Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

IV. Police et biométrie

Chapitre 13

Le virage biométrique dans la « lutte contre l’immigration clandestine » de l’UE : l’établissement d’un contrôle migratoire intérieur « 2.0 »

Dennis Broeders

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une Europe sans frontières intérieures, la détermination et la mise en œuvre du contrôle migratoire ne sauraient se cantonner au seul niveau national. En pratique, cela signifie que l’UE1, et notamment les États de l’espace Schengen, ont un agenda commun en ce qui concerne le contrôle des frontières, les visas ou encore les politiques d’asile et d’immigration. Pendant longtemps, la plupart des mesures prises dans le cadre de la « lutte contre l’immigration irrégulière » menée par l’UE portaient sur le contrôle des frontières, le trafic d’êtres humains et la fermeture de certaines « routes » migratoires permettant de pénétrer sur le territoire des États de l’espace Schengen. L’agenda politique était dominé par le contrôle des frontières ou le contrôle des migrations externes. Le contrôle migratoire intérieur (c’est-à-dire la détection et l’expulsion de migrants en situation irrégulière) était considéré comme une prérogative essentiellement nationale. Toutefois, chacun reconnaît,...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540