Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Adam et l'Astragale

 | 
Gil Bartholeyns
, 
Pierre-Olivier Dittmar
, 
Thomas Golsenne
, 
et al.

Adam

Conquête du monde, enquête sur l’autre et quête de soi. Alexandre le Grand au Moyen Âge

Maud Pérez-Simon

Texte intégral

  • 1 Aristote, Histoire des animaux, J. Tricot (trad.), Paris, Vrin, 1987, p. 14 (introduction).

1Aristote, le pédagogue d’Alexandre, avait enseigné au jeune conquérant tout ce qui est nécessaire à un roi : l’art de parler et de bien écrire, les us et coutumes des pays étrangers, la politique et la morale, ainsi que ses propres centres d’intérêt en tant que savant et philosophe. On sait qu’il avait presque fini de rédiger son Histoire des animaux quand Philippe de Macédoine lui a demandé de venir faire l’éducation d’Alexandre. La tradition veut qu’il ait enrichi son travail par la suite grâce aux spécimens d’animaux rares et aux observations inédites envoyés par son ancien élève aux collections du Lycée1. Aristote aurait donc transmis à son élève son intérêt pour l’étude des êtres vivants et pour leur classification, il a notamment conçu une échelle de la nature, continue et de complexité croissante, qui s’étend de l’inanimé (le minéral) aux êtres supérieurement doués de raison et aux dieux, passant successivement par les différentes espèces végétales et animales, jusqu’à l’homme. La structure et le comportement des différentes espèces animales sont étudiés à chaque échelon, mais l’homme demeure le principal objet d’examen, et le principal terme de référence dans la méthode comparative qui est la sienne. Il est probable qu’Aristote ait transmis à Alexandre sa méthode de recherche, efficace et rigoureuse, mais d’une grande souplesse, à la fois expérimentale et déductive, avec une préférence marquée pour l’observation.

  • 2 Pline, Histoire naturelle, 8, 44, É. Littré (éd.), Paris, Dubochet, 1848-1850.
  • 3 L. Bodson, « Alexander the Great and the scientific exploration of the oriental part of his Empire (...)

2L’Alexandre historique a de fait été marqué par la réflexion de son maître. La tradition antique2 et les chercheurs modernes ont insisté sur la composition « scientifique » de son équipe, comprenant géographes, mathématiciens, astronomes, architectes, botanistes et surtout des zoologistes3.

3Que reste-t-il, de l’Antiquité au Moyen Âge, de cette figure d’un Alexandre savant ? Elle s’incarne différemment dans les ouvrages littéraires et historiques. Dans les textes romancés, la confrontation du jeune Macédonien au radicalement autre se fait selon une démarche anthropologique paradoxale qui l’amène à s’interroger sur sa propre nature et à poser au lecteur la question de l’élaboration du personnage du héros au Moyen Âge.

Hommes sauvages et merveilles de l’Orient dans les textes consacrés à Alexandre

Les historiens et romanciers de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive

  • 4 T. S. Schmidt, Plutarque et les barbares. La rhétorique d’une image, Louvain-Namur, Peeters (Colle (...)

4Les historiens de l’Antiquité s’intéressent assez peu aux découvertes zoologiques, voire humaines, faites par le conquérant. Plutarque, qui a rédigé une biographie argumentée du héros, ne s’est pas intéressé aux animaux et fort peu aux peuples barbares qu’Alexandre affronte. L’image qu’il a donnée des barbares est essentiellement rhétorique, construite par contraste avec Alexandre de façon à mettre en valeur les qualités du Macédonien4.

  • 5 Quinte Curce, Historia Alexandri Magni, IX, 1, 34 : « En vérité, j’en écris plus que je n’en crois (...)
  • 6 Quinte Curce, Historia Alexandri Magni, IX, 10, 8-10, dans Alexandre le Grand. Histoire et diction (...)

5Quinte Curce a consacré dix livres au récit de la vie d’Alexandre. Il a émis parfois des doutes sur les merveilles que ce dernier a vues en Inde5 en ne les évoquant qu’en peu de lignes. Il a énuméré les animaux exotiques (éléphants, perroquets et crocodiles) et décrit le peuple des Indiens de la côte en expliquant leur sauvagerie par leur isolement. Il a détaillé leurs ongles longs, leurs cheveux hérissés et leurs habits en peaux de bêtes6 sans jamais en faire des êtres merveilleux ou hybrides. Il a choisi de mettre l’accent sur le personnage d’Alexandre et non sur les peuples orientaux.

  • 7 P. Orose, Histoires contre les païens, M.-P. Arnaud-Lindet (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettr (...)

6Pour des raisons idéologiques, l’auteur chrétien Paul Orose7 a composé son récit en présentant Alexandre comme un fléau de l’humanité. Ce sont donc surtout ses combats qui sont décrits et non ses rencontres avec les peuples indiens. Alexandre est comparé aux autres souverains, mais les peuples hybrides n’ont pas leur place dans cet ouvrage.

7Ces trois auteurs antiques, peu enclins aux récits merveilleux, sont représentatifs du travail accompli par les historiens sur le personnage d’Alexandre.

  • 8 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Be (...)
  • 9 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Be (...)

8C’est plutôt dans la littérature, et d’abord dans la littérature à prétention savante, celle qui décrit les merveilles de l’Orient comme véridiques, que l’on retrouve le thème des peuples hybrides largement exploité. Alexandre y est fréquemment cité car son maître Aristote et lui-même ont non seulement patronné une part considérable de la littérature pédagogique et morale du Moyen Âge, mais la légende en avait aussi fait les dépositaires ou les découvreurs des connaissances les plus mystérieuses. Une lettre apocryphe, prétendument écrite par Alexandre à son maître, mais datée de la fin de l’époque impériale, retrace les batailles d’Alexandre contre Porus et s’attarde sur les merveilles de l’Inde. Cette Lettre à Aristote sur les merveilles de l’Inde8 a remporté un tel succès qu’elle a été amplifiée au ixe siècle. Elle accompagnait souvent dans les manuscrits une vie d’Alexandre écrite en langue grecque sans doute à Alexandrie au iiie siècle de notre ère, et progressivement intégrée à la matière du récit. Cette vie d’Alexandre en grec est attribuée à Callisthène, neveu d’Aristote, qui a rejoint l’expédition d’Alexandre vers 334. Il était alors déjà connu pour ses œuvres historiques, dont ses dix livres d’Helléniques, qui le prédisposaient au poste d’historiographe du roi. On a retrouvé quelques fragments de son Histoire d’Alexandre célébrée par Cicéron. Toute sa vie, il a été le propagandiste officiel d’Alexandre, mais il est mort pour lui avoir reproché sa politique et son attitude au pouvoir. Parce que Callisthène a été exécuté sur l’ordre d’Alexandre vers la fin de 327 – soit quatre ans avant la mort du conquérant –, il n’est pas crédible que le récit romancé de la vie d’Alexandre lui soit attribué Le roman ne contient rien par ailleurs qui puisse étayer cette hypothèse. Une seule allusion est faite à Callisthène, quand il accompagne le roi aux abords du pays des Bienheureux. Faute d’auteur identifié, le texte a gardé pour titre le nom de l’auteur qui lui a longtemps été associé : « Version du Pseudo-Callisthène »9.

  • 10 Kleine Texte zum Alexanderroman, F. Pfister (éd.), Heidelberg, 1910, p. 1-5.

9Le Communitorium Palladii, retrouvé sur des papyrus et partiellement attribué à Arrien (vers 95-vers 175), a été lui aussi intégré au roman du Pseudo-Callisthène. Le texte, rédigé sous forme de lettre, raconte les merveilles de l’Orient, la vie des Brahmanes et la discussion d’Alexandre avec Dindyme, leur chef10.

  • 11 R. Bacon, Secretum Secretorum cum glossis et notulis, dans R. Steele (éd.), Opera hactenus inedita (...)

10Ces deux lettres prouvent que l’entrelacement des thèmes relatifs à Alexandre et aux merveilles indiennes (que l’Alexandre historique n’a pas ou partiellement vues) s’est fait toujours plus étroit dès la fin de l’Antiquité. D’autres écrits qui circulent indépendamment, comme le Secret des secrets, faussement attribué à Aristote, contenant un traité sur l’art du gouvernement destiné à Alexandre et une brève encyclopédie du monde, une section médicale et une autre sur la physiognomonie, attestent aussi la croyance en un Alexandre à prétention scientifique, préoccupé par le monde qui l’entoure11.

Les romans d’Alexandre au Moyen Âge : entre réécriture et invention

  • 12 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Be (...)

