humaine, Paris, Albin Michel, 1963.

30 Discours du général de Gaulle, Alger, 15 mars 1944, cité par Hervé Alphand, 31 mars 1944, « Note sur les projets d’organisation économique européenne ». Source : Archives du ministère des Affaires étrangères, Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, vol. 718, microfilm, p. 65-66.

31 Témoignages : Guy Mollet, 1905-1975, Fondation Guy Mollet, 1977 : « l’Européen », p. 68, par Émile Noël.

32 Avec Arnaud Dandieu, bibliothécaire à la Bibliothèque nationale, Robert Aron, journaliste et historien, Alexandre Marc, ardent militant de la cause européenne, le mathématicien Claude Chevalley et l’écrivain catholique Henri Petiot, dit Daniel-Rops, ou encore Jean Jardin. En 1946, il revient en Suisse pour participer aux Rencontres internationales de Genève, consacrées à l’esprit européen, en présence de grands auteurs : Benda, Bernanos, Guéhenno, Jaspers, Spender, Lukács.

33 Georges Bidault a également présidé le MRP : Mouvement républicain populaire.

Auteur

Gérard Bossuat est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise (Val d’Oise) et titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam. Il est membre de divers comités de rédaction de revues, dont la Revue de l’histoire de l’intégration européenne, et du conseil d’administration de sociétés savantes dont la Fondation Jean Monnet pour l’Europe. Parmi les nombreuses publications, on peut citer l’Histoire de l’Union européenne, Paris, Belin, 2009 ; le Dictionnaire historique de l’Europe unie, codirigé avec Pierre Gerbet et Thierry Grosbois, Bruxelles, A. Versaille, 2009. À paraître : Émile Noël, premier secrétaire général de la Commission européenne (fin 2010 chez Bruylant, Bruxelles).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540