11Le Moyen Âge, particulièrement intéressé par les bestiaires, les récits de voyage en Orient et les questions qu’ils permettent de se poser sur l’existence d’autres peuples et d’autres formes d’humanité, a repris ces écrits qui circulaient parfois indépendamment les uns des autres et les a rassemblés autour du thème d’Alexandre et du fantasme oriental qu’il véhiculait. L’ouvrage du Pseudo-Callisthène exploite la vision d’un Alexandre qui ne se serait pas arrêté au seuil de l’Inde, mais qui aurait voyagé jusqu’au bout du monde, en rencontrant non seulement des peuples et des animaux inconnus, mais aussi des êtres hybrides, des peuples à la limite entre l’homme et l’animal. Le conquérant est confronté à tout moment à l’inconnu, à une nouveauté qu’il n’a de cesse de chercher à comprendre. Dans ce roman grec, l’élément tératologique était confiné dans les lettres qu’Alexandre adressait à sa mère ou à Aristote, dans lesquelles il racontait brièvement son séjour oriental12; sa présence, sans être discrète, était distincte de la narration à proprement parler.

  • 13 Die Historia de Preliis Alexandri Magni, synoptische Edition der Rezensionen des Leo Archipresbyte (...)
  • 14 Chez d’autres auteurs, comme Thomas de Kent, qui a aussi écrit un roman d’Alexandre à partir de so (...)

12L’ouvrage du Pseudo-Callisthène transmis d’Orient en Occident, par l’intermédiaire de Byzance et de Naples, a fait l’objet de multiples réécritures toujours amplifiées. Il a été traduit en latin par Julius Valerius au ive siècle puis au xe siècle par l’archiprêtre Léon de Naples. Les interpolations de ce dernier texte ont circulé sous le nom d’Historia de Preliis. L’Historia de Preliis, rédigée au xie siècle, a fait l’objet de deux remaniements au xiie siècle. Les trois versions du texte sont communément désignées par les sigles J1, J2, J313. Dès J1, le passage indien est réorganisé : les épisodes ont changé de place pour être intégrés à la narration. Au xiiie siècle, la traduction française de l’Historia de Preliis (J2) appelée Le Roman d’Alexandre en prose propose à son tour une réorganisation de la matière. On y trouve de même une préoccupation plus forte pour l’intégration des merveilles à la narration : l’auteur, anonyme, change les passages de place par rapport à ses différentes sources latines, et ajoute souvent une courte phrase pour souligner la peur ou l’étonnement du héros, parfois son désir d’emmener un « échantillon » des merveilles humaines ou animales qu’il rencontre14. Ainsi, lors de la rencontre avec les hommes aux yeux sur le torse ou « Blemmies », l’auteur ajoute à la description traduite de l’original latin un autre élément de description et une remarque sur l’attitude du Macédonien :

  • 15 Le Roman d’Alexandre en prose (Der Altfranzösische Prosa-Alexander roman in nebst dem lateinischen (...)

Ces gens estoient sans testes et avoient les ieux et la bouce enmis le pis et par desous le nombril lor croissoit la barbe qui les couvroit jusques as genols. Li rois Alixandres en mena avoec lui. XXX. de ces homes pour demoustrer les merveillouses samblances as autres gens dou monde15.

  • 16 Brunetto Latini, Li Livres dou Tresor, F. J. Carmody (éd.), Berkeley-Los Angeles, University of Ca (...)

13Dans la version française, le traducteur ajoute qu’Alexandre capture trente spécimens de monstres pour témoigner des découvertes qu’il a faites en Orient, tandis que dans la version latine, il ne faisait que les observer. Ce faisant, le traducteur crée une interactivité entre Alexandre et le « paysage humain » qu’il traverse. C’est ce qui lui permet d’intégrer de façon plus homogène des textes allogènes (la Lettre à Aristote sur les merveilles de l’Inde par exemple) et d’insister sur le face-à-face d’Alexandre avec les animaux et les peuples rencontrés, sur la confrontation entre deux mondes. Textuellement il peut s’agir seulement de courtes insertions qui insistent sur le rôle d’Alexandre. Par exemple lorsque les Grecs rencontrent les filles-fleurs, l’original latin « Tunc Macedones insequentes illas apprehenderunt ex eis aliquantas » est traduit par « Quand Alixandres les vit, si commanda que l’en les sivist, si en pristrent. III. » Alexandre joue un rôle actif quand il ordonne de capturer des jeunes femmes. L’un des manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, conservé à Stockholm sous la cote Vu. 20, propose une version encore amplifiée de ce phénomène d’ajouts brefs. Dans ce manuscrit, le scribe a recopié la version en prose d’Alexandre et l’a complétée avec des extraits du Livre du Trésor (1266) de Brunet Latin. Cette insertion est difficilement repérable, précisément parce que le scribe a su intégrer ces extraits à la narration aussi habilement et selon les mêmes principes que son devancier avec sa traduction de l’Historia de Preliis. Le scribe a modifié le texte pour insister sur la présence et sur l’observation d’Alexandre. Il remplace par exemple une remarque descriptive par une référence à Alexandre, lui conférant l’autorité du témoin et du narrateur : « Delphins est un grant poissons de mer, ki ensit les vois des homes » est remplacé dans le manuscrit de Stockolm par « Daufin est un grans poissons, se dit Alixandre ». Les références à Alexandre vont parfois jusqu’à remplacer la double autorité de Pline et de l’auteur : « Poissons sont sans nombre, ja soit ce ke Plinius en conte » est devenu « Et autres manieres de poisons y a asés que Alixandre vit », tandis que « Serene, ce dient li auctor » a été modifié en « Des seraines, dit Alixandre… »16. Ces changements apportés par un scribe s’inspirant du Livre du Trésor montrent ainsi une continuité entre les différents manuscrits du Roman d’Alexandre puisqu’on retrouve le principe d’assimilation d’autres textes qui a présidé à la rédaction des différents textes relatifs à Alexandre. Ceux-ci, copiés assez fidèlement, ont été intégrés au roman d’une manière aussi artificielle qu’efficace : un système d’incises faisant d’Alexandre à la fois le point focal de la narration et un relais du narrateur.

  • 17 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920. Respectivement p. 126-127 (...)
  • 18 « […] et de multis certaminibus que habuit cum bestiis et monstris et serpentibus in eadem India » (...)

14Une autre spécificité du Roman d’Alexandre en prose par rapport à ses sources est que la réappropriation des chapitres sur les merveilles de l’Orient passe par l’escamotage de certains éléments17 : sont par exemple abrégées les descriptions de Bucéphale, le merveilleux cheval d’Alexandre, des cadeaux offerts par Candace à Alexandre, du Phénix et du cercueil de Nenus. Les passages consacrés aux hommes sauvages sont cependant conservés, ce qui tend à prouver que l’intérêt suscité par l’Orient se concentrait plus sur les êtres humains que sur les animaux ou les lieux et les objets merveilleux, participant ainsi d’un vaste questionnement sur l’humain. C’est ce que reflète aussi l’ajout de quelques mots lors du passage du latin à la version française. Par exemple, Alexandre raconte à Aristote dans une lettre « les batailles et les travaus qu’il avoit eües et les manieres des gens et des bestes qu’il avoit trovees », le texte latin ne mentionnait que les combats et les dragons18.

  • 19 L’Historia de Preliis est l’interpolation (anonyme) du texte de Léon de Naples.
  • 20 Historia Alexandri Magni, rezension J1, A. Hilka et K. Steffens (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag (...)
  • 21 Un manuscrit de l’Historia de Preliis, recension J2 (la source directe du roman en prose) évoquait (...)

15Un dernier indice atteste que notre roman s’intéresse davantage à l’humain que ses prédécesseurs, il s’agit de l’épisode du voyage sous la mer. Dans le roman du Pseudo-Callisthène et dans sa traduction latine par Léon de Naples, Alexandre confiait le récit de son voyage à sa mère dans une lettre, au style direct, au milieu d’une liste d’autres merveilles, tandis que le rédacteur latin de l’Historia de Preliis (J1)19 a préféré intégrer le récit à la narration20. Il a réinséré les merveilles de l’Inde dans la chronologie des voyages du héros, les faisant ainsi alterner avec les épisodes guerriers. Le traducteur français a, à son tour, retouché ces passages, christianisé le voyage au ciel et ajouté dans le voyage sous-marin un détail qui vient illustrer notre propos. Le Roman d’Alexandre en prose est en effet le seul à mentionner l’existence de poissons anthropomorphes. « Mais tant en descouvri que il dist que il i avoit veü poissons qui avoient samblance d’oume et de feme et aloient sor lor piés au fons de la mer et se norissoient aussi des autres poissons comme li houme font en cestui monde des autres bêtes21. » Leur ressemblance avec les humains est révélée puis détaillée. Cette innovation est un indice supplémentaire du fait que notre roman, comme le héros qu’il construit, manifeste une préoccupation particulière pour l’être humain et ses avatars.

  • 22 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. XLVI.

16Le scribe du manuscrit de Stockholm Vu. 20, que nous avons déjà évoqué, insère ici un élément à vocation encyclopédique, tiré comme précédemment du Livre du Trésor de Brunet Latin. Il prend prétexte du voyage sous-marin pour décrire différents types de poissons : les baleines, les coquilles, les dauphins… Ses emprunts sont très ponctuels et souvent tronqués. Son objectif rejoint celui du rédacteur du roman en prose, qui lui aussi finit son énumération sur la mention d’une créature humaine, ne conservant dans ce but que le début du paragraphe de Brunet Latin : « Des Seraines dit Alixandre que il en vit. III. qui avoient semblance de feme dou chief jusques as cuises ; mais de la en avant avoient senblance de poisons et avoient eles et ongles22. » L’évocation de la nature offre toujours une réflexion sur la nature humaine.

Explorer les marges de l’humain

17Les récits consacrés à Alexandre sont marqués par une préoccupation pour l’espèce humaine et ses différentes manifestations orientales. Ils donnent à voir un héros prioritairement intéressé par les humains et les êtres hybrides. Pour Alexandre, tel que son personnage est élaboré dans Le Roman d’Alexandre en prose, l’humanité est un territoire à conquérir, tant par les armes que par la connaissance. C’est autour du voyage que se construit cet idéal : tout déplacement implique une confrontation à l’autre qui peut certes se révéler sanglante, mais aussi instructive. Le voyage est l’occasion d’une sédimentation des expériences, mais il ne s’agit pas pour Alexandre d’une expérience passive, c’est une sagesse acquise par l’action. Comprendre son ennemi est un moyen de le dominer, et le voyage d’Alexandre l’amène à concevoir des moyens d’appréhender l’autre, de cerner les créatures hybrides qu’il rencontre, afin d’évaluer leur nature animale, humaine voire divine. La réaction d’Alexandre face à ces créatures peut nous sembler parfois méthodique, parfois violente et paradoxale. Il oscille toujours entre les deux facettes que les historiens nous ont transmises de lui : un conquérant curieux et un guerrier sans pitié.

Le traumatisme originel d’Alexandre : point de départ de la quête

  • 23 . Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 32.

18La première étape de la réflexion d’Alexandre sur l’humanité et ses limites émerge dès son enfance, au début du roman. L’Alexandre du Roman d’Alexandre en prose a pour pédagogue Aristote, mais aussi celui qui est en réalité son père à l’insu de tous, le mage Nectanébo, dernier pharaon égyptien réfugié à la cour de Macédoine, qui a séduit la reine Olympias en se faisant passer pour un dieu. Un jour où Nectanébo donne à son jeune disciple une leçon d’astrologie et d’astronomie sous le ciel étoilé, Alexandre, déjà curieux et déjà rationaliste, interroge son maître sur cette science énigmatique et doute de sa capacité à prédire l’avenir. Nectanébo lui affirme avoir lu dans les astres qu’il serait tué par son fils. Alexandre reproche au mage égyptien de se mêler d’une connaissance qui ne doit pas être celle des créatures humaines – « Il ne te souffist mie de savoir les chozes terrienes, mais vius jugier les secrés celestiaus, teus que nus sages ne s’en doit entremetre23 » – et le pousse au bas de la falaise. Alexandre tue Nectanébo pour le châtier de son orgueil et lui prouver son erreur. Il « humilie », au sens étymologique, son maître, traçant ainsi nettement une frontière entre l’homme et la connaissance divine, à laquelle même les sages ne doivent pas avoir accès. Par son acte, Alexandre confirme pourtant la prophétie, car Nectanébo mourant lui apprend qu’il est sonpère. Les préoccupations d’Alexandre portent d’emblée sur les limites humaines, ici sur les limites de la connaissance humaine. Ce meurtre propédeutique est symptomatique, ou annonciateur, de l’alliance fréquente dans la démarche d’Alexandre entre curiosité et meurtre. Pour Alexandre à ce moment du texte, les limites entre l’homme et le divin sont de l’ordre de l’impossible, mais aussi de l’interdit, deux barrières à la connaissance humaine que son périple l’amène à franchir par la suite, puisque lui-même finit par se prendre pour un dieu. Le meurtre était censé constituer une preuve de l’aveuglement de Nectanébo, mais il s’est révélé contraire aux attentes d’Alexandre et à ses certitudes, précipitant ainsi la connaissance du héros sur ses origines. C’est en rapportant sur ses épaules le cadavre de son père qu’il apprend de la bouche de sa mère les conditions de sa conception : le mage égyptien a connu charnellement sa mère sous l’apparence d’un dragon, aux cornes de mouton. La révélation sanglante du double statut du père d’Alexandre, à la fois animal monstrueux et mage à la connaissance presque divine, peut être considérée comme le moment clé à partir duquel s’échafaudent le roman, et la quête du héros. Au cours de son voyage jusqu’aux limites du monde, Alexandre éprouve toujours le besoin de cerner la nature des êtres qu’il découvre. Cette démarche consciente d’Alexandre reflète la démarche du roman qui présente Alexandre lui-même de manière ambiguë et instable dans l’échelle de la Création.

La démarche investigatrice d’Alexandre

19Le voyage forme la trame narrative du roman, mais il perd progressivement sa raison d’être première : la reconquête des territoires du roi perse. Le voyage continue sur sa lancée, sans autre motif que l’insatiable volonté de découverte d’Alexandre. La fin du roman voit se succéder dans un espace-temps indéterminé des « paysages humains » : à la description des lieux se substitue la rencontre avec des peuples monstrueux qui fascinent Alexandre, et dont il ausculte sans répit l’humanité. Alexandre semble obéir au double impératif de son maître Aristote : observation et expérience. Ses successives confrontations avec l’autre ne se déroulent pas selon un schéma prédéterminé, mais ce sont souvent des moments prétextes à l’invention, et à l’intervention d’Alexandre. La démarche d’Alexandre envers ces peuples ne peut pas être rigoureusement qualifiée de « scientifique », mais elle entraîne souvent la mise en pratique d’une série de « tests », qui, ajoutés les uns aux autres, forment dans le roman une succession de possibilités de critères de définition de l’espèce humaine.

20Ces populations au caractère hybride sont l’objet de l’intérêt d’Alexandre qui semble chercher à établir le degré qu’elles occupent dans l’échelle de la nature, en fonction de la classification d’Aristote, ce qui lui permet de définir son attitude par rapport à ces peuples nouveaux, selon qu’il les considère plus proches d’une animalité menaçante ou paisible, d’une humanité rivale ou amicale, ou d’une humanité détentrice d’une sagesse presque divine qu’il s’agit alors de pénaliser ou de s’approprier.

  • 24 L’histoire de Gog et Magog trouve ses origines dans la Genèse 10,1-5 : Magog est l’un des fils de (...)
  • 25 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 140.
  • 26 « Comedebat omnia abhominabilia et omnium bestiarum et iumentorum et pecorum seu et omnium volatil (...)
  • 27 Dans les romans médiévaux, Alexandre est christianisé et devient monothéiste. À ce sujet, voir not (...)

21Le premier peuple qu’Alexandre rencontre est programmatique car il semble aux antipodes de l’humain : le peuple de Gog et Magog24 a pour principales caractéristiques d’être anthropophage et nécrophage. « Il trova une maniere de gent de trop orible regart et raemplis de toutes mauvaises œvres, liquel mangoient toutes manieres de chars, neis la char des houmes quant il moroient25. » Le texte latin fait une longue description du comportement abominable de ce peuple qui mange des serpents et des fœtus avortés26, alors qu’il suffit au roman français en prose de préciser l’aspect horrible de ce peuple ainsi que leur coutume alimentaire barbare pour les exclure d’emblée de l’humanité et du monde. Alexandre les exile et les fait enfermer derrière deux montagnes qu’il fait se rapprocher en adressant une prière à Dieu27, et dont il scelle les portes avec de l’asynchyton, sans doute de l’amiante, matière magique et inoxydable. Ce mur, ingénieusement construit, symbolise, y compris dans la Bible qui y fait allusion, la frontière entre civilisation et barbarie.

  • 28 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 168 ; on trouve ce dét (...)
  • 29 C’est ce que dit notre roman quoique les Cynocéphales aient, selon une tradition littéraire et ico (...)

22Mais la frontière n’est pas toujours aussi claire et c’est le problème auquel Alexandre est sans cesse confronté tout au long du roman. Le voyage continue. Le texte souligne et Alexandre observe systématiquement chez chaque peuple le détail qui le rend monstrueux. Il remarque chez les animaux les mêmes caractéristiques que les humains – les chauves-souris ont par exemple des « dents d’homme28 » – et note avec précision chez les hommes sauvages les caractéristiques animales. Les légendaires Cynocéphales et les belles Lamies ont respectivement une tête29 et des sabots de cheval.

  • 30 Sur la confusion dans l’Historia de Preliis des femmes chevelues belles et des femmes chevelues la (...)
  • 31 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 179 pour les Lamies et (...)
  • 32 Ibid., p. 201.
  • 33 Ibid., p. 166.
  • 34 Ibid., p. 235.
  • 35 Ibid., p. 236. Au sujet des monstres au Moyen-Âge, consulter J. Baltrušaitis, Le Moyen Âge fantast (...)

23Les femmes hautes de douze pieds ont une queue de bœuf sur le nombril, de larges dents, de longs cheveux30 et le corps velu comme celui d’un chameau ou d’un hérisson31. Chez d’autres peuples, la monstruosité ne vient plus d’une hybridation mais d’une anomalie physique qui fait chanceler toute certitude sur leur physionomie humaine. Les peuples de l’Orient sont souvent frappés de gigantisme : femmes de sept ou douze pieds de haut, géants végétariens32. La monstruosité peut aussi venir de l’absence ou de la démultiplication de parties du corps. Alexandre rencontre un peuple d’hommes à six mains33, des cyclopes géants34, des hommes sans tête à la peau dorée35.

  • 36 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 220.

24Le texte précise enfin chez les personnages de nature divine quels sont les détails qui les distinguent comme tels : le dieu Sesonchosis a « la samblance d’une persone qui avoit les ieux reluisant ausi com une lumiere36 ». Ses yeux lumineux, ainsi que son apparition au milieu de nuages et d’étoiles, contribuent à le dématérialiser malgré son apparence humaine. Dans le roman, les dieux apparaissent toujours en songe à Alexandre, ils sont toujours travestis en un autre dieu, comme si à l’immanence divine s’ajoutaient l’immatérialité du songe, le trouble de l’identité et la perte d’une nature corporelle.

  • 37 Sur cette question, je renvoie à la contribution de Gil Bartholeyns dans le présent volume.
  • 38 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, respectivement p. 175, 17 (...)
  • 39 Ce peuple a été identifié aux Chinois à cause du procédé de fabrication de la soie. Voir T. de Ken (...)
  • 40 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 179.
  • 41 Ibid., p. 175. On remarque l’importance de l’habit dans les enluminures. Dans les manuscrits du Ro (...)
  • 42 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, toutes les citations rela (...)
  • 43 Ibid., p. 184. Dans la version grecque on lit que les femmes et les enfants « vaquaient » avec les (...)
  • 44 Transformation intéressante du texte latin lors de sa traduction en français: « hic concubitus suf (...)
  • 45 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 187.
  • 46 Ibid., p. 199.

25La proportion de caractéristiques animales ou divines en l’homme peut être un critère définitoire et permettre de reconstituer l’échelle de la nature d’Aristote, de l’être le plus animal au plus immatériel. Il existe d’autres critères, irrécusables en apparence, qui pourtant se révèlent ambigus : alors qu’au Moyen Âge le vêtement caractérise les êtres raisonnables37, les coutumes des peuples rencontrés par Alexandre rendent ce critère instable. Alexandre observe presque systématiquement l’accoutrement des peuples sauvages (« femes dela le flum qui avoient laides vesteüres », « si estoient vestues de piaus », « si avoient vestu grans pelices velues »38) ou leurs pratiques artisanales : les Bastiniens s’habillent de feuilles cardées comme de la laine39. Les Icthyophages, peuple aquatique, et les femmes géantes à la queue de bœuf sur le nombril sont velus : « et tout le remanant du cors velu ausi comme d’un chamel ou d’un eryson40 ». Le pelage, substitut du vêtement car il protège le corps et le maintient au chaud, caractérise l’animal. Mais la dichotomie vêtement/pelage fonctionne mal dans le roman, elle ne constitue pas un critère stable. Il est en effet précisé que les femmes sont nues, quand leur pelage semblait les faire appartenir clairement au domaine animal (« erent toutes velues et avoient les cors nus41 »). Ces êtres sont donc considérés comme des humains par Alexandre malgré leur pelage. La nudité semble alors pouvoir constituer un nouveau critère, caractérisant une sous-humanité proche de la nature et des bêtes. Mais le voyage remet en question la simplicité de ce nouveau critère quand Alexandre rencontre les Gymnosophistes, ces philosophes nus qui acceptent de l’accueillir. Prévenu de leur extraordinaire réputation de sagesse, mais aussi de leurs habitudes qui les rapprochent des animaux – ils vivent nus et habitent dans des cavernes –, Alexandre écrit à ce peuple en demandant exceptionnellement à « veoir paisiblement lor maniere42 ». On peut ici parler de la « pulsion scopique » d’Alexandre, c’est-à-dire de son besoin compulsif de voir le mode de vie des autres peuples. Après avoir constaté que les Gymnosophistes vivent effectivement nus et dans des cavernes (« Dont entra Alixandres ou païs et vit qu’il aloient nu et habitoient en chaves et en roches »), Alexandre note que les femmes des Gymnosophistes vivent à l’écart, avec les bêtes : « Et lors femes estoient desevrees d’eaus et aloient avoec les bestes. » Ce constat suscite immédiatement un questionnement : « Dont lor demanda Alixandres ou leur sepultures estoient43. » Quoique le lien entre le constat d’un confinement des femmes avec les animaux et la question sur les sépultures n’apparaisse pas évident, on comprend qu’Alexandre cherche en réalité à préciser sa définition de l’humain en interrogeant les Gymnosophistes sur leurs pratiques funéraires, critère considéré aujourd’hui comme caractéristique de l’humain. Les Gymnosophistes lui apprennent alors qu’ils n’ont pas de sépulture44. Ils affirment ensuite qu’il ne leur manque plus que l’éternité car ils sont riches de toute autre chose. Alexandre quitte lesGymnosophistes sans avoir compris l’écart entre leur part apparemment animale et leur ascétisme spirituel qui les rapproche de la divinité. Ce débat sur la sagesse et le mépris du monde se poursuit quelques pages plus loin avec les Brahmanes. Alexandre interroge les Brahmanes, intrigué qu’il est par leur différence revendiquée avec tous les autres hommes : « Nous avons oï dire par maintes fois que vostre maniere est trop desevree as autres homes45. » Ce même mot « desevree » est employé pour les Brahmanes et pour les femmes des Gymnosophistes, mais les premiers sont plus proches des dieux et les secondes des animaux. L’idée de différence, ici de séparation – racine étymologique de « sevrer » –, est celle qu’Alexandre questionne sans relâche. Il questionne les Brahmanes tant sur leur mode de vie que sur leurs pratiques religieuses. Dindyme affirme qu’ils sont « bienheureux et tout sans pechié46 ». Le complément « tout sans pechié » a été ajouté dans la traduction française et contribue à faire des Brahmanes un autre type d’humanité, plus proche de l’humanité originelle d’Adam que de l’humanité dégradée par Ève. La différence entre les types d’humanité est cette fois nettement idéologique.

Un héros mis en question

Enquêter sur l’autre : des méthodes radicales

  • 47 Par exemple, il questionne les belles Lamies sur leur mode de vie : « Si lor fist demander en lang (...)

26À chaque étape du parcours d’Alexandre, sa démarche nous invite à réfléchir sur l’humanité des peuples rencontrés. L’attitude d’Alexandre vis-à-vis de ces populations varie sensiblement, elle ne dépend pas toujours de l’agressivité qu’on lui oppose. L’observation est première, l’étonnement peut être suivi de différentes phases d’étude du spécimen, qui vont de la capture et de l’interrogatoire47 au dialogue ou au carnage.

  • 48 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 201.
  • 49 Ibid. p. 177.
  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid.
  • 52 Pline étudie la différence entre la « voix » humaine et animale: voir Pline, Histoire naturelle, 1 (...)

27Lorsque la communication se révèle impossible, faute d’une langue commune, et que l’observation est insuffisante, Alexandre ruse pour connaître et vaincre son ennemi. Les Géants, « une maniere de gents qui estoient grant comme se ce fuissent jaiant, et si avoient vestu grans pelices velues48 », sont privés du premier critère d’humanité : la parole. Ainsi, lorsque ceux-ci attaquent l’armée avec succès, Alexandre n’engage pas le combat comme il le ferait contre une armée régulière. Il a l’idée d’utiliser contre eux le même stratagème que celui qui s’était révélé efficace contre les éléphants quelques pages auparavant49 ; il avait alors fait crier des cochons et fait sonner des instruments pour effrayer les éléphants. Alexandre présuppose chez les géants la même réaction, mais, petite concession à leur part humaine, il adapte son stratagème. Ce ne sont plus les hurlements des cochons (« Et quant li oliffant oïrent le grant cri des pors et la noise des estrumens si s’en fuirent50 ») mais ceux des soldats d’Alexandre qui vont terroriser les Géants : « Quant les jaians oïrent les vois humaines desquels il n’estoient mie usé de oïr, de la grant doute que il orent s’en fuirent51. » Les Géants réagissent comme les éléphants au bruit inconnu, fuient et sont massacrés par les Macédoniens (on dénombre sept cent quarante-quatre Géants morts). L’attitude d’Alexandre manifeste une compréhension du statut intermédiaire des Géants, plus proches de l’humain que de l’animal, mais exclus du cercle restreint de l’humanité par le fait qu’ils ne parlent pas et qu’ils ont peur de la voix humaine52.

  • 53 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920 ; toutes les citations rel (...)

28La seule scène dans laquelle Alexandre met véritablement au point une expérience pour tester l’humanité d’un homme sauvage laisse sceptique le lecteur moderne. Alexandre observe d’abord très précisément les réactions de son prisonnier, un « homs sauvages […] velus comme pors53 » qui ne fuit pas devant les hommes et reste immobile sans résistance. Cette inertie proche de la docilité éveille l’intérêt d’Alexandre qui fait amener près de lui une jeune fille nue. Le sauvagese saisit d’elle avant de retomber dans une indifférence dont il ne sort avec cris et fureur que quand on lui arrache la jeune fille :

Quant l’oume sauvage la vit, si se lansa vers li et la prist et si se tint tout cois d’une part. Adont commanda Alixandres que l’en li deüist tolir la pucele. Et chil coumensa a braire et a hurler comme beste sauvage, si que a grant paine li porent il tolir la pucele.

  • 54 On comprend mieux cet épisode dans la version originale grecque, dans laquelle le sauvage commence (...)
  • 55 On retrouve cette idée de la curiosité cruelle d’Alexandre chez Plutarque. Précisons que l’auteur (...)
  • 56 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p.164 et p.226.
  • 57 Ibid., p. 185.
  • 58 Les Géants, les Cyclopes, les Cynocéphales sont tués par centaines. Si Alexandre observe souvent l (...)
  • 59 Ibid., p. 184.

29Les indices de l’animalité du sauvage sont son cri bestial, sa force surhumaine lorsqu’il lutte contre les soldats, mais aussi son attitude surprenante envers la jeune fille, où l’instinct de propriété semble l’emporter sur l’attirance sexuelle54. On ne peut que s’étonner de l’attitude d’Alexandre. Il contemple un moment cet être étrange avant de donner sa sentence : « Si se commencha mout a esmerveillier de sa figure por ce qu’il li sambloit home sans entendement, [si] le fist liier et ardoir en un fu. » Alexandre est frappé par le divorce entre l’apparence sensible du sauvage, sa figure humaine, et son attitude irrationnelle. Il résout ce dilemme en faisant brûler le sauvage, comme pour le châtier de son manque d’humanité, ou pour faire disparaître ce hiatus, spécimen unique en son genre, et dérangeant pour l’esprit. Cet épisode et le précédent illustre le fait que les tests d’humanité élaborés par Alexandre se font souvent au détriment de l’humain55. Il risque souvent la vie de ses soldats : par deux fois, il fait tester la dangerosité d’un fleuve en envoyant ses soldats le traverser à la nage et par deux fois ceux-ci se font dévorer par des monstres marins (des « ypotames » et des « poisson plus gros que cancres »56), un soldat meurt en goûtant sur les ordres d’Alexandre un fruit merveilleux qui pousse sur des arbres sortant de terre avec le lever du soleil et rentrant en terre à la tombée du jour57. Alexandre met en péril la vie de ses soldats et détruit indifféremment ses ennemis et les peuples auxquels il s’intéresse58. Les Gymnosophistes, que pourtant il épargne, lui rappellent tous ses crimes : « Puis que tu es morteus, comment vas-tu corant par le monde et faisant tant de manieres de maus59 ? »

  • 60 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 204.

30Un passage vient apporter une réponse à l’autocratie tyrannique d’Alexandre. En haut d’une montagne, au plus profond d’une forêt de pierres précieuses où se cache le mystérieux Phénix, les arbres de la lune et du soleil infligent à Alexandre le rappel de son humanité60 en prédisant sa mort prochaine. Le voyage au cœur de l’humain a fait découvrir à l’invincible conquérant, présumé fils d’un dieu, sa propre mortalité.

En quête de soi : l’hybridité fondamentale d’Alexandre

  • 61 C. Mossé, Alexandre, la destinée d’un mythe, Paris, Payot & Rivages, 2001, p. 93.
  • 62 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 39. C’est ainsi que le traducteur médiéval traduit « f (...)
  • 63 Ibid., p. 252. Cette précision n’existe qu’en français, puisque le testament a été ajouté par le t (...)
  • 64 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, respectivement p. 194 : « (...)

31L’Alexandre littéraire, comme l’Alexandre historique, se prend pour un dieu. Plutarque explique cette prétention de la façon suivante : lors de la visite d’Alexandre à l’oasis de Siwa, le prêtre égyptien voulant saluer le voyageur, mais connaissant mal le grec lui aurait dit Pai Dios ! (Fils de Zeus), au lieu de Paidion ! (Mon enfant)61 . La confusion linguistique aurait donné naissance à une légende qu’Alexandre aurait laissé circuler pour des raisons politiques. Cette croyance a été renforcée par la suite par les exploits extraordinaires et les victoires répétées du jeune homme. Dans les lettres qu’Alexandre envoie à sa mère dans Le Roman d’Alexandre en prose, mais aussi dans les romans antérieurs, il n’est pas rare qu’il se présente comme le fils d’un dieu. Dans notre roman, on en trouve une première occurrence lors de sa querelle avec le roi Nicolas. Il affirme être « conceüs de dieu62 ». Dans le testament qu’il adresse à sa mère et à ses troupes, il se nomme « fils d’Amon » : « Je, Alixandres, fius de deus Amon et de la roïne Olimpias63 ». Cet incipit de lettre semble entériner l’existence de l’hybris d’Alexandre. Alexandre se compare aux dieux, et son orgueil est presque justifié dans le texte par le fait que ses ennemis comme ses soldats l’assimilent eux-mêmes fréquemment à un dieu. Alexandre est confondu avec un dieu par Darius lorsqu’il arrive « incognito » dans le camp, il est célébré comme un dieu par les Perses lorsqu’il châtie les meurtriers de Darius, et par ses propres troupes après son voyage dans le ciel qui l’a rapproché de la divinité64.

  • 65 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Be (...)
  • 66 On peut penser aussi à l’iconographie d’Alexandre sur les monnaies antiques: il est représenté ave (...)

32Mais Alexandre n’est pas si éloigné d’une nature animale, comme le montrent les circonstances de sa naissance évoquées précédemment. Cette ambivalence du héros était déjà soulignée dans la tradition grecque : « Tu es toi-même une bête sauvage, et vois combien tu as de bêtes sauvages autour de toi, afin d’enlever à toi seul la vie à d’autres bêtes sauvages65 », disent les Gymnosophistes à Alexandre. Inhumain par sa cruauté et proche du règne animal par sa naissance, Alexandre se différencie aussi de ses semblables par son apparence physique : il ne ressemble pas à son père historique, Philippe, et remet ainsi en question les principes génétiques de l’hérédité et de la ressemblance. De plus, il a des caractéristiques hybrides : des yeux vairs et une crinière de lion66. Christine Ferlampin-Acher le décrit de la façon suivante :

  • 67 C. Ferlampin-Acher, « Alexandre et le miroir : réflexions autour du mythe du conquérant dans Le Ro (...)

Alexandre, sevré de l’image paternelle […], à cette monstruosité, en ajoute une autre […]. Il est physiquement monstrueux, dans la mesure où il n’est pas symétrique […] ses yeux « ne resembloient mie l’un a l’autre, car l’un estoit noir et l’autre estoit vert ». Par ailleurs, il échappe à la loi qui veut qu’une créature soit le reflet de sa race et de son caractère : il a les cheveux et un regard de lion (c’est un hybride entre l’humain et l’animal, le motif est banal, mais prend certainement un sens particulier dans ce roman) et surtout, il est petit […] son apparence ne coïncide pas avec sa valeur. Alexandre est donc une merveille unique, sans doute et sans reflet67.

  • 68 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Be (...)
  • 69 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 245.

33À la fin du roman, la naissance d’un bébé hybride vient répéter comme en miroir la naissance du jeune Alexandre hybride. Que ce bébé soit ou non le fils d’Alexandre – cela dépend des versions –, sa naissance est perçue comme le présage de la mort du héros. Le bébé est né avec la tête et le torse d’un bébé humain mort, tandis que le bas du corps est constitué d’animaux sauvages qui se dévorent entre eux. C’est un double d’Alexandre, et le diagnostic de l’astrologue consulté à ce sujet nous prouve que c’est bien ainsi que ce personnage a été pensé dès la version du Pseudo-Callisthène : « Les traits humains de l’enfant, c’est toi-même, tandis que les formes animales de son corps représentent ceux qui t’entourent68. » La formulation est plus complexe et plus allégorique dans le roman français : « La moitiés dou cors qui a samblance d’oume qui est desevree des bestes, senefie que tout ausi que li hom est plus noble [choze] que la beste, ausi estes vous miudres et plus nobles que li autre roi qui apres vous vendront. Mais ce que la samblance est morte senefie que vostre mors est apro­chïe69. » Ce monstre renvoie Alexandre à son hybridation originelle, lui qui est le fils d’un dragon, et qui a deux pères.

34Le plus grand voyage d’Alexandre, au-delà de sa conquête de l’Orient, de son exploration du ciel et de la mer, c’est le formidable voyage qu’il accomplit au cœur même de l’humanité, aux frontières de l’humain, dans des marges évanescentes, qu’il cherche à définir. Alexandre est confronté à des peuples hybrides, toujours autres, énigmatiques. Chaque rencontre, qu’elle soit affrontement ou échange, apporte à Alexandre une nouvelle définition de l’humain, mais aussi de lui-même.

Conclusion

35Voyage et comparaison avec d’autres populations permettent à Alexandre de découvrir et d’approfondir son humanité chancelante, tendant toujours vers un divin revendiqué et souvent dégradée par ses affinités avec le monde animal, qu’elles soient génétiques ou comportementales. Les enquêtes, souvent paradoxales dans leur violence, qu’Alexandre mène sur les peuples qu’il rencontre sont l’expression ambivalente de sa curiosité pour l’être humain, et participent de la grande complexité du personnage d’Alexandre.

  • 70 P. Orose ou Paulus Orosius (Espagne, début du ve siècle) insiste particulièrement dans le livre II (...)

36Les aspects contradictoires d’Alexandre viennent aussi de ce qu’il est un hybride textuel. Notre roman et la tradition romanesque ont utilisé des sources complémentaires (historiques, littéraires, descriptions du monde), souvent antinomiques : la Lettre à Aristote sur les merveilles de l’Inde s’oppose à la tradition historique selon laquelle Alexandre n’aurait pas pu explorer entièrement l’Inde ; les différents panégyriques du héros sont difficiles à concilier avec le texte polémique d’Orose, dans lequel Alexandre est noirci pour les besoins de la cause : brute sanguinaire et fléau de Dieu70. En tentant la gageure de concilier tous ces éléments, Le Roman d’Alexandre en prose du xiiie siècle les rend finalement consubstantiels, élaborant ainsi un idéal qui n’est plus le nôtre et qui rend la figure d’Alexandre aussi antipathique que fascinante. La contradiction dans l’emploi de sources historiques permet la création d’un motif littéraire très productif dans la narration.

37Nous souhaitons terminer cet article sur un rapprochement qui peut sembler insolite, entre Alexandre et le héros des Animaux dénaturés de Vercors (1952). Douglas participe à une expédition qui part étudier les Tropis, un peuple mi-homme, mi-singe dont il s’agit d’ausculter l’humanité. La trame narrative du roman est constituée de définitions successives de la nature humaine. Le roman avance au rythme d’alternatives toujours nouvelles, d’ordre anthropologique, religieux… chacune faisant l’objet d’un « test » approprié. La confrontation entre l’équipe de scientifiques et les Tropis se révèle aussi parfois sanglante et meurtrière. La fin du roman voit la naissance d’un petit être hybride, fils de Douglas et d’une femelle tropi. Personnage paradoxal et meurtrier ambigu, Douglas assassine son fils : il espère être condamné en justice pour infanticide et donner ainsi une preuve légale de l’humanité des Tropis.

  • 71 Vercors, Les Animaux dénaturés, Paris, Albin Michel, 1952, p. 356. Claude Mossé rapporte un propos (...)

38Si distinct du Roman d’Alexandre en prose que reste cet ouvrage, nous souhaitons proposer en guise de conclusion la dernière définition de l’humain proposée par Vercors, qui convient bien à notre Alexandre, et réconcilie le paradoxe de la curiosité d’Alexandre sur l’humanité et de ses tests mortels autour d’un impératif supérieur : « Ne pourrait-on pas dire que l’homme se définit dans cette poursuite exténuante de mythes insaisissables71 ? »

39Les récits de la vie d’Alexandre le Grand insistent dès l’Antiquité sur ses voyages en Orient et notamment sur un prétendu voyage en Inde qu’il n’a en réalité jamais effectué. Décrit avec toujours plus de complaisance dans les récits historiques puis dans les romans, jusqu’au Moyen-Âge, ce voyage en Inde est prétexte à la description d’animaux hybrides et de peuples sauvages. Au xiiie siècle l’auteur anonyme du Roman d’Alexandre en prose a développé ces passages et les a complétés de manière à insister sur l’interaction du Macédonien avec le « paysage humain » qu’il visite. Par une série de tests infligés aux peuples rencontrés, Alexandre progresse dans sa compréhension des frontières de l’humain. Être hybride par sa naissance, selon une légende perpétuée par le roman, c’est aussi sa propre inhumanité qu’Alexandre découvre au terme de son périple.

Notes

1 Aristote, Histoire des animaux, J. Tricot (trad.), Paris, Vrin, 1987, p. 14 (introduction).

2 Pline, Histoire naturelle, 8, 44, É. Littré (éd.), Paris, Dubochet, 1848-1850.

3 L. Bodson, « Alexander the Great and the scientific exploration of the oriental part of his Empire. An overview of the background, trends and results », Ancient Society, 22, Louvain, 1991, p. 127-138.

4 T. S. Schmidt, Plutarque et les barbares. La rhétorique d’une image, Louvain-Namur, Peeters (Collection d’études classiques), 1999.

5 Quinte Curce, Historia Alexandri Magni, IX, 1, 34 : « En vérité, j’en écris plus que je n’en crois, car je ne peux me résoudre à confirmer ce qui me paraît douteux ni à taire ce dont j’ai eu connaissance » – à propos des extraordinaires chiens du roi Sopheitès, dans O. Battistini et P. Charvet (dir.), Alexandre le Grand. Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, 2004, p. 233

6 Quinte Curce, Historia Alexandri Magni, IX, 10, 8-10, dans Alexandre le Grand. Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, 2004, p. 255.

7 P. Orose, Histoires contre les païens, M.-P. Arnaud-Lindet (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 3 vol., 1991-1992. Paulus Orosius, né en Espagne, était un disciple de saint Augustin. Beaucoup de Romains ont considéré le sac de Rome par les Goths et les Vandales en 410 comme la punition de leur incroyance à l’égard des anciens dieux, négligés par ceux qui s’étaient convertis au christianisme. Orose a alors écrit son Historiarum adversum paganos (libri septem) à la demande de saint Augustin pour combattre cette accusation en démontrant que les catastrophes ont toujours fait partie de l’histoire humaine, et qu’elles ont même été plus nombreuses pendant cet « âge doré » du paganisme.

8 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, appendice I, p. 123-146.

9 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992. On pourra consulter aussi la traduction d’A. Tallet-Bonvalot, Paris, Flammarion, 1994.

10 Kleine Texte zum Alexanderroman, F. Pfister (éd.), Heidelberg, 1910, p. 1-5.

11 R. Bacon, Secretum Secretorum cum glossis et notulis, dans R. Steele (éd.), Opera hactenus inedita Rogeri Baconi, fasc. 5, Oxford, 1920.

12 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992: p. 75-85, longue lettre à Olympias qui relate toutes les merveilles de l’Inde de la mort de Darius au voyage dans le ciel; p. 111-115, une seconde longue lettre à Olympias énumère tous les peuples sauvages rencontrés après les Amazones jusqu’à l’arrivée à Babylone; p. 115, c’est une dernière lettre qui décrit la naissance du bébé hybride.

13 Die Historia de Preliis Alexandri Magni, synoptische Edition der Rezensionen des Leo Archipresbyter und der interpolierten fassungen J1, J2, J3, H. J. Bergmeister (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain (Beiträge sur Klassischen Philologie [désormais BzKP], 65), 1975. Historia Alexandri Magni, Historia de Preliis, Rezension J1, A. Hilka, K. Steffens (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain (BzKP 107), 1979. Historia Alexandri Magni, Historia de Preliis, Rezension J2 (Orosius-Rezension), A. Hilka (éd.), vol. I, Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain (BzKP 79), 1976. Historia Alexandri Magni, Historia de Preliis, Rezension J2 (Orosius-Rezension), A. Hilka (éd.), vol. II, Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain, 1977, (BzKP 89). Die Historia de Preliis Alexandri Magni, Rezension J3, K. Steffens (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain, 1975, (BzKP 73).

14 Chez d’autres auteurs, comme Thomas de Kent, qui a aussi écrit un roman d’Alexandre à partir de sources antiques, la description des voyages de l’Orient semble être un catalogue copié, qui n’appartient pas vraiment à la narration, car Alexandre n’intervient pas. En voici un exemple parmi d’autres : « Candea est une gent a iceste voisine, N’ad terre environ qe ne soit femmenine […] Deus poples i ad decoste qe vivent de racine […] Le tierz pople i est qe semble gent porcine […] Une autre gent i ad k’en amur est fine. » Chaque évocation d’un peuple est suivie d’une courte description à laquelle Alexandre ne prend jamais part. Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre ou Le Roman de toute chevalerie, B. Foster et I. Short (éd.), C. Gaullier-Bougassas et L. Harf-Lancner (trad. et comm.), Paris, H. Champion, 2003, laisses 249 à 252, p. 364-366.

15 Le Roman d’Alexandre en prose (Der Altfranzösische Prosa-Alexander roman in nebst dem lateinischen Original der Historia de Preliis), A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 237. Le traducteur du latin vers l’ancien français au xiiie siècle a complété la phrase à partir de « et par desous le nombril ». Cela participe de l’intérêt particulier et de la curiosité manisfesté dans tout le roman par le traducteur pour les êtres aux marges de l’humanité.

16 Brunetto Latini, Li Livres dou Tresor, F. J. Carmody (éd.), Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1948, p. 127-131.

17 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920. Respectivement p. 126-127, 169, 165, 205, 209.

18 « […] et de multis certaminibus que habuit cum bestiis et monstris et serpentibus in eadem India », ibid., p. 242 (« et les manieres de gens » est donc un ajout du traducteur français).

19 L’Historia de Preliis est l’interpolation (anonyme) du texte de Léon de Naples.

20 Historia Alexandri Magni, rezension J1, A. Hilka et K. Steffens (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain, 1979, p. 231-232.

21 Un manuscrit de l’Historia de Preliis, recension J2 (la source directe du roman en prose) évoquait déjà la présence d’hommes sous la mer (Historia Alexandri Magni, Rezension J2, vol. II, A. Hilka (éd.), Meisenheim am Glan, Verlag A. Hain, 1977, p. 163). Ce manuscrit, Oxford Bodleian 341, offre une version fantaisiste et unique de l’épisode : « Vidit eciam in produnfum maris homines et mulieres equos equitantes quos in Pharaonis testimonium ibi deus reservavit. » (« Il vit encore au fond de la mer des hommes et des femmes chevauchant des chevaux que Dieu a conservés là en mémoire de Pharaon », traduction de l’auteur.) Il est peu probable que cette variante ait influencé le roman en ancien français.

22 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. XLVI.

23 . Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 32.

24 L’histoire de Gog et Magog trouve ses origines dans la Genèse 10,1-5 : Magog est l’un des fils de Japhet, c’est un être humain mais il est déjà clair que c’est la représentation allégorique d’un peuple ou d’un pays, sûrement Togarmah. Gog n’apparaît pas encore. Ézéchiel 28 et 29,1-6 développe la légende. Gog est prince de Rosh, Meshech et Tubal dans le pays de Magog. La légende n’était bien sûr pas encore liée au personnage d’Alexandre, mais il est déjà dit dans l’Apocalypse 20,7-10 que Gog et Magog viendront dévaster le monde et qu’ils sont aussi nombreux que les grains de sable de la mer. Ces deux peuples ont par la suite été compris comme une référence à tous les ennemis futurs du royaume de Dieu, interprétation dominante dans les prophéties de Joachim de Flore et centrale pour la conception de l’Antéchrist. C’est Flavius Josèphe qui, dans les Antiquités I, 123 relie cette légende à celle d’Alexandre en affirmant que ce dernier a construit des portes en métal dans un passage entre deux montagnes pour les enfermer. Ian Michael, « Typological problems in Medieval Alexander literature: the enclosure of Gog and Magog », dans P. Noble, L. Polak, C. Isoz (éd.), The Medieval Alexander Legend and Romance Epic: Essays in Honour of David J. A. Ross, Milwood-New York, Kraus international, 1982, p. 131-147.

25 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 140.

26 « Comedebat omnia abhominabilia et omnium bestiarum et iumentorum et pecorum seu et omnium volatilium reptiliumque carnes, non solum autem hec, sed et abortiva omnia et deformitates conceptorum omnium que in alvo matris concepte necdum perfecte coagulate sunt. Homines autem mortuos non sepeliunt, sed magis comedunt illos. » Ibid., p. 140-141.(« Il mangeait toutes sortes de choses abominables, toutes sortes d’animaux, sauvages et domestiques, des bêtes de somme, et les chairs de volatiles et de reptiles, bien plus, il mangeait toutes sortes d’êtres vivants nés avant terme et de choses difformes conçues dans le ventre féminin, mais pas encore bien coagulées. Ils n’enterraient pas non plus leurs morts, ils préféraient les manger. » Traduction de l’auteur)

27 Dans les romans médiévaux, Alexandre est christianisé et devient monothéiste. À ce sujet, voir notamment S. Hériché-Pradeau, Alexandre le Bourguignon. Étude du roman Les Faicts et les Conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, Genève, Droz, 2008.

28 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 168 ; on trouve ce détail déjà chez le Pseudo-Callisthène.

29 C’est ce que dit notre roman quoique les Cynocéphales aient, selon une tradition littéraire et iconographique bien attestée, une tête de chien. Ibid., p. 234: » li Quinokefailli liquel ont testes samblables a cheval ». On trouve déjà ce détail dans la recension J1: » Kynokephali multi, habentes cervices similes equorum », ibid., p. 242. Dans la Lettre à Aristote sur les merveilles de l’Inde (dans la version latine – il semble que ce détail ne soit pas dans la version grecque de la lettre telle qu’elle est donnée par G. Bounoure, dans Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et [trad. et comm.], Paris, Les Belles Lettres,1992, appendice i, p. 123-146) les Cynocéphales ont encore des têtes de chien: » Cinocefali dicuntur homines, qui capita canina habent », § 13, F. Pfister, Kleine Texte zum Alexanderroman, Heidelberg, 1910, 30-31. L’éditeur semble spécifier que ce détail figurerait aussi dans le roman de Léon (la référence est: 218, 6-16), mais nous ne l’avons pas trouvé dans notre édition (Der Alexanderroman der Archipresbyters Leo, F. Pfister [éd.], Heidelberg, 1913).

30 Sur la confusion dans l’Historia de Preliis des femmes chevelues belles et des femmes chevelues laides, issues de deux traditions différentes (la Lettre à Aristote sur les me0veilles de l’Inde et la version du ms C. du Pseudo-Callisthène), voir E. Faral, « Une source latine de l’histoire d’Alexandre. La lettre sur les merveilles de l’Inde », Romania, XLIII, 1914, p. 199-215 et p. 353-370. Pour une explication détaillée de la tradition manuscrite du Pseudo-Callisthène, voir D. Ross, Alexander historiatus, Londres, 1963, réed. Francfort, 1986 (supplément dans Journal of Warburg Institute), et l’introduction à Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, op. cit.

31 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 179 pour les Lamies et les femmes de douze pieds, p. 234 pour les Cynocéphales. Notons que l’Historia de Preliis évoque les « Tamitres » alors que Le Roman d’Alexandre en prose les nomme « Lamies ».

32 Ibid., p. 201.

33 Ibid., p. 166.

34 Ibid., p. 235.

35 Ibid., p. 236. Au sujet des monstres au Moyen-Âge, consulter J. Baltrušaitis, Le Moyen Âge fantastique. Antiquités et exotismes dans l’art gothique, Paris, Flammarion, 1993 (Paris, A. Colin, 1955); C. Lecouteux, Les Monstres dans la pensée médiévale européenne, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1999 [1993]; De Rebus in Oriente Mirabilibus, Marvels of the East, M. R. James (éd.), Oxford, Oxford University Press,1929 ; Papers Presented in Honour Edith Porada, Monsters and Demons in the Ancient and Medieval Worlds, A. Farkas, P. Harper et E. Harrison (éd.), Mayence, P. von Zabern, 1987.

36 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 220.

37 Sur cette question, je renvoie à la contribution de Gil Bartholeyns dans le présent volume.

38 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, respectivement p. 175, 178 et 201.

39 Ce peuple a été identifié aux Chinois à cause du procédé de fabrication de la soie. Voir T. de Kent, Le Roman d’Alexandre ou Le Roman de toute chevalerie, B. Foster et I. Short (éd.), C. Gaullier-Bougassas et L. Harf-Lancner (trad. et comm.), Paris, H. Champion, 2003, note 1, p. 573.

40 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 179.

41 Ibid., p. 175. On remarque l’importance de l’habit dans les enluminures. Dans les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, les femmes armées de hache d’or sont représentées de façons très diverses: dans le manuscrit Royal 19. D. i, daté approximativement de 1333-1337 et rédigé en France, elles sont nues (fol. 27v) tandis que dans le Royal 15. E. VI, rédigé à Rouen en 1445 pour Marguerite d’Anjou à l’occasion de son mariage avec le roi de France, elles sont vêtues de longues robes (fol. 16v) : dans l’un des manuscrits, elles sont vues comme un peuple sauvage au même titre que les Icthyophages (fol. 29v), et dans l’autre comme des peuples plus civilisés telles les Amazones.

42 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, toutes les citations relatives aux Gymnosophistes se trouvent p. 183-185.

43 Ibid., p. 184. Dans la version grecque on lit que les femmes et les enfants « vaquaient » avec les animaux, voir Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 94. Il s’agit sans doute d’une erreur de traduction de la version latine. Erreur révélatrice qui n’empêche pas l’interprétation.

44 Transformation intéressante du texte latin lors de sa traduction en français: « hic concubitus sufficit per singulos » est traduit par « et il respondirent qu’il n’avoient autres sepoutures et ke bien devoit souffire a lor cors seulement ce qui souffisoit au cors et a l’ame ensement ».

45 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 187.

46 Ibid., p. 199.

47 Par exemple, il questionne les belles Lamies sur leur mode de vie : « Si lor fist demander en langage indien comment elles vivoient en la forest ou il n’avoit abitassion, et elles respondirent que elles demoroient tous jors en la forest et vivoient de venison que elles prenoient. » (Ibid., p. 178) L’interrogatoire est plus long dans le roman français que dans la version latine.

48 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 201.

49 Ibid. p. 177.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Pline étudie la différence entre la « voix » humaine et animale: voir Pline, Histoire naturelle, 11, 92, É. Littré (éd.), Paris, Dubochet, 1848-1850.

53 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920 ; toutes les citations relatives à ce passage se trouvent p. 202.

54 On comprend mieux cet épisode dans la version originale grecque, dans laquelle le sauvage commence à manger la jeune fille. Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, note 66, p. 248.

55 On retrouve cette idée de la curiosité cruelle d’Alexandre chez Plutarque. Précisons que l’auteur du Roman en prose ne pouvait pas connaître Plutarque qui a été traduit bien plus tard. La volonté d’expérimentation des limites de l’humain et la cruauté relative d’Alexandre étaient un topos dès l’Antiquité. Plutarque relate comment Alexandre veut un jour essayer, sur l’un de ses esclaves choisi pour sa laideur, la puissance de la naphte : un être humain brûle-t-il aussi bien que tout autre objet au contact de la naphte ? Le jeune homme prend feu très rapidement et n’est sauvé que par chance, il en garde des séquelles à vie. Plutarque, Vies parallèles, xlix, A.-M. Ozanam (trad.), F. Hartog (éd.), Paris, Gallimard, 2001. L’empereur Frédéric II, grand admirateur d’Alexandre le Grand, a mené à son exemple des expériences à prétention scientifique à la cour de Sicile. Il a par exemple, nous dit Salimbene de Adam, cherché à réitérer l’exploration de la mer. Il a ordonné à un Sicilien du nom de Nicolas de plonger contre sa volonté dans le détroit de Messine, pour donner un témoignage précis de la vie des poissons. Salimbene révèle ici sa capacité à ramasser nombre de rumeurs et de légendes dans des buts idéologiques. Il dit aussi que Nicolas n’est jamais revenu du fond de la mer un jour où l’empereur l’a envoyé dans un endroit trop profond. On trouvait déjà cette légende chez Gautier Map, à propos de Nicholas Pipe. Les expériences de Frédéric II tournaient aussi plus précisément autour de la question des spécificités de l’être humain. Pour savoir quelle était la langue naturelle des enfants, et si cette langue était bien celle que l’on considérait comme la plus ancienne, l’hébreu, il a par exemple fait confier des nouveau-nés à des nourrices qui avaient interdiction de leur parler. Le chroniqueur nous assure que les enfants, privés de l’affection qui passe par les mots, sont tous morts. Salimbene de Adam, Chronica, MGH, scriptores rerum germanium, vol. 32, Hanovre-Leipzig, p. 350. Pour Frédéric II comme pour le conquérant macédonien, la mort fait donc souvent partie de l’expérimentation. C’est ce que nous prouve l’expérience la plus insensée de Frédéric II : enfermer un homme vivant dans un fût et le laisser mourir. Le poids identique du fût avant et après son décès prouvant, selon l’empereur, que l’âme ne quitte pas le corps et meurt avec l’homme. Une dernière expérience achèvera de renseigner sur la méthode d’expérimentation de l’empereur : deux hommes nourris copieusement de la même façon ont été envoyés l’un à la chasse, et l’autre se reposer. Leur dissection a ensuite permis au médecin de vérifier que le sommeil stimule mieux la digestion que l’exercice. Ibid., p. 353. Je remercie Oleg Voskoboinikov pour toutes ces références sur Frédéric II et son rapport à Alexandre. Pour davantage de précisions, je renvoie à sa thèse rédigée sous la direction de Jean-Claude Schmitt et soutenue à l’EHESS en mai 2006.

56 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p.164 et p.226.

57 Ibid., p. 185.

58 Les Géants, les Cyclopes, les Cynocéphales sont tués par centaines. Si Alexandre observe souvent les peuples féminins ou les capture et les interroge, sa rencontre avec des peuples mâles, plus agressifs, se solde en effet souvent par un massacre: contre les Géants « i ot il ochis par conte cent et. XXVII. », les Cynocéphales « des quinokefailles i ot ocis trop grant quantite » et les Cyclopes « si avint en la fin que plus par l’engin de lui que par l’effors de sa gent li Ciclopes furent desconfis ». Les Amazones enfin sont menacées: « Nous vous loons et conseillons que vous ne doiiés issir devant les montaingnes, se vous ne volés vostre païs perdre et vos cors mettre em peril. » Ibid., respectivement p. 201, 234, 236 et 158.

59 Ibid., p. 184.

60 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 204.

61 C. Mossé, Alexandre, la destinée d’un mythe, Paris, Payot & Rivages, 2001, p. 93.

62 Le Roman d’Alexandre en prose, op. cit., p. 39. C’est ainsi que le traducteur médiéval traduit « fui a deo conceptus ». Les mots français sont plus difficiles à interpréter que les mots latins car on peut comprendre « de Dieu » ou « d’un Dieu ». L’élément important étant ici la revendication d’une ascendance divine de la part d’Alexandre.

63 Ibid., p. 252. Cette précision n’existe qu’en français, puisque le testament a été ajouté par le traducteur.

64 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, respectivement p. 194 : « Si [Darius] se merveilla mout, car il quidoit que ce fust li dieus Apolin qui fust descendus dou ciel, et l’aoura »;p. 137 : « Quant Alixandres ot ce dit, tout li Percien le comenchierent a loer et le beneïssent comme Dieu »,; p. 231 : « Et quant si houme le virent venir, si [li] alerent a l’encontre et le loërent comme dieu disant: “Vive li rois Alixandres, sires de tout le monde et ausi dou ciel et de la mer comme de la terre !” » (La partie en discours direct a été ajoutée dans la traduction médiévale en ancien français).

65 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 95.

66 On peut penser aussi à l’iconographie d’Alexandre sur les monnaies antiques: il est représenté avec des cornes de bélier, signe de sa naissance divine. L’animalité n’est jamais loin du divin dans le roman comme dans l’Antiquité.

67 C. Ferlampin-Acher, « Alexandre et le miroir : réflexions autour du mythe du conquérant dans Le Roman d’Alexandre en prose », dans Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, textes réunis par F. Pomel, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Interférences), 2003, p. 328.

68 Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, G. Bounoure et B. Serret (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 116.

69 Le Roman d’Alexandre en prose, A. Hilka (éd.), Halle, M. Niemeyer, 1920, p. 245.

70 P. Orose ou Paulus Orosius (Espagne, début du ve siècle) insiste particulièrement dans le livre III, chap. XII à XXIII, de son Historia adversum paganos, sur le personnage d’Alexandre pour condamner ses exactions. Il considère Alexandre, « ille gurges miserarium atque atrocissimus turbo totius Orientis », comme un des fléaux les plus importants qui se soit abattu sur l’humanité. Son but polémique était le plus souvent ignoré, et chez beaucoup de ses héritiers, l’image très négative qu’il donne d’Alexandre et de son père était adoucie ou neutralisée. Son travail a été traduit en anglais sous le règne d’Alfred le Grand (871-899). Il était si connu au Moyen Âge qu’il nous en restait deux cent quarante-cinq manuscrits en 1939. Voir P. Orose, Histoires contre les païens, M.-P. Arnaud-Lindet (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 3 vol., 1990-1991.

71 Vercors, Les Animaux dénaturés, Paris, Albin Michel, 1952, p. 356. Claude Mossé rapporte un propos semblable de Klaus Mann évoquant dans son autobiographie les raisons pour lesquelles il a entrepris son roman sur Alexandre, Alexander : Roman der Utopie : « Ce qui m’attirait chez mon nouveau héros, c’était l’exigence presque criminelle de son rêve, la démesure de son aventure. » K. Mann, Der Wendepunkt (Le Tournant), cité par C. Mossé, Alexandre, la destinée d’un mythe, Paris, Payot & Rivages, 2001, p. 249.

Auteur

Maud Pérez-Simon est docteur de littérature médiévale, agrégée et ancienne élève de l’École normale supérieure. Elle enseigne actuellement la langue et la littérature médiévale et la communication à l’université Paris-Est (Marne-la-Vallée). Ses recherches portent sur la légende d’Alexandre le Grand au Moyen Âge, le rapport texte/image dans les manuscrits et les questions de réception. Elle prépare un livre sur le sujet et a dernièrement publié « Mise en scène du corps et discours politique dans un manuscrit du Roman d’Alexandre en prose du xve siècle », dans L. Harf-Lancner, L. Mathey-Maille et M. Szkilnik (éd.), Conter de Troie et Alexandre, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2006.
Courriel : msimon@univ-paris3.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540